actualité écologie

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

AG Cyberacteurs

Les amis des 150

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

météo

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

  #bassines   #eau



Cyberaction : Donnons à l'eau le statut de commun par excellence.

Les Soulèvements de la terre, Bassines Non Merci (BNM) et la Confédération Paysanne signent avec plus de 240 personnes une tribune de soutien aux actions contre les méga-bassines et exigent un arrêt immédiat de ces projets, à commencer par celui des 16 bassines du projet Sèvre Niortaise - Mignon.

[ 3 048 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 26 novembre 2021

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Président de l'Assemblée Nationale | à votre député

Elle prendra fin le : 26 février 2022

Plus d'infos

eau,vie"Stoppons les méga-bassines pour partager et préserver l’eau"

Dans le Poitou-Charentes, des coopératives agro-industrielles tentent de faire main basse sur l’eau dans le but de prolonger un mode de production destructeur du vivant et dont il est aujourd’hui urgent de s’affranchir. 93 « méga-bassines » dont plus d’une dizaine dans le Marais poitevin - deuxième plus grande zone humide en France - risquent d’être érigées dans les trois prochaines années. Ces énormes cratères plastifiés de 5 à 15 hectares sont le dernier artifice de l’agro-industrie pour concilier raréfaction accrue de la ressource en eau et maintien de l’irrigation intensive.

Depuis quelques mois, le mouvement tissé patiemment entre habitant·es du Marais poitevin et d'ailleurs, paysan·ne·s et naturalistes pour donner un coup d'arrêt aux chantiers de méga-bassines, a pris un essor national. Samedi 6 novembre, à l'appel de Bassines Non Merci, de la LPO, de la Confédération Paysanne et des Soulèvements de la Terre, plus de 3000 personnes et 20 tracteurs se sont retrouvés à Mauzé-sur-le- Mignon, non loin d’une méga-bassine en construction interdite d'accès aux manifestant·e·s. Après avoir traversé champs, rivières et nuages de gaz lacrymogènes, les manifestant·e·s ont collectivement investi le site d'une autre méga-bassine, illégale et déjà condamnée 5 fois par la justice, construite à Cram-Chaban.

Un élément de l'installation de pompage qui alimentait cette bassine a été démonté par des paysan·ne·s. Une fois la foule montée sur le talus de la bassine, un débâchage a été effectué pour la mettre hors d'état de nuire. Cette action collective de « désarmement » était un appel à reconsidérer les manières de préserver et partager la ressource en eau. Elle témoigne de la nécessité assumée, au vu de l'urgence climatique, d'utiliser les outils de la désobéissance civile quand des projets écocidaires passent en force.

S’il a fallu en arriver là, c’était aussi pour répondre, en pleine COP 26, à un gouvernement qui, derrière ses prétentions écologiquement vertueuses, finance à 70 % ces bassines et dont le ministre de l’agriculture Julien Denormandie prétend qu’elles s’emplissent avec les « pluies diluviennes » de l’hiver. Le morceau de tuyau ramené jusqu’aux portes de son ministère quelques jours après avoir été prélevé sur le forage de la bassine, venait le mettre face à son mensonge ou à son incompétence, en matérialisant le fait que les bassines s'emplissent aussi et surtout en pompant dans les nappes phréatiques.

Nous, signataires de cette tribune, affirmons ici que ce combat nous concerne toutes et tous, partout où nous sommes.

La lutte contre les méga-bassines est un enjeu national, qui dépasse de loin le Marais poitevin. Si celles-ci s’implantent dans les Deux-Sèvres, la France en sera bientôt couverte. Or la raréfaction de l’eau se constate à divers niveaux de manière accrue. La survie des zones humides riches en biodiversité, ainsi que des cours d'eau aux bords de l’épuisement dépend de l'état de nos nappes et des surplus d'eaux hivernales. Depuis des années déjà, des naturalistes, biologistes et hydrogéologues analysent et dénoncent les conséquences délétères de l'irrigation intensive et des méga-bassines sur ces écosystèmes à l'équilibre fragile et sur les êtres qui les peuplaient encore il y a peu, à l'instar de l'outarde canepetière ou du busard cendré dans le marais. L'’alimentation en une eau douce de qualité pour les zones ostréicoles proches est menacée elle aussi.

Les méga-bassines ne profitent qu’à une petite minorité d'irrigant·e·s qui vont continuer à s’agrandir pendant que leur voisin·e·s disparaîtront. Elles ne visent qu'à maintenir en sursis face au changement climatique un type de productions intrinsèquement dépendantes des intrants chimiques, qui stérilisent les sols, font disparaître la faune et la flore, polluent les milieux aquatiques et l'eau du robinet, empoisonnent les humain·e·s à commencer par les riverain·e·s et les agriculteurs eux- mêmes. Elles sont le symbole d'un modèle néfaste aux paysan·ne·s et à nos territoires, qui refuse de se réinventer et de s'attaquer aux racines du problème : l’agriculture productiviste. Nous ne pouvons en effet plus passer à côté d'une transition agricole profonde qui permette aux paysan·ne·s, pris·es au piège d’un dogme sans avenir, d'adapter leurs pratiques aux ressources disponibles et non l'inverse, tout en tirant un revenu digne de leur activité. L'irrigation, mesurée, doit être réservée pour des productions alimentaires diversifiées, relocalisées et denses en emplois. Tout l'inverse d'une irrigation essentiellement dédiée à la culture massive du maïs destiné à l'élevage hors-sol, à l'export ou à la méthanisation.

La lutte pour le partage de l’eau est une question vitale. L'eau est nécessaire à l'agriculture mais aussi à toute forme de vie sur terre. Elle est la sève de toutes nos existences. A ce stade de dégradation de la biodiversité, elle doit retrouver le statut de commun par excellence, que nul ne devrait pouvoir privatiser.

Les opposant.es aux bassines ont besoin de tout notre soutien. Dans les années 2000, alors que lobbies et décideurs voulaient faire entrer les OGM sur le marché sans faire de vague, nombre de paysan·ne·s et citoyen·ne·s s'y sont opposé·e·s, allant là aussi jusqu'à faire le choix de la désobéissance civile en fauchant volontairement des parcelles OGM pour alerter sur ce sujet majeur. Ce combat a fini par payer. En 2008, la culture des OGM à des fins commerciales a été purement et simplement interdite en France puis en Europe. Il est temps de faire de même avec les méga-bassines et de stopper ces projets aberrants d’accaparement de l'eau avant qu'ils ne se généralisent. Nous devons élaborer une solution politique durable aux conflits d’usage sur l’eau dans l’intérêt de tou·te·s, humain·e·s et non-humain·e·s. Nous avons plus que jamais besoin de territoires vivants plutôt que de terres mortes.
C'est pourquoi, nous, porte-paroles d'organisations nationales, d'associations, ou de syndicats, personnalités politiques, scientifiques, artistes, affirmons ici notre solidarité avec les défenseur·e·s de l’eau, du vivant, et d'une agriculture paysanne qui répond aux défis sociaux, alimentaires, écologiques et climatiques. Nous nous tenons prêt.e.s face à la répression qui menace de s’abattre sur celles et ceux qui luttent sur place. Nous ne pouvons par ailleurs que dénoncer les intimidations dont ils et elles ont fait l’objet émanant de l’État ou d'organisations agricoles refusant de voir le chemin à parcourir.

Nous nous engageons toutes et tous ensemble pour exiger un arrêt immédiat des projets de méga-bassines, à commencer par celui des 16 bassines du projet Sèvre Niortaise - Mignon.
Nous sommes le vivant qui se défend. Nous sommes l’eau qui jaillit. No bassaran!

Co-auteurs : Le Guet Julien (porte parole du collectif Bassines Non Merci et batelier dans le marais Poitevin) Girod Nicolas (porte-parole de la Confédération Paysanne et éleveur dans le Jura) Nouqui Lotta (plume des Soulèvements de la Terre, paysanne sur une Zone à Défendre et révoltée du climat)

Voir la liste des co-signataires
https://eau-iledefrance.fr/stoppons-les-mega-bassines-pour-partager-et-preserver-leau/  

3000 anti-bassines à Mauzé-sur-le-Mignon démontent une "bassine de la honte" et sa pompe
https://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=11938  

Sur Arte, ces financiers qui ont soif d’eau et essorent les populations
https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/12/17/sur-arte-ces-financiers-qui-ont-soif-d-eau-et-essorent-les-populations_6023201_3246.html  

Appel à manifester le 7 décembre, devant la bourse de Paris contre la marchandisation de l'eau !
https://www.youtube.com/watch?v=g0Vgw7FYg2g  

Nous vous proposons d'interpeller le Président de l'Assemblée Nationale et votre député.

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à richard.ferrand@assemblee-nationale.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : L'eau c'est la vie pas les profits
  • Message : Madame, Monsieur

    La lutte contre les méga-bassines est un enjeu national, qui dépasse de loin le Marais poitevin. La raréfaction de l’eau se constate à divers niveaux de manière accrue. le refroidissement des centrales nucléaires, la survie des zones humides riches en biodiversité, ainsi que des cours d'eau aux bords de l’épuisement dépendent de l'état de nos nappes et des surplus d'eaux hivernales.
    Je me déclare solidaire face à la répression qui menace de s’abattre sur celles et ceux qui luttent sur place pour exiger un arrêt immédiat des projets de méga-bassines.
    Donnons à l'eau le statut de commun par excellence.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

19 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Depuis le 1er janvier 2022, de nombreux lieux doivent être équipés d’une fontaine à eau potable accessible au public. De quoi encourager l’essor des gourdes ?
https://eau-iledefrance.fr/a-la-claire-fontaine/  

Alain UGUEN
16/01/2022 - 10:06:03

l'eau est un bien commun et si peu prise en compte. on commence enfin à voir des panneaux solaires et/ou du photovoltaïque sur les constructions neuves, mais on ne tient compte de l'eau nulle part ! copier n'est pas un défaut, quand on copie ce qui se fait de bien. au japon, celà fait des années qu'on construit avec des récupérateurs d'eau bain-douche pour les toilettes qui n'ont nul besoin d'eau potable.
ici rien n'est fait.
à quand le courage d'imposer de nouvelles normes et des aides financières justes, en fonction des revenus, dans le neuf et la rénovation...avec des matériaux écolos de qualité, pas du polystyrène et du pvc...
il vaudrait mieux investir l'argent dépensé pour d'inutiles sommets en tous genres dans des réformes indispensables..

michele orenstein
17/12/2021 - 21:37:24

Comment en sommes nous arrivé là, pour que même l'eau ce bien commun inaliénable se soit noyée dans la spéculation? C'est une forfaiture, une mise en danger de mort du vivant, un crime contre l'humanité...

gilles bas
17/12/2021 - 13:56:15

L’eau, bien commun accaparé par la finance
https://reporterre.net/L-eau-bien-commun-approprie-par-la-finance  

Alain UGUEN
16/12/2021 - 09:16:05

L'eau est un bien commun

Christine Roux
15/12/2021 - 16:25:28

Pour une répartition juste de l'eau, il faut que des personnes
compétentes calculent ce dont un ménage de X ou Y personnes a besoin. Cette première partie ne doit pas être chère, car c'est un besoin vital. Au-delà, la consommation de l'eau doit coûter de plus en plus cher. Cela suppose que des compteurs d'eau soient obligatoirement installés très rapidement. Quand aux usages agricoles, l'eau doit être équitablement répartie et dans ce cadre, les méga-bassines ne devraient pas exister.
De même, il faut rompre le contrat qui, à Vittel permet à Nestlé de pomper l'eau au détriment des habitants.

Martine Herber
14/12/2021 - 16:36:11

L'eau est fondamentalement un bien commun inaliénable, pas de concession.

Roland CHARLOU
01/12/2021 - 16:57:40

L'eau, l'air, le vivant: nos biens communs, parmi d'autres, comme la chose publique, les langues, les cultures, les conquis sociaux...

nicolas wyss
30/11/2021 - 22:08:14

L'eau, bien précieux, appartient à tout le monde, mais est petit à petit privatisée, comme la terre, et l'air...bravo à tou(tes)s les lanceurs de vérités, d'alerte qui se donnent pour le bien d'autrui, Merci.

Jean-louis Bouchet
30/11/2021 - 15:43:08

on pourrait faire pareil pour le gaz et l'électricité !

DOMINIQUE BOUTS
29/11/2021 - 14:59:05

Commençons par dénoncer le tout à l'égout.

catherine leroy
27/11/2021 - 19:45:12

bien plus que le nucléaire, l'aviation,les autoroutes l'EAU est indispensable à la vie Chaque fois que nous touchons à l'eau nous créons un désastre Halte aux bassines

michel armagnat
27/11/2021 - 18:33:43

Julien Denormandie trouve normal que l'eau du marais poitevin, des Deux Sèvres et peut être même de l'Est soit pompée. Fichtre, il s'en carre comme de sa première chemise made in Taïwan. Non, Monsieur le ministre de la souffrance des animaux, des empoisonnements de paysans, de ruraux, les bassines ne sont pas remplies par les nuages mais par les nappes phréatiques. Les pro-bassines, vos amis, Monsieur le M., assèchent les terres, vident les cascades, les torrents et tout ce qui suinte clair et pur. Est ce que cela vous grattouille? Nous n'aimons pas les cultures gourmandes en eau, les gerbes d'eau crachées en été sur le maïs alors que les vaches tirent la langue dans les prés d'herbe cramée. S'ils veulent de l'eau qu'ils viennent la pomper quand les rivières débordent à cause des crétins qui dérangent le climat. Ceux qui veulent barboter dans leurs bassines aiment la chimie dans les sols, l'extinction des animaux et la production destinée à l'export, chez Bolsonaro par exemple. Pas de cad-eaux aux irrigateurs picsous.

colette Nusbaum Vallet
27/11/2021 - 11:39:15

Alain a raison pour 2018 ;o)

ENQUÊTE PUBLIQUE – 24 BASSINES SUR LA BOUTONNE Mise en ligne du 13/03/2018 au 19/03/2018
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1671  

Alain UGUEN
27/11/2021 - 08:18:24

L'eau ne doit pas être confisqué par quelques agriculteurs... à moins qu'ils la paient comme tout le monde !

Krys
26/11/2021 - 22:03:01

Bravo aux activistes de terrain. J'ai vu les débuts de ce mouvement en 2018, trois ans plus tard, vous n'avez rien lâcher... Que votre opiniâtreté berce nos révoltes ! No Bassaran ! :)

Alain Olivo
26/11/2021 - 21:17:55

Il y a beaucoup de problèmes à régler sur ce plan des communs. L'air est un bien commun, mais certains le polluent à qui mieux mieux. La terre est aussi un bien commun, avec la liberté d'aller et de venir, avec le devoir de la tenir en "bon état" pour que la vie y soit possible: on voit ce qu'il en est.. Certes, les cultures inadaptées sont en cause, mais il y a des intérêts pour les préconiser et les imposer. L'eau, bien sûr, est aussi un bien commun.

geronimo
26/11/2021 - 19:04:46

Les Sahéliens ne cultivent pas d'artichauts. Les Sahéliens ne connaissent pas non plus Christiane Lambert ;-)
Au lieu de bassiner la nature, si on adaptait les cultures au climat local ?
Que le maïs retourne sous ses tropiques natales. Il s'en portera mieux et nos nappes phréatiques aussi.

Frawald
26/11/2021 - 13:50:45

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !