actualité écologie

22 V'là les acteurs des transitions

2023 l'année des droits

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

AG Cyberacteurs

SPAM etc...

Les amis des 150

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

météo

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Stop au Tricastin N°2

Mise en ligne du 02/12/2022 au 17/12/2022

En toute discrétion et sans fanfare encore une fois, EDF a lancé une enquête publique pour prolonger le fonctionnement de l'un des plus vieux réacteurs atomiques de France au delà de déjà 35 ans d'incidents et accidents : le réacteur n°2 de la centrale du Tricastin situé en zone sismique et inondable. Annoncée sur le site internet de EDF que le 21 novembre 2022 l'enquête est déjà ouverte depuis le... 14 novembre 2022 et se terminera le 16 décembre 2022.

Bilan de la cyberaction :

2103 participants

Enquête publique close

Présentation de la cyberaction :

Le public peut y contribuer en ligne quelque soit sa localité mais uniquement dans les mairies des communes de proximités alors que l'on sait que la radioactivité peut atteindre en moins d'un heure la méditerranée. Et plus rapidement encore en cas de mistral. Les pro-nucléaires saturent déjà l'espace des contributions en ligne. Que chaque personne soucieuse de la vie, de la biodiversité, de l'environnement et des générations futures fasse barrage au crime atomique et publie sa "contribution".

enquête publique sur les dispositions proposées par EDF à la suite du 4eme réexamen dit de "sûreté", au-delà de la 35eme année de fonctionnement du vieux et délabré réacteur nucléaire n°2 (INB n°87) de la centrale atomique du Tricastin (Drôme-Vaucluse), se déroule du 14 novembre 2022 au 16 décembre 2022. EDF a déjà gagné une semaine en ne diffusant l'information que tardivement et en activant ses afficionados. Toutefois la population peut contribuer à cette enquête en ligne via un registre dématérialisé ou en mairie des communes de proximités telles Saint-Paul-Trois-Châteaux, Bollène, la Garde-Adhémar, Lamotte-du-Rhône, Lapalud, Pierrelatte, Saint-Restitut.

Pour accéder au registre de l'enquête publique en ligne : https://www.registre-dematerialise.fr/4255/  
Pour prendre connaissance des contributions en ligne : https://www.registre-dematerialise.fr/4255/contributions  

Les commissaires enquêteurs tiennent également des permanences dans ces mairies pour apporter des renseignements et recueillir les observations : Samedi 10 décembre de 9 à 12 heures à Saint-Paul-Trois-Châteaux, Mercredi 14 décembre de 13 h 30 à 17 h 30 à Lapalud, Vendredi 16 décembre de 13 h 30 à 17 h 30 à Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Ces enquêtes publiques obligatoires de part la loi ne sont mises en oeuvre par la nucléocratie que pour faire croire à un processus démocratique couvrant le fait que les décisions sont ... déjà prises ailleurs et entérinées par les autorités. Une mascarade qu'il s'agit évidemment de dénoncer mais qui peut et doit être l'occasion de ne pas laisser les nucléocrates occuper seuls le terrain.

RÉACTEUR N°2 DU TRICASTIN : STOP OU ENCORE ?
https://www.stop-tricastin.fr/enquetepublique/  

Une contribution à l'enquête publique :

Le site nucléaire du Tricastin est une menace permanente car situé en zone sismique et inondable. Les incidents et accidents nucléaires à la centrale nucléaire du Tricastin se multiplient quelque soit le réacteur concerné (voir : http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?category/Vaucluse/Tricastin   )

A l'époque des changements climatiques mondiaux constitués d'alternance notamment de sécheresses et inondations les installations nucléaires sont encore plus vulnérables : manque d'eau pour refroidir les réacteurs ou submersions des installations nucléaires situées, tel au Tricatin, en-dessous du niveau d'eau du canal de Donzère-Mondragon.

Dans ces conditions maintenir en activité la centrale nucléaire et l'ensemble du site atomique du Tricastin est un crime. Les décideurs doivent en répondre devant la justice, leurs biens personnels doivent être confisqués, leurs avantages divers supprimés.

La centrale nucléaire du Tricastin et ses 4 très vieux réacteurs même rafistolés ne sont pas en état de proposer une sécurité à 100%. Or avec la radioactivité artificielle et la grandeur du danger il s'agit de cela ou rien. Qui plus est, plusieurs éléments essentiel pour la sécurité ne peuvent pas être remplacés telle la cuve du réacteur au sein de laquelle est déclenchée la réaction nucléaire. Ainsi du réacteur atomique n°2 de la CNPE du Tricastin. Or plus cette cuve vieillie plus elle est fragilisée et dangereuse.

Par ailleurs l'information judiciaire ouverte par le parquet de Marseille sur la dissimulation d'incidents nucléaires à la centrale nucléaire du Tricastin concernant au moins 12 chefs d'inculpation ( http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2022/10/26/Perquisitions-judiciaires-%C3%A0-la-centrale-nucleaire-du-Tricastin   ) montre que les informations fournies par l'exploitant dans le cadre de cette enquête publique sont sujettes à doute et potentiellement pas de bonne foi ou pire.

Fondamentalement : le nucléaire n'est même pas une question technique mais une question sanitaire et de santé publique.

L'activité nucléaire génère par ces déchets radioactifs artificiels une hypothèque pour les générations futures sur une durée inimaginable à l'échelle humaine : pour certains radio-nucléides contaminants 150 000 ans. C'est à dire y compris pour des civilisations terrestres futures.
Le site nucléaire du Tricastin et notamment le réacteur n°2 participent à ces atteintes sanitaires et environnementales permanentes par la production de rejets radioactifs et chimiques, et déchets.

Arrêter immédiatement le nucléaire, mettre à l'arrêt définitif et inconditionnel le réacteur nucléaire n°2 (et les autres) du Tricastin c'est immédiatement arrêter les rejets de radio-contaminants dans l'atmosphère et dans les eaux du Rhône (et autres fleuves et mers), c'est immédiatement arrêter la production de déchets mortels pour des dizaines de milliers d'années.

Arrêter immédiatement le nucléaire, mettre à l'arrêt définitif et inconditionnel le réacteur nucléaire n°2 c'est arrêter de stocker sur place dans des piscines ouvertes aux attaques terroristes ou guerrières des éléments radioactifs qui menacent toute la région et au delà.

Arrêter immédiatement le nucléaire c'est éviter le risque d'une catastrophe nucléaire (telles celles de Tchernobyl en Ukraine et Fuskushima-Daïchi au Japon) qui rayerait nos départements, notre région, notre pays et la population de la carte (ainsi que les pays limitrophes)

> Efficacité énergétique. Le rendement de la chaîne du nucléaire est de même niveau que les autres énergies non polluantes et non-contaminantes : 30%. Et encore moins avec les perte en ligne de 3% du fait d'une production centralisée verticale : en réalité de 27%. Soit moins que n'importe qu'elle autre énergie renouvelable. Le nucléaire n'est donc ni efficace ni rentable. Accepteriez-vous que le distributeur bancaire ne vous verse que 30€ alors qu'on vous débite de 100€?

> Indépendance. Le nucléaire entraîne une exploitation des ressources minières uranifères dans des pays extérieurs
1) qui rend notre pays dépendant à 100% de l'étranger (uranium du Niger, Kazakhstan,... )
2) dans des conditions de travail des mineurs proches du colonialisme
3) engendrant des cancers et maladies mortelles parmi les travailleurs et populations locales
4) détruisant l'équilibre environnemental de ces pays, contaminant rivières et lieux de vie
par ailleurs les plans des centrales nucléaires dites françaises sont en fait Etats-Uniens (Westinghouse), plans pour lesquels EDF (nous les contribuables et usagers) avons payé des royalties pendant plus de 40 ans.

> Efficacité financière et démocratie. L'argent consacré au nucléaire trouverait bien mieux à s'investir dans les énergies renouvelables non mortifères, permettrait de sauver EDF de sa dépendance à la destruction atomique et de développer une entreprise publique, spécialiste nationale/européenne d'énergies non-polluantes/contaminantes et décentralisée au plus près des besoins et ressources locales/régionales (solaire thermique, solaire électrique, hydraulique, hydrolien, biomasse, géothermie, moyens éoliens terrestres et maritimes,...), rétablirait la démocratie vivante par la création de sociétés d'économie mixte locale avec participation des habitant-es, salarié-es, élu-es et usagers.

> Reconversion professionnelles vers des métiers d'avenir. La réorientation et la libération de la dépendance énergétique du pays au nucléaire nécessite un plan de reconversion professionnelle collectif et de soutien aux projets individuels pour les salarié-es du secteur nucléaire dont les compétences peuvent être mise en valeur et en oeuvre dans d'autres secteurs d'activités, ex : énergies renouvelables non contaminantes/polluantes, isolation des bâtiments, fabrication des machines, recherche, ... tandis que la sécurisation des installations nucléaires à l'arrêt offrira du travail pour 100 ans à une partie des salarié-es du secteur.

> Sauver le présent et l'avenir. Arrêter immédiatement le nucléaire et lui substituer un plan d'ampleur nationale et régionale de conversion vers les énergies renouvelables non-contaminantes/polluantes au plus près des besoins réels de la population et des ressources alternatives locales/départementales/régionales peut se faire en 5 ans (il a fallu 10 ans pour mettre en place les sites nucléaires bien plus complexes). Sortir du productivisme et de la course aux profits est une nécessité de notre temps.

Donc pas de prolongation de fonctionnement du réacteur atomique n°2 du Tricastin, mise à l'arrêt inconditionnel et définitif des 4 réacteurs nucléaires du Tricastin et fermeture de toutes les autres installations nucléaires du site atomique du Tricastin. Pas d'EPR ni 1 ni 2, pas de SMR ni ici ni ailleurs.

les incidents et accidents nucléaires à la centrale nucléaire du Tricastin :
http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?category/Vaucluse/Tricastin  

La Russie possède la seule usine au monde capable de « recycler » l’uranium déchargé des réacteurs nucléaires français
https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/11/29/la-russie-possede-la-seule-usine-au-monde-capable-de-recycler-l-uranium-decharge-des-reacteurs-nucleaires-francais_6152097_3234.html  

Le nucléaire russe, l’autre dépendance énergétique européenne
https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/11/29/nucleaire-l-autre-dependance-energetique-europeenne-a-la-russie_6152059_3234.html  

Centrale nucléaire du Tricastin : la députée écologiste rencontre le lanceur d’alerte
https://www.ledauphine.com/politique/2022/11/14/centrale-nucleaire-du-tricastin-la-deputee-ecologiste-rencontre-le-lanceur-d-alerte  

Centrale nucléaire du Tricastin : quels territoires seraient touchés en cas d’accident majeur ?
https://www.agglotv.com/?p=58017  

Centrale nucléaire du Tricastin : un cadre dénonce des incidents "dissimulés" et porte plainte
https://www.vosgesmatin.fr/economie/2021/11/12/centrale-nucleaire-du-tricastin-un-cadre-denonce-des-incidents-dissimules-et-porte-plainte  

les observations et propositions écrites sur ce projet peuvent également être adressées par voie postale en mairie siège de l’enquête : Mairie de SAINT-PAUL-TROIS-CHÂTEAUX Place de Castellane 26130 SAINT-PAUL-TROIS-CHÂTEAUX, à l'attention du Président de la commission d’enquête, lequel les annexera au registre d'enquête, ou par courriel.
https://www.registre-dematerialise.fr/4255  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur,

La prolongation de ce vieux réacteur n’est pas souhaitable
* l’impact du séisme du TEIL sur la définition de l’aléa sismique du site nucléaire du Tricastin n’est pas connu à ce jour.
* des barres combustibles sont restées bloquées au dessus de la cuve du réacteur à plusieurs reprises avant leur transfert dans la piscine des combustibles usés.
* Aucune garantie de la résistance et de l’efficacité du stabilisateur de corium expérimental
* Les piscines de refroidissement des combustibles usés ne sont pas bunkérisées .
* La corrosion sous contrainte (CSC) (avec risque de fissure) n'est pas prise en compte
* Des travailleurs sous traitants aux conditions de travail dégradées

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

29 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Alerte Ticastin : la Direction de EDF tente de s'octroyer un droit permanent à polluer, à contaminer, à tuer la faune et la flore aquatique
http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2023/01/30/Alerte-Ticastin_EDF-s-octroie-un-droit-permanent-a-polluer-contaminer-tuer  

Alain UGUEN
Le 31/01/2023 à 09:37:55

C'est scandaleux de contaminer la nature et les humains et l'eau de la région !!!

Ghislaine Millot
Le 16/12/2022 à 13:43:11

Le nucléaire tue et on ne sait que foutre des déchets

De l'eau, du vent et du soleil c'est le renouvelable qu'il nous faut.
Sans oublier que la meilleure énergie est celle que l'on ne consomme pas !!!

Alain Cantaloube
Le 16/12/2022 à 13:20:13

les assureurs ne veulent pas assurer le risque nucléaire donc le mieux est que celles et ceux qui veulent du nucléaire paient pour cette assurance .....
MOI JE N'EN VEUX PAS DU NUCLEAIRE CAR IL Y A UN RISQUE TROP FORT perte d'expérience de EDF afin de faire gagner plus d'argent aux actionnaires en sous traitant de plus en plus ; corrosion ; plein d'incidents
STOP AU NUCLEIARE

Bruno Antoine ROUX
Le 14/12/2022 à 17:12:09

Attention ! les contrats à tarif d'achats veulent être résiliés par les signataires car les prix ne leur sont plus avantageux... Quant aux subventions, il ne faut pas imaginer qu'elles ne sont pas pléthoriques. Source : Trouble fait et Guy de La Fortelle sur Youtube. Sans justifier de ce que je pense dans le fond, je trouve que l'information doit venir de partout et la lucidité l'objectif, ceci n'affirmant rien dans l'absolu ni sur mes sources et surtout sur l'avenir que l'on commence à voir avec les gouvernants actuels.

Florence Kerouanton
Le 14/12/2022 à 12:46:17

@Michel C. qui affirme : «?Croyez- vous que les éoliennes qui rapportent un fric dingue payé par le contribuable?» : ne rien dire c’est risquer de passer pour un con, parler c’est risquer de le prouver. Merci d’avoir levé l’ambiguïté.
Le système en France n’est pas celui de la subvention mais celui du tarif d’achat.
Si le prix du marché est inférieur au prix convenu, le producteur touche une compensation mais si comme actuellement le prix est du marché est supérieur, c’est le producteur qui verse la différence.
Pour mourir moins bête :
- https://www.revolution-energetique.com/leolien-nouvelle-machine-a-cash-de-letat/  
- https://www.actu-environnement.com/ae/news/energies-renouvelables-mecanisme-soutien-CSPE-finances-publiques-40052.php4  

Bibi
Le 13/12/2022 à 21:40:43


Messieurs les commissaires enquêteurs,
A la suite de l’enquête publique qui s’est déroulée, du jeudi 13 janvier 2022 au lundi 14 février 2022 pour le réacteur N°1 de la centrale nucléaire de Tricastin, le rapport d’enquête indiquait (extrait du document complet) :
« La Commission a le sentiment, après analyse
• Des observations du public,
• Des réponses d’EDF aux questions de la Commission et aux observations du public,
• Des textes de plusieurs contributeurs et notamment de la CLIGEET dans son avis de janvier 2022,
Que la sûreté est sérieusement contrôlée et maîtrisée, par les 2 principaux acteurs du nucléaire que sont l’ASN (et l’IRSN) et l’exploitant EDF.
Elle considère en effet que ces deux structures sont imprégnées par une culture de sûreté qui se traduit par le professionnalisme de leurs agents respectifs. De plus, la Commission a pu constater que l’ASN a toujours fait
preuve d’une totale indépendance vis-à-vis de l’exploitant.
En conclusion, la Commission estime que, sans pouvoir affirmer qu’elles seront suffisantes, les dispositions
proposées par EDF lors du 4ème réexamen périodique du réacteur INB n°87 situé sur le Centre Nucléaire de
Production d’Électricité du Tricastin vont dans le sens d’une amélioration continue de la sûreté. »
https://www.drome.gouv.fr/IMG/pdf/conclusions22.03_15.pdf  
Les commissaires enquêteurs n’étaient peut-être pas au courant des plaintes en cours ou en préparation, d’un puis de deux salariés d’EDF, qui mettent en cause la direction du groupe et de la centrale, pour des dissimulations d’incidents.
https://www.blast-info.fr/articles/2022/edf-la-machine-a-broyer-tricastin-un-inspecteur-nucleaire-harcele--  
fFE3W8NQtSm_8vDGiJklw
https://reporterre.net/Un-cadre-de-la-centrale-nucleaire-du-Tricastin-denonce-des-dissimulations-et-minimisations  
https://www.mediapart.fr/journal/france/090622/nucleaire-edf-est-visee-par-une-information-judiciaire-apres-des-incidents-de-surete  
https://www.mediapart.fr/journal/ecologie/251022/nucleaire-perquisitions-la-centrale-edf-du-tricastin-et-l-  
autorite-de-surete
https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2022/10/07/centrale-nucleaire-du-tricastin-un-second-cadre-d-edf-denonce-la-dissimulation-d-incidents  
Cet avis des commissaires enquêteurs n’a cependant rien d’étonnant, surtout si l’on se réfère à l’étude historique (Inutilité publique - Frédéric Graber - Éditions Amsterdam) publiée récemment et dont l’auteur indique : « l’enquête d’utilité publique – depuis ses origines au XVII? siècle jusqu’à nos jours – sert d’abord à légitimer un projet de développement et, par la même occasion, à disqualifier toute critique à son encontre ».
L’administration française a en effet pris la très mauvaise habitude, en particulier pour tout ce qui touche à l’énergie nucléaire, d’organiser ce genre d’enquête alors que les décisions sont déjà prises, en présentant au public des dossiers techniques qui ne sont assortis d’aucune expertise indépendante et en saucissonnant les procédures de telle manière que personne ne puisse s’y retrouver et remettre en cause la logique d’ensemble, c’est-à-dire la poursuite coûte que coûte du nucléaire militaro-civil.
C’est ce qu’avaient bien compris les opposants à la construction d’une centrale nucléaire à Plogoff (Bretagne) lorsqu’ils ont détruit le dossier d’enquête publique, Maire de la commune en tête.
Ce qui a changé par rapport à l’époque de cette lutte c’est que les élus locaux des territoires nucléarisés (et il y en a beaucoup en France) sont désormais corrompus jusqu’à la moelle.
Ils vont même jusqu’à devancer les décisions de l’Etat pour réclamer la poursuite de l’arrosage du territoire par la «manne nucléaire » (à partir du moment où il est déjà arrosé par la contamination radioactive ils auraient tort de se priver de l’argent qui l’accompagne !).
Cette pratique de la corruption des territoires par l’industrie nucléaire a été clairement décrite dans une étude de Teva Meyer, de l'Université de Haute Alsace, dont je vous recommande la lecture : Du « pays perdu » du Blayais à l'« émirat de Saint-Vulbas » : les territoires de dépendance au nucléaire en France'
https://www.cairn.info/revue-herodote-2014-4-page-153.htm  
https://www.researchgate.net/publication/276250922_Du_pays_perdu_du_Blayais_a_l%27_emirat_de_Saint-  
Vulbas_les_territoires_de_dependance_au_nucleaire_en_France
Et cette corruption gangrène désormais une partie importante de la population, celle dont les revenus dépendent directement ou indirectement de l’industrie nucléaire. Il suffit pour s’en convaincre de lire les contributions favorables aux projets d’EDF lors des enquêtes publiques, par exemple celle en cours dont vous avez la charge.
Pourtant, la Présidente de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) avait tiré la sonnette d’alarme sur « le risque d’une radicalisation des conflits et d’un accroissement de la défiance à l’égard des responsables publics » que fait courir l’absence d’un débat public large, ouvert à toute personne vivant en France, sur la politique nucléaire de la France. Et lors de sa séance du 1er décembre 2021, la CNDP rendait en effet un avis en séance plénière, recommandant que :
- « conformément aux dispositions internationales et nationales applicables, un débat public de programmation relatif à l’énergie nucléaire ait lieu,
- ce débat de programmation se tienne avant toute procédure de participation du public sur les projets de
création d’une installation nucléaire de base. »
https://www.debatpublic.fr/debat-public-sur-le-nucleaire-la-recommandation-de-la-cndp-2686  
La CNDP constate en effet « qu'une relance de l’énergie nucléaire en France représente un choix démocratique
majeur, engageant les générations futures. Toute personne vivant en France doit pouvoir être pleinement informée de ces enjeux et participer à l’élaboration des décisions concernant cette politique. »
Elle souligne « que le public n’a jamais pu être pleinement associé à ces choix énergétiques majeurs concernant l’énergie nucléaire. »
Elle constate également que « les annonces de relance de la construction de réacteurs nucléaires ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ainsi que l’article 7 de la Charte de l’environnement, de portée constitutionnelle. »
Elle conclut que « à défaut, d’un débat public large, ouvert à toute personne vivant en France, le risque d’une
radicalisation des conflits et d’un accroissement de la défiance à l’égard des responsables publics n’est pas négligeable.
Seul un débat conduit dans le respect des principes d’indépendance, de transparence, de neutralité,
d’argumentation, d’équivalence et d’inclusion qui régissent l’intervention de la CNDP peut contribuer à asseoir la légitimité de toute décision future concernant l’énergie nucléaire en France. La sensibilité de la question nucléaire interroge autant la transition écologique que la démocratie. »
Or ce débat n’a pas été organisé et n’a donc pas eu lieu. Et c’est la deuxième enquête publique, sur la prolongation de l’exploitation des réacteurs nucléaires au-delà de leur quatrième visite décennale qui est ouverte sans ce débat public indispensable.
La décision de prolonger un réacteur nucléaire au-delà de quarante ans, durée limite pour laquelle il a été conçu, est équivalente à la création d’une nouvelle installation nucléaire, ne serait-ce que par l’ampleur des travaux que cela nécessite et par le fait que l’environnement de la centrale a profondément changé depuis la décision de création.
Pourtant aucune étude d’impact environnemental, par un organisme indépendant d’EDF, n’a été réalisée.
L’enquête que vous menez est donc non seulement illégitime mais aussi illégale. Elle ne respecte pas la procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information. C’est un nouveau pied de nez à la démocratie.
Avant d’émettre son « sentiment », la commission d’enquête publique sur le dossier d’EDF pour le réacteur N°1 de la centrale nucléaire du Tricastin indiquait d’ailleurs (extrait du document complet) :
« Par ailleurs, les nombreuses observations favorables émises par le public mettent essentiellement en avant :
• Le regain d’intérêt du public pour l’énergie nucléaire,
• La spécificité de cette énergie afin de maintenir une production électrique décarbonée dans le mix-énergétique,
• L’avantage d’une production pilotable par rapport aux énergies électriques renouvelables issues de l’éolien et du photovoltaïque.
La Commission prend acte de ces avantages et les reconnaît comme fondamentaux dans le cadre de la future Programmation Pluriannuelle de l’Energie.
Elle souhaite que ces orientations résultent d’un grand débat public sur ce sujet
Elle insiste toutefois sur le fait que ce n’est pas le besoin de maintien d’une production décarbonée qui devra décider de la poursuite ou pas de tel ou tel réacteur. C’est bien l’état du réacteur considéré, vis-à-vis de la sûreté, qui devra être pris en considération dans la décision de la poursuite ou non de son fonctionnement. La Commission fait confiance à l’ASN pour donner la priorité à cette approche sécuritaire. ».
Or justement je ne fais pas confiance à l’ASN sur ce point car d’anciens responsables de la sûreté nucléaire, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Angleterre et en France, ont dressé récemment le constat de l’ensemble des risques et inconvénients génériques de l’énergie nucléaire et conclu que le recours à celle-ci n’est pas une stratégie viable pour lutter contre le changement climatique :
https://www.nuclearconsult.com/blog/former-heads-of-us-german-french-nuclear-regulation-and-secretary-to-uk-government-radiation-protection-committee-nuclear-is-just-not-part-of-any-feasible-strategy-that-could-counter-climate-chan/  
Dans un communiqué du 6 janvier 2022, ils indiquaient :
« La réalité est que le nucléaire n'est ni propre, ni sûr, ni intelligent, mais une technologie très complexe qui peut
causer des dommages importants. Le nucléaire n'est pas bon marché, mais extrêmement coûteux. Et surtout, le
nucléaire ne fait partie d'aucune stratégie viable pour lutter contre le changement climatique. »
Cette enquête publique intervient à un moment où la situation économique d’EDF est catastrophique, du fait de sa politique hasardeuse de construction de nouveaux réacteurs et de la défaillance de long terme de plusieurs
réacteurs existants. Les capacités financière, technique et humaine d’EDF à mener correctement toutes les
« améliorations de sûreté » décrites dans son dossier ne sont absolument pas garanties. Il y a donc un risque que
certains travaux ne soient pas réalisés dans les délais prévus ou qu’ils ne soient pas réalisés du tout ou même qu’ils soient réalisés à l’économie. EDF ne peut pas garantir qu’il n’y aura jamais d’accident grave provoqué par ce réacteur de plus de 40 ans. D’ailleurs, si c’était le cas, pourquoi l’ASN chercherait-elle à préparer les riverains des centrales nucléaires à la « gestion post-accidentelle » ?
https://www.post-accident-nucleaire.fr/  
Je ne peux pas accepter qu’un accident nucléaire se produise dans la vallée du Rhône, ou ailleurs. Ses conséquences seraient désastreuses pour toute la région, voire bien au-delà, et pour longtemps. Une étude indépendante, réalisée par l’Institut Biosphère de Genève, montre bien les conséquences possibles pour la population, pour l’agriculture et pour l’économie dans son ensemble : https://www.institutbiosphere.ch/eunupri2021b-fr.html  
Je ne peux pas accepter non plus qu’EDF continue à disséminer de la radioactivité dans l’environnement, même si ses émissions sont conformes aux autorisations de rejets. Je ne peux pas accepter enfin qu’EDF continue à réchauffer le Rhône avec ses réacteurs nucléaires, alors qu’il s’agit désormais de tout faire pour limiter le
réchauffement climatique. Vous pouvez lire à ce sujet le résumé de l’étude publiée par EDF en 2016 sur l’effet des rejets de chaleur de ses centrales sur la température de l’eau du Rhône.
https://www.rhone-  
mediterranee.eaufrance.fr/sites/sierm/files/content/migrate_documents/EtudeThermiqueRhone-Plaquette-
Mai2016.pdf
Vous pourrez constater que les rejets de chaleur des centrales situées entre Saint-Vulbas (à l’amont de la centrale nucléaire du Bugey) et Aramon (à l’aval de la centrale de Tricastin) ont provoqué en moyenne annuelle une augmentation de la température des eaux du Rhône de 1,2°C sur une augmentation totale de 1,4°C (comparaison entre la période 1988-2010 où tous les réacteurs actuels étaient en service et la période 1920-1977 lorsqu’il n’y avait que quelques réacteurs de faible puissance en fonctionnement).
Ce réchauffement à l’échelle du fleuve est tout à fait considérable en comparaison au réchauffement global des surfaces terrestres à l’échelle de la planète, de l’ordre de 0,7°C entre les deux mêmes périodes.
Il ne représente d’ailleurs qu’une partie du problème car 6 des 14 réacteurs nucléaires, situés en bord de Rhône,
sont équipés de tours de refroidissement qui évacuent une partie de la chaleur dans les eaux du fleuve et une autre partie dans l’air sous forme d’eau évaporée.
Pour toutes ces raisons je vous demande, Messieurs les commissaires enquêteurs, de donner un avis défavorable au dossier présenté par EDF en vue de la prolongation de ce réacteur.
François Vallet – 73000 Chambéry

François Vallet
Le 11/12/2022 à 08:34:48

Bonjour,nous étions si nombreux lors de la marche contre le nucléaire en fin août 2003,dans le Grand Est et vers Bure,après cette canicule et ces milliers de morts dans l'indifférence de l'été,Ha oui j'avais oublier que le nucléaire ne pouvait pas fonctionner quand la sécheresse sévissait,car les réacteurs ne peuvent pas être refroidis pour fournir l'eau au refroidissement des réacteurs,ces toujours le cas maintenant qu'il fait de plus en plus chaud l'été et aprés l'été 2022.
Gérard Leprieur

gérard leprieur
Le 09/12/2022 à 14:18:11

Les réacteurs nucléaires sont des bombes à retardement ; plus on les prolonge, plus on prend de risques d'accident.

Et pendant ce temps-là, que font nos «dirigeants » ?

Comment avance l'isolation des bâtiments ? Quand aura-t-on un véritable plan éolienne et un plan photovoltaique ? Il est déjà inadmissible que la France n'ait pas respecté pas ses propres engagements et soit en retard sur ceux-ci.

Jean-Luc DUFLOT
Le 09/12/2022 à 11:58:16

Merci à Jean le 2 Chantal le 9 et à tous de partager leurs justes colères et leurs avis sur ce qui nous arrive ...quoi qu'il nous en coûte . M

mireille laurent
Le 09/12/2022 à 09:47:38

spécial nucléaire numéro double La décroissance

Bonjour,

Cela tombe à pic en cette période de réflexion énergétique . Le journal La Décroissance sort un numéro double décembre-janvier spécial nucléaire . Je l'ai acheté hier , je ne l'ai pas tout lu mais il est vraiment bien avec des affiches historiques. Il y a un article sur la centrale de Brennilis avec l'interview d'un ancien technicien et syndicaliste Michel Marzin. Juste la couverture du uméro remplit de joie un antinucléaire. Achetez le, lisez le et offrez le à plus jeune que vous !!.
http://www.ladecroissance.net  

Chantal

Chantal
Le 09/12/2022 à 08:24:47

Plus d'eau, plus de refroidissement.
Ils vont réussir à nous faire sauter la gueule.

Alors arrêtez vos conneries et pensez à nos enfants

Le renouvelable infini et gratuit.... le soleil !

Alain Cantaloube
Le 08/12/2022 à 20:17:17

Stop à l'ensemble de Tricastin, qui est l'une des centrales la plus dangereuse de ce pays.

Paco
Le 06/12/2022 à 10:01:55

stop pour le TRICASTIN numéro 2

Ghislaine Millot
Le 05/12/2022 à 20:26:22

arrêtez cette folie

daniel lanz
Le 05/12/2022 à 16:10:57

merci pour ces infos très claires sur les dangers de ce vieux réacteur

daniel lanz
Le 05/12/2022 à 16:08:19

Dire que l'implantation de centrales nucléaires en France devait permettre d'avoir de l'énergie électrique de manière transitoire...avant d'installer d'autres sites de production "classiques"...!!Pendant ce temps-là...la planète se dégrade...les vieilles centrales avec...jusqu'au jour où 1 accident majeur en rajoutera...et leur démembrement aussi...
Moi...je crois que si on ne revient pas au temps de la bougie
...1 jour ou l'autre,ça va nous péter au nez...N'est-ce pas ce qu'il risque de nous arriver..."quoi qu'il en soit"...grâce aux vertus de la "Société de Consommation"...?

stoppeur
Le 03/12/2022 à 11:43:26

@ MICHEL LAVAREC
Opposer une technique à une autre est sans objet. Tout peut servir à divers usages, besoins et modalités.
Mélanger le régime capitaliste prédateur avec un problème social est une faute d'esprit, voire une escroquerie.

Si les éoliennes subventionnées par nos impôts (comme pétrole et nucléaire) rapportent à des bandits, c’est la volonté du gouvernement. Il nous trompe en favorisant des bandits et non le pays.
L’histoire de l’éolien comme du nucléaire en France est essentiellement une histoire capitaliste, de prédation, donc de profit actionnarial et en aucun cas de service, de service à la Nation, aux habitants. La population n’a RIEN décidé, rien discuté.

Le nucléaire est indéniablement un danger mortel incommensurable avec ses avantages.
Un mortier en action sur la Hague et le nord de la France devient inhabitable pour des siècles.
Quelques munitions explosant sur quelques centrales et TOUTE la France est inhabitable pour des siècles.
Bref, dépendre d’accidents ou de malveillance est exactement irresponsable, inconséquent, c’est à dire la définition de la démence. C’est oublier l’histoire du monde – c’est DINGUE.
Le nucléaire est un DANGER dont on peut se passer.
On s’en est passé durant des millénaires, on devrait pouvoir faire autrement.
Mais c’est comme le capitalisme, ou l’église autrefois, on est biberonné à sa logique dévastatrice,
c’est à dire aux intérêts des ultra-riches. Cela fait 200 ans que les ultra-riches nous pourrissent la vie, font les guerres mondiales, bref sont des criminels de l’humanité.
Leur dernier mensonge  : le ruissellement. Mais depuis quelques jours surgit l’austérité ET le nouvel ordre mondial, c’est à dire le fascisme.
Tant de contradictions, d'arbitraires prouvent que ils nous manipulent comme des animaux d’élevage.
Il serait temps de s’en déprendre.

jean
Le 02/12/2022 à 19:42:27

Toutes ces anomalies reunies de fonctionnement de ce reacteur:et son état de vetusté et ancienneté, sa situation dans une zone sismique avérée encore récemment, Constiturait un acte irresponsable de vouloir le prolonger voir de ne pas l'arrêter dans les plus bref delais
Alain Begon Dr/Ingenieur Retraité (ex chercheur EDF)

Alain Begon
Le 02/12/2022 à 19:35:38

stop au nucléaire
et en plus il semblerai que l'alimentation en minerai de plutonium des centrales vient de Russie

Dominique RANNOU
Le 02/12/2022 à 17:14:51

STOP TRICASTIN! STOP TRICASTIN ! STOP TRICASTIN !

La Russie possède la seule usine au monde capable de « recycler » l’uranium déchargé des réacteurs nucléaires français
https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/11/29/la-russie-possede-la-seule-usine-au-monde-capable-de-recycler-l-uranium-decharge-des-reacteurs-nucleaires-francais_6152097_3234.html  

LA MERIDIENNE
Le 02/12/2022 à 15:33:19

Croyez- vous que les éoliennes qui rapportent un fric dingue payé par le contribuable soient la panacée alors que dans le même temps il faille rouvrir les bonnes vieilles centrales à charbon. Merci pour les émissions de CO2. Puisque certaines centrales se situent sur des zones dangereuses ne vaudrait-il pas mieux se faire entendre pour qu'elles soient déplacées. Dans tous les cas ce sont les allemands (merci la communauté européenne) et les chinois qui gagnent et de plus on nous parle de restriction, nous qui avons déjà payé pour notre indépendance énergétique et nous encore qui allons devoir nous éclairer à la bougie en n'ayant plus aucun recours téléphonique en cas d'urgence. Quelle avancée dans le futur? N'appelerions-nous pas cela une régression.

Michel LAVAREC
Le 02/12/2022 à 15:31:41

stop nucléaire

JANICE CHANTOIN
Le 02/12/2022 à 15:14:36

Tout à fait d'accord avec Alain Begon. En sus des incidents à répétition qui se produisent à Tricastin, cet établissement est construit dans une zone sismique. D'ailleurs, "l'intelligence" de l'Etat français a été de construire nombre d'établissements nucléaires dont à risques pour la population dans le sillon rhodanien ou alentours immédiats, c'est-à-dire sur une zone de faille: volcans non actifs et séismes à répétition. Pour parachever le tout, le vent dominant -mistral surtout- est un vent violent qui traverse ainsi une zone densément peuplée et ce, jusqu'à la mer Méditerranée. Le seul à avoir soulevé la question a été Haroun Tazieff. En sa qualité de vulcanologue, il savait quels étaient les risques et leurs conséquences désastreuses. Mais les gouvernants n'ont pas bougé un cil et ont préféré persévérer dans l'erreur. Comme le dit l'adage: "Errare humanum est, diabolicum perseverare."

Mireille
Le 02/12/2022 à 14:43:05

Stop au nucléaire, investissons dans l'avenir durable à tout point de vue !

Dominique Morin
Le 02/12/2022 à 14:31:19

Toutes ces anomalies reunies de fonctionnement de ce reacteur:et son état de vetusté et ancienneté, sa situation dans une zone sismique avérée encore récemment, Constiturait un acte irresponsable de vouloir le prolonger voir de ne pas l'arrêter dans les plus bref delais
Alain Begon Dr/Ingenieur Retraité (ex chercheur EDF)

Alain Begon
Le 02/12/2022 à 13:27:38



En toute discrétion et sans fanfare encore une fois, EDF a lancé une enquête publique pour prolonger le fonctionnement de l'un des plus vieux réacteurs atomiques de France au delà de déjà 35 ans d'incidents et accidents

Stop au Tricastin N°2 !

Michel CROQUET
Le 02/12/2022 à 12:56:01

Tout ceci me rappelle le chant des sirènes pour Crey-Malville. Un beau fiasco aussi celui-là. Il y a au moins 15 synonymes pour fiasco. Nous devrions les exporter :-). Une autre chose me désole : d'entendre "mes" concitoyens parler et argumenter selon la publicité (propagande en réalité) EDF et consorts. Je fatigue parfois.

Louis
Le 02/12/2022 à 12:26:02

Nucléaire : le fiasco de Flamanville en débat
https://reporterre.net/Nucleaire-le-fiasco-de-Flamanville-en-debat  

Alain UGUEN
Le 02/12/2022 à 11:05:58

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !