Pourquoi l’eau est (encore) un problème en Cornouaille ?

Plovan-24-03

Les associations environnementales du Sud-Finistère alertent l’opinion sur la situation alarmante des cours d’eau et de la mer. Deux événements sont organisés : une conférence-débat à Plovan, sur l’état de la baie d’Audierne et un pique-nique festif à La Torche, contre les pesticides.

L’eau, c’est la vie. Pourtant, l’eau va mal. À la croisée de la journée mondiale de l’eau et de la semaine des alternatives aux pesticides, les associations environnementales de Cornouaille (1) alertent l’opinion sur l’importance de la préservation de la ressource en eau, ce bien commun.

Pesticides et nitrates

Quelle est la situation dans le Sud-Finistère ? Pour l’eau potable, « les normes sont désormais respectées, mais aux prix de traitements chimiques », explique Arnaud Clugery, d’Eau et rivières de Bretagne. En revanche, la qualité de l’eau des rivières, des nappes et des côtes reste mauvaise. En cause : l’épandage de pesticides, de lisiers qui favorisent les nitrates (et donc les algues vertes).

« Il faut de l’ambition pour réduire les nitrates, et cela passera par une adaptation de l’agriculture. Nous demandons par exemple la publication de la carte répertoriant les dérogations à la règle de l’interdiction d’épandage sur la bande des 500 m de la côte. Nous pensons qu’elles sont tellement courantes qu’elles sont devenues la règle. Quant aux pesticides, on exige un plan de sortie de la chimie. »

Mais le problème vient également des réseaux d’assainissement, qui débordent ou qui fuient parfois, contaminant les milieux. « Nous demandons une réelle politique littorale d’urbanisme, compatible avec les milieux. »

“L’eau est un atout pour l’économie”

« L’eau est un atout pour notre économie. Le tourisme, la pêche, les activités de loisir en dépendent. Nous avons tout intérêt à prendre ce problème à bras-le-corps. »

Pour faire prendre conscience de l’urgence de la situation, deux événements sont organisés : une conférence-débat intitulée « Quel avenir pour la baie d’Audierne ? » à Plovan, samedi 24 mars (18 h, salle polyvalente), avec pour invités l’agronome Jacques Caplat et Yves-Marie Le Lay, auteur du livre Les Marées vertes tuent aussi.

« On voit la baie d’Audierne comme très nature, mais lorsqu’on y regarde de près, c’est une zone très fragilisée par les pollutions », souligne Jean Hascoët, de l’association baie de Douarnenez environnement. Le lendemain, à La Torche, un grand pique-nique festif (avec une action collective surprise) est organisé à midi sur le thème « Pesticides : stop maintenant ! ».

(1) Collectif pour une alternative aux fermes usines en Pays bigouden, Sur un air de terre, L’onde citoyenne, Eau et rivières de Bretagne et Alerte à l’Ouest.

Infos pratiques

Samedi 24 mars, à 18 h, conférence-débat “Quel avenir pour la baie d’Audierne”, en présence de Jacques Caplat et Yves-Marie Le Lay, salle polyvalente de Plovan. Dimanche 25 mars, à midi, pique-nique festif “Pesticides : stop maintenant” à La Torche, puis à 15 h création collective.

D’après Ouest France

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *