actualité écologie

victoire pour Gabriel Dufils

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

La Terre vue depuis l’espace

OPÉRATION

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Les 10 jours verts Transacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

archive : Distance de sécurité pesticides

La multiplication des arrêtés municipaux a conduit le gouvernement à mettre en place une consultation.

[ Voir l'archive ]

41 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

La distance minimale... c'est de ne plus jamais fabriquer ces produits qui détruisent la vie sur Terre et nous avec...

Herbuis
30/09/2019 - 14:33:40

minimum 150m c'est le moins , en attendant que tous ces ...ides soient interdits.
tout le monde sait qu'on peut faire autrement; moins gaspiller , moins de viande au menu et des legumineuses

dominique deraeve
26/09/2019 - 22:46:15

Les distances de précaution doivent être décidées par le Maire qui est l'élu le plus proche de ces problèmes. Que L’État mette en ½uvre une vraie politique afin de supprimer tous ces ....ides et qu'il sorte de toute négociation ces entreprises qui s'enrichissent sur le dos des agriculteurs, le notre et puis nous vendent ensuite des médicaments après nous avoir rendu malades !

patrice kurzawa
26/09/2019 - 09:09:09

Vas t'il falloir passer aux " actes " pour que les criminels qui nous gouvernent comprennent ?... J' en ai peur..

tontonlacellule
25/09/2019 - 15:15:08

Texte modifié déposé sur participation publique :


Nécessaire mais loin d’être suffisant !

Madame, Monsieur,

Pour la toute première fois il est question de distances de sécurité.

Toutefois la distance de 10 mètres est ridicule alors qu’il est prouvé que la dispersion des pesticides se produit jusqu’à 50 mètres du pulvérisateur. Et ce à l’expresse condition que la réglementation d’épandage concernant la vitesse de vent soit intégralement respectée... Hors chacun (applicateurs, riverains, observateurs, professionnels de l’agro-industrie...) sait que c’est loin d’être le cas.

Dans l’attente de l’interdiction des pesticides, et de stratégies de contrôle de l’application des réglementations en vigueur.je demande l’application d’une distance minimale de 150 mètres.

Alain Olivo
23/09/2019 - 22:14:20

oui je signe pour une distance d'au moins 150m, mais pour moi il est évident que la seule solution est l'interdiction totale et définitive des pesticides!!!

nana valerio
23/09/2019 - 18:54:53

Commentaire mis en ligne sur le site du ministère:
Anses, experts champions de l’indépendance?
par Philippe LEBOURG

Quelle rigolade !

Alors que l’Anses vient de se discréditer une fois de plus en refusant d’écouter les scientifiques du CNRS qui ont effectivement travaillé sur les SDHI ("C’est une folie d’utiliser massivement les pesticides SDHI. Nous les avons testés en laboratoire, ils tuent aussi bien l’enzyme [SDH] des vers de terre, de l’abeille ou de l’Homme, avec des conséquences catastrophiques pour l’environnement et potentiellement pour la santé") et en donnant un blanc-seing aux producteurs et utilisateurs de ces produits en prétendant que "L’alerte des scientifiques n’est pas fondée, il n’y a pas lieu d’interdire ces produits", comment peut-on encore croire à leur indépendance?

D’autre part, quand les opérateurs de ravalement de façade sont obligés d’annoncer sur leur chantier "projections possibles jusqu’à 50m" (même quand la rue ne fait que 10m de large...), comment imaginer que les gaz et aérosols pulvérisés par les applicateurs vont rester bien gentiment dans les zones des 5 et 10m (ou moins, puisqu’on peut "adapter" les distances, c’est à dire les réduire, bien sûr, en allant vers toujours moins de protection...)? Ceux qui établissent ces textes n’ont-ils jamais eu de voisin faisant des grillades (à moins de 2m du sol !) qui les importunaient?


Enfin, comment imaginer que ces "distances minimales" auront du mal à être respectées dans l’état actuel des choses puisque le moindre chemin de terre ou voirie communale va automatiquement créer cet espacement.

Bref, c’est de l’hypocrisie, de la tartufferie, de l’enfumage, du mépris des populations et de la santé publique, de la protection pure et simple des intérêts des lobbyistes de l’agrochimie et de l’agriculture chimique intensive, et du verdissement à bon compte de la politique en prétendant avoir "fait quelque chose" pour la santé et l’environnement et "imposé des règles".

Cela n’a rien à voir avec une réelle politique de santé publique qui imposerait des minima bien supérieurs, typiquement de 50 et 100m (soit 10x plus, comme recommandé par la FNE). C’est à _ces_ valeurs de normes que je considérerais que le gouvernement a fait son devoir de protection des populations.

Ces textes sont criminels et j’espère que les personnes qui les produisent seront jugées et condamnées pour atteinte à l’environnement et mise en danger d’autrui.

PS : évidemment, comme si souvent, pas moyen de voir les contributions des autres citoyens... C’est bien conforme au droit européen, ça?

Philippe LEBOURG
23/09/2019 - 13:39:41

Daniel,

Comme c'est une cyberaction et non une pétition, tu peux parfaitement remplacer le texte proposé et modifiable par le tien et le faire partir comme tel. ;o)

Bien à toi
Alain

Alain Uguen
23/09/2019 - 10:40:12

Bonjour,

Je ne signerai pas cette pétition, pour les raisons qui sont énoncées dans le texte que j'ai fait parvenir aux ministère de la non défense de l'environnement dans le cadre de la consultation publique.

Ci dessous, vous pourrez le consulter.

Amicalement
Daniel


Considérant le grave danger que représente l'utilisation de produits
phytosanitaires par l'agriculture pour la santé des populations,je
souhaite que ceux ci soient totalement et définitivement prohibés en
France.
Je ne pense pas qu'une notion de règles d'épandage soit une solution
pertinente face au danger que représente l'utilisation de ces substances.
Il n'est absolument pas sain de consommer des aliments issus de ce type de
production.
C'est à l'état d'assurer la mise sur le marché des produits alimentaires
sains, si il ne le fait pas, il risque d'être justiciable à plus ou moins
long terme.

Daniel Scheppler
23/09/2019 - 10:32:38

Responsables mais pas coupables...
Nous connaissons déjà ce refrain!

Fabrice Oppenlander
20/09/2019 - 08:36:49

PS : A la longue liste des êtres vivants tombés aux champs de l'horreur, j'ai oublié les plus petits (également les plus nombreux) : les insectes et la microfaune du sol.

Instaurer une distance de sécurité est certes un premier pas vers la reconnaissance de la dangerosité des pesticides. Mais ce que nous considérons aujourd'hui comme une victoire n'est pas dénué d'effets pervers. Par exemple, il est à craindre que la mise en place de cette distance ne favorise la persistance de l'emploi des substances nocives (glyphosate et autres joyeusetés). "Nous respectons les distances et la sécurité de la population, alors de quoi vous plaignez-vous ?" Ce pourrait être une soupe amère que la FNSEA nous servira souvent. La FNSEA, comme ce gouvernement. Qu'en pensez-vous ?

Frawald
20/09/2019 - 06:56:48

Nous ne sommes pas seuls sur cette planète, faut-il le rappeler ?
Une distance de sécurité, quelle qu'elle soit, par rapport à nos habitations ne résoudra pas le déclin des populations de mammifères, d'oiseaux, d'amphibiens, de reptiles, de poissons ; ne stoppera pas l'appauvrissement dramatique de la flore dus à l'utilisation massive de pesticides par l'agriculture conventionnelle.
https://www.generations-futures.fr/publications/faune-flore-impacts-pesticides-especes/  
Je ne signerai donc pas cette cyberaction car il ne s'agit pas, comme l'exprime très justement de nombreux commentaires, d'un simple problème de distances.
Je ne participerai pas non plus à une consultation publique qui me semble être en même temps une fumisterie et en même temps un enfumage.
RDV dans la rue le 21 septembre prochain !
Amitiés, Francine

Frawald
19/09/2019 - 22:45:51

Pourquoi se fatiguer la cervelle , Cinq et dix mètres c'est écrit sur le bidon ! Alors même les "tecnocrasse" qui nous gouvernent sombrent dans la facilité ! Il faut les comprendre ces pauvres gens .

Michel TURIEZ

TURIEZ Michel
19/09/2019 - 15:20:47

nous humains,enfant de la terre continuons le combat pour la vie.

Christian Le Guen
19/09/2019 - 14:53:44

De qui se moque le gouvernement ? 5 m, 10 m mais vous nous prenez vraiment pour des demeurés ! Même pour les monuments historiques la distance minimale est de 500 m.

Roland COMTE
19/09/2019 - 12:04:44

Écologie. Les paysans bio de Loire-Atlantique applaudissent les arrêtés anti-pesticides
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/ecologie-les-paysans-bio-de-loire-atlantique-applaudissent-les-arretes-anti-pesticides-6525762  

Alain Uguen
19/09/2019 - 07:30:18




Je suis pour l’arrêt complet des pesticides !!!


Odile de Mayenne

Le 18/09/2019

Odile Elain
18/09/2019 - 23:36:33




Je suis pour l’arrêt complet des pesticides !!!


Odile de Mayenne

Le 18/09/2019

Odile Elain
18/09/2019 - 23:36:33

Il se pose le problème de la dispersion par le vent et il faut pour cela respecter les vitesses du vent et son orientation. Il existe aussi une propagation à partir de l'exhalation des plantes avec ou sans rosée qui dissémine dans l'air les produits dangereux avec un effet cumulatif.
Il y a urgence à sortir de tous ces empoisonnements

Le Vérinois

Le Vérinois
18/09/2019 - 23:34:22

Il serait bon de prendre également en compte le fait qu'une partie reste aussi en suspension dans l'air que l'on respire quand on vit à proximité et ce avec une rémanence parfois importante car ces traitements se font par beau temps.
50m ou 150m sont alors parfaitement dérisoires!
Et quand tous se mettent à traiter en même temps pour vite profiter du créneau météo autant dire que c'est irrespirable dans un rayon qui n'a plus rien à voir avec des 150m!!! C'est d'une inconscience scandaleuse!

Brigitte
18/09/2019 - 22:49:34

et le vent?
Les distances à mettre entre les pesticides et les êtres vivants non concernés ne sont pas régies que par des unités de longueur et il semble affligeant que des comités scientifiques ne s'en soient pas alerté.
Et le sens du vent et sa vitesse et la température,et l'hydrométrie tous ces paramètres sont autrement plus importants que le nombre de centimètres discutés entre vos poumons et le pulvérisateur.
être à 200 mètres sous le vent vous apporte les relents du poison pendant un temps certain, fonction de la vitesse du vent et des autres paramètres ci dessus évoqués.
Bien sur connaitre la direction du Nord et celle du vent et encore plus sa vitesse va demander aux utilisateurs de ces pesticides de s'inquiéter du respect des autres êtres vivants alentours et espérons le, du pourquoi et de la nécessité collective de travailler de cette façon.

gabriel dufils
18/09/2019 - 22:48:52

La seule façon de se protéger de ces saletés qui détruisent la vie de la terre ainsi que celle des insectes, des vers de terre, des animaux et des humains, c'est de supprimer définitivement leur usage. Ces produits mortifères n'auraient jamais dû voir le jour!

Colime
18/09/2019 - 21:30:55

Il serait primordial de contrôler les communes et de sanctionner celles qui ne respectent pas la lois. Beaucoup ne la respectent paa, tout doit être nickel!

jean-marie Salathé
18/09/2019 - 21:24:08

Je pense que le monde tourne à l'envers ! Nous sommes soi-disant des êtres pensants.... Nous avons pourtant tout entre nos mains pour ne pas dire dans notre cerveau... Qu'attendre de plus pour agir ! Déjà que tout ce qui devrait être mis sur le marché devrait être testé et re testé, en tous cas mis sur le marché après avoir bien déterminé de A à Z chaque étape de l'utilisation à l'élimination de n'importe quel produit.... des dangers etc... mais il n'en est rien et on s’étonnera... pour certain qui n'ont peut être pas d'enfants... dans pas longtemps de la stupidité des décisions de nos gouvernants, responsables soi disant... on tue d'un côté, le mot n'est pas fort parce que même si ce n'est pas direct, c'est par l'eau, la terre, les semences, l'air, et mine de rien ça coûte cher parce que la mort n'arrive pas d'un seul coup... on rapièce de l'autre, on promet, on nous ment.... quand va t on arrêter de prendre les citoyens pour des idiots.... nous ne sommes plus au moyen âge !! Ces produits avec le logo "tête de mort" pulvérisés aspergé etc... … que ce soit à 5 10 ou 50 mts devrait être interdit tout simplement !!

JEANNOT
18/09/2019 - 20:57:03

maintenir une distance minimale est inutile si l'on ne tient pas compte de la force et de la direction du vent.
vous pouvez très bien traiter à 5 mètres d'un riverain sans le polluer ou à 100 m en envahissant sa maison si le vent est porteur.
l'idéal est de supprimer tous les traitements liquides.

Jean-Pierre Reillon
18/09/2019 - 20:20:34

Je pense que les tehnocrétins qui nous gouvernent et ceux de la FNSEA et des chasseurs réunis, n'auraient pas dû être si généreux....5 à 10 centimètres de protection contre le vent devraient suffire pour qu'il n'y ait plus de chômeurs en France...ils seront tous morts avec les semeurs de mort!!!!

Abalacalotte
18/09/2019 - 19:05:45

J'ai répondu 50 mètres, et que les modulations éventuelles devraient être définies par le maire, plus au courant des circonstances particulières locales.

Robert POITTEVIN
18/09/2019 - 17:58:19

Nécesité urgente d'agir car les produits utilisés sont néfastes pour tous les êtres vivants et santé du sol ; sans doute même aussi pour les climat

Colette GRANGE
18/09/2019 - 15:05:31

Je signe mais souhaite l'interdiction totale ou mieux, la convertion bio obligatoire.

Didier Vandendriessche
18/09/2019 - 14:14:27

je soutiens,bien évidemment cette interdiction avant même qu'il n'existe ce type de pétitions. Pour autant,les petits agriculteurs se verraient beaucoup plus pénalisés que les gros.
Attention à ne pas faire du "parisianisme"...

jean-louis petithory
18/09/2019 - 13:58:28

Je l'ai déjà écrit et je le répète : il faut interdire tout de suite l'utilisation des pesticides . Nous réduiront l'apparition des cancers petit à petit chez nos jeunes enfants .Vous qui avez un proche atteint avez-vous pensé à ne plus acheter les légumes et fruits provenant d'Espagne et autres pays !......sans oubnlier que certains de nos producteurs Français traitent 25 fois leur production de pommes !... il faut être vigilant et ne consommer que les produits directement venant des producteurs NATUREL.

Papa Joseph
18/09/2019 - 13:55:53

Comme mes prédécesseurs, la distance ne signifie rien en matière de protection. Les systèmes de pulvérisation génèrent tous des gouttelettes plus ou moins grosses; les plus grosses touchent la végétation à "traiter", une parie ruisselle vers le sol et le pollue (terre et eau), les plus fines sont sensibles au vent et constituent ce que l'on peut appeler: la dérive, celle-ci peut être entraînée très loin et très haut, pour revenir ensuite sur le sol, via les pluies notamment...
C'est donc bien l'utilisation des pesticides qu'il faut abolir.

L'agriculture bio ou même la biodynamie ne supprimeront pas la pulvérisation; ces pratiques emploient des décoctions, des purins, des argiles.... les moyens d'application resteront les mêmes mais les produits eux seront très peu polluants ou pas du tout; de là à en boire, il y a un pas..........

cactus
18/09/2019 - 13:23:52

Puisque nous sommes déjà empoisonnés et infestés de pesticide, ça n'a plus d'importance. De toute façon vu du parc de l'elysé, pas grand chose n'a d'importance.

Michel Claisse
18/09/2019 - 13:08:24

50m en attendant L'INTERDICTION PURE ET SIMPLE !!!il est grand temps d'agir

Andrée M
18/09/2019 - 10:46:51


Pour avoir utilisé pendant plus de trente ans des pesticides (je suis agriculteur et en bio depuis 4 ans) je sais a quel point les produits utilisés sont mauvais pour la santé humaine.
Les "bonnes pratiques d’utilisations" encouragent à l’emploi d’équipements de protection au moment de la mise en ½uvre, les délais avant récolte, autant de précautions qui si elles ont leur intérêt démontrent bien la nocivité des produits employés.
Alors pourquoi minimiser l’impact des applications phytosanitaires sur les populations jouxtant les parcelles traitées.
De plus il ne faut pas prendre en compte que le bâti mais aussi les autres lieux de vie comme les cours privée ou d’école terrain de sport, aire collective camping etc.
Tant qu’a la distance, je pense que cinquante mètres serait pour l'heure, un bon compromis.

Fabrice Terrien
17/09/2019 - 21:29:56

La solution est de supprimer tous les pesticides

Marcel Boulard
17/09/2019 - 19:30:25

à moins d’envelopper la terre dans un grand linge aucune distance ne sera jamais suffisante DONC la seule solution c'est de ne plus utiliser ces produits dangereux

michel armagnat
17/09/2019 - 17:49:23

Habitant à 30m de cultures agricoles , même 50m n'est pas une distance qui garanti la sécurité des personnes !
Le problème est la monoculture en surface excessive et l'impérative nécessité de traiter pour éviter les maladies liées à ce système agricole ! En clair une cautère sur une jambe de bois , d'autant que cela entraine une perte sensible des surfaces cultivables , donc un appauvrissement garanti des petites exploitations ! La solution est un changement radical du mode de production par le mélange des cultures qui permette à la nature d'assurer le plus souvent la résistance aux maladies ! Ce choix est incompatible de la production industrielle actuelle source de tous les problèmes ! Les consommateurs dont nous sommes peuvent forcer les producteurs à modifier
leurs pratiques néfastes aux lois naturelles et à notre santé ! Le refus généralisé de consommer sans réfléchir est de notre responsabilité ! Changeons nos choix d'achat et les producteurs seront obligés de revenir à des pratiques plus respectueuses des nécessités biologiques de l'humain et de la terre qui finit par ne plus nous supporter ! je ne signerais pas cette cyberaction qui ne résout rien !!

serge Schwindenhammer
17/09/2019 - 11:49:37

surtout, ne pas perdre de vue l'objectif de supprimer totalement les pesticides qui sont un danger public et un non-sens agronomique

adele marle
17/09/2019 - 11:00:45

En signant cette pétition, j'affirme soutenir l'action pour une distance de sécurité pesticides, que de plus en plus de maires ont d'ors et déjà mise en place, dans un soucis évident de protéger la santé des citoyen-ne-s.
J'espère que le gouvernement actuel ne passera pas, une fois encore, les intérêts des lobbies avant cette urgence sanitaire.

Marie
17/09/2019 - 10:51:33

Et pourquoi pas 1 Km et 3 Km ? Non, non, non, la seule distance raisonnable est L'INTERDICTION PURE ET SIMPLE !!!

Bruno Cappelle
17/09/2019 - 10:14:43

[ Voir l'archive ]

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !