Eh les égo-logistes, désunie l’écologie disparaît : le peuple de l’écologie ne vous dit pas merci.

Comment voulez-vous convaincre une majorité si non seulement vous devenez invisibles électoralement mais en plus vous remerciez ceux qui manipulent les chiffres pour masquer leur défaite en les assurant que vos voix leurs sont acquises comme si nous étions toujours au temps de l’Union de la Gauche version Mitterrand- Marchais ?

Nous savons que nous sommes divers mais nous ne sommes forts que lorsque nous sommes rassemblés (du centre-droit à l’extrême gauche) pour faire gagner l’écologie. Mais à chaque fois qu’il s’agit de faire gagner la gauche, c’est l’écologie qui disparaît : les adhérents et les électeurs désertent un parti englué dans ses querelles d’égos et de stratégies.

Pour avoir une chance de reconstruire l’écologie politique et de faire progresser les idées qui nous sont communes, il nous faut remettre le citoyen au cœur de notre démarche et réapprendre vraiment la politique autrement. Créons pour la rentrée prochaine les conditions d’organisation d’une primaire de l’écologie ouverte à tous ceux qui ont la planète au cœur et faisons du premier tour des élections régionales la primaire grandeur nature de la Gauche et des Ecologistes pour préparer 2017 et une juste répartition des candidatures uniques aux législatives. Car tout laisse à penser que l’optimiste Hollande pense déjà que le FN n’est pas un problème et qu’il lui suffira de débaucher les présidents des groupes écologistes dans les deux chambres pour éviter une candidature écologiste parasite.

La politique c’est du rapport de forces. Pour ne l’avoir pas compris en 2011, nous n’avons pas aujourd’hui les moyens de peser réellement sur les décisions du gouvernement. L’heure n’est donc pas à retourner au gouvernement ni à recomposer avec les productivistes de gauche mais à rassembler les écologistes pour créer les conditions d’un rapport de forces favorable à l’écologie qui permette de bâtir les conditions d’un partenariat gagnant-gagnant pour 2017.

J’invite tous ceux qui le souhaitent à s’exprimer.

Alain Uguen

Les écologistes relégués au rang de figurants

Départementales: Les écologistes en quête d’une stratégie pour le second tour

Chez les écologistes, les départementales ne règlent pas les débats

Résultats départementales 2015: EELV à 2%, un score national en trompe-l’oeil

Partagez cet article !

17 réflexions au sujet de « Eh les égo-logistes, désunie l’écologie disparaît : le peuple de l’écologie ne vous dit pas merci. »

  1. L’union de la gauche: mission impossible?
    http://www.bfmtv.com/politique/l-union-de-la-gauche-mission-impossible-873023.html

    Le dialogue entre le PS et les Verts «renoué », sans garantie de succès

    http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/le-dialogue-entre-le-ps-et-les-verts-renoue-sans-ia0b0n2744240
    Entre Duflot et Royal, la guerre des nerfs
    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20150325.OBS5516/entre-duflot-et-royal-la-guerre-des-nerfs.html
    Manuel Valls propose un pacte aux verts, Cécile Duflot refuse –
    http://www.mensquare.com/actu/politique/1002319-manuel-valls-propose-pacte-ecologistes-refus-cecile-duflot
    Cécile Duflot, l’épine dans le pied de Manuel Valls
    http://www.challenges.fr/politique/20150331.CHA4469/cecile-duflot-l-epine-dans-le-pied-de-manuel-valls.html
    Interview “sexiste” de Cécile Duflot : Europe Ecologie Les Verts saisit le CSA
    http://www.ozap.com/actu/interview-sexiste-de-cecile-duflot-europe-ecologie-les-verts-saisit-le-csa/465457

    Après les départementales, le sursaut ou la fragmentation
    http://blogs.rue89.nouvelobs.com/chez-noel-mamere/2015/03/30/apres-les-departementales-le-sursaut-ou-la-fragmentation-234414

    Cécile Duflot refuse de participer à “la bagarre entre deux gauches”

    http://www.lejdd.fr/Politique/Si-elle-critique-Manuel-Valls-Cecile-Duflot-refuse-de-participer-a-la-bagarre-entre-deux-gauches-725678

    Cécile Duflot, Jean-Vincent Placé, Emmanuelle Cosse : la mort de l’écologie politique
    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/03/31/31001-20150331ARTFIG00330-cecile-duflot-jean-vincent-place-emmanuelle-cosse-la-mort-de-l-ecologie-politique.php

    « Je ne retournerai pas chez les Verts »
    http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-d-oise-95/je-ne-retournerai-pas-chez-les-verts-31-03-2015-4652957.php

    Entre le PS et les Verts : “je t’aime moi non plus”`
    http://www.rtl.fr/actu/politique/departementales-le-ps-et-les-verts-s-adonnent-au-je-t-aime-moi-non-plus-7777185611

    VIDEO. Europe Ecologie-Les Verts: Manuel Valls envisage un remaniement si…
    http://www.20minutes.fr/politique/1575883-20150331-video-europe-ecologie-verts-manuel-valls-envisage-remaniement-si

    Région Rhône-Alpes : les Verts restent fidèles à Jean-Jack Queyranne
    http://www.mlyon.fr/130303-region-rhone-alpes-les-verts-restent-fideles-a-jean-jack-queyranne.html

    Duflot réplique : Valls a le verbe haut, mais où sont les résultats ?
    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2015/03/31/25006-20150331ARTFIG00125-duflot-replique-valls-a-le-verbe-haut-mais-o-sont-les-resultats.php

  2. Je ne veux pas d’une écologie rassemblée, qui alors se prétendra ni de droite ni de gauche. Il n’y aura pas d’écologie dans un système libéral, fondé sur l’accumulation et le productivisme caractéristiques du système capitaliste. Les multinationales sont en train de prendre totalement le contrôle du système pour leur profit exclusif. Iln’y a qu’à voir ce qui se trame dans les traités transatlantiques …
    Il n’y aura d’écologie que nettement anti-libérale, et la seule union à souhaiter, c’est avec les forces et les citoyens clairement anti-libéraux

    • Tout à fait d’accord seul un parti vraiment anti libéral et non productiviste basé uniquement sur la croissance (qui ne règle rien en matière d’emploi ) peut sauver l’écologie et ..la planète.

  3. La diversité est à préserver dans la mesure où elle sache se rassembler d’une part, au moins pour des élections, et d’autre part s’unir en cette période de changement climatique face à un PS qui persiste à mettre ses billes, toutes ses billes sur LA croissance sans nous dire de quel type de croissance il s’agit.
    Pour les énergies renouvelables , une gestion transparente du nucléaire dans l’optique de son remplacement à moyen terme – et non pas dans 20 ans-, il faut apprendre à dialoguer, apprendre la tolérance, AUSSI, surtout parmi tous ceux nombreux qui se préoccupent de l’écologie, de la transition énergétique et qui actuellement ne savent pour qui voter : ôter des voix à l’abstention, ce serait utile

  4. bien que l’écologie ne soit pas politique (le réchauffement concerne tout le monde!)je suis d’accord avec Dufourt les multinationales , le capitalisme ne voient que le profit financier, la domination ,la puissance….on est au bord du gouffre ils sont pour faire un pas en avant…Quelle en est la logique???? Donc notre ennemi est clairement défini c’est le capitalisme

  5. Je suis bien d’accord que les écologistes, EELV, n’ont plus vraiment de rapport avec l’écologie, tellement ils sont hantés par le goût du pouvoir. Ils sont aussi des bétonneurs de premier ordre, exemple D.Voynet qui a été maire de Montreuil de 2008 à 2014. Le nombre d’arbres coupés par sa municipalité pour pouvoir construire de nouveaux immeubles, laisse pantois, et nous a rempli nous les habitants d’une grande colère !
    Par ailleurs je suis bien d’accord avec vous pour penser que ce sont les citoyens qui devront s’unir et combattre pour défendre l’écologie et leurs espaces verts, les gouvernants malheureusement sont (presque) tous dans la main des multinationales et donc à leurs ordres, par exemple Monsanto. Ce n’est pas pourtant pas faute de voir des reportages à la télé sur Arte qui font frémir en pensant qu’on empoisonne les animaux et les humains. Les grands de ce monde préfèrent dire qu’il n’y a aucun problème, de peur de mécontenter, qui?
    La veulerie, la lâcheté font partie de l’humain, certes, mais nous arrivons au seuil critique.
    Il y a plein d’initiatives de personnes qui dont écolo, qui travaillent dur pour faire vivre leur ferme écologique, ou leur écovillage (voir le livre “Les défricheurs” de Eric Dupin) mais malheureusement toutes ces forces positives ne se regroupent pas et militent chacune pour elle-même dans leur coin.
    Quand le peuple aura t-il assez de force pour lutter contre ceux qui nous gouvernent.
    Jeanne

  6. Oui je pense qu’il faut ABSOLUMENT une primaire à gauche. Doit-on y accepter les socialistes?
    Les frondeurs sûrement!
    Comme déjà écrit, comment pouvons nous avoir confiance en des politiques qui négocient TAFTA dans nôtre dos. Aucunes explications, aucunes présentations, nous sommes juste bon à nous taire et leurs donner nos bulletins de votes…
    Il faut changer leurs rôles. Ils sont là pour exercer le pouvoir qu’on leurs donne sous contrôle permanent.

  7. L’avenir politique, donc écologique, ne se joue plus dans les institutions et les logiques de la Vème République. Une nouvelle constitution Française (à défaut d’être Européenne) doit s’écrire et se fonder sur de nouveaux critères sociaux et écologiques. Le mouvement M6R est dans cette dynamique. Mais il ne décolle pas et se heurte à une lourdeur des moyens employés via le web (dans une recherche d’une meilleure participation citoyenne).
    Je lis dans les posts précédents que l’ennemi c’est le capitalisme. Oui, bien sûr, mais il ne s’exerce pas qu’au travers des leaders et des lobbyistes des grandes multinationales. Il se joue aussi dans le tête d’une grande majorité d’une classe moyenne (et supérieure, cela va sans dire) complètement colonisée par la logique capitaliste. Décoloniser la pensée de la majorité de la population Française n’est pas une mince affaire ! Trop d’économie, toujours de l’économie, de la peur du chômage, du déclassement (ces épouvantails qui nous empêchent d’aller voir ailleurs). Trop peu de temps pour réfléchir, se poser les vrais problèmes… Le travail, toujours le travail. Une pensée d’avant garde doit le remettre en cause ce fichu travail et tout ce qui s’en suit. Cela demande beaucoup d’éducation (populaire) et pour l’instant force est de constater que l’éducation (y compris Nationale) ne va pas bien et que la majorité préfère ne pas trop réfléchir. Et il ne se passe rien qui puisse faire basculer les choses, renverser la table. Nous nous émouvons devant le crash d’un airbus A320, mais c’est sans doute une autre catastrophe, d’une autre ampleur, que la société Française et Européenne attend, pour enfin réagir. Au yeux de la masse (et pas seulement des multinationales), une vie humaine (celle des autres) ne vaut pas grand chose. Rien ne se passe si l’on n’est pas touché personnellement. Et aujourd’hui, la société Française va encore trop bien (dans son ensemble et vu avec les oeillères que l’on porte) pour qu’on change quelque chose !

  8. Je refuse, en tant qu’écologiste, d’être classé aux côtés du PS, pour qui nous ne sommes qu’une force d’appoint. Ces soi-disant socialistes qui utilisent le terme, uniquement comme fond de commerce électoral, n’ont rien à faire de et avec les classes populaires et ne sont que des bourgeois plus ou moins cachés qui pratiquent honteusement, le plus abject clientélisme en plaçant leur famille et leurs copains aux bonnes places(voir les dernières listes de nominations: fils de aubry par exemple).
    Il s’agit de la survie de la planète qui n’est ni de gauche ni de droite.
    2 fois cocu par les socialos, ils ne m’auront plus.
    L’écologie et rien que l’écologie
    Par exemple, la question de l’immigration n’est pas un problème écologiste.
    Proposons plutôt un programme d’action sur de vraies valeurs écolo: interdiction d’exercer pour Monsanto et Cie en France, contrôle strict de la grande distribution
    subventions agricoles prioritaires aux exploitations bio, contrôle sévère des lobbyistes de tout poil, revalorisation des médecines naturelles etc…

  9. Oui la ligne de conduite doit être inflexible et les objectifs d’une transition vers un monde réellement plus juste et respectueux de l’environnement et de l’humain toujours conservés. Non il n’y a pas de place pour la compromission sur ces objectifs et oui les convictions doivent rester intactes. Mais oui il faut aussi accepter la réalité. Nous ne sommes pas (hélas) dans le monde rêvé des écolos auquel je revendique l’appartenance. Alors non, la fin ne justifie par les moyens et il n’est pas question de faire de la place à une écologie mondaine ou vidée de son sens, mais il faut juste prendre conscience que les valeurs qui nous guideront (tous) vers une réelle transition où les multinationales n’auront que la place que nous voudront bien leur faire (et pas l’inverse), ne sont pas assez répandues, pas assez partagées, pas assez valorisées. Dans ce cas comment peut-on espérer apprendre au néophyte, comment pouvons-nous ouvrir les yeux à l’ignorant ou le naïf et l’encourager à franchir le fossé qui nous sépare ? Comment espérer que ce fossé soit un jour un peu comblé si nous-même ne tendons pas la main ? Si nous-même ne montrons pas l’exemple et ne donnons pas envie ?
    Pour convaincre il faut être forts, visibles et audibles. Tout le monde connait l’expression “Diviser pour mieux régner”… ça n’est pas pour rien, l’histoire a montré l’efficacité de cette maxime.
    Mais à l’inverse, une autre maxime a aussi fait ses preuves : “l’union fait la force”. Alors comment espérer accroître la justice sociale et environnementale si nous n’unissons pas nos efforts ?
    Que le risque existe que certains tentent de tirer partie d’une potentielle union des forces écologistes ? Soit ! Mais le risque bien réel de récupération existera toujours qu’on le veuille ou non. Le greenwashing ou socialwashing dans le monde de l’entreprise est répandu, c’est un fait. Alors faudrait-il pour autant ne pas tendre la main parce que le risque existe que certains malveillants, ou moins “convaincus”, la prenne ?
    Je suis résolument pour l’union autour de l’action. Et si certains mettent le doigt dans l’engrenage pour en tirer parti, alors tant mieux, parce que si l’engrenage est assez fort ils seront soit entrainés, piégés et discrédités, soit auront commencé à ouvrir les yeux sur d’autres horizons, plus sincères cette fois-ci.
    Soyons optimistes et croyons en nos capacités à parler d’une même voix, même si les intonations sont variées !

  10. Un peu de polémique sur CyberActeurs…
    Je ne mets pas tous les écolos dans le même sac mais le parti qui a pignon sur rue et le plus connut EELV. Je vous avoue que je suis fortement déçu pour les raisons développées rapidement ci-dessous.

    L’Ecologie, le parti EELV… La trahison des mandants

    L’Union, parlons-en… !
    Jusqu’à présent, ce jeune parti politique est d’une grande naïveté sans compter le décalage entre son discours et ses actes qui est abyssale.
    Les thèmes développés sont des opinions d’oppositions mais les actes eux sont dans l’accompagnement des réformes. Ce parti représentant par son importance les écologistes se veut être le chantre d’une autre politique, du changement pour le respect de la planète dans une écologie à la répartition et à la redistribution pour le plus grand nombre… mais il est bien loin de remettre en cause et d’affronter le problème de la lutte des classes de l’exploitation des hommes par les hommes de la finance et surtout ne pas fâcher le PS qui est son faire valoir (le grand frère). Et même dans son domaine de prédilection, il est dans la compromission la plus grande confère le nucléaire ou la montagne qui accouche d’une souris entre promesses de campagne et la participation au Gouvernement…
    Quand les députés de la représentation écologique auraient pu voter non à plusieurs reprises contre la politique d’austérité du Gouvernement qui lamine les petits travailleurs et citoyens, ces mêmes députés, ne se sont pas opposé fermement aux GPI (Grands Projets Inutiles)…, dans le meilleur des cas se sont abstenus. Quand la question a été posé au porte parole, il a répondu que le parti écologique (EELV) n’est pas un parti d’opposition !
    Maintenant vous appelez à l’union ? Désolé, votre demande est mise à mal. Ces politiciens élus (notamment EELV) manquent d’expérience et se font manipuler comme des girouettes et se sont les adhérents et au-delà les citoyens qui aiment leur planètes qui sont trahis… Vous (je m’adresse à ceux qui croient encore à la farce) êtes dans le sillage d’une gauche molle et parce que votre ligne de conduite est pragmatique vous croyez que vous êtes un partenaire idéal, potentiel et viable. Vous n’êtes que des brebis qui ne satisfont ni votre aile droite et ni votre gauche et vous restez dans l’ombre par votre manque de courage car vous êtes sans cesse à ménager des tas de susceptibilités qu’à la fin vous ne représentez que vous même.
    Un début serait de comprendre pourquoi les adeptes de la décroissance ne se sentent pas représentés et pourquoi alors que l’approche “écolos” forcément révolutionnaire voire émancipatrice fait reculer ses représentants politiques se disant écologiste quand ils pourraient marquer des points.
    Les « écolos gauche bonne conscience» avez démontré trop souvent qu’associé à un gouvernement vous étiez petit tout en le restant. Le Premier Ministre éternue et vos ministres s’enrhument.., Comment vous imaginez aux commandes ou même comme partenaires dans l’Union… et si le représentant de la BCE venait à hausser le ton, vous deviendrez amnésique, reniant votre âme au passage… Sauf au moment des campagnes électorales ou les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Le peuple n’est pas dupe longtemps.
    Désolé. Je peux m’unir au reste du monde, mais je ne peux le faire avec tout le monde.
    TOMBALE

  11. Je ne voterai pour aucun parti dit écolo, que ce soit EELV qui ne cherche qu’à faire de la politique et chez qui il n’y a que bataille de chiffonniers. Même si Pierre Rabhi se présentait, je voterais contre ce parti dont un membre fondateur est une princesse (rien que ça….) et dont un des piliers est le chef du WWF France (Mr Oru) qui travaille avec une banque (ou a travaillé) qui finançait les pétroliers. Toutes les vidéos n’ont pas disparu du net……
    Que ce soit Greenpeace, le WWF, BLOOM Association, ces 3 ONG américaines (eh oui) travaillent pour la famille PEW, qui a fait fortune dans le pétrole.

    Le vert n’est donc pas si vert que l’on voudrait nous le faire croire, mais chez moi le verre est plein !!

  12. Il me semble que l’important est de se battre pour une réforme des institutions,
    à commencer par la constitution qui ne correspond plus à la France d’aujourd’hui
    et n’a pas intégré le fait que la France est “en EUROPE”.

    La FÊTE de L’EUROPE EST LE 9 MA I ? le saviez-vous ?

    Moi, je le sais parce que c’est aussi l’anniversaire de mon fils . . .

    Et, l’hymne “national” Européen ?
    Il est pas mieux que cette barbare Marseillaise ??? !!!

    Comment on s’appelle déjà ?
    Ah oui, EUROPE Écologie . . .

    Et quoi, ?
    On attend que ce soit Sarkozy (à nouveau)
    qui réforme la constitution . . .
    Dépêchons nous avant qu’il ne revienne (ou pire ?)

    Et si une bonne réforme constitutionnelle permettait une juste représentativité de chacun.
    Et des législatives à mi-mandat pour éviter une monopolisation du pouvoir
    ( et tant pis si c’est “comme aux USA” )
    Et si, certains ont toujours peur de la co-habitation
    c’est, quand-même une des expression de la Démocratie

    Bien sûr pour la proportionnelle, même si celle-ci doit (aussi)
    faire la place au FN (F-Haine), sa place, mais que sa place, pas plus
    comme les autres.

    Qui disait déjà : ” je ne suis pas du tout d’accord avec vos idées
    mais je ferais tout pour que vous puissiez les exprimer ” ?

    Pour une France (en Europe) Régionale Démocratique Écologique et Solidaire
    (et pas forcément une et indivisible)

    Amicalement

    Fañch (ou François, c’est comme on veut)

  13. Oui je pense qu’il faut ABSOLUMENT une primaire à gauche. Doit-on y accepter les socialistes?
    Les frondeurs sûrement!
    Comme déjà écrit, comment pouvons nous avoir confiance en des politiques qui négocient TAFTA dans nôtre dos. Aucunes explications, aucunes présentations, nous sommes juste bon à nous taire et leurs donner nos bulletins de votes…
    Il faut changer leurs rôles. Ils sont là pour exercer le pouvoir qu’on leurs donne sous contrôle permanent.
    Je colle volontairement un commentaire écrit hier car il est conforme à ce que je pense.

  14. Même si un unique candidat écologiste et anti-nucléaire venait à être désigné, sa voix discordante serait-elle audible dans le brouhaha médiatique de la société du spectacle ?
    Je crois, comme d’autres, qu’une prise de conscience plus large du danger des modes de vie capitalistes ne pourra réellement émerger parmi les citoyen-ne-s que par le biais de l’éducation populaire et d’autres initiatives, et non par les discours de moins en moins écoutés de nos soit-disant représentant-e-s politiques élu-e-s ou mandaté-e-s.
    Bref, place aux alternatives concrètes dans notre quotidien.

  15. Les écologistes sont toujours là.
    Je n’allumerai pas un cigare en affirmant cela, pour vous enfumer, car c’est évident.

    Pour les cantonales, si on ne tiens compte que des cantons où ils étaient présents, ils obtiennent un score de 10 %, ce qui n’est pas mal du tout.

    Ce n’est pas, à mon avis, le parti qui cumule le plus d’opportunistes, très loin de là. Mais c’est vrai, certains membres EELV sont près à intégrer un gouvernement, même en perdition, Barbara Pompili en tête. Le PCF a suivi, dans sa quasi-totalité cette voie.
    On serait prêt à les juger stupides, à vouloir embarquer dans un navire qui va sombrer. Mais en fait, en suivant les élus qui sont aux manettes, les petits partis obtiennent des avantages locaux non négligeables.

    Non, il y a dans le groupe EELV un noyau volumineux et déterminé à participer à la fondation d’une 6eme République axée sur une ligne réellement démocratique et décidé à casser ce modèle de croâââssance stupide basé sur des bulles financières démentes qui ne demandent qu’à exploser et détruisant la planète et la santé de ses habitants.

    Et vis à vis de cette réalité, il y a de plus en plus d’hommes et de femmes qui sont conscients de la nécessité de changer ce système mortifère qui détruit cette planète aux ressources comptées avec une appétit infini.

  16. L’écologie est un principe à appliquer dans tous nos actes quotidiens. Je refuse de l’associer à un parti de gauche ou de droite. Les leaders du ps ou les autres partis politiques sont devenus les copains des copains du capital financier. Ils ont comme patrie l’argent qu’ils brassent et redistribuent à leurs relations issues de la même classe sociale qu’eux.
    Le parti écologique devrait refuser les alliances car elles sont source de compromissions. je n’ai pas confiance dans un parti qui s’allie avec des capitalistes au sens premier du mot.

Répondre à stephane Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *