Passer de la demande à la commande.

Et si au lieu de nous adresser aux politiques décriés nous nous mettions en situation de les obliger à défendre notre point de vue en nous mettant en situation de prendre leur place et de peser sur le contenu des politiques comme sur la composition des listes.

La politique, chacun le sait, c’est du rapport de forces. Mais dans le rapport de forces nous sommes souvent confrontés aux lobbies dont le poids financier a souvent plus de force que les mobilisations parce que nous sommes pas aux endroits où les décisions se prennent.

L’autre écueil de la politique à l’ancienne c’est le poids des égos et des querelles de chapelle qui mènent à la multiplication des listes qui souvent noie les vrais enjeux. La primaire que nous avons défendue comme moyen de remettre le citoyen au cœur de l’action politique a montré ses limites au niveau de la présidentielle : ceux qui s’y sont essayé ont été balayés au profit de candidatures auto-proclamées souvent du fait des divisions de leur propre camp parce que l’exercice au niveau d’un scrutin uninominal ne permet pas de prendre en compte la diversité des sensibilités qui se sont exprimées.

Ce qui n’est pas possible au niveau d’une candidature de personne physique l’est par contre au niveau d’une liste si le vote sur le poids des sensibilités s’accompagne d’une vraie discussion permettant d’arriver à un consensus sur le programme et sur la composition d’une liste et des responsabilités où chaque sensibilité se retrouve.

Les fusions de listes baclées à quelques heures entre les deux tours après que les différentes listes se seront étripées pour exister ne restaureront pas l’image délabrée de la politique et ne permettent pas d’associer vraiment les citoyens au niveau des choix qui seront faits ensuite en leur nom.

La primaire concue comme un processus en plusieurs phases permettrait de donner réellement aux électeurs le droit de participer au choix des personnes comme des priorités et donner à voir comment la liste ainsi conçue entend associer les citoyens aux décisions tout au long du mandat.

Une première phase d’affirmation des différences sanctionnée par le vote d’un premier tour qui permette de montrer le poids des différentes sensibilités.

Une phase d’élaboration de ce qui rassemble par un temps de discussion entre les sensibilités pour arriver à un programme qui fasse consensus entre toute la liste parce que chaque sensbilité y trouvera ses petits et l’envie de défendre la liste.

Tout le monde n’a pas envie de perdre sa vie à la défendre et les politiciens qui vivent de la politique et pour la politique fondent leur pouvoir sur l’incapacité du citoyen de base à aller au-delà de la protestation ou de la contestation pour menacer réellement les professionnels de prendre leur place.

Nous disons que nous simples citoyens, souhaitant mettre la transition écologique solidaire au cœur de la campagne des municipales et proposant que la principale activité du mandat soit de réduire l’empreinte écologique de la collectivité et de ses habitants, nous organisons le premier vendredi de décembre une soirée où nous présenterons nos propositions et où toutes les sensibilités qui souhaitent aller dans le même sens en fassent autant. Ensuite un vote sera organisé entre les sensibilités ayant souhaité participer au processus soit le jour même pour constituer la liste qui défendra notre point de vue soit le dimanche qui suit si d’autres sensibilités politiques choisissent entre temps de s’associer à ce processus démocratique de primaire citoyenne.

Premiers signataires : Alain Uguen

Voir Partager C’est Sympa
https://www.youtube.com/watch?v=lvdckQKKz_Q
Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *