La forêt au cœur d’une stratégie de transition écologique et économique des territoires ?

Dans le procès opposant l’ONF à Cyberacteurs, l’ONF a été débouté et en tant qu’animateur du réseau cyberacteurs j’ai été relaxé des accusations d’avoir entravé ou faussé le fonctionnement d’un système automatisé de données et d’avoir participé pour cela à une entente établie.

Comme je l’ai dit au tribunal, il me semble qu’en se comportant ainsi vis à vis d’associations qui l’interpellent, l’ONF scie la branche sur laquelle il est assis et qui doit l’amener à supprimer près de 500 postes dont les communes forestières risquent d’être privées à l’avenir si chacun des acteurs de cette filière reste dans son couloir au lieu d’essayer de voir comment les associations, les communes forestières, les structures intercommunales qui gèrent le patrimoine immobilier de leur terriroire, les syndicats, les entreprises du secteur du bois peuvent ensemble faire preuve d’imagination pour répondre au besoin de nature qui n’a jamais été aussi grand chez nos compatriotes.

Nous pensons qu’il devrait être possible au lieu de ne considérer les forêts que comme des usines à bois de les considérer aussi comme partie prenante d’une offre touristique spécifique intégrant

  • des formules d’hébergement à petits prix rendus possibles par des mises à disposition d’une struture intercommunale ad-hoc des logements inoccupés une grande partie de l’année moyennant une convention permettant aux propriétaires de confier à la collectivité la gestion de leur bien quand ils n’en ont pas l’usage en contrepartie d’une prise en charge de travaux de rénovation de leur patrimoine immobilier
  • des propositions de randonnées à pied, à cheval, en vélo, en vtt et d’animations diverses liées à la forêt.

Nous n’avons pas de formule magique ni de produit tout fait mais nous pensons qu’un remue-méninges entre les différents acteurs de cette filière à repenser devrait faire entrer la forêt de l’aire de la cueillette à celle du 3è millénaire et à l’élaboration de produits économiques mêlant nature, culture et santé.

Merci de nous faire savoir si votre organisation est prête à participer à une telle démarche de remue-méninges .

Alain Uguen

Be Sociable, Share!

7 réflexions au sujet de « La forêt au cœur d’une stratégie de transition écologique et économique des territoires ? »

  1. Bonjour Alain et à vous tous
    Je suis d’accord pour faire participer L’iris sauvage, ta proposition est pertinente.
    Je dois justement intervenir demain matin dans une réunion Zoom organisée par Inter Environnement Wallonie sur cette problématique de l’installation de plus en plus fréquente de centre d’hébergements de tourisme en milieu forestier.
    J’ai combattu pendant bientôt 20ans dans le cadre de la CIAO – asbl (association belge basée à Antoing) où je suis désormais membre du bureau exécutif – le projet de Centre Européen des Sports de Glisse (CLNS), qui s’est ensuite mué, sous notre pression, en centre de loisirs nature et sports, Your Nature (taper sur Google vous verrez l’ampleur du projet). Your Nature doit ouvrir très prochainement une première tranche de 188 logements dans une forêt ancienne, 2 autres tranches sont prévues pour faire un total d’un peu moins de 500 logements.
    Je mettrai sur le tapis cette idée de mise à disposition d’une clientèle en forte croissance (surtout après la crise COVID, mais ce mouvement devrait s’accentuer avec le renchérissement prévisible du coût économique et écologique des voyages) de logements à prix accessibles et en dehors mais à proximité des forêts. . .
    Je mets dans la boucle les présidents de Picardie Nature, FNE Hauts de France, AS Forêt, et à la chargée de mission d’Inter Environnement Wallonie. Faisons suivre à d’autres responsables susceptibles de participer à cette réflexion.
    Cordialement à tous

    Jean Claude Brunebarbe 32 rue de Callenelle 59158 Flines lez Mortagne
    Président de L’iris sauvage

  2. Etant fille de l’Est, ma réflexion sera surtout centrée sur le massif forestier vosgien.

    Le mauvais état sanitaire actuel des boisements :

    – Chalarose du frêne qui a encore progressé cette année malgré un hiver froid,

    – stress hydrique pour les grands hêtres dont les branches supérieures dépérissent et les sapins pectinés qui roussissent,

    – encre du chêne,

    – mort des parcelles d’épicéas suite à la pullulation des scolytes, etc…

    sans oublier les dégâts dus à une exploitation toujours plus mécanisée et intensive (tassement des sols, détournement des ruisselets, assèchement des petites zones humides par exposition brutale au soleil suite à des coupes destinées à créer des éclaircies, broyage des sous-bois…)

    m’incite à dire que la forêt a surtout besoin qu’on lui fiche la paix, qu’on lui laisse le temps de se régénérer pour lui permettre de s’adapter au changement climatique. Si nous continuons ainsi à suivre notre penchant naturel de colons (penchant qui sévit même parmi les écologistes), à exploiter tout en croyant “gérer” ce qui se gère très bien sans nous, nous réussirons surtout l’exploit de la transformer en forêt islandaise, c’est à dire en reliquats de forêt.

    A l’avenir, ce ne sont pas seulement quelques centaines (500 annoncés avant négociations) d’agents patrimoniaux ONF que vont perdre les communes forestières, mais aussi une grande partie de leurs revenus tirés de la forêt.

    Le tourisme comme solution ? Oui, mais un tourisme encadré. Effectivement, pas d’infrastructures ni d’hébergements invasifs en forêt. Dans ma région, les gîtes ruraux se sont multipliés et l’hébergement existe en suffisance. Quant aux logements inoccupés une bonne partie de l’année, ce sont surtout des résidences secondaires qui sont “squattées” par leurs propriétaires au printemps et en été, justement pendant la saison touristique : donc, la solution ne se trouve pas là.

    Le reste de l’année, la forêt devient le terrain de jeux des chasseurs ce qui est peu compatible avec des activités comme la randonnée, le VTT, la découverte nature, etc… à moins d’avoir un quota de pertes acceptables (humour noir)…

    Revenons au tourisme. Pourquoi “encadré” ? Parce que ce dernier peut aussi devenir une plaie. Ainsi les marches populaires d’été telles que pratiquées sur le secteur des Mille-Etangs, qui réunissent plusieurs milliers de participants chaque week-end sur des circuits donnés, sont peut-être bien sympathiques au départ mais se transforment vite en un grand dérangement pour la faune, un grand “écrasement” pour la flore et un grand emm**** pour les habitants du coin qui commencent à en avoir ras la casquette.

    A propos de marche, lors de la Marche pour la forêt, j’ai eu la chance de côtoyer des agents ONF qui ont encore une solide formation naturaliste. L’un se passionnait pour les mousses, un autre s’intéressait aux batraciens, un autre avait des ruches, un garde de mes amis est un spécialiste des rapaces. Ils sont passionnés et les écouter est passionnant. Pourquoi laisser cette expertise se perdre ? Je propose que l’ONF mette en place un service payant de guides nature, au même tarif que celui des guides nature indépendants afin de ne pas pratiquer une concurrence déloyale, gardes-guides qui feraient découvrir la forêt aux touristes. Peut-être cela sauvera-t-il quelques emplois au sein de l’Office tout en favorisant un tourisme respectueux des écosystèmes forestiers.

    Enfin, je trouve dommage que la forêt, les forêts, soient davantage vues comme des terrains de jeux, une ressource à exploiter, plutôt que comme les milieux de vie qu’elles sont, derniers grands refuges de la vie sauvage en Europe. Je ne dis pas qu’il faille totalement “geler” l’exploitation humaine des forêts, je dis qu’il devient nécessaire de modérer fortement notre pression sur ces écosystèmes car nous avons fait beaucoup de mal et continuons à en faire, faute de connaître les arcanes de leur fonctionnement (ce n’est que récemment qu’on a compris l’importance du rôle de la mycorhize dans les échanges entre les arbres).

    On néglige également le rôle climato-régulateur de la forêt. L’a-t-on seulement chiffré ? Combien nous rapporte-t-il, combien nous permet-il d’économiser ? La forêt à conserver comme “usine à climat” plutôt qu’ “usine à bois”. Cela ferait un beau slogan, n’est-ce pas ?

    Très cordiales salutations à vous deux et merci d’avoir eu la patience de me lire.

    Alain, nous sommes super contents de la bonne nouvelle : Cyberacteurs 1 – Direction ONF 0 !!!

    Francine

    PS : Le traitement que la Direction ONF a mitonné pour Cyberacteurs vous laisse deviner le traitement qu’elle réserve à son propre personnel, pas étonnant que le nombre de suicides au sein de l’Office ait explosé.

  3. 2021 Loi Climat et forêt
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=3519

    2020 Soutien de la lutte contre l’exploitation minière en Thailande
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=3344

    2020 COUPES RASES : ET SI ON OUVRAIT LE DÉBAT ?
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=3061

    2020 Les forêts françaises, à la croisée des chemins
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=3065

    2020 Il faut sauver la forêt des Trois Pignons
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=3129

    2019 Il n’est plus temps de couper des forêts pour plus d’avions.
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=2582

    2019 Non à l’éthanol de canne à sucre d’Amazonie
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=3135

    2019 Halte aux coupes rases dans le Morvan
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=3026

    2018 En Marche pour la Forêt
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=2702

    Sauver la forêt de Vohibola
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=2548

    Sauvons la Forêt de la Corniche des Forts à Romainville
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=2365

    2018 Pas de prolongation pour le projet Montagne d’Or : il est temps d’en finir !
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1986

    2018 En France aussi les Forêts sont surexploitées !
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1976

    2017 La forêt d’Is-sur-Tille interdite aux promeneurs les dimanches
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1675

    2017 Défendons le massif « Svydovets » !
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1580

    2017 Toute la forêt au parc national de bialowieza
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1428

    2017 Pas de mine dans nos forêts
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1136

    Contre le pillage de nos forêts et la biomas’carade
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1644

    Sauvons MAKATEA Trésor de biodiversité du Pacifique
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1191

    pour la protection du peuple surui et la préservation de leur terre indigène de forêt amazonienn
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1496

    2016 Ma commune sans bois tropicaux
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=989

    2014 Pierre les vacances sont finies ! Projet abandonné en 2020
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=884

    2014 VERS LA FIN DES FORÊTS PUBLIQUES ?
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=890

    2011 SOS FORETS – PETITION NATIONALE
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=648

    « Massif de la Serre », préservons la biodiversité !
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=406

    2010 L’appel de la forêt, agir pour la biodiversité
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=351

    174 : Halte à la Destruction des forêts tropicales anciennes de Papua
    https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=102

  4. Campagnes solidaires, le mensuel de la Confédération paysanne : « La forêt doit elle aussi résister à l’industrialisation ».

    Ce mois-ci, le dossier central est consacré à la forêt et à son exploitation qui, comme en agriculture, est soumise à un marché international non régulé, au poids démesuré des industriels et des grands propriétaires, aux subventions qui encouragent une production intensive, à la perte des savoir-faire.

    Comme en agriculture, toutefois, des travailleurs et travailleuses de la forêt, des naturalistes et des citoyen.nes défendent les parcelles menacées, acquièrent des terres pour y pratiquer une exploitation raisonnée, développent des circuits courts du bois, créent des coopératives pour valoriser le bois localement.

    https://yonnelautre.fr/spip.php?article9257#forum157869

  5. Globalement d’accord avec ce qui est écrit.

    Pour info l’ONF a créé depuis 15 ans “Retrouvance” https://gitesetrandonnees.onf.fr/
    et propose des gites et circuits de randonnées.

    Il y a également un réseau de naturalistes/onf spécialisés dans différents domaines comme l’ornitho, l’herpéto, les mamm, l’enthomo, les chiro, les champignons et les plantes. Réseau qui réalise, entre autres enquêtes et études, les inventaires faune/flore des réserves biologiques domaniales (+sieurs milliers d’ha) en France.
    Bonne soirées

    François

    • Salut François,

      Merci pour l’info et pour ton commentaire.

      Le réseau de naturalistes ONF ne pourrait-il pas proposer des sorties nature payantes à destination du public ? Vous le faites, mais pas souvent, et c’est gratuit. Le savoir doit se diffuser plus largement. Il a aussi une valeur et se paie même si la somme demandée est modeste. Enfin, vous avez besoin de cet argent.

      Quant à “Retrouvance”, avec ses gîtes et randonnées, c’est vraiment génial mais est-ce moi qui vis en dehors des clous et qui ignorais son existence ou est-ce que la publicité autour de cette initiative n’est pas suffisante ?
      Alain, voici un lien à faire connaître au plus vite aux Cyberami(e)s, tu ne penses pas ?
      Bon week-end à tous,
      Francine

  6. Bonjour Alain,

    je suis forestier à l’ONF, dans le nord meusien.

    Depuis 20 ans, je me désole de l’acharnement de nos directeurs -si dévoués aux
    gouvernements successifs- à bousiller le seul rempart que doit constituer
    logiquement notre Etablissement public face à l’appétit des industriels du bois.

    Je milite au sein du syndicat Snupfen-Solidaires https://www.snupfen.org/ pour tâcher de sauvegarder et promouvoir la forêt citoyenne afin d’enrayer le rouleau compresseur.
    Ton action mérite notre reconnaissance, je salue ton combat et me déclare
    solidaire de ton action.
    Je t’en remercie avec chaleur et admiration.
    Bien amicalement,
    Yannick

Répondre à Jean Claude Brunebarbe Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *