actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

OPÉRATION

Soutien permanent aux paysans de NDDL

image vide cyberacteurs
image vide

  #hydrocarbures   #énergiesfossiles



Cyberaction N° 961: Pour une vraie fin de la recherche et de l'exploitation des hydrocarbures

En dernière minute un amendement (numéro 83) a été déposé au nom de la commission du développement durable. 
Pour celles et ceux qui n'auraient pas la patience de tout lire voici la conclusion de ce mail
Et pour finir en apothéose, la fracturation hydraulique reste interdite, mais quand elle sert à forer correctement ou à exploiter en toute sécurité, elle est autorisée!

[ 5 004 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 30 novembre 2017

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Mme Célia de Lavergne rapporteur de la commission des affaires économiques, Nicolas Hulot

Plus d'infos

Environnement : fin de la recherche et de l'exploitation des hydrocarbures
http://www.assemblee-nationale.fr/15/dossiers/fin_recherche_exploitation_hydrocarbures.asp  
Cet amendement a malheureusement toutes les( mal)chances de passer. 
Avant le début de l'étude en séance de la loi hydrocarbure, le rapporteur, en accord avec le gouvernement, a déposé un amendement (le 83) qui introduit de la confusion sur l'interdiction de la fracturation hydraulique, sous couvert d'en préciser la technique.
Pour celles et ceux qui n'auraient pas la patience de tout lire voici la conclusion de ce mail
Cet amendement n'est pas encore voté. Il peut encore être retiré avant discussion en séance plénière demain vendredi 1er décembre.
Du coup, un bon coup de pression serait utile
On alerte tous les gens qu'on peut qui peuvent avoir un impact sur le cabinet ou la majorité ainsi que nos députés.

___________amendement 83_______
« Art. L. 111-1. - La recherche et l'exploitation des hydrocarbures liquides ou gazeux par des forages suivis de fracturation hydraulique sont interdites sur le territoire national.

« L'usage de toute méthode conduisant à ce que la pression de pore soit supérieure à la pression lithostatique de la formation géologique, autre que celles destinées à la bonne réalisation du puits et à son exploitation en toute sécurité, sont interdites. »
Commençons par la fin. Il y est question de "méhode conduisant à ce que la pression de pore soit supérieure à la pression lithostatique de la formation géologique". Mis à part le fait que cette phrase soit mal écrite (conduisant à ce que et verbe au pluriel alors que le sujet est au singulier), elle définit tant bien que mal la fracturation hydraulique (ce que nous n'avions pas obtenu jusqu'à présent). 
Il n'est pas question de modification de la perméabilité mais de modification de la porosité. 
Cette définition ne s'applique qu'aux gisements de gaz et de pétrole de schiste. 
Elle ne peut pas s'appliquer aux gisements de gaz de couche parce que dans ce cas très précis, la pression est inférieure à la pression lithostatique. 
Comme quoi, quand les services de l'Etat se réveillent, ils savent faire. 
Mais le souci majeur n'est pas là. 
Regardez la fin de la phrase : il y est dit que cette méthode si elle est destinée à la bonne réalisation du puits et à son exploitation en toute sécurité n'est PAS interdite.
Voili voilou. 
La loi Jacob est supprimée pour cause de réinsertion dans le code minier. 
Dans le code minier on propose d'écrire "La recherche et l'exploitation des hydrocarbures liquides ou gazeux par des forages suivis de fracturation hydraulique sont interdites sur le territoire national", en supprimant ce qui était dans la loi Jacob, à savoir "En application de la Charte de l’environnement de 2004 et du principe d’action préventive et de correction prévu à l’article L. 110 1 du code de l’environnement"
Balayés la charte de l'environnement, balayé le principe d'action préventive.

Et pour finir en apothéose, on interdit la fracturation mais pas quand elle sert à forer correctement ou à exploiter en toute sécurité

Nous vous proposons d'intervenir en urgence pour alerter nos députés. Malheureusement lz webmestre de l'Assemblée Nationale vient de m'informer que
Depuis le début de la XVe législature, les adresses méls des députés  à l’Assemblée nationale s’écrivent désormais exclusivement selon le modèle : prénom.nom@assemblee-nationale.fr.   .
Attention, toutefois, dans les prénoms comme dans les noms, les tirets sont conservés mais pas les espaces.
Toutes les adresses de nos députés sont donc à changer ce qui est un gros boulot.

Je vous propose donc deux solutions pour toucher votre député
1 trouver son ancienne adresse soit sur votre compte soit sur la liste des élus
https://www.cyberacteurs.org/institutions/index.php  

la modifier selon le nouveau modèle prenom.nom

2 aller signer sur le site le courrier envoyé au rapporteur en cliquant sur la case recevoir le message avant de le faire partir. Quand vous aurez reçu ce message, il suffit de l'ouvrir avec la commande Messages puis « modifier comme un nouveau message » en remplaçant votre adresse destinataire par celle (nouvelle) de votre député. Ce message partira donc directement vers votre député. Merci de votre participation urgente.

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à celia.delavergne@assemblee-nationale.fr | nicolas.hulot@ecologique-solidaire.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Fin réelle des Energies fossiles
  • Message : Madame, Monsieur,

    Dans l'examen de la fin de la recherche et de l'exploitation des hydrocarbures, je demande la suppression de l'amendement 83 : l'autorisation de la fracturation pour, forer ou exploiter est en contradiction avec l'objet même du projet de loi.

    Attentif à vos décisions, je vous prie de croire en ma vigilance citoyenne.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

28 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Il devient urgent de faire des recherches officielles sur la fusion à froid, seule technologie propre, fiable, abondante et bon marché.
Bien sûr il y aura des résistances à vaincre, comme d'habitude.

Jacques CHAMBORD
15/12/2017 - 16:33:55

Désolé d'arriver trop tard pour signer cette pétition ! Des dérogations maintenues dans le texte adopté ne semblent pas vous perturber, notamment les 2 dérogations suivantes :

- "Le député LFI Loïc Prudhomme a tenté, en vain, de faire supprimer la dérogation maintenue dans le texte qui permettra la poursuite de la production au-delà de 2040 si l'industriel titulaire d'un permis n'est pas rentré dans ses frais par rapport aux recherches préalables.
Mais Nicolas Hulot comme Delphine Batho (Nouvelle Gauche) ont défendu cette dérogation au nom de la "sécurité juridique" de l'ensemble du texte devant le Conseil constitutionnel.
"J'aurais bien aimé que 2040 soit une cloison étanche, mais rassurez-vous, il ne passera que quelques gouttes", a dit le ministre.

... Mais il s'en fout notre ministre, en 2040 il ne sera plus ministre !!! Et qui lui rappellera ses belles paroles ? ... et la "sécurité juridique" passe avant la préservation de l'environnement ! ... comme toujours.

- "Une seconde dérogation a été conservée pour permettre la poursuite de l'exploitation du soufre du bassin de Lacq, sous l'impulsion de députés des Pyrénées-Atlantiques au nom de l'emploi."
Et l'emploi passe aussi avant la préservation l'environnement, environnement qui est le seul garant de notre "bonne" santé, à moins de faire confiance aux industriels de la chimie-pharmaceutique qui auront certainement une solution à tous nos "petits" désagréments de santé liés à ces exploitations minières.

J'ai voté LFI au 1er tour et me suis abstenu au second pour ne pas choisir entre 2 cancers ! Je ne regrette rien !!! Malgré ses belles promesses, LREM reste bien dans la droite ligne de ses prédécesseurs, à la botte des grandes puissance économiques !

Jean-François Gauthier
09/12/2017 - 14:11:08

Non non et non à cette exploitation dangereuse!!!!

Christiane Huard
09/12/2017 - 11:36:02

si je signe parfois deux fois la même cyberaction, c'est d'abord parce que VOUS la répétez sans cesse ...alors regardez aussi vos petites erreurs ...amicalement

maurice montagnon
05/12/2017 - 12:23:22

Prospection et exploitation des hydrocarbures ?! une ressource qui n'est plus rentable (on jette juste un coup au Moyen-Orient) et la France veut se lancer là-dedans ? avec 30 ans de retard !! où est la clairvoyance ?? hallucinant !!...

esger
04/12/2017 - 14:03:48

Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres.



Antonio Gramsci

lame du monde
04/12/2017 - 12:48:26

" mais quand elle sert à forer correctement ou à exploiter en toute sécurité, elle est autorisée ! "

Si le noir est blanc, c'est bon !
On peut rire ?
Ad

Armand Darmet
04/12/2017 - 10:16:47

L'interêt de nos politiques ne semble être le nôtre.
Que va t-on faire de notre environnement si ça venait à se réaliser :LE DETRUIRE.
Que l'amendement 83 soit rejeté .Ici on joue sur les phrases , les mots sans se soucier de l'héritage de notre avenir.
Cecel45

cecel 45
02/12/2017 - 11:35:21

Fin des hydrocarbures: l'Assemblée rétablit sa version du projet de loi

Paris - L'Assemblée nationale a rétabli vendredi, en nouvelle lecture, sa version du projet de loi sur la fin de la recherche et l'exploitation des hydrocarbures en France d'ici 2040, que la majorité sénatoriale de droite avait profondément modifiée.

Après une dernière lecture au Sénat, le texte sera définitivement adopté par l'Assemblée, qui a le dernier mot, le 19 décembre.

Le projet de loi prévoit d'amorcer la sortie progressive de la production d'hydrocarbures en France à l'horizon 2040, en n'attribuant plus de nouveaux permis d'exploration d'hydrocarbures dès maintenant et en ne prolongeant pas les concessions d'exploitation existantes au-delà de cette date.

Les députés ont supprimé les modifications apportées par le Sénat, qui avait multiplié les dérogations.

Le Sénat avait notamment prévu que la loi ne s'appliquerait qu'aux demandes déposées après le 6 juillet 2017, date du plan climat, "ce qui viderait la loi d'une grande partie de sa portée", selon le rapporteur Jean-Charles Colas Roy (LREM) car "42 demandes de permis sont en cours d'instruction".

L'Assemblée a aussi supprimé aussi la dérogation pour les outre-mer qui, en pratique, concernait la Guyane en l'autorisant à délivrer de nouveaux permis de recherche en mer et à prolonger, sans date butoir, les concessions existantes.

Les députés ont par ailleurs adopté un amendement du rapporteur pour renforcer encore l'interdiction, en vigueur depuis 2011, de la technique de la fracture hydraulique.

Le député LFI Loïc Prudhomme a tenté, en vain, de faire supprimer la dérogation maintenue dans le texte qui permettra la poursuite de la production au-delà de 2040 si l'industriel titulaire d'un permis n'est pas rentré dans ses frais par rapport aux recherches préalables.

Mais Nicolas Hulot comme Delphine Batho (Nouvelle Gauche) ont défendu cette dérogation au nom de la "sécurité juridique" de l'ensemble du texte devant le Conseil constitutionnel.

"J'aurais bien aimé que 2040 soit une cloison étanche, mais rassurez-vous, il ne passera que quelques gouttes", a dit le ministre.

Une seconde dérogation a été conservée pour permettre la poursuite de l'exploitation du soufre du bassin de Lacq, sous l'impulsion de députés des Pyrénées-Atlantiques au nom de l'emploi.

Si M. Prudhomme s'est abstenu, du fait de ces "failles", Mme Batho s'est félicité "d'une loi importante dont la portée normative est sous-estimée".

Absente lors du débat sur les amendements et au moment du vote, la droite avait fait valoir son opposition lors de la discussion générale, la LR Valérie Beauvais défendant "la préservation des bassins d'empois".


(©AFP / 01 décembre 2017 14h00)

Alain UGUEN
02/12/2017 - 09:21:15

à Aigos .. et d'autres qui se reconnaîtront...

Vous râlez contre nos dirigeants et contre les commissaires européens qui n'arrêtent pas de nous "construire" un avenir cauchemardesque et qui se foutent de nos gueules (et de nos pétitions) en permanence...

je suis d'accord avec vos protestations et vos remarques MAIS.....

pour qui avez vous voté le 6 mai 2017 ?

macron ! je parie ! Donc ... cqfd

Les gens sont cons, ils ont les politiciens qu'ils méritent

(c'est ce que dit le chanteur Aurelsan au début d'une de ses vidéos "simple, basique; vous n'avez pas les bases...)

le taquin
01/12/2017 - 16:51:56

Loi fin #hydrocarbures 2d lecture c'est fait ! Ambition retrouvée + sécurité supplémentaire sur techniques non-conventionnelles ! Rv 19/12 pour adoption définitive, après dernier A/R sénat (sans détricotage svp ;))

Matthieu ORPHELIN
01/12/2017 - 13:52:36

Quant nos élus et responsables, vont ils nous mettre dans la civilisation de l'hydrogène solaire ?
Pour l'instant nous n'avons en fait que des irresponsables

Joël Guillou
01/12/2017 - 11:09:46

Bonjour

Il serait bon d'avoir dans votre liste des pays :
Polynésie française mais si elle est encore française cette Polynésie n'est pas la France mais est un Pays d'Outre Mer ou Collectivité d'OM certes liée à la France.
Presque tous les sites distinguent France et PF.

Merci
GP

gilles parzy
01/12/2017 - 01:29:31

La preuve encore une fois de l'état d'esprit de nos gouvernants dont l’intérêt n'est pas souvent le notre.

Christian Perez-Gil
30/11/2017 - 23:36:13

Pour une interdiction totale de la fracturation hydrolique, car aucune technique ni aucune méthode ne peuvent être garanties sans risque avant d'être appliquées. Ce n'est qu'après coup que l'on sait si la technique ou la méthode appliquées étaient correcte et sans danger. Assez. Quelle espèce humaine veulent les dirigeants des pays de ce monde ? des infirmes, des dégénérés mentaux ? C'est cela qu'ils veulent. Tous les tenants du pouvoir se reproduisent et ne veulent pour leur progéniture qu'un monde de souffrance. Ces parents-là ne sont que des tortionnaires, dignes héritiers du nazisme.

Aigos
30/11/2017 - 22:46:50

Cette pratique de forage doit absolument être bannie de notre pays. Tout détruire pour obtenir plus d'énergie fossile est une absurdité sans nom.

Guillaume Dubruel
30/11/2017 - 21:46:23

Encore au détriment de Dame Nature.....

Man's
30/11/2017 - 20:11:23

Tant que l'argent nous tient par la barbichette la bobinette cherra.

POLAK
30/11/2017 - 20:00:02

IL faut continueer !

Philippe LE BOULANGER
30/11/2017 - 18:53:31

Les tenants de la croissance sans fin ont la vie dure!!! Ils préfèrent crever (mais nous avec!!!) pour augmenter sans leur magot..; qui ne servira plus à rien s'ils sont morts.

cactus
30/11/2017 - 18:45:15

Oui aux énergies renouvelables !
Non non non aux &énergies fossiles, sales, polluantes, dépassées...

Anne
30/11/2017 - 17:19:11

heureuse d' apprendre que cet amendement a été retiré, d'autant que je n'ai pas été en mesure d'envoyer mon mail de protestation à mon député ( boîte mail refusant tous messages);mais je reste vigilante +++

Françoise MENOU
30/11/2017 - 15:46:49


La pression citoyenne (envoi de centaines de courriels et de tweeds) exercée depuis hier en fin de journée lorsque nous avons pris connaissance du dépôt de l'amendement 83 aurait-elle été efficace ? quoi
qu'il en soit, l'amendement 83 est retiré.

Attendons de voir comment les choses vont tourner avant de nous réjouir (un amendement ou sous-amendement similaire pourrait revenir en au
dernier moment) car nous ne sommes pas convaincu que la loi Hulot ne soit pas qu'une vaste opération d'enfum .... euh ... de communication et
qu'elle ne débouche que sur du vent.

Les travaux à l'Assemblée nationale ont pris du retard et le passage de la proposition de loi hydrocarbure en seconde lecture ne passera apparemment que vendredi.

Il est encore temps de nous mobiliser pour demander à nos députés, à Nicolas Hulot, à au premier ministre .... de fermer définitivement la porte à tous les hydrocarbures non conventionnels en votant
l’amendement 46 (*) et en rejetant l’amendement 83.

Des exemples possibles ainsi que des coordonnées sont sur le site internet.
http://www.stopaugazdeschiste07.org/article1302.html  

(*) La définition des techniques non conventionnelles de l’amendement 46 est : « interdit l’emploi de toute autre méthode ayant pour but de modifier notablement la perméabilité de la roche ou du réservoir de manière irréversible ».

No Gazaran



--
Pour la permanence du Collectif 07 Stop au Gaz et Huile de Schiste
Christophe Tourre

Collectif 07 Stop au Gaz et Huile de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

Collectif 07 Stop au Gaz et Huile de Schiste
30/11/2017 - 15:32:30

Une fois encore le lobby des puissants pétroliers est passé par là avec le consentement et l'appui sans faille des ces hauts fonctionnaires qui sont censés nous représenter. Aîe Aîe démocratie tu t'effiloches...

Michel
30/11/2017 - 15:14:48

M.... Ils arrivent tjrs à contourner le truc ! Quand il y a du fric à se faire, tout est bon. La terre n'est plus qu'une vache à lait qu'il faut exploiter jusqu'au bout, par tous les moyens. A gerber.

Patrick Frank
30/11/2017 - 15:00:34

non c'est non
quand allons nous changer de logiciel et en finir avec les énergies fossiles
ce n'est pas en signant de tels décrets que nous irons vers la transition énergétique et il est urgent d'y aller

jean gaumond
30/11/2017 - 14:42:15

Une conclusion à la française !...

un anonyme
30/11/2017 - 13:51:17

"En marche" et les jésuites ?!

Goupil
30/11/2017 - 13:11:01

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !