actualité écologie

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

météo

image vide cyberacteurs
image vide

cyberaction : ICEDA : halte à la contamination nucléaire généralisée

La mise en service de l'ICEDA (Installation de Conditionnement et d'Entreposage de Déchets Activés), sur le site nucléaire du Bugey dans l’Ain, va générer de nombreux transports de matières et déchets radioactifs sur nos routes et voies ferrées, dans nos villes et villages, du Nord au Sud et d’Ouest en Est, à moins que ce soit l’inverse !

[ Participer à la cyberaction ]

19 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


ICEDA : halte à la contamination nucléaire généralisée

Eliane THERET
28/11/2020 - 01:23:13

Mais quand ça va donc s'arrêter ?!
Un opposant au Surrgénérateur de Creys Malleville de ... 1977

Pierre MOREAU
27/11/2020 - 19:46:36

Stoppons ce jeu dangereux !

Michelle Crépin
27/11/2020 - 18:26:07

COMMUNIQUÉ DE LA COORDINATION STOP-BUGEY (le 25/11/2020)

UN COCKTAIL EXPLOSIF D'INDUSTRIES NUCLÉAIRES ET CHIMIQUES
MENACE TOUTE LA RÉGION

Les risques combinés, liés à la « coexistence » d’industries chimiques, dans la Plaine de l’Ain, et de la centrale nucléaire du Bugey, ont-ils été pris en compte par la DREAL et l’ASN ?

L’histoire récente a montré que des catastrophes industrielles majeures pouvaient se produire alors que la probabilité qu’elles surviennent était présentée jusqu’alors comme très faible.
On se souvient des catastrophes provoquées par l’industrie chimique :
Seveso Hoffman-Laroche en Italie (1976), Bhopal Union Carbide en Inde (1984), Toulouse en France AZF (2001), Rouen Lubrizol (2019), port de Beyrouth au Liban (2020).
Et pour l’industrie nucléaire, on se souvient notamment des catastrophes de Three Mile Island aux États Unis (1979), Tchernobyl en Ukraine (1986), Fukushima au Japon (2011).

Ce ne sont que quelques exemples de catastrophes majeures qui ont pour origine des installations industrielles ayant en commun la production de matières extrêmement dangereuses et toxiques, voire mortelles pour les organismes vivants.

Un autre point commun entre ces industries est qu’elles sont soumises à des autorisations et à des contrôles par des organismes publics.
En France, ce sont les Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL), qui autorisent et contrôlent les industries chimiques à risques.
Et c’est l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qui autorise et contrôle l’industrie nucléaire.

Pour le Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (PIPA), la DREAL a la responsabilité des autorisations et contrôles de :
- trois installations relevant de la directive SEVESO seuil haut (entreprises ORGAMOL, SPEICHIM et TREDI), susceptibles en cas d’accident de rejeter des gaz et liquides très dangereux pour tout être vivant,
- trois installations relevant de la directive SEVESO seuil bas (entreprises LEVER, SICO et ORAPI),
- de nombreuses Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE).

Un Plan Particulier d’Intervention en cas d’accident (PPI) a été établi pour le PIPA.
Il a même été revu en 2020 et comporte un scénario d’accident (scénario 5 majorant) qui engendrerait « une intoxication des personnes pouvant conduire à des blessures graves dans un rayon de l’ordre de 5,1 km ».

Le site nucléaire du Bugey, dont le respect des exigences de sûreté est contrôlé par l’ASN, se situe à moins de 5 km du PIPA et de ses installations chimiques à hauts risques.
En cas d’accident, il serait donc impacté dans son ensemble avec ses 4 réacteurs en activité, le Magasin InterRégional de stockage des « combustibles » neufs (MIR), l’Installation de Conditionnement et d'Entreposage de Déchets Activés (ICEDA), le réacteur N°1 en démantèlement.

Or rien ne semble prévu pour les mesures à prendre sur le site nucléaire.

Par exemple, pour ce qui concerne l’ICEDA, qui vient d’être mise en service avec l’autorisation de l’ASN, le risque chimique lié à la proximité du PIPA n’est pas identifié dans les documents d’EDF à destination du public, présentés lors des différentes phases administratives du projet (décret d’autorisation de création, permis de construire, autorisation de mise en service).

Ce n'est qu'en examinant en détail le « dossier de sûreté » (de près de 2 000 pages) transmis par EDF à l’ASN pour la demande d’autorisation de mise en service, qu'on trouve des indications à ce sujet : les activités à risque y sont identifiées, rien de plus.

Pour l’ASN, en tout cas, un accident nucléaire est plausible. Sa probabilité augmente avec les problèmes récurrents des 4 vieux réacteurs et les nouvelles activités à risques de l’ICEDA (incendies et explosions d’hydrogène possibles).
Le rayon d’impact d’un accident nucléaire serait d’ailleurs bien plus large que celui d’un accident chimique.

Mais comment cela se passerait-il sur le site nucléaire du Bugey, en cas d'accident chimique nécessitant une évacuation ? Sachant que le maintien de la sûreté nécessite la présence d’un certain nombre de travailleurs qui se trouveraient alors en grand danger pour leur vie.

De la même manière, si un accident nucléaire grave se produisait sur le site de Bugey, toutes les entreprises à risque voisines seraient vidées de leurs personnels puis abandonnées en l’état, vu la gravité et la permanence de la pollution radioactive au risque de provoquer un autre accident dans leur entreprise.

Un accident grave intervenant en cascade sur les deux sites voisins, du PIPA et de la centrale nucléaire, peut-il être complètement exclu par les autorités ?

Nous ne pouvons ignorer ce qui s’est passé à Rouen en 2019 et les conséquences de l’incendie et de l’explosion du site de Lubrizol.
La catastrophe dans cette usine chimique classée SEVESO seuil haut, contrôlée par la DREAL et qui disposait en outre de toutes les certifications possibles en termes de qualité et d’environnement, a mis en évidence de nombreuses carences. Les pouvoirs publics, qui ignoraient les stocks et leur nature, ont beaucoup tardé à informer la population. Ils n’ont pas organisé de suivi médical pour les habitants de la région très fortement impactés par les pollutions.

Ici, ce pourrait être bien pire du fait de la présence simultanée de deux types de risques majeurs (chimique et nucléaire) couplés à de nombreux déclencheurs potentiels (risques d’inondation, sismique, de chute d’avion, de terrorisme, ou même tout simplement « erreur humaine » ou négligence).

C’est pourquoi nous souhaitons alerter les habitants de la région et les élus locaux sur la très grave menace que constitue la coexistence des industries à haut risque du parc industriel de la Plaine de l’Ain avec le site nucléaire du Bugey.

Coordination Stop Bugey

COORDINATION STOP-BUGEY
26/11/2020 - 16:49:39

Je suis avec vous a fond.
Bonne courage.

roz
23/11/2020 - 22:38:39

La cheffe de cabinet du ministère de la transition écologique a répondu, à la lettre ouverte à propos d'ICEDA, par un courrier du 6 novembre.
Voici sa réponse :
"Vous avez bien voulu appeler l'attention de Mme Barbara POMPILI, ministre de la Transition écologique, sur vos préoccupations concernant l'Installation de conditionnement et d'entreposage de déchets activés (Iceda) sur le site nucléaire du Bugey.
La ministre a pris connaissance de votre correspondance et vous en remercie.
Aussi, elle m'a chargée de transmettre votre courrier au directeur général de l'énergie et du climat pour que votre témoignage puisse alimenter les réflexions sur le sujet."

La ministre ne répond donc pas à la question qui lui a été posée et se décharge de son rôle politique sur l'administration qui, jusqu'à preuve du contraire, n'a pas de position sur le sujet. La ministre, qui est opposée au nucléaire, ne prend pas de décision, à ce stade.

Il faut continuer à faire connaître la cyberaction et à la faire signer pour inciter la ministre à prendre les bonnes décisions.

François VALLET
12/11/2020 - 14:55:39

Alors que le nucléaire, par les catastrophes (Tchernobyl, Fukushima etc) connues, par les mensonges et contre-vérités publiés, par les manquements aux protocoles dans les centrales, par les pollutions des eaux, de l'air, par les déchets quasi éternels a fait la preuve de sa nuisance, il est urgent de laisser la place aux énergies renouvelables désormais plus rentables que l'énergie nucléaire ruineuse et très impactante pour les générations futures.
Daniel Déprez

Daniel DEPREZ
12/11/2020 - 14:36:51

Accumulation des déchets radioactifs en Europe, des Etats sans solutions durables
https://www.goodplanet.info/2020/11/05/accumulation-des-dechets-radioactifs-en-europe-des-etats-sans-solutions-durables/  

Alain UGUEN
09/11/2020 - 07:48:01

Ce site annoncé depuis pas mal de temps a toutes les qualités.
Le site de la centrale est non habilitée pour une autre activité qu'une centrale; un stockage même temporaire de 10 20 100 ou mille ans, c'est à dire rien en regard des déchets nucléaires n'a rien à faire au bord d'un fleuve agité. Le Rhône varie beaucoup .. et parfois .. trop.
Le site est bien choisi car comme on le sait chez EdF, les accidents n'existent pas. C'est pourquoi certains sites se trouvent SOUS le niveau du cour d'eau adjacent. Pas de risque car pas d'accident.
Au Bugey le Rhône est sous le niveau de la centrale, de pas beaucoup. Heureusement, EdF pense à tout !
on a le barrage de Vouglans.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_de_Vouglans#Risque_de_rupture_du_barrage  
Près à lâcher, quand vous voudrez. Enfin façon de parler.
La sécurité n'a pas de prix, la preuve !

L'irresponsabilité est mère des atrocités.
Et l'arbitraire est irresponsabilité...
Encore merci.

jean
08/11/2020 - 20:26:18

Réponse à Léonard M

"L'alternative" à l'ICEDA c'est d'arrêter définitivement tous les réacteurs nucléaires existants et de ne pas en construire de nouveaux.
Les "zones à risque" ce sont toutes les installations nucléaires en fonctionnement. Les mettre à l'arrêt définitif c'est réduire drastiquement les risques en laissant les déchets d'exploitation là où il sont a priori correctement confinés, c'est à dire dans les piscines de refroidissement. Il faut bien sûr renforcer leur sécurité et les surveiller le temps nécessaire à la décroissance de la radioactivité, c'est à dire très longtemps! C'est du boulot à long terme pour les travailleurs du nucléaire qui savent faire ça correctement.
De toutes façons il n'y a aucune solution satisfaisante concernant les déchets nucléaires.
L'urgence c'est d'arrêter d'en produire. Lorsque ce sera fait il sera toujours temps d'examiner les différentes options possibles pour le très long terme.
Toutes les solutions mises en oeuvre, prétendument pour régler le problème, n'ont pour seul but que de continuer la production électro-nucléaire et donc des déchets radioactifs qui vont avec, ce qui aggrave le problème que devront gérer les générations futures.

François VALLET
08/11/2020 - 15:08:18

Autant les EPR (et toute nouvelle centrale nucléaire basée sur la fission) sont indéfendables, autant il faut trouver une solution pour le problème des déchets nucléaires qui existent et dont on ne peut pas se débarrasser en claquant des doigts ... L'ICEDA ne paraît pas être une solution géniale, mais quelles sont les alternatives ? Laisser les déchets sur place et multiplier les zones à risque ?

Léonard M
08/11/2020 - 00:42:32

pour répondre à Geneviève P. , je suis d'accord avec la non-utilisation de voiture électrique privilégier les transports en vélo ou à pied quand c'est possible . Mais il y a d'autres moyens d'éviter le nucléaire, comme par exemple, la baisse de la consommation ( électricité, mode d'élevage des animaux, moins de viande dans nos assiettes... ) etc...

Caroline de Villepin
07/11/2020 - 16:12:06

Le nucléaire, un héritage très lourd et compliqué pour les générations qui nous suivront!!!
Sans compter le changement climatique et son accélération!
Les perspectives sont plus qu'alarmantes et si peu est fait au moins pour stabiliser les émissions de CO2 ou de méthane qui s'échappe du pergélisol sibérien, canadien et autres contrées où le sol restait gelé en permanence!... ce n'est plus la situation présente.
Le retour des USA dans l'accord de Paris sur le climat (si Jo Biden est élu) ne changera pas grand chose à l'affaire. Cet accord est déjà largement dépassé.
Les solutions proposées: 5G, voitures électriques, tout numérique sont une façon de nous précipiter vers une aggravation de la situation, la philosophie étant toujours plus, sans limites!

Déconfit
07/11/2020 - 13:50:19

Le nucléaire est déjà fortement problématique par rapport à la santé, mais là c'est une vraie catastrophe répandue en douce sur le territoire français avec en prime un super risque sur notre région (Buget et au delà bien sûr ).
Au secours !

Danielle Roude
07/11/2020 - 13:02:15

"Par dessous la jambe" plutôt!

Jean Paul MAIS
06/11/2020 - 19:37:18


Si on veut des voitures électriques, il va falloir vouloir du nucléaire !! Je veux diminuer le nucléaire dc pas de voitures électriques, il faut donc se déplacer le moins possible en voiture, difficile quand on habite en campagne.

Pourcelle geneviève
06/11/2020 - 19:02:17

Stop à la pollution nucléaire.

Roland COMTE
06/11/2020 - 17:37:14

il s'en passe des choses bien laides et dangereuses dans notre dos !!!

maripachats
06/11/2020 - 15:57:50

Déchets nucléaires: leur dangerosité va subsister des centaines de milliers d’années
https://www.rfi.fr/fr/science/20201104-déchets-nucléaires-leur-dangerosité-va-subsister-centaines-milliers-dannées  

Déchets nucléaires : l'équivalent d'«un terrain de foot haut comme trois fois la Tour Eiffel», rien que pour l'Europe
https://www.liberation.fr/terre/2020/11/04/dechets-nucleaires-l-equivalent-d-un-terrain-de-foot-haut-comme-trois-fois-la-tour-eiffel-rien-que-p_1804595  

Nucléaire : le coût du grand carénage revu à la hausse
https://www.actu-environnement.com/ae/news/revision-cout-grand-carenage-parc-nucleaire-edf-36414.php4  


L'Etat réfléchit au financement de nouveaux réacteurs nucléaires, selon Contexte
https://www.usinenouvelle.com/article/le-gouvernement-etudierait-le-financement-de-nouveaux-reacteurs-nucleaires-en-france.N1024469  

Alain UGUEN
05/11/2020 - 14:53:21

[ Participer à la cyberaction ]

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !