actualité écologie

OPÉRATION

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

  #stop   #fracking



Pétition : Pour dire non au fracking

De bien des manières, la fracturation hydraulique (aussi connu sous le nom de ‘fracking’) se profile comme un problème environnemental majeur de notre temps. Elle touche tous les aspects de nos vies – l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons, et la santé de nos communautés – et perturbe notre climat.

[ 4 540 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Pétition mise en ligne le 07 octobre 2017

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Chef d’Etat / Ministres / parlementaires / conseillèr/es,

Elle prendra fin le : 07 janvier 2018

Plus d'infos

global crackdownLettre exigeant un arrêt immédiat et mondial de toutes les activités de fracturation hydraulique
Organisations: Signez pour dire non au fracking
Chers Chef d’Etat / Ministres / parlementaires / conseillèr/es,

De bien des manières, la fracturation hydraulique (aussi connu sous le nom de ‘fracking’) se profile comme un problème environnemental majeur de notre temps. Elle touche tous les aspects de nos vies – l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons, et la santé de nos communautés – et perturbe notre climat.
Des centaines d’études scientifiques avalisées par des comités de lecture ont révélé et documenté les ravages de plus d’une décennie d’utilisation à large échelle de la fracturation hydraulique (essentiellement aux Etats-Unis et au Canada).
L’industrie de la fracturation hydraulique est prodigieusement gloutonne en territoires et en eau. La construction d’un réseau de milliers du puits génère un détériore significativement le développement des régions visées et affecte inévitablement les communautés et les zones culturellement ou écologiquement sensibles qui s’y trouvent.
A une échelle globale, les émissions fugitives de méthane du gaz posent un grand risque pourtant trop souvent ignoré. En moyenne, un peu moins de 4% de la production totale d’un puits de gaz est perdu dans l’atmosphère, à travers des fuites accidentelles et des dégazages effectués pendant l’extraction, le stockage et le transport aux consommateurs. Pour le gaz de schiste, de nombreuses études sont en cours, mais on estime que les émissions seraient trois fois plus grandes, soit jusqu’à 12% de la production totale pendant le cycle de vie d’un puits.
Puisque le méthane est au moins 86 fois plus puissant comme gaz à effet de serre que le dioxyde de carbone sur une période de vingt ans, choisir la continuité ou même encore plus de gaz de schiste signifie qu’il ne sera pas possible de limiter le réchauffement climatique sous le seuil des 2°C et de poursuivre les efforts visant à limiter l’augmentation de la température à 1,5°C, comme convenu à Paris.
Ces engagements cruciaux ne laissent que peu de place à l’improvisation. Nous ne disposons en effet que de très peu de temps avant que ces seuils ne soient atteints :
Disons notre solidarité avec les organisations qui lancent cet appel à travers la planète.
https://globalfrackdown.org/global-frackdown-partners/#france  

Texte de la pétition

Nous avons déjà atteint les 1.1°C de réchauffement climatique en 2016 et nous devrions atteindre les 1.5°C en moins de 10 ans au rythme des émissions actuelles.
C’est la raison pour laquelle nous,  membres d’une communauté mondiale unie et en constante croissance, demandons:
Une interdiction immédiate, sans aucune exemption, de tous types de ‘fracking’, qu’il soit effectué dans le cadre de travaux de recherche, d’exploration et d’exploitation des sources d’énergie fossiles. Cette interdiction doit être applicable que le fracking soit utilisé sans ou avec des produits chimiques, hydrauliques ou pas.
Une interdiction générale d’importation et de commerce des sources d’énergie fossiles extrait grâce à la fracturation hydraulique.
Une interdiction générale sur l’injection de déchets de fracturation et sur le stockage souterrain de liquides et des eaux usées provenant de l’extraction des hydrocarbures.
Des efforts immédiats et conséquents pour une transition juste se basant sur un 100% d’énergie renouvelable et sur des mesures ambitieuses d’efficacité énergétique.
Le futur proche le réclame; C’est le moment ou jamais!

 

Signer !

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.


 

27 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Messieurs les décideurs arrêtez de prendre des décisions complètement inacceptables!Remettez vous en question!

Christiane Huard
16/10/2017 - 18:53:46

En Amérique la fracturation (fracking) a démontrée tous ce qui étaient négatifs pour la nature et l'être humain pollution maximale de l'environement et nocivité pour l'humain nous disons NON au fracking.

patoche
11/10/2017 - 09:13:50

Messieurs les décideurs, Les Français n'en veulent pas! Comment penser que l'on puisse fracturer le sol sans conséquences sur les nappes phréatiques déjà bien malmenées avec les pesticides. Pas besoin d'avoir fait St Cyr pour le savoir. Occupez vous plutôt de sécuriser les centrales nucléaires et de budgétiser correctement le démantèlement des plus vieilles! Si ca continue on va finir par croire qu'on est diriges par des imbéciles ou plus probable des gens qui ont succombé aux lobbies des industries a hauts risques pour leur population.

Stephane
10/10/2017 - 19:24:38

Pour l'abandon d'un mode d'exploitation nocif pour la santé humaine et l'environnement. Des solutions alternatives existent : réduction de la consommation d'énergie, amélioration de l'efficacité énergétique, développement des énergies renouvelables.

Thierry PLOUZENNEC
10/10/2017 - 12:19:23

Tant que nous n'aurons pas au gouvernement des personnes essentiellement de la société civile et ayant donc une réelle expérience du monde du travail que n'ont pas les membres des partis politiques et aussi une VERITABLE FORMATION SCIENTIFIQUE (comme par ex Angella MERQUEL)et que n'ont pas les politiciens de l'ENA qui n'ont essentiellement que des connaissances en economie et droit que d'ailleurs ils ne maitrisent pas parfaitement puisque face aux Juristes américains ils n'ont rien pu faire pour emppêcher de vendre à Général Electric une Entreprise Française aussi symbolique et surtout stratégique que la Société ALSTHOM dans le domaine des ENERGIES de toutes natures Renouvelables ou non! C'EST UN VRAI SCANDALE D'ETAT
Nous ne pouvons être que trés sceptique et inquiets que nos politiciens face à des intérêts purement Financiers de groupes Nationaux ou INTERNATIONAUX soit démunis pour avoir les bons arguments scientifiques et technique et même juridique pour arrêter de nouveaux scandalales environnemental que constitue la fracture hydraulique, au mettre titre que l'a été et l'est encore malheureusement celui du Nucléaire

Alain Begon
10/10/2017 - 11:11:02

Bonjour,
Envoyer de l'eau contenanr des poisons violents, sous pression pour faire sortite du gas est la plus grande bétise des prédateurs qui ne cherchent qu'à se faire du fric en polluant tout et en détruisant l'environnement, car personne ne peut prédire où le gaz sortira,et les dégâts qu'il causera,
Tout cela pour 15 à 20 % de réussite.

provost m
10/10/2017 - 09:11:37

Maintena,t que le CERA s"applique sans même avoir été signé et ratifié par le parlement, comment intervenir et à qui s'adresser. Les traités qui n'ont plus rien de légal et nous sont imposés par des puissances extérieures, étangères; avec la complicité de notre gouvernement nous mets dans le choix de la soumission ou l'illégalité. Et qu'est-ce que c'est que la légalité de traités comportant des clauses secrètes ou contraires ç la démocratie la plus élémentaire .

sylvère labis
10/10/2017 - 08:44:39

Tout a été dit, sauf l'inconscience des lobbis qui nous entraîne au désastre....

André RAOULT
10/10/2017 - 05:45:06

Il vient d'être révélé qu'il est probable qu'il ai eu des séismes suite à la fracturation !

Pierre LATEUX
09/10/2017 - 22:55:47

Je ne signerai pas une pétition destinée à des Anglais ou à des US, car en France, on parle FRANCAIS.
Le "fracking" je ne comprends pas

périscope
09/10/2017 - 22:33:50

Contre les fracturations hydrauliques, touchant tout les éléments de la vie, l eau, l air, la santé le climat, l agriculture biodynamie, la tectonique, libérant du gaz méthane, contribuant au réchauffement climatique, donc menaçant la vie sur terre

balvet jeanne
09/10/2017 - 22:03:09

Il y a vraiment de l'inconséquence totale, de nos politiques pour notre très proche avenir planétaire.Il s'agit de décisions aux répercussions incommensurables !
NON AUX FRACTURATIONS HYDRAULIQUES QUI PLUS EST, SONT DES TONNES D'EAU ADDITIONNEES à une 100ène de PRODUITS CHIMIQUES de "me..e". AU SECOURS ! ! !

un anonyme
09/10/2017 - 21:54:18

À mon avis le commerce, par essence n'est pas un métier, tout au moins le commerce avec l'argent, pas avec l’échange.
À la limite on peut puiser dans tout, comme l'esclavage par exemple.
Je me suis toujours demandé qu'est-ce l'on peut faire avec énormément d'argent.
Je pense que l'on perd le sens de la vie, mais la vie les rattrape à la fin.

Marc GUILLEUX
09/10/2017 - 21:19:34

Non toujours pas de gaz de schiste, nos gouvernants sont autistes, mondo à raison; y'en a marre. Qu'ils mettent tout ce pognon dans la recherche d'energies renouvelables et non polluantes, et s'il faut que le monde roule en velo, roulons en velo. Et s'ils continuent à se "moquer" de nous (pour rester poli) on se retrouvera à la lanterne. Ca en calmera peut-être quelques uns, la dictature du prolétariat...

Christian Perez-Gil
09/10/2017 - 20:55:00

En espérant que l'humanité se réveille...enfin !

BikePower
09/10/2017 - 20:00:11

La fracturation hydraulique touche tous les aspects de nos vies, l’eau, l’air, la santé, le climat et la biodynamique, la tectonique.

Alors que les émissions anthropiques de CO2 actuelles estimées à 8 Gt/an, dépassent déjà les capacités d'absorption naturelle estimées à 5 Gt/an en l'état précaire de nos puits de carbones terrestres et océaniques, exploiter le méthane piégé dans les couches géologiques accentue inévitablement l'augmentation du CO2 fossile de la biosphère pour la partie du méthane brûlée, mais libère par d'inévitables fuites estimées à 12% de la production, ce gaz méthane au pouvoir de réchauffement global (PRG) initial de 120, de 86 sur 20 ans, et de 28 sur 100 ans, la valeur initiale 120, bien qu'estimée, montrant la potentialité d'amorçage de boucles de rétroactions positives sur les réserves de méthane planétaires qui constituent une bombe climatique qui menace la vie sur Terre, et à laquelle notre espèce ne survivra pas.

Source PRG Méthane :
Chap 8 du rapport d'évaluation sur les forçages radiatifs d'origines naturelles et anthropiques :
http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/wg1/WG1AR5_Chapter08_FINAL.pdf  

Daniel LAMBEAUX
09/10/2017 - 19:04:15



Bien sûr si notre gentil Hulot était autre , nous aurions quelque chance d'aboutir dans ces combats ou résistances nécessaires mais illusoires
Dans cette europe-là, quel sens donner à ce compulsif et hypnotique brassage de toujours les mêmes concepts, les mêmes lobbies, les mêmes encore......
y en a marre de toutes ces pétitions qui passent,
que l'on signe et ressigne

TOUT RESTE A FAIRE!!!

mondo
09/10/2017 - 17:45:58

SCHILTZ LOUIS dit NON AUX GAZ de SCHISTES

Louis Schiltz
09/10/2017 - 17:23:10

Écologie,environnement, énergies nouvelles, pollution, ça c'est le message diffusé aux citoyens. A ses arguments s'ajoutent des impôts pour bien appuyer la prise de conscience. Et dans le même temps, ses beaux parleurs, diseurs de vérités sont près à signer des pactes infâmes avec ceux qui détruisent et polluent la nature.
Il y a une contradiction profonde dans le langage de nos gouvernants.

mic91
09/10/2017 - 17:15:09

Il règne un négationnisme rampant qui n'a pour préoccupation que de paraître et de consommer, délibérément aveugle de l'évolution des conditions vie pourtant très préoccupantes.

Daniel LAMBEAUX
09/10/2017 - 17:09:42

La fracturation des roches doit être interdite partout où la population humaine est à une certaine densité.
La fracturation va au delà des limites pensées par les apprentis sorcier, jusqu'à polluer les nappes phréatiques.

Michel D.
09/10/2017 - 16:39:07

D'un côté on discute du changement climatique et de ses conséquences dramatiques pour tout ce qui vit sur cette vieille Terre si malmenée!!! Nous avons déjà les effets induits par ce phénomène dont nous sommes responsables....
Et de l'autre on nous parle croissance, PIB, pouvoir d'achat....
Il y a comme une grosse contradiction!

Quand entendrons-nous parler de "décroissance"? Des économistes atterrés proposent une démarche de cette nature, même si le mot prononcé entraîne une réaction très vives des tenants de la croissance dont l'argument majeur est de revenir à s'éclairer à la bougie!!! C'est un peu simpliste comme argument....

cactus
09/10/2017 - 15:13:12

Nous étions à 1.2°c en 2016 sur la base des données de 1880. Sauf que c'est à partir de 1800 qu'il faut regarder (le "0" des données paléclimatiques), nous sommes aux alentours de 1.4°c. Le maxi réel a ne pas dépassé est de l'ordre de +0.5°c c'est ce qu'aucun de nos ancètres n'a vécu avec 5 mètre de niveau d'eau à la clé. Les concentrations actuelles nous amènent à 5°c 50m d'océans à minima.

Laurent Rouchairoles
09/10/2017 - 14:07:35

Regardons les données et les travaux d'experts scientifique, alarmants depuis des années...
« Quand on a regardé les résultats, on s’est dit qu’il se passait quelque chose. On s’attendait à une baisse d’éthane de 1% par an ; à l’inverse, on a observé une hausse de 5% depuis 2009 », souligne Emmanuel Mahieu [[Voir l’étude.
http://www.terraeco.net/EDF-dit-oui-au-gaz-de-schiste,56177.html  
http://www.terraeco.net/Le-prix-du-petrole-degringole-faut,58322.html  
http://www.terraeco.net/Gaz-de-schiste-la-bataille-de,51299.html  
https://resistanceinventerre.wordpress.com/2015/10/06/qui-pollue-jusquen-europe-les-gaz-de-schiste-americains/  

Sommes nous condamné à préparer une fin d'humanité douloureuse du fait de l'autisme des dirigeants manipulés pour satisfaire l’appétit insatiable de profit de certains?
Bonne réflexions;
Bien transitionellement
Michel vanquaethem

Michel vanquaethem
09/10/2017 - 12:55:24

Je signe bien sûr la pétition. Mais devant l'énormité des menaces venant des lobbies et la voracité des appétits suscités par cette "manne" financière, il faudrait un gouvernement en béton pour s'y opposer. ET notre gentil Hulot plie déjà devant les impératifs politiques... !! France où es tu ???

Jonquille
09/10/2017 - 12:24:16

Cette pétition ignore l'un des risques générés par le fracking: l'augmentation du nombre des séismes et de leur amplitude. La France qui en a connu quelques uns de très violents, qui reste très menacée, en particulier sur le pourtour méditerranéen et les contreforts alpins n'est pas du tout à l'abri. Quant au changement climatique... les dirigeants jouent avec le risque en toute connaissance de cause. Leurs gains les préoccupent davantage qu'un désastre en cours. Comme le remarque J. Bonnefoy-Bonnet, les permis de fracture hydraulique français n'ont jamais été abrogés. Le Gouvernement compte sur la mémoire courte des Français. Comme elle je signe sans illusions.

Mireille
09/10/2017 - 12:09:48

Je signe mais sans grande conviction. Le gouvernement fait mine de s'opposer à la fracturation hydraulique. Pour autant, il n'a pas abrogé les permis en cours. De plus - HYPOCRISIE TOTALE - en acceptant le CETA, il ouvre grande la porte aux exploitants.
Si ça ne s'appelle pas prendre les citoyens pour des imbéciles...

Jacqueline BONNEFOY-CLAUDET
07/10/2017 - 23:02:16

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette pétition en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !