actualité écologie

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ne laissez pas vos appareils en veille

météo

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Les droits humains et l'Etat de droit sont menacés.

L’état de droit est le principe garantissant la protection des droits humains, particulièrement l’égalité, la liberté de la presse, la liberté d’expression, la protection de l’indépendance judiciaire ainsi que la dignité humaine. Par conséquent, il est une condition sine qua non au respect et à la protection des droits humains dans un pays. L’un ne peut exister sans l’autre, et les deux doivent être intégralement respectés et protégés. Mais en Europe, ces deux principes sont de plus en plus bafoués. Au sein de l’Union européenne, Les droits humains et l’état de droit sont particulièrement menacés en Hongrie et en Pologne.

[ 1 507 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 18 octobre 2020

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, chargé des affaires européennes
En soutien à Amnesty International Belgique Francophone


Elle prendra fin le : 18 janvier 2021

Plus d'infos

LES DROITS HUMAINS BAFOUÉS EN HONGRIE ET EN POLOGNE

En Hongrie et en Pologne, l’état de droit est en danger. Ces deux pays ont été soumis à une procédure spéciale au sein de l’Union européenne, selon l’article 7 du Traité de l’Union. Ainsi, le Conseil évalue dans quelle mesure ces pays risquent de bafouer gravement les « valeurs fondatrices » de l’Union européenne dont le respect des droits humains et de la dignité humaine, ainsi que l’égalité.

Cependant, beaucoup d’États européens n’ont pas encore pris de mesures fermes pour arrêter la détérioration de l’état de droit dans ces deux pays. Si l’UE néglige d’aborder ces menaces sérieuses, cela aura un impact négatif sur l’Union tout entière, qui perdra sa crédibilité en tant que défenseure des droits humains.

DÉFENDRE LES DROITS HUMAINS, MALGRÉ TOUT

En Hongrie, les droits humains sont constamment menacés : les libertés individuelles sont limitées, l’égalité est niée, la liberté d’expression et la liberté des médias sont restreintes, l’indépendance et l’intégrité des tribunaux sont attaqués et les minorités sont de plus en plus marginalisées et stigmatisées.

Continuant de rogner les acquis en matière de droits humains et de bafouer le droit international et le droit de l’Union européenne (UE), le gouvernement hongrois se heurte encore à une résistance sur le plan intérieur et fait toujours l’objet d’une surveillance de la part de la communauté internationale.

Des hommes et des femmes en Hongrie veulent mettre en lumière l’importance de l’état de droit et se battent pour le respect des droits humains fondamentaux. Ils·elles sont malheureusement aussi attaqué·e·s et réprimé·e·s pour cela.

L’EUROPE DOIT AGIR

Il faut impérativement protéger et promouvoir le respect des droits humains au sein de l’Union Européenne. Pour cela, l’UE doit mettre en place une action plus forte pour la protection de ceux-ci. Il faut se mobiliser et appeler les gouvernements européens à défendre les droits fondamentaux et l’état de droit en Hongrie, en Pologne et dans toute l’Union européenne.


Amnesty Belgique Francophone interpelle Sophie Wilmès, ministre belge des Affaires étrangères et des Affaires européennes

Madame la Ministre,
L’état de droit et le respect des droits humains sont soumis à une forte pression dans l’Union européenne, particulièrement en Hongrie et en Pologne.
Je vous appelle à défendre le droits humains et l’état de droit en Europe.
L’état de droit dans un pays a un impact sur l’état de droit dans un autre, particulièrement dans l’Union européenne. Les droits humains et l’état de droit doivent être protégés et respectés. Des menaces sérieuses contre l’état de droit et les droits humains au sein de l’Union européenne ne peuvent pas rester sans réponse du Conseil et des autres États membres. Bien qu’un grand nombre de ceux-ci aient exprimé leurs préoccupations concernant ces menaces et participent activement aux réunions sur l’état de droit, les considérations économiques l’emportent souvent sur les considérations en matière de droits humains dans les relations bilatérales. Les gouvernements de l’Union européenne ne doivent pas renoncer aux droits humains. Tout instrument doit être utilisé afin de garantir un véritable progrès.
Je vous appelle à travailler dans l’urgence, avec les autres Ministres des Affaires européennes afin de :
Faire votre possible pour aborder les menaces sérieuses aux droits humains et à l’État de droit à travers l’Union européenne, particulièrement en Hongrie et en Pologne ;
Travailler en collaboration avec les autres États membres pour instamment faire progresser les procédures de l’Article 7 contre la Hongrie et la Pologne, et garantir un résultat significatif avec des recommandations fortes et concrètes afin d’arrêter la dégradation de l’état de droit dans ces pays ;
Travailler en collaboration avec la Commission européenne et le Parlement européen afin de trouver des solutions effectives lorsque les droits humains et l’état de droit sont menacés dans les États membres ;
Travailler en étroite collaboration aves les autres États membres de votre cabinet afin d’assurer le respect de l’état de droit et des droits humains à tous niveaux, y compris dans les rapports commerciaux et économiques et avec les autres états membres, particulièrement la Hongrie et la Pologne ;
Les individus en Hongrie et en Pologne ont urgemment besoin de votre soutien et le futur d’une Union européenne fondée sur l’état de droit et le respect des droits humains en dépend.
Veuillez agréer, madame la Ministre, mes sentiments distingués,
https://www.amnesty.be/veux-agir/agir-ligne/petitions/Hongrie-droits-humains  

Nous vous proposons d'interpeller le Secrétaire d’État français auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, chargé des affaires européennes

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à clement.beaune@diplomatie.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Les droits humains menacés
  • Message : Monsieur le Secrétaire d'Etat,
    L’état de droit et le respect des droits humains sont soumis à une forte pression dans l’Union européenne, particulièrement en Hongrie et en Pologne.
    Les gouvernements de l’Union européenne ne doivent pas renoncer aux droits humains. Tout instrument doit être utilisé afin de garantir un véritable progrès.
    Les individus en Hongrie et en Pologne ont urgemment besoin de votre soutien et le futur d’une Union européenne fondée sur l’état de droit et le respect des droits humains en dépend.
    Veuillez agréer, monsieur, mes sentiments distingués,

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

13 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Ayant eu le plaisir, en tant que vice-président du Bureau Européen de l'Environnement (la plus grande ONG environnementale européenne) de voir la démocratie se développer dans les pays à l'est du rideau de fer en participant à divers évènements officiels ou informels, c'est avec beaucoup d'amertume que j'ai assisté à la dégradation les libertés individuelles et associatives en Hongrie et en Pologne. Je souscris donc à cette initiative tout en étant pleinement conscient que dans d'autres pays, dont le mien (la France) nous pouvons également être inquiets.

Georges Cingal
Militant associatif

Georges CINGAL
26/10/2020 - 14:56:14

Si...en France...la LIBERTE n'est pas idéale...il y a d'autres pays où c'est tellement mieux...Essayez et vous verrez...L'Eu
rope c'est quand même bien...?

stoppeur
24/10/2020 - 12:01:41

ok

ALAIN MOUETAUX
22/10/2020 - 17:44:20

Et les gilets jaunes éborgnés ou la main arrachée, c'est en Hongrie ou en Pologne que ça se passe ?

Christian P
21/10/2020 - 22:32:59

Je voulais montrer mon NON officiel à cette pétition, et fort de la possibilité CLAIREMENT INDIQUEE qu'on pouvait modifier en fin de texte, j'ai continué, et j'ai voté malgré moi, pro Soros.
Merci, si vous êtes démocrates
d'annuler mon vote ?
Et de rectifier votre présentation qui ferait voter les morts !

Philippe Devillers
21/10/2020 - 11:59:51

Du grand n'importe quoi !

La Pologne a été 135 ans colonisée par la Russie tsariste.
Et puis, en 1945, les soi-disant "pays libres" l'ont laissée durant 45 ans sous la coupe totalitaire et impitoyable des Communistes.
Ceux-ci, grâce à l'accord bancal passé avec eux par Lech Walesa, ont continué à contrôler la Justice, l'affectation des terres et bien d'autres choses.
Si la réaffectation aux habitants de leurs maisons s'est à peu près bien passée, du côté des exploitations agricoles des provinces gagnées sur l'Allemagne (1/3 du pays actuel), toutes transformées en ferme collectives, alors qu'habitées par des PAYSANS, venus d'Ukraine, qui avaient tout perdu, il n'y a eu aucune restitution, et les gros "combinats" ont été, en totalité, souvent, affectés à des copains proches de l'ancien pouvoir communiste. L'un d'entre eux a trouvé le moyen, sur 10 ans, de récupérer, mais OUI, 2 fermes ex-collectives de chacune 1.500 hectares.
Cela dans bien des domaines, alors comprenez bien la réaction NORMALE des Polonais qui ont repris le pouvoir, chez eux, de régulariser bien des choses, en particuliers dans la justice. Seulement les bénéficiaires de la maffia de l'ancien état, sont allés pleurer à Bruxelles, invoquant, contre, bien sûr un nouveau pouvoir catholique, "la démocratie bafouée", rejoints par des idéologues apatrides, comme le Sire Soros (qui a pris, entre autres, le contrôle de la Cour Européenne de Justice)
Alors, foutons la Paix, chez eux, aux Polonais : eux, au moins, ont refusé l'asile, chez eux, au tueur de Conflans Ste Honorine et à sa famille.
Pour la Hongrie, que je connais moins, c'est un pays qui outre le communisme totalitaire et sa chappe de plomb, a été très durement frappé par le traité de Versailles qui a affecté à des pays voisins (Slovaquie, Roumanie, Serbie) une grande partie de son territoire, tout simplement parce que des idéologues de l'époque, surtout Français, avaient voulu éclater l'ancien Empire d'Autriche-Hongrie, parce que considéré comme catholique.
Ils avaient été beaucoup plus conciliants pour la Prusse, le véritable mauvais génie de 14/18. (outre les combats impitoyables contre les civils, surtout en Belgique, je rappellerai qu’une partie de 4 de nos départements ont été totalement rasés en février 1917)
Les Hongrois n’ont toujours pas digéré cet abus. Maintenant qu’ils sont maîtres chez eux, et le fait que la Hongrie est le pays natal du très riche Mr Soros, qui tient, chez nous, hélas, la Justice, les médias, vous comprendrez pourquoi la "bonne parole" à laquelle vous venez de succomber, veut faire, aujourd’hui la loi dans l'Europe.

Philippe Devillers
21/10/2020 - 11:49:14

J'ai modifié le texte de la cyberaction en ajoutant la France à la liste des mauvais élèves. Nasser des manifestants qui ne représentent pas une menace, frapper des gens à terre, aller jusqu'à en mutiler certains, si ce n'est pas une atteinte aux droits humains, alors je ne comprends plus rien.
Quant à la liberté de la presse en France, elle s'arrête là où commencent les intérêts des quelques ultra-riches qui détiennent les canaux médiatiques.

Frawald
20/10/2020 - 21:17:48

Certes, certes...
Mais peut-être pourrait-on commencer par balayer devant notre porte, non ?

DENISE BARTHELEMY
20/10/2020 - 09:20:51

Les droits humains sont bafoués en France par les personnages politiques depuis un siècle.
Quelle dignité peut avoir un citoyen lorsque son élu ne tient pas les promesses faites ?

Les personnages politiques nous parlent de Platon.
De quel Platon s'agit-il ?
Platon s'est fait remarquer au début et pendant quelques années pour être l'élève et le disciple de Socrate.
Un beau jour, il rencontra Isocrate qui lui dit qu'il y avait plus d'avantages lorsqu'on était moins factuel et que l'on introduisait du pathos dans les propos et positions. Cela se passa alors que l'intelligentsia empoisonnait Socrate.
Plus tard, Platon rencontra un autre personnage qui trouvait plus avantageux de ne jouer que sur le pathos, ce que Platon adopta jusqu'à la fin de sa vie.

Alors de quel Platon nous parlent les personnages politiques ?
Ils utilisent les principes de la fin de la vie de Platon et ne parlent que de la première période de sa vie.
Il faut le savoir et rompre avec ça !

Michel Decollogne
20/10/2020 - 06:10:50


Effectivement l'état de droit est bafoué en Pologne, en Hongrie
Les droits humains le sont également en France
depuis un certain temps progressivement ;cela nécessiterait plus de conscientisation, de dénonciations multiples à voix haute émanant d'instances diverses et nombreuses, pas toujours les mêmes.....interpellons le gouvernement!!

mondo
19/10/2020 - 19:47:19

En France aussi, les droits de l'Homme sont menacés. Au prétexte de lutte contre "l'islamisme"(notion n'ayant pas reçu de définition légale), ce sont les Articles 7, 18, 19 et 20 de la DUDH qui sont violés. Des associations humanitaires sont perquisitionnées au seul motif qu'elles ont une appellation musulmane (Ummah charity).

Christian MASSON
19/10/2020 - 15:18:06

"pendant que la maison brûle nous regardons ailleurs"
et la maison qui brûle c'est LA FRANCE avec les restrictions des droits de l'homme décrétées sans raison logique par le gouvernement
Donc oui pour signer contre la Pologne et la Hongrie mais
maintenant ce n'est pas la commission européenne qu'il faut interpeller mais MM Macron , Castex, Darmanin et Dupont-Moretti pour leurs décisions contre la liberté d'expression , la liberté de circuler, la liberté de travailler etc ( le reste est à venir)

jean pierre Forster
19/10/2020 - 14:44:18

La France serait-elle un exemple en matière de droits humains ???

karim oulbani
19/10/2020 - 12:15:54

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !