actualité écologie

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

météo

22 V'là les acteurs des transitions

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Les amis des 150

SPAM etc...

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Pour nourrir Paris, sauvons les terres de Saclay et Gonesse

Paris va-t-il un jour renouer avec les disettes des siècles passés ? Possible, si on ne stoppe pas la destruction des terres nourricières, comme celles de Saclay et Gonesse, interpellent les auteurs d'une tribune.

[ 2 109 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 25 novembre 2022

Proposée par Cyberacteurs

Elle prendra fin le : 15 décembre 2022

Plus d'infos

GonesseTribune parue sur Reporterre
https://reporterre.net/Pour-nourrir-Paris-sauvons-les-terres-de-Saclay-et-Gonesse  

Cédric Villani est mathématicien (médaille Fields 2010), professeur à l’Institut des hautes études scientifiques et à l’université Lyon 1, ancien député de l’Essonne ; Fabienne Mérola est ancienne directrice de recherche au CNRS, porte-parole du Collectif Contre la ligne 18 (CCL18) ; Bernard Loup est porte-parole du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) ; Luc Blanchard est coprésident de France Nature Environnement Île-de-France ; Gaspard Manesse est porte-parole de la Confédération paysanne Île-de-France.

Les tronçons ouest de la ligne 18 et nord de la ligne 17, dernières lignes du Grand Paris Express (GPE) encore à construire, doivent traverser de part en part des territoires agricoles d’une exceptionnelle fertilité aux portes de la métropole parisienne : respectivement le plateau de Saclay (2 300 hectares) et le Triangle de Gonesse (670 hectares). On y pratique l’agriculture céréalière et maraîchère, on y prépare des produits laitiers et de la volaille bio. À lui seul, le plateau de Saclay pourrait un jour nourrir en légumes bio près de 400 000 personnes.
https://www.mediapart.fr/journal/france/160922/isabelle-goldringer-le-plateau-de-saclay-pourrait-nourrir-en-legumes-400-000-personnes  

Si l’été dernier a été catastrophique partout en France, sur ces terres constituées de limons millénaires, le blé, le maïs et les pommes de terre ont poussé comme chaque année sans arrosage, et les rendements ont été excellents aux dires des agriculteurs. Ces presque 3 000 hectares d’espaces verts périurbains sont aussi de précieux auxiliaires dans la régulation thermique de la région parisienne. Pourtant, les agriculteurs s’y sentent toujours plus assiégés et crient à l’aide depuis des années sans être entendus, sachant bien que ces grands projets de transport sont le prélude à un bétonnage toujours plus envahissant.

De fait, ces deux lignes de métro ne répondent pas à un réel besoin, mais à des projets d’expansion du centre métropolitain, fortement urbanisé, vers la grande couronne parisienne, encore largement agricole. Dans l’immédiat, la fréquentation attendue de ces nouveaux tronçons, d’un coût cumulé de près de 4 milliards d’euros, serait extrêmement faible, et leur coût carbone de construction exorbitant [1].

Pendant ce temps, la rénovation du réseau ferré existant, notamment les lignes de RER B, C et D, qui transportent chaque jour des millions de passagers, continue de souffrir d’un manque criant d’investissements.
https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/09/13/ile-de-france-la-modernisation-du-reseau-ferroviaire-des-lignes-b-et-d-du-rer-a-l-arret_6141323_3234.html  

Un entêtement absurde

Conçus au début des années 2000, ces projets ne sont plus en phase avec les réalités climatiques, écologiques, ni même démographiques de l’Île-de-France, dont la population a cessé de croître depuis plusieurs années en raison d’un solde migratoire négatif. Ils continuent pourtant de prospérer sans réel débat, au prétexte qu’il n’est pas possible de revenir sur les décisions du passé.

À Saclay, après des années de contestation des riverains, des agriculteurs et des associations de défense de l’environnement, le tronçon ouest de la ligne 18 a finalement été déclaré d’utilité publique en mars 2022 par le Premier ministre, Jean Castex, peu de temps avant de quitter son poste. Grave erreur ! S’il nous est arrivé d’avoir par le passé des avis divergents sur le tronçon est, nous sommes unanimes à considérer le tronçon ouest comme la pire aberration pour le plateau de Saclay. Les agriculteurs et les élus alertent : ce métro annonce de fait la fin programmée de l’agriculture sur le plateau de Saclay, déjà fortement bousculée par les chantiers du nouveau campus universitaire (400 hectares artificialisés). Il entraînera une coupure fonctionnelle des surfaces agricoles et des continuités écologiques, aggravera les pollutions de toute nature, sonnera le glas des espoirs d’équilibre entre le développement universitaire de Paris Saclay et l’agriculture du plateau, bref, le glas de l’alliance qui aurait dû être le vrai fondement de ce projet universitaire.

À Gonesse, le gouvernement laisse la Société du Grand Paris démarrer la construction de la gare du Triangle de Gonesse, située à 1,7 kilomètre des premières habitations. Décidée en 2011, la ligne 17 nord était censée relier le mégacentre commercial Europa City, avec ses prétendus 10 000 emplois et 31 millions de visiteurs, à Roissy et son futur Terminal 4. Alors que les projets d’Europa City et du Terminal 4 ont été abandonnés, et que plus aucun investisseur privé ne s’intéresse au Triangle de Gonesse, alors que Roissy est déjà desservi par le RER B et bientôt le CDG Express, l’État et les collectivités persistent à vouloir urbaniser ce secteur, en multipliant des projets invraisemblables — comme une cité scolaire avec internat en pleine zone d’exposition aux bruits des aéroports —, afin de justifier leur métro et sa gare en plein champ.

Le Patrimoine mondial de l’Unesco comme ultime recours

Dans le contexte actuel, il n’est pas concevable que de tels projets soient poursuivis, malgré leur coût pharaonique et leurs lourdes conséquences écologiques : les avis critiques se multiplient de toutes parts [2], et l’opposition ne faiblit pas.

Le 16 septembre dernier, lors d’un grand meeting à la salle Olympe-de-Gouges (Paris XI?), qui a rassemblé 500 à 600 personnes, un appel solennel a été lancé par un collectif de scientifiques et de personnalités, demandant au gouvernement de proposer le classement des terres fertiles de Saclay et Gonesse au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Ce samedi 22 octobre, près de 300 personnes venues de tous les coins de l’Île-de-France, citoyens, associatifs, élus, syndicalistes, militants politiques, activistes, zadistes, ont participé à la marche Terminus Saclay, reliant sur 17 kilomètres l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines au bourg de Saclay, pour réclamer l’abandon de ces projets de métro en plein champ.

Aujourd’hui, il y a urgence : un autre projet pour la région Île-de-France doit être élaboré, notamment à travers la révision en cours de son Schéma directeur régional, dit aujourd’hui « Environnemental » (SDRIF-E). Ce document, qui orientera l’avenir du territoire et de ses quelque 13 millions d’habitants pour les vingt-cinq années à venir (une période décisive dans notre adaptation aux défis climatiques), doit faire l’objet d’une information claire [3] et prendre au sérieux cette interpellation sévère de l’Autorité environnementale : « La transition écologique n’est pas amorcée en France » !

Il s’agit désormais d’acter les nouveaux principes de zéro artificialisation et de sobriété énoncés par le gouvernement ; de favoriser les mobilités douces au service des usagers ; d’apporter un soutien foncier et économique à une agriculture paysanne et nourricière en Île-de-France.

Pour en débattre, France Nature Environnement Île-de-France organisera le 1?? décembre prochain une rencontre-débat avec l’Institut Paris Région et les élus régionaux. Car qu’y a-t-il de plus important que l’avenir du vivant à deux pas de chez nous, maintenant et pour la génération à venir ?
https://fne-idf.fr/agenda-1/203-evenement-de-fne-ile-de-france/303-rencontre-debat-pour-un-sdrif-e-veritablement-environnementale  

Notes

[1] Selon les projections de la Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement en Île-de-France, et les modélisations retenues par la Société du Grand Paris (données Modus 2.2 et 3.1) : entre 2 000 et 3 000 passagers par heure à l’heure de pointe du matin, contre 20 000 à 40 000 passagers au même moment pour les lignes du Grand Paris Express.
https://www.drieat.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/modelisation_des_deplacements_en_idf_avec_modus_3.1.pdf  
Du fait du très faible report routier attendu (moins de 1 %) et de la basse fréquentation de ces lignes, ces émissions carbone liées à la construction des infrastructures ne pourront être compensées qu’à des horizons très lointains, voire jamais, selon l’Autorité environnementale, comme de l’avis de Jean-Marc Jancovici.
https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=iVC14FwME6M&t=54m3s&feature=youtu.be  

[2] Un article d’experts paru dans L’Obs fin octobre dénonce ainsi les manipulations de la Société du Grand Paris visant à camoufler le bilan socio-économique désastreux de ces projets,
https://www.nouvelobs.com/bibliobs/20221028.OBS65234/lignes-17-et-18-les-evaluations-plus-que-discutables-de-la-societe-du-grand-paris.html  

tandis que le gouvernement est interpellé sur ces questions au Sénat.

https://videos.senat.fr/video.3052328_6357816576cac.seance-publique-du-25-octobre-2022-matin?timecode=8339000  

Voir aussi les avis de la Cour des comptes, du Commissariat général à l’investissement, du STIF, de l’Autorité environnementale, de la Fnaut, du Cercle des transports, de Pascal Auzannet, et… les milliers d’avis très majoritairement négatifs déposés lors des nombreuses enquêtes publiques.

[3] La consultation actuellement lancée par la Région n’est pas à la hauteur des enjeux : le dossier de consultation du public est un simple document de 26 pages !
https://jeparticipe.smartidf.services/project/idf-2040-grand-public/step/pour-participer-a-la-consultation-des-franciliens-sur-lavenir-de-lile-de-france-2040-nous-vous-invitons-a  

Départs des Franciliens vers la province : des écarts de niveau de vie parfois importants avec leurs nouveaux voisins 
https://www.insee.fr/fr/statistiques/6527491  

Luttes en archives
2018 Triangle de Gonesse : le gouvernement offre une gare à Auchan,
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=2493  

2018 Enterrons le projet Eur-Opacity... sous les avis négatifs !
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1661  

2018 NON AU METRO AERIEN SUR LE PLATEAU DE SACLAY
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1803  

2017 Non à l'exposition universelle 2025 sur les terres agricoles d'Ile de France
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1718  

2016 Stop au béton sur les terres agricoles du plateau de Saclay
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1363  

2015 Pas de métro sur le Plateau de Saclay
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=951  

2014 Plateau de Saclay- contre le doublement à 2x2 voies de la RD36
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=860  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à myriam.merad@debat-cndp.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Sauvons les terres nourricières
  • Message : Madame, Monsieur,

    La consultation actuellement lancée par la Région n’est pas à la hauteur des enjeux.
    Un autre projet pour la région Île-de-France doit être élaboré, notamment à travers la révision en cours du SDRIF-E. Ce document doit faire l’objet d’une information claire et prendre au sérieux cette interpellation sévère de l’Autorité environnementale : « La transition écologique n’est pas amorcée en France » !

    Dans cette attente ; veuillez croire en ma vigilance citoyenne.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

14 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

un peu de bon sens pour épargner les terres de Saclay

qui seront utiles comme terre nourricières........

joelle dulong
30/11/2022 - 14:40:42

préserver les terres agricoles autour de Paris c'est un enjeu pour Demain
réfléchir à des alternatives pour les transports, les modes de travail, ...

Danielle PEYRON
29/11/2022 - 22:05:59

Stop au délire le béton il y en a plein le dos stop stop stop enfin !!!!!!!!!

ann parkins
29/11/2022 - 20:34:13

Ces infrastructures semblent effectivement aberrantes, mais le problème initial est peut-être situé autre part que sur les plateaux de Saclay et Gonesse ... Comment peut-on encore accepter l'inadéquation emplois/logements à Paris et dans la petite ceinture ? Pourquoi accepte-t-on encore que des immeubles de bureaux émergent à Paris, Montreuil, Saint-Denis, Issy, etc. plutôt qu'à Clermont-Ferrand, Saint-Etienne, Roubaix, Charleville-Mézières, etc. ? La centralisation française est un problème national, lié à la concentration des richesses autour de Paris et au délaissement des "territoires" comme ils disent ... autrement dit du reste du pays.

Léonard Mégevand
29/11/2022 - 15:08:17

Créer ou préserver une ceinture verte autour des grandes agglomérations ou mégalopoles est important afin de faire face à des crash alimentaires futurs possibles.
C'est une nécessité et même une responsabilité à laquelle chaque élu doit répondre.
La maire de Toulouse s'y est déjà attelée...

"La tête est ronde afin de permettre aux idées de changer de sens" !!!
La tête de nos élus sont-elles assez ronde ?

Brigitte BON
27/11/2022 - 11:51:29


Il est urgent que les politiques publiques prennent en considération la nécessaire préservation des terres agricoles pour assurer la sécurité alimentaire des populations, notamment à proximité des grandes villes.

Flip
27/11/2022 - 08:31:51

Visiblement aucune leçon n'a été tirée des conditions extrêmes de cet été 2022, car revoici le Grand Paris bétonnant si cher à Sarkozy. A propos de grandeur, nous aurions préféré que ce dernier s'en tienne à ses talonnettes...
Pour la sauvegarde des terres nourricières et des îlots de nature autour de Paris. Pour notre survie à tous.

Frawald
26/11/2022 - 12:36:06

Plus on nous parle de l'artificialisation des terres et plus nous les voyons disparaitre au nom du Progrès technique. A qui cela profite?

Claude Fustier
25/11/2022 - 21:53:07

Quand le pouvoir est acquis par la collaboration de la vanité, de la cupidité, de l’égoïsme, et de la bêtise, c’est la déraison qui l’emporte sur le bon sens.
Pouvoir conquis grâce aux professionnels de la communication aptes à manipuler l’opinion. L’opinion de citoyens prédisposés au conformisme, ou candides sensibles à l’incantation de slogans tirés d’un répertoire d’idées reçues.
Vanité d’édiles avides d’emblèmes spectaculaires propres à asseoir leur image auprès de leur coterie ou auprès de leur base électorale.
Cupidité d’établissements et de de sociétés qui visent en premier lieu la justification de leur activité et sa rentabilité.
Egoïsme de particuliers qui, focalisés sur leur intérêt supposé, fantasment sur des commodités nouvelles dont peu en useront, et sur la plus-value acquise par leurs biens.
Bêtise d’une technostructure qui, accrochée aux principes hérités de son passé, s’aveugle sur l’évolution des nécessités, méprise l’intelligence collective et décide seule du bien de tous.
Déraison de gouvernements qui imposent à la collectivité un grand projet coûteux et d’utilité contestée. En éludant le débat pour régner par le fait accompli et en dévoyant les procédures participatives, ils décrédibilisent la démocratie représentative sur laquelle ils sont assis.
Bon sens, il est évident que l’avenir n’est plus dans la compétition régionale pour la croissance, ni dans le maillage des pôles attractifs pour permettre d’éloigner l’habitat de l’emploi. L’avenir climatiquement menacé nécessite le recentrement local des activités, qu’elles soient vitales, de loisir, ou de travail. Et surtout de restaurer l’autonomie alimentaire en préservant les terres agricoles péri-urbaines.

A Gonesse comme à Saclay, les lignes 17 et 18 du Grand Paris Express sont un non-sens économique et une erreur d’aménagement du territoire.

dominno
25/11/2022 - 15:54:43

Il y a 55 ou 56 ans, j'ai assisté à la main mise sur les terres agricoles autour de Roissy-en-France pour installer l'aéroport. Etait-ce nécessaire? Sans doute car Orly, seul aéroport à l'époque, n'était pas du tout à même de répondre aux besoins. Peu à peu, j'ai vu disparaître toutes les terres agricoles de l'ancienne Seine-et-Oise qui fournissait en légumes et fruits Paris et alentours. Depuis 50, le massacre s'aggrave au fil de gouvernements qui ne rêvent qu'infrastructures bétonnées et/ou macadamisées. "Le paysan de Seine-et-Oise" a disparu, y compris de l'imaginaire et des plaisanteries pas vraiment spirituelles tout comme le département du même nom. Mais que veulent nos dirigeants en détruisant l'environnement et les emplois agricoles? Inconscience? Cynisme? Je m'interroge depuis des décennies puisque j'assiste à de tels massacres partout en France.

Mireille
25/11/2022 - 14:30:33

Tiens on a oublié que nous ne mangeons pas que du hors-sol ! Heureusement

Daniel THIERRY

Daniel THIERRY
25/11/2022 - 13:35:25

Assez de béton ! Nous avons besoin de villes à taille humaines, autosuffisantes en ce qui concerne la nourriture, et surtout pas des villes dépendantes de régions situées à plusieurs centaines de kilomètres, avec la consommation d'énergies fossiles polluantes qui va avec !

Jean-Luc DUFLOT
25/11/2022 - 12:12:01

LE BÉTON ... RAS LE BOL !!! ÇA SUFFIT !!!

Bruno Cappelle
25/11/2022 - 11:15:14

Triangle de Gonesse : ZADimanche « RETOUR SUR LE TRIANGLE » dimanche 27.11.22 de 11h à 16h
Comme tous les derniers dimanches du mois, nous vous invitons à notre pique-nique revendicatif sur le Triangle de Gonesse.
Déroulé de la journée :
Rendez-vous à 11h à la Patte d’Oie de Gonesse,
Départ vers 11h30 en direction du chemin de la Justice
À 12h30, pique-nique apporté par chacun·e et prises de paroles.
À partir de 14h, toutes les informations sur la situation et la préparation des actions à venir.

Accès train ou train/vélo :
RER D : descendre à l’arrêt Villiers-le-Bel-Gonesse-Arnouville (20’ depuis Gare du Nord), puis prendre le bus 20 arrêt Patte d’Oie-Triangle de Gonesse (prévenir le chauffeur)
ou RER B jusqu’au Parc des Expositions (20’ depuis Gare du Nord), puis prendre le bus 20 arrêt Patte d’Oie-Triangle de Gonesse (prévenir le chauffeur)

Voiture : Chemin de la Justice à Gonesse

Au sommaire de ce numéro :

Prochaine ZADimanche sur le Triangle de Gonesse : dimanche 27 novembre
Écho de la ZADimanche du 30 octobre
Pour une Cité scolaire dans les villes et non sous le bruit des avions
Comité d’accueil du CPTG à la Conférence organisée par la SGP sur les quartiers de gare du Grand Paris
Samedi 3 décembre à 14h au centre Pompidou, intervention sur le Triangle de Gonesse par l’artiste cinéaste Catherine Radosa
Un stand du CPTG à la Fête de la NUPES du Val d’Oise le 19 novembre 2022
Un Grand Projet de Voirie Inutile, le BIP, fait un bide
Ailleurs ils luttent aussi : l’avenir du site de Grignon (Yvelines) revient dans l’actualité
Pour nourrir Paris, sauvons les terres de Saclay et Gonesse (tribune)

http://uy8h.mjt.lu/nl3/q3x2fwxXku7S_RU_lEmeXg  

Alain UGUEN
25/11/2022 - 09:03:10

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !