actualité écologie

Les 10 jours verts Transacteurs

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

AG Cyberacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

Annoncez la couleur !

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

image vide cyberacteurs
image vide

  #Marées   #vertes   #et   #hydrogène



Cyberaction N° 1203: Marées vertes et hydrogène sulfuré à Locquirec

La commune de Locquirec est régulièrement affectée par la putréfaction d'algues vertes échouées sur son littoral. Le président de l'association locale de promotion et de protection de la nature et du vivant, alerte depuis 10 ans le maire des risques sanitaires graves que fait peser la présence d'hydrogène sulfuré sur et sous les sédiments.

[ 2 709 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 25 février 2020

Proposée par Cyberacteurs
En partenariat avec Dour ha Douar, Sauvegarde du Trégor

Elle sera envoyée à Sous Préfet de Morlaix

Plus d'infos

Locquirec le 20 février
Monsieur le sous-préfet
Sous-préfecture
9, rue de la République
29600 Morlaix

Monsieur le sous-préfet,

comme vous le savez, la commune de Locquirec est régulièrement affectée par la putréfaction d'algues vertes échouées sur son littoral. En ma qualité de président et représentant de l'association locale de promotion et de protection de la nature et du vivant, j'ai alerté depuis 10 ans Monsieur le maire des risques sanitaires graves que fait peser la présence d'hydrogène sulfuré sur et sous les sédiments. Je rappelle que ce gaz est classé dans la nomenclature offcielle toxique violent et a été la cause de la mort de personnes et d'animaux en Bretagne. Ce cas a été bien documenté par la littérature scientifque et a fait l'objet de rapports de l'ANSES avec tout un catalogue de mesures à prendre pour éviter l'intoxication. Dans mes interpellations à Monsieur le maire, j'ai particulièrement insisté sur la migration du gaz sous le sable et sous la vase et sur sa persistance bien après le dernier échouage d'algues, ce que la signalétique officielle n'indique jamais.
Monsieur le maire n'a jamais donné la moindre réponse à ces alertes répétées.
Les dernières ont été formulées en juillet et août 2019 à la suite de la présence persistante d'hydrogène sulfuré sur la partie est de la plage du Fond de la Baie. Pour m'en assurer, je me rends sur les lieux suspects, muni d'un masque protecteur et d'un détecteur de gaz. A Locquirec comme ailleurs en Bretagne de nombreux médias nationaux et internationaux ont authentifié ces opérations de mesures in situ.
A défaut de pouvoir être entendu directement par Monsieur le maire, j'ai donc procédé à la publication de l'article joint dans le dernier bulletin communal. J'y expliquais y avoir relevé des taux de concentration d'hydrogène sulfuré, certes pas immédiatement mortels, mais suffsamment élevés pour produire les premiers symptômes d'intoxication.

Surtout, je lui demandais d'informer la population de ces risques encore réels au moment où je vous écris puisque j'ai mesuré un taux de 49 ppm le 15 janvier 2020. Sous couvert de la rédaction du journal, vous pourrez lire sur la page du bulletin communal la réponse de Monsieur le maire. Les accusations sont graves puisqu'elles indiquent clairement que sous couvert de ma qualité de président d'association, je procéderai par affrmation, j'instillerai la crainte, je sous-entendrai l'indifférence, je crierai au loup, je distillerai la désinformation. Il vous sufft de vous diriger vers le centre d'Etudes et de Valorisations des Algues à Pleubian, chargé du suivi des marées vertes, qui pratique des mesures de terrain d'hydrogène sulfuré, pour être assuré de la validité de mes propos et mieux évaluer la dangereuse inanité de ceux de Monsieur le maire de Locquirec, à moins de les considérer comme des mensonges insignifants.
Je ne vous saisis pas pour vous demander d'être juge de paix dans notre commune et pour rappeler qu'aucun citoyen, fut-il maire, n'a le droit de porter de telles accusations diffamantes. Il existe des tribunaux pour cela. Par ailleurs, ces accusations si offensantes soient-elles, sont l'illustration parfaite de ce déni sur le danger des marées vertes, si fréquent en Bretagne, et justifie pleinement l'écriture par mes soins d'un ouvrage à paraître bientôt pour le dénoncer.
Les enjeux en cause sont autrement plus graves. Car, en maintenant dans l'ignorance de ces risques toutes celles et ceux qui fréquentent ces lieux rendus toxiques par la présence persistante de ce gaz, Monsieur le maire les expose à toute une série de symptômes bien connus, qui vont de la toux et aux picotements des yeux à des syncopes qui sans être elles mêmes directement mortelles, immobilisent la personne sur place et la soumettent à une exposition durable à l'hydrogène sulfuré avec toutes les conséquences qui s'en suivent à respirer pendant des minutes, voir des heures un air intoxicant. Ce sont bien sûr les personnes vulnérables, et particulièrement les enfants qui sont les plus gravement exposés. Ce faisant, Monsieur le maire néglige délibérément les pouvoirs de police conférés par la loi qui lui donnent les moyens d'assurer sous sa responsabilité la santé, la salubrité et
la sécurité publiques sur tout le territoire de sa commune. De surcroît, par son déni persistant, il refuse de reconnaître la destruction totale de la biodiversité sur une partie du territoire de sa commune. C'est pourquoi, constatant cette carence, au nom de nos associations, je vous demande de vous substituer à Monsieur le maire, comme la loi vous y autorise, et de procéder par arrêté à une réglementation adaptée à cette situation afn que nul n'ignore les risques à fréquenter cette partie de la plage du Fond de la Baie et tout autre affectée par ce même gaz toxique.

Ne doutant pas que ce courrier ait retenu toute votre attention et que vous prendrez toutes les mesures nécessaires pour remédier au plus vite à ce grave défcit d'informations sur ce type de pollution toxique, à défaut de pouvoir pallier à vous seul ses causes, veuillez Monsieur le sous-préfet être assuré de l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Pour Dour ha Douar fédérée dans Sauvegarde du Trégor, le président

Locquirec le 8 février. Algues vertes, un scandale d’Etat. Nitrates et gaz toxiques. 50 ans de déni
https://www.breizh-info.com/2020/02/04/135872/locquirec-le-8-fevrier-algues-vertes-un-scandale-detat-nitrates-et-gaz-toxiques-50-ans-de-deni  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à prefecture@finistere.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Marées vertes et hydrogène sulfuré
  • Message : Monsieur le Sous Préfet

    En maintenant dans l'ignorance des risques toutes celles et ceux qui fréquentent des lieux rendus toxiques par la présence persistante d'hydrogène sulfuré liée à la putréfaction des algues vertes, le maire les expose à toute une série de symptômes bien connus.

    C'est pourquoi, constatant cette carence, je vous demande de vous substituer au maire, comme la loi vous y autorise, et de procéder par arrêté à une réglementation adaptée à cette situation afin que nul n'ignore les risques à fréquenter cette partie de la plage du Fond de la Baie et tout autre affectée par ce même gaz toxique.

    veuillez Monsieur le sous-préfet être assuré de l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

18 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Soigner les effets ne constitue pas une guérison, La vraie guérison, à long terme est de guérir la cause initiale, certainement dû au comportement humain, comme d'hab...

Muriel FOSSARD
23/04/2020 - 01:32:26

La consommation carnée est beaucoup plus climaticide que le transport...
Il faut sortir de l'alimentation carnée, et du carbone fossile, et du nucléaire, ou accepter de mourir et d'entrainer le vivant avec nous dans cette 6ème extinction.
Cela à plein d'aspects vertueux, dont la fin des algues vertes.

Daniel LAMBEAUX
02/04/2020 - 20:40:38

Il faut aller aux sources de la pollution et sanctionner des pratiques agricoles désuètes !

Alain Kernevez
09/03/2020 - 09:58:27

Interdire l'accès à ces plages n'est pas la vraie solution. On sait très bien que c'est cette agriculture productiviste et ses élevages intensifs qui engendrent cette pollution. Tant que les autorités ne mettront pas un frein aux pratiques industrielles scandaleuses de l'agrobusiness en arrêtant de subventionner les élevages industriel de porcs et de volailles industriels au détriment d'un développement du Bio, il y aura cette pollution ! Cela fait des années que les pouvoirs publics sont interpelés mais ne font rien. Et les agriculteurs sont bernés par un syndicat surpuissant qui leur ment en les encourageant à acheter toujours plus d'intrants-poison alors que le Bio leur apporterait bien plus.

Lionel Forment
27/02/2020 - 18:12:22

Déni total à tel point qu'on apprend par le journal TV du dimanche midi qu'on autorise des immenses nouvelles porcheries en Bretagne pour exporter en Chine ! Car les chinois ont "fabriqué" la peste porcine et tous leur cochons ont été tués. Puis ils ont exporté en Afrique cette peste porcine qu'ils osent appeler "ebola porcine"(sic) où, là encore, tous les pauvres cochons ont été massacrés. Bientôt algues vertes supplémentaires et "ebola porcine" en Bretagne...

Bonbon
27/02/2020 - 17:05:45

depuis des années les bretons envahissent les plages avec les algues vertes en toute impunité
mais quand va t'on faire cesser ce carnage

PIERROT
27/02/2020 - 08:37:44

Pour lutter contre les algues vertes, un bulletin vert.

Frawald
27/02/2020 - 08:25:23

A l'écoute du discours de ce sous-préfet,j'ai honte d'entendre de tels propos. La réalité exacte c'est bien cette agriculture et cet élevage intensifs, en particulier des porcs et volailles industriels qui entraînent ces milliers de tonnes d'algues vertes en Bretagne.
Ce n'est pas stigmatiser les pratiques industrielles de ces agro-business d'aujourd'hui qui ne pensent qu'à produire toujours plus, sans respecter la nature. Ce sont des réalités: ils polluent gravement à cause de leurs pratiques irrationnelles. Et le rôle du préfet est d'empêcher ces pollutions de plages par les algues vertes issues de cette agriculture intensive.
ça suffit depuis tant d'années que les pouvoirs publics ne font rien pour obliger l'agriculture à des pratiques plus raisonnables. Et avec le ministre actuel de l'agriculture Guillaume, on n'est pas près de voir une amélioration, ne serait-ce que dans l'utilisation du glyphosate et des pesticides qui ne diminue pas du tout car la FNSEA ne cherche en rien à s'améliorer car elle est soudée aux lobbies de l'agrochimie.
Faut qu'ils soient bien bêtes ces agriculteurs intensifs, car s'ils se convertissaient à l'agriculture BIO, ils s'y retrouveraient bien mieux en finances en réalisant des produits de qualité sans avoir à acheter fort cher leurs "saloperies d'intrants" et en revendant à meilleur prix leurs productions...
CQFD
Alain LEDOUCE

ALAIN LE DOUCE
26/02/2020 - 19:06:11

Qu'est-il indiqué dans le DICRIM à ce sujet? Peut-être est-il temps de le mettre à jour?
La responsabilité du maire me semble totale, ne serait-ce qu'en matière d'information de la population et de constitution d'un comité citoyen en charge de la question avec mission d'organiser un RIC local...

Monique BONAFOUX
26/02/2020 - 15:22:17

Algues vertes, nappes phréatiques, odeurs pestilentielles, résistance aux antibiotiques, pollution transport liée à la concentration des élevages en Bretagne (60% de l'engraissement porcin), maltraitance animale, ... il y a tant de raison d'interdire ces élevages concentrationnaires.

Daniel DANIEL
26/02/2020 - 14:05:17

Le maire de Loquirec ne doit pas être rendu respon sable de la dégradation du littoral...mais l'Etat
qui doit prendre en mains la maintenance du litto ral qui se dégrade en raison de la montée des mers
+ du réchauffement climatique...Ceci vaut aussi pour le littoral des Antilles...La collecte des algues doit être organisée et donner lieu à leur
transformation de manière scientifique...

stoppeur
26/02/2020 - 12:30:36

C'est là que le RIC révocatoire serait utile !

sylvère labis
26/02/2020 - 11:09:51

il serait peut - être temps de prendre le problème à la base , à savoir revoir les modes de culture

alain honvault
26/02/2020 - 11:05:15

On n'en a pas fini de ces histoires d'algues tueuses. Et une porcherie par là et une autre par là . Par ici les cochons coincés dans les usines, venez venez les porcinets accroître le lisier et toute autre merde abondante. Les pestiférés ne sont pas les pauvres victimes à queue tire-bouchonnées mais les éleveurs-pollueurs-abatteurs sans cet appendice, bénis par un syndicat qui sent fort et protégés par les sphères ministérielles qui ont la chance de ne pas respirer le soufre. Si ni le maire ni le sous préfet , ni le préfet ,ni le sur préfet ne parviennent à prendre la défense des citoyens et des cochons, il faudra utiliser les algues comme missiles.
Aïchat Nussy

c nusbaum
26/02/2020 - 10:40:30

Si le maire ne veut pas se bouger les fesses, pourquoi ne portez-vous pas plainte pour mise en danger de la vie d'autrui.
c'est le problème de la majorité de nos élus, une fois en place, ils ne se soucient plus que de leurs indemnités, les problèmes c'est pour le mandat suivant avec une pensé commune :
POURQUOI FAIRE AUJOURD'HUI CE QU'UN AUTRE POURRA FAIRE DEMAIN.

Jean-Pierre Reillon
26/02/2020 - 10:39:24

Sans doute ne serait-il pas utile de commencer par l'origine de ces algues vertes qui polluent ces belles plages comme celle de St Michel, que je découvraient avec admiration lors de mes passages professionnels. Pour cela il suffit de se tourner vers les cultures intensives arrosées de pesticides ou des animaux (porcs en particulier) nourris sans doute pas de bons produits de bons produits bios !!!

Paul Buret
26/02/2020 - 10:10:27

Bravo pour votre acharnement sans faille depuis tant d'années. Bien amicalement à toi, Alain

Nino-Anne DUPIEUX
26/02/2020 - 09:41:50

A ce propos, lire la très renseignée BD "Algues vertes, l'histoire interdite" de Inès LÉRAUD et Pierre VAN HOVE https://www.editions-delcourt.fr/serie/algues-vertes-l-histoire-interdite.html  
Cette situation des lobbys est insoutenable, leurs logiques sont dénuées de tout bon sens et de tout respect du vivant. Il est temps que nous fassions changer cela.

C
26/02/2020 - 08:46:58

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !