actualité écologie

AG Cyberacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

OPÉRATION

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

Electricité 100% renouvelable ?

27 mai : Les cobayes lancent l'alerte

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide



Pétition : Le silure un problème pour les pêcheurs ou un plus ?

L'association FDEN ( fédération départementale de l'environnement et de la nature du PdD)
L'association FRANE (fédération de la région auvergne pour la nature et l'environnement)
la FDANE (fédération des associations de la nature et de l'environnement du cantal)
L'association ADEL (défense de l'environnement de Labessette) 63690 situé sur les rives du barrage de Bort les Orgues.
Organismes qui préservent la faune, la flore, l'environnement et la biodiversité vous font part de leurs inquiétudes à la venue d'un nouveau poisson: le silure introduit par l'homme dans les fleuves et rivière depuis quelques années.

[ 2 420 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Pétition mise en ligne le 30 mars 2018

Proposée par Cyberacteurs
En partenariat avec L'Association Internationale de Défense du Saumon Atlantique. (AIDSA) L association FDEN ( Fédération Départementale de l'Environnement et de la Nature du Puys de Dôme) L'association FRANE (fédération de la Région Auvergne pour la Nature et l'Environnement) la FDANE (Fédération des Associations de la Nature et de l'Environnement du cantal l'Association Protectrice du Saumon ( l'APS) bassin Loire Allier

Elle prendra fin le : 30 juin 2018

Plus d'infos

silureLe silure est un poisson prédateur pouvant mesurer jusqu'à 3 mètres de longueur et plus, pouvant pesé plus de 100kg.
Il a une reproduction massive et de surcroit prend le dessus en se nourrissant aussi des autres espèce de poissons traditionels ; tel que brochets, sandres, carpes etc....

Nous pensons que celà est un vrai problème pour le milieu aquatique. Déjà un déséquilibre est observé par de nombreux pecheurs : diminution des prises de poissons par rapport aux années précédentes ; et observé par nous meme dans les entretiens que nous avons réalisés avec les pecheurs le long du barrage de Bort.

Nous ne voyons pas d'intéret pour ce poisson qui représente aucun avantage, surtout dès qu'il peut se reproduire. Et pour finir il peut se revéler dangereux pour certaine pratiques humaine en milieu aquatique.

C'est pour ces raisons que nous faisons appel à vous. Nous vous invitons à signer la pétition afin d'etre plus fort pour pouvoir dialoguer. avec les instances qui gèrent le milieu aquatique. Personne ne peut savoir ce que l'avenir nous réserve, aussi vaut-il mieux prévoir qu'attendre que tout disparaisse.
Le président ADEL Mr Cousserand Michel Claude

LE SILURE
Le silure est un poisson sans écailles avec une peau de couleur verte - brune et une peau très glissante car recouverte de mucus. Son ventre est assez clair, de couleur jaune ou blanc et il existe également des spécimens albinos de couleur jaune, jaune-orangé. La tête du silure est massive et plate avec une grosse bouche dotée de lignes de dents très petites et nombreuses orientées vers l’arrière de sa gueule. Il possède 6 barbillons, deux longs sur la mâchoire supérieure et quatre courts sur la partie inférieure de sa tête. On compte 4 nageoires, une anale, une dorsale munie d’un aiguillon et des pelviennes de chaque côté également munie d’un dard. Les silures mesurent environ 1,5 m de long en moyenne et les poissons de plus de 2m sont de plus en plus réguliers, pour un poids allant de 50kg à 80kg. Les plus gros silures atteignent des tailles allant de 2,65 m à 2,75 m, le record pris sur les eaux françaises étant de 2,74 m
Éthologie

Le silure est un poisson omnivore solitaire, lucifuge (qui évite la lumière), vivant d'ordinaire dans les zones les plus profondes de son habitat. Ce comportement peut cependant évoluer exceptionnellement, comme mis en évidence par une étude sur des silures du Tarn chassant en pleine journée des pigeons venus s'abreuver sur les rives de la rivière en se projetant hors de l'eau. Ils sont également très nombreux à peupler la Seine, à Paris en particulier. Ils vivent en moyenne 20 ans. La période des amours se situe de mai à juillet dans des eaux à 20 °C ; la femelle peut pondre jusqu'à 500 œufs. Après avoir fécondé la femelle, le mâle reste deux jours avec elle et lui donne des coups de tête dans le ventre pour l'inciter à pondre.

Risques sanitaires, écotoxicologie

Parce que s'alimentant volontiers au niveau du sédiment et étant susceptible de vivre longtemps, dans une eau polluée, le silure fait partie des poissons reconnus bioaccumulateurs. En raison de sa propension à bioconcentrer les métaux lourds, certains métalloïdes ou des polluants peu biodégradables tels que les PCB, furanes ou dioxines, le silure peut dans certains milieux aquatiques pollués être durablement ou provisoirement interdit de pêche, de détention et de toute commercialisation en France

Le silure : un poisson d'eau douce nuisible ?
https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/le-silure-un-poisson-d-eau-douce-nuisible_1892803.html  

Texte de la pétition

Je soutiens les associations qui défendent les espèces de poissons traditionnelles. Le silure est un prédateur qui envahit les rivières,barrages,lacs de France et peut mettre en péril l'équilibre du milieu aquatique.
Les moyens pour faire diminuer ou disparaitre cette espèce doivent etre envisagé. Il est temps de réagir.

 

Signer !

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.


 

43 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Au lieu de rejeter les silures à l'eau, autant les manger où donner à manger à tous les omnivores - porcs, poules - ça les changera des farines où des pelures d'oignons !Si on continue à laisser faire, il n'y aura plus que cela !

Berthine
14/05/2018 - 13:28:25

les espèces invasives viennent rarement seules et lorsqu'elles le font c'est bien souvent à la suite d'un déséquilibre d'origine naturelle ; là, c'est bien différent psq c'est l'humain qui crée le déséquilibre, pour des raisons récréatives...

Levesque Hervé
14/05/2018 - 12:30:28

Nouveaux Soutiens de L'Association Internationale de Défense du Saumon Atlantique. (AIDSA) et de l'Association Protectrice du Saumon ( l'APS) bassin Loire Allier

Alain UGUEN
14/05/2018 - 09:01:02

Le drame, c'est que les malfaiteurs (d'autres mots me viennent à l'esprit...) qui ont illégalement déversé des silures dans les fleuves côté atlantique contribuent à éliminer les quelques uns qui accueillent encore de grands migrateurs comme le saumon qui n'a vraiment pas besoin de ce handicap supplémentaire. Et il y a d'autres malfaisants têtus, détenteurs de pouvoirs qui s'entêtent à ne pas prononcer nuisible le prédateur invasif ! Pauvre de nous !

JPDELAHUME
05/05/2018 - 18:53:51

le silure, comme l'écrevisse américaine et autres espèces invasives sont arrivées par la bêtise humaine. il faut donc les éradiquer et punir ceux qui les remettent à l'eau.
il est urgent d'agir, ne le rejeter pas à l'eau ou si vous voulez vous en débarrasser tuez le avant de le rejeter à l'eau. il y aura je l'espère des écrevisses pour le manger.

Jean Louis
03/05/2018 - 19:10:59

Nous avons tenu vendredi dernier notre réunion de CA. Nous sommes à vos cotés pour cette pétition.

Si vous pouviez ajouter le problème de la présence des silures à proximité des seuils et des passes à poissons (ou dans les passes à poissons).

Je vous mets la copie de notre demande à la DREAL Centre (gestionnaire du bassin de la Loire), voir le dernier item sur les Silures ;

d’une dépêche de l’AFP.

Bien amicalement.

Louis SAUVADET
Association Protectrice du Saumon

Silures et blessures des saumons
Compte tenu des trois remarques ci dessous, nous aimerions que des actions de prélèvement
de silures soient effectuées à proximité des seuils et dans les passes à poissons.
• Remarque N° 1 pourcentage de saumons blessés à Vichy en 2017 : 33 % en 2017 selon le
CNSS ;
• Remarque N° 2 retours de données en ce qui concerne l’engagement des saumons dans les
passes à poissons (voir bulletin APS N°46 en page 9) ;
• Remarque N° 3 deux faits constatés : poursuite d’un saumon par deux silures au seuil du
Guétin (vu par Jean Luc Imbert, secrétaire APS) et observation d’un silure avalant un saumon
à Moulins (le 24 avril 2015, vu par trois témoins).
Pour L’Association Protectrice du Saumon
Le 3 avril 2018
Le Président Louis SAUVADET


Par Pascale Conte + AFP Publié le 14/06/2013 à 11:34 Mis à jour le 30/07/2015 à 22:09
Les hostilités sont déclarées entre les services de l'Etat et les pêcheurs du Tarn-et-Garonne au sujet du silure, un animal vorace et astucieux amateur d'anguilles, d'aloses et de saumons dans la Garonne. Le conflit trouve son origine du côté de l'usine hydroélectrique EDF de Golfech, et plus précisément auprès de l'ascenseur à poissons installé en 1987. Ce dispositif aide les poissons migrateurs venus de l'océan à passer le barrage d'une dizaine de mètres de haut construit avec l'usine mise en service en 1973. A leur descente de l'ascenseur, les aloses ou les lamproies qui remontent le fleuve empruntent un canal censé les ramener à la Garonne où elles poursuivent leur migration pour aller se
reproduire en amont. Si elles sortent du canal...
Car les silures qui abondent en amont "ont compris la manip'", dit Guillaume Pauly, directeur technique de la fédération locale de pêche. Ces
omnivores opportunistes ont un appétit à la mesure de leur taille: les spécimens de plus de deux mètres et cent kilos ne sont pas
exceptionnels. Sans attendre leurs proies, ils s'engouffrent dans le canal à leur rencontre. Dans cet espace de 250 mètres de long et 2X2 mètres,
les médiocres nageurs que sont les silures ont la partie facile. Le phénomène tient largement aux températures élevées enregistrées ces dernières années, dit Laurent Carry, chargé de mission à Migado, une association qui oeuvre à la restauration des migrateurs dans la Garonne et
la Dordogne. Avec le réchauffement des eaux, les silures, affamés par l'effort de reproduction en amont, redescendent le fleuve à la recherche de nourriture non pas fin juin ou en juillet mais en mai-juin, en pleine saison de remontée des migrateurs.
En 2013, il a fait plus froid et la vidéo qui filme les mouvements dans le canal n'a observé de silures qu'une centaine de fois. C'était entre 600 et
1 000 les années précédentes, dit M. Carry. Tous les silures de la Garonne ne s'invitent pas au festin. Mais certains ont leurs habitudes: "Au cours d'une saison, il pouvait arriver que la moitié de ceux qu'on réussissait à reconnaître revienne toutes les nuits".
Les avis sont partagés sur l'ampleur des dégâts
A la fédération de pêche, on dit que les pertes "restent à quantifier". La préfecture vient de prendre un arrêté autorisant EDF à capturer une
cinquantaine de silures en 2013 dans le canal, c'est une première. La fédération de pêche a décidé de saisir le tribunal administratif. C'est à se demander si le silure n'est pas puni pour "délit de faciès, même si c'est vrai qu'il a une sale gueule", avec sa tête plate, sa très large bouche, ses barbillons et ses yeux minuscules, dit le directeur technique de la fédération. Rien ne prouve scientifiquement que la présence du silure soit pour quelque chose dans la rareté des saumons ou des anguilles, dit-il. Si la fédération se dit "en colère", c'est que le silure suscite un fort engouement auprès de pêcheurs qui ont changé: plus jeunes, plus sportifs, plus respectueux de la nature, dit M. Pauly. Sur les berges de Saint-Nicolas-de-la-Grave, en amont de Golfech, "les gens viennent de toute l'Europe pour capturer un silure de plus de deux mètres".
A l'usine hydroélectrique, voisine immédiate d'une centrale nucléaire, on veut se tenir à l'écart de la querelle: "Notre rôle, c'est de faire fonctionner l'ascenseur", dit Serge Galiano, responsable de l'aménagement hydraulique. Après, "tout ce qui tourne autour des poissons" n'est pas son affaire. Pour les pêcheurs, le silure est un bouc émissaire pour tous les autres dangers qui guettent les migrateurs ailleurs sur le fleuve.
Les populations d'anguilles ou de saumons ne seraient sûrement pas ce qu'elles sont sans les barrages sur le fleuve, soulignent-ils.
Regardez cet étrange spectacle que celui de silures en train de croquer quelques pigeons sur les berges du Tarn, en décembre 2012. Ces poissons carnivores adoptent de nouveaux comportements de prédations, observent par les scientifiques.

Association Protectrice du Saumon
02/05/2018 - 16:36:30


Lundi 9 avril 2018 à 10h, l'association ADEL était invitée à Tulle, par Mr MAS Bernard gestionnaire des barrages EDF de la Vallée de la Dordogne. Thème exposé : les données du milieu aquatique.

Etaient présents : ADEL: Mr Cousserand Claude, Mr Monteil Francis, Mr Roux Michel.
EDF : Mr REIGNIER Thomas ingénieur et son assistante.

Nous leurs avons fait part de notre crainte, de ce prédateur et de sa prolifération, et des dégâts qu'il pouvait engendré. Notre démarche a été bien accueillie. Ils nous on fait part, de leur inquiétude sur le sujet. Exemples : à Bergerac disparition de lamproies (cause le silure) , dans les passes à saumons le silure a des proies faciles, il détruit et blesse beaucoup de spécimens.

L EDF a signé un protocole cadre, pour étudier le comportement et la densité du silure; avec les pêcheurs professionnels et la DREAL (direction régionale de l'environnement et de l'aménagement et du logement) Rhône Alpes Auvergne.

Les résultats et les recherches scientifiques nous serons communiqués.
NB : je vous rappele, celà est important de signer la PETITION contre le SILURE. Nous avons 2200 signatures. Mais plus nous serons nombreux plus on aura de considération. La pétition est succeptible ensuite, d'être envoyée aux responsables administratifs concernés.

Tapez sur Google "CYBERACTEURS pétition le silure.
Cordialement Le Président Mr Cousserand Claude

ADEL
02/05/2018 - 16:25:53

Courage dans cette épreuve de tout coeur avec toi

Theron
18/04/2018 - 12:10:25

je suis très surprise de cette pétition, que je n'ai pas signé. Dans son milieu d'origine, le Danube, la présence du silure est signe d'un équilibre écologique.
Dans les milieux où il a été introduit l'équilibre existant est effectivement rompu, mais un nouvel équilibre va s'établir, sauf probablement dans des milieux trop petits. Le même débat a effectivement eu lieu lors de l'introduction du sandre que personne aujourd'hui ne songe à faire disparaître.
Il faudrait plutôt agir sur la restauration des habitats et de la qualité de l'eau, et mieux connaitre l'impact du silure et ne pas se baser sur des sentiments, le silure est un faux alibi.

Agnés
14/04/2018 - 11:55:40

J'ai 70 ans et je suis pêcheur depuis mon plus jeune âge. J'assiste depuis près de 30 ans à la progression inexorable du silure en France. Certains de mes coins de pêche favoris où je pêchais le brochet ou le sandre ont été vidés de ces poissons par le silure. Quand je prends un silure, par malchance, en espérant prendre un brochet, je ne le remets pas à l'eau.
Mais il fait le bonheur de certains viandards avides de trophées et de renommée photographique qui s'installent pour quelques jours au bord d'un fleuve ou d'un plan d'eau pour prendre le plus gros poisson de leur vie avant d'en repartir en y laissant leurs papiers gras et leur montagne de canettes de bière et souillé les alentours après une cuite mémorable et avant de retourner hurler leur haine dans leur groupuscule d'extrême-droite.
Et ce n'est que maintenant que les pêcheurs du PdD se rendent compte du problème?
S'ils étaient un peu plus souvent sortis de chez eux, ils auraient réagi plus tôt. Parce que "si tu ne vas pas au silure, le silure viendra à toi". La preuve: maintenant il escalade les montagnes.
A leur décharge, ce n'est jamais évident de trouver le courage de réagir ( "Les Français sont des moutons" disait le grand Charles) et bravo à ceux qui cherchent à fédérer les défenseurs de nos milieux aquatiques.
Petit message d'espoir: dans ma région Grand-Est, on se rend compte que les autres carnassiers se sont adaptés et ont trouvé le moyen, parfois, de se protéger(également des cormorans) en s'abritant dans les berges.
Je pense que, plutôt que de mener un combat perdu d'avance contre le silure, il faut aménager des caches pour que les autres poisson puissent se mettre à l'abri.
Chez nous on commence à revoir du brochet et du sandre.
Bon courage aux pêcheurs de cette belle région qu'est le Massif Central!

Hubert KESSELER
10/04/2018 - 10:29:01

Quel intérêt ce poisson peut-il présenter
pour nos rivières...?

stoppeur
06/04/2018 - 18:14:21

J'ai signé.
Maintenant dites-moi ce que vous pensez faire pour supprimer ou simplement limiter ce poisson qui pond 200 000 oeufs par kilo de femelle, dont la seule limitation est l'auto-prédation.
Les gens qui ont introduit ce poisson partout sont des irresponsables, mais vouloir l'éradiquer est aussi ridicule que de vouloir le protéger.
Il est là et nous ne pouvons qu'assister à la catastrophe écologique qu'il représente.
Cette pétition est donc une gesticulation stérile.

Lombard
05/04/2018 - 18:18:48

Une honte cette pétition ! Non pas sur le fait mais sur le fond ! Le silure s’acclimate très bien avec les espèces autochtones et pour rappel les mêmes débats ont lieu dans les années 80 sur le sandre et aujourd’hui tout le monde se bat pour en avoir ! Hé oui le sandre aussi vient d’europe De l’est mais ça personne n’en parle parce que le sandre c’est bon. Vous feriez mieux de vous poser des questions sur l’an pollution de nos rivières et du nettoyage de ces dernières. Tous les pseudos amoureux de la nature qui commentent qu’ils ne voient plus de canards de foulques de poules d’eau, venez nettoyer les rivières de tous les plastiques et les pneus que vous balancez et vous en verrez des oiseaux d’eau. Ce poisson est une vrai chance pour la pêche de loisir pour le business et le plaisir qu’il procure. Citez de vraies zones où on note des vrais disparitions d’especes là où le silure est présent : la Seine, le Rhône, la Dordogne, le lot sans parler des grands lacs et barrages.... vous y trouvez toujours toutes les espèces autochtones ou non.

Sylvain
05/04/2018 - 11:09:07

Il n'y a qu'un prédateur dans les rivières de France.
Vraiment dangereux.
Vraiment vraiment !!
un dessin?

jean-pierre vaissaire
05/04/2018 - 09:36:31

Ignorance, mépris, haine, voila ce que je lis sur cette pétition, aucun d'entre vous ne connais ce poisson et vous le jugez, bande de sous hommes, votre pétition est infondée et ouvre la porte aux pecheurs pro qui vont tout massacrer(pas que les silure), vous ne comprenez rien, je ferai bien une pétition contre les flans de votre espèces, mais vous ne méritez meme pas que l'on ai un quelconque interet pour vous, n"oubliez pas de vois torcher la bouche avant de dire d'autre conneries ...

filfish
05/04/2018 - 08:49:53

L'introduction du silure (glane), originaire du bassin du Danube, dans nos lacs et cours d'eau n'est pas une chose récente. Apparemment les premiers lâchers dateraient du 19ème siècle. Les spécialistes peuvent-ils confirmer ?
Il est vrai que ce grand carnassier s'attaque aux oiseaux d'eau, en particulier aux jeunes (canetons, poussins de foulques et gallinules, etc...).
Ces poissons, s'ils sont en trop grand nombre, peuvent avoir un impact sur la biodiversité.
Que les Mickeys apprentis-sorciers, responsables de cette situation, se chargent de trouver une solution et surtout, qu'elle soit la plus humaine possible.
Ce ne sont pas les silures eux-mêmes qui ne présentent aucun intérêt ni avantage (on ne peut dire cela d'aucune forme de vie) mais le fait d'introduire des espèces exogènes.
Nous ne connaissons pratiquement rien des équilibres de la nature. Alors nous devrions marcher sur la pointe des pieds plutôt que d'y aller avec nos gros sabots.
Chasseurs, pêcheurs, arrêtez de vous prendre pour des dieux !

Frawald
04/04/2018 - 21:14:32

Le silure est un problème pour la faune aquatique endogène. Et pour l'avifaune qui vient pêcher ou s'abreuver. Mais il y a déjà un temps certain que j'entends les pêcheurs de rivière s'en plaindre. Le problème a-t-il pris de l'ampleur avec la douceur climatique? Car c'est lors de l'apparition originelle de cette espèce qu'il fallait réagir. Maintenant que veut-on faire? Tuer tous les silures? Créer des sanctuaires pour les espèces autochtones? Ce n'est pas clair. Je précise aux anti pêche ou chasse que végétalienne, ce qui m'importe est la préservation de la diversité des espèces aquatiques de nos cours d'eau et non le confort des pêcheurs.

Mireille
04/04/2018 - 15:48:38

c'est une pollution ce poisson, nous n'avons plus de poules d'eau, plus de foulques, plus de canards,ces poissons prolifèrent n'ayant aucun prédateur. C'est une catastrophe écologique.
Merci les pécheurs!!!!
J'habite sur les bords de Seine.

un anonyme
04/04/2018 - 15:06:55


JE NE SUIS PAS PECHEUR!

Il est indispensable d’obtenir une atitude particulière vis-à -vis du silure:interdiction de remise à l’eau et même d'après le texte une destruction systématique des sujets.

jean-louis BANNERY
04/04/2018 - 12:16:25

Je ne signe pas cette pétition car je ne vois pas très bien où on veut en venir :
-aider les pêcheurs à tuer leurs poissons habituels ?
- tuer aussi tous les silures ?
C'est l'homme qui l'a introduit ? Et maintenant c'est aux animaux de payer le prix de la connerie des hommes ?
Il y a quelque chose de pourri au royaume de France.

Marie-Lise BALLANDRAS
04/04/2018 - 12:06:17

La Société pour l'Etude, la protection et l'Aménagement de la Nature dans les Landes a aussi identifié le problème et dénoncé le no kill. Nous nous sommes rapprochés de la Fédération de Pêche et de l'Association des pêcheurs professionnels. Si ces derniers déplorent la prédation des silures sur les espèces migratrices (en particuliers aloses qu'ils retrouvent dans les entrailles des silures qu'ils capturent avec leurs filets), la fédération de pêche des Landes n'invite pas ses adhérents à ne pas remettre les silures à l'eau !

Georges Cingal
04/04/2018 - 11:28:11

On était déjà habitués auw x brochets qui déciment les étangs.

philippe Gillier
04/04/2018 - 11:15:43

Bonjour. Constat seul sans polémique ni culpabilisation de qui que ce soit : en 20 ans environ de présence du silure dans le tarn(82), disparition sur ce fleuve des poules d’eau,foulques, colverts, cygnes, grèbe huppé, ragondins.
Contenus stomacaux vérifiés : hérissons, rat d’eau , sandre de 30 cm dans spécimen de 140 cm (petit au vu des prises régulières de plus 200 cm. Population d’anguilles effondrée,brochets de plus en plus rares...
Tout ce qui flotte,bouge ou fait du bruit à la surface devient une proie (bien connu des pêcheurs de silure)

gerard cayrou
04/04/2018 - 10:53:44

Ben voyons! Toujours tuer et massacrer, ne serait-ce que pour permettre aux pêcheurs de tuer et massacrer leurs proies habituelles, ou de torturer les poissons avant de les rejeter blessés sous prétexte de pêche-loisir! Les silures n'ont pas demandé à être introduits en France, et s'ils sont une espèce invasive, la seule solution correcte est de les capturer sans souffrance (au filet?)et de les cantonner dans des plans d'eau fermés où on pourra leur donner des contraceptifs avec leur nourriture.

Hélène
04/04/2018 - 10:48:02

Je ne signe pas, car on introduit des espèces n'importe où pour voir, et quand on n'aime pas on tue.
On a pourri la vie des bêtes; les oiseaux vivent tous en ville car la campagne est infecte pour eux, il n'y a plus ni vers ni petites bestioles à becqueter, que des grains empoisonnés. Alors on tue les oiseaux parce qu'ils chient sur nos belles constructions.
On a peur du loup, on a peur de l'ours, on a peur de lynx. On ne sait pas comment font les espagnols qui ont toutes ces bêtes chez eux et n'en font pas une histoire. Ici on tue, chaque fois qu'une bestiole nous embête, comme si elles n'avaient pas autant que nous le droit de vivre.
On a mis des silures dans les rivières, ils partiront quand ils n'auront plus à bouffer, mais le pire des prédateurs, jusqu'à preuve du contraire, c'est l'être humain. Il l'est même pour lui-même et prépare des lois sympas pour les étrangers en mal de lieu de vie...

Odile Bouchet
04/04/2018 - 10:44:40

À la lecture des commentaires on est frappé par l’agressivité des antipêche et anti chasse qui évidemment ne dépensent pas le premier euro pour aider la faune ignorants qu’ils sont des efforts et des sommes dépensées par pêcheurs et chasseurs pour maintenir cette faune tout comme l’agressivité déployée ailleurs par les lobbies des pêcheurs de silure et les marchands de matériel dédié envers ceux qui voudraient les empêcher de pratiquer la remise à l’eau.
Toujours est il qu’il serait déjà indispensable d’obtenir un statut particulier du silure et une interdiction de remise à l’eau au moins dans les rivières et fleuves à migrateurs, tout particulièrement les rivières à saumon.

un anonyme
03/04/2018 - 14:45:20

le silure dans les rivières, c'est comme les loups dans nos contrées hyper-anthropisées : une erreur liée à la "gestion" humaine de la faune "sauvage", un non-sens écologique.

patabio
03/04/2018 - 13:59:15

Le silure introduit depuis quelques années?
Quand mon fils pêchait il y a plus de 20 ans, certains étangs de l'Isère en était infestés!!

Contre les pigeons, une ville comme New York a adopté une autre moyen: les faucons.

Mariane DUPORT
03/04/2018 - 13:14:21

Hors de question de signer une telle pétition!
Il est intolérable de constater que ce sont les humains qui provoquent des déséquilibres dans les écosystèmes de par leur irresponsabilité et que ce sont toujours leurs victimes qui devraient en subir les conséquences car les individus des espèces introduites sont bien les premières victimes.
Les pêcheurs comme les chasseurs, seraient quant à eux, mal venus de signer cette pétition car ils sont très souvent responsables de tels déséquilibres tant par leurs actes de pêche et de chasse, que par le nourrissage, le lâcher ou l'introduction d'individus, les déchets qu'ils laissent ou d'autres actes.
Alors, soit il faut prélever sans les détruire les individus des espèces introduites afin de les relâcher dans leur milieu d'origine, ce qui représenterait certes un coût mais qui aurait le mérite de créer des emplois, soit il faut laisser faire la Nature qui saura restaurer un nouvel équilibre.

Laurent Chaillou
03/04/2018 - 12:53:08

"Après avoir fécondé la femelle, le mâle reste deux jours avec elle et lui donne des coups de tête dans le ventre pour l'inciter à pondre"
Le silure serait-il donc un poisson à fécondation interne?????
Ou le mâle ne mettrait-il pas ses coups de tête pour être prêt à féconder les ovocytes dès leur expulsion?

jean-claude
03/04/2018 - 10:54:49

pour le silure il était temps de se réveiller , cela fait des années que le silure est actif et dévorant
dès que l'humain se mêle d'intervenir dans la nature on court à la catastrophe

un anonyme
03/04/2018 - 10:25:48

le silure, tout comme la tortue de Floride, l'écrevisse américaine et autres espèces invasives sont arrivées par la bêtise humaine. il faut donc les éradiquer et punir ceux qui les remettent à l'eau. dans moins de 20 ans le silure aura détruit les espèces autochtones et sera obligé de se cannibaliser ou de s'attaquer à l'espèce humaine pour survivre, nous interdisant les baignades sous peine de finir comme les pigeons.
il est urgent d'agir, quand j'en pêche un, je l'ouvre d'un bout à l'autre avant de le rejeter à l'eau.

Jean-Pierre Reillon
02/04/2018 - 19:59:16

Puisque ces poissons "récupèrent" une partie des pollutions chimiques humaines dans les cours d'eau on pourrait les utiliser en les parquant dans des espaces au fil de l'eau où on les nourriraient et les laisseraient filtrer jusqu'à ce que mort s'en suive (ce n'est pas très sympa je l'admets !). Ensuite il faudrait se débarrasser des corps et je connais un endroit qui sera bientôt abandonné (mais si! ) ce sont des galeries à 500 m de profondeur à Bure, ils pourrait y être descendus, il y a de la place, à nos éminents chercheurs de trouver le produit non toxique qui alors serait utilisé pour désagréger la chair.

frederic tarche
02/04/2018 - 18:46:48


Tout fiche en l'air pour le plaisir égoïste de quelques stupides... Mentalité bien française !

un anonyme
02/04/2018 - 15:40:20

Pourquoi éliminer une espèce qui fait partie de l'écosystème ils ont leur place arreter de vouloir tout détruire honte a ces pecheur s qui veulent les éliminées respecter la nature ramasser vos détritus vive la pêche

Sebou
02/04/2018 - 14:46:50

j'ai entendu dire que les silures auraient été introduits dans le lac de aix les bains (lac du bourget ens avoie) lac qui est un des plus grands lacs naturels d'eau douce de France...
le lac du bourget est célèbre pour ses poissons : fera ou lavaret, brochets, tanches, sandres... et les prises en diminution constante..
les associations de pêcheurs (sportifs et amateurs) sont-elles conscientes du risque que pose le silure, risque qui met un sacré doute sur l'intérêt qu'il y aurait à développer le silure pour le no-kill sportif ???

louise
02/04/2018 - 14:27:45

C'est quoi cette pétition sans fondement et sans aucunes analyse scientifique fondées?? Cyberacteur serait il devenu corruptible??

bruno
02/04/2018 - 13:56:16

Bonjour,
le silure est présent dans l'Aude depuis plus de 10 ANS, arrivé par le CANAL DU MIDI via l'embouchure de la Garonne.
Quantité énorme et destructrice;Tout y passe,
Même les métaux.

Georges Doussiet
02/04/2018 - 12:38:34



un réel problème qui n'est pas nouveau, à solutionner tant qu'il zst encore temps

mondo
02/04/2018 - 11:11:58

les pêcheurs les chasseurs le fric quoi ils foutent le bordel partout et des cons leur filent du fric enfin se refilent du fric pour continuer dans le non sens !!!!!!!!!!!!!

ALAIN MAURICE DROUVILLE
02/04/2018 - 10:24:52

Des silures,depuis qu'ils ont été introduits dans la Loire l'équilibre piscicole est complètement détruit, ajouté aux colonies de cormorans qui détruisent les petits poissons. Inutile de créer des réserves naturelles si c'est pour assister à la destruction de la biodiversité naturelle préexistante.

Yves Mollet
31/03/2018 - 21:54:34

Destruction totale de l'équilibre bio, déjà si fragile... Comment peut on aussi stupidement introduire des races comme celle-ci...?

patrick geromin
30/03/2018 - 17:04:15

C'est un poisson qui finira par faire disparaitre toute la faune piscicole: n'a pas de prédateur, sauf l'homme. Devrait être euthanasié à chaque prise.........

pierre mestries
30/03/2018 - 11:29:03

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette pétition en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !