Pour une gestion intercommunale des résidences secondaires.

A l’heure où l’arrivée des montants des impôts locaux fait se poser la question du choix entre augmentation des impôts ou réduction des services.
Immobilier : gare à la hausse continue des impôts locaux

A l’heure où la pression migratoire grandit aux portes de l’Europe et où se pose la question de l’accueil des migrants.

Ne faut-il pas poser la question des résidences secondaires inoccupées une grande partie de l’année ( voire toute l’année dans les cas de successions qui durent) ?

Une telle gestion gagnant-gagnant collective d’un parc de logements particuliers pourrait
a) du point de vue de la collectivité
– apporter des recettes supplémentaires aux collectivités
– créer des possibilités de logements pour des saisonniers qui ont parfois du mal à trouver à se loger…
– créer des emplois locaux liés à la gestion des ces logements : nettoyage, entretien, accueil..
– permettre de faire des propositions à petits prix pour des publics à petits budgets en moyenne ou basse saison
– apports supplémentaires pour l’économie locale

b) du point de vue des propriétaires
possibilité de financement : affecter la part du produit des locations soit pour les travaux d’entretien courants géré par la collectivité soit pour constituer un fond pour des travaux de rénovation énergétique.
Gestion sécurisée d’un service qu’ils ne peuvent pas faire eux-mêmes quand leur résidence secondaire est trop éloignée de leur habitation principale ou qu’ils n’ont pas le temps de s’en occuper

Nous vous proposons d’interpeller les maires pour que ce sujet soit au centre des élections régionales, la Région ayant compétence en matière de tourisme pourrait créer une délégation spécifique sur le sujet pour creuser la faisabilité avec des collectivités pilotes

Le texte pourrait être

Monsieur le Maire,

Plutôt que l’alternative augmenter les impôts ou réduire les services aux habitants, nous suggérons de proposer à vos concitoyens propriétaires d’une résidence qu’ils n’occupent pas à longueur d’année qu’il la mette à la disposition de la collectivité qui en assurera la gestion selon une formule gagnant-gagnant définie par contrat entre les deux parties.
La collectivité disposerait ainsi d’un parc de résidences temporaires utilisable s pour des locations de vacances ou de travailleurs saisonniers…
Les propriétaires qui conserveraient la priorité de jouissance de leur bien pourraient décider d’affecter la part du produit des locations soit pour les travaux d’entretien courants géré par la collectivité soit pour constituer un fond pour des travaux de rénovation énergétique.

Compétence tourisme
 – confirmation de l’idée d’une collectivité « chef de file » pour le tourisme au 1er janvier 2016 : la Région. La compétence tourisme demeure néanmoins partagée entre les 3 échelons de collectivités, mais la région est nommée « chef de file ». Etre « chef de file » signifie que la région devra organiser les « modalités de l’action commune des collectivités territoriales et de leur groupement en matière de tourisme ».

Partagez cet article !

4 réflexions au sujet de « Pour une gestion intercommunale des résidences secondaires. »

  1. Il vaudrait mieux faire une proposition aux propriétaires de résidences secondaires d’abord en leur garantissant la bonne qualité de l’entretien de leur maison pendant cette occupation.
    Naturellement généreuse, j’ai plusieurs expériences d’accueil gratuit de personnes en panne dans mon gîte. La générosité de l’une des parties doit impérativement s’accompagner de l’engagement de bon comportement (une charte) de la part de l’autre partie avec possibilité d’être aidé dans la réparation des dégâts, par exemple, s’il s’en produit.
    Il faut se méfier de la théorie quand la théorie engage les autres et non la personne qui théorise.
    Et je vous assure que je suis tout sauf fermée et égoïste.

  2. Je suis aussi de l’avis de Colette, avant de partir dans une telle démarche il serait mieux de faire un sondage auprès des propriétaires de résidences secondaires. Je n’en ai pas, mais autour de moi mes amis en ont, souvent des maisons familiales, donc anciennes et fragiles, et qui supportent mal une utilisation hivernale (mal isolées, des chauffages anciens donc pas économiques, de l’éloignement à la campagne sur des routes pas désservies par des transports en commun, etc). Je ne suis pas certaine que ce soit une idée si rentable, pour les 2 parties, locataire éventuel et propriétaire. Et en cas de dégats et réparations, qui paiera les frais ? Et pour le calcul des taxes d’habitation ? A qui incombent-elles ? Je pense qu’il ne faut pas faire d’angélisme en la matière car ce système peut très vite devenir source de conflits. Alors prudence !

  3. Nous sommes propriétaire d’ un logement à la montagne à Luchon ,que nous occupons le plus souvent possible et que nous souhaitons garder disponible ………….Cette initiative pourrait peut etre intéresser des personnes qui se rendent rarement ,voir ne se rendent plus dans leur résidence secondaire …………Et les résidences secondaires , sont taxées comme les résidences principales dans la ville …………ce qui représente souvent un bon apport d’ argent pour les communes ………
    de plus cette initiative ne me semble pas trés facile à mettre en place ……………..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *