actualité écologie

OPÉRATION

victoire pour Gabriel Dufils

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

La Terre vue depuis l’espace

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

Les 10 jours verts Transacteurs

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : NON à l'Accord de libre-échange entre l'UE, la Colombie et le Pérou

Mise en ligne du 06/12/2012 au 11/12/2012

Le Parlement européen va se prononcer le 11 décembre prochain sur un accord de libre échange entre l'Union européenne, la Colombie et le Pérou. Son texte néglige les droits humains et environnementaux dans deux pays où les conflits entre populations locales et entreprises sont innombrables.

Bilan de la cyberaction :

2777 participants

Accord d'association avec l'Amérique Centrale : un éternel recommencement

Le Parlement européen vient de voter en faveur de l'accord d'Association entre l'Union européenne et l'Amérique centrale.

Catherine Grèze, Députée européenne, rapporteure de l'avis de la commission du développement a choisi d'en retirer son nom :

"En commission du Développement, j'ai appelé mes collègues à voter contre cet accord. Mise en minorité, j'ai retiré mon nom du rapport pour avis car cet accord perpétue une logique de libéralisme économique forcené et un pillage des ressources que nous ne pouvons cautionner.

Alors qu'il aurait pu constituer des avancées dans le domaine du dialogue politique et de la coopération entre les deux zones, cet accord manque le coche et ne fait que renforcer un rapport économique déséquilibré en faveur l'Union européenne.

Et d'ajouter :

"L'Union européenne réduit l'intégration régionale à une union douanière. Les principales bénéficiaires seront les entreprises européennes, pour qui l'accès aux secteurs des télécommunications, de l'eau, de l'énergie ou encore aux marchés publics sera encore facilité. L'accord permettra aussi d'ouvrir la porte aux grands projets d'extraction minière aux conséquences désastreuses pour les populations locales, l'environnement et à l'origine d'innombrables conflits sociaux."

Et de conclure :

"La clause des droits de l'homme y est caricaturale, elle n'est pas contraignante. Cet accord sera aussi une véritable catastrophe pour l'agriculture : les cultures d'exportation seront favorisées au détriment des cultures vivrières"

Communiqué de presse avec Yannick Jadot :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Strasbourg, le 11 décembre 2012
Accords commerciaux UE - Pérou et Colombie : L'UE privilégie les intérêts des multinationales

Mardi 11 décembre, au lendemain de la journée internationale des droits de l'homme, le Parlement européen a voté en faveur de l'accord de libre échange entre l'Union européenne et la Colombie et le Pérou.

Pour Catherine Grèze, Députée européenne coordinatrice de la commission du Développement, rapporteure fictive de l'avis de cette dernière :

"Le Parlement européen vient d'envoyer un signal très négatif en votant en faveur de l'accord. En Colombie, 90% des crimes contre les défenseurs des droits de l'homme sont impunis tandis qu'au Pérou, on estime à plus de 250 les conflits environnementaux, le plus souvent liés à l'extraction minière.

Malgré ces situations critiques et l'opposition de l'ensemble de la société civile et des syndicats, le Parlement européen vient de voter en faveur d'un accord qui ne se soucie ni des droits de l'homme ni des droits du travail et encore moins de l'environnement. Cet accord ne fera qu'accroitre la course aux matières premières, dont les conséquences sont catastrophiques pour les populations locales et leur lieu de vie"

Pour Yannick Jadot, député européen membre de la commission du commerce international :

"Ces accords comportent de nombreuses failles que ça soit sur la protection de l'environnement ou celle des droits de l'homme. Cependant, le Parlement européen a réussi à peser sur la Colombie et le Pérou durant les débats et c'est un premier pas encourageant. En effet, avant de donner son accord, le Parlement européen avait exigé de la part de la Colombie et du Pérou, de lui soumettre des feuilles de route détaillant leurs solutions pour remédier aux violations des droits de l'homme récurrentes dans leur pays. Certes, la feuille de route n'est pas un instrument contraignant. Certes, celles produites par la Colombie et le Pérou étaient incomplètes. Certes, beaucoup de problèmes ont été laissés de côté. Cependant, malgré toutes ces imperfections, le Parlement européen a réussi à imposer cette obligation de produire un tel document à des pays qui n'en voulaient pas. C'est peut-être là un premier pas vers une re-politisation de ces accords."

Présentation de la cyberaction :

Les accords, prêts pour leur ratification par le Parlement européen, encouragent des échanges commerciaux entre l΄Union européenne, la Colombie, le Pérou et l’Amérique centrale qui aggraveront la situation économique des paysans, bénéficieront des conditions de travail sans garanties, renforceront la situation déjà critique des droits humains dans ces régions, et provoqueront des effets dévastateurs sur les peuples autochtones, les paysans, les populations afrocolombiennes et sur l΄environnement.

Selon ICRA international l'huile de palme, aux côtés de l'exploitation minière et pétrolière, joue un rôle prépondérant dans l'accord. Car, pour répondre à la demande d'huile végétale bon marché de l'Europe, celui-ci prévoit de supprimer les frais de douanes sur l'huile de palme en provenance de Colombie et du Pérou. Cette mesure est une incitation claire à faire augmenter sa production. En Colombie, les plantations de palmiers à huile s'étendent déjà sur 360.000 hectares. Même s'il est jusqu'ici épargné, le Pérou pourrait aussi subir le boom de l'huile de palme et ses effets dévastateurs pour l'homme et la nature : 4,3 millions d'hectares de forêts humides y ont été déclarées propices à la culture du palmier à huile.

Nous pouvons encore arrêter ces accords pour que la société de Colombie, du Pérou et d’Amérique centrale soient les décideurs de leur avenir et de leur développement économique, et qu’ils ne soient pas sacrifiés à des intérêts commerciaux. Interpellez maintenant vos euro-députés !


Colombie, Pérou : L'accord de libre échange de l'UE menace les forêts tropicales
http://www.icrainternational.org/actualites/964  

Non à la ratification des accords commerciaux entre l’UE, la Colomie, le Pérou et l’Amérique Cent
http://astm.lu/non-a-la-ratification-des-accords-commerciaux-entre-lue-la-colomie-le-perou-et-lamerique-centrale/  

Pour plus d΄informations, visitez le site internet sur les Accords Commerciaux:
http://www.fta-eu-latinamerica.org  

Le 11 décembre prochain, le Parlement européen devra se prononcer sur la ratification de l'Accord de libre-échange entre l'UE, la Colombie et le Pérou. Or, depuis le début des négociations (en 2006), un nombre croissant d'organisations syndicales et de la société civile en Europe et en Amérique latine dénoncent les conséquences qu'aurait un tel accord pour les droits de l’Homme, les travailleurs, les peuples indigènes et l’environnement dans ces pays. Plus particulièrement, cet accord :


En outre, cet accord viendrait légitimer les gouvernements du Pérou et de Colombie, pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes, qui perpétuent un climat d'impunité face aux graves violations des droits de l'Homme commises dans ces pays.

Si la Commission et le Conseil européens sont sourds aux alertes répétées de la société civile, les organisations signataires en appellent aux euro-députés qui votent en leur nom, pour voter NON à cet accord aux conséquences dramatiques pour les droits des populations et l’environnement de ces pays. Il est grand temps pour l'Union européenne de revoir radicalement ses politiques commerciales et d'investissement et d'engager des relations commerciales avec l'Amérique latine basée sur la complémentarité de nos régions et un commerce juste et équitable au service des droits humains.

Par ailleurs, quel que soit le résultat du vote au Parlement européen et au nom du respect de la démocratie, les organisations signataires demandent qu'aucune application provisoire de cet accord ne soit acceptée tant que le processus de ratification par les Parlements nationaux ne sera pas achevé, cet accord ayant été reconnu de compétence mixte!

AITEC-Ipam - Artisans du Monde – Association TEJE – Attac France – CGT - Confédération paysanne – FSU - France Amérique Latine - Le mouvement de la paix - Les Amis de la terre - Terre des Hommes France – Union syndicale Solidaires

La lettre qui a été envoyée :


M. le président de la Commission Européenne
M. le député, Mme la députée,

Les accords, prêts pour leur ratification par le Parlement européen, encouragent des échanges
commerciaux entre l΄Union européenne, la Colombie, le Pérou et l’Amérique centrale qui aggraveront la situation économique des paysans, bénéficieront des conditions de travail sans garanties, renforceront la situation déjà critique des droits humains dans ces régions, et provoqueront des effets dévastateurs sur les populations et sur l΄environnement.

Nous pouvons encore arrêter ces accords pour que la société de Colombie, du Pérou et d’Amérique centrale soient les décideurs de leur avenir et de leur développement économique, et qu’ils ne soient pas sacrifiés à des intérêts commerciaux.

Veuillez agréer, Monsieur le président, M. le député, Mme la députée, l'expression de mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

2 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

C'est aujourd'hui la journée internationale contre la corruption, dont notre monde moderne crève !!!

Chris
Le 06/12/2012 à 13:11:25

Ne serait-il pas souhaitable que soit lancée une opération d'envergure pour l'interdiction absolue du lobbying des firmes auprès des élus, celui de la société civile étant à préserver ?

BIENFAIT
Le 06/12/2012 à 13:04:49

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !