actualité écologie

La Terre vue depuis l’espace

Ne laissez pas vos appareils en veille

OPÉRATION

AG Cyberacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Bretagne au purin Numéro X

Les associations bretonnes s’élèvent contre un possible assouplissement des règles d’épandage, sur quatre bassins-versants toujours concernés par un taux élevé de nitrates. Il y a quelques jours, le commissaire européen à l’environnement s’est dit ouvert à une discussion sur les plafonds de fertilisation des cultures.

[ 3 760 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 03 octobre 2018

Proposée par Cyberacteurs
En partenariat avec Sauvegarde du Trégor et Halte Aux Marées Vertes

Elle sera envoyée à Commissaire Européen

Elle prendra fin le : 03 janvier 2019

Plus d'infos

marées vertesLe titre de cette action est un jeu de mot lancé par Alain Uguen (Conseiller Régional Vert de 92 à 98)au moment du lancement du Programme Bretagne Eau Pure N°2. 30 ans après le problème demeure malgré x programmes Bretagne Eau Pure

En 2007, neuf bassins-versants bretons avaient encore des taux de nitrates supérieurs aux normes autorisées alors que le Conseil Régional avait depuis les années 90 déversé un « pognon de dingue » pour la mise aux normes des exploitations. La sanction de l’Union européenne était immédiate : elle demandait à la France de prendre des mesures contraignantes.

Huit ans plus tard, malgré une nette amélioration, quatre bassins-versants étaient toujours en dehors des clous : l’Ic (22), le Bizien (22), l’Horn (29) et les Echelles (35). Conséquence, aujourd’hui encore, environ 450 agriculteurs sont soumis à des mesures de plafonnement en matière de fertilisation de leurs cultures.

Le 11 septembre, une délégation de la Chambre d’agriculture des Côtes-d’Armor, accompagnée du député européen Alain Cadec, a rencontré le commissaire européen à l’environnement, Karmenu Vella, afin d’évoquer avec lui la possibilité de lever les mesures de plafonnement de fertilisation des cultures, auxquelles 450 agriculteurs sont soumis depuis 2007. Ces exploitants exercent sur quatre bassins-versants, l’Ic (22), le Bizien (22), l’Horn (29) et les Échelles (35), où les taux de nitrates restent supérieurs aux normes autorisées, en dépit d’une amélioration sensible ces dernières années. Un accord de principe a été acté afin que la Commission européenne et les autorités françaises se penchent sur le cas de ces quatre bassins-versants.
Une telle perspective est rejetée par les associations. Eau et Rivières de Bretagne par exemple fait part de son désaccord, dans un communiqué. « Depuis 2007, en raison du dépassement des normes sanitaires de nitrates, il reste quatre bassins-versants de Bretagne qui font l’objet d’une réglementation limitant les épandages azotés d’engrais et de lisier sur les sols. Trois de ces rivières (Ic, Horn, Bizien) se déversent dans des baies ou des estuaires encore couvertes d’algues vertes.

Les contribuables payent depuis des années les plans de lutte successifs, ainsi que les frais de ramassage et de traitement de ces marées vertes. Les habitants et l’économie touristique en supportent les nuisances ».

« Irresponsable d’assouplir la réglementation »
« Sur l’Ic et le Bizien, les deux captages publics destinés à l’alimentation en eau potable des populations ont été fermés, et de coûteux travaux d’interconnexion ont dû être engagés et payés par les contribuables. Situation identique de fermeture sur l’Horn, qui a conduit le syndicat intercommunal à créer un nouveau captage sur la rivière de Morlaix ! Au moment du changement climatique qui rend plus indispensable que jamais la mobilisation de toutes les ressources locales en eau, ces abandons de captages constituent une véritable gabegie. Dans ce contexte, où il est indispensable de réduire les algues vertes et de pouvoir le plus rapidement possible remettre en service les captages abandonnés, il serait irresponsable d’assouplir la réglementation sur les épandages agricoles. Au contraire même, Eau et Rivières de Bretagne demande comme l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, plus de réglementation sur les bassins-versants Algues Vertes pour limiter les fuites de nitrate ».


Quant aux associations Sauvegarde du Trégor et Halte Aux Marées Vertes, elles se sont opposées aux actuels Plans Algues Vertes qui n'envisagent que la réduction de moitié du volume de ces algues toxiques en 2027 pour un coût de 55 millions d'argent public. Elles jugent que ce dont a besoin la Bretagne, ce n'est pas un relâchement des efforts pour réduire les épandages, mais bien un durcissement des mesures pour réduire les excès de nitrates, même si pour cela il faut changer le modèle agricole breton intensif et hors sols. Pour que l'eau des rivières bretonnes soient enfin de bonne qualité, il faut en finir avec le seul volontariat des exploitants et intégrer une règlementation adaptée qui s'impose à tous.  

Eau et Rivières a adressé un courrier en ce sens au commissaire européen à l’environnement. Et de s’étonner que le commissaire, « qui devrait défendre le bien commun, se fasse le relais de revendications corporatistes contraires à l’intérêt général ».

Partenaires de Cyberacteurs, Sauvegarde du Trégor et Halte Aux Marées Vertes vous invitent à intervenir auprès du Commissaire Européen.

Eau et rivières contre toute augmentation des épandages
https://www.letelegramme.fr/bretagne/nitrates-eau-et-rivieres-contre-toute-augmentation-des-epandages-21-09-2018-12085598.php#v0rvlcjDIITLQ9Cf.99  

Nitrates. L’Europe prête à discuter sur le cas de quatre bassins-versants
© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/bretagne/nitrates-l-europe-prete-a-discuter-sur-le-cas-de-quatre-bassins-versants-17-09-2018-12081670.php#ico10AOD5EZBrIz0.99  

Bretagne Eau Pure un programme critiqué
https://www.letelegramme.fr/ig/dossiers/eau/bretagne-eau-pure-un-programme-critique-30-12-2008-183931.php  

Évaluation du programme Bretagne eau pure, période 2000-2006
http://www.bretagne-environnement.org/Media/Documentation/Bibliographies/Evaluation-du-programme-Bretagne-eau-pure-periode-2000-2006  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à cab-karmenu-vella-contact@ec.europa.eu
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Non aux épandages agricoles
  • Message : Monsieur le Commissaire Européen
    Sur 4 bassins versants, les taux de nitrates restent supérieurs aux normes autorisées conduisant les élus à des abandons de captage et à de couteux travaux de remplacement aux frais du contribuable qui a déjà du subir de nombreux plans « Bretagne au purin ». Il serait irresponsable d'assouplir la réglementation sur les épandages agricoles.
    Je vous demande comme l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, plus de réglementation sur les bassins-versants Algues Vertes pour limiter les fuites de nitrate.
    Je vous prie de croire en ma vigilance attentive à vos décisions qui doivent aller dans le sens du Bien commun

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

24 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

IL Y EN A VRAIMENT MARRE. Tout est fait dans le mauvais sens. Ca n'est pourtant faute d'être alertés de tous les côtés !!!! A croire qu'ils sont tous aveugles et sourds. Que tous ceux qui prennent ce genre de décisions idiotes ne se croient pas à l'abri du cancer, de mettre au monde des enfants sans bras ou sans mains......

Annie MOYNE
09/10/2018 - 17:59:25

svp pourriez vous regarder le commentaire de Daniel34 du 3 octobre , et préciser s'il serait intéressant d erépondre chacun d enous à cette consultation publique? et comment le faire?
merci
michel

Michel Ruel
07/10/2018 - 22:29:18

L'état est condamné à une amende, mais "l'état" s'en fout puisque "l'état" qui paye, c'est nous et que ceux qui sont au pouvoir n'en ont rien à faire de "l'état", comme si nous nous punissions nous mêmes. Les intérêts de nos gouvernants ne sont pas les mêmes que ceux de "l'état".
"Aux Armes Citoyens"

Christian Perez-Gil
06/10/2018 - 15:07:09

A PARTAGER

Frederic Brunel
06/10/2018 - 08:49:15

Parce que l'on sait que l'on arrive en Bretagne " rien qu'a l'odeur", et comme je suis bretonne je déteste ça , l'image de ma région est ainsi très mauvaise alors que c'est superbe, ce pourrait être le paradis.
Petit rappel éventuel, je suis également contre la disparition des haies du bocage annonçant la disparition des petits animaux et des oiseaux.

mercereau maryse
04/10/2018 - 15:39:37

Halte aux fous, fuite en avant; et l'après, rien à faire...

René HAMEL
04/10/2018 - 10:36:22

Un bon bain de purin pour tous les commissaires Européens

Erick LECONTE
03/10/2018 - 19:24:58

Il existe une solution satisfaisante à ce problème : la construction d'unités de méthanisation qui traitent le lisier pour en extraire le méthane qui est récupéré et brulé à la fois pour le chauffage des locaux et la production d'électricité, comme cela se fait de plus en plus en Allemagne.
Seulement voilà : en France, on trouve plus simple de signer des arrêtés préfectoraux, et tant pis pour la pollution des nappes phréatiques et des rivières par les nitrates, ainsi que du littoral par les algues vertes qui nécessitent un pognon de dingue pour être ramassées et stockées à l'écart des plages.
C'est ubuesque.

Sophonie
03/10/2018 - 18:51:51

Comme d'habitude, les élus ne représentent plus le peuple, il semblerait même qu'ils soient tous devenus des couards ! des trouillards, auraient-ils peur de perdre leur place si bien rémunérées ? où ne savent-ils pas comment faire ? pourtant tout problème a sa solution !... espérons qu'elle sera mise en pratique le plus tôt possible, même si on ignore d'où viennent ces algues vertes empoisonneuses ...

Berthe
03/10/2018 - 18:51:38

La France toujours incapable de s'occuper du moindre problème de pollution . La règle devient "chacun pour soi" donc la loi du plus fort qui lui a toutes les dérogations pour polluer.Je plains les petits agriculteurs.
M. LEHEC

MICHEL LEHEC
03/10/2018 - 18:43:29

t on , sur le plan local, mesuré le triplement de l'élevage Calvez à saint evarzec.?Il faut raison garder....d'accord pour créer des emplois.... mais en bio
Alors qu'est ce qu'on fait? On achéte surtout bio.... et moins de viande pour qu'on n'encréve pas....Pierre cornec
B



ge

un anonyme
03/10/2018 - 16:48:32

N’y a-t-il pas un rapport avec ceci (consultation ouverte sur le site du ministère jusqu’au 24/10/2108) :

Projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 19 décembre 2011 modifié relatif au programme d’actions national à mettre en œuvre dans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1879  

Où il semble qu’il s’agit de repousser (par de nouveaux délais dérogatoires) l’application de mesures destinées à mettre fin aux épandages de lisiers d’élevages.

daniel34
03/10/2018 - 16:08:34

Contre pets, rots estrasses et vomis : solidaires, entre régions, entre pays, sur la planète !

Denis Molès
03/10/2018 - 16:08:01

Changeons le système pas le climat

un anonyme
03/10/2018 - 15:49:44

Voilà comment une DIRECTIVE que la COMMISSION Européenne considère comme uniquement "TECHNIQUE" (en fait TECHNOCRATIQUE) peut avoir des INCIDENCES GRAVES sur notre SANTÉ, notre ENVIRONNEMENT !
Cette mesure d' ASSOUPLISSEMENT RÉGLEMENTAIRE, comme les autres de même nature, menace en quelques DÉCENNIES,"la SURVIE" de L’HUMANITÉ et de la BIODIVERSITÉ des Espèces cultivées, élevées ou naturelles sur la TERRE, dans les ÉCOSYSTÈMES ruraux,
encore "VIVANTS" ;
Ecosystèmes vivants qui SE RÉDUISENT comme peau de chagrin, sous l'effet de l’épuisement de la fertilité des SOLS, par contamination et ACCUMULATION de TOXIQUES, qu'ils soient :
CHIMIQUES(Glyphosate et néonicotinoïdes), RADIOACTIFS (Déchets militaires et civils à vie longue), MINÉRAUX (comme les Sulfates, Sulfites,Nitrites et Nitrates) ou MICROBIENS (adaptation des VIRUS à des CIBLES nouvelles créant de nouvelles PATHOLOGIES et des MICROORGANISMES par bio-résistance aux antibiotiques anciens "sur-utilisés" et aujourd'hui répandus dans tous les milieux ).
J'ai donc modifié le titre de la Lettre de la pétition en "ÉPANDAGES AGRICOLES et SANTE",car si le problème touche pour l'instant la BRETAGNE,
la RÉGLEMENTATION assouplie aura des CONSÉQUENCES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTALES, dans TOUS les PAYS de L'U.E., dont les NORMES de SÉCURITÉ /produits chimiques et pharmaceutiques sont laxistes ou inexistantes ;
Or si "tous les chemins mènent à Rome", de la même manière,
tous les FLEUVES d'Europe mènent aux OCÉANS et... sur leurs PLAGES.
L'URGENCE est donc en FRANCE métropolitaine et dans les DOM-TOM, aux "ALGUES VERTES" et autres "SARGASSES" !

Danièle LORUT
03/10/2018 - 15:36:38

Une solution : le véganisme.
Les consommateurs de produits d'origine animale sont également responsables de la pollution des eaux et des terres engendrée par l'industrie de l'élevage.
Conclusion : si on est "écolo", alors on est forcément végan.

Meryl Pinque
03/10/2018 - 15:20:45

Ça suffit la merde,la chimie ,le moindre effort ,le fric et encore le fric au détriment d une nature préservée et des citoyens en droit de vivre sainement.

un anonyme
03/10/2018 - 14:25:22

C'est inadmissible de supporter ce libéralisme contrôlé à minima. Il faudrait peut-être valoriser ces lisiers (granulés?) et les utiliser sur des terrains déficitaires; la parole est aux spécialistes.

Le Vérinois

Le Vérinois
03/10/2018 - 14:16:12

y en a mare de ces usines a bestiaux
ils nous font bouffer de la merde et en plus ils nous polluent

dudu
03/10/2018 - 13:02:02

Je suis bretonne et je me suis trés consciente du probléme dans l'utilisation des pesticides dans l'agriculture et de l'élevage intensif producteur de purin.
le maîs arrosé de pesticides reste répandu.
il faudrait abandonner cette culture qui pollue la terre, l'eau et l'air.
les agriculteurs ont besoin d'être aidés pour faire autre chose.

un anonyme
03/10/2018 - 12:27:09

Les lobbies sont toujours aussi actifs!
Soyons le plus grand nombre contre cette ignominie.

JEANNINE RETAIL MONNIER
03/10/2018 - 12:15:10

Je signe des deux mains cette pétition.
N'étant pas breton je regrette par exemple, cette situation ubuesque de ces trois kms pestilentiels qui contournent cette superbe plage de Plestin-les-Grèves. Je me rappelle particulièrement bien de cet endroit magique que j'appréciais de contempler le soir à l'hotel St Michel je crois. Lors de mes tournées en Bretagne, c'était l'une de mes haltes préférées,juste au pied de ce qu'était cet endroit magique en fin de journée.

Je ne parle que de l'aspect esthétique , mais je pense également aux "agriculteurs" qu'ils ont bien sûr le droit de vivre. Je leurs demande qu'ils prennent le temps de se poser pour réfléchir à leur avenir. Je crains que le "toujours plus" y compris dans leur profession que je connais et respecte (je suis moi même fils de maraîcher), ces productions et élevages intensifs ne feront à terme que leur perte.
Paul Buret

Paul Buret
03/10/2018 - 11:27:00

On parle du principe pollueur-payeur. Il faudra instaurer le principe selon lequel le signataire d'un acte administratif est responsable des conséquences de cet acte.

Georges Cingal
03/10/2018 - 10:37:37

Industrie / Etat : collusion permanente

L'Etat méprise le Citoyen, rien de neuf, malheureusement.
République n'est pas Démocratie ...

Stefig
03/10/2018 - 10:33:13

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !