actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

Soutien permanent aux paysans de NDDL

OPÉRATION

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

  #Ourses



Cyberaction N° 1022: Consultation publique sur l’ours

Alors que le dépôt officiel, par le ministère et l'ONCFS de la demande «d'introduction d'animaux sauvages dans le milieu naturel» est imminent, les Pyrénées-Atlantiques ont lancé une consultation via internet sur le projet d'introduction des deux ourses.

[ 2 012 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 27 juin 2018

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Préfet des Pyrénées Atlantiques

Elle prendra fin le : 26 juillet 2018

Plus d'infos

oursCette consultation sur le site*, qui se terminera le 25 juillet, «n'est pas une enquête publique, aucun avis ne sera rendu», a prévenu le préfet. Mais les pro et anti se préparent à la bataille numérique. «Les associations Pays de l'Ours-Adet et Ferus appellent toutes les personnes favorables à la protection de l'ours dans les Pyrénées à y participer», explique l'Adet, qui dénonce «une opposition bruyante et agissante, mais minoritaire.»

Le succès de la précédente consultation publique sur l’ours, en Février-mars 2017, avait permis d’obtenir l’annonce des lâchers, le succès de cette consultation qui commence sera déterminant pour soutenir ces lâchers contestés par une opposition bruyante et agissante, mais minoritaire.

Bilan de la cyberaction : Consultation publique Ours 2017
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1141  


La consultation dure du 25 juin au 25 juillet 2018 et se fait via internet, à cette adresse :
http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr/Politiques-publiques/Cadre-de-vie-eau-environnement-et-risques-majeurs/Consultation-du-public/Demande-d-autorisation-d-introduction-de-deux-ourses-dans-les-Pyrenees-Atlantiques  

Accès direct au formulaire pour donner votre avis :
https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/DEPOSER-I.awp?P1=EP18276  

La réintroduction qui ravive le débat sur l'ours
https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/26/2825211-la-reintroduction-qui-ravive-le-debat-sur-l-ours.html  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à ddtm-drem-consultation@pyrenees-atlantiques.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Pour l'introduction de deux ourses
  • Message : Monsieur le Préfet

    Par la présente, je tiens à vous faire savoir mon approbation pour le renforcement de deux ourses dans le département des Pyrénées-Atlantiques à l’automne 2018, pour assurer la survie de l’espèce sur le territoire.

    Dans cette attente, veuillez agréer, mes salutations citoyennes

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

24 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Deux ours ont été abattus par des chasseurs. Il est donc logique de compenser ces pertes par des réintroductions, lesquelles devraient être réalisées avec les financements des personnes ou des associaiton à l'origine de la disparition de ces deux animaux protégés.

Georges Cingal
09/07/2018 - 15:09:10

En France nombreux sont ceux qui n'acceptent pas que des animaux tels que les ours,les loups etc vivent en tte légalité!De quel droit l'homme se permet -il d'avoir le droit de vie et de mort sur tt être vivant?Je suis horrifiée et suis pour à 100/100 pour que ces ours soient relâchés,par contre je crains pour leur vie!!!

Christiane Huard
04/07/2018 - 14:03:21

pour la protection des espéces

maîki
03/07/2018 - 18:22:36

OUI, je signe des deux mains! Je connais les ours de Roumanie qui, depuis des millénaires, vaquent tranquillement à leurs occupations à proximité des humains habitués à leur présence.
Mais... là-bas aussi, pourtant, il y a des gens qui en ont peur...
La PEUR du danger est LE principal danger pour l'humanité, si habilement exploitée par des autorités soumises à des oppresseurs dominateurs,principalement des MARCHAND-E-S (d'armes, de technologies de surveillance, d'alimentation et boissons industrielles qui nous empoisonnent, de véhicules motorisés qui nous empestent, etc...ainsi que de moyens de communication mensongère qui nous pousse à tout consommer à outrance).
La réalité(observée et démontrée par la science), c'est que toutes les espèces vivantes sont inter-dépendantes: le respect de leur diversité garantit l'équilibre du grand corps dynamique qu'est le phénomène de la vie sur terre.
Si nous voulons préserver notre LIBERTÉ DE CHOIX et établir notre ÉGALITÉ DE DROITS, nous devons vivre et agir en SOLIDARITÉ AVEC TOUT LE VIVANT!

Michelle, Grd-mère belge
03/07/2018 - 13:42:14

Je suis à fond pour les ourses, les loups , les oiseaux , les marmottes , et autres représentants de la faune sauvage, et moins pour les moutons, les chèvres , les vaches et autres animaux d'élevage. On mange trop ! Respectons la nature et laissons de la place à ces ours dans nos belles montagnes des pyrénées, qui n'appartiennent pas qu'aux éleveurs et aux chasseurs !

un anonyme
03/07/2018 - 11:59:57

bien sûr qu'il faut réintroduire les ours et la biodiversité s'emportera que mieux, quant aux opposants ce sont toujours les mêmes que l'on contrôle leur conduite, leur ivresse et leur comportement ça les calmera
L'ours est un plus pour les Pyrénées

Bruno
02/07/2018 - 22:37:49

Eh messieurs ! Avez-vous pensé que depuis 14 ans (quatorze), deux pauvres malheureux ours (mâles) errent tristement sans pouvoir avoir un petit moment de tendresse (si, si, les ours ont de la tendresse, y'a qu'à voir comment ils élèvent leurs enfants) ? Et quand on pense que l'ours est, de notoriété publique (renseignez-vous, la tradition orale n'est pas faite pour les chiens, si je puis dire), l'ours est un grand amateur des plaisirs des sens, pensez que ces deux malheureux vont enfin avoir une consolation avant de se faire descendre par des chasseurs (pro ou amateurs) qui croient que l'ours brun est dangereux alors qu'il ne l'est que quand il défend sa famille.
Allons, un bon geste, imaginez-vous dans la même situation... ;-)
Gros câlin à tou-te-s et bon vent aux deux gentilles demoiselles qui vont découvrir notre pays.

Anne
02/07/2018 - 22:31:37

Contre !!!

un anonyme
02/07/2018 - 19:02:40

Pour.

Roland COMTE
02/07/2018 - 18:39:38

contre

un anonyme
02/07/2018 - 17:16:26




une pièce de Shakespeare date de 1600:
"beaucoup de bruit pour rien"
rien de nouveau sous le soleil.........

un anonyme
02/07/2018 - 16:33:24

une analyse des paysans du coin , directement concernés , est plus importante que mon affect depuis l'isère
Eux seuls peuvent connaitre la situation et sont à meme de faire des propositions qui pourraient satisfaire les éleveurs , les habitants et la possibilité en toute sécurité
pour tous de la réintroduction des 2 ourses ou pas

un anonyme
02/07/2018 - 16:25:12

J'approuve l'arrivée des ours en France pour la diversité dans les régions mais je crains beaucoup pour leur vie ...... La minorité agitée qui n'en veut pas risque de les tuer à la 1re occasion et cette attitude déjà vue ( Canelle) est déplorable et lamentable.

Monik
02/07/2018 - 15:18:36

Per que l'ors siag pas tan un danger per los pastores son intrducion deb esser accompanhada de mesuras de seguritat per los tropeus a cadun d'en prener consciença e d'acceptar ço que deb esser heit

Joan Luc Labòrda
02/07/2018 - 15:12:39

je signe pour ...mais je ne crois vraiment pas que les habitants de ces contrées méritent ce si bel animal..

jean-louis BOLOGNE
02/07/2018 - 13:53:17

laissons les ours tranquilles et occupons nous plutôt des chasseurs qui font beaucoup plus de dégâts!!!

un anonyme
28/06/2018 - 16:56:12

j'habite dans un village des Pyrénées Atlantiques et je suis pour la réintroduction des ours et même plus de deux. pourquoi pas 100 pour contrebalancer la connerie des 100 maires du béarn qui ont voter contre la réintroduction.

Dominique RANNOU
27/06/2018 - 18:50:02

Il s'agit d'ours bruns, pas de grizzlies furieux tels que montrés dans un vieil épisode du Davy Crocket de Disney !
L'Ours brun est une espèce pacifique qui fuit l'homme.
Depuis 20 ans que l'ours a été réintroduit dans les Pyrénées, il n'y a eu aucun incident entre cet animal et un humain.
Il y a plus de risques à croiser un sanglier ou un cerf blessé par un chasseur, ou même une vache Salers qui craint pour son veau, qu'à croiser un ours brun.
Il y a aussi plus de risques à se promener dans les bois lors des saisons de chasse :
- Saison 2016/2017 : 143 accidents de chasse dont 18 mortels. A méditer avant de crier au loup ou à l'ours...

Frawald
27/06/2018 - 18:15:37

Je ne vois pas en quoi l'introduction forcée par intervention romantique et non naturelle d'animaux dangereux expatriés (j'entends par naturel, par exemple ces loups qui viennent tout seuls -soi-disant - des Abruzzes, alors là OK, on protège)devrait me mobiliser selon mon opinion et mon LIBRE-ARBITRE pour des pétitions, des signatures et la participation à des manifs. Il y a peut-être d'autre actions cruciales à entreprendre avant dans le monde actuel. Ceci dit, je respecte ces actions et les militants qui les engagent mais je n'y participerait pas.

Alandreo
27/06/2018 - 17:50:21

Je suis pour les ours sauvages, mais je ne veux pas signer cette pétition car il fallait se battre avant la disparition des ours de souche pyrénéenne.
A présent, réintroduite des ours d'un autre pays n'a plus grand intérêt d'autant que les conditions ne sont pas réunies, il y a toujours autant d'opposants. Ce n'est pas la peine de se faire la guerre par ours interposés.
Pour moi, c'était les ours pyrénéens ou sinon rien. les deniers publics seront plus efficaces sur d'autres actions de biodiversité.

Ariane BERLAND
27/06/2018 - 17:29:02

Il y a au moins 25 ans, j'étais allée dans les Pyrénées défendre les derniers ours "authentiques". Avec l'abattage de Cannelle, l'espèce "ours des Pyrénées" n'existe plus vraiment puisqu'il n'y a plus de femelle pour assurer la descendance. Ceux qui sont introduits par lâchers arrivent du Caucase. Mais il y a toujours eu des ours dans les Pyrénées et les bergers ont toujours su, dans le Bearn, défendre leurs brebis avec des chiens patous. Ce que font rarement les Ariégeois qui sont ceux qui râlent le plus. Quant aux citadins qui rêvent d'une nature sauvage mais la veulent "sur mesure", un ordinateur, une tablette et un bon documentaire devrait répondre à leur bonheur.

Mireille
27/06/2018 - 17:20:54

C'est courageux de prendre la décision de réintroduire deux ourses, c'est courageux et pertinent.En effet, côté Pyrénées Atlantiques, il ne restait plus que deux mâles(consanguins) qui de toute évidence ne pouvait assurer de descendance à eux seuls.
La majorité des ours se concentrant sur les versants des Pyrénées Centrales,une quarantaine désormais, s'est par contre bien développée.
Un tableau des dégâts publié par le Préfet de Région montre que, contrairement aux vociférations des opposants,les dégâts constatés et imputés aux ours DIMINUENT, alors que la population ursine AUGMENTE.
Ce qui semblerait prouver que les ours se sont adaptés et consomment autre chose que des chercheurs de champignons,affolent moins les brebis depuis que les bergers surveillent des troupeaux plus réduits.
On a vu dans les estives jusqu'à 3000 moutons surveillés par un seul berger et il était temps qu'avant de crier "A l'ours" on multiplie la surveillance des troupeaux.
Les ours ont été introduits dans les Pyrénées pour respecter un plan de sauvegarde de l'espèce,plan signé par l'Etat.Par conséquent, maintenant qu'ils sont là,on fait au mieux AVEC.
Plein de solutions sont possibles, pour sauvegarder à la fois la vie pastorale (en arrêtant par exemple l'importation de moutons d'Australie ou de Nouvelle Zélande !), et la sauvegarde de la vie ursine.(plantation de mellifères,etc..
Quant à la solution qui consiste à menacer des réunions d'écologistes avec forces hurlements, comme on l'a vécu à La Bastide de Sérou, revient à nous ramener à une époque primitive.Non, ce n'est plus celui qui a la massue et la grosse voix qui a raison ! C'est celui qui a les ARGUMENTS LES PLUS CONVAINCANTS!

Maryse Bouche
27/06/2018 - 17:20:00

La biodiversité consiste à laisser vivre des animaux comme les ours dans leur élément naturel comme les montagnes des Pyrénées. L' introduction d' ours et donc une bonne nouvelle. Se méfier ensuite de leurs ennemis à 2 pattes, à commencer par les " accidents " de chasse qui ne trompent personne mais massacrent ces animaux et bien d' autres encore.

sdn
27/06/2018 - 15:36:53

ils sont fous !!!pourquoi pas des lions et des tigres ???
y en a pas assez avec le loup ?
il faudra qu'un cueilleur de champignon ou un randonneur se fasse croquer pour arreter ces conneries.

dudu
27/06/2018 - 15:26:51

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !