actualité écologie

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les 10 jours verts Transacteurs

AG Cyberacteurs

OPÉRATION

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

La Terre vue depuis l’espace

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

victoire pour Gabriel Dufils

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

cyberaction : Oui aux légumes bio de saison

Non à l’industrialisation de la Bio !
Monsieur le Ministre de l’Agriculture, il faut interdire la production de fruits et légumes bio hors saison !

[ Participer à la cyberaction ]

24 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Comme dit un proverbe:"Chaque chose en son temps;
chaque chose à sa place."

stoppeur
08/06/2019 - 11:57:55

Je signe de préférence sur votre site. Une pétition circule sur change.org. et retransmise par des relais dits écologiques mais, sur ces sujets, je préfère Cyberacteurs.

buriti
03/06/2019 - 14:41:55

Une seule règle : "Bio, local et de saison" !

KLEFIZE
01/06/2019 - 17:17:37

dans la même veine, je pense que tous les produits dit bio qui viennent d’Afrique, d'Asie ou autres pays lointains, ne devraient pas avoir la dénomination bio, ou au moins, une distinction particulière, l'énergie grise de ces produits n'est pas anodine !

Jean-François Rousseau
01/06/2019 - 12:49:14

tout à fait d'accord avec cette pétition. Et c'est pourquoi je fais mes achats exclusivement dans le réseau BIOCOOP. J'invite tous les consommateurs souhaitant préserver à la fois la planète et leur santé à s'informer sur la CHARTE DE CE RÉSEAU (les légumes cultivés sous serre chauffée y sont exclus, entre autres).

Christian FAURE
01/06/2019 - 00:30:42

C'est aussi au consommateur de faire attention à ce qu'il achète et à la provenance des produits.

Roland COMTE
31/05/2019 - 21:51:43

Encore un exemple de plus qui montre les dommages collatéraux de la globalisation, de l'uniformisation des lois et des marchés.
L'icône de tout ceci ? Trouver sur les étals de supermarchés en Provence de l'ail... du Chili ! (ah oui mais il est bio). Eh bien je préfère l'ail local, même s'il n'est pas tout à fait bio.
Je pense qu'il faut redevenir cohérents, si le gvt et les industriels n'en sont pas capables.
Nous pouvons aussi boycotter ce qui nous semble déraisonnable, et nous pouvons informer les gens qui nous entourent.
Nous DEVONS agir nous-mêmes, à notre échelle ; si nous attendons que quelqu'un le fasse pour nous il sera trop tard.

Carlo Collodi
31/05/2019 - 20:59:33

Je ne pense pas que le véritable problème soit uniquement la façon de chauffer les serres, je suis sûr que si ce process était accepté en bio, les industriels s'y engouffreraient en ne proposant que les cultures faciles et rentables et deviendraient les "rois du hors sol et hors saison"

Daniel
31/05/2019 - 19:17:31

Je ne signe pas alors que je suis d'accord sur la finalité. Il ne faut pas toujours "interdire", dire "il est défendu", créer des lois et décrets qui s'empilent dans les tiroirs, etc... Quelqu'un a parlé d'écologie punitive. En voila un bel exemple ! Interdire que Jules ou Paul cultivent ce qu'ils veulent ! Par ailleurs bonjour l'usine à gaz (et le coût) pour contrôler l'application de cette interdiction. Il faut toujours orienter ce genre d'orientations vers la désincitation, par l'éducation, l'information ou le portefeuille. Déjà une taxe carbone serait une solution dans la bonne direction : rendre le fioule plus cher, qui chauffe les serres. Via les médias et les associations de consommateurs on peut tenter le boycott de ces produits hors saison. Ou que inciter les producteurs qui n'utilisent pas de serres chauffées à l'indiquer sur leurs produits en valorisant la chose, de même que le bio ou le commerce équitable, etc...

Alain Dornic
31/05/2019 - 18:16:05

On peut aussi chauffer des serres de façon très écolo avec de la matière organique en fermentation aérobie (pour faire du compost). Un bon compost doit chauffer, on peut atteindre des températures de 60 à 70 degrès, ce qui le rend "propre".
Dans ce cas, il n'y a rien à redire: bilan carbone proche de zéro, si ce n'est la manipulation de la matière qui coûte du pétrole!!!!
Un tuyau souple en PE (rien n'est parfait sert d'échangeur), il y circule de l'eau chaude ou tiède qui va chauffer la ou les tunnels........

cactus
31/05/2019 - 17:17:34

Malheureusement les consommateurs avertis sont encore trop peu nombreux devant ceux qui se laissent leurrer.

Nous savons que l'agriculture biologique paysanne rend service à la collectivité : santé, emploi, climat, entretien des sols ...
la corruption de son marché par des pratiques industrielles peu vertueuses ne doit pas être permise. Au gouvernement de l'Etat de se montrer juste !

dominno
31/05/2019 - 16:58:52

cultiver sans chimie c'est bien, mais ce serait encore mieux de cultiver sur des sols riches, en synergie avec le soleil, et de se contenter de proposer des légumes et fruits de saison.
Le bio aujourd'hui est devenue une véritable industrie et nous ne sommes pas loin de l'arnaque !
les aliments du bio n'ont pas de goût, sont fades, de mauvaises qualité... Je continue de m'approvisionner en bio mais je veilles à ne pas cautionner les "industriels du bio" !!!

danielle dubus
31/05/2019 - 16:38:53

Acheter "local" légumes et fruits de saison cultivés sans pesticides en plein champ est impératif afin d'en finir avec la destruction des écosystèmes, de la biodiversité et de l'humanité.

solange
31/05/2019 - 16:35:27

la production du bio depuis quelques années est devenue du "GRAND N'IMPORTE QUOI" !
d'une part, effectivement, les producteurs bio produisent sous serre des fruits et légumes qui ne sont pas de saison, mais, d'autre part, pour avoir un bon rendement ils cultivent essentiellement sous serres.
or, les légumes n'ont pas pu profiter de la synergie soleil/sous-sol/respiration/, ce qui fait qu'ils n'ont pas la quantité nutritive attendue.
Certes, c'est mieux que rien mais c'est payer cher pour un produit qui n'est pas au top de ce qu'il devrait être !
Il faut revenir à plus de bon sens et de respect du consommateur !

danielle dubus
31/05/2019 - 16:34:34

les premières des choses c'est le respect de la saison , de laisser le temps de la pousse légume fruit viande ect

jean
31/05/2019 - 16:25:18

cela n'a aucun sens de faire sous serre sauf celui de rejoindre l'industriel pour être en avance sur le marché

gerard weiner
31/05/2019 - 15:38:13

Membre actif ď une AMAP. Pour moi,le BIO est et doit être propre ce qui en pratique correspondre à " un INDICE CARBONE " proche du ZÉRO même un ZÉRO serait ľ excellence. Une serre oui mais sans chauffage carboné ni nucléaire ...

Louis Schiltz
31/05/2019 - 13:31:18

Que les profiteurs souhaitent continuer à profiter et mettent à profit la crédulité des acheteurs, ce n'est pas surprenant.Les consommateurs, c'est-à-dire nous tous, sauf si nous vivons en autosuffisance, doivent, eux, réfléchir à ce qu'ils/elles veulent et font, ne pas chercher juste à apaiser leur conscience en achetant du "bio". Se poser toutes les questions : où cela a-t-il été produit ? Dans quelles conditions (ouvriers agricoles surexploités...) ? Bilan carbone global? Et dans le doute, si on n'a pas le temps de réfléchir (dommage...), s'abstenir. Accepter de se priver.

Sophie Mayoux
31/05/2019 - 12:17:36

Il faut toujours des mous du cerveau pour salir les vrais bio.
Bref, les consommateurs de fruits et légumes savent quoi manger, où, et comment. Et grâce aux associations diverses (Cocagne et AMAP...) on peut se laisser guider et leur faire confiance. Pas de kérosène, de gazole tech et de pétrole brut saoudien dans les serres.
Aïchat Nussy

nusbaum
31/05/2019 - 11:10:33

Si on ne faisait pas n'importe quoi pour construire des serres n'importe où et n'importe comment, il y a des techniques pour construire de façon à obtenir une température "douce" dans une serre. J'habite une maison semi-enterrée (en pleine ville!), tout un quartier de maisons construites juste à la fin des années 40, où un ingénieur de génie (c'est en principe la logique du métier, mais assez rare, en fait) a utilisé la déclivité du terrain pour créer des maisons bio-climatiques avant l'heure, dont la façade principale ouvre sur la rue et l'autre façade sur des jardinets ou des cours en contrebas, ce qui fait que vous devez descendre un étage pour vous retrouver dans la cuisine, en rez-de-jardin. La température dans ces maisons est incroyable, douce hiver comme été, donc besoin de presque pas de chauffage l'hiver. Je précise que ces maisons ne sont pas des "maisons d'architecte", elles ont été construites pour les cheminots à l'époque où la SNCF possédait un immense quartier autour de la gare. Ce n'est donc pas une construction particulièrement raffinée, et une partie des matériaux utilisés proviennent de remblais.
Dans cet esprit, les serres "adossées" ou "semi-adossées" bénéficient d'un micro-climat, et l'ensemble des exploitations bio pourraient s'inspirer de ce type de construction pour éviter de chauffer les serres artificiellement.
Cela dit, je ne mange jamais de fraises ou de tomates en hiver: elles ne sont de toute façon pas bonnes! :oD

Anne
31/05/2019 - 10:50:00

C'est à nous consommateurs de faire le choix de ne pas acheter des fruits et légumes qui ne sont pas de saison.
Consommons responsable et éthique. Quand c'est l'argent qui gouverne et fait perdre les têtes les dérives ne sont jamais loin.....C'est le cas pour le bio entre autre chose.

Paule
31/05/2019 - 10:02:50

Que les serres chaudes sont incompatibles avec le label bio est une évidence. Choisir de manger bio n'est pas une mode mais une nécessité pour chacun d'entre nous de privilégier à la fois le saisonnier, le local, le revenu des producteurs bio et sa santé. La serre froide -qui abrite petits fruits et légumes des intempéries- peut à la rigueur être acceptée mais avec beaucoup de précautions et de restrictions. Même en y réfléchissant longuement, je n'ai jamais compris que les consommateurs veuillent des tomates en janvier, des fraises en décembre ou des haricots vert (french beans) en février. Il y a une saison pour tout: viande, poisson, fromage et même les oeufs car les poules ne pondent pas en hiver. Pendant des millénaires, l'Homme -et les animaux- ont mangé les aliments en leur saison. Il a trouvé des modes divers de conservation pour ne pas mourir de faim en période hivernale ou de disette. C'est ce que j'ai appris dans mon enfance et ma jeunesse où nous attendions les premiers légumes et fruits "nouveaux", le fromage frais et les oeufs printaniers comme une véritable gourmandise et non un "truc" sans arôme ni saveur avalé en vitesse. Je suis heureuse d'avoir pu vivre, après les graves restrictions dues à la guerre, ce temps où existaient encore des bonheurs simple et un biodiversité beaucoup plus riche autour de soi.

Mireille
31/05/2019 - 09:33:21


Le bio doit être éthique et soutenable pour la planète comme pour le vivant !

Philippe Debaigt
31/05/2019 - 04:26:51

Les legumes hors saison ne sont pas de vrais légumes !
Non à l'industrialisation par le biais de serres chauffées : nous devons tous respecter l 'environnement , y compris Sav Héol

jo derrien
30/05/2019 - 16:33:27

[ Participer à la cyberaction ]

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !