actualité écologie

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Annoncez la couleur !

Journal des Bonnes Nouvelles

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction N° 1273: AU SECOURS, LES GRILLE-PAIN REVIENNENT !

les professionnels du secteur de la transition énergétique montent au créneau, et nous appellent à soutien car, après avoir procédé à des modifications arbitraires du coefficient d’énergie finale et du contenu carbone du kWh chauffage relatifs à l’électricité, le gouvernement s’apprête à réformer le DPE(*) et le label BBC(*) afin de poursuivre sa politique de pénétration massive des convecteurs électriques dans la construction neuve et la rénovation, sans avoir besoin de procéder à une rénovation importante de l'enveloppe.

[ 1 861 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 01 juillet 2020

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Premier Ministre | à votre député
En soutien à Négawatt, Synasav, Uprigaz, AFG, AFL, AFPG, AMORCE, CFBP, CIBE, CLER, AFC, COEENOVE, Energies Avenir, Enerplan, FLAME, ICEB, Isolons la Terre contre le CO2, Mur Manteau


Elle prendra fin le : 01 octobre 2020

Plus d'infos

grille-painsC'est le monde de demain avec les recettes d'avant hier (Comme avec la voiture électrique individuelle, il faut accroître la consommation pour maintenir le besoin d'une grosse filière nucléaire dans le mix énergétique puisque la part du nucléaire doit être réduite à 50%).

Un groupement d’organisations d’origines très diverses vient d’adresser le 9 juin une lettre ouverte au Premier ministre afin de lui demander l’arrêt de ce train de réformes et la mise en place d’une politique solide de rénovation du parc de logements.

Cette lettre ouverte a été publiée et peut être téléchargée (avec le communiqué de presse qui l’accompagne) sur
https://www.soutiens.online/  

Un registre de signatures destinées à soutenir cette initiative figure après le texte de la lettre. Il est important d’apporter votre soutien à cette démarche et de la relayer dans vos réseaux.

PS : pour ceux qui veulent en savoir plus, ils trouveront ici : http://leblog.enertech.fr/articles-techniques/item/73-note-d-oliviersidler-,incidences-des-projets-de-reglementation-thermique-dans-le-batiment  
la note technique rédigée sur les conséquences profondes de cette réforme.
(*) DPE : Diagnostic de Performance Énergétique
(*) BBC : Bâtiment Basse Consommation

Monsieur le Premier ministre,
Les signataires de la présente lettre déclarent leur totale adhésion aux objectifs fixés par la loi de transition énergétique pour la croissance verte et la loi énergie climat :
la neutralité carbone en 2050 avec réduction d’ici 2030 de 20 % de la consommation d’énergie finale (tous secteurs), et de 40 % de l’énergie fossile, avec 32 % d’ENR,
la rénovation d’ici 2028 de tous les logements à consommation excessive (classes F et G, de l’actuel Diagnostic de Performance Energétique – DPE), et de l’ensemble du parc bâti au niveau Bâtiment Basse Consommation (BBC) d’ici 2050.
Ils rappellent les options de trajectoire envisagées par la stratégie nationale bas carbone pour 2050 : part limitée du chauffage par effet Joule (5 TWh), contribution essentielle de la chaleur renouvelable individuelle et collective (biomasse, énergie solaire, géothermie, biogaz) et rôle majeur des pompes à chaleur, biogaz et électriques.

Ils attirent l’attention des pouvoirs publics sur l’accélération nécessaire du rythme de rénovations BBC dans le respect de la programmation pluriannuelle de l’énergie qui en prévoit 370 000 par an de 2015 à 2030 ce qui impose, compte tenu de l’historique, d’en faire 540 000 par an entre 2020 et 2030.
La réforme prévue, qui impacte la réglementation environnementale (RE2020), le DPE et le label BBC, vise à modifier le contenu carbone du kWh chauffage et le coefficient d’énergie primaire relatifs à l’électricité, à exprimer le DPE en énergie finale, à placer le label BBC à 60 kWhEF/m²/an, seuil futur entre classes B et C. Les signataires jugent ces dispositions, pour certaines non conformes aux directives européennes, contraires aux lois de la physique et contreproductives au regard des objectifs de la stratégie nationale bas carbone.
Ces mesures vont déstructurer le secteur énergétique, maintenir une piètre qualité des enveloppes bâties, contraindre les maîtres d’ouvrage à des choix de court terme peu efficaces et peu pertinents, accroître le nombre de ménages en précarité énergétique en renchérissant la facture de chauffage.
Il apparaît en effet que :
Le seuil du label BBC, objectif du parc, baisse d’un tiers pour les combustibles, de deux tiers pour le bois, mais augmente d’un facteur 3 pour l’électricité, éliminant ainsi le bois, voire tous les autres combustibles, par des travaux de rénovation rendus plus chers que dans les logements chauffés par effet Joule.
Les incertitudes du futur supposent une faculté d’adaptation qu’interdira l’irréversibilité du choix de l’effet Joule et qu’à l’inverse, la distribution d’eau chaude permettrait.
Pratiquement tous les propriétaires rénoveront en adoptant l’effet Joule en raison de coûts de travaux et de contraintes réglementaires plus faibles que pour toute autre solution. Passer de convecteurs aux granulés devient impossible au regard des contraintes d’isolation imposées. Le bois est pourtant une chaleur renouvelable dont la Ministre de la Transition écologique et solidaire a déclaré le 3 avril 2020 qu’elle voulait en faire « un des vecteurs de la reprise économique ».
En construction neuve et en rénovation, l’ambition de performance est abandonnée et laisse place à des passe-droits rendus peu légitimes par l’existence de pompes à chaleur très efficaces fonctionnant aussi bien au biogaz, à l’électricité ou de manière hybride. Une stratégie d’autant moins compréhensible que la stratégie nationale bas carbone elle-même avait abondamment recours aux pompes à chaleur. Cela va fragiliser la sécurité d’approvisionnement en 2030 en augmentant la pointe hivernale de 10 GWe et la consommation électrique de 22 TWh, alors que 14 réacteurs nucléaires seront en fin de vie d’ici 2035. L’électricité, déjà très carbonée en hiver, le sera davantage par la hausse des importations d’électricité à fort contenu carbone.
La nouvelle étiquette induira en erreur les usagers pour qui la croissance des classes énergétiques rime avec celle des coûts : désormais des logements de même classe auront la même consommation d’énergie finale mais des coûts de chauffage du simple au triple. Cette réforme aura pour effet visible l’explosion des factures de chauffage et l’accroissement de la précarité énergétique.

Ce nouvel étiquetage conduira, de manière inacceptable et sans faire de travaux, à sortir des classes F et G (devant être rénovées avant 2028) environ 3 millions de logements chauffés à l’électricité, et à y faire entrer environ 6 millions de logements chauffés par combustibles. Rénover ces logements chauffés par combustibles est une évidence, éviter la rénovation de ceux chauffés à l’électricité est incompréhensible et contraire à la directive européenne bâtiments.

Ce projet de réforme donne le sentiment que pour les pouvoirs publics, décarboner se résume à électrifier les usages thermiques du bâtiment sans même chercher à réduire les besoins. Ce qui a seulement pour effet de déplacer le problème sans pour autant faire décoller un plan de rénovation attendu par tous et aujourd’hui moribond.
Les signataires demandent expressément que soit plutôt mis en place un plan de relance qui fait suite à la crise sanitaire construit autour des cinq axes suivants :
1 – Redonner aux réformes sur le bâti neuf (RE2020), leur ambition initiale, et ne pas modifier les règles du DPE et du label BBC
L’efficacité énergétique et la décarbonation sont les piliers qui doivent guider la décision dans le secteur du bâtiment. La robustesse d’une réponse résidera dans la variété des composantes décarbonées du panier énergétique auquel elle conduira. Les pompes à chaleur permettent déjà à l’électricité de se placer très efficacement dans le bâtiment sans recours à des artifices discutables et illégitimes. Quant à l’énergie finale, elle ne reflète pas le coût pour l’usager, pas plus qu’elle ne lui permet un rapprochement avec ses différents compteurs. La substituer à l’énergie primaire ne conduira qu’à une vaste tromperie. Nous demandons le retour à un coefficient d’énergie primaire et à un contenu CO2 de l’électricité conformes à la situation française actuelle et la permanence de l’énergie primaire dans les bilans.

2 – Prioriser la rénovation globale et performante et réfléchir à l’efficacité de l’incitation
Pour minimiser les coûts et maximiser les économies, il faut, notamment lors des mutations, favoriser les rénovations globales et performantes qui coûtent moins cher. Dans un premier temps on pourra toutefois mettre en œuvre des rénovations par étape à condition d’en améliorer simultanément la planification et les performances pour qu’elles atteignent effectivement à terme le niveau BBC.
L’incitation a montré ses limites partout en Europe. Aller vers une obligation, en commençant lors des mutations par les logements les moins performants, doit être exploré avant d’élargir progressivement le périmètre des contraintes.

3 – Axer les efforts sur la réalisation d’enveloppes très performantes
Contrairement aux systèmes qui seront renouvelés, l’enveloppe est là pour la durée de vie du bâtiment. Dès lors qu’une rénovation de l’enveloppe est entreprise, il faut donc viser le plus haut niveau d’exigences, comme le souligne la directive européenne bâtiments. Ceci conduit également à plus de confort et à une meilleure qualité sanitaire des logements.

4 – Fournir aux acteurs de terrain les outils assurant la pleine efficience des rénovations énergétiques
Il serait plus efficient de mettre à disposition des acteurs de terrain, des combinaisons de solutions garantissant la performance finale des rénovations et rendant la définition des mesures à prendre plus fiable, plus rapide et plus simple.
Le financement doit cesser d’être le repoussoir à l’action qu’il est aujourd’hui. Une piste à étudier serait de substituer aux aides en vigueur dont l’efficacité n’est pas avérée, un vaste prêt à taux zéro de durée ajustable assurant à chaque ménage le financement des travaux de rénovation et l’équilibre en trésorerie par les gains générés.

5 – Développer une filière française d’excellence de la chaleur renouvelable et des pompes à chaleur (hybrides, électriques et biogaz)
Les solutions individuelles ou collectives de chaleur renouvelable et de récupération (bois, chauffage solaire, géothermie, gaz renouvelables, énergies fatales) distribuée entre autres par réseaux de chaleur méritent d’être davantage encouragées car ce sont des ressources créant localement de l’emploi, indispensables pour atteindre les objectifs de décarbonation et réduire la facture d’énergie des ménages.
La pompe à chaleur est un des dispositifs les plus efficaces pour le chauffage des locaux, voire leur rafraîchissement en été. Les modèles performants, associés à des boucles hydrauliques, qu’ils fonctionnent au biogaz, à l’électricité ou de manière hybride, minimisent fortement la consommation tout en ne dégradant pas la pointe électrique. Ils doivent donc jouer un rôle important dans la politique énergétique. Pour cela, il faut développer une filière d’excellence en France et nous appelons à travailler sur l’amélioration de la performance intrinsèque des appareils et de leurs conditions de fonctionnement, sur la relocalisation de leur production ainsi que sur la qualité de leur mise en œuvre et de leur maintenance.
Les signataires rappellent que le 26 février 2020, la Commission Européenne a incité la France a « des efforts supplémentaires pour accélérer la rénovation énergétique des bâtiments ». Le plan de relance proposé constitue donc une véritable opportunité.
Vous remerciant d’accueillir favorablement nos propositions, veuillez agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de notre haute considération.

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à premier-ministre@cab.pm.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : SOS, les grille-pain reviennent !
  • Message : Monsieur le Premier Ministre
    C'est le monde de demain avec les recettes d'avant hier : une politique de pénétration massive des convecteurs électriques dans la construction neuve et la rénovation, sans avoir besoin de procéder à une rénovation importante de l'enveloppe.
    Je vous demande expressément que soit plutôt mis en place un plan de relance dans l'esprit des réformes sur le bâti neuf (RE2020) avec Priorité à la rénovation globale et performante, à des enveloppes très performantes, des outils des rénovations énergétiques et une filière française d’excellence de la chaleur renouvelable

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

10 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

CONVENTION CITOYENNE, RIEN SUR LA PRODUCTION D'ENERGIE:parmi les 150 propositions de la convention citoyenne climat, aucune ne parle de la production d'énergie en général et électrique en particulier. sachant qu'on nous dirige vers le tout électrique et que la recharge de 20 millions de voitures de petite puissance roulant une heure par jour nécessitera la totalité de la puissance nucléaire la nuit, on est passé à côté du sujet.

DOMINIQUE BOUTS
09/07/2020 - 02:38:55

D'accord dans l'ensemble, mais j'ai des réserves concernant le bois-énergie. Pour moi, ce n'est pas une voie à généraliser mais à réserver uniquement pour les bâtiments localisés dans des zones déjà très boisées. Les forêts sont bien plus précieuses sur pied qu'en granulés ou plaquettes. Le bois est précieux en soi : abattre des arbres pour du bois d'oeuvre peut se justifier, mais il faut laisser les débris pourrir sur place pour s'incorporer au sol. Au début, les granulés de bois se voulaient comme une valorisation du sous-produit du bois d'oeuvre qu'était la sciure. Maintenant la demande en granulés est telle que les granulés et les plaquettes sont devenus des produits principaux au lieu de rester des sous-produits.
Rien ne justifie d'abattre des forêts anciennes, surtout dans cette période de réchauffement climatique. Il faut bien comprendre qu'avec les étés très chauds et secs que l'on a maintenant, la régénération, naturelle ou pas, d'une forêt ouverte par l'abattage d'une forte proportion de ses arbres aura beaucoup de mal à se faire. Dans le contexte climatique actuel, le bois n'est plus une énergie réellement renouvelable. Il faut abandonner cette idée.

Anya Cockle-Bétian
05/07/2020 - 15:19:44

Pas d'accord pour prôner le chauffage au bois, ce n'est pas une énergie durable, seules les constructions durables en bois (meubles, bâtiments, ponts, etc...) permettent de fixer du carbone, si le bois est destiné à être brûlé le bilan est nul, aucune fixation durable ne se produit. Je ne signerai pas cette pétition...

Jean-François Ponge
04/07/2020 - 11:54:21

Aucun signal, si fort soit-il n'est pris en compte: fonte du permafrost sibérien et autres, incendies en Amazonie!!!! on continue à "assister" la bagnole, si chère à Mr Pompidou en son temps! et l'avion tant que nous y sommes, alors que l'on connait leur impact sur leurs émissions en CO2....
rien à ajouter, sinon que le mur de l'écrasement se rapproche...
Et je ne parlerai pas de la "conquête" de l'espace, course effrénée technologique et de prestige, sinon de domination du monde.

cactus
03/07/2020 - 08:28:37

Quelle belle démonstration des "convictions écologiques" du chef de l'Etat !

Roland COMTE
02/07/2020 - 12:16:44

Qui a dit que Macron allait verdir sa politique ? 4 jours suffisent pour démontrer le contraire... ah non je n'ai pas compris, c'est EN MÊME TEMPS

DANIEL ROLLAND
02/07/2020 - 06:56:44

L’action grille-pain est une bonne action.
Je trouve dommage de faire des actions sur des points singuliers.
Vous abordez toutefois les directives énergétiques qui malheureusement, selon le texte du RE2020 n’est qu’une étape.

Où sont les réflexions, études et projets concernant la répartition de production et de l’utilisation de l’énergie ?
Par exemple, les énergies éoliennes et solaires ne peuvent être considérées comme énergie constante.

Où sont les réflexions, études et projets concernant le réchauffement consécutif aux productions industrielles ?
Par exemple, l’énergie nucléaire et d’aitres industries utilisant l’eau comme élément de refroidissement rejettent cette eau à des températures qui élèvent la température des cours d’eau (modifiant la faune et la flore) qui eux vont jusqu’aux mers et océans qui se trouvent ainsi réchauffés.

Nous devrions globaliser nos réflexions pour espérer trouver le bon compromis en intégrant la géothermie, la mutualisation de production sous plusieurs latitudes, … afin de trouver une solution au service de l’humaion et non au service de lobbies qu’ils soient écologistes ou industriels.

Michel Decollogne
02/07/2020 - 04:44:39

Je suis dans la conception bioclimatique depuis + de 15 ans. Nous savons faire des logements qui ne nécessite que très peu d'énergie. Non au retour du chauffage électrique ! ou à la protection solaire d'été : il faut des aides pour protéger les baies vitrées du rayonnement direct d'été.

Bruno BAZIRE
01/07/2020 - 22:49:46

"Je suis le champion de la Terre", qu'il disait... Le champignon, sans doute ?

Carlo Collodi
01/07/2020 - 20:45:24

Je lis et relis parce que c’est dur-dur, et puis bing, je tombe sur ceci :
[Le bois est pourtant une chaleur renouvelable dont la Ministre de la Transition écologique et solidaire a déclaré le 3 avril 2020 qu’elle voulait en faire « un des vecteurs de la reprise économique ».]
Arrrgh, bon sang d’bois !!!

De jour en jour, nous les voyons fondre nos belles forêts ; nous les voyons se miter, avec ces coupes à blanc qui ressemblent à des plaques de teignes. Sans oublier une exploitation hyper mécanisée qui stérilise les sols forestiers et annihile la biodiversité pour longtemps.
Où est le "renouvelable" là-dedans, si ce n’est dans la tête de quelques petits hommes verts qui doivent habiter la planète Mars et avoir une résidence secondaire dans la Lune ?!
Ecologie, douce rêveuse, tu as toujours avancé des solutions qui, à première vue, pourraient paraître vertueuses. Le malheur est que tu n’as, pour l’instant, que peu de prise et de maîtrise sur la mise en oeuvre de ces solutions. D’autres s’en chargent à ta place et ce qu’ils en font est rarement en adéquation avec tes aspirations initiales. Ami(e)s écolos, d’ « entreprenants entrepreneurs » avides de profit n’hésiteront pas à planter davantage de champs d’arbres à essence unique en lieu et place de nos forêts pour alimenter vos chaudières à pellets… Est-ce cela que vous voulez ?
Et puis, couper les forêts pour obtenir une énergie dite renouvelable, c’est ignorer le rôle essentiel de régulation climatique qu’exercent les arbres. Les arbres… ces êtres vivants en interaction peut-être plus conscients que nous ne le supposions. Il me semble important de rappeler cette récente découverte (révolution ?) scientifique à celles et ceux qui ne voient là que grumes, m3 et granulés.
Bref, en préconisant le bois énergie comme un possible pour lutter contre le dérèglement climatique, vous ne faites que « creuser un trou pour en boucher un autre » ou pire, que tuer vos alliés en espérant gagner la guerre. Ce sera sans moi !

Frawald
01/07/2020 - 15:38:09

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !