actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

OPÉRATION

La Terre vue depuis l’espace

Ne laissez pas vos appareils en veille

victoire pour Gabriel Dufils

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Les 10 jours verts Transacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

image vide cyberacteurs
image vide

  #Vittel   #eau



Cyberaction : L'eau de Vittel ne coule pas de source

Dans les Vosges, le géant Nestlé Waters est accusé de surexploiter les nappes phréatiques de la région de Vittel. Un collectif tente de freiner l'exploitation de l'eau.

[ 3 224 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 24 mars 2019

Proposée par Personnel

Plus d'infos

Vittel, eauPour le président de Vosges Nature Environnement, Jean-François Fleck, il faut arrêter. "Faisons des études d'impact. On doit limiter au maximum ces prélèvements. A une époque on pouvait envisager de l'embouteillage parce qu'il n'y avait pas de stress hydrique, autant aujourd'hui on doit être extrêmement vigilant et on doit préserver ces nappes qui sont de véritables trésors", déclare-t-il samedi au 19h30.
Nestlé se défend
"Nous avons réduit considérablement nos prélèvements depuis dix ans et allons poursuivre ces efforts pour limiter, d’ici l’an prochain, nos prélèvements à 65% du quota qui nous était initialement accordé", détaille le groupe Nestlé par communiqué.
Malgré cette première victoire, le collectif n'entend pas abandonner le combat et s'inquiète désormais du facteur aggravant du réchauffement climatique.
"Aujourd'hui, on assiste à un phénomène climatique qui fait que les terres sont sèches et empêchent une bonne croissance des cultures. Evidemment, prélever de l'eau souterraine va affecter la totalité des cultures de la région, les paysans sont inquiets", déplore Bernard Schmitt, fondateur du collectif eau 88.
Le bras de fer se poursuit puisque de nouveaux projets de forage sont envisagés par Nestlé qui puise chaque année 3 milliards de litres dans les nappes phréatiques de la région de Vittel.

Accaparement de l’eau de Vittel par Nestlé : 6 associations en appellent au préfet
En mars 2018, les associations lançaient l’alerte : à Vittel, Nestlé Waters surexploite la nappe phréatique depuis 25 ans. La situation est telle que la question de l’alimentation en eau potable des riverains se pose. Depuis, une solution alternative bancale a été proposée, une concertation publique a été organisée… mais la situation stagne. France Nature Environnement et 5 associations locales en appellent désormais au Préfet. Il faut à tout prix abroger les arrêtés qui autorisent Nestlé Waters à épuiser l’eau de Vittel depuis 25 ans.

<strong>Le préfet a le devoir et la responsabilité de mettre un terme à cette surexploitation
</strong>
Dans un courrier envoyé hier, France Nature Environnement, Lorraine Nature Environnement, Vosges Nature Environnement, l’ASVPP, l’UFC Que Choisir Vosges et Oiseaux Nature exigent du préfet des Vosges l’abrogation des arrêtés octroyés à Nestlé autorisant le prélèvement de 1 000 000 de m3 d’eau par an (soit 1 milliard de litres d’eau) dans la nappe de Vittel-Contrexéville-Bulgneville[1] pour l’exportation de bouteilles d’eau.
Ils lui donnent également les arguments pour le faire :
Les chiffres alarmants de l’épuisement de la nappe phréatique : un déficit chronique annuel d’environ 1 million de m3 et une baisse du niveau de la nappe entre 10 et 18 mètres ;
Le droit européen, qui impose à la France de veiller à la préservation du bon état quantitatif des masses d’eaux souterraines, et donc à leur renouvellement naturel ;
La loi sur l’eau de 2006, qui impose de respecter la priorité de l’alimentation en eau potable des populations, inscrite dans le code de l’environnement (L.211-1).
Pour Jean-François Fleck, président de Vosges Nature Environnement, « cet arrêt des prélèvements est la seule solution pour permettre à cette ressource de retrouver son équilibre et d’assurer l’alimentation en eau potable des populations locales. Si le Préfet ne réagit pas à notre courrier, nous lancerons une action en justice. L’exemple de Vittel devient emblématique de l’accaparement d’un bien commun pour des intérêts privés, c’est inacceptable. »

Une abrogation qui n’empêchera pas Nestlé Waters de maintenir son activité économique à Vittel

Si cette abrogation est d’une importance cruciale pour le bon maintien de la nappe phréatique et l’approvisionnement en eau potable des populations locales, elle ne signe pas la fin de l’activité économique de Nestlé Waters dans la région. En effet, le géant international est par ailleurs autorisé à prélever 4 millions de m3 par an dans le compartiment supérieur de cette même nappe, pour la commercialisation des eaux minérales Hépar – Contrex et Grande Source.
Les prélèvements de Nestlé Waters épuisent la nappe de Vittel : rappel des faits
La nappe phréatique du Grès du Trias Inférieur (GTI), l’une des principales ressources d’eau dans le Grand Est, souffre d’un déficit chronique annuel d’environ 1 million de m3 dans son secteur sud-Ouest à Vittel ; soit la quantité d’eau que la multinationale Nestlé est autorisée à prélever par le préfet dans ce secteur pour être embouteillée et envoyée à l’étranger (Allemagne, Suisse…). Cette surexploitation de la nappe par Nestlé Waters ne permet pas son renouvellement naturel et met donc en péril sa pérennité, ainsi que l’approvisionnement en eau potable des populations locales. C’est la raison pour laquelle les associations ont lancé l’alerte en mars dernier.
Afin de pallier cette situation, les pouvoirs publics et le département ont envisagé de déplacer le problème d’une nappe phréatique à une autre, en faisant venir l’eau potable par 30 à 50 km de canalisations pour alimenter les communes locales… plutôt que de retirer les autorisations de prélèvement à Nestlé Waters. Une option qui a fait bondir à nouveau les associations, et qui a également fait l’objet d’une concertation publique, qui vient de se terminer. Cette dernière, organisée par le Conseil Départemental 88, s’est transformée en opération de communication visant à faire valider l’option proposée : refus de débattre, questionnaires biaisés, documents erronés… Face à l’inaction aussi bien locale que nationale, une pétition a été lancée et les associations se préparent à lancer une action en justice.

[1] Nappe du GTI dans son secteur Sud-Ouest (Vittel-Contrexéville-Bulgneville)
 
Pour aller plus loin
Mars 2018 : Nestlé Waters assèche les nappes de Vittel sur fond de conflit d'intérêt
https://www.fne.asso.fr/communiques/nestlé-waters-assèche-les-nappes-de-vittel-sur-fond-de-conflit-dintérêt  

Décembre 2018 : Nestlé : les habitants de Vittel priés de puiser leur eau dans les territoires voisins
https://www.fne.asso.fr/communiques/nestlé-les-habitants-de-vittel-priés-de-puiser-leur-eau-dans-les-territoires-voisins  

Télécharger le communiqué en PDF
https://fne.cdnartwhere.eu/sites/default/files/20190307_CP%20inter-asso_Nestlé%20Waters_Vittel.pdf  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à pref-environnement@vosges.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Abrogation des arrêtés octroyés à Nestlé
  • Message : Monsieur le Préfet
    Pour les raisons exposées par les associations, je vous demande l’abrogation des arrêtés octroyés à Nestlé autorisant le prélèvement de 1 000 000 de m3 d’eau par an (soit 1 milliard de litres d’eau) dans la nappe de Vittel-Contrexéville-Bulgneville1 pour l’exportation de bouteilles d’eau.
    Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

24 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Et moi qui croyais que Vittel, c'était français! Mais au royaume pognon, tout s'achète et tout se vend, même le vivant. Maison! Maison !

Muriel FOSSARD
15/10/2019 - 15:35:08

L'eau du robinet n'est pas de qualité.
environ 20 millions de Français ont une eau chargée en Tritium à cause d'une (ou des) centrale nucléaire qui pollue les nappes phréatiques.
En outre, l'eau dite potable contient des résidus d'antibiotiques et des perturbateurs endocriniens (½strogènes-like).
Bref, il y a plus de 150 produits indésirables, voir dangereux dans l'eau dite potable.
Pour toutes ces raisons, j'ai opté pour l'eau de pluie

Emile Blutch
10/10/2019 - 23:03:31

Il faut absolument que tout soit fait pour arreter la gourmandise de Neslé par tout aux usa et ici à voler de l'eau

a
10/10/2019 - 16:38:00

Arrètons la commercialisation de l'eau en bouteille Ayons une eau au robinet de qualité et buvons cette dernière.

Deslandres Veilhan
09/10/2019 - 22:41:43

Non à toutes les eaux minérales en bouteille! Nous avons la chance extraordinaire de tirer de l'eau potable de nos robinets, ne la réservons pas pour nos toilettes, battons-nous pour sa qualité et buvons-la! Et boycottons ensemble Nestlé et toutes ces firmes prédatrices et tentaculaires.

Valérie
09/10/2019 - 21:50:29

je boycotte depuis longtemps les produits Nestlé mais du moins faudrait'il la liste exhaustive des marques et produits rachetés par Nestlé !!!

liliane belliard
09/10/2019 - 15:56:02

L'eau est le bien des plantes, de la faune et des humains, aucune compagnie ni personne ne peut usurper ce droit naturel.

Louis Arti
09/10/2019 - 14:04:31

Il faut boycotter tous les produits Nestlé...

siff
09/10/2019 - 07:59:41

Je vais boycotter les produits Nestlé jusqu'à ce que cette entreprise renonce à assécher la nappe phréatique de Vittel. C'est scandaleux que les habitants, qui sont les seuls à avoir une légitimité dans cette affaire, soient obligés de se battre ainsi pour préserver leur eau !

Garance
08/10/2019 - 21:37:00

Dans les Vosges, le géant Nestlé Waters est accusé de surexploiter les nappes phréatiques de la région de Vittel.Et le gouvernement tolère ça !!! STOP !!! ....

Nane
08/10/2019 - 13:35:37

Nestlé la honte de l'exploitation des ressources naturelles!!! Nestlé s'approprie l'eau un bien commun pour en tirer du profit. Il faut boycotter l'eau en bouteilles. Un simple filtre sur évier "Hydropure" fonctionne très bien et est plus écologique que toutes ces bouteilles en plastique qu'il faut ensuite recycler...

yvesdaniela
07/10/2019 - 13:53:19

Déficit de la nappe des GTI près de Vittel : le projet de pipelines abandonné
https://www.vosgesmatin.fr/edition-de-la-plaine/2019/10/02/deficit-de-la-nappe-des-gti-pres-de-vittel-le-projet-de-pipelines-abandonne  

Alain UGUEN
07/10/2019 - 11:54:44

A Vittel, le vent tourne en défaveur de Nestlé

Médiapart - 6 octobre 2019

Par Robert Schmidt (We Report) Et Alexander Abdelilah


À Vittel, Nestlé est rattrapé par sa gourmandise. La mobilisation des ONG et de la société civile, combinée auxpoursuites judiciaires contre des figures de son système d’influence, fait vaciller le géant suisse. Dans une volte-face sans précédent, l’État enterre le projet poussé par Nestlé de pipeline d’eau potable, reprend en main la politique locale de l’eau et n’exclut pas de retirer des forages au minéralier.

Le boulet a été tiré le 2 octobre au matin par la préfecture des Vosges. Dans un communiqué laconique, elle a annoncé retirer son soutien au projet de construction d’un pipeline, pourtant déjà bien avancé. « Une solution alternative fondée sur l’optimisation des ressources locales » sera soumise à une concertation locale « dans les semaines à venir », peut-on y lire. Sollicitée pour des précisions, la préfecture n’a pas donné suite, laissant notre liste de questions envoyée mercredi soir sans réponse.
Le projet controversé de construire des kilomètres de pipeline pour plusieurs dizaines de millions d’euros visait à acheminer de l’eau potable aux Vittellois depuis une nappe dans laquelle s’approvisionnent des communes alentour, à une quinzaine de kilomètres de là. Le but ? Ménager la nappe phréatique des GTI (Grès du Trias inférieur), dont le niveau inquiète les spécialistes, et permettre à Nestlé de continuer à y pomper en tout tranquillité son eau commerciale. Officiellement, l’État se retire de ce marasme, car « sa mise en ½uvre technique pouvait paraître incertaine ».

Le directeur de l’Agence de l’eau, établissement public du ministère de la transition écologique chargé de « protéger les ressources en eau et les milieux aquatiques », confirme cet enterrement de première classe. « La CLE [commission locale de l’eau] a malgré tout bien fonctionné mais il y a ce blocage.On a constaté que le scénario n’obtenait pas de consensus », euphémise-t-il.
La nouvelle stratégie offensive de l’Agence, dont le conseil d’administration est composé de représentants de la société civile, des collectivités et de l’industrie, devra être validée par un vote interne le 18 octobre. « Ce n’est pas seulement une formalité, prévient le directeur, il y a différents groupes de pression. » Il reconnaît aussi une prise de conscience tardive : ce n’est en effet qu’à l’été 2018 que l’Agence a émis pour la première fois « des réserves » et refusé de participer au financement du projet de pipeline, déjà dans les tuyaux depuis plusieurs années.
Aujourd’hui, le ton a radicalement changé. C’est une reprise en main pure et simple du processus local de décision que l’Agence de l’eau entend mener : « On intervient quand il y a un intérêt de démocratie locale. Heureusement, cela n’arrive pas souvent », souligne son directeur. Un vrai désaveu pour la CLE, normalement compétente en la matière, prise dans la tourmente depuis l’annonce récente d’un procès contre son ancienne présidente, Claudie Pruvost, pour prise illégale d’intérêts en faveur de Nestlé.
Plus inquiétant encore pour le minéralier suisse : des forages accordés par la préfecture des Vosges à la firme pourraient bientôt être annulés par les pouvoirs publics. Une manière forte que l’Agence de l’eau confirme envisager comme une « possibilité », en rappelant qu’il s’agit là de la compétence de la préfecture. Sans l’évoquer explicitement, le communiqué de cette dernière ne ferme pas non plus la porte à une telle solution.
Chez les opposants historiques au projet rassemblés au sein du Collectif eau 88, l’heure est au soulagement. « Nous resterons vigilants, certes, mais nous entrons dans une autre phase. Désormais, tout le monde va devoir faire des efforts », se réjouissent les porte-parole Bernard Schmitt et Jean-François Fleck.
Le changement radical de ton de la part des autorités ne peut faire oublier que c’est bien l’État qui a accompagné et même taillé sur mesure cette proposition de pipelines pour Nestlé. Un témoignage exclusif que nous avons recueilli révèle que l’étude géologique menée en 2014 sur les déficits de la nappe des GTI, et qui a légitimé le scénario du pipeline, a été orientée par l’État de manière à préserver les intérêts de l’entreprise suisse.
Officiellement, l’objectif de l’étude était de trouver des portes de sortie à cette crise écologique potentielle. Un haut cadre du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), qui a suivi cette étude de près, assure au contraire que la priorité était de protéger les intérêts de la firme helvète : « L’État nous a dit d’étudier tous les scénarios, à l’exception du scénario industriel », assure-t-il. Ce « scénario industriel » est celui qui imposerait aux grandes entreprises du territoire – en premier lieu Nestlé – de réduire leur consommation.
Dans l’étude, la raison avancée pour l’exclusion des grandes entreprises du champ de recherche est tout autre : les « données économiques » les concernant seraient « insuffisantes », peut-on y lire. Un peu plus loin, il est simplement rappelé que les industriels « sont dans des phases de croissance de leur activité économique ».
En coulisses, toujours selon ce cadre du BRGM, le son de cloche aurait été bien plus clair : « On nous a demandé d’étudier les scénarios les moins douloureux vis-à-vis de l’emploi. Dans d’autres cas, ça se fait différemment, avec une approche plus globale. » Un fait que le BRGM ne cache pas dans son rapport final publié en mars 2014. Dans ce document inconnu du grand public, on peut lire que « le comité technique de l’étude [composé notamment de représentants de l’État – ndlr] n’a pas souhaité considérer d’économie d’eau pour les industriels (Nestlé Waters et la Fromagerie de l’Ermitage) dans les scénarios d’action ». D’un point de vue écologique, cette protection par l’État d’acteurs responsables de plus de la moitié de la consommation en eau sur le secteur de la nappe le plus en péril laisse songeur.
Autre fait troublant, cette étude cruciale pour l’avenir de l’approvisionnement en eau de la région a été menée en partenariat avec une association pourtant réputée proche de Nestlé : la Vigie de l’eau. Aujourd’hui poursuivie devant le tribunal correctionnel de Nancy pour prise illégale d’intérêts aux côtés de l’ancienne présidente de la CLE, à la suite d’un signalement par Marcel Claude, administrateur de l’ONG Anticor, la rénovation de ses locaux avait même été financée par Nestlé à hauteur de 300 000 Euros. C’est sur cette étude biaisée que s’appuiera la CLE pour légitimer et faire valider le projet de pipeline.
Dans un communiqué publié quelques heures après le revirement de la préfecture, la multinationale semble faire profil bas : « Nous tenons dès à présent à réaffirmer notre engagement à contribuer à toute solution pérenne pour préserver la ressource en eau sur la nappe GTI et l’avenir du territoire aux côtés de l’ensemble des acteurs concernés. Nous avons toujours privilégié une approche concertée et collective. Ce sera encore le cas dans les prochaines semaines », y déclare Sophie Dubois, patronne de Nestlé Waters France. Quelques lignes plus loin, Nestlé n’hésite pas à reprendre son argumentaire écolo maison, assurant avoir baissé ses prélèvements sur la nappe des GTI « de 26 % depuis 2010 ».
En réalité, l’entreprise poursuit une stratégie parallèle d’augmentation de ses prélèvements dans une autre nappe d’eau potable, plus superficielle. Cetour de passe-passe du mastodonte suisse coûte cher aux communes qui puisent leur eau potable dans cette seconde nappe. La commune de Ligneville, par exemple, a ainsi fait venir 40 000 eurosd’eau en camions-citernes l’an passé, car la nappe dans laquelle elle forait aux côtés de Nestlé s’était asséchée. Si la préfecture poursuit sa nouvelle stratégie et suspend certains des forages accordés par le passé, la multinationale suisse devrait entièrement revoir sa copie et son plan de communication.
https://www.mediapart.fr/journal/france/061019/vittel-le-vent-tourne-en-defaveur-de-nestle?onglet=full  

Alain UGUEN
07/10/2019 - 08:49:13

Merci pour cette cyberaction découverte un peu tardivement… Pour suivre l'actualité sur ce scandale Vittel Nestlé, rendez-vous sur : https://www.leauquimord.com/  
https://www.facebook.com/leauquimord/  

leauquimord
14/06/2019 - 02:27:34

BOYCOTTER NESTLE !!!!
Certaines personnes pensent peut être qu'en tordant les billets, ils auront de l'eau !!
Si ce n'était pas aussi grave j'en rirai !

Irow

Sylviane
23/05/2019 - 07:51:45

Comme Christian Schmidt

Christian Perez-Gil
03/05/2019 - 00:44:45

Encore un bien commun privatisé, exploité pour gonfler le capital de Nestlé !! pour vendre du plastique au prix de l'or !

CHRISTIAN SCHMIDT
11/04/2019 - 23:10:50

profit !!!! profit !!! profit!!!
Les habitants n'ont qu'à acheter leur eau en bouteille , cad leur propre eau .
Misère A bas les privatisations à outrance et sans intelligence et à courte vue

cancoillotte
06/04/2019 - 19:28:28

J'ai appris la situation en lisant le livre Pilleurs de vies de Philippe Pascot. Cette situation est une honte!

Fr Pontiggia
03/04/2019 - 15:16:42

L'exploitation de la terre et de ses ressources sans discontinuer est une aberration. Les ressources locales doivent d'abord être utilisés par les gens vivants autour de cette ressources. Pas pour rendre plus riche des gens déja extrement riche, qui en plus sont pret à tarrir cette ressource.

Pcos
03/04/2019 - 10:46:43

Non, mais ce n'est pas possible, comment peut on accepter une horreur pareille !
j'ai été très choquée par ce documentaire, j'en ai pleuré. Ces paysans qui se sont faits berner par Nestlé et qui le regrettent amèrement. Je boycotte Nestlé et ses sous marques depuis 30 ans, je ne bois pas d'eau en bouteille. Si tout le monde ne buvait que de l'eau du robinet ...

Sylvie
03/04/2019 - 09:25:45



Rien de plus vrai que le boycott; les eaux ne manquent pas: de Saint Antonin à Contrex en passant par celle du Mont Roucous......alors, Vittel....pas de problème......simplement, pas de surexploitation!!

un anonyme
02/04/2019 - 22:59:16

Il est complètement aberrant de tarir une ressource locale d'eau pour transporter sur des centaines de kilomètres de l'eau dans des bouteilles en plastique dont une bonne partie viendra polluer notre environnement... tout cela pour les bénéfices financiers des actionnaires d'une multinationale.

Yves Mollet
02/04/2019 - 22:37:38

Comme moi n'achetez pas d'eau en bouteille (plastique qui plus est). Demandez à votre fournisseur en alimentation (détaillant ou grande surface) de ne plus vendre d'eau en bouteille plastique !

Claude Brodbeck
02/04/2019 - 15:19:29

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !