actualité écologie

OPÉRATION

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Soutien permanent aux paysans de NDDL

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

cyberaction N° 934 : Pour un moratoire sur le gel des contrats aidés

Aujourd’hui le gouvernement souhaite clairement geler les contrats aidés en 2017 (et ce très brutalement) et diminuer le nombre de contrats sur 2018 de manière drastique.
Nous ne pouvons laisser faire sans réagir, même si nous pensons que ce dispositif reste perfectible.

[ Participer à la cyberaction ]

66 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Ras le bol des mesures qui fragilisent toujours davantage les plus fragiles. Avec un chômage des jeunes qui fait honte à la France, un système scolaire au bord de l'asphyxie ces contrats offrent une vraie chance d'insertion pour beaucoup de concitoyens fragilisés par le chômage; sans parler des associations de terrain dont je salue les actions

CATHERINE FRIEDLANDER
13/11/2017 - 09:57:56

Les contrats aidés, ce sont des personnes utiles à la société, qui remplissent des missions essentielles, notamment pour les familles modestes.supprimer ces emplois, ç'est renvoyer ces travailleurs au chômage et au fond de leur détresse.

Françoise Carthieux
12/11/2017 - 11:32:06

Dee sous pour financer tout ce que le gouvernement ne fait pas et que nous sommes obligé de faire à sa place

armagnat
12/11/2017 - 00:00:39

Comment un gouvernement croit pouvoir juguler le chômage alors que , sciences et technologies grignotent et remplacent toutes sortes de métiers , de professions et que tout ce qui n'est pas ''productif'' devient inopportun !! le social , l'humain ne fait plus partie du langage des gens de pouvoir et d'argent. Seule compte la rentabilité et les gains actionnaires sont les seuls privilégiés . Le mot humain , humanisme devient étranger à ces gens là . Que peut bien leur faire , les difficultés d'enfants en difficulté scolaire ! que peut bien leur faire la situation de gens qui ne peuvent même plus se nourrir puisqu'ils n'ont plus de travail. Malheureusement ils auront le dernier mot à moins d'une révolution pour que les pauvres ne soient plus ceux que l'on martyrisent. Révolution pacifique ... possible ? je le souhaite , qui vivra verra .

Sony
11/11/2017 - 19:14:11

Les contrats aidés permettaient à des personnes en recherche d'emploi de se remettre en selle, et à des associations de faire oeuvre utile ( sur le plan sociétal). Les améliorer, oui, les supprimer c'est "stupide" - ou la marque d'un désintéret pour les questions sociales et humaines, doublé d'un aveuglement sur la capacité du marché à créer le plein emploi pour tous. Croire au mirages ne permet pas de construire une cohésion durable ni une société solide.

Marie-Odile NOVELLI
11/11/2017 - 19:07:41

l'équipe Macron n'a pas perçu de quel public on parle pour ces contrats aidés, qui sont de vrais templins pour remettre en situation de travail des personnes surtout en grande précarité et très éloigné de l'emploi.... ne pleurons pas pour les collectivités, mais pour ces personnes démunis qui ne trouveront plus d'emploi sans cette aide, cruciale pour leur redonner une place dans le monde du travail même si c'est parfois pour la durée d'un "CDD aidé"
YC FORMATEUR COORDINATEUR DANS UNE ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE L'ILLESTTRISME.

yyvescarre
11/11/2017 - 10:23:34

Ce qui aide tout le monde c'est de LAISSER AIDER pour faire ensemble.

Casser ce qui s'est construit avec les emplois aidés c'est violent, anti-social etc..

ellen
11/11/2017 - 07:44:33

Aujourd'hui ce sont les patrons qui sont des assistés!

Michel
11/11/2017 - 04:51:49

Si le gouvernement veut mettre d'autres mesures en place pour aider les jeunes à trouver un emploi, qu'il le fasse, mais en attendant il n'a pas le droit d'arrêter brutalement les autres mesures tant qu'il n'a rien à proposer à la place !!! Sinon ce serait laisser beaucoup de jeunes sur le carreau, sans ressources, aggraver la situation financière de leurs parents et augmenter la précarité de la population française concernée.

FRANCINE
11/11/2017 - 03:29:27

Il est surprenant d'être obligés de défendre une cause contre notre gré.

Je suis contre les contrats aidés parce que je considère qu'ils occupent des emplois qui devraient être pérennes. Mais comment accepter le traitement infligés aux personnes qui occupent ces emplois et à ceux qui en ont besoin?
Pourtant des gens qui gagneraient correctement leur vie coûteraient beaucoup moins cher à la société qu'en restant au chômage.

Par ailleurs, la suppression de ces contrats entraînera la mort de nombreuses associations dans le champs du social, santé, éducation populaire, culture... bref associations favorisant le lien social, le vivre ensemble et la possibilité pour les populations les plus fragilisées par l'ultra-libéralisme capitaliste d'accéder au lien vs isolement...

Ce n'est pas par hasard si ce gouvernement supprime ces contrats, c'est dans la logique de l'ultralibéralisme : responsabilisation des pauvres de leur pauvreté et non comme cela devrait l'être remise en question du système néolibéral ; donner aux riches encore plus (suppression de l'ISF... augmentation du salaire des ministres de 20%, etc...) au lieu d'une répartition équitable des richesses...
mais qui a vu les riches partager ?? à part certaines personnes ayant un certain niveau de conscience-responsabilité-empathie ?

benesol
10/11/2017 - 23:33:40

Les contrats aidés doivent ètre maintenus . Sans eux ,beaucoup d ' associations remplissant des missions de service public ne pouront plus les assurer ( périscolaire ,aide a la personne etc ) .Plutot que de les supprimer , il faudrait songer a les pérénniser !!!

santiago helene
10/11/2017 - 23:15:50

Un plan social gigantesque, et la destruction du tissu social... Merci Macron, ancien banquier et qui n'est certainement adhérent d'aucune association à l'heure actuelle...
Au fait, les activités théâtrales pour les jeunes, comme celles auxquelles vous participiez il n'y a guère, cher Jupiter, par qui sont-elles assurées ?

Dhavernas Frédérique
10/11/2017 - 18:37:39

les contrats aidés participent à la vie économique et sociale du pays, ils sont précieux car ils participent de l'équilibre dont la France a tant besoin....

pongonono2017
10/11/2017 - 15:36:51

Je trouve inadmissible le gel des contrats aidés .
ces contrats permettaient à des gens en difficulté de réinsertion de s'insérer dans la vie active.
Ils permettaient également à des mairies à petit budget
D'embaucher du personnel à moindre frais pour l'accompagnement et les activités dans les écoles.
La politique actuelle continue d'appauvrir des personnes déjà
En difficultés .
La France ne mérite plus sa devise: liberté ,égalité et
Fraternité .
Sa devise actuelle. Profit,rentabilité ,exploitation,soumission

Jacqueline tumelin
10/11/2017 - 15:22:27

j'ai été trés impliqué dans la bataille pour l'empli pendant 40 ans et je sais combien les contrats aidés ont été un tremplin utile pour l'insertion professionnelle. Les supprimer c'est s'en remettre à la loi féroce du marché qui tend à eliminer les salariés au profit des actionnaires

giral
10/11/2017 - 14:07:15

Le gouvernement justifie la suppression des contrats aidés en expliquant qu'il est préférable d'avoir un "vrai"contrat de travail même à durée limitée plutôt qu'un contrat de travail temporaire. Cet argument n'a aucun sens dans notre pays où le taux de chômage est encore très important. Les personnes en recherche d'emploi préféreront toujours trouver un travail à durée limitée plutôt que rien. De plus, de nombreux contrats aidés débouchent sur un contrat à durée indéterminée quand le besoin de l'employeur est toujours d'actualité et lorsque le salarié a donné satisfaction.

Mireille
10/11/2017 - 13:51:38

Si certains dans ce gouvernement avaient la moindre idée de ce que font REELLEMENT les associations, en termes de lien social, de services à la personne, d'engagement citoyen, d'organisation des loisirs, de promotion de la culture, de développement de l'expression artistique, de défense de notre environnement naturel, de...., peut-être reverraient-ils leur conception de ce qu'est l'efficacité globale et se rendraient-ils compte que avec moins de moyens les associations en font plus que n'importe quelle collectivités publiques. Je ne parle même pas des entreprises du secteur privées qui de ce point de vue sont hémiplégique
Donc"OUI LES EMPLOIS AIDES ONT PROUVE LEUR EFFICACITE Y COMPRIS EN TERME D'INSERTION DANS LE MONDE DU TRAVAIL", n'en déplaise à madame la ministre en charge de ce dossier
Vivement une nouvelle loi sur l'Economie Sociale et Solidaire qui consacre enfin ce rôle des associations et mette en place un programme quinquennal de développement de la vie associative

Dominique GUIZIEN
10/11/2017 - 13:36:17

Il est surprenant d'être obligés de défendre une cause contre notre gré. Je suis contre les contrats aidés parce que je considère qu'ils occupent des emplois qui devraient être pérennes. Mais comment accepter le traitement infligés aux personnes qui occupent ces emplois et à ceux qui en ont besoin? Ce serait si simple de partir des besoins pour créer les emplois, mais c'est plus cher! ah! ah! ah!
Sûr, les bénévoles c'est moins cher!!!
Pourtant des gens qui gagneraient correctement leur vie coûteraient beaucoup moins cher à la société qu'en restant au chômage.

Marie-Agnès
10/11/2017 - 12:40:09

c'est la mort programmée de nombreuses associations

karine
10/11/2017 - 12:03:18

Pourquoi une décision aussi brutale qui place les associations en situation difficile et conduira à l'arrêt de projets et de nombreuses actions qui pour la plupart contribuent au lien social et à la réinsertion dans l'emploi et de ce fait au développement d'une économie sociale et solidaire.

JOSIE
10/11/2017 - 11:43:56

Cette suppression des contrats aidés est très négative puisqu'elle compromet moult associations, actions municipales etc...et leurs projets par la brutalité de la décision . Il faut impérativement trouver des aménagements , des délais d'application en attendant de trouver les alternatives pour pallier aux manques et ne pas détruire le tissu social .

colette
10/11/2017 - 11:02:29

J'ai une amie qui a 60 ans sans droit à la retraite encore: grâce à un contrat aidé elle peut travailler même avec un petit salaire,dans un emploi social où elle est très compétente.
Que deviendra-t-elle si les contrats aidés disparaissent? Déjà pauvre elle sera vouer à la grande pauvreté!
Ce n'est qu'un cas surement parmi des milliers, mais elle je la connais. Jackie


Jackie
10/11/2017 - 10:57:12

Bonjour,

Oui ce dispositif des contrats aidés peut être amélioré mais en aucun cas supprimé.
De nombreuses associations peuvent maintenir leurs actions grâce à ces contrats. De nombreuses personnes éloignées de l'emploi se réinsèrent progressivement grâce à ces contrats.
Ce dispositif permet de maintenir de l'activité économique et de ne pas précariser encore plus des personnes en difficultés.
Il est nécessaire de le maintenir et même de l'élargir.

pujol
10/11/2017 - 09:37:48

Tou.tes.s mobilisé.e.s

Vendredi 10 novembre pour la 2ème journée noire des associations

Le 18 octobre dernier a eu lieu la première « journée noire des associations » pour refuser l’immense plan social sur les contrats aidés. Une nouvelle mobilisation est annoncée ce 10 novembre, avec des syndicats et de collectivités territoriales également impactées (voir ICI).


Dans le prolongement de sa déclaration signée par plus de 6 200 acteurs associatifs dont plus de 1 300 organisations, le CAC appelle l’ensemble des personnes et structures concernées à faire du Vendredi 10 Novembre une deuxième journée « noire » avec l’organisation, localement, de nombreuses actions (manifestations, marches, happenings, débrayages, grèves, opérations « assos mortes », etc.) pour parvenir à démontrer qu’une société sans associations est tout simplement une société invivable.

AMENDEMENT LOI DE FINANCES 2018 : DES AVANCEES BIENVENUES MAIS TROP LIMITEES

Face à la mobilisation du monde associatif et des élus locaux, le gouvernement a annoncé des aménagements sur son plan initial en sanctuarisant les contrats aidés dans les secteurs liés à l’urgence sociale et au handicap, et plus récemment aux emplois liés à la « politique de la ville ». L’Assemblée a aussi approuvé un amendement du gouvernement augmentant de 25 millions d'euros le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA).


Ces premières concessions sont bienvenues, mais elles ne sont pas suffisantes, il faut rester mobiliser ! De plus, l'annonce sur les contrats aidés a le défaut de ne pas être chiffré : le gouvernement s'en tient-il à 200 000 contrats aidés en 2018 ou accepte-t-il de revoir ce chiffre à la hausse face aux critiques venues de toutes parts ? Pour rappel, de 2,4 milliards d’euros en 2017, les crédits alloués aux contrats aidés dans le PLF 2018 sont ramenés à 1,4 milliard, soit une diminution de 41,6 %. Si le gouvernement n’augmente pas cette enveloppe, ses annonces sur la sauvegarde des emplois aidés resteront sans effet réel.

Collectif des Associations Citoyennes
09/11/2017 - 18:00:48

Il n'y a qu'une méthode pour ce gouvernement,à gé
rer les "intérêts" de l'Etat:la méthode compta ble...

stoppeur
21/10/2017 - 11:39:23

La brutalité anti-sociale de ce gouvernement prouve seulement son incompétence, son ignorance et son mépris des réalités de la vie d'un pays.

michelle
11/10/2017 - 15:08:05

L'Éducation Nationale, entre autres institutions d'État, fai(sai)t largement appel aux contrats aidés et ne saurait se passer d'eux en l'état,
tout comme nos plus grands média (et pas que) font appel aux intermittents du spectacle.
Nous sommes tous en quête de reconnaissance sociale.
Précarisation et paupérisation sont les mamelles de l'économie mondialiste.
La France, pays des Droits de l'Homme et du Citoyen, de l'Enfant, de la Femme n'est pas plus à la hauteur de ses ambitions que les autres nations.
Le constat est amer et désespérant:
Le Siècle des Lumières est loin. Du temps des allumeurs de réverbères, on y voyait nettement plus clair!
Pour moi, il n'y a jamais eu ni Renaissance, ni Révolution(s).
Nous sommes restés coincés au Moyen-Age...
... "postérieur"? -?!?- En tout cas, on cherche à nous la mettre bien profond!
C'est pas vrai! On ne va pas aux urnes pour en arriver là.
Il est temps de mettre fin à cette farce, à cette démo-crack-ture - et que l'élastique pète!

un anonyme
10/10/2017 - 09:49:15

C'est tout à fait vital pour le fonctionnement démocratique de la France de garder les emplois aidés... il y en a besoin partout: la jeunesse , la nature, toutes nos associations locales qui permettent la cohésion et le développement local indispensable à la vie...

naulin
05/10/2017 - 20:51:14

arrêter cette stupide baisse de dépenses publique et négocier que si le gouvernement admet son erreur et décide de corriger

Riou
05/10/2017 - 10:13:41

Notre association d'aides aux habitants fonctionne grace à l'accompagnement de 2 salariés en contrats aidés. La fin des contrats aidés signe un arrèt de l'association

villeneuve véronique
05/10/2017 - 08:43:18

parce que les contrats aidés, utilisés avec respect, peuvent être un tremplin vers l'insertion

antoine jean
05/10/2017 - 08:13:54

Lorsqu'on aura tué la dernière des associations, asséché nos derniers services publics, que restera-t-il si ce n'est la misère et la colère!!!

Thierry ABALEA
04/10/2017 - 12:02:44

Au cours des années 90, je mes suis retrouvée à ce qu'on appelait alors le RMI. J'ai pu bénéficié d'un emploi dit aidé. C'est ce qui m'a permis de rebondir et de terminer ma carrière en secteur marchand jusqu'à ma retraite que j'ai prise en 2012 à 65 ans

anne
04/10/2017 - 11:43:27

Pour nous, petites associations, les contrats aidés permettaient de lancer une activité utile, le temps qu'elle trouve son équilibre économique. En effet, nous n'avons pas la possibilité d'investir comme les grandes entreprises, ni d'emprunter. En outre, les subventions ne sont jamais versées sur des créations de poste, mais toujours pour de l'investissement. Par conséquent l'arrêt des emplois aidés dans le secteur associatif va gravement impacter la création d'emplois dans le secteur de l'ESS. Il faut les rétablir !

BAUDOIN
03/10/2017 - 20:35:53

c'est pour beaucoup d'associations et de chomeurs, une dignité retrouvée

mono
03/10/2017 - 17:11:44

C'est vrai, au lieu de l'améliorer, ce dispositif rend les travailleurs en difficulté encore plus vulnérables, et les associations souvent bénévoles doivent être soutenues.

Nicole CREMEL
03/10/2017 - 16:13:47

Nous sommes en plein dans un monde capitaliste sans foi ni loi et sans pitié. Où sont passé les avancées pour lesquelles nos aïeux se sont battus, on vit une grande régression sociale, une individualisation.Les différences s'accroissent au niveau des rémunérations, santé, etc... Ce gouvernement favorise clairement les nantis du système et laisse sur la touche les "petites mains". Les anciens auteurs et réalisateurs du siècle dernier étaient des visionnaires, G.Orwell, Aldous Huxley, etc...On se dirige à grand pas vers Soleil vert, 1984 ou Brazil...Macron et son joli parti EM a été élu avec 10% de la population, il n'est que très partiellement légitime... Et en + ils recommencent les mêmes erreurs (diminution des APL, augmentation CSG pour les retraités, suppression des contrats aidés etc... tout ça est petit, minable), pendant que les systèmes financiers et leurs requins se gavent toujours encore et encore sur notre dos, truandant les impôts de sommes colossales, engrangeant des sommes faramineuses, on parle de Milliers de milliards de dollars, cherchez l'erreur, nous, nous trimons pour une misère, pour 3 fois rien, enfin, les Français l'ont voulu, ils l'ont...pour 5 ans

BOUCHET JEAN LOUIS
03/10/2017 - 14:06:35

Les contrats aidés sont nécessaires pour les associations, mais aussi pour favoriser le retour au travail de personnes en difficultées.

MICHEL CHENEBEAU
03/10/2017 - 11:58:59

Un peu moins d’hypocrisie en ce qui concerne les "contrats aidés". Si le système est intéressant pour des personnes en difficultés de travail, à condition qu'il mène à de réelle création d'emploi.Il est par ailleurs fortement utilisé comme subventions et donc détourné de sa vocation d'origine. Il vaudrait mieux trouver d'autres systèmes et appeler "un chat, un chat"!

Cornillier Michel
03/10/2017 - 09:21:01

Emplois aidés: La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement?
http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement  

Alain Uguen
03/10/2017 - 08:31:18

Cette lettre ne concerne que le secteur associatif -durement touché, certes- mais le gel des contrats aidés est impacté sur l'ensemble du secteur public. Bien sûr des emplois pérennes dans la fonction publique seraient préférables pour les intéressés. Mais les services publics sont "la bête noire" de nos gouvernants et parlementaires qui ne rêvent que de contrats privés juteux...avec quelques royalties pour eux-mêmes. Le capitalisme pur et dur -baptisé "libéralisme" ce qui sonne beaucoup mieux alors qu'il s'agit d'un concept philosophique- apparaît triomphant. Pourtant, il agonise mais ne mourra pas sans avoir broyé et détruit une grande partie de nos solidarités acquises et actives. J'appartiens à une génération qui a rêvé d'un autre monde possible à portée de mains. 70 ans plus tard, je replace cette utopie dans les catégorie des fantasmes.

Mireille
03/10/2017 - 08:30:58

Combien cela va durer cette hypocrisie ?
"tous au boulot" qu'ils (les différents gouvernements) après la délocalisation des entreprises, la fermeture d'entreprise, la fin de l'artisanat dans certains domènes etc ... voici la fin des contrats aidés ... Autant dire que de permettre à tous de travailler devient vraiment une arlésienne.
Les contrats aidés, je connais un nombre important d'associations et d'humains qui en bénéficiait, c'était mieux que rien question salaire mais au moins ces contrats permettaient à ces structures de faire vivre de beaux projets, de permettre la paix social dans les quartiers ... etc. Si c'est pour aller vers le revenu universel ... pourquoi pas ?

Mariekiki
03/10/2017 - 08:18:55

Je travaille dans l'Education Nationale. A la rentrée le poste en CUI dédié à l'aide aux élèves les plus en difficulté en lecture, écriture et expression orale a été supprimé.
Je suis membre d'une association qui aide les personnes malades d'addiction soignées dans différents hôpitaux parisiens, par l'offre d'activités culturelles : l'ACERMA. Nous venons de perdre un poste en CUI, ce qui nous oblige à salarier la personne qui avait obtenu le contrat aidé. Cela va lourdement gréver le budget de l'association, affaibli chaque année par la baisse des subventions institutionnelles. De plus, en février prochain, le poste du responsable de l'atelier multimédia, si nécessaire pour lutter contre "la fracture numérique" qui touche surtout les personnes les plus précaires que nous recevons, sera remis en cause puisque c'est un CUI.
En résumé, les inégalités sociales et culturelles vont encore se creuser.

un anonyme
01/10/2017 - 15:17:53



inacceptable dans la manière de faire
tristes lendemains d'élections......

peut-être aurait-on pu coconstruire modifications et aménagements au lieu d'imposer casse force et pouvoir autoritaire

mondo
30/09/2017 - 12:01:29

Ras le bol de voir tailler en pièces le monde associatif et l'éducation populaire depuis 1981. Parce que ça n'a pas suffit aux élus de tous bords depuis les années 80 de supprimer les aides aux fonctionnement de l'économie sociale et solidaire et de l'instrumentaliser et ne la "convoquant" que pour exécuter des prestations (cf. le périscolaire) et pour servir des politiques.
Un système avait fait ses preuves : les emplois jeunes lorsque les asso montaient par chaque jeune un parcours et un projet de financement pluriannuel très contrôlé. Quand on a autorisé l'éducation nationale à signer des emplois jeunes sans engagement à terme, là oui ça tout mis parterre. Inspirons nous de politiques qui fonctionne ici ou ailleurs !

BRODHAG
28/09/2017 - 18:29:10

Baisse, voire suppression, des subventions aux associations, en particulier celles qui défendent l'environnement ; suppression des contrats aidés... deux moyens très efficaces pour asphyxier financièrement ces éléments qui dérangent.
Sans compter la mise en difficulté de toutes les structures associatives qui participent à la cohésion sociale.
Bref ces mesures sont un pas de plus vers une société de dureté et d'égoïsme où il fera de moins en moins "bon vivre".
Monsieur le Président, attention : vous êtes en train de faire le lit du FN, pour 2022.

Frawald
27/09/2017 - 20:25:39

Dans la vraie vie, ce sont 260 000 postes qui s'arrêtent net !! Avec aucune proposition de remplacement. Comment font les petites associations qui n'ont pas les moyens de se payer des employés ? Que deviennent les employés mis à la porte, sans préavis, du jour au lendemain ? Encore une fois, ce sont les plus petites structures et les plus bas salaires qui payent les pots cassés, pendant que les grosses entreprises dégagent des bénéfices considérables !!

Olivier PAULS
27/09/2017 - 19:57:15

Notre association accompagne 2 personnes en contrat aidé. Ce sont des personnes éloignées de l'emploi qui reprennent pied pendant toute la période de leur contrat et qui peuvent réfléchir et élaborer un projet professionnel. Elles rendent des services aux habitants d'un quartier, services "coups de main" qui ne sont pas effectués par des artisans et rendent service à des personnes âgées notamment.
La suppression des contrats aidés met en péril notre association.

Consol'
27/09/2017 - 17:38:38

L'asso IDEES DETOURNEES à LORIENT accomplit un superbe travail de médiation sociale. Son existence est menacée directement par la suppression des emplois aidés. L'Etat a besoin d'elle... qu'il ne l'oublie pas !

un anonyme
27/09/2017 - 15:59:06

j'ai travaillé 30 ans auprès de jeunes, la plupart a eu besoin de ce type de contrat pour avoir une expérience. après et seulement après ils sont rentrés sur le marché du travail.

SERGE VIVIER
27/09/2017 - 15:34:23

même si la solution n'est pas bonne avant de supprimer il faut proposer une alternative

philippe serré
27/09/2017 - 15:15:40

Oui bien sur il y a des choses à améliorer mais là,a on sait à quoi sert socialement l'argent et on aimerait en dire autant pour le CICE.

ALAIN BUFERNE
27/09/2017 - 08:39:09

Cette mesure n'est pas constructive aussi bien sur le plan social qu'économique. Quel intérêt de former des personnes proches de 60 ans à un nouveau métier, au lieu de les employer directement sur des postes financièrement aidés qui, sans ces aides, seront difficilement pourvus dans le contexte actuel ? Le but global devrait être l'efficacité, et là, je considère qu'on va essentiellement avoir une forte augmentation du chômage et peu de création d'emplois stables à terme.

un anonyme
27/09/2017 - 02:31:09

les contrats aidés sont indispensables et vont mettre en difficulté les diverses associations dont les associations de défense des animaux

monique
26/09/2017 - 21:41:07

La culture, l'éducation populaire, les TAP et toutes nos aventures associatives vont avoir bien du mal à exister sans ces fameux contrats!
Sans compter que de nombreux jeunes en ont profiter pour acquérir une première expérience avantageuse pour se présenter à de futurs employeurs.
Et que bien des plus 50 ans ont pu se rendre utiles en reprenant une activité, certe à temps partiel, mais c'est toujours mieux que de toucher le chômage à ne rien faire en attendant la retraite!

Joëlle Duparc
26/09/2017 - 20:45:50

Mais si le peuple n'a plus de sous, qui va faire la queue dans les supermarchés : les drones, les robots, les ordinateurs, les machines ?

Leonarda
26/09/2017 - 20:30:37

Rêvons un peu. Dans un grand élan de philanthropie, le gouvernement décide :
- de maintenir les emplois aidés,
- de réduire, ou même augmenter, les APL

Et pour trouver les sous, décide aussi :
- de conserver l'ISF au lieu de le diminuer
- d'annuler le paquet fiscal octroyé par Sarko en son temps, qui a déjà fait perdre un paquet de milliards à l'Etat

g56
26/09/2017 - 20:23:06

Les contrats aidés ne peuvent être supprimer de façon aussi peu démocratique car c'est un lien important pour les associations engagées pour la cohésion sociale et qui travaillent chaque jour sur le terrain. Le tissu associatif est la force vive d'une Ville.

Boganda-Stenfort
26/09/2017 - 20:12:54

J'ai été en contrat aidé dans une école ainsi que d'autres femmes et nous étions très utiles à la Directrice, par contre CDD de 5 ans renouvelable tous les ans, mis sur le carreau à 58 ans, et maintenant 50 euro de retraite mensuel,
CES CONTRATS AIDES SONT TRES UTILES
DEMANDEZ QU'ILS SOIENT RECONDUITS EN CDI !!!!!!!!!!!!!!!

un anonyme
26/09/2017 - 17:00:27

C'est l'offre d'emploi qui crée la nécessité de la formation, en aucun cas l'inverse.
Les contrats aidés, quels que soient leurs défauts, doivent être maintenus.

Cendrine
26/09/2017 - 16:16:31

La diminution des contrats aidés met en difficulté le fonctionnement de l'association de soutien scolaire où je travaille comme bénévole à la Paillade (Montpellier).
C'est vraiment dommage.

Ambre
26/09/2017 - 16:14:32

il faudrait effectivement supprimer les emplois aidés dans le secteur marchant les entreprises commerciales et les pouvoirs public , mais ils sont indispensable pour les resto du cœur , les banques alimentaires , les compagnons d' Emmaüs, le secours Catholique et toutes les associations qui aident les 9 millions de pauvres qui sont abandonnés par l'etat Français et qui logent ou nourissent ceux qui risquent de mourir de faim et de froid en hiver.

Bruno PALLUAT
26/09/2017 - 15:37:06

association Adada, le plus grand refuge d'ânes maltraités de France :
sur 13 contrats, on en supprimerait 8 ; c'est tout juste impensable

un anonyme
26/09/2017 - 12:29:34

Beaucoup de contrats aidés remplacent des postes supprimés. Un contrat aidé n'est pas une aumône faite à un "rien" ou à un "fainéant", mais un emploi indispensable pour que le travail soit fait.

Hélène CHARRIER
26/09/2017 - 11:02:19

28/09 "Fin des contrats aidés, et après ? "en discussion à la bourse du travail à Paris 10°.
http://oxi90.com/GHDURSI79/1733FBCE801643BD8F80A2BE00D6318E.php  

un anonyme
26/09/2017 - 09:37:41

Dans notre commune, je ne vois plus un seul jeune à la pelle et au balai, plus de contrats aidés , plus(-) de sous plus de chômeurs;Dommage.

Georges Doussiet
25/09/2017 - 19:59:00

[ Participer à la cyberaction ]

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !