actualité écologie

OPÉRATION

Journal des Bonnes Nouvelles

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

La Terre vue depuis l’espace

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Lundi Vert

Il existe aujourd’hui des raisons impératives de diminuer collectivement notre consommation de chair animale en France. Nous pensons que chaque personne peut faire un pas significatif dans ce sens pour l’un ou l’autre des motifs suivants : la sauvegarde de la planète, la santé des personnes, le respect de la vie animale. Nous nous engageons à titre personnel à remplacer la viande et le poisson chaque lundi (ou à aller plus loin dans ce sens). Voici les arguments qui nous semblent décisifs.

[ 2 121 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 25 novembre 2018

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Président de l'Assemblée Nationale | à votre député
En soutien à Appel Lundi vert


Elle prendra fin le : 25 février 2019

Plus d'infos

repas végétarienEnvironnement
La production de viande est l’une des activités humaines ayant les conséquences les plus néfastes pour l’environnement (1). Elle constitue un gaspillage des ressources naturelles. Selon l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, produire une seule calorie de viande nécessite 4 à 11 calories végétales (2). S’alimenter avec des végétaux plutôt que d’alimenter des animaux avec des végétaux pour ensuite les consommer permettrait de dégager de 2 à 20 fois plus de protéines par hectare cultivé (3), et par conséquent de répondre de manière plus rationnelle aux défis alimentaires de la planète dans un contexte de population croissante. L’élevage représente aussi une cause principale de déforestation et de perte de biodiversité. Par exemple, 85% de la forêt d’Amérique du Sud a été convertie pour l’élevage (4). De plus, il contribue selon les Nations Unies à 14,5% des émissions totales des gaz à effets de serre, soit plus que toute autre activité humaine (5). Il est donc possible de considérer, comme le président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qu’« une journée sans viande peut aider à lutter contre le changement climatique ». Enfin, l’élevage consomme une quantité très importante d’eau potable. L’empreinte eau du boeuf par calorie est environ 20 fois supérieure à celle des céréales ou des féculents (6,7). L’élevage contribue également à la pollution de l’air. Par exemple, en France, environ 70% des émissions d’ammoniaque, un des principaux précurseurs de particules fines PM2,5, sont issues de l’élevage (8). Les dégâts environnementaux de la consommation de chair animale sont également constatés en mer, où la surpêche représente une cause massive de destruction des écosystèmes et d’extinction écologique (9).

Santé humaine

La santé humaine est la deuxième raison objective de limiter la consommation de chair animale. L’intérêt que les êtres humains ont développé pour la viande ne présente plus aujourd’hui les mêmes bénéfices que durant d’autres périodes de l’évolution humaine. Selon les autorités scientifiques, la viande n’est absolument pas indispensable à l’équilibre alimentaire : dans tous les pays développés, elle peut être remplacée par des végétaux, lesquels fournissent des protéines et des nutriments que l’organisme peut assimiler (10). Manger moins de viande contribue même à atténuer le risque de maladies cardiovasculaires (11, 12), de diabète (13) et d’obésité (14). L’Organisation mondiale de la santé a établi que la viande rouge transformée était en effet une cause certaine de cancer, tandis que la viande rouge non transformée en était une cause probable. Aujourd’hui, les Français consommant près de 100g de viande chaque jour augmentent de 30% leur probabilité de développer un cancer en comparaison à ceux qui se limitent à 40g en moyenne (15). Plus globalement, si l’humanité optait pour une alimentation entièrement à base de végétaux, le taux de mortalité humaine chuterait entre 6 et 10% (16). Enfin, les risques sanitaires liés à l’élevage industriel sont un autre préjudice majeur : les fermes industrielles qui regroupent des milliers d’animaux dans des espaces très confinés facilitent la propagation d’épidémies et de souches bactériennes dont certaines sont résistantes aux antibiotiques.

Vies animales

Actuellement, en une année, soixante quatorze milliards d’animaux terrestres (mammifères et oiseaux) et entre cinq cent et mille milliards d’animaux aquatiques sensibles (poissons, crustacés décapodes, et mollusques céphalopodes) sont tués pour la consommation humaine (17). Les recherches récentes en éthologie indiquent que ces animaux disposent de structures anatomiques et de capacités cognitives et sensorielles leur permettant de ressentir la douleur (18, 19), et leurs comportements indiquent qu’ils sont affectés lorsqu’ils sont blessés (ou même, pour une grande partie d’entre eux, lorsqu’ils voient leurs congénères l’être). En France, 99% des lapins, 95% des cochons, 90% des veaux et 82% des poulets de chair sont élevés de manière intensive, c'est-à-dire qu'ils sont confinés dans des cages ou des bâtiments fermés afin de les engraisser et les maintenir en vie jusqu’à leur abattage précoce. L’image commerciale d’animaux heureux en élevage (bio ou non) est presque toujours fausse. Pour éviter les blessures dues à l’entassement des animaux ou pour le goût de la viande, l’élevage procède à des mutilations systématiques sans anesthésie (becs, cornes, pattes, dents, queues, testicules). Enfin, après avoir subi des conditions de transport souvent inadéquates et brutales, la moitié des animaux abattus en France sont encore conscients lorsqu’ils sont saignés (20). Le sort des poissons n’est pas plus enviable que celui des animaux terrestres. Par exemple, dans le cas de la pêche au chalut, d’immenses filets en forme d’entonnoir capturent tous les animaux qui s’y amassent, mêlés à divers débris. Déversés sur de la glace, ils y agonisent asphyxiés, écrasés par les autres poissons ou meurent par éclatement de leurs organes internes à cause de la décompression. Si l’on en doutait encore, une commission d’experts qualifiés a établi qu’« il n’y a aucune bonne raison de conclure que les poissons seraient insensibles à la douleur» (21).

En conclusion, pour l’un ou plusieurs des arguments que nous venons de mentionner (la planète, la santé et les animaux), il nous semble à la fois rationnel, souhaitable et réaliste d’infléchir nos habitudes, en commençant par nos repas chaque lundi. Bien que ces évolutions de pratiques individuelles ne soient pas suffisantes pour produire tout le changement nécessaire (qui relève naturellement d’un niveau plus global), nous pensons qu’elles y contribuent. C’est donc l’engagement que nous prenons publiquement et que nous vous invitons à prendre avec nous.
LUNDI VERT– version 15 / 3
Pour faciliter ce changement à grande échelle et la mise en place d’habitudes alimentaires adaptées (remplacer la viande et le poisson par des aliments de contenu nutritif équivalent, et non de les supprimer sans compensation), sur le site lundi-vert.fr (ouverture : 25 nov. 2018), une équipe de chercheurs issus de plusieurs institutions (CNRS, Institut National de la Recherche Agronomique, Université Grenoble Alpes et Grenoble Ecole de Management) vous propose un accompagnement individualisé de votre démarche chaque semaine, dans le cadre d’un projet scientifique sur le changement durable des conduites alimentaires.

Nous vous proposons d'interpeller vos parlementaires pour obtenir la généralisation du lundi vert dans toutes les restaurations collectives (cantines scolaires, EHPAD, restaurants d'entreprises ….)
Références
(1) Godfray, C. et al. (2018). Meat consumption, health, and the environment. Science, 361, eaam5324.
(2) FAO, http://www.fao.org/docrep/003/x3002f/X3002F04.htm  
(3) Alon Shepon, Gidon Eshel, Elad Noor, Ron Milo. (2018). The opportunity cost of animal based diets exceeds all food losses. Proceedings of the National Academy of Sciences, 201713820 DOI: 10.1073/pnas.1713820115
(4) De Sy, V. et al., (2015). Land use patterns and related carbon losses following deforestation in South America. Environmental Research Letters, 10, 124004 . http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/10/12/124004/meta   (5) P. J. Gerber et al., “Tackling climate change through livestock: a global assessment of emissions and mitigation opportunities” (FAO, 2013). http://www.fao.org/3/a-i3437e.pdf  
(6) Mekonnen, M. & Hoekstra, A. (2012). A global assessment of the water footprint of farm animal products. Ecosystems 15, 401–415 (2012).
(7)Waterfootprint.org
(8) INRA (2017) Rôle, Impacts et Services issus des Elevages Européens. https://inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com/ressources/afile/376842-06074-resource-esco-elevage-eu-rapport-complet-en-francais.pdf  
(9) Jackson, J. B. C (2001). Historical Overfishing and the Recent Collapse of Coastal Ecosystems. Science 293, 5530 : 629-637. doi :10.1126/science.1059199. (10) Melina V, Craig W, Levin S. (2016). Position of the Academy of Nutrition and Dietetics: vegetarian diets. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics. 2016;116:1970-1980.
(11) S. Rohrmann et al. (2013). Meat consumption and mortality—Results from the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition. BMC Med. 11, 63 (2013). doi: 10.1186/1741-7015- 11-63; pmid: 23497300
(12) X. Wang et al. (2016). Red and processed meat consumption and mortality: Dose-response meta-analysis of prospective cohort studies. Public Health Nutrition, 19, 893–905 (2016). doi: 10.1017/ S1368980015002062; pmid: 26143683
(13) A. Wolk (2017). Potential health hazards of eating red meat. Journal of Internal Medicine 281, 106–122. doi: 10.1111/joim.12543; pmid: 27597529
(14) A. C. Vergnaud et al. (2010). Meat consumption and prospective weight change in participants of the EPIC-PANACEA study. Am. Journal of Clinical Nutrition, 92, 398–407.
(15) Dialo et al., (2018). Red and processed meat intake and cancer risk: Results from the prospective NutriNet‐Santé cohort study. International Journal of Cancer, 142, 230-237.
(16) Springmann M., et al., 2016. Analysis and valuation of the health and climate change cobenefits of dietary change. Proceedings of the National Academy of Sciences vol. 113 no. 15, 4146–4151, doi: 10.1073/pnas.15231
(17) http://www.fao.org/faostat/fr/#data/QL   (18) Chapouthier, G. & Tristani-Potteaux, F. (2013). Le chercheur et la souris. Paris : CNRS Éditions.
(19) Braithwaite, V. (2010). Do fish feel pain ? Oxford : Oxford University Press.
(20) Données OABA (OABA.fr), Oeuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoir.
(21) Commission fédérale suisse d’éthique pour la biotechnologie dans le domaine non humain (CENH). Rapport sur l’utilisation éthique des poissons.
http://www.ekah.admin.ch/fileadmin/ekah-dateien/dokumentation/publikationen/f-Broschuere_Ethischer_Umgang_mit_Fischen.pdf  


Climat : l’agriculture est la source d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre
https://reporterre.net/Climat-l-agriculture-est-la-source  

Agriculture et gaz à effet de serre : état des lieux et perspectives
https://www.ademe.fr/agriculture-gaz-a-effet-serre-etat-lieux-perspectives  

Europe : l'agriculture émet trop de gaz à effet de serre
http://www.lefigaro.fr/environnement/2009/11/23/01029-20091123ARTFIG00435-europe-l-agriculture-emet-trop-de-gaz-a-effet-de-serre-.php  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à richard.ferrand@assemblee-nationale.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Lundi Vert
  • Message : Madame, Monsieur,
    Pour l’un ou plusieurs des arguments utilisés par ses promoteurs (la planète, la santé et les animaux), je m'engage à infléchir mes habitudes, en commençant par mon repas chaque lundi.
    Je vous invite à proposer la généralisation du lundi vert dans toutes les restaurations collectives (cantines scolaires, EHPAD, restaurants d'entreprises ….).
    Dans cette attente, veuillez agréer mes salutations citoyennes.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

36 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

je ne mange de viande qu'une fois par semaine en moyenne,généralement du poisson,jamais de viande rouge,c'est donc facile pour moi de m'engager à ne pas consommer de viande le lundi

jacques lacombe
07/12/2018 - 08:44:10

Go vegan.

Michèle Haudebourg
07/12/2018 - 08:08:55

Je suis végétarienne depuis déjà plusieurs années mais je signe la pétition si ça peut aider d'autres personnes à prendre conscience de son alimentation et changer ses habitudes progressivement ;)

Nathalie Rousseau
01/12/2018 - 14:24:36

modeste témoignage:
Cela fait presque 20 ans que j'ai banni la viande de mon assiette ( je mange encore un peu de poisson, mais de moins en moins), nous mangeons uniquement les oeufs de nos poules qui vivent en liberté dans un grand espace, et cela n'altère pas du tout notre santé.

La santé des populations, le respect de la nature et des animaux doivent primer sur l'appât du gain.

emmas
29/11/2018 - 19:07:21

Excellente initiative, le lundi vert étant un minimum! c'est signé!

Didier Vandendriessche
29/11/2018 - 18:04:56

Go vegan!

un anonyme
27/11/2018 - 18:58:26

il y a bien longtemps que je ne mange de la viande que 1 ou 2 fois par semaine, mais, je ne serai jamais végétarienne et encore moins végan qui, pour certains de ces derniers, se comportent comme des extrémistes ; ce n'est pas parce que l'on se transforme en "brouteurs" qu'il faut détruire les boucheries et exiger que tout le monde obtempère.

Manger beaucoup moins de viande et de poissons je suis d'accord mais il faut laisser la liberté à chacun d'agir comme il l'entend et surtout, ne pas imposer un tel régime aux enfants qui risquent d'avoir de graves problèmes de santé.

hamon
27/11/2018 - 18:00:44

Merci pour cette pétition.

un anonyme
27/11/2018 - 13:16:32

Végétarienne puis végane depuis des années, humains nous sommes omnivores et avons donc le choix de notre alimentation, en fonction de nos prises de conscience de l'état de dévastation de notre planète comme de la cruauté des élevages industriels, et autres parfois. Une partie de l'humanité se nourrit sans aucun produit animal et s'en porte fort bien. Quant à la paysannerie elle n'a rien à perdre en s'adaptant à une évolution diversifiée, manger local et bio évidemment comme ça existe déjà, et remplacer ainsi les importations. Merci Bruno, en une phrase tout est si bien résumé.

un anonyme
27/11/2018 - 13:15:36

A l'heure où les catastrophes naturelles se dévelop
pent,où les forêts brûlent,où la sècheresse réduit
considérablement l'approvisionnement en eau douce
...il y a fort à parier que l'élevage(hormis cap rins et ovins)va vite diminuer...étant entendu que
la déforestation va tout accélérer au pire...Il va
falloir faire des choix,si ce n'est que des choix
drastiques s'imposeront d'eux-mêmes...NATURELLEMENT
...!!!

stoppeur
27/11/2018 - 12:10:57

N' étant plus capable de consommer des produits animaux en général, et de la viande ou poisson en particulier, je suis passée au végétarisme majoritaire( je mange quelques œufs( uniquement le jaune- un peu de fromage et yaourt de chèvre uniquement- ce sont les seuls produits que je peux avaler ) avec légumineuses et céréales sans gluten, car je fais une intolérance au gluten et produits laitiers en général suite à vaccinations intempestives- varioles 3 fois dont une à 3 semaines qui m' a tenue six ans au lit - arrosée de tests de Bcg- j' étais non scolarisable pendant tout ce temps, mais ai tout de même passé un bac A à 18 ans.

Tout ceci à cause d' une assistante sociale de département du Finistère, qui estimait que les vaccins de ma sœur ( qui avait 7 ans ) n' étaient pas à jour... scandaleux...
Quand on n' a plus le choix à l' âge de 20 ans, et que c' est la seule façon d' avoir la santé, on prend le chemin qui nous convient si l' on ne veut pas finir imbibé de médicaments avec une maladie chronique ...
pour la grande joie de la médecine allopathique et des labos.....

J' ai 54 ans auj.et parais statistiquement 15 ans de moins que mon âge...

BLEUET
27/11/2018 - 11:50:13

végétarienne depuis + de 30 ans, sans dégât aucun pour ma santé , et en tous les cas en bien ETRE de cohérence : j'aime les animaux, mais pas dans mon assiette. C'est ma raison majeure : de quel droit agit-on aussi cruellement contre eux....

mm82
27/11/2018 - 11:49:16

Je ne vois pas pourquoi je m'engagerais à infléchir mes habitudes, en commençant par mon repas chaque lundi puisque je suis végétarienne depuis l'âge de 34 ans et que j'en ai aujourd'hui le double...
Mais je pense que ce serait hyper important que les restaurations collectives proposent de plus en plus de menus végétariens.
Puisse l'Amour qui nous unit ici, s'étendre à l'infini, toucher le coeur de tous les êtres de la terre... Puissent tous les êtres dans tous les mondes être heureux... (le mantra qui m'accompagne actuellement).
"Aidons-nous les uns les autres à agrandir notre champ de conscience,notre vision du monde et l'ouverture de notre coeur.Enrichissons-nous de nos complémentarités."
Merci à Cyberacteurs de contribuer à sa manière.

Myma
27/11/2018 - 11:42:54

J'ai signé! Végétarien depuis les années 1990 après avoir drastiquement réduit la viande et le poisson dès le début des années 1980, j'ai aujourd'hui 64 ans et suis en pleine forme comme le témoigne aussi Françoise ci-dessous. Nous ne sommes pas des carnivores; nos dents, la longueur de nos intestins, entre autres, le montrent. La consommation de viande est une catastrophe pour le climat. Inutile de détailler...L'agriculture doit changer...basculer en biologique, plus de maréchage, produire plus de fruits (bio bien sûr!) et diminuer fortement l'élevage...Ce sont mes voeux pieux, mais il y a fort à faire avant que chacun soit convaincu et change ses habitudes nutritionnelles! Encouragement pour les actions faites dans le sens d'une diminution de la consommation de viande!

Bernard
27/11/2018 - 10:50:11

Je signe car il faut bien qu'un jour on commence à prendre conscience des méfaits de la surconsommation animale. La pêcherie artisanale ou les petits éleveurs sont bcp moins invasifs que les industriels, c'est vrai, mais leurs animaux pètent autant que les autres, et consomment à peu près autant d'eau que les autres ; leur chair est certes de meilleure qualité que l'industrielle, reste quand même une source de risque cardiovasculaire, de cancers, de diablète et cie.
Un seul jour par semaine ne suffira pas, mais c'est mieux que rien et c'est surtout très important qu'enfin ce débat vienne de plus en plus sur la place publique même si cela déplait au plus grand nombre.

Yustabel
26/11/2018 - 22:45:09

Merci pour votre pétition à laquelle je ne peux qu'adhérer car je suis végétarienne depuis 15 ans et fais en sorte de ne jamais manger aucune chair animale ( poisson y compris )… J'ai 67 ans et n'ai pas à me plaindre de mon état de santé ...

Françoise Rochefort
26/11/2018 - 21:32:48

Bonjour,
en réponse à Mimile, l'introduction d'une journée végétarienne ne peut pas être néfaste pour l'élevage paysan sur herbe. Au contraire, la réduction de la consommation de viande est indispensable si l'on souhaite s'éloigner de sa production quasi industrielle. Les personnes qui en réduisent leur consommation dégagent ainsi les moyens de payer leur viande plus cher, et donc de rémunérer plus justement les paysans.
Je suis moi-même végétarien, je respecte les choix des éleveurs et des consommateurs de viande mais j'aimerais que cette "production" redevienne une pratique raisonnable qui retrouve un peu le sens de la nature.

Eric L
26/11/2018 - 20:33:33

-"Ne pas signer en raison de la forme
-Ne pas signer en raison du lundi
-Ne pas signer parce que cette pétition ne défend pas l'agriculture paysanne ... etc ... etc."
La vraie question est :
Avons-nous la conscience du monde en devenir et la volonté de laisser un monde vivant aux générations futures ?

maribul
26/11/2018 - 19:39:48

je ne signe pas non plus, étant végétarienne depuis une trentaine d'années. Chacun fait comme il le sent, ça peut venir d'une prise de conscience santé, ou planète, ou défense animale... peu importe, on le fait à son rythme, on peut rester flexitarien, c'est déjà bien...c'est une dépendance la viande! Chacun.e décrochera comme il voudra et le nb de repas qu'il pourra, et les jours qui lui conviendront, non?
On n'a pas besoin d'être guidés, encadrés comme des enfants, et la responsabilité individuelle? Mieux vaut l'exemple, les ateliers pratiques, les rencontres, les dégustations,non? Je trouve que déjà la prise de conscience va vite ces derniers temps, et c'est grâce aux réseaux, aux assos. On est dans la transversalité,pas dans l'injonction!
Et dans les cantines, oui, pour remplacer le porc, déjà... Les légumineuses, c'est facile à trouver et à cuisiner!

un anonyme
26/11/2018 - 19:29:41

Je ne signe pas car comme Mimile je respecte et promeut l'élevage paysan qui accompagne l'homme depuis les débuts de l'agriculture. L'élevage paysan, extensif est indispensable au maintien de la biodiversité par l'entretien des paysage (bocage, marais, prairies etc...) . De plus l'agriculture intensive a totalement tué les sols et fait disparaitre la matière organique de ceux-ci. Cette matière organique dans l'agriculture paysanne et biologique est apportée par les déjections animales. Sans élevage pas de sols vivants et donc pas de légumes et de légumineuses pour ceux qui choisissent de ne pas consommer de protéines animales. Ne nous trompons pas de débat ni de cible c'est agro-industrie intensive qui est à combattre, l'élevage industriel.

ANNE MARIOT
26/11/2018 - 18:59:32

le poisson : ça ne va pas beaucoup mieux !

françoise lombard-farille
26/11/2018 - 15:50:44

Pourquoi le lundi? Allons plus loin: davantage de protéines végétales tous les jours, et une petite portion de viande de très bonne qualité pour ne pas frustrer les carnassiers, pour encourager l'élevage paysan et parce qu'il vaut mieux avancer ensemble que de se dresser les uns contre les autres. Une vegan gourmande et gourmette

Valerie FJ
26/11/2018 - 15:19:52

Quel tristesse cette pétition mal fichue générée par on ne sait trop qui, mais bon...
je signe car perso je n'ai rien à perdre, que de la viande j'en ai rarement mangé en 58 années de vie et n'en consomme plus du tout depuis belle lurette pas plus pour les autres créatures non humaines qui peuplent cette pauvre planète victime de notre orgueil démesuré, de nos matérialismes assortis prêts à tout asservir..
Avec des comme moi, plus guère de boucheries, d'élevages intensifs et le panel d'abominations associées, et puis ingurgiter du cadavre... beurk !
MAIS... nos (mes) animaux familiers, principalement des carnivores, si plus tout ça, ils vont faire comment pour se nourrir...ils vont finir par nous bouffer faute de mieux ?
Faire l'apologie du véganisme engendre de ne pas lui substituer un autre excès.
Protégeons l’élevage raisonné, biologique, sans abus vétérinaires, en milieu naturel et stoppons l'élevage industriel quel qu'il soit, une monstrueuse aberration digne des camps de concentration.

RASLEBOL
26/11/2018 - 15:14:38

Nous faisons l'effort de ne plus manger de viande et finalement ça nous manque absolument pas

manger fruits et légumes bio c'est bien meilleur pour la santé

Bruno
26/11/2018 - 14:00:35

Non, désolé, je ne signerais pas: le lundi, la plupart du temps, je mange les restes du dimanche...où j'ai mangé viande ou poisson!Cette orientation nouvelle du site ne me semble pas correspondre aux actions que j'ai soutenu depuis des années... Ne nous trompons pas d'objectif...

Denis Pugnère
26/11/2018 - 12:42:47

Ben moi ça fait 48 ans que je suis végétarienne et je ne regrette rien..

Pas bobo du tout car depuis 48 ans j'ai dépassé les modes et je les ai même devancées hihihi !! pas extrémiste du tout mais respectueuse du Vivant..

Récupération, manipulation ou pas, cette pétition vous demande de vous engager....

C'est, aussi, se mettre au diapason de la souffrance animale !!

Arrêtons les faux prétextes SVP...cette démarche doit être individuelle et conscientisée !!

Pas besoin de manipulation ... dans pas longtemps, à l'échelle du temps de notre belle Terre , vous serez bien dans l'obligation de changer votre menu carné !

Alors autant commencer en douceur par un jour, deux jours, trois jours et vous verrez que vous vous en porterez aussi bien et même mieux ainsi que notre Belle Bleue et sa création : les animaux et le Vivant

eve et Charles jacquet
26/11/2018 - 12:35:10

Je ne signe pas cette action, non pas en raison du fond avec lequel je suis en accord mais en raison de la forme. Cela a un côté "gadget" et un peu immature. Un changement progressif et profond de nos habitudes alimentaires n'attend pas un jour de la semaine. Cela me semble tout à fait artificiel. J'ai du mal à saisir le lien entre un engagement personnel que je serais censée prendre et une injonction parallèle à la sphère publique de procéder de même. La démarche n'est pas la même au risque d'être dans la posture déjà décriée, à juste titre, du donneur de leçon. Cette proposition confuse me semble ajouter à la cacophonie des propositions.

MIREILLE DESTOUCHES
26/11/2018 - 11:31:54

Bonjour
je suis désolé, mais je ne signe pas d'appel à baisser la consommation de viande qui ne s'accompagne pas d'une défense de l'élevage "paysan", par exemple à l'herbe.Car celui ci est indispensable au maintien de la biodiversité et de la fertilité des sols.
cordialement

Mimile
26/11/2018 - 11:12:07

Le meatless monday existe depuis longtemps mais il est vrai qu'il "passe" mal chez certains à qui il a été seriné que "la viande donne des forces". Végétarienne depuis environ 50 ans, j'explique autour de moi mais aussi dans des ateliers de cuisine associatifs conviviaux (ou en invitant chez soi)ce qu'est l'équilibre alimentaire végétarien qui ne signifie pas se nourrir de salade car même les herbivores ont besoin de protéines mais végétales. L'exemple, la démonstration, la dégustations sont plus efficaces que tous les discours sur le bien-être animal, les dégâts du carnivorisme sur notre santé ou l'influence des flatulences du bétail sur le réchauffement climatique. Une pétition n'a de poids éventuels qu'auprès des élus dans la mesure où elle est signée par nombre d'électeurs de leur secteur.

Mireille
26/11/2018 - 11:09:39

Il ne me semble pas percevoir, dans ce qui est dit plus haut, suffisamment de distinction entre agriculture et pêche industrielle d'un côté et, de l'autre, petite paysannerie et pêche artisanale. C'est très dommage car la valorisation des petites réalités est la clé non seulement d'une alimentation plus saine pour tous, d'un meilleur traitement des animaux, mais aussi de l'emploi de plus nombreux producteurs et productrices ainsi que de la préservation de l'environnement.
La condition des populations citadines est particulière quant à l'accès à la nourriture, et ce n'est pas pour rien que le mouvement vegan est issu du monde urbain. Mais lorsqu'on vit dans une petite ville - et il y en a encore beaucoup - on peut trouver des aliments de bonne qualité auprès de producteurs soucieux de bien faire. Je souhaite mentionner ici l'association à laquelle j'appartiens, Nature & Progrès, et dire que je pense préférable de manger des produits animaux en quantité "raisonnable" (de la viande environ trois fois par semaine) plutôt que d'avoir un régime plus végétarien, mais de produits de provenance industrielle.

Catherine Laugé
26/11/2018 - 11:08:15

Alain

Cette pétition m'étonne beaucoup de ta part. Tous le lundi comme autrefois tous le poisson le vendredi: non! Je ne conteste pas les motifs mais là c'est insignable
LD

Laurent Desprez
26/11/2018 - 11:00:48

il suffit simplement d'arrêter de manger de la viande sous quelque forme que ce soit!

cheap 06
26/11/2018 - 11:00:13

Il y a URGENCE!
Merci de travailler avec TOUTES les bonnes volontés possibles! Nicolas Hulot est peut-être le mieux placé pour coordonner et animer les actions constructives de la vie CIVILE, pour la Planète et en particulier les animaux qu'on oublie trop souvent alors qu'ils sont les plus en souffrance par notre faute.

sophie
26/11/2018 - 10:10:52

plus les années passent et plus je respecte les animaux , qu'ils soient minuscules ou très grands!

pigef
26/11/2018 - 10:03:01

Attention tout de même car l'élevage bovin a un avantage c'est de maintenir des prairies, des haies en zones agricoles. Donc étudions cet impact , il ne faudrait pas que les prairies soient transformés en cultures intensives , ce qui passe pour les agriculteur qui abandonnent l'élevage laitier par exemple !

philippe
26/11/2018 - 10:01:38

Bonjour
Ne sachant pas qui est derrière cet appel et ne voulant pas être manipulé et récupéré par les associations animalistes extrémistes, je ne signerai pas cette pétition, bien que partageant l'idée de la nécessité de diminuer notre part de protéines animales.

Jean
26/11/2018 - 10:00:54

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !