Nous avons besoin d’un boycott dans le style anti-apartheid pour sauver la planète


Nous devons arrêter le changement climatique. Et nous pouvons y arriver, si nous appliquons aux plus gros émetteurs de carbone les tactiques qui ont fonctionné en Afrique du Sud.

“Les impacts négatifs de Keystone XL auront une incidence sur le monde entier, notre monde commun, le seul monde que nous avons.”

Il y a vingt-cinq ans, les gens pouvaient être excusés de ne pas savoir grand-chose, ou de ne pas faire grand-chose concernant le changement climatique. Aujourd’hui, nous n’avons aucune excuse. Nous ne pouvons plus considérer le changement climatique comme de la science fiction, car nous en ressentons déjà les effets.

C’est pourquoi, de quelque endroit où l’on vit, il paraît consternant que les États-Unis soient en train de débattre s’il faut ou non approuver un pipeline massif destiné à transporter 830 000 barils du pétrole le plus sale du monde du Canada au golfe du Mexique. La production et le transport de cette quantité de pétrole, via le pipeline Keystone XL, pourrait augmenter les émissions de carbone du Canada de plus de 30 % .

Si les impacts négatifs du pipeline n’avaient d’incidence que sur le Canada et les États-Unis, nous pourrions nous contenter de leur souhaiter bonne chance. Sauf qu’ils auront une incidence sur le monde entier, notre monde commun, le seul monde que nous avons. Et nous n’avons pas beaucoup de temps.

Cette semaine, à Berlin, les scientifiques et les représentants politiques ont évalué les options radicales de réduction des émissions présentées par le troisième volet du rapport du GIEC. Nous ne disposons que de 15 ans pour prendre les mesures nécessaires. Le cheval n’est peut-être pas encore scellé, mais il est bel et bien déjà prêt à sortir de son écurie .

Qui peut l’arrêter ? Eh bien, c’est nous qui le pouvons, vous et moi. Et non seulement nous pouvons l’arrêter, mais nous avons le devoir de le faire. C’est un devoir qui commence avec la recommandation de Dieu, donnée aux premiers habitants humains du jardin d’Eden, “de le cultiver et de le garder”. Le garder, et non pas en abuser ou le détruire.

Le goût de la «réussite» dans notre monde devenu fou est mesuré en dollars, en francs, en roupies et en yens. Notre désir de consommer tout ce qui a une valeur perceptible – extraire la moindre pierre précieuse, chaque once de métal, chaque goutte de pétrole, chaque thon dans l’océan, tous les rhinocéros de la brousse – ne connaît pas de limites. Nous vivons dans un monde dominé par la cupidité. Nous avons permis aux intérêts du capital de l’emporter sur les intérêts des êtres humains et de notre Terre.

Tout au long de ma vie, j’ai cru que la seule réponse juste à l’injustice est ce que le Mahatma Gandhi a appelé la «résistance passive». Au cours de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud, en utilisant le boycott, le désinvestissement et les sanctions, et grâce au soutien de nos amis d’outre-mer, nous avons appliqué une pression économique sur l’état injuste, mais aussi une forte pression morale.
Il est clair que les pays et les entreprises qui sont les premiers responsables des émissions de carbone et de l’accélération du changement climatique ne vont tout simplement pas changer d’eux-mêmes, car leurs activités sont une trop grande source de profit pour eux. Ils ont besoin d’une force de persuasion immense de la part de gens comme nous. Et cela ne doit pas forcément consister à négocier nos voitures ou à acheter des vélos !

Il y a de nombreuses façons dont nous pouvons, chacun à notre niveau, lutter contre le changement climatique : en ne gaspillant pas l’énergie, par exemple. Mais ces mesures individuelles ne suffiront pas à faire la différence dans le temps qui nous imparti.

Les gens conscients doivent rompre leurs liens avec les compagnies qui financent l’injustice du changement climatique. Nous pouvons, par exemple, boycotter les événements, les équipes sportives et les programmes médiatiques qui sont sponsorisés par les compagnies d’énergie fossile. Nous pouvons exiger que les publicités des compagnies énergétiques comportent des mises en garde sur les dangers qu’ils occasionnent pour la santé. Nous pouvons encourager davantage de nos universités, de nos municipalités et de nos institutions culturelles à rompre leurs liens avec l’industrie fossile. Nous pouvons organiser des journées sans voiture et construire une sensibilisation de plus grande envergure. Nous pouvons demander à nos communautés religieuses de s’exprimer.

Nous pouvons encourager activement les compagnies d’énergie à consacrer davantage de leurs ressources pour le développement d’énergies soutenables, et nous pouvons récompenser les entreprises qui le font en consommant leur production. Nous pouvons inciter nos gouvernements à investir dans les énergies renouvelables et cesser de subventionner les énergies fossiles. Lorsque cela est possible, nous pouvons installer nos propres panneaux et chauffe-eau solaires.

Nous n’avons pas forcément à pousser l’industrie fossile à la faillite. Mais nous pouvons prendre des mesures pour réduire son poids politique, et faire en sorte que ceux qui causent les dégâts soient ceux qui les réparent.

Et la bonne nouvelle c’est que nous n’avons pas à partir de zéro. Les jeunes du monde entier ont déjà commencé à faire quelque chose. La campagne de désinvestissement de l’énergie fossile est la campagne la plus dynamique dans son genre qui ait jamais été menée dans l’histoire.

Le mois dernier, le Synode général de l’Eglise d’Angleterre a voté massivement pour une révision de sa politique d’investissement à l’égard des entreprises d’énergie fossile, et un évêque a comparé le changement climatique au “grand démon de nos jours”. Certains lycées et fonds de pension ont déjà déclaré qu’ils souhaitent que leurs investissements soient conformes à leurs croyances.

Cela n’a aucun sens d’investir dans des entreprises qui minent notre avenir. Servir en tant que gardiens de la création n’est pas un vain titre ; il faut que nous agissions, à la hauteur de l’urgence que la situation exige.

Le 10 avril 2014,
Monseigneur Desmond Tutu,
archevêque du Cap, Prix Nobel de la Paix

Partagez cet article !

Une réflexion au sujet de « Nous avons besoin d’un boycott dans le style anti-apartheid pour sauver la planète »

  1. A l’heure où l’UE se cherche une vraie et nouvelle raison d’être,il est primor
    dial de lutter contre le “dumping social”,d’abord.L’UE ne devrait avoir d’autre
    priorité que commercer avec les pays qui ont une politique sociale éqquival
    ente à la sienne;et,bien évidemment,en pratiquant une politique salariale
    comparable à celle en pratique en France,”a minima”.Ainsi,chaque continent
    pourrait intensifier et valoriser ses échanges de biens et de services,sans a
    voir à faire appel au commerce extérieur pour “se remplir les poches”…A co
    mmencer par la Chine;et l’Inde,l’Asie du Sud,l’Amérique du Sud,l’Afrique noi
    re.Est-il normal que les richesses de ces continents aillent toujours de l’hé
    misphère Sud vers l’hémisphère Nord…?Et que la misère la + noire sur la planète soit concentrée en hémisphère Sud.Ainsi,les flux migratoires serai
    ent infimes;le dumping social régresserait en Europe;la courbe du chôma
    ge quasiment plate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *