Mettre l’écologie  au cœur de la politique française.

Emmanuel Macron est l’enfant de l’accord scellé entre le centre-gauche (Jospin) et le centre-droit (Raffarin) autour de l’inversion du calendrier donnant la priorité à l’élection présidentielle sur les élections législatives. Il avait compris qu’il fallait et suffisait de gagner le premier tour de l’élection présidentielle pour gagner le second tour et disposer de suffisamment de ralliements ensuite pour disposer d’une majorité confortable.

Pour changer ça, inutile d’attendre de trouver une majorité pour changer la loi, il suffit de créer les conditions pour rétablir les choses en rendant la priorité à une coalition électorale législatives choisissant ensuite son héraut pour la présidentielle.

Le calendrier d’ici la présidentielle de 2022 fait des élections régionales le support idoine pour mettre en œuvre cette stratégie dans le cadre d’un mouvement qui partirait des régions pour aborder le haut de la pyramide démocratique au lieu de faire l’inverse.

Pour une primaire écologiste à l’automne pour la constitution de la liste du premier tour des régionales pour faire entendre un discours écologiste dégagé du critère gauche-droite.

Le premier tour sera considéré comme la primaire d’une majorité autour de l’écologie ouverte au centre-droit comme au centre-gauche déterminant la répartition des circonscriptions entre les groupes adhérant à la coalition.

Une fois l’étape des régionales franchie, une primaire présidentielle pourra avoir lieu avec des candidates représentant x% de la coalition écologiste.

Rappel des épisodes précédents

2009 Opération Prim’Verts : une primaire écologiste pour les européennes
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=225

2011 pour une primaire populaire de désignation d’un candidat unique de la gauche et des écologistes
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=391

2012 Une victoire nécessaire mais pas suffisante pour que vive la nouvelle majorité de la gauche et des écologistes
https://www.cyberacteurs.org/blog/?p=75

2015 Oui à des Unions Régionales de la Gauche et des Ecologistes sur la base de primaires qui permettent de créer l’Union parce que ça URGE pour la planète
https://www.cyberacteurs.org/blog/?p=2005

Ne jetons pas la démocratie avec l’eau des primaires
https://www.cyberacteurs.org/blog/?p=2991

Covid ? Pas de panique

Bonne nouvelle : ce virus n’est pas plus dangereux qu’un autre du genre “grippal”. En cas d’infection, une attitude de bon sens : ne pas paniquer ni courir à l’hôpital. D’abord faire un lavage des sinus à l’eau tiède par les narines tout simplement (c’est un peu douloureux mais ça en vaut la peine). Après la fin des écoulements, respirer de l’air chaud quelques minutes (au sèche-cheveux devant le nez) Les virus n’aiment pas la chaleur. L’air chaud et sec assèche provisoirement les sinus et pénètre dans les poumons. Recommencer toutes les heures si nécessaire. Tous les virus ne sont pas éliminés, c’est pas grave, mais le traitement permet de faire baisser la charge virale et cela donne le temps à l’organisme de réagir pour fabriquer des anticorps.
Entre temps prendre vitamines, douche ou bain chaud… Boire chaud, manger légèrement. Prendre aussi des boissons qui contiennent de la quinine, même en petite dose (Schweppes, indian tonic… des décoctions d’écorce de quinquina)
Tout ceci est le résultat d’une expérience personnelle : j’ai tout fait pour attraper ce virus (disons que je n’ai pris aucune précaution) malgré mes 80 ans (âge qui concerne 85% des morts) Je suis maintenant certainement immunisé. Pour combien de temps ? Peu de temps dit la propagande de Big Pharma qui n’en sait rien mais nous prépare déjà au pire pour pouvoir vendre un vaccin (quand elle en aura un) au prix fort… au prix très fort. Ce qui est le but de tout ce bazar. Déjà “on” veut nous vendre le remdesivir (passé de 150€ à 2340€ !!) sans savoir s’il est efficace et malgré des effets secondaires non évalués. D’après le Dr Stéphane Gayet, “il faut préciser que le remdésivir est un antiviral qui a été développé pour traiter les infections à virus Ébola, mais sans succès. Il est en revanche très utilisé en Chine pour soigner la péritonite aiguë féline à coronavirus chez les chats.”
Alors ne marchons pas dans les combines, gardons notre sang-froid et notre bon-sens.

Journal des Bonnes Nouvelles du 08 Juin 2020

Grâce au confinement le jour du dépassement de la Terre recule de 3 semaines.

Votre animateur de réseaux préféré profite de ce gain de 3 semaines pour se ressourcer jusqu’à la fin du mois : cela vous fera des vacances.

Par contre Audrey et Marie continueront à assurer la revue de presse quotidienne, Marine à travailler à la mise en place du projet Transacteurs et Adérito notre webmestre à améliorer notre outil pour permettre à chacune et chacun de cocher « abstention » sur une action proposée.

Produits issus de procédés biologiques : finalement non brevetables

Le Kenya interdit le plastique à usage unique dans les zones protégées

La première plate­forme hybride océa­nique du monde bientôt en service

Municipales : Douarnenez actrice de la Transition Ecologique ?

Comité de soutien – Inès Léraud et lanceurs d’alerte

Liste au 28 mai 2020 12h00

Pierre-Henri ALLAIN, journaliste
Edith ANDOUVLIE, maire d’Us
Yann Arthus-BERTRAND, photographe et réalisateur
Florence AUBENAS, journaliste
Isabelle ATTARD, ancienne députée
Pierre AUROUSSEAU, agronome
Raymond AVRILLIER, maire-adjoint honoraire de Grenoble
Loïc BALLARINI
Delphine BATHO, députée, ancienne ministre de l’Ecologie
Nicolas BERARD, journaliste
Jean Berthelot président du club de la presse de Bordeaux
Michel BESNARD, militant associatif
Eric BEYNEL, porte-parole de l’union syndicale Solidaires
Yves BILLON, syndicaliste:
Benoît BITEAU, agriculteur, agronome, député européen
Alain BONNEC, Président d’Eau & Rivières de Bretagne
Gérard Borvon président de l’association S-eau-S
Sylvie BOURBIGOT, ancienne conseillère générale
José BOVE, ancien député européen
Hubert Budor documentariste
Henri BUSNEL, militant associatif
Sophie BUSSIERE Avocate Militante écologiste
Nil CAOUISSIN-KAWAN
Jacques CAPLAT, chercheur en agronomie
Michèle CARMES, élue municipale
Amandine Casadamont artiste-auteur,
Les élus CGT Altho
Union locale CGT Guingamp
Fabien CHARBONNIER, paysan
Olivier CHAUMELLE Producteur radio
Jean-Charles CHATARD, réalisateur de télévision
Hélène CHAUVEAU Présidente de la Géothèque
Arnaud CHIFFAUDEL Chercheur  Co-fondateur d’AMAP
Erwan CHOTARD, compositeur
Anne Laure CHOUIN, journaliste radio :
Choup’ Illustratrice
Jean-Marc CLERY, syndicaliste
David COCAULT, syndicaliste :
Yves COCHET, ancien ministre de l’Environnement
Daniel CUEFF, maire de Langouet :
Emilien COUSIN, membre du bureau national du mouvement Utopia :
Olivier CUZON, syndicaliste :
Mirjam CZJZEK, chercheure (CNRS) en biochimie
Katia DANOFFRE, militante associative :
Serge DA SILVA, syndicaliste :
Brigitte DEBREU-MILON, militante associative :
Jean-François Delcamp, compositeur, kayakiste de mer,
Sylvie DERRIEN, militante associative :
Patrice DESCLAUD, militant écologister
Pascal Deux, Réalisateur radiophonique
Didier Bonnel militant politique
Yvette DORE, ancienne maire d’Hillion
Thomas DUBREUIL, avocat en droit de l’environnement
François DUFOUR, paysan et conseiller régional de Normandie
Dominique DUHAMEL,  militant associatif :
Virginie Dupeyroux – association Henri Pézerat / auteure
Vincent ESNAULT, élu local et militant environnementaliste
Pierre ETIENNE, militant associatif :
Alexandre FARO, avocat en droit de l’environnement
Léa FEHNER, cinéaste
Elise Feltgen, libraire
Muriel FIANACCA, militante associative écologiste :
François FLORENTY Inspecteur du travail en Bretagne
Claude FUSTIER, militant environnementaliste :
Cécile Franchet environnementaliste
Marie-Claude GARCIA, militante associative :
André GARCON, syndicaliste :
Bertrand GAUFRYAU Directeur d’un lycée agricole
Jean-Marie GOATER, éditeur :
Marion GORGIARD, militante associative
Florence GOULLEY :
Sylvie GOURDON, marionnettiste
Alain GOUTAL, dessinateur :
Corinne GRAVIGNY, militante associative :
Eric GUERET, réalisateur :
Dominique GUIHO, militant associatif :
Marie Guillemin artiste musicienne et conteuse.
Jean-Paul GUYOMARC’H, chercheur en biologie :
Xavier HAMON, membre de l’Alliance Slow Food des Cuisiniers :
Jean HASCOET, militant environnementaliste :
Pierre Hémon Elu local Lyon
Jean-Luc HERROUIN, militant associatif :
Pierre HINARD, agronome et éleveur :
Gilles HUET ancien délégué général de l’association Eau et Rivières de Bretagne.
Marie-Jeanne HUSSET, présidente d’Agir pour l’environnement :
Daniel IBANEZ, économiste :
Christian Jacquiau auteur, économiste indépendant
Yannick JADOT, député européen :
Vincent Jarousseau Photographe – Documentariste – Auteur de BD Photographiques
Stéphen KERCKHOVE, délégué général d’Agir pour l’Environnement :
Alexandre-Reza KOKABI, journaliste
Ingrid KRAGL, directrice de l’information de l’ONG Foodwatch
Krismenn, Chanteur
Joël LABBE, sénateur :
François LAFFORGUE, avocat :
Denis LAGRUE, vétérinaire :
Guy LALUC, journaliste (presse agricole) :
Morgan LARGE, élue locale et animatrice radio :
Nadine LAUVERJAT, coordinatrice de Générations Futures :
Carole LE BECHEC, membre du CESER de Bretagne :
Catherine LEBLANC, directeur de recherche au CNRS (biologie marine) :
Michelle LECOLLE, universitaire
Jean-René Le GLATIN, militant associatif :
Lylian LE GOFFf médecin, environnementaliste
Vonig LE GOIC Société des Lectrices
Jean-Luc LE GUELLEC, syndicaliste :
Annie LE GUILLOUX, militante associative
Yves-Marie LE LAY, militant associatif :
Julie Le PANN Tisanière
Jeanne LE PIVERT, militante associative :
Serge LE QUEAU, syndicaliste :
Yann LEYMARIE Surfrider Foundation Europe
Laurent LINTANF, militant associatif :
René LOUAIL, paysan, syndicaliste, ancien conseiller régional de Bretagne :
Véfa LUCAS designer graphique et enseignante
Gilles LUNEAU, journaliste et réalisateur :
Alain MENESGUEN, chercheur en océanographie :
Michel MERCERON, chercheur honoraire en biologie :
Laurence MERMET, militante écologiste : l
Janick MORICEAU, ancienne conseillère régionale :
Gildas MORVAN, adjoint au maire à Tréduder :
Françoise NICOLAS lanceur d’alerte dans la Fonction publique
Fabrice NICOLINO, journaliste :
Jonathan NOSSITER, réalisateur :
Sébastien NOUVEL altair.bzh
Anne-Sophie NOVEL journaliste
Jean-Claude OLIVIER, paysan, militant syndical
André OLLIVRO, militant écologiste
Mariana OTERO, cinéaste :
Pascal Paquin Militant associatif
Véronique PELLERIN, journaliste radio :
Bernard Péré Ancien élu régional
Pierre PEZERAT, réalisateur :
Pierre PHILIPPE, médecin urgentiste :
Martin PIGEON,
Anton PINSCHOF, paysan et syndicaliste
Olivier PLANTARD, chercheur
Philippe POTIN, biologiste marin (CNRS) :
Denez Prigent chanteur, compositeur, poète
Jean-Yves QUEMENEUR, militant associatif :
Maxime RENAHY, investigateur économique :
Gildas RENOU, universitaire en science politique :
Bruno de REVIERS de MAUNY, chercheur en biologie (MNHN)
Andréa RIGAL-CASTA, avocat :
Michèle RIVASI, députée européenne :
Coline ROBERT, avocate :
Marie-Monique ROBIN, journaliste et écrivaine :
Olivier ROELLINGER, chef cuisinier :
Laëtitia ROUXEL, auteure de bande dessinée :
François RUFFIN, député :
Agnès et Bernard SACHSE, professeure d’art équestre :
Etienne de SAINT-LAURENT, militant associatif :
Jean SARRASIN, militant écologiste :
Pavol SZALAI REPORTERS SANS FRONTIÈRES
Carole SAUVAGE, journaliste :
Viviane SERRANO, syndicaliste :
Nicolas SERSIRON, auteur de Dette et extractivisme
Khaled SID MOHAND, journaliste :
Charley SIFAOUI ancien journaliste
Alain STEPHAN, syndicaliste :
jean-michel TAILLANDIER, nivologue
Francis TALEC association henri pézerat
Laure TEULIERES codirectrice de la revue Diasporas
Annie THEBAUD-MONY, sociologue de la santé (INSERM) :
Mathieu THEURIER, vice-président de la métropole de Rennes :
David THOMAS, journaliste, militant politique
Thierry THOMAS, paysan et syndicaliste :
Aurélie TROUVE, agroéconomiste, porte-parole d’ATTAC :
Alain UGUEN, militant écologiste, ancien conseiller régional :
Gabriel ULLMANN, expert judiciaire en environnement :
Elise VAN BENEDEN, présidente d’Anticor :
Patrick VASSORT Sociologue
François VEILLERETTE, directeur de Générations Futures :
Gérard et Nicole VOIDE militants associatifs
Denise VUILLON Productrice à l’origine de la 1ère AMAP

Structures collectives
Association Erquy Environnement et de son conseil d’administration Florence Roucout-Conan
Association du Contrevent (Tréguidel)
Association Balafen
Alerte pesticides Haute Gironde.
ul cgt de guingamp
Coquelicots de Betton
DANACTU-RESISTANCE
Douarnenez Terre citoyenne
EELV bretagne
Ensemble 22
FSU Bretagne
Faucheurs Volontaires Bretons
journal L’âge de faire
Place Publique Morbihan
PIG BZH – Pisseurs.sseuses Involontaires de Glyphosate de Bretagne
Réseau Français de la Construction Paille
S2LH22
Solidaires Météo
SUD-Recherche EPST
The Seed Savers’ Foundation, Australia

Une CASSETTE*” Caisse d’ASsurance Solidaire pour Eclaireurs Totalement en Transition Ecologique”

Nous sommes entrés dans une période de criminalisation de tous ceux qui défendent un autre avenir pour la planète (et je suis aussi concerné) et de raréfaction de l’argent public pour cause de dettes accumulées, je pense que les motifs de dépenses ne vont pas manquer dans les mois qui viennent ne serait-ce que la prise en charge des déplacements des personnes qui accepteraient de venir témoigner pour mobiliser l’opinion publique.

Pour le monde d’après je rêve d’un monde où nous laissions de côté nos problèmes de clochers et d’égos pour construire un support économique qui permette à la biodiversité de nos vies associatives de combiner l’autonomie de chaque structure et la solidarité permettant de faire progresser dans l’opinion publique la nécessité d’une autre vision.

A cyberacteurs nous vivons depuis 20 ans de cotisations et de dons. Nous n’avons donc pas de problème à assumer la dimension économique de toute activité même associative.

Nous plaidons pour la mise en place de transacteurs le réseau économique et social des acteurs de la transition écologique solidaire pour arriver à financer des animatrices et animateurs de territoire qui aident à faire connaitre tous les acteurs économiques et associatifs engagés dans une démarche de transition sur un territoire.

Je n’ai clairement pas la Solution mais je pense que nous avons intérêt collectivement, et par-delà nos problèmes individuels, à réfléchir sur la façon dont nous entendons financer la transition pour nous donner les moyens de convaincre une majorité des habitants de cette planète que nous devons changer nos comportements individuels et collectifs pour espérer que nos descendants puissent survivre.

Ma préoccupation n’est pas d’assurer des revenus pour cyberacteurs mais de nous faire réfléchir collectivement à partir de cette expérience dont Inés est la pièce centrale les outils à mettre en place qui puissent servir à toute personne ou structure prenant des risques du fait de ses engagements pour leur permettre d’assurer leur défense.

Une CASSETTE*” Caisse d’ASsurance Solidaire pour Entrepreneurs Totalement en Transition Ecologique” alimentée

  • par les structures qui y adhéreraient,
  • par les dons de personnes physiques souhaitant soutenir telle personne ou structure
  • le reversement par Cyberacteurs ( et d’autres) de la marge sur la vente d’ouvrages d’écrivains adhérant au principe.et gérée par un “conseil de sages” chargé de décider des frais pris en charge par la CASSETTE.

L’idée étant de mutualiser les ressources et les moyens au niveau territorial (annuaire, agenda, …) pour essayer d’émailler le territoire d’animatrices et d’animateurs de territoires chargés de faire connaitre les actions des structures adhérant à un tel projet, les associations de chaque territoire faisant leur affaire de la gestion des postes sur leur territoire, la CASSETTE étant une caisse de secours en cas d’attaque judiciaire prenant en charge les frais d’avocats et les frais de déplacement.

  • J’aime bien les acronymes mais je n’ai aucun problème si quelqu’une ou quelqu’un a mieux à proposer ou si vous trouvez mes propos délirantsA suivre

Alain

A Fond pour les Fonds : Ca Marche ! 2

Marche Nordique Confinée Solidaire

Marche Nordique Confinée Solidaire

Marche Nordique Confinée Solidaire ( NWC) le 10 mai à 9 heures

Cette organisation éphémère est proposée par le Quimper Athlétisme, association à laquelle se sont associés Breizh Chrono pour toute la partie «Collecte d’informations» et Klikégo pour toute la partie « Inscription et don » et Cyberacteurs pour la partie « reçus de dons »

Voir la video de présentation de cette initiative solidaire

Les inscriptions sont ouvertes sur ce lien 

La manifestation, qui ne se veut pas être une compétition mais une Marche Nordique solidaire sur laquelle il faut rester prudent, est ouverte aux licenciés toutes fédérations confondues et non licenciés majeurs et en bonne santé physique.

Article 2 : Le 10 mai 2020 étant le dernier jour du confinement, les mesures du décret du 23 mars 2020 s’appliqueront et toutes les participations se feront sous couvert du strict respect des mesures gouvernementales à savoir 1 heure maximum et à 1 km de chez soi avec une attestation en poche.

Article 3 : Les regroupements de marcheurs ne sont pas autorisés dans le cadre de cette organisation, le rayon de marche de chaque participant devant impérativement respecter la distance de 1 km, points de départ et retour (Le domicile) devant être identiques.

Article 4 : Chaque participant marche sous couvert de son entière responsabilité et en aucun cas l’organisateur ne serait tenu responsable du non respect des mesures de confinement et de tout fait pouvant survenir dans le cadre de la marche objet de la présente organisation. La participation à cette organisation est purement volontaire.

Article 5 : Une participation à cette organisation nécessite au préalable une inscription par le lien créé à cet effet et est soumise à un don minimum de 5 euros au profit de la recherche médicale contre le covid-19 du CHRU de Brest, FONDATION INNOVEO. L’intégralité du don est reversée par cyberacteurs qui ne fait de reçu que pour les sommes supérieures ou égales à 10 euros.

Article 6 : Une inscription avec don (5 euros minimum) permettra de rejoindre symboliquement un recueil d’informations (Pour rappel ce n’est pas une compétition).

Article 7 : La finalité du recueil d’information se fera selon les catégories en vigueur au sein de la fédération française d’Athlétisme et n’existera que dans le cadre de cette organisation. Il n’aura aucune conséquence sur un avenir sportif proche ou lointain. Ce recueil sera purement symbolique.

Article 8 : La seule récompense sera la satisfaction d’avoir participé à cette organisation caritative. Aucun lot ni médaille ne sera délivré.

Article 9 : Pour être inclus dans le recueil final regroupant l’ensemble des informations, il s’agira de faire remonter avant 12h00 le dimanche 10 mai 2020 une copie (Screen, JPEG, PDF …) de tout moyen mis à profit pour calculer la distance, la durée et le dénivelé de la sortie. Une sortie supérieure à 01h00’00 ne sera pas prise en compte.

Le dénivelé, pouvant être différent d’une sortie à une autre, fera l’objet d’un coefficient multiplicateur corrigeant la distance et non la durée : Soit : Un D+ de 0 à 100 = 1, Un D+ de 101 à 200 = 1,08, Un D+ de 201 à 300 = 1,13, Un D+ de 301 à 400 = 1,18. Un D- sera considéré de 0 à 100. Ce coefficient n’existe que pour essayer d’égaler la distance entre les marcheurs. Les autres paramètres ne seront pas pris en compte. Un aperçu du recueil final sera disponible à partir d’un lien communiqué.

Article 10 : Enfin, cette organisation de Marche Nordique n’est pas une organisation de course à pied et est donc, sous couvert d’un contrat moral, soumise à l’utilisation de bâtons de marche nordique et selon les règles en vigueur. Les défauts ne pouvant pas être constatés, il en va de la bonne conscience de chacun de remonter des données réalistes et fidèle à la bonne humeur qui règne habituellement dans les pelotons de Marcheurs Nordiques.

Les marcheurs sans bâtons ou avec des bâtons qui ne sont pas des bâtons de MN sont bien entendus les bienvenus sur cette action solidaire.

Merci à vous tous et bon courage.

Épandage des pesticides : Les préfets doivent protéger les riverains, pas aggraver la situation !

Jeudi 16 avril 2020, Après avoir dénoncé et attaqué devant le Conseil d’Etat les distances minimales ridiculement faibles d’épandage de pesticides près des habitations, nos organisations-1 sonnent l’alerte quant à l’aggravation actuelle de la situation avec des réductions supplémentaires inadmissibles en cette période de confinement. Nos ONG appellent à la mobilisation générale pour que les préfets interdisent les pulvérisations de pesticides près des habitations et que soient reportées sine die les consultations publiques autour des chartes « pesticides ».

Nombre d’organisations-2 et de riverains-3 ont souhaité attirer l’attention des autorités sur la situation particulièrement pénible actuellement vécue par de nombreuses personnes confinées à leur domicile – comme l’ensemble de la population française – et qui doivent subir les dérives de pesticides pulvérisés à très faible distance de leurs domiciles. Alors que les analyses réalisées par l’UFC-Que Choisir sur les productions de l’agriculture conventionnelle-4 confirment régulièrement la présence de pesticides potentiellement dangereux, ces décisions conduisent à augmenter encore l’exposition des riverains à des produits toxiques, et à durcir les conditions de leur confinement. Alors qu’il serait justifié, dans de telles circonstances sanitaires, d’éloigner les pulvérisations de pesticides des domiciles des riverains des zones cultivées, l’instruction du 3 février dernier relayée par certains préfets sous forme de dérogations rend possible l’inverse et permet de passer outre l’obligation faite dans la loi de respecter des zones sans traitement !

En outre, alors que des mesures d’éloignement devraient être prises, des chartes d’engagements –dites de bon voisinage– rendues obligatoires par la loiEGAlim et le décret du 27décembre2019, sont proposées actuellement à la consultation du public dans certains départements sans aucune homogénéité dans les démarches ce qui rend extrêmement compliqué –surtout en cette période– la possibilité pour la société civile de participer réellement à ces consultations publiques. Ainsi, d’après un questionnaire envoyé à son réseau, Générations Futures note que ces consultations ont débuté dans au moins 13départements, que certaines vont prendre fin d’ici la fin du mois d’avril et d’autres fin mai, alors que certaines chambres d’agriculture, comme en Charente-Maritime, ont décidé de reporter ces consultations à juin. Au vu du contexte actuel, la période n’est pas propice à une consultation sereine et réellement démocratique des diverses parties prenantes. À la fois parce que les difficultés quotidiennes pèsent sur les Français mais également parce que toutes les conditions d’une réelle concertation ne sont pas réunies pour envisager une participation des riverains concernés.

Nous proposons donc à tous les citoyens et toutes les citoyennes d’interpeller dès aujourd’hui les préfets et préfètes-5 pour leur demander d’interdire les épandages de pesticides à proximité des habitations (et en tout état de cause de ne pas promulguer d’arrêtés préfectoraux permettant de déroger à ces zones de non traitement) et de demander aux utilisateurs de pesticides à l’initiative des consultations publiques sur les chartes de reporter ces dernières à une période ultérieure, en tout état de cause après la levée complète du confinement. Une fois ce report acté, il sera alors nécessaire de revoir la manière dont ces consultations sont proposées. A titre d’exemple, certaines consultations sont tellement orientées que les réponses apportées vont inévitablement biaiser le débat comme c’est le cas aujourd’hui en Gironde où des structures locales-6 ont préféré lancer une contre-consultation tant celle proposée par la chambre d’agriculture fausse le débat.

La période actuelle commande que les questions de santé publique deviennent de réelles priorités et que des mesures fortes soient prises en matière d’utilisation de pesticides, afin de protéger la santé et les conditions de vie des Français confinés en milieu rural. Le Gouvernement commettrait une grave erreur en se positionnant à contre-courant de cet impératif.

NOTES
(1)Alerte Médecins Pesticides, Eau & Rivières de Bretagne, Générations Futures, GreenpeaceFrance, Justice Pesticides, Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique, MIRAMAP, Terre & Humanisme, UFC-QueChoisir, Union syndicale Solidaires.
(2)A titre d’exemple Générations Futures a écrit fin mars sur ce point au Premier Ministre.
(3)Certains riverains et collectifs ont écrit à des préfets pour s’inquiéter de ces situations.
(4)Le test comparatif réalisé par l’UFC-QueChoisir en 2016 sur 150 lots de fruits et légumes conventionnels révélait la présence de pesticides dans 80%des échantillons, dont certains contenaient des molécules suspectées d’être des perturbateurs endocriniens, d’être toxiques pour la reproduction et/ou d’être des cancérigènes possibles.
(5)Pour participer à cette interpellation en envoyant un mail à son préfet et/ou en faisant un tweet:

(6)Alerte Pesticides Haute Gironde et le relais local de Générations Futures.

Au 1er avril, plus d’une vingtaine de départements (les départements bretons, normands, du Centre, des Pays de la Loire, ainsi que l’Hérault, la Drôme, les Landes, le Nord et le Pas-de-Calais) ont pu soit lancer la consultation publique, soit déposer leur charte en préfecture, autorisant dans les faits la réduction des distances d’épandage, indique la FNSEA.
https://infogram.com/carte-des-chartes-riverains-applicables-1h7z2lgwnqlx4ow

Distances de sécurité à proximité des habitations : comment s’applique le dispositif
https://agriculture.gouv.fr/distances-de-securite-proximite-des-habitations-comment-sapplique-le-dispositif

Nous vous invitons toutes et tous à signer notre cyber action initiale pour la région Bretagne avec copie à Ministre de l’agriculture et votre député, déjà mise en place le 8 avril et signée plus de 4000 fois
 Cyberaction N° 1218: Ni pesticides, ni coronavirus

Pour les autres régions concernés nous avons créé des duplications

1218-2 Auvergne Rhone Alpes Ni pesticides, ni coronavirus
Auvergne Rhone Alpes Pascal.Mailhos@rhone.gouv.fr,

1218-3 Pays de la Loire Centre Val de loire Ni pesticides, ni coronavirus
Pays de la Loire Claude.dHarcourt@loire-atlantique.gouv.fr
Centre Val de loire Pierre.Pouessel@loiret.gouv.fr

1218-4 Hauts de France Normandie Ni pesticides, ni coronavirus
Hauts de France Michel.Lalande@nord.gouv.fr
Normandie Pierre-Andre.Durand@seine-maritime.gouv.fr

1218-5 Nouvelle Aquitaine occitanie Ni pesticides, ni coronavirus
Nouvelle Aquitaine fabienne.buccio@gironde.gouv.fr
occitanie etienne.Guyot@haute-garonne.gouv.fr,

Des ONG appellent à la mobilisation générale pour que les préfets interdisent les pulvérisations de pesticides près des habitations et que soient reportées sine die les consultations publiques autour des chartes « pesticides ».

Réduction des distances d’épandage

Madame, Monsieur,
Les riverains de terrains agricoles doivent subir de nombreuses dérives de pesticides pulvérisés à très faible distance de leur habitation ce qui durcit encore plus leurs conditions de confinement. Je vous demande d’interdire les pulvérisations de pesticides près des habitations et que soient reportées sine die les consultations publiques autour des chartes « pesticides ».
Vous remerciant par avance de l’attention portée à ces demandes.
Cordialement

A Fond pour les Fonds : Ca Marche !

Pour garder le lien entre eux et se lancer un challenge, la section Marche Nordique du Quimper Athlétisme a réalisé un relai virtuel de 24 heures de marche.

Voir la vidéo des 24 heures de Marche Nordique

Voir la présentation de l’initiative

Outre l’aspect convivial, cette opération a deux buts

1 recueillir des fonds pour la recherche médicale qui permettra de trouver le vaccin qui assurera un retour à une vie “normale” : l’exemple du centenaire britannique qui déplace son déambulateur pour recueillir des fonds est en toile de fond pour donner une dimension utile à notre démarche participative.

L’Association Cyberacteurs a mis en place une possibilité de don en ligne spécifique sur le site de son association qui prendra à son compte les frais bancaires, fera les reçus de dons et donnera l’intégralité des fonds recueillis à la fondation Innoveo du CHRU de Brest.

https://www.cyberacteurs.org/boutique/detail.php?id=116

50 euros récoltés au 19/04

Autre possibilité de don en ligne : Don à l’Association Oligocyte antenne créée à Quimper (29), par Joëlle & Bernard LEON, touchés par le décès de leur fille Anne-Lise (athlète du Quimper Athlétisme).

2 inciter à la pratique de la marche comme élément de lutte contre toutes les comorbidités : la marche c’est un gros atout pour la santé et c’est à la portée de chacune et chacun y compris pendant la période de confinement.

Si d’autres personnes veulent s’inspirer de cette initiative pour la reprendre à leur compte de manière individuelle ou collective, elles peuvent utiliser les commentaires pour faire connaître leur initiative et ajouter leur kilométrage à la performance virtuelle.

Collection Printemps 2020 pour Un jardin à la française

la proposition de Marion : envoyez-vos portraits de tee-shirts masqués. Prise de vue de préférence devant un fond neutre.

Comme Maëlle, Louise, Raphaël, Léa, Lucie, Morgane, Alain, Marie-Hélène, Sacha, Abel, Nolwenn, Philippe, Marie-Pierre, Sandrine, Sophie, Annie, Christine, Sandrine, Axel et Maïwenn, n’hésitez pas à participer en nous envoyant vos modèles pour la collection Un jardin à la française!

Collection Printemps 2020 pour Un jardin à la française

Campagne Annoncez la Couleur

Il est indispensable de s’appuyer sur les citoyens pour construire et mettre en place les changements de comportements ou modes de vie qui peuvent avoir des effets massifs en quelques années. Et pour y parvenir, nous pensons qu’il faut les associer au choix des priorités pour la planète qui est du ressort des communes et de leurs regroupements.

Nous pensons que la crise sanitaire du COVI-19 et le report du second tour ou des municipales sur les principales communes de France est l’occasion de peser sur les listes encore candidates pour les obliger à s’appuyer sur les citoyens pour construire et mettre en place ces changements de comportements en les rendant acteurs et décisionnaires des grandes priorités du mandat municipal en terme de transitions écologique solidaire.

Nous proposons à ceux qui le souhaitent de mener campagne sur ce thème sur leur territoire en interpellant les listes encore en présence susceptibles de répondre favorablement à cette façon nouvelle d’envisager la démocratie au niveau de ce territoire.

Nous recherchons donc des partenaires associatifs qui, sur le modèle de la proposition ci-dessous pour Paris puissent proposer une cyber action sur leur territoire afin que ne participent à chaque cyberaction locale que les électeurs de ce territoire.

Campagne Annoncez la Couleur Paris

 La maire sortante obtient 29,3% des voix sur l’ensemble des arrondissements, loin devant Rachida Dati 22,7% tandis qu’Agnès Buzyn, avec 17,3% des suffrages complète le podium. Suivent David Belliard (10,8%), Cédric Villani (7,9%), Danielle Simonnet (4,6%), Serge Federbusch (1,5%) et Marcel Campion qui ferme la marche avec 0,4%.

Nous proposons donc à tous les électeurs de Paris d’interpeller les listes pouvant se maintenir et se prévalant d’écologie et de citoyenneté pour signer l’appel « Annoncez la couleur » et s’engager ainsi à créer une dynamique citoyenne propre à poser les bases du Monde d’Après auquel nous aspirons.

parisencommun.contact@gmail.com,contact@ecologieparis.fr

Madame, Monsieur


Pour mener campagne pour vous nous demandons de vous engager dans la transition Ecologique solidaire
* en consacrant le temps suspendu à mobiliser les citoyens en les aidant à examiner comment dans leur quotidien ils peuvent modifier leurs consommations pour réduire leur empreinte écologique et donc faire des économies pour eux et pour la collectivité.
* en consacrant les six premiers mois du mandat à faire un remue-méninges citoyen où chaque élu dans son secteur s’engage à repérer en lien avec toutes les forces vives les pistes qui permettront aux collectivités et aux citoyens de réduire leur empreinte écologique au cours du mandat
* en terminant par une consultation citoyenne permettant à chacune et chacun de choisir les priorités pour la Transition Ecologique Solidaire