actualité écologie

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

OPÉRATION

Soutien permanent aux paysans de NDDL

image vide cyberacteurs
image vide

  #microcentrale   #saumon   #patrimoine   #riverain



Pétition : Non à la microcentrale sur la Desges à Chanteuges (Haute-Loire) !

La Communauté de Communes des Rives du Haut-Allier a décidé, sans aucune consultation ni concertation avec les habitants, et malgré l'opposition de la mairie, d'installer une microcentrale sur la Desges, une rivière remarquable. Ce projet est irresponsable et destructeur sur une rivière à saumons et dans un site classé. Pourtant les travaux ont déjà commencé.

[ 3 686 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Pétition mise en ligne le 09 novembre 2017

Proposée par Chanteuges Préservation du Patrimoine
En partenariat avec Mairie de Chanteuges Réseau Ecologie Nature Haute Loire SOS Loire Vivante - ERN France Association Protectrice du Saumon

Plus d'infos

Les travaux pour la microcentrale ont commencé surDepuis cet été, des travaux sur la Desges et son bief ont commencé pour l'installation d'une microcentrale, sans autorisation des riverains et sans que toutes les autorisations administratives aient été accordées.

Aucune étude d'impact sur l'environnement n'a été menée, que ce soit sur la biodiversité, la pêche, la qualité du patrimoine architectural et touristique de Chanteuges, le bruit ou les bâtiments. La construction d’une microcentrale va entraîner la destruction d'un bief présent dans le paysage depuis plus de 200 ans, dans un site classé.

La microcentrale est située sur l’amont du bassin de la Loire, qui fait l’objet depuis 1994 d’un plan de gestion durable pilote en Europe, le Plan Loire Grandeur Nature, dont l'un des buts est de rétablir une population de saumons atlantique viable dans le bassin de la Loire. Ce Plan Loire a permis la création du Conservatoire National du Saumon Sauvage situé 1100 mètres en aval de la microcentrale et dont une partie de l’approvisionnement en eau est assurée par la Desges. Ce conservatoire produit annuellement 2 millions de jeunes saumons, relâchés sur diverses parties du bassin de la Loire. Cet investissement de 5,4 millions d’euros, est remis en cause par une microcentrale d'une puissance dérisoire (76 kW) va coûter plus d'un million d'euros, et qui ne va en rien faciliter la transition énergétique dont notre pays a besoin.

La population locale se mobilise, avec le soutien de la mairie de Chanteuges, ERN-Loire Vivante, la fédération de pêche de la Haute-Loire, le Conservatoire National du Saumon Sauvage, l'AAPPMA de la basse Desges, Chanteuges Préservation du Patrimoine, la Fédération Régionale Auvergne Nature Environnement, l’Association Internationale de Défense du Saumon Atlantique.

Ils demandent que ce projet d'un autre âge soit rapidement stoppé avant que des dégâts n’endommagent irrémédiablement la Desges.

PDF à télécharger pour plus d'infos

Texte de la pétition

Pétition adressée au préfet de la Haute-Loire

Nous soussignés contestons le projet de microcentrale hydraulique de Chanteuges mené par la Communauté de communes des Rives du Haut Allier.
En effet, sans méconnaître la nécessité de développer les énergies renouvelables, nous considérons que :
- Ce projet a été construit et a commencé à être mis en œuvre dans la plus totale opacité et avec le plus grand mépris pour les riverains comme pour les habitants.
- Le droit d’eau dont se prévaut la Communauté de communes n’a pas été démontré : son existence repose sur des hypothèses et le débit d’eau n’a jamais été de 1500 l/s.
- Les impacts sur le patrimoine d’un site classé et sur le bruit n’ont pas été étudiés et ne peuvent que diminuer l’attrait de la commune.
- Alors que la Desges est une rivière de grande qualité biologique qui accueille le Conservatoire national du saumon sauvage, le projet ne peut qu’être préjudiciable sur ce point.
- Le coût du projet a déjà presque doublé depuis la décision de principe et devrait encore augmenter, pendant que les recettes prévues semblent avoir été fortement surévaluées, ce qui fait craindre un retour sur investissement extrêmement long voir impossible.
- La balance entre l’intérêt énergétique très faible, l’ensemble des impacts négatifs sur l’environnement et le coût financier en fait un projet non durable.

Nous demandons donc que ce projet soit abandonné.

 

Signer !

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.


 

58 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Tout est dit . Pauvre nature toujours agressée par les plus puissants qui ne seront jamais mis au banc des accusés. Sauf que parfois.... à suivre

un anonyme
30/11/2017 - 16:28:20

PAS DE MICROCENTRALES OU DE BARRAGES SUR LES RIVIÈRES EN BON ÉTAT

un anonyme
29/11/2017 - 15:22:02

Pour répondre a jj715 le dégrilleur sur la photo n existait pas pour le moulin il viens d être construit seul une passe a poisson au niveau de l entrée du bief existait. Ce bief a plus de 200ans et serpentait entre les maisons et les jardins.il sera remplacer par un tuyau. Voudriez vous voir ce tuyau dans votre jardin et au pied de votre maison? a la place d un ruisseau qui servait a tous les habitants. Le conservatoire national du saumon est alimenté par la Desges son état de santé et ses rives sont constamment surveillées et entretenues.je n ai jamais vu la Desges sortir de son lit. des obstacles y ont été supprimés pour faciliter les migrations et le repeuplement en saumon. Ce conservatoire est aujourd hui mis en danger a cause de cette microcentrale et les responsables de ce projet ne se sentent pas concernés. Le niveau de l eau de la Desges ces 10 dernières années ne permettent pas d atteindre les niveaux de production qu ils prédisent (il ont pris le niveau sur 40 ans pour faire passer le projet, or le niveau ne cesse de baisser depuis 40 ans, ils ont même demander une dérogation pour baisser le débit minimal qu il doivent laissé à la Desges et ils l ont obtenus) d' ailleurs, depuis 5 mois, elle ne fonctionnerait pas. Plus d un million d euros dépensé et au final des habitants qui devront payer la facture!!

NONalamicrocentrale
28/11/2017 - 12:59:09

Incompréhensible! Quel gâchis vouloir dégrader la rivière Desge et son environnement sa faune, sa flore au nom du profit, une fois de plus des élus qui prennent des décisions et qui ne connaissent rien avec l'implantation d'une micro centrale qui impactera cette rivière . Qu'allons nous laisser aux générations futures ?
Bref des élus et décideurs qui marchent sur la tête et vivent sur une autre planète.
Christophe.

christophe chabert
27/11/2017 - 15:48:30

Soutien total contre cette micro centrale. Du fric, toujours du fric, est ce que ces imbéciles ont des petits enfants ?

un anonyme
27/11/2017 - 12:45:22

Encore une réalisation inutile et coûteuse qui satisfera l'ego d'un "petit chef "en mal de reconnaissance . Chacun essaie de marquer son règne !!!

Edna Lor
24/11/2017 - 22:01:59

Pour le moins scandaleux la prise de décision prise par la Communauté de communes des Rives du Haut Allier sans aucunes concertation avec la population.
Cette décision est arbitraire.
Non a cette microcentrale inutile

Duval
23/11/2017 - 12:19:03


arrêtez de saccager notre environnement, de toucher à notre patrimoine, à notre culture ! réveillez vous sur les vrais besoins de la population ! et puis osez les réunions publiques ! un peu de courage svp !!!

maya
23/11/2017 - 11:47:17

cf mon post sur fb : "... arrêtez de saccager notre environnement,de toucher à notre patrimoine, à notre culture ! réveillez vous sur les vrais besoins de la population ! et puis osez les réunions publiques ! un peu de courage svp !!! "

maya
23/11/2017 - 11:42:27

Quand on connait le milieu du BTP on ne s'étonne pas vraiment de ce genre de pratiques, comme le passage en force de la Communauté d'Agglo avec début des travaux sans concertation avec les habitants de la commune. (On dirait bien que le droit n'est pas respecté non plus, quant à l'environnement !...)
Mais là on parle du village natal de ma mère alors je dis NON !!!
Merci au Maire de Chanteuges de tenir bon !

Val
23/11/2017 - 10:34:26

Quelle honte ! Comment des hommes peuvent ils être aussi mauvais ? Destructeurs de la nature, vous n'aurez pas le dernier mot.

un anonyme
23/11/2017 - 07:25:15

A titre d info , il est paru aujourd hui 22 novembre 2017 ,un article en page 4 , sur la microcentrale de CHANTEUGES sur CHARLIE HEBDO . Un article éloquent sur les dangers que fait courir un tel projet et de l indifférence du président de la communauté des communes MR BEAUD .

PAT
22/11/2017 - 22:49:44

La communauté de communes devrait étudier la possibilité d'installer des éoliennes

Yves Mollet
20/11/2017 - 16:21:26

Honteux ! Vive la pêche vive les poissons vive la Desges!

Biscarat Sylver
19/11/2017 - 21:00:24

Nous devons revoir tous les barrages comme celui de Poutes sur l'Ance, la Virlange, la Seuge pour permettre un retour de la qualité de l'eau, préserver la biodiversité et espérer le retour du Saumon.
Ce travail doit être réalisé avec tous les acteurs agriculteurs, pêcheurs professionnels, edf, barrages privés, de l'Ocean aux gorges de l'Allier.
Trop peu de saumon remontent aujourd'hui et la rivière doit être restaurée rapidement.

un anonyme
19/11/2017 - 18:25:28

Révoltant!L'homme est vraiment le pire destructeur de la Planète!

Christiane Huard
19/11/2017 - 18:08:19

Je suis surpris d'apprendre qu'une centrale (je suppose une sorte de barrage hydraulique)serait en cours d'installation sur cette rivière du bassin de la Loire.
Il semblerait que ce soit en opposition flagrante avec les décisions de "l'Agence de l'Eau du Bassin Loire Bretagne" de supprimer tous les barrages et obstacles, de toutes les rivières et de tous les ruisseaux de ce vaste bassin, pouvant entraver la libre circulation des eaux et des alluvions: continuité écologique des milieux humides...
Donc pourquoi une mini centrale sur Chanteuges en Haut Allier qui fait partie du Bassin Loire Bretagne???
Alain LE DOUCE

ALAIN LE DOUCE
19/11/2017 - 16:13:20

Après la microcentrale de Chanteuges, la comcom des Rives de l'Allier a le projet de construire une piscine à Langeac en zone inondable, en bord d'Allier ...c'est pour la remplir gratis?( Cr du conseil communautaire du 10 novembre);
Je souhaiterais que tous les élus communautaires qui voteront pour le projet du Président prennent leur responsabilité et
soient tenus, avec lui, comme responsables juridiquement, en cas d'accident humains et matériels,

berbisey
17/11/2017 - 16:01:18

Je signe cette pétition , par soutient aux autres aappma et personnes qui militent contre ces projets de micro centrale ..

Leo
16/11/2017 - 19:26:37

je ne possède pas assez de détails sur ce projet pour prendre une position ,mais je rejoins "l'anonyme" dans son résumé : pas de ceci pas de cela,mais combien de personnes font des efforts pour limiter leur consommation...? et se sont probablement ceux qui consomment le plus !
Et si le prix du KW était fonction de la consommation ?...
Dernièrement un courrier de l'EDF me félicitait pour ma faible consommation !!! Merci EDF...ce qui ne les a pas empêchés d'augmenter ma facture !

tontonlacellule
15/11/2017 - 18:52:28

à l'heure où il est plus que temps de prendre des mesures intelligentes, on laisse faire tout le contraire...quelle catastrophe !!!
quel pitoyable héritage pour nos enfants !

haz
14/11/2017 - 20:34:41

correctif de mon post de 10:16:42

c'est le lit mineur qui va être comblé par l'effondrement des berges, le lit majeur est la surface occupée par l'eau en période de crues

jj715
14/11/2017 - 19:34:57

faut savoir ce qu'on veut:de l'électricité oui mais pas de nucléaire,pas de photovoltaïque,pas d'éolienne, pas de centrale a charbon...
pour les saumons ils font des échelles.
que ceux qui signent cette pétition me jurent qu'ils vont baisser leur consommation et je signe avec eux ,mais ça m'étonnerais beaucoup qu'il y en est qui ,du coup, vont faire de la "décroissance".

un anonyme
14/11/2017 - 18:35:18

Plutôt que de construire des micros-centrales, pourquoi ne pas s'inspirer de la Norvège qui, elle a installé des micros-turbines dans ses cours d'eau!
L'avantage est certain, on peut en mettre davantage, donc plus d'électricité produite et bien moins chères, moins demandeuses d'espace et surtout, moins nuisibles à la faune.

FHEuziR
14/11/2017 - 11:46:01

Il ne faut pas confondre un barrage avec un déversoir.
Le barrage va créer une accumulation d'eau qui sera utilisée en fonction des besoins. Dans ce cas effectivement on va modifier l'environnement.
Dans le cas de Desges, d'après la photo, ce n'est pas un barrage qu'on va utiliser mais un déversoir (qui devait d'ailleurs déjà exister pour permettre le fonctionnement du moulin).
Le déversoir permet de maintenir un niveau d'eau minimum en amont ce qui permet la libre circulation des poissons, le flottage des déchets flottants (qui seront plus facile à récupérer) et le cas échéant la navigation.En cas de crues l'eau se déverse par dessus le déversoir, ce qui évite d'inonder les parcelles en amont.
Si on supprime les barrages et les déversoirs le niveau de la rivière va être très fortement variable en fonction de l'hydrologie et en période d'étiage on aura des assecs et dans ce cas que deviendront les poissons ?????
Les berges sont retenues par la pression de l'eau, si on modifie le niveau de la rivière en supprimant barrages et déversoirs, les berges vont s'effondrer, les déchets flottants qui ne flotteront plus ou mal vont créer des embâcles et l'eau devra trouver un autre chemin pour s'écouler.......et là ?????
qu'est ce qui va se passer ???? où l'eau va s'écouler quand les berges effondrées auront comblé le lit majeur de la rivière ?????

jj715
14/11/2017 - 10:16:42

Solidaire dans cette action.

Christian DUBOIS
14/11/2017 - 09:11:59

Tout est fait pour détruire la planète...


mambo42

André RAOULT
14/11/2017 - 06:42:27

Comme pour les droits d'eau des particuliers, la présence d'un ouvrage apparent donne peut-être titre et servitude, mais ne devrait pas dispenser d'étude d'impact et ne permet aucunement de commencer les travaux avant d'avoir obtenu toutes les autorisations !
Les droits et usages ruraux, souvent sujets à interprétations abusives ou contradictoires, doivent céder le pas devant le code de l'environnement. Sinon, où allons-nous ?
Il faut rappeler également qu'une servitude ne doit pas "être aggravée" : un ancien moulin n'est certainement pas une centrale moderne ; de même que des vessies ne sont pas des lanternes !
Je rejoins le commentaire qui parle "d'actions coups de poing" et celui de Butimage.
Dans mon carré STOC, (Suivi Temporaire des Oiseaux Communs), des travaux sur les méandres d'une rivière, réalisés sans étude d'impact, ont débouché sur l'enrochement des terriers de la seule colonie d'Hirondelles de rivage (espèce protégée) du secteur Lure-Belfort...

Frawald
14/11/2017 - 06:34:00

Qui casse les verres les paye!
Ici comme ailleurs pourquoi les responsables de telles actions ne seraient-ils pas responsables civilement et pécuniairement de leurs actes. Pourquoi c'est la collectivité qui paye?

Jean-Paul
14/11/2017 - 05:38:23

je ne suis ni habitant local , ni pecheur , je signe pour la sauvegarde de la biodiversité, du patrimoine local, le respect du travail des assocs sur ces domaines (http://frane-auvergne-environnement.fr).   Je signe pour que des gens prétendument élus ne se permettent plus d'imposer leur point de vue, et leurs calculs a court terme.
le journal local de la communauté se contredit :
"Le conseil municipal souhaite une rencontre avec le SECCOM pour aborder ces questions" est publié le 26/04/17, puis il annonce quelques jours plus tard "
Un projet ne peut etre acté en France et en démocratie que si les procédures sont respectées. "L'entreprise est retenue (CEGELEC)", or un projet de cet ordre ne peut que dépasser le montant a partir duquel un appel d'offre public doit etre lancé. Dans ce cas la commune de chanteuges aurait du etre informée, Or elle parle d'opacité dans ce projet, de non concertation
et n'a eu droit qu' une réunion de présentation. cf le journal local http://www.leveil.fr   " Une réunion de présentation du projet avait été demandée et elle a eu lieu le 11 avril."
Reste a se demander,comme d'habitude, pourquoi tant de hate à lancer les travaux ??

appeld'offrepublic?
14/11/2017 - 00:26:55

Projet insensé : un de plus. STOP ! STOP ! STOP !

un anonyme
13/11/2017 - 23:10:37

Voila qui fait écho au combat de "Ranimons la cascade !" qui se bat, depuis 7 ans et demi sans relâche, contre une microcentrale hydroélectrique illégale et la réhabilitation de la "grande cascade" de Salles-la-Source (Aveyron).
L'affaire a été taxée de "fiasco administratif" par les représentants du ministère de l'environnement. Mais pour l'instant l'affaire n'est pas réglée...

Voir :
 www.ranimons-la-cascade.fr.  
 www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/ranimons-cascade-salles-source/1616?signature-list=true.  

Bernard Gauvain
13/11/2017 - 22:43:00

Je propose que les écoles et les collèges donnent de leçons à respecter la grandiose nature…
Ça doit commencer avec une nouvelle génération, j'espère.
Et pour maintenant, oui, on signe des pétitions!

Irma Mme Nijenhuis-Spruit
13/11/2017 - 22:13:12

NON PAS QUESTION CE GENRE DE FOLIE NE DOIT PLUS EXISTER , IL FAUT LAISSER COURIR LES RIVIERES

PIERRE MAURIT
13/11/2017 - 20:26:19

la loi sur l'eau application des directives européennes interdit d'interrompre la continuité écologique d'une rivière.
Comment est ce encore possible aujourd'hui?
L'exploitant avait il un droit d'eau antérieur au 04 08 1789?
Si oui jurisprudence arrêt cour administrative de Nantes Aff: Jamet c/ syndicat de rivière Aubance.

Daniel garnier
13/11/2017 - 18:12:39

je suis toujours désolé de voir de tels projets de transition énergétique entravés.

alain delange
13/11/2017 - 18:04:46

Je ne comprends pas en quoi cette mini centrale hydraulique serait polluante et néfaste à l'environnement ? Que cette centrale ne soit pas agréable à regarder dans le paysage, je le comprends, mais ce n'est pas polluant. Cette centrale utilisera la force hydraulique pour produire de l'électricité. De plus il y a une passe à poissons, donc aucun problème pour les saumons.

vivi
13/11/2017 - 18:00:32

Au moment où il conviendrait de restaurer les rivières en libérant les cours d'eau voila que l'on construit des barrages. Désolant! Que fait notre valeureux ministre? De la figuration?

Jacques Brunhes
13/11/2017 - 17:09:59

laisser vivre les saumons

MARCELLE MAASS
13/11/2017 - 16:41:35

Il y en a marre du béton,encore une histoire de fric certainement ou de pêché d'orgueil.
Foutons la PAIX aux saumons et autres petits poissons,
arrêtons de salir la nature avec cet ignoble matériau ,
laissons de la vie et de la nature vierge aux futures générations sinon ils vont s'ennuyer .

gilles beziers la fosse
13/11/2017 - 16:38:33

Après lecture du commentaire de jj715 , il semble que la réglementation est respecté, rien ne me prouve une atteinte importante au milieu et je suis très favorable aux énergies renouvelables et en particulier l’hydraulique car pilotable.On ne peux pas être contre tout. Je ne signerai donc pas cette pétition

Herté07
13/11/2017 - 16:36:17

projet purement et simplement inacceptable

jullien
13/11/2017 - 16:10:12

Il y a une jurisprudence constante tant du Conseil d'Etat que de la Cour de Cassation qui confirme
que la présence d'un ouvrage sur la carte de Cassini (établie avant la révolution française) vaut titre, c'est à dire un droit inaliénable et perpétuel d'utiliser la chute d'eau.
Comme tout ouvrage utilisant la force hydraulique, il devra respecter un débit réservé (déterminé par la DIREN) et mettre en place une passe à poisson pour permettre la remontée des saumons.
Pour fonctionner il faudra mettre en place un dégrilleur pour enlever les déchets flottants
ce qui est très positif compte tenu du volume de déchets jetés dans les rivières par les pêcheurs, riverains et autres habitants à proximité

jj715
13/11/2017 - 16:02:14

Les actions coup de poing sans concertation deviennent de plus en plus nombreuses. C'est terriblement inquiétant et l'élargissement des comcom nous mettent de plus en plus dans une gestion désordonnée des territoires. Nous devons reprendre la direction de nos vie.... Nous refusons depuis longtemps ces marchés internationaux qui font n'importe quoi. Vous c'est seulement territorial, nous c'est l'Allemagne qui risque de transformer à très court terme notre territoire en désert avec une centrale au bois..... Il faut nous unir poour arrêter les stupidités suis le prétexte d'écologie. Ce n'est pas avec cela que nous sauverons notre terre malheureusement......

un anonyme
13/11/2017 - 15:58:34


Partout, c'est la même chose ! Partout des irresponsables prennent des décisions...

MIRABELLE 80
13/11/2017 - 15:57:20

Micro centrale :rentable avec beaucoup d'entretien, mais destruction et mort des rivières

Georges Doussiet
13/11/2017 - 15:49:10

La première action écologique est de préserver l'environnement des riverains. Et la transition énergétique commence d'abord par une moindre consommation d'énergie, quelle qu'en soit la nature. Alors la communauté de commune en question doit d'abord revoir sa consommation d'électricité à la baisse avant d'envisager de détruire l'environnement pour maintenir sa consommation actuelle. C'est ce que je fais en tant que particulier, modifier mes comportements pour réduire ma consommation en tout et ainsi l'impact négatif sur mon environnement proche et lointain.

ARGOUD
13/11/2017 - 15:24:16

On saccage la nature et on ne respecte pas la démocratie !
Et oui, tout ça se passe France !

Gaëlle Bazin
13/11/2017 - 14:59:18

C'est inadmissible de polluer le moindre petit cours d'eau et cela en dépit de la loi. N'est-il pas possible de se mobilissr contre ce projet insensé ?

anne kraft
13/11/2017 - 14:39:41




qu'en est-il de la représentativité de ces structures administratives soumises à des règles communes ,alors qu'élus et populations adoptent un choix autre???????????

mondo
13/11/2017 - 14:32:37

Arrêt immédiat des travaux et remise en état du site !
Les lois sont faites pour tous et chacun doit s'y plier, même les "baronnets" des collectivités locales.

Frawald
13/11/2017 - 10:09:15

Qu'elle honte de ne rien respecter,Quand chacun d'entre nous aura t-il un peu de conscience de ce qu'est la vie?

Colette Boudet
13/11/2017 - 09:39:26

La présidente du parlement européen l'a proclamé haut et fort en martelant ses mots : IL N'Y A PLUS DE GOUVERNANCE NATIONALE EN EUROPE .
L'Europe est gouvernée par une poignée de NON ELUS
et cela s'appelle une dictature .
Pour sortir de ce piège mortifère : UPR.FR

padupe
13/11/2017 - 08:52:36

La loi est complétement bafouée.

de tels travaux dans le lit d'un cours d'eau doivent être déclarés au titre de la loi sur l'eau, faire l'objet d'une enquête publique et d'une autorisation administrative en bonne et due forme.

Se servir de "droits fondés en titre" non prouvés pour contourner la loi est un abus de droit.

En plus, dans ce cas, au vu des travaux, le prétexte du réaménagement d'un ancien moulin n'est pas tenable : ce n'est pas une réhabilitation, mais bien une construction neuve à laquelle la loi des microcentrales doit s'appliquer sans passe-droit ni pot de vin.


autorisation donnée le 19 octobre (DREAL : "cette opération n'est pas soumise à la procédure d'évaluation environnementale");
travaux commencés bien avant le 12 septembre (il y a des photos).

Il est illégal de commencer les travaux avant d'avoir l'autorisation.

Le Préfet serait complice de la violation de la loi s'il n'ordonnait pas la cessation des travaux et la remise en état du site.


Butimage
12/11/2017 - 10:41:37

Ce n'est pas parce qu’une décision a été prise qu"elle est forcément juste.
Vous devez vous mobiliser sur le terrain pour éviter l'irréparable et bloquer cette réalisation.
Les décisionnaires passent et les idées aussi. "Pour des idées n'ayant plus cours le lendemain"...
La chanson se répète et nous restons spectateurs...Bel héritage que nous allons laisser à vos enfants et petits enfants.
Ma belle région...

un anonyme
12/11/2017 - 10:15:15

Il n est pa admissible de nos jours que des propriétaires (collectivités ou particuliers) puissent mettre en oeuvre des travaux d'une telle ampleur sans validation municipale, sans autorisation des riverains et propriaires, sans etude d'impact environnemental, sans un dossier bouclé et validé par tout les acteurs gravitant autour de ce projet, sans une étude de projet détaillé et un calcul de rentabilité optimisé.
Cet amateurisme ne fleure pas bon la réussite.

Bébéblond
11/11/2017 - 10:42:30

Est-ce que l'Etat français s'avoue impuissant à
faire respecter la loi...?Ou bien les petits pro fits générés par la centrale représentent une man ne néanmoins prépondérante pour son propriétaire... ?

stoppeur
10/11/2017 - 17:25:47

Dans un premier temps il est anormal qu'aujourd'hui encore nous continuions à saccager la nature en général et nos rivières en particulier. Dans un second temps, il est tout aussi anormal et absolument inadmissible que de tels projets puissent être mis en action SANS CONSULTATION des élus ou des divers responsables des milieux impactés.

Blatgé
10/11/2017 - 17:04:14

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette pétition en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !