EGA : Plate-Forme pour le Commerce Equitable

A l’occasion des Etats Généraux de l’Alimentation, les acteurs du commerce équitable (labels, entreprises, associations, distributeurs…), réunis au sein de la Plate-Forme pour le Commerce Equitable, proposent 10 solutions pour rémunérer équitablement les producteurs, assurer la transition écologique et solidaire de notre agriculture et promouvoir des choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable.

UNE RÉFLEXION COLLECTIVE

Dès le début des Etats Généraux de l’alimentation lancés en juillet dernier, 50 organisations se sont rassemblées au sein d’une « plate-forme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire »

http://www.commercequitable.org/images/2017/cp_ega_plateforme_citoyenne.pdf

pour porter collectivement des propositions concrètes à la table des concertations. Ainsi, 63 propositions

http://www.commercequitable.org/images/2017/gp_priorits%20ega%20def_bd.pdf

ont été formulées autour de 7 thématiques (à lire ici).

La Plate-forme pour le commerce équitable a choisi d’en retenir 10 en priorité, qui reprennent les objectifs et les principes du commerce équitable. Il est maintenant décisif de se mobiliser pour faire entendre la voix du commerce équitable : voter sur le site en ligne dédié, ouvert jusqu’au 20 octobre.

LES 10 PROPOSITIONS

=> Cliquer sur chaque proposition pour être dirigé vers le site de vote en ligne.

Donner les moyens à la restauration collective d’atteindre 50 % de produits durables (labellisés/sous signe de qualité, locaux, de saison) à l’horizon 2022 dont 30 % de produits bio, locaux et équitables en productions animales comme végétales.

Accompagner financièrement et techniquement les agriculteurs-ices dans la transition agro-écologique pour s’adapter aux changements climatiques en modifiant leurs pratiques tout en préservant les ressources naturelles et la biodiversité (éviter la “mal-adaptation”). Privilégier la résilience et l’autonomie des exploitations et les stratégies territoriales plutôt que les investissements lourds qui dégradent le climat et les écosystèmes.

Lancer un large programme national d’éducation à la consommation citoyenne et durable pour favoriser des produits locaux, issus de l’agriculture biologique et du commerce équitable et accompagner les changements de modes de consommation.

Créer des conseils citoyens de l’agriculture et de l’alimentation dans les territoires pour recréer du lien entre les consommateurs et les producteurs-ices agricoles.

Rendre transparent le partage de la valeur, en renforçant les moyens et capacités d’action de l’Observatoire des prix et des marges.

Faire évoluer le droit de la concurrence pour permettre aux organisations de producteurs-ices et aux interprofessions de discuter des prix afin de renforcer leur pouvoir de négociation et garantir des prix équitables, rémunérateurs et stables.

Soutenir, en s’appuyant sur la loi ESS de 2014, le développement de filières françaises et internationales de Commerce Équitable qui tendent vers des systèmes de production durables et favorisent l’agro-écologie.

Réorienter les subventions de la Politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne en faveur de l’agriculture biologique et de la rémunération des services sanitaires et environnementaux que les pratiques agro-écologiques procurent à l’ensemble de la société.

S’assurer que les accords de libre-échange entre l’Union européenne et d’autres parties n’impactent pas négativement les filières agricoles françaises ni les paysans-nes du sud, ne mettent pas en péril les ressources de la planète et ne menacent pas les normes sociales, sanitaires et environnementales décidées démocratiquement dans l’UE (y compris celles basées sur le principe de précaution). Renégocier les accords qui ne répondent pas à ces critères. En particulier, refuser l’entrée en vigueur provisoire du CETA (accord UE-Canada) et obtenir sa renégociation.

Accorder au moins 50 % de l’Aide Publique au Développement “sécurité alimentaire” au développement de l’agro-écologie et de l’agriculture familiale et paysanne au sud.

Partagez cet article !

Une réflexion au sujet de « EGA : Plate-Forme pour le Commerce Equitable »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *