actualité écologie

Soutien permanent aux paysans de NDDL

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

OPÉRATION

image vide cyberacteurs
image vide

  #Landes   #Gascon   #patrimoine   #langue



Cyberaction N° 076L: Pour le développement du gascon dans les Landes

La langue occitane de Gascogne est le cœur du patrimoine culturel landais. Conformément à ce qu'ont soutenu la plupart des grands élus landais dans la charte des libertés et de la diversité culturelle, nous demandons un véritable engagement du Département aux côtés des mouvements associatifs et culturels qui œuvrent à sa valorisation, à sa transmission et à sa socialisation: signature de la convention cadre pour l'enseignement des langues minoritaires, soutien aux associations, à la création artistique, mise en valeur de la langue dans l'espace public, etc...

[ 1 572 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 18 octobre 2016

Proposée par collectif crida 40

Elle sera envoyée à Xavier Fortinon, président du département , Jean-Louis Carrère, Sénateur des Landes

Plus d'infos

parlam gascon !Nous assistons dans notre département aux débats qui ont lieu autour de ce que chacun nomme désormais le patrimoine et la culture landaise. Débats, initiatives, manifestations qui témoignent de l'envie et de la nécessité de défendre et de se réapproprier le territoire. Défense de la ruralité, de l'agriculture de proximité, des activités traditionnelles, chasse, course landaise…

La charte des libertés et de la diversité culturelle défendue par bon nombre de grands élus du territoire mentionne la nécessité de veiller à la transmission de la langue occitane de Gascogne. Or tous les acteurs culturels et associatifs landais constatent qu'il n'existe aucune volonté concrète de mettre en pratique ces idées et qu'au contraire l'action du département vise à démanteler le tissu associatif et culturel militant:

Contrairement aux déclarations d'intention des uns et des autres, la réalité montre une volonté de folklorisation d'un patrimoine vivant qu'il convient au contraire d'entretenir et de transmettre. Il faut que cela change!

Le texte de la crida/appel signé par de nombreuses associations, élus, artistes et personnalités est téléchargeable en PDF et est visible ainsi que la charte des libertés et de la diversité culturelle sur le site http://crida40.jimdo.com  
Et sur https://www.facebook.com/crida40  

PDF à télécharger pour plus d'infos

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à xavier.fortinon@landes.fr | jl.carrere@wanadoo.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Pour le développement du Gascon
  • Message : Monsieur le Sénateur,

    S'il existe une identité landaise, si les mots patrimoine et culture ont un sens, alors la langue parlée de "tostemps a jamei" dans les Landes est au cœur de toutes les revendications et initiatives pour la défense ou la transmission d'une culture. Elle est le lien, le dénominateur commun à toutes les pratiques revendiquées comme patrimoine, l'essence de ce qui participe à la réappropriation et à la valorisation d'une culture régionale.

    Les signataires de l'appel "la langue occitane de Gascogne est le coeur du patrimoine culturel landais" entendent établir la langue occitane de Gascogne dans ses droits et ses devoirs au sein du patrimoine vivant de la culture landaise.

    Nous demandons instamment aux élus et représentants de tous niveaux et de tous bords, aux collectivités territoriales, d'accueillir les défenseurs de cette langue à ce titre, et d'œuvrer avec eux à sa valorisation et à sa transmission, à sa socialisation par tout moyen, notamment le soutien à la création.

    Nous demandons que soit signée par le département la convention cadre pour le développement et la structuration de l'offre d'enseignement de l'occitan et en occitan dans l'académie de Bordeaux, et que le département s'engage ainsi à collaborer activement à toutes les initiatives régionales ou nationales dans la perspective d'une véritable politique linguistique de territoire au service de tous.

    Sûr de votre intérêt pour la défense de notre patrimoine vivant, je vous prie d'accepter nos plus cordiales salutations

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

52 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

plutôt que d'obliger l'apprentissage de l'anglais ou de l'arabe à l'école, commençons par apprendre les langues de chez nous. pour l'international, il serait tellement plus intelligent d'utiliser l’Espéranto, langue qui n'appartient à aucun pays. je suis absolument anglophobe, c'est inutile puisque l'on a de très bons traducteurs informatiques.

Jean-Pierre Reillon
24/02/2017 - 10:38:38

Los òmes sèm pas libres se lo nòstre pòble es pas respectat.

Víctor
15/01/2017 - 11:31:44

Celia : votre message m'a ému car il est d'une grande sincérité et d'une aussi grande richesse ... et vous avez raison : c'est pour ça que j'encourage chacun à s'investir dans la langue ou le patois de sa région d'adoption et c'est comme ça que l'on crée des liens de coeur inaliénables ; comme vous l'avez compris, vous avez le privilège d'avoir une grande sensibilité qui vous permettra, j'en suis convaincu, de partager avec vos semblables des valeurs patrimoniales certaines.
Je vous souhaite, à vous comme à tous ceux qui vous sont chers et à tous les lecteurs de ce message, une bonne et heureuse année 2017 riche en santé : Julien.

Julio64
04/01/2017 - 19:17:34

Grosse frustration pour moi d'avoir un papa moitié espagnol, moitié catalan et de n'avoir pu apprendre que l'espagnol à l'école, le catalan n'étant pas enseigné au nord de la Loire... Sa faute a été de ne pas avoir voulu me parler même en espagnol car il a toujours dit mal parler la langue et ne pas la maîtriser à l'écrit et donc il ne voulait enseigner des bêtises. J'ai donc étudié comme j'ai pu, car maîtriser une autre langue, c'est avant tout ouvrir son esprit à une autre façon de penser, et de nos jours, c'est important. Alors peu importe la langue, il faut que les enfants aient le choix, notamment de connaître la langue de leurs ancêtres ou celle de la région dans laquelle ils sont nés, même si ce n'est pas leur culture à la base. Dans une chanson de Zebda qui parle du brassage ethnique, un vers dit "des sénégalais parlent l'occitan" et bé oui, ça c'est bon, ça c'est la France. Vaut mieux des sénégalais qui parlent l'occitan, tout en parlant leur langue et le français pas très bien, que des gens qui vivent en France mais qui l'ont en horreur parce qu'on veut tout uniformiser !

Celia Bonache
04/01/2017 - 16:32:32

Chère Sylvie,
Je savais qu'on allait finir par se comprendre : les gens sensés n'ont aucun mal à se comprendre et à communiquer entre eux ; qu'il me soit permis également d'associer et d'adresser à toutes celles et tous ceux qui vous sont chers de bonnes fêtes de fin d'année, et que 2017 vous soit année de bonheur et de santé : Deneri, Eguberri On eta Urte Berri On Osagarri Onbatekin (à tous, joyeux Noël et meilleurs voeux de santé pour la nouvelle année) : Julien.

un anonyme
23/12/2016 - 10:28:22

Cher Julio64, je comprends mieux que le basque soit votre langue maternelle.
Je ne confonds pas la Révolution française et le 16eme siècle ! C'est François 1er qui a promulgué l'ordonnance de Villers-cotterets en 1539, rendant le français la langue officielle du droit et de l'administration. Le français ayant du mal à s'imposer, il faut attendre le décret du 2 thermidor An II qui impose le français partout. Nous avons donc raison tous les deux !
Je vous souhaite de bonnes fêtes de Noël et de fin d'année.

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
22/12/2016 - 21:26:09

Chère Sylvie,
Je ne sais comment m'y prendre pour mieux vous faire comprendre ce que vous ignorez : ma langue maternelle est et restera le Basque (l'Euskara) et je n'ai appris le Français qu'en allant à l'école publique de ma commune, à l'âge de 5 ans et demi ; je maitrisais l'Espagnol aussi avant de m'investir dans la langue de Molière car une bonne partie de ma famille vivait coté espagnol des Pyrénées.
Quant à votre affirmation "du français obligatoire dés le XVI ème siècle"au détriment des langues régionales qu'on appelait patois" : vous devriez vérifier vos acquis car :
- le Basque n'est pas et n'a jamais été considéré comme un "patois" mais comme la plus vieille langue parlée et écrite au monde,
- vous évoquez "le XVI ème siècle comme date à laquelle il nous aurait été imposés cette belle langue française" : je ne savais pas que la révolution française s'était déroulée à cette période ...comme quoi on en apprend tous les jours.
Maintenant, je reste à votre totale disposition si vous voulez comprendre le pourquoi de notre préférence à nous exprimer dans notre langue maternelle : nous avons des expressions qui sont difficilement traduisibles et la raison est que notre "patois n'a pas d'ancêtre" comme votre langue (qui découle du latin et du grec).
Qu'il me soit permis de vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d'année : Eguberri On Osagarri Onbatekin (et là, c'est avec ma langue préférée que je m'exprime).

Julio64
22/12/2016 - 15:35:28

Pardon Sylvie mais soit on est pour la préservation d'une langue, soit on est contre. Si la langue basque se porte bien au pays basque espagnol, c'est parce que les enfants l'apprennent majoritairement dans les écoles. Je préférerais que vous disiez : "je veux que toutes les langues régionales meurent car seul le français doit survivre sur le sol français" plutôt que votre propos de semi-tolérance envers les cultures minoritaires. Les associations sont importantes mais sans école qui porte une langue regionale, celle-ci est vouée à mourir. (En Gascogne, le nombre de locuteurs du gascon a chuté et son avenir est plus que compromis, moi ça me fait un peu bizarre qu'une langue millénaire celle de mes grands-parents, puisse disparaître en quelques décennies dans l'indifférence totale...)
Pour ce qui est de parler "basque" dans les magasins, changez de destination, boycottez ce genre de régions et partez plutôt en PACA, j'y suis allé cet été et dans de nombreux magasins on n'y entend même plus l'accent du sud (l'accent étant un vestige des langues régionales)... quel bonheur de ce se sentir comme à Paris avec le paysage de la côte d'Azur ;-)

Bruno
22/12/2016 - 15:09:00

À julio64 et à Bruno : il est évident que vous n'avez lu et retenu que la dernière phrase de mon commentaire ! Dommage ! Je n'ai rien contre le fait de conserver les langues régionales, mais je ne pense pas que ce soit le rôle de l'école de les enseigner. L'école enseigne le français à tous les élèves de France. C'est la langue nationale. Ensuite les langues régionales peuvent s'etudier au sein d'associations.
Le français, un dialecte qui a réussi ? Il est tout de même obligatoire depuis le 16eme siècle....Au détriment des langues régionales, qu'on appelait "patois".
Il est vrai que je trouve choquant que des commerçants français parlent autre chose que le français dans leurs commerces. Vous êtes français avant d'être basques... C'est un minimum de respect vis à vis des clients. Mais que vous parliez basque entre vous ne me dérange pas.
À julio64 : je me fiche complètement de ne pas parler basque ! Et votre langue maternelle est le français !

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
21/12/2016 - 23:28:35

Bruno : je pense que Sylvie regrette sans vouloir l'afficher de ne pas pouvoir parler l'Euskara ; qu'elle sache que parler "basque" n'est pas un frein à maîtriser le "français" ou d'autres langues courantes ... bien au contraire ; maintenant, serait-il anormal de voir un autochtone parler sa langue maternelle en public : j'ai peur de me retrouver à l'étranger et imposer ça à nos hôtes.
Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d'année : Eguberri eta Urte Berri On Deneri.

Julio64
21/12/2016 - 10:50:45

A Sylvie (qui se dit "choquée au pays basque que des gens dans un commerce se parlent entre eux en basque sans aucun respect pour les clients) -->

... surtout n'allez jamais au parc d'enfants d'Hendaye près de la Bidasoa !!! Vous y seriez choquée de croiser tou(te)s ces gamin(e)s trilingues qui parlent castillan/euskara/français entre eux, et tout ça sur le sol de la République française, non mais!!!
J'espère que ce commerçant basque ne vous a pas fait en plus l'affront de vous saluer en vous disant "adio". :)

Adishatz à totes e a tots !!

PS: le français n'est qu'un dialecte du nord de la France qui a réussi, rien n'empêche de parler à la fois le dialecte Etats-Uniens, le dialecte parisien et la langue gasconne héhé ... vive le respect de toutes les langues et à bas la mauvaise foi!

Bruno
20/12/2016 - 21:36:29

Quand comme les Basques, les Bretons, les Corses ou autres personnes on a la chance d'avoir un patrimoine culturel "riche à millions", on se doit de le conserver et faire en sorte de le transmettre à nos générations futures ; ceci n'est pas un frein à s'enrichir d'autres moyens de communication ou pour apprendre d'autres langues mais un attachement à notre patrimoine local et parental : quant à notre volonté de "s'ouvrir aux autres", il suffit de connaître l'origine des plus grands explorateurs ou navigateurs pour s'assurer que ces cultures ont été l'essence même de ce goût de l'aventure et du partage.

un anonyme
12/12/2016 - 14:00:54

Bonjour Julio64. Je ne suis pas basque mais poitevin (avec une minuscule comme l'exige la langue française) et je maitrise un peu le picton (notre langue locale) mais n'ai aucune intention de la soutenir pas plus que le basque car je pense qu'il est plus utile de maitriser un vecteur de communication plus universel (que j’apprends avec persévérance), et je préfère échanger avec d'autres citoyens de notre grande planète que les quelques poitevins que je connais. C'est affaire de point de vue ! Amitiés.

jms
11/12/2016 - 13:05:17

M. Jean Michel SERVANT : votre commentaire n'est pas enrichissant mais je pense qu'il est à l'origine de quelqu'un qui n'a aucun patrimoine culturel à défendre ou à préserver ; toutes les langues sont belles et riches pour qui veut ou peut échanger ou partager une culture : quant à votre citation "que les Basques ..." => êtes-vous complexé à ce point pour ne pas être Basque (avec un "B" majuscule SVP) et pourquoi chercher à "contrer l'anglais"; quant à "s'ouvrir aux autres", je ne pense pas que vous êtes en mesure de nous donner des leçons.
Je vous souhaite, ainsi qu'à tous les lecteurs de ce site, de bonnes fêtes de fin d'année.

Julio 64
10/12/2016 - 19:14:24

Je ne signerais pas cette lettre. A l'heure où nous cherchons à échanger entre tous les pays, les "langues locales" sont des archaïsmes qui limitent les échanges. Que les basques apprennent l’espéranto pour contrer l'anglais et s'ouvrir aux autres ! Amitiés à tous.

Jean Michel SERVANT
10/12/2016 - 11:21:10

@ toutes les préoccupations "animalistes" des signataires, il s'agit d'une pétition pour une "langue". Et effectivement nous avons illustré volontairement nos propos par des images de "courses landaises". @ ceux qui ne connaissent pas cette pratique sportive et artistique, l'animal y est parfaitement respecté. Voyez ici des infos sur : http://www.courselandaise.org  

La lula
08/11/2016 - 13:04:03

Basque d'origine, je ne peux qu'adhérer à cette pétition car toutes les cultures doivent être préservées ; pour celles et ceux qui déplorent aussi la disparition de tant de peuples autochtones et leur culture, rejoignez celles et ceux qui défendent la sauvegarde de toutes nos langues régionales : cette démarche est conforme à la nécessité de promouvoir l'enseignement de l'Histoire de France dans les écoles de La République.

Julio 64
06/11/2016 - 06:19:26

Pour information, la dernière image sur la version gasconne est une image de course landaise... Praubòts !

B.DUCHEN
05/11/2016 - 22:04:51

Merci à À.B. le 04.11.2016... je viens de consulter le PDF comme vous l'avez suggéré. Je n'avais pas signé heureusement.... je ne veux pas cautionner les chasses et corridas comme patrimoine culturel. Cette association ne préserve pas seulement la langue...il faut le dire clairement et signer en connaissance de cause.

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
05/11/2016 - 11:04:50

Bonsoir,
1) Beaucoup d'abonnés à la liste des Cyberacteurs sont trop jeunes pour avoir entendu parler d'une célèbre "affaire Dominici", où des personnes (des bergers) qui parlaient uniquement leur langue ("régionale") et ne maîtrisaient pas le français, se sont retrouvés confrontés à une machine judiciaire dont la langue leur était incompréhensible, et où les magistrats et tout l'ensemble de l'administration ne parlaient que le français.
Dois-je préciser qu'il s'agit d'un des plus grands scandales d'erreur judiciaire du XXe siècle, et que cela donne une vague idée de ce que peut produire une maîtrise insuffisante de la langue officielle de notre pays? Déjà pour un citoyen "instruit" il n'est pas toujours facile de comprendre les différents idiomes administratifs...
Les langues dites régionales sont pour la plupart enseignées actuellement dans des cadres associatifs. On peut donc parler sans aucun problème la langue régionale de son coin. Et même d'autres, si on le souhaite. Je ne vois pas où est le problème, sauf à vouloir précisément ne parler qu'une langue régionale, enseigner dans cette langue dans les établissements scolaires, et donc aboutir matériellement à une maîtrise de cette langue, au détriment de la langue nationale (le français, pour mémoire...)
2) Je pense aussi que la plupart des personnes de bonne volonté qui ont signé cette pétition ont fait confiance à la proposition des Cyberacteurs, et n'ont donc pas eu la curiosité de jeter un oeil sur le "pdf" proposé en téléchargement. Je leur suggère de le faire, et de ne pas se contenter de lire le texte en français. La deuxième page comportant la traduction (ou l'original?) de ce texte dans la langue "gasconne" (ou occitane, ou quel que soit le nom qu'on lui donnera, là sont déjà en germe les querelles de chapelles que nous avons connues à propos du breton mais passons...). Je suggère à ces braves gens, qui signent généralement les pétitions contre la maltraitance aux animaux, de regarder en bas de la page 2 l'image de fond derrière le texte.
Cordialement,
A. B.

A.B.
04/11/2016 - 19:04:28

Je suis perplexe quant à cette pétition....
Le Français est devenu obligatoire en 1539. À partir de cette date, tous les arrêtés, édits, lois, etc... étaient rédigés en français. Les gens qui parlaient tous leur langue régionale ont dû apprendre le français. Cela ne s'est pas fait rapidement mais a évolué au fil des générations pour que tout le monde parle la même langue et se comprenne. C'est quand même mieux, non ?
Conserver les langues régionales, pourquoi pas ? On peut faire ça pour préserver notre patrimoine. La famille à un rôle à jouer pour cela. Mais est-ce le rôle de l'école d'apprendre ces langues aux enfants ? Je ne crois pas. Il y a beaucoup trop de jeunes qui parlent un français pauvre avec peu de vocabulaire. Il vaut mieux je pense les aider à acquérir un bon français. Les langues régionales peuvent s'etudier au sein d'associations.
Personnellement, j'ai été choquée au pays basque que des gens dans un commerce se parlent entre eux en basque sans aucun respect pour les clients ! Nous sommes en France tout de même ! Et les touristes dans ce cas ? Ce n'est pas un cas si exceptionnel. Si tout le monde se met à parler la langue de sa région, que deviendra le français ?

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
04/11/2016 - 16:33:15

oula, oula
il me sembla que cette pétition dit exactement, clairement et très justement ce qu'elle a à dire; et que c'est déjà pas mal...
Ce qui veulent interpréter et surinterpréter n'engagent qu'eux.
je signe des deux mains.

bohart
04/11/2016 - 12:21:37

Compte tenu de l'orientation "animaliste" de nombreux dirigeants de cyberacteur.org et de ses orientations, je vous demande de retirer ma signature de la pétition. En effet, je ne pense pas que le Gascon ait à gagner en étant instrumentalisé à des fins politiques.
D'autre part, il semble cavalier que des anti-chasse et/ou anti-corrida s'appuient sur "Charte pour les libertés et la diversité des cultures - esprit du Sud" pour assoier leur propagande.

un anonyme
03/11/2016 - 07:41:18

Je suis tout à fait d'accord avec Tangi. Bien dit.
Ma langue, le béarnais, est tout à fait honorable et je
souhaite qu'il retrouve ses lettres de noblesse.
C'est quand même notre droit d'avoir des préférences
non? Ça s'appelle la démocratie et foin de la "xénophobie" et autres mots tant répétés qu'ils ne
veulent plus rien dire.

un anonyme
02/11/2016 - 18:37:40

Vivent les langues régionales, non à l'admission de l'arabe dans les langues officielles de la France !

Tangi POULAIN
01/11/2016 - 21:08:40

Pour que la Langue Gasconne et Basque perdurent

LUTXI
01/11/2016 - 19:35:24

Que'm sembla que caleré alarguir era peticion ar'occitania tota e arrevirar-la en inglés. Que nse cau sauvar ahidas a tots

un anonyme
29/10/2016 - 08:13:41

Pour agir enfin concrètement et efficacement !!

Tampòc de "batalèra" mes volem actes !

Philippe Debaigt
25/10/2016 - 01:35:34

Vous avez raison !!!! Je suis bretonne et favorable à toutes les langues régionales du pays ! La France n'a toujours pas ratifié la Charte, c'est une honte !!!
Pas loin de chez moi, les Suisses, dans leur petit pays, ont 4 langues OFFICIELLES...? La France, une seule !!

Melba
24/10/2016 - 19:40:52

Attention aux risques inévitables de récupération identitaire et de xénophobie, de repli sur soi et de communautarisme qui ont l'air d'avoir le vent en poupe car ils sont à l'origine des plus grands maux de notre Histoire et peuvent mener cette fois au chaos généralisé.

Si mal nommer les "choses" peut parfois ajouter au malheur du monde, alors que peut amener de bon le fait de nommer différemment 10 000 fois la même chose.

La chose nommée s'en trouvera-elle changée?
Se portera-t-elle mieux?

A qui cela profitera-t-il vraiment?

Certainement pas à la chose nommée étant donné l'état du monde.

Didier V.

Didier V.
24/10/2016 - 18:36:51

Fiers d'être gascons, préservons notre culture, notre langue, notre pays La Gascogne.

Savés en Gasconha
22/10/2016 - 18:14:49

Dordogne, Gironde, Landes, Pyrénées: mes racines!

Occitane 24334064
22/10/2016 - 08:12:55

Même combat pour le Lot et Garonne et les ATP du Marmandais

un anonyme
21/10/2016 - 20:20:26

Si ce type d'initiative pouvait nous éviter la novlangue, le franglais et l'appauvrissement de notre langage "français" si riche et si apprécié dans divers pays étranger. La diversité des langues c'est aussi la diversité de pensé.
Bravo aux initiateurs.

PMF
21/10/2016 - 18:44:49

Que deviendront les langues régionales en France
et la langue française,si l'Etat en empêche la di
vulgation,la pratique...?Alors que les "amis cana
diens" français du Québec et des provinces au
Nord du St-Laurent se battent pour réduire l'"ang
licisation" à outrance d'une des plus belles lan
gues vivantes du monde...et de tout ce qu'elle colporte...
La seule langue officielle du Canada restant l'An
glais...En toute logique,la langue française puis
ant-notamment-ses racines de l'occitan et du gas
con,il serait particulièrement stupide d'en em
pêcher l'enseignement dans les écoles et sa pra
tique dans la sphère publique...

stoppeur
21/10/2016 - 18:34:25

Les Landes ont un triple patrimoine, naturel, culturel et linguistique. Ce dernier est en péril. Le conserver et le transmettre, c'est s'assurer un avenir humain et prospère, ancré dans une modernité où les Landais, sachant d'où ils viennent, sauront où ils vont.
La langue fait le pays. À quoi bon des paysages sans pays ?

Joan-Claudi Forêt
21/10/2016 - 17:50:43

c'est une nécessité de transmettre notre langue et notre histoire trop méconnue dans nos Landes

nic
21/10/2016 - 14:00:08

D'accord pour la pétition (Gasconne)

Tony
21/10/2016 - 10:22:29

Fier d'être ce que je suis et chanceux d'être un Arabo-Commingeois, mais aussi Français, Européen et du monde ......... de parler 5 langues.
Adishatz et anatz libertat

un anonyme
21/10/2016 - 10:10:16

J'habitais en gironde où "le patois" me semblait mort. Je vis maintenant dans les Hautes-Pyrénées où le gascon est beaucoup plus présent, et c'est un bonheur pour les oreilles. Il est réjouissant de constater que l'on peut concilier passé et modernité.

Dominique PLATON
21/10/2016 - 08:05:11

La langue Gascogne tout comme la langue basque, corse ou bretonne doivent être préservées dans notre pays c'est notre patrimoine et le patrimoine de nos anciens.

Eglantine Larralde
20/10/2016 - 21:00:36

Promouvoir les langues régionales, bien sûr, et, parallèlement, défendons aussi le français face à l'anglais qui envahit nos médias, qui S'IMPOSE à l'école le plus tôt possible, l'anglais avec sa cohorte d'experts et de politologues anglo-saxons qui veulent nous faire adopter leur manière de penser notre vie en société.
Plus que jamais, nous avons besoin d'une langue commune -mais non nationale-, bcp plus facile dans l'apprentissage : alors adoptons l'ESPERANTO : langue d'échange pour l'Europe ce serait la meilleure solution : EQUITABLE (ce n'est pas une langue nationale, ECONOMIQUE (x 10 fois plus vite apprise), et "ECOLOGIQUE" puisqu'elle permettrait à chaque pays de la Communauté Européenne de continuer à parler dans sa langue, DONC chacun pourrait conserver sa culture !
Ne nous soumettons pas à l'anglo-saxon qui a déclaré : "il y a six milles langues sur la planète, il y en a 5 999 de TROP !) -ce qui signifiait que seul l'anglais avait le droit d'exister... le plus triste c'est que nous ns dirigeons à grand pas vers l'extinction de nombreuses langues (et dialectes).

anija
20/10/2016 - 14:57:55

Je suis d'accord pour soutenir l'enseignement du gascon, toutefois ce qui me gêne et fait que je m'abstiens de signer est ceci :
Au nom des traditions, les landais continuent à chasser avec des matoles, de la glu et autres pièges, de petits passereaux en particulier les ortolans, que des restaurateurs sans scrupules proposent à leurs clients.

Alizé
20/10/2016 - 14:42:41

Je suis normanophone et milite pour la défense de ma langue maternelle, premier patrimoine de la Normandie. Sans langue normande, pas de Normands ni de Normandie. Il en est de même ici (je vis aux Antilles), la langue créole est l'élément fondateur de la culture guadeloupéenne. Que le français ne fasse pas aux autres langues ce qu'il n'aimerait pas que l'on lui fasse : le contraindre à disparaître !

Tracheusasaveî
20/10/2016 - 13:27:33

Il en va de même pour toutes les langues minoritaires de l'hexagone , il est temps de dire "assez" à la république jacobine !

un anonyme
20/10/2016 - 12:25:15

La diversité nous enrichit

michel armagnat
20/10/2016 - 11:38:50

Pendant très longtemps, la France a tout fait, systématiquement, pour extirper ses langues "minoritaires". Celles-ci sont aujourd'hui moribondes. La France doit se repentir de ces crimes contre l'esprit et essayer de sauver et promouvoir ce qui reste de ces trésors culturels. Aidez tous ceux et celles qui veulent agir dans ce sens.

Sobiela
20/10/2016 - 11:31:51

alors que nous laissons envahir notre langage quotidien par des mots , expressions anglaises, il serait aberrant de laisser mourir le gascon. La richesse, la beauté , l'efficacité , la poésie de ses expressions sont irremplaçables sans parler du lien, de la complicité , du sentiment de partager le local que sa pratique tisse entre ses utilisateurs .
Plus nous parlons de langues plus nous apprécions de saveurs, de subtilités émotionnelles intellectuelles, relationnelles , plus exerçons nos facultés mentales c'est un breton amoureux du pays gascon qui vous écrit ceci

messu
20/10/2016 - 09:56:59

Quei tostem avut a parlar lo bearnès et que'n soi fier.
Que parli taben lo Frances, l'Engles et lEspagnou.
Miquèu, Biarnes Cap i tot.

Miquèu
19/10/2016 - 19:38:04

pour que toutes les langues puissent rester dans l'air du temps.

cali
19/10/2016 - 15:14:55

" L'avenir, c'est le plurilinguisme et dans ce plurilinguisme, les langues régionales ont un rôle capital à jouer; L'avantage qu'elles ont sur les autres, c'est qu'elles permettent un enracinement socio-affectif et socio-culturel indispensable".
Évelyne Charmieux, professeure à l'école normale de Toulouse, chercheuse à l'Institut de Recherche Pédagogique

Pour que vive la langue Gasconne, trésor départemental,
POUR MA FILLE,8 ans, scolarisée en classe bilingue français/Gascon à St Martin de Segnanx, ses enfants et les enfants de ses enfants, JE SIGNE !

B.DUCHEN
19/10/2016 - 10:48:42

La diversité culturelle est aussi importante pour lutter contre la pensée un_ique, que la bio diversité pouer sauver la vie sur terre.
Òsca

Philippe ESPINASSE
18/10/2016 - 20:34:05

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !