actualité écologie

AG Cyberacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

OPÉRATION

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Ne laissez pas vos appareils en veille

27 mai : Les cobayes lancent l'alerte

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Electricité 100% renouvelable ?

image vide cyberacteurs
image vide

  #Glyphosate   #AMAP



Pétition : Pour que les Chambres d'agricultures cessent d'être les avocats du Glyphosate.

Le 25 septembre 2017, la Chambre d’Agriculture du Maine et Loire en session votait à l'unanimité moins 4 voix et une contre, une motion « pour le maintien de l’utilisation du glyphosate ». Ce texte présenté par la FDSEA de Maine-et-Loire et les Jeunes Agriculteurs de Maine-et-Loire, est purement scandaleux dans son contenu.

[ 4 548 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Pétition mise en ligne le 27 mars 2018

Proposée par Amap des Goganes de l'Aubance

Elle sera envoyée à Chambre d’Agriculture du Maine et Loire

Plus d'infos

glyphosate danger roundup mosantoObjet : Pétition pour s’opposer à la motion « glyphosate » de la Chambre d’Agriculture de Maine & Loire.
proposée par le collectif de l’InterAMAP 49
Amapiennes, Amapiens,
Productrices, Producteurs en AMAP,
Ami-e-s et proches des uns et des autres,

Le comité Distrib’Action, s’est créé à l’occasion d’une réunion de l’InterAMAP 49. Ce comité, à l’initiative de producteur-trice-s et de consommateur-trice-s en AMAP, fait suite à l’émission d’une motion « pour le maintien de l’utilisation du glyphosate » de la Chambre d’Agriculture de Maine & Loire (à lire en pièce jointe).

Pour dénoncer le contenu de ce document et le parti-pris de cet organisme consulaire,l’écriture d’une contre motion (à lire en pièce jointe), est soumise à signature des membres du mouvement des AMAP (amapien-ne-s et producteur-trices-s) et plus généralement à celle des membres de la société civile, sous la forme d’une pétition.

C’est cette pétition que nous vous présentons aujourd’hui.

Cette pétition est destinée au président de la Chambre d’Agriculture de Maine et Loire, élu jusqu’en 2019 et signataire de la motion, au préfet de Maine et Loire et aux ministres de l’agriculture et de l’environnement. Elle est à signer jusqu’au 30 avril 2018.
Merci de faire suivre ce message sans modération.
Le succès de cette action est entre nos mains !
A très bientôt.

Le comité Distrib’Action de l’InterAMAP 49.

Contre motion pour l’arrêt de l’utilisation du glyphosate en agriculture,
destinée à la Chambre d’Agriculture du Maine et Loire – Mars 2018


En septembre 2017 à l’occasion du débat européen sur le glyphosate, la Chambre d’Agriculture du Maine & Loire a voté une motion présentée par la FDSEA et JA en faveur du maintien du glyphosate.
Cela a provoqué stupeur et sidération dans le monde des AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne).

En Maine et Loire, le mouvement AMAP, c’est une quarantaine d’AMAP dans lesquelles se retrouvent environ 150 paysans qui nourrissent près de 12000 consommateurs sous la forme d’un partenariat solidaire fort. Les paysans s’engagent à produire sain, varié, de saison et appliquent les principes de l’agriculture paysanne, durable, sans pesticides ni engrais chimiques. Les consommateurs amarines sont très attachés et à leur façon de produire et à la qualité de leur propre nourriture. Depuis 1960
au Japon, puis dans différents pays du monde, 2001 en France et 2005 en Maine et Loire, ces paysans et consommateurs prouvent qu’il est possible de se passer de pesticides et donc de glyphosate.

Nous nous opposons fortement à cette motion de la Chambre d’Agriculture du 25 septembre 2017 qui affirme « Que le glyphosate est un outil nécessaire pour développer l’agriculture de conservation des sols, qui représente des intérêts pour la biodiversité, l’atténuation du changement climatique et la fertilité des sols, qui sert à développer l’agroécologie. »

Considérant que :
- La Chambre d’Agriculture est un organisme consulaire. Elle a pour objectifs :

- Elle a un rôle de service public et de dialogue avec les conseils départemental et régional, préfecture et direction de l’agriculture.

- Depuis 2008, selon les recommandations des assises de l’agriculture et du Grenelle de l’environnement, des actions à enjeu national sont sa priorité :


Les nouvelles directives issues des dernières assises de l’alimentation n’ont pas beaucoup modifié celles du Grenelle, si ce n’est les renforcer par des notions d’équité et de santé.

Nous affirmons que:

- Cette motion pour le glyphosate est un déni de ses engagements. Pour la petite histoire cette motion a été soumise par l’alliance FDSEA/JA et signée par l’ensemble des membres présents sauf 4 abstentions de salariés de la Chambre et le vote « contre » de l’élu paysan de la Confédération Paysanne. Ironie de cette histoire, cette aventure s’est déroulée lors de la session décentralisée sur une ferme en agriculture biologique,

- Nous, paysans de tous horizons, participons financièrement au budget des Chambres
d’Agriculture par nos taxes foncières et ADAR (taxe payée par les agriculteurs en faveur du développement agricole). Nous sommes donc en droit d’avoir un regard sur les actions de la Chambre d’Agriculture. Celle-ci est censée représenter le monde agricole dans toute sa diversité, utilisateur ou non de pesticides. Elle fait fi du travail des agriculteurs en agriculture biologique, mais aussi de celui des agriculteurs engagés dans des mesures pour restreindre l’utilisation d’intrants de synthèse,

- Nous, paysans et consommateurs en AMAP, estimons que la Chambre d’Agriculture doit être visionnaire, à l’avant-garde, pour engager l’agriculture de demain à l’image de la société et d’après les directives de l’État. L’agriculture doit être de plus en plus agroécologique, c’est un constat. Cette motion pour le maintien du glyphosate, à l’inverse, nous tire vers l’agriculture passéiste de « papa », celle des années 80, productiviste et intensive, peu regardante vis à vis de notre environnement et notre santé,

- Nous, paysans et consommateurs en AMAP, disons que se cacher derrière la défense de l’agriculture de conservation pour justifier le maintien de glyphosate est un mensonge.
L’agriculture de conservation, considérée comme progressiste, sortira grandie de s’en passer au plus vite. Basée sur le bon travail de la faune du sol (insectes, bactéries, champignons, etc.),
elle n’ignore pas l’impact néfaste des pesticides,

- Nous, paysans et consommateurs en AMAP, en tant que citoyens, estimons avoir un regard sur la gestion de la Chambre d’Agriculture. D’après de récentes analyses humaines, nous sommes tous exposés à ce pesticide, les mangeurs bio comme les autres, les producteurs bio non utilisateurs comme les autres,

- L’utilisation des pesticides est désormais interdite sur le domaine public. Les collectivités y souscrivent déjà et seront bientôt suivies de l’ensemble des citoyens. L’agriculture serait-elle la seule exemptée ?

PDF à télécharger pour plus d'infos

Texte de la pétition

Au vu de ces éléments, le mouvement des AMAP du Maine et Loire,

Déclare être contre le maintien du glyphosate en agriculture,

Demande à la Chambre d’Agriculture du Maine & Loire de proposer cette contre motion aux membres du conseil d’administration,

Demande à la Chambre d’Agriculture de s’engager dans une véritable politique de développement agricole agroécologique sans pesticides,

Invite ses membres et ceux de la société civile à manifester leur soutien en signant cette pétition.

Contre motion proposée par le mouvement des AMAP du Maine et Loire - Mars 2018

 

Signer !

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.


 

57 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

pensez aux abeilles et à leur rôle pollinisateur. Merci

un anonyme
28/04/2018 - 16:12:58

tristesse et pauvretée de voir des élus chambre d'agriculture favoriser le maintient de produits nocifs néfaste pour la santé des éleveurs mais également celle de tous nos concitoyens

rosier
22/04/2018 - 15:55:31

En ballade...je me demande : mais où sont passés les papillons et les insectes?!! Agriculture archaïque maintenue par des politiques, syndicats, labos et banques. Il y a tant à dire...Vous décideurs et Cie êtes éloignés du vivant de vous même en tant qu'espèce faisant partie intégrante de la nature que vous le vouliez ou non, c'est une réalité. Mais votre réalité est que vous nous ASSASSINEZ TOUS ET TOUTES. La TERRE nous nourrit, ELLE est notre nid. ON VEUT DU BIO DU BIO ET TOUJOURS DU BIO !!!!

linda
21/04/2018 - 12:53:19

Avec tout mon soutient

Cerisier
12/04/2018 - 20:50:59

A lire, et a trouver sur internet l'article du Courrier international qui reprend un rapport de l'ONU qui explique que toute la planete pourrait être nourrie avec l'écoagriculture...il faut faire la guerre à nos agriculteurs pollueurs et soutenir les quelques uns qui font du bon boulot

guilla79
11/04/2018 - 21:54:35

60 ans que les agriculteurs votent pour la FNSEA,polluent nos terres, polluent nos rivières, empoisonnent leurs congénères au nom du faut bien manger, morts des abeilles, 30% d'oiseaux en moins etc...ras-le-bol. Les agriculteurs sont devenus des exploitants agricoles et ne sont plus des paysans, des conducteurs de tracteurs c'est tout.Rien à foutre de la nature.

guilla79
11/04/2018 - 21:50:19

J'ai commencé ma carrière en divulguant une méthode d'agrobiologie (Lemaire-Boucher) dans son fief, le Maine et Loire. C'était en 1972, je suis effaré de constater que 46 après Les représentant de l'agriculture du Maine et Loire en soient encore à ce triste niveau de réflexion.

un anonyme
11/04/2018 - 16:58:07

Quand est ce que la FNSEA va enfin changer de braquet et encourager l'agriculture durable et saine pour l'humain et la biosphère ?... Cela aurait du être enseigné depuis des décennies dans tous les lieux d'enseignement agricole. Avec des fonds d'aide orientés uniquement vers le bio et non vers l'agriculture bizness...

Jean-Yves BELLIARD
09/04/2018 - 22:29:35

Sauvons ce qui reste de beauté et de Nature sur cette planète qui n'est pas un bac à sable pour capitalistes...
Capitalistes, DEHORS, si vous avez trop d'argent disponible, redistribuez...
Agrobusinessmen allez au Diable... Les oiseaux, les randonneurs, vos riverains, les rivières, les sols, les forêts n'en peuvent plus...

Bernard Pothier
09/04/2018 - 14:13:17

C'est un comble, car les agriculteurs sont les premières victimes des pesticides...

marie-danielle petit
09/04/2018 - 09:13:32

Des cons qui ne connaissent rien à la chimie prennent le pouvoir de décision!!!!on se croirait à l'assemblée Nationale ou au Sénat!!!Il faut supprimer toutes ces chambres et leurs nuisibles dormeurs!!!

Erick LECONTE
08/04/2018 - 18:13:38

lamentable !

Patrice Hurel
06/04/2018 - 14:01:55

J'ai assisté à une conférence de Gérard Ducerf récemment ( c'est un agrobiologiste et botaniste réputé). Il affirme que le glyphosate n'est pas le problème.Par contre, une confusion entre le glyphosate et le Roundup a été sciemment entretenue par les lobbies afin de tirer parti de l'innocuité du glyphosate pour disculper le Roundup. En effet, dans le Roundup, ce qui pose problème ce n'est pas la présence de glyphosate mais l'excipient - dont la formule a toujours été tenue secrète par les industriels- et qui, selon Gérard Ducerf, est tout simplement le tristement fameux agent orange... Le problème est donc plus celui-ci: si on autorise le glyphosate, cette autorisation ne risque-t-elle pas de concerner également le Roundup ? je ne peux répondre mais je pense que c'est le risque: le Roundup avance masqué derrière le glyphosate!!!

mamouth
05/04/2018 - 11:18:16

Mais quelles sont les alternatives?

jean-louis BANNERY
04/04/2018 - 13:59:01

Maintenant ça suffit de vouloir l'autorisation d'empoisonner la Planète!

Christiane Huard
03/04/2018 - 19:10:16

Alors que l'opinion publique soutien l'agriculture bio (croissance à 2 chiffres depuis plusieurs années de la consommation bio), que les conversions de terre agricole en bio ne cessent d'augmenter, que d'un point de vue économique, les fermes en bio sont les seules à échapper à la crise agricole... la Chambre d'Agriculture veut nous faire croire que l'agriculture ne peut pas se passer de glyphosate, pire qu'il serait bénéfique pour la biodiversité... une fois de plus, on marche sur la tête. Je m'excuse mais ça me file la gerbe

La Ronde des Fruits
03/04/2018 - 15:11:46

J'ajoute: le glyphosate apparait aussi comme palliatif au manque de main d'oeuvre sur des fermes qui se sont agrandies et qui délaissent l'élevage au profit des céréales.
Oui à l'agriculture paysanne sans glyphosate et pour des paysans nombreux.

Alain Chazerault
03/04/2018 - 14:24:19

Pour l'AMAP de Saumur

Jean-Pierre Girardeau
03/04/2018 - 10:56:39

On reste éberlué par l arriération d un certain monde agricole qui vote fnsea et consorts , quand les peintures à solvants ont été interdites ,les gens concernés carrossiers et autres n ont pas manifesté pour conserver le droit de finir avec un cancer ! Eux si!

JB
03/04/2018 - 09:11:46

Il y a les discours de certains représentants d'agriculteurs, toujours dans la victimisation (contre l'Europe, contre la PAC à une certaine époque ....Mais acceptant volontiers les subventions de nos impôts), jamais dans la transparence. Après leurs fameux "produits soit disant raisonnés" ,ils ne sont toujours pas raisonnables! Maintenant vous ne pourrez plus convaincre le public avec vos seuls arguments de productivisme.
Allez Mesdames et Messieurs de la FDSEA du 49, encore un effort pour vraiment être raisonnables et enfin comprendre que vous avez une responsabilité de produire des produits sains, de qualité et être fiers de vos productions sans glyphosate et autres produits nocifs.

GILLOIS
02/04/2018 - 12:04:17

Le glyphosate empoisonne non seulement les personnes qui évoluent à proximité des zones d'épandage...
... mais aussi les consommateurs des produits traités par ce poison...
... mais aussi les agriculteurs qui traitent, en utilisant ce poison...
... mais aussi, et durablement, les sols, les rivières et la nappe phréatique...

un anonyme
01/04/2018 - 19:45:37

Où est la démocratie quand un syndicat qui représente à peine 4% des habitants de ce pays peut imposer sa vision du monde, un monde stérilisé où l'alimentation n'est plus le fruit civilisé d'une paysannerie qui fonde notre culture et notre civilisation humaine mais le produit standardisé d'une industrie où l'"exploitant agricole" est un agent de la destruction de la nature au profit de grandes sociétés cotées en bourse !

Ignorant l'effet cocktail notamment, la FNSEA (merci Frawald pour la définition de l’acronyme) empoisonne la terre, l'eau et même le vent, au détriment de la santé des habitants de ce coin de planète qu'est la France et au détriment aussi de ses propres adhérents !

Jean Baptiste BAJON
01/04/2018 - 09:27:36

Qu'il est loin, loin le sol lorsqu'il est vu du haut de la cabine climatisée d'un gros engin agricole !
L'agriculture (telle que conçue par un certain syndicat Favorisant ce qui est Nocif pour la Santé, l'Environnement et l'Avenir) est décidément "hors sol" dans tous les sens de l'expression.
Et dire qu'on les subventionne pour qu'ils nous empoisonnent...

Frawald
31/03/2018 - 13:47:16

Dans le Maine et Loire des agriculteurs s'insurgent contre la position de leur chambre d'agriculture qui dit le glyphosate indispensable à l'agriculture, qu'attendent les AGRICULTEURS PROPRES du monde entier pour pointer leur index sur toutes les chambres d'agriculture ?!?!?!

Marie CLAUX
30/03/2018 - 23:15:29

C'est complètement irresponsable et à contre courant
Le bon sens paysan çà doit exister mais à l'évidence pas partout

Le Vérinois
30/03/2018 - 21:06:57

les chambres sont depuis longtemps des agents propagateurs des produits de la chimie il n'y donc rien d’étonnant à ce qu'elle valide l'usage du glyphosate

un anonyme
30/03/2018 - 19:10:31

Que leur a promis Monsanto pour que des jeunes agriculteurs prennent parti pour un poison comme le glyphosate. Il est insensé de constater que des paysans puissent encore défendre bec et ongle cette substance mortifère alors que d'autres conscients de la dangerosité des pesticides et herbicides ont démontré que l'on pouvait allègrement s'en passer. C'est affligeant.

Michel78
30/03/2018 - 09:47:57

assez de fermer les yeux sur le glyphosate. Prenons le taureau par les cornes et réfléchissons pour trouver une solution qqui ne pèse pas trop sur les paysans et protège la terre et ses habitants

renée lecomte
30/03/2018 - 09:16:25

combien faudra-t-il de développement de cancers chez les agriculteurs pour qu'ils prennent enfin conscience des propres risques qu'ils courent? Désespérant!

Edith BUFFET
30/03/2018 - 08:33:48

C'est une manière de confondre moyens et fins. C'est ainsi que les chambres d'agriculture en privilégiant la diffusion des techniques sans réflexion sur les finalités ont permis le développement d'une agriculture productiviste au détriment d'une agriculture paysane plus respectueuse de la nature et de l'environnement. Nous en connaissons aujourd'hui les conséquences au vu de l'évolution du monde agricole et ses conséquences pour les agriculteurs (ou plutôt "paysans)!!!. Cette politique se poursuit et se développe aujourd'hui avec la bénédiction des instances politiques et réciroquement

un anonyme
30/03/2018 - 08:30:57

le glyphosate, c'est dépassé ! L'avenir est à l'agriculture avec le sol et non pas contre nature

Ariane BERLAND
30/03/2018 - 01:56:55

A mort les pesticides et autres s........

Christian Perez-Gil
30/03/2018 - 00:04:35

ça suffit !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Jakez LOUËR
29/03/2018 - 23:42:10

Ils sont tous devenus fou.
On stérilise et uniformise tout.
Que nous restera t'il, de nigelles des blé, de papillons et d'éclat de rire d'une petite fille surprise par les drôles de tours que lui joue le vol erratique de ce dernier devant son filet, de rossignols, de beauté de silence et de rêve?
Sommes nous condamnés à ne voir que des alignements de maïs, de noyers de fruitiers tueurs d'insectes, d'horizons de betteraves sous couvert d'éoliennes.
Si l'on arrive à rien, le compte à rebours de sapiens et commencé.

un anonyme
29/03/2018 - 21:11:49

J'espère que vous avez conscience des dégâts que vous engendrés aussi bien pour la nature que pour la population...

André RAOULT
29/03/2018 - 19:24:23

La FNSEA et ses formatés de JA aux méthodes chimiques ont monopolisés 90% des chambres d'agriculture en France et n'ont absolument pas envie de changer car les administrateurs sont eux même agriculteurs chimiques , liés au crédit agricole et leur fournisseurs d'intrants qui sont aussi dans les coopératives agricoles.
Au final, ils ont bouclés les postes de direction sur tous ces organismes dans le seul but de leur intérêts financiers. Leur champs ne sont que des espaces industriels morts ou le blé et le colza ne poussent que sous la perfusions de leur insecticide, désherbants sélectifs et fongicides. Un rayon de soleil est passé cette semaine et les pulvérisateurs sont de sortis comme si on leur avait donné l'ordre d'aller épandre leur saleté de produit. Hier même sous la pluie, j'en ai vu balancer leur produit sur du colza (pratique raisonnée de lessivage en pure perte) et chaque année toujours la même chose. Tant qu'on interdira pas par la loi, on est pas près de voir un changement majeur de mentalité. Mais là il faudrait aussi changer l'enseignement agricole mais on est encore avec des financeurs qui sont encore le crédit agricole, les coop..encore la boucle pour former les Jeunes a ces techniques chimiques. La preuve en est par cette motion de la chambre d'agriculture du maine et loire.

jardinier28
29/03/2018 - 19:10:39

Non seulement les responsables négligent la santé des français, mais il semblerait que ce soit le contraire, et qu'ils veuillent qu'on laisse la place "aux gens venus d'ailleurs" qui nous coûtent si cher ! et que nous payons ! la rumeur est-elle fiable ? qu'on nous prouve que c'est faux !

un anonyme
29/03/2018 - 19:08:29

sont tarés............

Guy Goursaud
29/03/2018 - 18:47:37

il faut vite arrêter la vente de glyphosate et son utilisation jl

un anonyme
29/03/2018 - 17:29:20

Ils polluent, ils empoisonnent la race humaine, toute la chaine alimentaire, toute la faune, l'environnement et la planète pour des décennies, ce sont des assassins que l'on devrait condamner comme des terroristes, leur interdire d'exercer et de leur supprimer toutes aides dont ils bénéficient ainsi que la sécurité sociale pour eux et leur famille
!!!Rien que pour cela, nous ne devrions plus être dans cette union européenne complice quelque part de génocide !!!

PLS
29/03/2018 - 17:04:57

Et on nous rebat les oreilles avec le besoin de transparence dans les décisions qui engagent notre avenir? On commence quand?

Transparent
29/03/2018 - 16:43:24

On devrait demander à celles et ceux qui ont voté le maintien du glyphosate, d'aller en personne sur le terrain épandre cette saloperie, ET SANS MASQUE, puisqu'ils jugent ce produit non dangereux !

Jean-Claude BOUREL
29/03/2018 - 16:41:06

FNSEA EMPOISONNEUSE ...ET ASSASSINE de l’environnement, les êtres viants, les sols, les eaux, les humains même...

Bernard Pothier
29/03/2018 - 16:22:52

Les crétins corrompus se feront manger aussi lorsque le système va "planter".
Monsieur BRUNO qui témoignez, restez prudent, ne préférez pas ce stratagème déguisé en presque bonne action à vos yeux de votre voisin agriculteur; il se ment à lui-même. Tout se répand dans les sols, inexorablement. Glyphosate est mutagène, détruit les reins etc... cherchez.
À ce stade là, il n'y a pas de mesurette, il faut faire un choix drastique même si pénible.
Si ce n'est pour nous, pensons à ceux qui nous suivent,nos descendants doivent-ils subir nos lâchetés assassines pour des décennies voire plus ?

RASLEBOL
29/03/2018 - 16:21:26

Nous avons en mémoire "Le salaire de la peur" où les salariés prenaient le risque de mourir dans une explosion. Aujourd'hui nous voyons des agriculteurs prendre le risque d'être victimes de produits toxiques. C'est un problème puisque le déficit de la Mutualité Sociale Agricole est très important (M. Macron n'a pas évoqué l'avantage que retirent les agriculteurs de la solidarité nationale !). MAIS LE PROBLÈME MAJEUR C'EST QU'ILS IMPACTENT LA SANTÉ DE LEURS CONCITOYENS. Subsidiairement ils portent préjudice aux agriculteurs bio...

Georges Cingal
29/03/2018 - 15:55:53

j'ai signé en solidarité avec les "Phyto-victimes" déclarées et potentielles qui sont le plus souvent du monde agricole ou voisins d'agriculteurs épandeurs de pesticides

Michel ISAMBERT
29/03/2018 - 15:42:39

Les agriculteurs de la FDSEA et de la JA ne peuvent pas dire :"on ne savait pas".
Sont responsables aussi les techniciens chargés de les conseillers ainsi que les écoles qui enseignent encore cette agriculture à base de pesticides, d'insecticides, de fongicides au mépris de la Vie, celle des sols, des insectes et de toute la chaîne alimentaire jusqu'aux hommes.

yvette
29/03/2018 - 15:28:55

La FNSEA.... Je ne comprends même pas que les jeunes agriculteurs suivent encore ce syndicat mortifère.

DUNKSAY
29/03/2018 - 13:53:18

C'est à vomir

padupe
29/03/2018 - 13:48:32

la FDSEA et la Chambre d'Agriculture montrent ainsi leur mépris total de la santé des citoyens...C'est proprement scandaleux !!!

Sylviane Murat
29/03/2018 - 13:38:55

L'affirmation concernant l'outil qu'est le glyphosate dans l'itinéraire de conservation des sols, donc d'agriculture tout de même vertueuse, n'est pas faux. Je préfère un agriculteur qui l'utilise mais qui a banni les insecticides, qui a banni les herbicides autres, qui -en tout cas- est engagé dans une démarche du "moins de pesticides de synthèse organique et moins d'intrants chimiques", qui enherbe ses tours de parcelles, qui entretient des haies...

Bruno
29/03/2018 - 13:33:12

Les chambres d'agriculture et la FNSEA sont main dans la main avec les firmes phyto; Ce deal perpétue les dégâts fait aux oiseaux, aux insectes, empoisonnent les paysans et les populations..... Ce scandales doit cesser, même de façon coercitive, la conviction serait nettement préférable....

cactus
29/03/2018 - 13:31:21

La FNSEA et sa pouponnière sont en phase de soins palliatifs. L'avenir de l'"exploitation"(revendiquée par les exploitants agricoles)industrielle des terres dans la main des fonds d'investissements. Les tenants du tout industriel hexagonal ne se rendent peut être pas encore compte de ce qui va leur arriver.

ABEL MONIN
29/03/2018 - 13:15:14

agriculture d'aujourd'hui, un état dans l'état!....on fait ce que l'on veut, quand on veut , ou l'on veut!....en plus, un gouffre a argent public!....il faut que cela cesse, la nationalisation des terres de France s'impose pour les préserver des investisseurs étranger? mieux distribuer le travail et éviter toutes les révoltes agricoles qui coûtent énormément aux citoyens.....DBC

un anonyme
29/03/2018 - 13:11:32

ce sont les mêmes qui crient aux loups pour une vieille brebis tuée qui reclament le droit d'empoisonner avec des produits toxiques encore et encore et jusqu'a ce que l'on trouve un autre poison! moi j'ai un piochon pour les mauvaises herbes et de l'huile de coude!

patrice BERNARD
29/03/2018 - 12:55:07

Ces gens de la FDsEA (pour ne pas dire FNSEA) et JA sont des salauds au sens sartrien du terme: ils savent qu'ils empoisonnent l'humanité, mais ils s'en foutent. J'en vois dans mon coin qui depuis des années empoisonnent leurs cultures à qui mieux mieux, mais qui achètent leur nourriture en bio!! Ils s'en sont même vantés à moi!! Des salauds, c'est tout.

Maurice Bérard
29/03/2018 - 11:59:06

Quand je vois ça : «Ironie de cette histoire, cette aventure s’est déroulée lors de la session décentralisée sur une ferme en agriculture biologique», je me dis que ces gens-là crachent en plus à la figure de ceux qui les ont hébergés!

Ani Boquillon
29/03/2018 - 09:15:57

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette pétition en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !