actualité écologie

AG Cyberacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Ne laissez pas vos appareils en veille

OPÉRATION

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

  #Cigéo   #-   #Bure   #-   #Nucléaire   #-   #Déchets   #



Pétition : Déchets nucléaires : Stop à la répression, stop à Cigéo/BURE !

Pétition adressée à :
- Premier ministre
- Ministre de la Transition écologique et solidaire
- Ministre de l'Intérieur
- Président de l'Assemblée nationale
- Président du Sénat

par des collectifs et associations opposés à l'enfouissement des déchets radioactifs

[ 4 236 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Pétition mise en ligne le 28 août 2017

Proposée par Asodedra, Burestop 55, Bure Zone Libre, Cedra 52, Eodra,  Les Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château, Les Habitants vigilants de Void-Vacon, Gudmont-dit-non

Plus d'infos

Munitions collectées à Saudron, lieu de la manifesDes associations opposées à l’enfouissement des déchets nucléaires appellent en urgence le gouvernement à prendre en compte la gravité des tensions locales, à rétablir le dialogue avec la société civile et à abandonner Cigéo, projet en cours à Bure, Meuse/Haute-Marne.

La journée de rassemblement du 15 août 2017 a marqué un tournant dans l’escalade de la répression à Bure, avec un déploiement démesuré de forces publiques et l’usage d’armes offensives. La foule présente comptait des familles et des enfants. Elle s’est soldée par un bilan alarmant : une trentaine de blessés, dont deux graves du côté des manifestants, ainsi Robin qui pourrait perdre l'usage de ses orteils.

Pour rappel : le stockage nucléaire géologique fait l’objet de très fortes oppositions depuis trente ans en France, dont la constance et la justesse pèsent lourd dans le dossier. A deux ans de la demande de feu vert du chantier, la dangerosité du projet décrié par les opposants n’est pourtant plus à démontrer. C'est la conception même du stockage qui est remise en cause par l'IRSN et l'ASN, les deux organismes officiels ou « gendarmes » du nucléaire.

Texte de la pétition

En signant cette pétition :
• Je manifeste mon soutien et ma solidarité à Robin et tou-tes les blessé-e-s du 15 août et des dernières manifestations à Bure, ainsi qu'aux interpellé.es et/ou convoqué.es des derniers temps,
• Je demande l’arrêt de la répression dans la région de Bure, et l'interdiction de l'usage des grenades offensives par les forces de l'ordre, potentiellement responsables de mutilation et de mort dans les manifestations,
• Je soutiens l'opposition et demande l’arrêt des travaux du laboratoire de Bure, des investigations et travaux préparatoires de Cigéo ainsi que l'abandon total de tout projet d’enfouissement des déchets radioactifs.

 

Signer !

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.


 

130 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

toujours pareil, avec ces crétins du gouvernement

chaize
30/06/2018 - 10:42:15

C'est comme mettre la poussière sous le tapis !!! déplacer le problème n'est pas une solution !!

Dalila OUAI
27/06/2018 - 22:55:29

Arrêtez de bousiller notre belle planète !!
N'avez vous pas d'enfants ?

Cath
27/06/2018 - 16:32:35

les économies d'énergie ne passent pas par le nucléaire
la répression n'est pas une solution
Annette Lapalus

lapalus annette
27/06/2018 - 10:56:33

Nos dirigeants ne sont pas plus stupides que nous , sur les risques du nucléaire et surtout des déchets que nous laissons à nos successeurs . Il faut virer du pouvoir tout ces opportunistes , adorateur du pouvoir et de la richesse insolente !! Un seul moyen démocratique , les élections . Votons massivement pour tout ceux qui s'engagent à ne pas faire de la politique "un métier " ; pour ceux qui acceptent le contrôle permanent de leur actions , et la remise en cause de leurs promesses non tenues avec éviction en cours de mandat et le remplacement par le suppléant!

serge Schwindenhammer
27/06/2018 - 08:48:07

Stop à ce projet insensé et d'un coût exorbitant

Robert BLANC
26/06/2018 - 19:11:01

Non aux poubelles nucléaires!

MARIE
26/06/2018 - 14:31:28

halte à la répression du gouvernement Macron.
Avec Macron , rien n'est bon.

toto
26/06/2018 - 14:24:18

Le nucléaire coûte cher,tue, détruit la nature, l'eau
Je suis allée à BURE depuis Toulouse.
La manif était importante, colorée et joyeuse grâce à la forte mobilisation des participants qui ont scandé des slogans, chanté, et aussi grâce à des conférences très documentées sur le sujet.
Nous avons été très chaleureusement accueillis par la population... moins bien par les pouvoirs publics qui avaient déployés un nombre important de policiers et qui ont procédé à plusieurs interpellations

Nicole CREMEL
26/06/2018 - 13:46:06



Bourgogne Franche-Comté
LONS LE SAUNIER (39) - à partir de 19h - Place de la Liberté
COSNE SUR LOIRE (58) - 17h/18h - place de la Mairie
DIJON (21) - 19h - place du Bareuzai
Bretagne
SAINT BRIEUC (22) - 19h - Préfecture
Centre Val de Loire
BOURGES (18) - à partir de 19h - Place Gordaine - https://www.ki6col.com/  
TOURS (37) - à partir de 18 heures - place Jean Jaurès
MONTARGIS - 18h - devant la sous préfecture
BLOIS (41) - 18h - devant la préfecture
Champagne Ardennes
REIMS (51) - 19h devant la gare de Reims.
Grand Est
LONGWY (54) - 18h - Mairie
MONTMEDY (55) - à partir de 19h - devant la Mairie
COLMAR (68) - 19h - devant la préfecture
MULHOUSE (68) - 19h - devant la sous-préfecture
STRASBOURG (67) - 19h - devant la préfecture
NANCY (54) - 19h - devant la préfecture
BAR-LE-DUC (55) - 19h - pique nique de soutien sur la place reggio
EPINAL (88) - à partir de18h30 - place Foch, devant la préfecture
Hauts de France
BEAUVAIS (60) - 18h30 - fontaine centre ville
Haute-Normandie
ROUEN (76) - 19h - préfecture, 7 place de la Madeleine, quartier Pasteur
LE HAVRE (76) - 19h - sous préfecture, 95 boulevard de Strasbourg
DIEPPE (76) - 19h - sous préfecture, 5 rue du 8-Mai-1945
ÉVREUX (27) - 19h - préfecture, Boulevard Georges Chauvin
LES ANDELYS (27) - 19h - sous préfecture 10 Rue de la Sous-Préfecture
BERNAY (27) - 19h - sous préfecture, 3 rue de la Sous-Préfecture
Ile de France
PARIS (75) - 19h - en face de la Fontaine Saint-Michel (RER St Michel)
Nouvelle Aquitaine
AGEN (47) - 19h - Préfecture
LIMOGES (87) - 19h - Préfecture
Pays de la Loire
ANGERS (49) - 18h - à l’entrée de la rue Lenepveu (coté place du ralliement) (https://alter49.org/rv/5317)  
PACA
AVIGNON (84) - 18h00 - devant la préfecture de Vaucluse, Bld Limbert
Rhône-Alpes
BOURG EN BRESSE (01) - 17h45 - Préfecture
CHAMBÉRY (73) - 19h - Palais de Justice
GRENOBLE (38) - 18h - devant la préfecture
VALENCE (26) - à partir de 18h - devant la préfecture

Rassemblements du 27 juin 2018
26/06/2018 - 09:06:28

Nous ne laisserons pas Bure devenir un nouveau Tarnac ! - Appel à soutien et à rassemblement

Alors qu'une nouvelle vague de répression sans précédent touche le mouvement de lutte contre le projet Cigéo et que nous voyons se construire de toute pièce sous nos yeux une nouvelle affaire Tarnac, nous faisons appel à vous pour :
- relayer l'appel à rassemblement partout en France mercredi 27 juin à partir de 19h - plus d'informations prochainement
- signer le communiqué commun que nos associations ont diffusé ce jour

Merci de nous faire connaître d'ici le lundi 25 juin à 14h les démarches de soutien que vous comptez mettre en place et de nous communiquer votre accord pour signer le communiqué commun à l'adresse suivante : soutiensbure@riseup.net.   [merci de préciser le nom de l'orga, collectif, comités etc dans l'objet du mail pour un traitement plus rapide)



Le point en bref sur la situation

Mercredi 20 juin, une nouvelle vague de répression sans précédent touche le mouvement de lutte contre le projet Cigéo. Au moins 11 perquisitions, 8 personnes placées en GAV et des convocations pour audition à la pelle. Les personnes arrêtées ont en commun d'être fortement investies dans la lutte contre le projet Cigéo et ne sont pas ciblées au hasard : avocat de la lutte, membres d'associations historiques, habitants locaux et personnes qui se sont implantées localement.

Les chefs d'accusation qui pèsent sur nos ami.e.s et compagnon.e.s de lutte sont insensés, amalgamant pêle-mêle : association de malfaiteur, violence en réunion, accusation d'avoir "dirigé le black block" au G20 de Hambourg... Ce à quoi rime ce délire, nous le savons trop bien : en réponse aux critiques fondées formulées à l'encontre de Cigéo, à la montée d'une exaspération légitime contre ce projet imposé, les promoteurs du projet n'ont d'autre recours que de saisir n'importe quel prétexte et instrumentaliser des faits isolés pour criminaliser les opposant.e.s. Nous voyons ici se monter sous nos yeux une nouvelle "affaire Tarnac", dont l'objectif est de détourner l'attention des risques réels du projet Cigéo, de construire de toute pièce des suspects et d’affaiblir la lutte ... Surtout, en frappant des personnes fortement impliquées, l’état criminalise celles et ceux qui s’organisent et tente de semer la peur et la division dans les milieux militants.

A l'heure qu'il est plusieurs de nos ami.e.s sont encore en GAV et nous ne savons pas si ils et elles seront ou non libérées.

En réponse à cette construction politique et policière délirante, nous réaffirmons notre unité et notre solidarité. N'en déplaise aux promoteurs de Cigéo, notre mouvement ne se laissera pas écraser ainsi et nos associations ne plieront pas par peur d'être les prochaines sur la liste.

Communiqué de soutien à faire circuler et à signer par vos collectifs, associations, comités de soutien, organisations...


Communiqué commun - Réseau "Sortir du nucléaire", Bure Zone Libre, BureStop55, Cedra 52, EODRA, ACDN- 22 juin 2018
Nous ne laisserons pas Bure devenir la nouvelle affaire Tarnac !

Ce mercredi 20 juin, le mouvement d’opposition au projet Cigéo à Bure a été frappé par la vague de répression la plus massive que nous ayons jamais connue en plus de 20 ans de lutte. 11 lieux militants, lieux de vie et lieux de travail ont été perquisitionnés, des portes ont été défoncées sans sommation, des militants jetés à terre et menottés, des intimités ont été violées, du matériel et des documents personnels et militants ont été embarqués. 10 personnes de notre mouvement ont été arrêtées. À l’heure où nous écrivons, plusieurs sont encore en garde à vue et nous ne savons pas si elles vont être libérées ou placées en détention.

Militant.e.s membres des associations ou sans-étiquette, investi.e.s de longue date ou ayant récemment fait le choix de s’installer sur le territoire pour y vivre : dans leur diversité, les personnes arrêtées ont en commun un fort engagement contre le projet Cigéo. Parmi elles, on compte également un avocat de la lutte, qui assistait nombre de militant.e.s. Son bureau a été perquisitionné, suite à quoi il a été arrêté : or comme l’ont rappelé 50 de ses confrères, cette arrestation porte atteinte au droit de défendre et d’être défendu. Il s’agit donc d’un acte extrêmement grave.

Les chefs d’accusation qui pèsent sur nos ami.e.s sont insensés, amalgamant pêle-mêle : association de malfaiteurs, violence en réunion, accusation d’avoir "dirigé le black block" au G20 de Hambourg... Nous savons trop bien à quoi rime ce délire : en réponse aux critiques fondées formulées à l’encontre de Cigéo, à la montée d’une exaspération légitime contre ce projet imposé, les promoteurs du projet n’ont d’autre recours que de saisir n’importe quel prétexte et instrumentaliser des faits isolés pour criminaliser les opposant.e.s. Nous voyons ici se monter sous nos yeux une nouvelle "affaire Tarnac", dont l’objectif est de détourner l’attention des risques réels du projet Cigéo, de construire de toute pièce des suspects et d’affaiblir la lutte. En s’attaquant à des personnes engagées, l’État criminalise celles et ceux qui s’organisent et tente de semer la peur et la division dans les milieux militants.

En réponse à cette construction politique et policière délirante, nous réaffirmons notre unité et notre solidarité. N’en déplaise aux promoteurs de Cigéo, notre mouvement ne se laissera pas écraser ainsi et nos associations ne plieront pas par peur d’être les prochaines sur la liste.

Nous constatons qu’il n’est pas anodin que ce coup de force survienne précisément maintenant, quelques jours après la plus grande manifestation contre Cigéo survenue à Bar-le-Duc depuis une douzaine d’années, marquant un renouveau du soutien populaire à l’opposition à ce projet qui révèle de jour en jour son infaisabilité. Alors même que des ateliers devaient avoir lieu cette semaine à Bure pour ancrer la mobilisation dans la durée. Si cette mobilisation - qui prend de l’ampleur - gêne, c’est bien que le gouvernement est aux abois ! L’État réprime aujourd’hui ce qu’il a tenté d’étouffer pendant des années.

Il n’est pas anodin non plus que la répression frappe alors que la filière nucléaire est en pleine déconfiture, les failles de Cigéo ne faisant que s’ajouter aux retards de l’EPR de Flamanville et aux difficultés économiques d’EDF, qui poursuit sa fuite en avant et refuse de fermer des réacteurs.

Enfin, cette vague répressive survient alors que le gouvernement, suite à l’expulsion du Bois Lejus et à la vague d’émotion qu’elle a suscitée, a annoncé de nombreuses "consultations" et un débat sur les déchets radioactifs à l’automne. De qui se moque-t-on ? Qui peut prétendre que les conditions du débat sont réunies, alors que des personnes fortement impliquées contre Cigéo sont jetées en garde à vue pendant des jours et blessées dans les manifestations ?

Nous ne nous laisserons pas intimider. Nous appelons toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans cette lutte à dénoncer cette répression et à ne pas être dupes des discours du gouvernement.

Nous appelons d’ores et déjà à des rassemblements de protestation et de solidarité mercredi prochain 27 juin dans toute la France à partir de 19h pour soutenir nos ami.e.s, les modalités pratiques seront précisées au fur et à mesure.

La répression ne nous fera pas taire, nous sommes solidaires !

Déchets radioactifs : ni à Bure, ni ailleurs. Ne pas enfouir, arrêter d’en produire !

On ne nous atomisera jamais !

Retrouvez ce communiqué sur notre site : http://www.sortirdunucleaire.org/Nous-ne-laisserons-pas-Bure-devenir-la-nouvelle  


Alain UGUEN
26/06/2018 - 08:56:32

Messieurs les ministres et présidents,
Le problème des déchets nucléaires est si lourd de conséquences . N'enfouissez pas ,je vous prie, ces déchets et ne commettez pas de dégradations irrémédiables . Que la vie en France et sur Terre reste vivable . Protégez les citoyens que nous sommes et les générations futures. Il faut trouver comment détruire cette radioactivité et cesser en attendant toute nouvelle production de ces terrifiants déchets. Laissez les habitants de cette belle région de Bure vivre en paix et en bonne santé. Je vous remercie de votre attention et de vos décisions qui se doivent être sages.

Duguay Sabine
14/05/2018 - 21:12:44

NON à l'enfouissement, mais alors, qu'allons-nous faire de tous ses déchets ? les mettre où? quand ? Comment ?
A vos idées !

un anonyme
14/05/2018 - 13:30:55

Samedi 16 juin à Bar le Duc : une journée contre la poubelle nucléaire
16juin2018.info

et une toute petite participation si elle est réalisée par beaucoup de monde suffira très largement !

L'argent collecté servira à compléter le budget prévisionnel, c'est à dire à financer les différentes activités très riches de la journée dont le spectacle de La Compagnie des Joli(e)s Mômes qui défend un théâtre tout terrain, qui va à la rencontre de son public et n'oublie personne en chemin.

Voici le lien de la collecte en ligne : https://www.helloasso.com/associations/cedra-52/collectes/le-bois-leduc-a-bar-le-juc  

Vous pouvez aussi envoyer un chèque :

CEDRA
BP 80017
52101 Saint-Dizier Cedex

UN GRAND MERCI A TOU-TES !
________________________________________

/! Rappels et informations importantes :

*Vous pouvez retrouver le programme détaillé et toutes les informations pratiques (lieux, accès, camping etc.) sur le site : 16juin2018.info

*Vous souhaitez des affiches et des flyers ? Demandez-nous, on peut vous en envoyer !

*Vous organisez un bus ? Surtout, dites-le nous svp et inscrivez-vous sur le formulaire mis en ligne sur le site !

Contacts :
Tél : 06 50 69 72 61 – 06 81 71 54 52
Mail : 16juin2018@riseup.net.  

Alain UGUEN
14/05/2018 - 09:09:34

Bure ou la poubelle nucléaire
https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/bure-ou-la-poubelle-nucleaire  

un anonyme
14/05/2018 - 08:26:26

Communiqué de presse commun du Réseau "Sortir du nucléaire", France Nature Environnement, MIRABEL-Lorraine Nature Environnement et BureStop55 - 14 mars 2018
Le Conseil d'État se penchera le 19 mars sur le coût de la gestion à long terme des déchets radioactifs
Les cadeaux à l'industrie nucléaire aux frais des contribuables doivent prendre fin !


En janvier 2016, Ségolène Royal avait fixé arbitrairement le coût de la gestion à long terme des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue à 25 milliards d’euros, soit un montant inférieur à près d’un tiers à celui évalué par l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra).

Le Réseau “Sortir du nucléaire“, France Nature Environnement, MIRABEL-Lorraine Nature Environnement et BureStop55 ont attaqué cet arrêté adopté par complaisance envers les producteurs de déchets. Alors que le Conseil d’État doit examiner l’affaire le 19 mars 2018, les associations exigent que la vérité soit dévoilée sur les coûts réels du projet Cigéo et de la gestion des déchets radioactifs.
Le mauvais feuilleton des coûts cachés de Cigéo

Alors que Cigéo constitue l’un des plus gros projets industriels d’Europe, pendant des années, aucune évaluation actualisée de ses coûts n’a été rendue publique par l’Andra ni par l’État. Le débat public de 2013 s’est ainsi déroulé alors que n’était versée au dossier qu’une estimation de 16,5 milliards d’euros que tout le monde savait obsolète. Dans le même temps, des travaux de la Cour des comptes laissaient supposer que le coût réel dépassait les 40 milliards d’euros.

En janvier 2016, après avoir dû saisir la Commission d’Accès aux Documents Administratifs, le Réseau “Sortir du nucléaire“ a pu obtenir la publication d’un document de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) commentant l’évaluation du coût de la gestion à long terme des déchets radioactifs par l’Andra. Cette dernière chiffrait ce coût à 34,5 milliards d’euros [1], un montant que l’ASN jugeait bien optimiste [2].

Quelques jours plus tard, les exploitants nucléaires (EDF, Areva et le CEA) publiaient leur propre évaluation, d’un montant de 20 milliards d’euros seulement. Censés provisionner pour la gestion des déchets radioactifs qu’ils produisent et embourbés dans leurs difficultés économiques, ils souhaitaient avant tout éviter de grever leurs budgets déjà fragilisés et de faire plonger encore plus leurs actifs en bourse… quitte à mentir sur les coûts réels de cette gestion !

Mais plutôt que de prendre acte de l’évaluation de l’Andra et des dérives quasi systématiques des coûts de tels grands projets, Ségolène Royal, alors ministre de l’écologie, a effectué un véritable cadeau aux producteurs de déchets radioactifs. Le 15 janvier 2016, elle a ainsi fixé par arrêté le « coût objectif » de la gestion à long terme des déchets radioactifs à 25 milliards d’euros, un montant inférieur à près d’un tiers à celui déterminé par l’Andra !
Coût minimisé et provisions insuffisantes : la France est dans l’illégalité

Le 3 mars 2016, le Réseau “Sortir du nucléaire“, France Nature Environnement, MIRABEL-Lorraine Nature Environnement et BureStop55 ont attaqué devant le Conseil d’État cet arrêté ministériel.

En effet, cette évaluation mensongère entraîne des conséquences lourdes. Le « coût objectif » fixé par le gouvernement sert de base pour fixer le montant des provisions constituées par les producteurs de déchets radioactifs. Faute de moyens, l’Andra ne risque-t-elle pas de développer un Cigéo « low-cost » encore plus dangereux que le projet actuel ? In fine, il y a de fortes raisons de penser que c’est encore une fois le contribuable qui devra payer, de sa personne et/ou de sa poche.

Cette sous-estimation constitue une violation de la règlementation européenne, qui impose aux États membres de se doter d’un cadre garantissant que des ressources financières suffisantes soient disponibles le moment venu pour la gestion de leurs déchets radioactifs. Et cette vision court-termiste est d’autant plus grave que les provisions déjà constituées par EDF sont placées en bourse et que le taux d’actualisation choisi reste extrêmement optimiste [3].

Par ailleurs, les dernières observations de l’ASN sur le dossier d’option de sûreté de Cigéo vont induire de longues et laborieuses recherches qui ne pourront que renchérir les coûts (ne serait-ce que pour la question des déchets bitumineux).
Cigéo : dangereux et impossible à financer

Quelle que soit l’option de gestion finalement retenue pour la gestion des déchets radioactifs, il est inacceptable de se décharger de son financement sur les générations futures en ne garantissant pas la constitution de provisions suffisantes.

Mais cette affaire illustre, dans tous les cas, l’impasse que constitue Cigéo : non content de présenter de graves failles de sûreté, est-il tout simplement financièrement réalisable ? Rappelons que les fragiles provisions constituées [4] ne permettent pas, à l’heure actuelle, de financer beaucoup plus que la « phase pilote » du projet. Une fois cette phase pilote construite, il ne resterait probablement plus assez de financements pour compléter le projet… ni pour se rabattre sur un plan B s’il virait au fiasco, comme d’autres sites d’enfouissement avant lui !

Cette affaire sera examinée par le Conseil d’État le lundi 19 mars 2018, à 14h. Les associations espèrent vivement que ce procès permettra de mettre sur la table la question du véritable coût de ce projet imposé et de la gestion des déchets radioactifs en général.

Alors que, le même jour, débute le débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie, cette affaire devrait rappeler une évidence : pour ne pas accroître encore le fardeau démesuré que l’industrie nucléaire fait peser sur les générations futures, il faut tarir la production de ces déchets ingérables en commençant dès maintenant à fermer des réacteurs.

Les associations tiendront un point presse devant le Conseil d’État à partir de 13h30.

Contacts presse :

Pour le Réseau “Sortir du nucléaire“ :

Marie Frachisse – 07 62 58 01 23

Pour France Nature Environnement :

Arnaud Schwartz – 06 74 59 40 34

Dossier juridique : http://www.sortirdunucleaire.org/Bure-arrete-ministeriel-cout-Cigeo  



Notes :

[1] Soit 32,8 milliards pour les coûts de possession, plus 1,7 milliards d’autres dépenses.

[2] En particulier, l’ASN relevait les points suivants :
- l’Andra ne prenait en compte les coûts de recherche que jusqu’en 2034 ;

- elle ne prenait pas en compte une évolution possible de l’inventaire des déchets destinés à Cigéo (avec notamment une possible prise en compte des combustibles usés) ;

- elle se basait sur une vision très restrictive de la « réversibilité », avec des alvéoles fermées au bout de 10 ans seulement alors que la loi votée en 2016 a finalement fixé cette durée à 100 ans ;

- L’ASN évoque également des coûts de génie civil calculés de manière « particulièrement optimiste » et une intégration d’aléas positifs jugée peu prudente.

[3] La Commission Nationale d’Évaluation, dans son rapport de novembre 2017, alerte notamment sur ce point et recommande « de veiller à ce que les taux d’actualisation choisis préservent au mieux l’équité intergénérationnelle ».

[4] Celles-ci représentent respectivement 7 milliards d’euros pour EDF, 0,765 pour Areva et 1,9 pour le CEA.

Réseau "Sortir du nucléaire"
15/03/2018 - 06:34:47

MAIS POURQUOI cette
URGENCE, cette précipitation à vouloir faire croire à la résolution d'un problème vieux de 50 ans ?

Pour les déchets on nous disait, "on verra plus tard, on trouvera bien quelque-chose", "on a le temps".

50 ans plus tard, on n'a rien trouvé, donc on fabrique des décharges de plus (La Hague déborde). Encore une fausse promesse (comme la sûreté, la sécurité, l'absence de pollutions, ..), les déchets resteront des déchets très dangereux pour des milliers d'années.

Mais pourquoi donc MAINTENANT et d'URGENCE faut-il faire cette décharge pour 100 ans de remplissage et 200 000 ans de service ?

Et bien voilà, dans les toutes prochaines années, le nucléaire lancé dans les années 70, dépassera SON AGE MAX de CONCEPTION.

Il faudra :
- SOIT arrêter TOUTES les centrales pour dangerosité insupportable,
- SOIT les prolonger encore de quelques années.

MAIS DANS TOUS LES CAS,
anticiper sur ces arrêts inexorables,
et donc CHOISIR :
- beaucoup de renouvelables
- beaucoup de nucléaire encore

Le choix du nucléaire étant déjà fait (la question ne se pose pas chez les fous),
il FAUT LE MONTRER COMME SANS PROBLÈME,
que sont en grande partie les déchets, qui seront alors enfouis dans le silence.
et on aura l'EPR à lancer massivement qui fonctionnera peut-être et sera LA SEULE solution française (les autres ne sont pas disponibles : surgénérateur fiable, fusion tokamak, fusion micro bille, fission thorium, ..).

D'abord résoudre les déchets,
puis résoudre l'EPR prototype
pour relancer massivement ..

un beau programme de mort.

Le nucléaire est une arme de destruction durable.

pi-aire derien
09/03/2018 - 13:02:52

Le projet CIGEO n'apporte aucune assurance concernant, entre autre, la façon dont se comporteront les déchets radioactifs mis sous terre. Qui sera capable et osera affronter un incendie...sans parler d'explosion et de rejets divers.Les liquidateurs de Tchernobyl se sont sacrifiés pour nous...ils ont payé le prix fort, la population environnante aussi et n'oublions pas Fushushima.
Arrêtons cette poursuite mortifère dans le nucléaire alors que tant d'autres solutions alternatives existent, respectueuses de l'environnement et qui seront bien plus rentables.La santé d'EDF et d’AREVA est alarmante...et l'ANDRA ment...arrêtons d avoir des œillères et de léguer aux générations futures ce poison. Je suis pour LA VIE.

MICHON C.
26/02/2018 - 16:48:57

Ci le Nucléaire est contesté depuis longtemps par une partie de la population a cause de sa dangerosité, il n a plus aujourd'hui lieu de continuer a être développé car même son prix de production est plus élevé que ses concurrents renouvelables. il faut être complètement stupide pour enfouir ces déchets. Au nom de l Humanité et pour les générations Future, je dis Non,Non et Non a l enfouissement.

Deghelt
25/02/2018 - 18:57:56

on se croirait dans un film d'action de série b de très mauvais gout on se demande combien de couleuvres va encore avalé le ministre de l'écologie(ministère virtuel quant aux décisions prises)le ministre de l'intérieur se prend pour le chevalier blanc chassant les vilains empecheurs de nucléariser et d'enfouir cette saloperie.
On se roirait dans un régime dictatorial et la com et les escadrons casqués et bottés délogeant les méchants en fin franchement sommes nous encore en démocratie?FRANCE j'ai honte pour toi pour ces zélés de la répression pour ce déni démocratique pour cette façon de discuter toi la patrie des droits de l'homme nos anciens qui ont lutté pour la liberté doivent se retourner dans leurs tombes.Quelle mascarade ils ne remarquent meme pas leur stupidité d'agir ainsi et Madame la préfete qui s'enorgueulli d'avoir mis fin à cette occupation ou est la justice!
Vivement une nouvelle démocratie basée sur le respect et l'autogestion et nos générations futures faudra t'il quelles soient empoisonnées par l'irresponsabilité de nucléocrates?

fraternel
25/02/2018 - 13:42:48

Un fait : nous sommes encombrés de déchets nucléaires à vie longue.
Quel espoir ?
S'ils sont enfouis à Bure, j'espère qu'ils ne feront jamais de dégâts dans les 100 000 ans mais personne ne peut en être sûr. Personne, à mon avis, ne propose une solution plus sûre.
Donc, y fallait pas ; y avait qu'à pas appeler ce nucléocrate de De Gaulle en 58.
On aurait pu faire comme les Allemands, ils ont moins de déchets nucléaires que nous ... mais tellement plus de déchets de la filière charbon-lignite. Ils n'attendent pas qu'un séisme pas envisagé secoue Bure quand même ou que l'hydrogène explose sous Bure, les Allemands sont parmi les champions européens du CO2, des NOx, des PM2,5 malgré leurs panneaux solaires. Quand ils auront arrêté ça (100, 200 ans... ils ne se pressent pas vraiment) leurs dégâts seront moins spectaculaires, moins terrifiants qu'une explosion sous Bure, mais, en tout, seront-ils moins graves ?
Je n'ai pas la réponse. Je ne vois d'ailleurs guère de personnes qualifiées se lancer dans cette comparaison.

Michel Lesueur
25/02/2018 - 09:51:37

arrêt du nucléaire

Liliane
24/02/2018 - 23:01:23

Toujours la même chose : la lutte pour la vie contre la politique imbécile .

Le Dû
24/02/2018 - 19:17:44

contre le nucléaire et la flicaille qui l'accompagne nécessairement, tous unis!!

Bruno SEVIN
24/02/2018 - 19:14:06

5 escadrons de gendarmes, 500 militaires, un général d'armée... quel délire ! Le délire des nucléocrates qui dure depuis 50 ans...

Et pendant ce temps les trafiquants de toutes sortes rigolent bien dans leurs zones de non-droit que sont devenues certaines banlieues... et leurs habitants pris en otage !

Bravo les chouettes et les hiboux !

Jaeger Hubert
24/02/2018 - 19:00:04

Des enfouissements réalisés dans d'autres pays montrent qu'il est dangereux d'enfouir:explosion, infiltration imprévus et c'est l'horreur. restons fermes et collectivement montrons notre détermination pour que cette pratique ne soit pas mise en application.

Océane44
24/02/2018 - 17:48:01

Bravo aux résistants !

un anonyme
24/02/2018 - 17:34:17

Quelle poubelle laisserons nous à nos petits-enfants ?

un anonyme
24/02/2018 - 17:24:48

que pouvons-nous attendre d'un chef d'Etat qui fait allégeance aux chasseurs, rétablit les chasses présidentielles et autorise des milices (toujours les chasseurs) dans les bois pour aider la gendarmerie. Où est-on ?

Maryse moussaron
24/02/2018 - 16:27:38

En accord avec les commentaires déjà postés sur le site.
Tous ensemble, tous unis.

Pom pom pom
24/02/2018 - 14:54:57

CIGÉO EST UNE OCCUPATION D'UNE GRANDE PARTIE DE LA BELLE FRANCE PAR LES NUCLÉOCRATES.
LES GENS-LÀ ONT LE DROIT DE NE PAS ACCEPTER CETTE OCCUPATION.
ET TOUS LE FRANÇAIS DOIVENT DIRE: "NOUS NE LAISSONS PAS ENFOUIR LES DÉCHETS HAUTEMENT RADIOACTIFS ET DE LONGUE DURÉE.
NI À BURE, NI AILLEURS !

Irma
24/02/2018 - 13:43:25

Ne laissons pas des déchets ingérables aux générations futures!

Jean-Marie LARGEAU-ABAD
24/02/2018 - 12:46:45

Hulot ! on va t'aider à ne pas avaler cette couleuvre là…

JMB
24/02/2018 - 12:41:46

Cette violence gouvernementale est une indignité.alors qu'il s'agit de protéger nos/vos enfants et leurs descendance.

beatrice assouad
24/02/2018 - 11:56:16

Les gouvernements successifs depuis De Gaulle ne cessent de faire des choix en faveur du nucléaire "au nom" de la population et des citoyens,et de nous mettre devant le fait accompli des conséquences dans le temps de ces décisions irresponsables au regard de la survie de l'humanité. Les choses sont donc claires: seul le peuple pourra, par sa prise de conscience et sa mobilisation, mettre fin à cette politique suicidaire. Vive la résistance de Bure !

fred65
24/02/2018 - 11:44:49

Ce n'est pas la solution d'enterrer nos déchets. Il faut arrêter de produire des déchets. Nous sommes nombreux à se mobiliser contre ce projet.

martin
24/02/2018 - 11:17:35

Résiste !

Annie MILLOT
24/02/2018 - 09:29:34

Arrêtez de produire des déchets nucléaires et de les enfouir sous nos pieds. Les hommes et les femmes de ce pays doivent pouvoir dire non à cet enfouissement sans être brutalisés

Auclair
23/02/2018 - 21:47:22

Les arbres sont sacres, conservez les comme le Bon Dieu les a crees pas de poison.
Merci

Arlette
23/02/2018 - 21:01:26

L'Etat est-il en mesure de défendre la loi. Apparemment, cela n'a pas été le cas et les militants ont eu raison de faire cesser les agissements illégaux de l'ANDRA sur ce terrain.
Quand l'Etat est défaillant, il devrait être content de voir des bénévoles remplir les mission de respect de l'ordre public!

Michel LOPEZ
23/02/2018 - 20:50:56

Les porteurs de projets se moquent des citoyens. Il n'y a aucune démocratie, les décideurs veulent passer en force sans tenir compte de la dangerosité des déchets nucléaires et la grave menace que représente l'enfouissement. Le simple bon sens serait de cesser tout ce nucléaire que ce soit les centrales ou l'armement. Est-ce qu'il faudra un accident comme à Fukushima ou à Tchernobyl pour qu'ils comprennent que nous sommes démunis face à une catastrophe nucléaire...et que cela impacte tout le monde...pour des milliers d'années...

Yves et Danièla Grellier
23/02/2018 - 20:06:17

Le NUCLEAIRE a été IMPOSE aux populations sans concertation : ne pas s'étonner quelques décennies plus tard d'un fort mouvement de refus...

Bernard Pothier
23/02/2018 - 19:35:40

j'aime les hiboux, ils sont très courageux. Bravo à eux. Et merde à Vauban !

Agnès MOLLON
23/02/2018 - 18:11:14

Coucou hiboux - Le bois Lejus réoccupé !
Si brutale qu’elle ait été, l’opération policière menée hier au bois Lejus et à Bure semble n’avoir été qu’une vaste opération de communication. En dépit des moyens mis en place pour l’expulsion des opposant.e.s, des hiboux ont réussi à y pénétrer, accompagné.e.s de journalistes.

La suite ici : http://sortirdunucleaire.org/Coucou-hiboux-Le-bois-Lejus-reoccupe  

APPEL À SOUTIEN DES HIBOUX RETOURNÉS DANS LES ARBRES !!!!
N’en déplaisent à la préfète de la Meuse et au secrétaire d’État Sébastien Lecornu qui se pavanait hier dans le bois lejuc avec les caméras de BFM TV, disant que l’expulsion était terminée et que la forêt pouvait de nouveau accueillir les pires rebuts de la filière nucléaire, des hibous et chouettes de Bure ont profité de la nuit pour refaire leur nid dans la forêt en haut des arbres.
https://vmc.camp/2018/02/23/nous-sommes-la-nous-serons-la/  


à suivre ici aussi : https://reporterre.net/EXCLUSIF-A-Bure-dans-un-arbre-du-bois-Lejuc-que-les-militants-re-occupent  

Alain Uguen
23/02/2018 - 17:42:15

La violence est un acte de faiblesse. Est-ce que tous les défenseurs de la planète qui se préoccupent de l'avenir désastreux, promis par vos actes inexcusables dans un avenir lointain, vont être mis au rang des terroristes ? Qui est dangereux actuellement, les pacifistes ou l'état ?

Rodolphe Robles
23/02/2018 - 17:19:50

Colomb , c'est pas avec des goélettes qu'il traverse la france , c'est avec des chars.Quel parcours pour cet ancien socialiste.Il fait partie des PAE personnes A Eviter .

Peut etre une ZAD, place bellecour à Lyon serait la bienvenue!!!!

bernard
22/02/2018 - 21:43:49

Ce qui se passe est une honte pour la démocratie si tant est qu'elle existe encore.

un anonyme
22/02/2018 - 18:27:42

encore une fois nous sommes pris pour des imbéciles par les porteurs de projets mortifères pour l'avenir . C'est nous les citoyens qui devons choisir notre avenir et le cadre de vie que l'on veut preserver .Une socièté capitaliste nous baillonne et nous réduit par la force. A bure comme à notre dame notre détermination et notre union les feront plier.

un anonyme
22/02/2018 - 15:12:03

Du dialogue pas des coups. Élu par des humains et se comporter comme un animal en imposant son point de vu par la force. Il y a des solutions, et si on parlait vrai à propos de la fermeture des centrales nucléaires, comme de leur développement dans le monde par notre faute... La valeur première est-elle donc toujours l'Argent ? Le vivant n'est-il pas une valeur VRAIE ?

FRANCHETEAU Michel
22/02/2018 - 13:40:08

Merci à tous ceux qui le peuvent de se retrouver ce soir à 18 h devant la préfecture de Quimper pour protester contre l'opération policière qui se déroule à Bure pour expulser les résistants veillant sur le Bois Lejuc que l'A gence nationale des déchets radioactifs (ANDRA) voulait raser illégalement.

Lire
https://reporterre.net/Operation-policiere-en-cours-au-Bois-Lejuc-a-Bure-Les-premiers-temoignages  

http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article349  

Chantal

Chantal
22/02/2018 - 10:36:57

Communiqué de presse - 22 février 2018

Expulsion en cours dans le Bois Lejus
La "concertation" selon le gouvernement !

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fermement l’opération d’expulsion en cours dans le Bois Lejus, près de Bure, où des militant.e.s occupent la forêt pour empêcher sa destruction par l’Andra..

Cette expulsion, menée par une centaine de gendarmes, survient le jour même de la visite de Sébastien Lecornu en Meuse et Haute-Marne : voilà donc la conception du « dialogue » et de la « concertation » du gouvernement, qui impose un projet par la force, faisant fi d’une contestation large et justifiée ! Comment Nicolas Hulot, qui prétendait « qu’on ne pouvait pas imposer un projet comme ça par la force », compte-il justifier cette opération ? Cette opération de police est profondément révoltante, alors même que les failles techniques de CIGÉO sont de notoriété publique : risque d’incendie souterrain, impossibilité d’intervenir et récupérer les déchets en cas d’accident, rejets en surface considérables… Plutôt que d’écouter une contestation légitime, le gouvernement a choisi de donner des gages à quelques élus aveuglés par les subventions promises pour faire accepter le projet. Il a souhaité conforter une agence d’État qui met en danger les citoyens et a procédé à des travaux illégaux dans le Bois Lejus, dont la propriété est toujours contestée. Cette démonstration de force ne fera pas taire la contestation. Aux côtés des militant..e.s et associations locales, le Réseau “Sortir du nucléaire“ appelle à la constitution de comités de soutien partout en France et relaie l’appel à des rassemblements devant les préfectures ce soir à 18h. Les militant.e.s qui le peuvent sont invité.e.s à converger vers Bure.
Contact presse : Charlotte Mijeon
Retrouvez ce communiqué sur notre site : http://www.sortirdunucleaire.org/Expulsion-en-cours-dans-le-Bois-Lejus  

Le Réseau “Sortir du nucléaire“
22/02/2018 - 10:10:26

indispensable mobilisation massive contre ce projet dangereux pour des centaines d'années!
On ne met pas la poussière sous le tapis dans une maison bien tenue.
De nombreux mouvements existent déjà en ce sens, ils sont à fédérer.

Duchemin Anne-marie
09/02/2018 - 11:52:51

CIGEO n'est pas décidé démocratiquement .
Par contre: CIGéO est une colonisation des
nucléocrates en France même.
Le temp des colonisations est passé depuis
longtemps.
Il faut maintenant la libération de toute Champagne-Ardennes des poubelles nucléaires et finir avec CIGÉO.

Irma Nijenhuis-Spruit
09/02/2018 - 09:38:06

Les salariés de l'ANDRA ne croient pas en la faisabilité de CIGéo :
http://www.villesurterre.eu/images/stories/CIGeo-Papers-V11-38-points.pdf  

Les membres de la CNE (Commission Nationale d'Evaluation font tout pour que CIGéo se fasse

girafe
08/02/2018 - 12:30:12

Si l'homme possédait plus d'intelligence que d'ambition, cette énergie n'aurait jamais dû être employée.
Tous ceux qui proposent d'enfouir ces déchets sont des malades, ils devraient être internés à Tchernobyl!

un anonyme
08/02/2018 - 11:54:52

CIGéo Papers

CIGéo Papers, pourquoi cette expression ?

A vous de juger les "fuites" qui suivent.

Nous venons d'apprendre d'une source sûre, que des salariés de l'ANDRA remettent en cause la faisabilité de CIGéo.

Ils déclarent que les modèles mathématiques qu'on leur demande de produire ne peuvent pas démontrer que CIGéo n'aura pas d'impact sur l'homme et l'environnement sur une durée de 100 000 ans, voir 1 million d’années.

Ils avouent que la démonstration de sûreté n'est pas une démonstration mathématique mais un agencement cohérent de savoirs, un « faisceau d'arguments » donnant une représentation rassurante de l'évolution du stockage.

Le document que nous nous sommes procuré est authentique. On pourrait même le qualifier de certifié.

Le présent communiqué liste point par point les écrits et les dires de plusieurs équipes de salariés de l'ANDRA qui travaillent sur le projet CIgéo.

Il comprend 2 parties :

# - Les points clés

# - La liste détaillée des 38 points, à découvrir sur ce lien.
http://www.villesurterre.eu/images/stories/CIGeo-Papers-V11-38-points.pdf  


# - Les points clés

Les salariés de plusieurs équipes de l'Andra ont dit et écrit :

En ce qui concerne l'INVENTAIRE,

a1 - « Il y a tout de même des trucs merdiques là-dedans ! » avoue un participant lors d'une réunion.

a2 - On demande à ces salariés de tout faire pour que la première tranche de Cigéo soit aussi peu problématique que possible.

a3 - "Les colis, ce ne sont pas des cadeaux !", crient les salariés qui n'ont aucune confiance dans les déclarations des producteurs de déchets. Ils font face aux mêmes problèmes que ceux des centres de stockage champenois de SOULAINES et de MORVILLIERS.

a4 - Pour plus de la moitié des déchets destinés au stockage, les salariés estiment que les connaissances du contenu des colis dont ils disposent sont mauvaises ou nulles. Ils sont même obligés de construire un inventaire par "analogie". Ils sont amenés à constituer des inventaires "enveloppes" (c'est à dire des inventaires dont l'impact radiologique est potentiellement le plus important) pour s'en sortir. - "Sinon, c'est faire un stockage pour stocker n'importe quoi." Ils savent que l'application arbitraire de "facteurs de marge de 2 ou de 10" risque de "faire peur". - Les salariés parlent de méfiance, d'hésitation et de tâtonnement.

a5 - Ils savent qu'un stockage "lowcost" ne permet pas d'y mettre tous les types de déchets.

En ce qui concerne les CALCULS et les INCERTITUDES

b1 - Un processus de revue, appelé Revue Finale des Modèles et des Données (RFMD) a été mis en place pour préparer la rédaction du dossier de demande de construction de Cigéo. On lit que quelques unes de ces réunions ont été interdites à une catégorie de salariés de l'ANDRA.

b2 - Les ingénieurs écrivent qu'il est formellement impossible d'assurer que les caractéristiques des ouvrages correspondront exactement aux exigences fixées pour leur conception. CIGéo n'est donc pas techniquement réalisable.

b3 - Un salarié déclare : " Il y a un travail de "toilettage" et de "wording" (ré-écriture) des documents à faire pour mieux expliciter certaines incertitudes. Il faudra les "highlighter" (surligner). Ils pourraient en effet être « mal interprétés » par un contre-expert comme Bertrand Thuillier, et pourraient avoir un effet dévastateur."

b4 - Pour minimiser les incertitudes, les salariés de l'ANDRA ont inventé la catégorie des incertitudes dites sans importance, comme :

- la longueur des alvéoles, leur inclinaison, leur position.

- l'émission et l'écoulement des gaz, la très faible perméabilité de l'argilite qui rend son étude expérimentale délicate - sa non homogénéité - les EDZ (Excavated Dammaged Zone - les zones endommagées par le creusement) - les scellements - la pression à l'intérieur des alvéoles HA.

b5 - Pour les salariés, il est impossible de garantir quoi que ce soit.

b6 - "On a été un peu light dans les docs, volontairement. Si l'IRSN est tatillon là-dessus, sur leur instruction, on est limite !" a déclaré un membre de la Direction de la maîtrise des risques.

b7 - La discrétion et l'omission sont envisagées comme solution pour gérer l'incertitude.

b8 - A propos de la dissolution des verres des colis HA : « Dans les passages d'un état à un autre où on doit donner un temps, c'est là que les emmerdes commencent. Est-ce qu'on a donné des temps à l'ASN ? » remarque un participant.

b9 - "On va trouver « tout Mendeleïev » dans les bétons !" déclare un chef de service de la direction de la R&D.

En ce qui concerne les SCENARII d'évolution du stockage

c1 - "Construire un scénario, c'est raconter une histoire !"

c2 - "Dans le « worst case » (pire cas) étudié en 2005, l'impact radiologique calculé était proche de la limite réglementaire. Je crains qu'avec les hypothèses fixées lors de la RFMD, les impacts calculés dépassent la dose maximale autorisée", déclare le directeur adjoint de la R&D. "Oh non ! Ça se négocie ce worst case !" répond la directrice adjointe de maîtrise des risques.

c3 - Quid de l'hypothèse d'une glaciation ? Une glaciation qui, gelant le sol, bloquerait la migration des radionucléides, puis les relâcherait rapidement lorsque la température augmenterait, et entraînerait une contamination supérieure à la limite autorisée, de la population revenant vivre dans cette zone après la période glaciaire.

c4 - « Si c'est limite dans les arguments, on fait qu'il saute ! », déclare alors un membre de la revue, suggérant d'abandonner ce scénario hypothétique, s'il s'avère trop critique.

A propos de la DEMONSTRATION DE SURETE

d1 - L'étude de la revue RFMD montre que la démonstration de sûreté est avant tout un exercice dont la conclusion est connue, et détermine en partie le choix des hypothèses retenues.

d2 - Prévoir précisément l'état du stockage dans plusieurs milliers d'années est scientifiquement impossible.

d3 - Aujourd'hui le calcul d'impact n'est plus qu'un élément parmi un "faisceau d'arguments."

d4 - Les salariés reconnaissent qu'il n'y aura jamais de démonstration de la sûreté d'un projet de stockage et, à partir des années 2000, l'impossibilité scientifique d'apporter une preuve de la sûreté d'un stockage.

d5 - Sur une période d'un million d'années, il est impossible d'assurer l'exhaustivité des éléments qui peuvent influer sur la migration des radionucléides.

d6 - La démonstration de sûreté de Cigéo ne s'apprécie pas en fonction de sa justesse, mais en fonction de sa capacité à convaincre ses évaluateurs.

d7 - Les échanges entre les salariés de l'Agence et leurs évaluateurs, avant la publication des dossiers, ont permis, permettent et permettront d'anticiper leurs attentes.

Voilà, ce sont les points principaux.

Une première question vient alors immédiatement à l'esprit : est-ce une erreur d'encadrement de ces salariés, une erreur du service communication de l'ANDRA, ou bien est-ce une fuite organisée par des salariés "responsables", qui en auraient marre de mentir et qui alertent ?

Une seconde question suit : le départ de responsables comme Marie-Claude DUPUIS, Directrice générale, et comme Fabrice BOISSIER, Directeur de la maîtrise des risques, en septembre et novembre 2014, ne serait-il pas un refus, tout à leur honneur, de cautionner un crime contre l'humanité ?



Nous présentons sur ces 20 pages

la liste détaillées des 38 points principaux.



A venir le Dossier sur le rôle ambigu de la CNE (Commission nationale d’évaluation) dans la création de CIGéo.

Merci aux journalistes qui feront leur travail.

Merci à chacun des autres destinataires de faire circuler cette information dans leurs réseaux.

Par ailleurs, vous trouverez une quantité d'informations complémentaires sur le site villesurterre.com, notamment :

- Nicolas HULOT : CIgéo, je dis NON !

- la vidéo argumentaire contre CIGéo de 28 minutes, issue de la rencontre avec la Directrice de cabinet de Nicolas HULOT.

- le cahier d'acteur n°97 du débat public CIGéo de 2013 (qui a été censuré par la CNDP)

- les NewsLetters

- le Dossier CIGéo Papers, à suivre…

Michel GUERITTE

Un citoyen qui ne fait que son devoir.

Michel GUERITTE
08/02/2018 - 11:01:44

Déchets nucléaires : Stop répression , Stop à Cigéo / BURE ! laissons la nature propre !

JEANNINE
05/01/2018 - 09:19:36

En septembre dernier le juge d'instruction de Bar-le-Duc a supervisé une série de perquisitions opérées le 20 septembre 2017 dans le cadre d'une commission rogatoire suite aux dégradations commises à l'Hôtel-restaurant du site de l'Andra à Bure durant la semaine d'action de juin 2017.

Dans ce cadre, des enquêteurs de la Section de Recherche criminelle de la gendarmerie de Nancy mènent une enquête poussée qui s'étend plus largement aux événements antérieurs de l'été 2016, des 23 et 30 janvier 2017, du 18 février 2017, de mai 2017, de juin 2017, du 14 juillet 2017 et du 15 août 2017 et sans doute davantage. Depuis janvier 2017, les convocations en audition libre se succèdent aléatoirement auprès de personnes dont les plaques d'immatriculation ont été relevées à l'occasion de ces événements, de personnes contrôlées ou conduites aux postes lors de contrôles routiers à différents moments de l'année, de personnes identifiées sur des photos, par leurs affaires perdues ou par des agents lors de journées de mobilisation, ou encore de responsables associatifs en lutte contre le projet CIgéo.

Nous avons de bonnes raisons de penser que ces convocations vont aller en s'intensifiant au cours de l'année 2018 et qu'elles visent, à travers des enquêtes préliminaires liées aux plaintes en série déposées par des responsables de l'Andra ou des poursuites engagées à l'initiative du procureur de la république, à nourrir une procédure bien plus lourde destinée à étouffer la lutte avec sa judiciarisation et une intimidation policière (déjà très perceptible sur le terrain avec une présence constante et des coups de pression de la part des gendarmes mobiles).
L'association de malfaiteurs est un cadre judiciaire maintes fois décrié, flou, fondé sur du délit d'intention et nourri par des présupposés sécuritaires du ministère de l'Intérieur. Sous couvert de convocation en audition libre ou en qualité de témoin, il s'agit progressivement de nourrir un dossier inconsistant au départ à à charge à l'arrivée. La méthode éprouvée en d'autres endroits est perverse et épuise les énergies, suscite les peurs, dissocie les militant-e-s avant de faire tomber un couperet judiciaire de milliers de pages quelques années plus tard, en resserrant le champ sur quelques obstiné-e-s considéré-e-s comme responsables en fin de course.

Face à cette répression de basse intensité, il est essentiel d'être solidaire-s contre la volonté de scinder le mouvement par les menaces, l'intimidation, de montrer notre cohésion au-delà de notre diversité d'opinions et de pratiques. C'est en communicant sur les convocations, en nous tenant informé-e-s les un-e-s les autres, en définissant collectivement nos lignes de défense et de résistance, en conservant notre farouche et joyeuse détermination à résister et en refusant de nourrir les fantasmes sécuritaires avec des déclarations en audition, que nous disperseront le fantasme d'une association de malfaiteurs, là où il y a surtout de notre part l'expression d'un furieux sentiment d'injustice et de révolte. Face une corruption organisée, institutionnalisée autour d'un projet radioactif qui progresse proportionnellement à l'omerta, la résignation et les mensonges scientifiques qu'il génère, nous ne nous laisserons pas atomiser, nous sommes nombreuses à vouloir vivre, créer et lutter ici, avec une vision politique et sociale qui va au-delà de la seule lutte antinucléaire !

Des chouettes hiboux de la legal team de Bure


AGENDA
Un atelier d'autodéfense juridique face aux auditions aura lieu à Bure le 21 janvier dans l'après-midi à la Maison de Résistance, au lendemain de l'Assemblée de lutte du 2O janvier.

EN CAS D'ARRESTATION OU CONVOCATION
Contactez arr@riseup.net.  

Si vous avez été contrôlé-e-s et/ou conduit-e-s au commissariat pour un délit quelconque autour de Bure

Si vous êtes convoqué-e-s, afin que nous en discutions ensemble plutôt que vous restiez isolé-e-s face à cela

Si vous avez été convoqué-e-s et auditionné-e-s par la police, pour que nous puissions déterminer ensemble des implications

Si vous êtes convoqué-e-s devant un tribunal, pour une assistance juridique"

Des chouettes hiboux de la legal team de Bure
05/01/2018 - 07:40:50

L' enfouissement est la pire des solutions pour traiter les déchets de l'atome : il faut arrêter d'en produire.

Guillou J
25/11/2017 - 19:07:31

Solidarité avec ceux qui essayent de nous protéger

isabelle obscur
25/11/2017 - 09:31:35

Cigéo : ça bouge aussi en surface
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2017/11/24/cigeo-ca-bouge-aussi-en-surface  

Alain UGUEN
24/11/2017 - 11:42:02

Cigéo: une commission recommande une expertise internationale sur certains déchets
https://www.romandie.com/news/Cigeo-une-commission-recommande-une-expertise-internationale-sur-certains-dechets/866135.rom  

Alain UGUEN
24/11/2017 - 11:41:08

à l'appel de la Confédération Paysanne 54 et du comité de soutien à Bure du Pays-Haut Lorrain (Longwy)

Militant syndical paysan pas voyou soyons solidaires !
Un tracteur et une bétaillère pour Jean-Pierre !
Deux mois de prison avec sursis, c'est la peine infligée à Jean-Pierre Simon, agriculteur de 57 ans, par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc mardi 24 octobre 2017. La justice reprochait à ce paysan d’à côté de Bure d'avoir prêté du matériel agricole à des militants antinucléaires, opposés au projet de centre d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure dans la Meuse.


L'action de cet agriculteur peut être considérée comme une désobéissance civile parce qu'il l'a menée publiquement, et qu'il assume entièrement ses actes. C'est une action qui a pour but de défendre l'intérêt général, le bien commun.

Son matériel a été saisi il y a 15 mois (un tracteur et une bétaillère). S'il veut les récupérer dès maintenant pour pouvoir travailler, il ne peut pas faire appel contre cette décision injuste !



A la sortie du tribunal, la confédération paysanne du 54 a proposé de lancer une collecte solidaire pour lui donner les 7000 EUR qui lui permettront de se racheter une bétaillère et un tracteur de la valeur de ceux saisis et de pouvoir faire appel sans être bloqué sur sa ferme.

La collecte devant le tribunal a déjà permis de collecter 15 dons et 25 engagements de dons. Pour ces derniers, vous pouvez les régler par chèque ou CB. Si vous le faites par CB, merci de signaler votre nom et votre montant à Michel Goujot par tel ou e-mail.

Merci d'envoyer vos dons :

Soit par Chèque à l'ordre de la confédération paysanne 54 adressé à

Michel GOUJOT 51, en Chvérue - FR 54200 - Lucey Tél. 0383638333 michel.goujot@sfr.fr.  

Soit par carte bancaire ou paylib sur https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-jean-pierre-simon  
(contact: comité de soutien à Bure du Pays-Haut collectifsoutienburepayshaut@gmail.com.   ou Boris 0624467761)

Alain UGUEN
31/10/2017 - 08:13:33

ARRËTS DES ENFOUISSEMENTS DES DéCHETS RADIOACTIFS

jacquelin
21/10/2017 - 16:54:31

arrêtons les usines atomiques ; remplissons-les de leurs déchets, en attendant mieux ; neutralisons les bombes atomiques et surtout :
PAS DE POUSSIÈRE (ATOMIQUE) SOUS LE TAPIS DE BURE

éric
07/10/2017 - 16:48:22

Un peu de courage, Monsieur Hulot...

un anonyme
30/09/2017 - 10:47:26

Non à la dictature et à la répression. Ceux qui défendent l'avenir de nos enfants et de la planète méritent notre respect.

Une personne consciente
26/09/2017 - 07:23:57

Stop à la violence faite aux générations futures : La France continue de produire des déchets mortels qu'elle ne sait pas traiter : ses gouvernants seront il traduits un jour devant la justice internationale pour complicité de CRIME contre l'Humanité ?
Creusons cette piste d'action, brandissons cette menace dans toutes les permanences de députés, de sénateurs, etc.

jean yves Busson
25/09/2017 - 10:13:27

Il est urgent que les chercheurs trouvent une solution pour les déchets nucléaires, avant que tout cela nous "saute" à la figure, engendrant des conséquences que nous ignorons, mais qui ne seront pas agréables, alors, au travail les chercheurs ! Ca devient urgent !

Berthe
24/09/2017 - 13:27:04

Proposons un SURNOM pour Monsieur MACRON : DROIT DANS LE MUR

une indignée
23/09/2017 - 10:41:30

État policier, il faut que cela cesse !

Gerard GRANDJEAN
22/09/2017 - 17:17:52

Au début des années 80, j'avais accompagné une visite scolaire à Saint Laurent des Eaux. Remarquable, propre et tout... Concernant les déchets, les responsables avaient rassuré les inquiets : "lorsque ces réacteurs arriveront en fin de vie, l'ensemble des déchets pourra être contenu dans une piscine olympique", et s'étaient carrément moqués de ceux qui osaient émettre quelques doutes.
Quelques années après, d'autres responsables ricanaient : "mais d'ici là on aura forcément trouvé une solution !"
Bon, maintenant Messieurs les Responsables, elle est où cette piscine si facile à surveiller ? Elle consiste en quoi, la solution miracle ?

Anne-Marie LOUIS
22/09/2017 - 13:42:48

Le gouvernement fait payer ses erreurs de choix énergétiques à ceux qui dénoncent les dangers d'un enfouissement définitif . Cet enfouissement doit être réversible .

FURTADO
21/09/2017 - 19:18:26

NON à la répression envers ceux qui défendent et protègent le sol et le sous-sol de tout danger de contamination par ces déchets. Ils défendent l'avenir contre ceux qui s'en lavent les mains aujourd'hui.

Houvenaeghel
21/09/2017 - 17:42:36

Un référendum sur le sujet des déchets nucléaires avec toute l'information nécessaire au débat public donnerait raison aux militants anti nucléaire. Au lieu de ça: répression...

MABIRE Brice
21/09/2017 - 14:26:13

Incroyable de voir les media prétexter les conséquences de "violences de la manif du 15 août", alors que tout le week-end, l'Etat n'a cessé de provoquer les opposants, et avait déjà préparé ses milliers de mutions (grenades) et aussi le canon à eau. Il y avait la volonté manifeste, comme à Creys-Maleville en 1977, de casser physiquement le mouvement antinucléaire.
Honte à ce système pourri. Mais ne cédons rien, on sait que toutes ces violences et perquisitions ne gommeront pas la résistance citoyenne.

(par contre c'est ballot d'avoir des pieds de cannabis et de la drogue classée illégale à la maison de Bure, car ça donne un prétexte supplémentaire à la^police)

Roland ESSAYAN
21/09/2017 - 10:17:18

Les déchets nucléaires sont une chose très importante et l'on en parle, c'est bien !
Mais les normes de température de restitution des eaux de refroidissement dans les cours d'eaux sont tout aussi importantes.
Ainsi en 1963 il était préconisé de rejeter des eaux avec 3,5°C de température en plus que la température de captage. Puis ce seuil est monté vers 5°C. De très nombreux dysfonctionnements ont lieux et le seuil actuel serait de 6,5°C avec de nombreux écarts lors de dysfonctionnements qui perdurent.
Si l'on tient compte des autres industries qui utilisent l'eau pour refroidir et qui n'ont que très peu de normes et de surveillance, cela fait des milliards de m3 qui ont été restitués et ont contribué au réchauffement des océans.
Voilà le problème à traiter !

Michel D.
21/09/2017 - 07:06:35

Mais que faites vous????
L'argent et le pouvoir vous aveugle!
Vous jouez avec nos vies, avec celles des générations futures?
Personne d'entre vous n'a donc d'enfants, de petits enfants? Vous ne croyez pas qu'un jour ils vous en veuillent d'avoir pourries leur vie et leur planète?
Ils vous demanderont "POURQUOI?"
Et là? Que leur répondrez-vous?
" Que veux-tu j'aimais le luxe, le pouvoir, être courtisé de toutes parts, alors tu penses bien que même si j'ai précipité ses petits humains à leur perte, peu m'importe, MOI j'ai eu une vie palpitante!

Vous êtes en train de tout détruire, on a même l'impression que vous y prenez du plaisir,
"It's a game for you"
Vous avez le pouvoir, et vous en faites n'importe quoi, alors que vous pourriez participer à rendre le monde plus beau, si vous aviez des actes positifs, si vous aviez la volonté de participer au projet d'améliorer le monde en pensant à demain et à la protection de l'Humain, de la Biodiversité.
Vous n'avez pas encore compris, par exemple, que sans les abeilles l'humain n'aura plus de quoi se nourrir.
Voilà, beaucoup de simples citoyens comme moi ne comprennent pas, mis à part l'argent, pourquoi vous nous précipitez vers le néant.
Le président actuel n'avait-t'il pas comme slogan "TOUS ENSEMBLE"? Allez! Tous ensemble(sauf moi) on saute à pied joint dedans!

Ras le bol
20/09/2017 - 23:12:07

Comment se revendiquer de vivre dans notre beau pays, dans un état de droit ? Quelle honte que ces harcèlements contre des gens qui sont citoyens à part entière et s'intéressent à l'avenir de leur pays ! Comment ne pas se rendre à l'évidence d'un choix délibéré de privilégier une filière désuète et de plus en plus défaillante au détriment de la santé publique ? Que vivent nos courageux défenseurs du droit à la liberté d'expression

Mariotte
20/09/2017 - 22:25:33

Etat nucléaire
Etat policier et militaire
Nous l'avions dit, ils le font
Cigeo à la poubelle
Collomb,Macron et Hulot itou

grégory Kotoy
20/09/2017 - 22:00:22

Pourquoi réprimer les opposants à un projet qui met en danger la population pour des milliers d'année ? il ya déjà eu 2 graves accidents concernant des déchets radioactifs, l'un aux Etats Unis et l'autre en Allemagne et il semblerait qu'ils ne soient pas maitrisés; alors qui est coupable et responsable ?

edimir
20/09/2017 - 21:30:21

Non à l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure ! Non aux violences de l'Etat contre le bon sens, et les vies des pacifistes qui s'engagent en tout pour sauvegarder ce territoire, et protéger les générations à venir, mais aussi l'humanité d'aujourd'hui des catastrophes irrémédiables engendrées par des sociétés uniquement motivées par le profit financier à court terme ! Réveillez l'ombre de l'honnêteté qui est en vous, car vous êtes aussi de ces humains là.

Isabemme
20/09/2017 - 21:04:29

Stop à la répression des opposants à Cigéo qui se trouvent à Bure. Ils me représentent comme ils représentent tous ceux qui sont contre ce projet sans pouvoir être sur place. Merci à eux. Il est indigne de les traiter ainsi. Une seule solution Tourner le dos le plus vite possible au nucléaire. Faire peser ce danger sur les générations futures est irresponsable.

Claire08
20/09/2017 - 20:42:03

STOP à l'Etat policier !

Latapie nelly
20/09/2017 - 19:40:42

C'est un scandale !

LAMBERT
20/09/2017 - 19:36:11

C'est un scandale inimaginable de perquisitionner dans une maison à Bure, même si elle s'appelle Maison de la Résistance.

Ces salopards vont voir de quel bois on se chauffe, les Macron, Hulot, Philippe et tous les autres membres du Gouvernement aux ordres d'Areva...

Le nucléaire a toujours été une impasse...
Le problème, c'est que moins de 50 % des gens ne la voyaient pas...
Maintenant, le mur de l'impasse est là sous nos yeux à Bure et c'est Bure qui trinque car le mur est là et ils veulent encore repousser les limites de ce mur avec leurs policiers, CRS et la justice avant les bulldozers pour creuser leur fosse d'enfouissement de déchets hyper dangereux pour les 2 000 000 d'années à venir...

Mais nous sommes maintenant majoritaires à comprendre, à savoir et à voir tout leur cinéma qui ne restera toujours qu'un projet et n'aboutira jamais, car plus le temps passe, plus les infos circulent, plus la violence monte et plus les médias vont enfin relayer l'info au niveau mondial :

CNN en premier et tous les autres suivront...

Est-ce déjà l'heure de contacter CNN ? encore un peu tôt aujourd'hui, laissons prendre la mayonnaise...

NO PASARAN....

Francis Meuley
20/09/2017 - 19:06:18

Ne faites pas l'autruche avec les déchets.... il en va de la santé, et du devenir des futurs hommes et femmes de ce territoire.

CARRE
20/09/2017 - 16:58:58

Le nucléaire : une aventure pour pieds nickelés !

DUHARD
20/09/2017 - 16:33:01

Double discours :

On nous parle de limiter la part du nucléaire mais dans la pratique le soutien à la filière nucléaire de la part du gouvernement actuel est plus fort que jamais :
Poursuite du projet de Bures, promotions de l'EPR partout dans le monde, subventionnement massif de EDF et AREVA, pressions sur l'ASN pour que les problèmes de la cuve de l'EPR soient oubliés, et pas de politique sérieuse en faveur des énergies renouvelables.

Le tableau est catastrophique.
On ne sait pas gérer les déchets nucléaires, moins que jamais mais on continue à les produire massivement comme si de rien n'était. Cherchez l'erreur.

Cessez cette fuite en avant irresponsable !

Philippe HELLOT
20/09/2017 - 16:10:08

Un petit mot à toutes les autorités:
Arrêtez d'enterrer les questions vitales, mettez-les sur la table, pour qu'on traite vraiment cela comme il faut, démocratiquement...ça prendra du temps, mais au moins il y a une chance d'en finir avec les choix irraisonnés qui portent sur les autres, les générations futures et tout le monde vivant!

LE GAC Lionel
20/09/2017 - 16:09:15

Il est urgent de changer de stratégie, de politique. Une extrême vigilance s'impose, prière de ne pas faire n'importe quoi!

Odette During
20/09/2017 - 15:39:59

Cette répression est scandaleuse !A-t-on le droit d'être anti-nucléaire en FRANCE ?

prévot
20/09/2017 - 15:39:27

J'entends souvent parler avec grandiloquence de "la dette que l'on va laisser aux générations futures".
Et je n'entends jamais parler "des déchets qu'on ne sait pas traiter et qu'on enfouit pour des milliers d'années" sans penser aux générations futures …
Une dette, ça se supprime d'un trait de plume, mais les déchets radioactifs …?!

Hélène CHARRIER
20/09/2017 - 15:25:18

Ces méthodes sont inadmissibles dans un état qui se dit encore démocratique !!!

Michele Carry
20/09/2017 - 15:24:26

Cigéo enfreint la loi de multiples façons (déboisement du bois Lejus avant d'en avoir le droit, débats APRES la prise de décision …) mais ce sont encore ceux qui veulent faire respecter le droit des citoyens qui se font harceler par la police.
Vivement le retour de la démocratie (et donc la victoire des ZADs) !

Hélène CHARRIER
20/09/2017 - 15:18:32

"La moins mauvaise solution est de conserver les déchets à porter de main, pour pouvoir intervenir en cas de problème". Martial Chateau, administrateur de "Sortir du nucléaire", Regards automne 2017, page 105.

Pascale BRACHET
20/09/2017 - 15:09:17

Bure est un crime pour les generations futures. Arrêtez cette idiotie

Fulci
20/09/2017 - 14:50:24

faut-il faire une nouvelle révolution ..... alimentaire cette fois ?

hamon marie-claude
20/09/2017 - 14:42:28

La dictature politico-financière est en marche !
Va-t-on continuer longtemps à faire le jeu des lobbys et industriels en tout genre, ami de "jupiter" ?
Résistance citoyenne face à l'ennemi du peuple et à la destruction des valeurs humaines !

olivier
20/09/2017 - 14:33:36

Faire le ménage en mettant la poussière sous le tapis équivaut dans ce cas à déposer une bombe à retardement sous les pieds des générations futures.

BERNARD COURONNE
20/09/2017 - 14:02:38

quand l'homme se prend pour Dieu : ça donne le nucléaire....

jarreau
20/09/2017 - 13:05:52

Non à la répression contre les associations et leurs membres qui s'opposent à l'enfouissement des déchets radioactifs.Nous refusons de laisser à nos enfants et petits-enfants une terre polluée définitivement.

Charbonnier
20/09/2017 - 12:57:38

Déchets nucléaires : Stop à la répression, stop à Cigéo/BURE !

balvet jeanne
20/09/2017 - 12:14:56

cigeo, et si la cour des comptes y plongeait son oeil critique ?

chardon_lorrain
20/09/2017 - 11:59:16

MARRE DE TOUT ça : STOP !

HUBERT
20/09/2017 - 11:58:11

non à tout ceci : STOP !

PIERRE
20/09/2017 - 11:57:24

STOP : déchets nucléaires , à la répression , stop à Cigéo/BURE !

JEANNINE
20/09/2017 - 11:56:12

Comment peut-on garantir une surveillance permanente et efficace pendant les 3000 ans necessaire à certains atomes pour perdre leur nocivité ?

Egg
20/09/2017 - 11:53:35

Honte pour ces méthodes inacceptables qui font un usage de la force non admissible dans un état de droit qui ne serait pas au service de lobbies.

beatrice assouad
20/09/2017 - 11:50:35

L’État s’acharne sur les lanceurs d'alerte, porteurs de messages d'appel à la raison.
Il impose avec un aveuglement incroyable ce projet dangereux pour les générations actuelles et futures.

Jafi2
20/09/2017 - 11:50:05

Bien sur,halte à la dictature du pouvoir et des grandes entreprises.J'ai lu quelque part que la police ( et la gendarmerie) était plus au service du gouvernement qu' au service de la population...

boussard
20/09/2017 - 11:22:42

l’arrêt de Cigeo permettra le démarrage d'ICEDA (Installation de Conditionnement et d'Entreposage des Déchets Activés)à Saint Vulbas. Ce site sur la nappe phréatique et à 20 métres du Rhône en amont de Lyon, devrait traités tous les déchets de déconstruction et générés par les réacteurs , avant l'envoi à Bure.

bouguiere
20/09/2017 - 11:22:25

Déchets nucléaires: perquisitions en cours chez les militants anti-Cigéo à Bure
https://www.romandie.com/news/834570.rom  

Le Réseau « Sortir du nucléaire“ dénonce fermement la perquisition en cours à la Maison de Résistance de Bure, la gare de Luméville et au domicile de plusieurs militants

Depuis 6h20 du matin, une quarantaine de gendarmes sont entrés dans la Maison de Résistance, fracturant la porte au pied de biche. Ils ont également brisé des vitres de véhicules et caravanes tout autour. Une quinzaine de gendarmes serait présente à la Gare de Luméville. Le domicile d’un autre militant à Commercy a également été perquisitionné et du matériel informatique saisi.

Alors que la mobilisation contre CIGÉO s’accroît et que ce projet d’enfouissement est maintenant critiqué par des organismes officiels pour les risques qu’il entraîne, la seule réponse des autorités est la répression et la criminalisation des militants !

Cette perquisition fait suite à plusieurs mois de harcèlement policier permanent dans les villages autours de Bure, avec des rondes incessantes de véhicules de gendarmerie et d’hélicoptères ainsi que des contrôles d’identité plusieurs fois par jour visant aussi bien des militants que des agriculteurs. Il y a quelques jours, un jeune du coin de 18 ans a même été arrêté et menotté par une patrouille en civil !

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fermement ces méthodes inacceptables et cette escalade dans la stratégie de la tension. Il est honteux que l’État s’acharne sur les opposants plutôt que d’abandonner ce projet dangereux et imposé, qui met en danger les générations futures et actuelles.

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ appelle à organiser des rassemblements de soutien devant les préfectures.

Des informations sur les opérations policières en cours seront mises à jour sur le site  www.vmc.camp.  

Un point presse se tiendra à Bure dès que possible.

Alain UGUEN
20/09/2017 - 10:47:55


pas plus à Bure qu'ailleurs!

non à l'enfouissement
non à cette énergie
non à ses déchets

mondo
16/09/2017 - 11:51:48

Cessons de vivre comme si le monde et ses ressources étaient infinis. Dépensons moins d'énergie, moins d'électricité, renonçons à la production d'énergie nucléaire et cessons donc de produire des déchets radioactifs pour les léguer aux générations futures.

Sophie Mayou
15/09/2017 - 16:40:11

L'enfouissement est une solution risquée et décidée de façon non démocratique

un anonyme
14/09/2017 - 21:31:42

l’Autorité de sûreté nucléaire émet « des réserves » Le gendarme de l’atome demande des garanties supplémentaires sur la fiabilité du centre d’enfouissement de la Meuse.
Moi je demande simplement l'abandon de ce projet et une réflexion sur le stockage en subsurface.
JFT 70

jean-françois Tamboloni
14/09/2017 - 10:28:33

Encore et encore et encore demander que cesse cette production suicidaire d'énergie nucléaire, et exiger qu'on stoppe le(s) projet d'enfouissement, c'est enfantin de comprendre l'immense danger de l'enfouissement. On se moque de nous !

un anonyme
13/09/2017 - 22:44:04

J'aime bien mon électricité mais les moyens (je veux dire les grands moyens) devraient être mis pour découvrir une meilleure façon d'en produire. En attendant (puisque les moyens n'ont pas encore été mis) je comprends qu'ils soient embêtés avec leurs poubelles!

Christian Perez-Gil
13/09/2017 - 21:35:13

Le nucléaire fait partie de ces fausses bonnes idées dont on n’avait pas jaugé ni les coûts abyssaux ni les désastreuses conséquences sur la nature et l’environnement.
Au lieu de cela la France, par ses dirigeants, a investi en masse et multiplié les centrales en quadrillant notre territoire.
Le tout sur une très courte échelle de temps (5ans), ce qui conduit forcement à leur obsolescence commune sur cette période.
Et, pour bien parachever la bêtise, on ne sait toujours pas les démanteler ni en gérer les déchets.
Peut-être aurait-il été judicieux d’y réfléchir avant une telle implantation ?
N’apprennent-ils pas ça à l’ENA, ce type de détail que n’importe quel maitre d’œuvre doit exiger d’un artisan avant travaux ?
L’enfouissement à Bure est encore une mauvaise idée, une erreur dont d’autres pays en ont déjà mesuré les effets.
Nous parviendrons toujours à payer les factures des biens matériels, dédommager les manques à gagner mais les terres irradiées, les vies brisées, tout cet énorme impact environnemental qui perdurera des 10aine de milliers d’années, qui assumera la note ?
Nous ne pouvons pas vous laisser faire ça, car par VOS décisions c’est NOS gamins qui NOUS jugeront.

Patrick RAMPON
13/09/2017 - 19:08:04

Nicole Cremel,c'est bien dit!Mais alors là il y aurait une pénurie de places!!!

Christiane Huard
13/09/2017 - 19:04:51

Comment espérer que l'Etat renonce à sa violence légale à l'heur où le gouvernement passe un appel d'offre de 20 millions d'euros pour des "grenades de maintien de l'ordre et moyens de propulsions à retard"

https://www.marianne.net/societe/prevoyant-le-gouvernement-commande-des-grenades-lacrymo-pour-4-ans  

http://www.boamp.fr/avis/detail/17-112134  

Nos signatures contre leurs fusils !

Jean Baptiste BAJON
13/09/2017 - 18:34:18

Il y a un fait significatif à l'arrêt du dévelop pement du nucléaire civil,en France et dans le monde:les Chinois n'ont plus programmé de construction de nouveaux réacteurs dans le pays,depuis 2 ans...La Chine préfère-censément-se consacrer au développement des énergies alternatives...
C'est vrai que-dans un pays naturellement aussi complexe-ça mobiliserait des fortunes immenses de construire des réacteurs;et bien plus de gérer le stockage des déchets...de "déconstruire"…les réacteurs 40 ans après...Les Chinois aiment gag ner des fortunes,pas de les dilapider...

stoppeur
13/09/2017 - 17:43:51

Ce ne sont pas seulement les déchets radioactifs qu'il faudrait enfermer, mais tous les acteurs de cette industrie non seulement onéreuse, mais mortifère.

Nicole CREMEL
13/09/2017 - 15:27:44

pourquoi ne pas mettre ces déchets dans la cours de l'Élysée, comme ça "il" comprendra ?

Sylvain BENUSIGLIO
13/09/2017 - 14:36:25

Pourquoi ne pas utiliser les zones de subduction de la planète pour y enfouir nos déchets les plus dangereux ?

Leblanc philippe
13/09/2017 - 13:58:33

Ah! ces déchets nucléaires à longues durées de vie, à haute activité ou à basse, on est bien "embarrassé" avec ces M.....e; si on pouvait encore s'en débarrasser comme à l'époque du début de cette industrie mortifère, en balançant tout ça à la mer (comme dans la fosse de Manche!!! Français et Britanniques réunis!), ce serait facile, mais, heureusement on ne peut plus. Le citoyen contribuable paiera, ben voyons, alors que d'autres se bien gavés dans cette industrie de fin du monde! les centrales ne sont qu'un aspect des choses, le nucléaire militaire existe, se multiplie (Iran, Corée du nord...), de quoi anéantir toute vie sur Terre pour un sacré moment....

cactus
13/09/2017 - 13:34:09

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette pétition en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !