actualité écologie

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Ne laissez pas vos appareils en veille

OPÉRATION

victoire pour Gabriel Dufils

La Terre vue depuis l’espace

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les 10 jours verts Transacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

cyberaction N° 1108 : Protégeons nos forêts domaniales en Scarpe Escaut

Nos forêts régionales en Nord Pas de Calais sont précieuses. Elles constituent un des seuls espaces où les habitants peuvent se ressourcer gratuitement en profitant des bienfaits de la nature.

[ Participer à la cyberaction ]

13 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Cette rentabilité perdue pour ouverture vers une privatisation donne raison à Chateaubriand: "les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent".

Unamunam
07/05/2019 - 20:19:02

chaque pays devrait reboisé de 15% son territoire.

Nans
07/05/2019 - 10:57:40

Le statut d'Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial de l'ONF l'oblige à équilibrer son budget.
Cet équilibre a été compromis par la tempête dévastatrice de 1999 et la recherche de rentabilité a malheureusement conduit vers des pratiques qui désolent les riverains et désespèrent les agents forestiers.

Mais même si le classement "forêt péri-urbaine" n'existe pas, l'ONF peut réviser localement sa politique sous la pression des habitants : dans la région de Versailles où j'habite, arrêt des ventes sur pied génératrices de sous-traitances incontrôlées et de coupes à blanc déraisonnables ...

dominno
05/05/2019 - 16:06:11

Les coupes de régénération, souvent qualifiées à tort de "coupes rases", peuvent effectivement servir pendant un temps d'habitat de substitution à certaines espèces aviaires tels l'Engoulevent d'Europe, le Gobemouche à collier, le Pipit des arbres, même les Pies-grièches écorcheurs (les grises, il n'y en a plus !)… Ensuite, passé un certain stade de croissance des jeunes arbres, le milieu n'est plus favorable. Ne sont pas favorables non plus, les broyages qui y sont effectués afin de pratiquer des ouvertures tous les 5 à 6 mètres (c'est du moins ce que je constate en Franche-Comté), broyages qui ont lieu non pas en tenant compte des rythmes naturels, mais selon la disponibilité du sous-traitant forestier et des engins. Bref, cela ne gêne pas trop certains "gestionnaires" de faire broyer en pleine période de nidification ! Votre omelette baveuse ou bien cuite ?
Habitante du Nord-Est, je ne connais pas la situation du Nord Pas de Calais, mais les arguments de cette Cyberaction sont en résonance avec ce que je peux observer autour de chez nous. Donc je signe volontiers.
Une remarque additionnelle pour l'ONF. Si les Braves de Tronçais -- vos collègues -- ont fait appel à nous, les écolos, c'est parce qu'ils partagent nos valeurs et qu'ils sont effarés de la tournure que prend la gestion des forêts publiques, de même que la gestion du personnel au sein de l'Office. Vous feriez mieux de les écouter et de les soutenir avant d'être morcelés et/ou privatisés. Une réforme annoncée à mots couverts qui aura, nous le savons tous, des conséquences néfastes pour vos emplois ainsi que des conséquences désastreuses sur les écosystèmes forestiers. La porte grande ouverte à la rentabilité outrancière et immédiate sans vision à long terme ni respect des fonctions écologiques de la forêt. "Pire qu'le pire" dirait le capitaine Olsen de Jorn RIEL ! Un coup de pelle supplémentaire dans le creusement de notre fosse commune.
Alors plutôt que d'essayer de "coller" les néophytes sur du jargon professionnel bien ou mal utilisé, réagissez, nom de D... ! Ne vous laissez pas acheter par de vagues promesses d'intégration des primes dans le calcul de vos retraites !
Frawald, Marcheuse pour la Forêt et bénévole LPO... Aussi de très mauvais poil...

Frawald
03/05/2019 - 08:28:46

Merci pour cette pétition. Je suis contre l'utilisation de la biomasse forestière comme source énergétique. Battons nous pour que les arbres puissent vieillir et la forêt être protégée et abriter la biodiversité. Le rôle de l'homme est de prendre soin de la nature et non de le considérer comme une ressource économique.

Veronique
02/05/2019 - 16:26:18

SOLIDAIRE.

CHRISTIAN SCHEIDECKER
02/05/2019 - 14:03:06

Cette pétition citoyenne n'est ni la première, ni la dernière de temps qui changent, tant par l'industrialisation des forêts que par la prise de conscience que l'on peut faire autrement. Bravo à l'association Iris Sauvage pour cette initiative !
"Si la perception des citoyens a évolué, elle l’a fait en écho à certaines pratiques sylvicoles constatées depuis plusieurs décennies (mécanisation des récoltes, impacts paysagers des coupes rases, transformations de peuplements...), ainsique grâce à la diffusion d’alternatives performantes d’un point de vue environnemental, mais aussi économique (sylviculture à couvert continu, techniques de débardage moins impactantes...)." (Julie Marsaud, coordinatrice du Réseau Forêt de FNE en 2018).

Philippe
02/05/2019 - 13:41:10

la biodiversité c'est la vie sur terre. Les forêts sont à préserver comme un trésor de vie.

Michèle Goossens
02/05/2019 - 09:13:08

Les forêts sont des trésors, la biodiversité aussi. Cessons de tout détruire et tout massacrer, il en va de notre propre survie !

vertad
30/04/2019 - 19:59:04


Au niveau réglementaire, le classement demandé n’existe pas en France. Le terme « périurbain » est utilisé pour qualifier les forêts situées à proximité des grands pôles urbains et pour lesquelles la fréquentation du public est très importante. Ces caractéristiques peuvent conduire l’ONF à rechercher et mettre en ½uvre des adaptations en termes de paysages et d’organisation de l’accueil du public, afin que gestion forestière et usages récréatifs puissent cohabiter de manière harmonieuse.

L’une de ces adaptations a été l’arrêt des coupes de régénération en plein, très souvent à tort qualifiées de « coupes rases » puisqu’elles ont lieu lorsque la régénération naturelle est déjà acquise (les jeunes arbres, appelés semis, sont déjà présents et suffisamment vigoureux lorsque les derniers arbres de la parcelle sont coupés). La raison pour laquelle de mode de régénération de la forêt a été abandonné dans certaines forêts du département est purement sociale : les usagers de la forêt, de plus en plus citadins, sont choqués par les trouées que la régénération entraîne dans le paysage pendant plusieurs dizaines d’années, le temps que les semis grandissent et reconstituent une nouvelle forêt capable de produire du bois pour nos enfants. La futaie irrégulière, mode de gestion qui permet une régénération plus étalée dans l’espace et dons plus discrète dans le paysage, a donc été adoptée autour des grands pôles d’accueil du public (autour du chât eau de l’Hermitage à Bonsecours par exemple) et de façon plus étendue dans certaines forêts connaissant une fréquentation touristique très importante et diffuse dans tous les secteurs, comme Marchiennes et Raismes-Saint-Amand-Wallers.

Pourtant, et les naturalistes, eux, le savent parfaitement, ces trouées entrainaient une explosion de la biodiversité forestière : l’Engoulevent d’Europe, qui ne trouve plus sa place dans les plaines agricoles, est venu s’y réfugier et s’y reproduire. De nombreux rapaces, comme la Bondrée apivore, viennent s’y nourrir. Les papillons et libellules apprécient également ces ouvertures. Ce n’est pas pour rien qu’une bonne partie de l’énergie dépensée par les conservatoires ou les gestionnaires de réserves a pour objectif le maintien de stades jeunes (pelouses sèches, marais, prairies) en rajeunissant la végétation, luttant contre la croissance spontanée des arbres… Le futaie régulière avait l’avantage d’offrir ces milieux, contrairement à la futaie irrégulière que nous devons désormais appliquer dans certains secteurs péri-urbains pour des raisons paysagères, au risque que certaines espèces à haute valeur patrimoniale ne t rouvent plus leur place.

La demande de l’Iris Sauvage, que vous souhaitez soutenir, m’apparait donc contradictoire avec votre souhait de mieux protéger la biodiversité.

Concernant la création de nouvelles réserves biologiques : ce classement est proposé par l’ONF au Conseil national de la protection de la nature afin de préserver la biodiversité remarquable des milieux ouverts qui ne peut pas être assurée par une simple prise en compte dans la gestion forestière. Cela a été le cas pour la réserve des Breux en forêt domaniale de Flines, en raison de la présence de l’Osmonde royale et d’une aulnaie à sphaigne tout à fait remarquable. Dans cette réserve, aucune exploitation de bois n’a lieu et des travaux sont actuellement mis en ½uvre en faveur de l’Osmonde royale. A l’heure actuelle, aucun nouveau milieu et aucune nouvelle espèce connue ne justifie la création d’une réserve supplémentaire. Nous sommes en lien étroit et régulier avec le Conservatoire Botanique de Bailleul, le Parc Naturel Régional Scarpe Escaut et la Groupement Ornithologique et Naturaliste du Nord de la France, compétentes pour nous signaler toute nouvelle espèces à protéger. Le plus souvent, la mise en place d’une réserve biologique n’est pas nécessaire.

Elise Michaud ONF
30/04/2019 - 17:39:55

par solidarité depuis la forêt du Morvan

Jean-Yves Perceau
30/04/2019 - 14:22:20

Quand vous passez commande sur certains sites tendance bio/naturel/etc., maintenant ils vous proposent de faire un mini-don pour planter un arbre je ne sais où dans le monde. L'écolo-bobo bonne conscience par excellence... Faudrait peut-être se préoccuper de sauvegarder ceux qui sont toujours en place et menacés AVANT TOUTE CHOSE ! Parce que leur arbre nouvellement planté, d'ici à ce qu'il soit opérationnel et utile, va falloir attendre 20/30 ans minimum.

Sinon, en forêt de Rennes, il y a un sacré virage qui a été opéré ces dix dernières années en matière d'entretien on dirait, on se pose franchement des questions... Bizarre !

Tiphaine
30/04/2019 - 14:01:19

Petite ou grande, la forêt est l'avenir de l'HOMME, mais pas seulement.... de la nature dans sa globalité.

cactus
30/04/2019 - 13:56:39

[ Participer à la cyberaction ]

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !