actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Soutien permanent aux paysans de NDDL

OPÉRATION

image vide cyberacteurs
image vide

Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : APPEL POUR « FAIRE MONDE COMMUN »

Mise en ligne du 04/12/2012 au 26/03/2013

Une plateforme d'organisations diverses mobilisées lors des ASSISES du VIVANT à l'UNESCO ce 30 novembre 2012 propose de refonder les métiers d’ingénieurs, d’urbanistes, d’agriculteurs, d’entrepreneurs, et d’élus... face aux urgences écologiques

Bilan de la pétition :

2590 participants

Présentation de la pétition :

VivAgora et leurs partenaires réunis à l’UNESCO ce 30 novembre 2012 pour les premières ASSISES du VIVANT appellent au dialogue et à la responsabilité face aux projets bioéconomiques. Ils demandent la mise en place d’un « référentiel pour protéger les potentiels vivants » (milieux, écosystèmes, biodiversité, sols, eaux…) pour donner à l’innovation sa valeur vitale et sociale.

Les limites climatiques et matérielles nous renvoient l'évidence que nous vivons « à crédit », sur les ressources des générations futures. Nous le savons, nous ne pouvons continuer à ignorer les dommages infligés à la nature, à nos écosystèmes et à nos corps du fait d’une industrialisation aveugle. La crise financière, la perte de sens politique ou commun témoignent que le monde ancien est quasi mort, à bout de course.

Mais un tournant est amorcé. Alors que les matières premières non renouvelables se raréfient, que le réchauffement climatique risque de dépasser les 3°C à la fin du siècle, le capital naturel ou «biomasse » que constituent les forêts, les cultures, les mers et plus généralement tous les organismes vivants, devient la ressource… inépuisable. Les ressources biologiques sont en train de prendre pour une part le relais… du pétrole. La perspective oblige à refonder les métiers d’ingénieurs, d’urbanistes, d’agriculteurs, d’entrepreneurs, et d’élus… pour user raisonnablement et durablement des écosystèmes et des vivants terrestres et marins, pour organiser un partage des bénéfices qui en résultent, ainsi qu’un contrôle public et démocratique de ces usages.

Les principes de partage et d’interdépendances, propres à tout équilibre de vie1 structurent de plus en plus des initiatives agricoles, alimentaires, éducatives2… Le monde bascule ainsi dans une troisième révolution industrielle 3 qui intègre et valorise les logiques du vivant, soutenables car se basant notamment sur la régénération. Dans ce moment cosmopolitique 4 où nous sommes, la diversité et l’ouverture sont les maîtres mots. Les alliances se créent pour contrer la fragmentation des efforts et déployer une écologie sociale 5. Il s’agit de fédérer les énergies pour nommer l’insoutenable en formant une sorte de « système immunitaire social » en sortant d’une pathologie du jugement qui réduit tout à l’évaluation marchande.

VivAgora et leurs partenaires réunis à l’UNESCO ce 30 novembre 2012 pour les premières ASSISES du VIVANT appellent au dialogue et à la responsabilité face aux projets bioéconomiques.
Ils demandent la mise en place d’un « référentiel pour protéger les potentiels vivants » (milieux, écosystèmes, biodiversité, sols, eaux…) pour donner à l’innovation sa valeur vitale et sociale.
En préparation des ASSISES du VIVANT 2013, ils ouvriront ce chantier en lien avec l'UNESCO, l’OCDE, et le groupe AFNOR.
Ils proposent à tous ceux qui se reconnaissent dans ces priorités de signer cet appel.


1 Les trois écologies, Félix Guattari, Paris, Editions Galilée, 1989
2 Bunker Roy avec le Barefoot College, Gunter Pauli et sa Fondation Zéri, Amory et Hunter Lovins fondateurs de l’Institut Rocky
Mountain Institute, Liora Adler et Andrew Langford à l’initiative de l’Université Gaia University, ou Satish Kumar inventeur du
Schumacher College...
3 La troisième révolution industrielle, Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, Jeremy Rifkin,
Editions Les liens qui libèrent, 2012
4 terme proposé par Ulrich Beck
5 Pacte civique, Rassemblement pour la planète, Alliance Sciences Société

Texte de la pétition :


Les limites climatiques et matérielles nous renvoient l'évidence que nous vivons « à crédit », sur les ressources des générations futures. Nous le savons, nous ne pouvons continuer à ignorer les dommages infligés à la nature, à nos écosystèmes et à nos corps du fait d’une industrialisation aveugle. La crise financière, la perte de sens politique ou commun témoignent que le monde ancien est quasi mort, à bout de course.

Mais un tournant est amorcé. Alors que les matières premières non renouvelables se raréfient, que le réchauffement climatique risque de dépasser les 3°C à la fin du siècle, le capital naturel ou « biomasse » que constituent les forêts, les cultures, les mers et plus généralement tous les organismes vivants, devient la ressource… inépuisable. Les ressources biologiques sont en train de prendre pour une part le relais… du pétrole. La perspective oblige à refonder les métiers d’ingénieurs, d’urbanistes, d’agriculteurs, d’entrepreneurs, et d’élus… pour user raisonnablement et durablement des écosystèmes et des vivants terrestres et marins, pour organiser un partage des bénéfices qui en résultent, ainsi qu’un contrôle public et démocratique de ces usages.

Les principes de partage et d’interdépendances, propres à tout équilibre de vie structurent de plus en plus des initiatives agricoles, alimentaires, éducatives … Le monde bascule ainsi dans une troisième révolution industrielle qui intègre et valorise les logiques du vivant, soutenables car se basant notamment sur la régénération. Dans ce moment cosmopolitique où nous sommes, la diversité et l’ouverture sont les maîtres mots. Les alliances se créent pour contrer la fragmentation des efforts et déployer une écologie sociale . Il s’agit de fédérer les énergies pour nommer l’insoutenable en formant une sorte de « système immunitaire social » en sortant d’une pathologie du jugement qui réduit tout à l’évaluation marchande.

VivAgora et leurs partenaires réunis à l’UNESCO ce 30 novembre 2012 pour les premières ASSISES du VIVANT appellent au dialogue et à la responsabilité face aux projets bioéconomiques. Ils demandent la mise en place d’un « référentiel pour protéger les potentiels vivants » (milieux, écosystèmes, biodiversité, sols, eaux…) pour donner à l’innovation sa valeur vitale et sociale.
En préparation des ASSISES du VIVANT 2013, ils ouvriront ce chantier en lien avec l ‘UNESCO, l’OCDE, et le groupe AFNOR.

Ils proposent à tous ceux qui se reconnaissent dans ces priorités de signer cet appel.


Premiers signataires :
Robert Barbault, directeur du département Écologie et gestion de la biodiversité au Muséum national d'histoire naturelle
Sylvie Bénard, directrice Environnement chez LVMH, Présidente de l’Institut Inspire
Dorothée Benoit Browaeys, déléguée générale de VivAgora
Bernadette Bensaude Vincent, professeur de philosophie et histoire des sciences, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, présidente de VivAgora
Dominique Bourg, Institut des politiques territoriales et de l’environnement humain (IPTEH)
Tarik Chekchak, Secrétaire du Bureau Français de Biomimicry Europa mais également Directeur Sciences et Environnement de l'Equipe Cousteau.
Hervé Chneiweiss, neurobiologiste, directeur du laboratoire "Plasticité Gliale" Inserm U752/ Université Paris Descartes/hôpital Ste Anne
Emmanuel Delannoy, Directeur, Institut Inspire
Timothée Elkihel, Co-Président du collectif Appel de la jeunesse
Armelle Gauffenic, ancienne présidente d’Am’Tech médical
Pierre-Henri Gouyon, professeur de biologie évolutionniste au Muséum national d’histoire naturelle.
Alain Grandjean, économiste, fondateur et associé de Carbone 4
Antoine Héron, président fondateur d’Innovation citoyenne et développement durable (ICDD)
Henri de Pazzis, fondateur de ProNatura
Francis Pruche, Conseiller municipal délégué à Senlis
Maxime de Rostolan, membre de Biomimicry France, Fondateur de Blue Bees, et Directeur de la collection pédagogique Deyrolle pour l'Avenir
Gérard Toulouse, physicien, Ecole normale supérieure de Paris
Louise Vandelac, Professeure titulaire, Département de sociologie, directrice de l'Institut des sciences de l’environnement de l'UQAM et co-directrice de VertigO, la revue électronique en sciences de l'environnement
William Vidal, Président d’Ecocert



 

6 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

LVMH ? OCDE ? et même UNESCO ? AFNOR ?
qui y a t'il derrière Vivagora ?
pour qui nous prend-on ?

Il y a plein de pétitions sur le site que je signe des 2 mains mais là, j'ai des GROS doutes ...
sans moi

ce qu'il y a derrière ce qu'
Le 13/02/2013 à 16:16:18

L'important, à mes yeux est qu'il y ait réflexion, puis prise de décision appliquée dans l'immédiat.

Il y a dans chaque tête, l'univers entier !

Donc une discussion peut amener un banquier à avoir une position intelligente, un physicien à revenir sur terre, un baratineur à avoir une idée claire.

Promouvons partout les vrais dialogues et l'harmonie renaîtra.

JADU
Le 08/01/2013 à 09:53:46

Où sont les philosophes et les humanistes ?
Il nous faut cautionner le monde que l'on veut voir.
Encore une seule proposition de ce type et je ne suis plus cyber-acteur.
Assez de compromission! Si vous en êtes part où allons-nous!

voilavoila
Le 29/12/2012 à 06:43:43

La participation entre autre de la Fondation… Total, et du GNIS, dans les "ateliers", au titre de partenaires de l'événement, m'avaient dissuadée de passer une journée à l'UNESCO dans des discussions visiblement réservées à des scientifiques (ce que je ne prétends pas être).

Je suis heureuse que les participants aient néanmoins réussi à rédiger un texte invitant scientifiques et politiques à une prise de conscience, que — à nos niveaux de citoyens de toutes origines sociales, géographiques et autres — nous sollicitons ardemment depuis plusieurs dizaines d'années, parallèlement à nos actions personnelles en vue de la préservation de la Vie sur la Terre.

J'ai donc signé cette pétition, mais je demanderai à tous ceux & celles qui se sentent concernés d'être extrêmement vigilants car apparemment, Finance et Industrie, ces deux vieilles "amies d'enfance", ne font pas partie des signataires, non plus que Pétrole et Chimie et nous savons que les ressources de ces quatre-là sont bel et bien renouvelables à l'infini, avec la bénédiction des "puissants de ce monde". :-)

Anibé
Le 10/12/2012 à 16:54:34

Juste demander qu'on oublie pas la responsabilité des architectes (Quand on pense pae exemple à l'effort qu'on doit faire pour trouver les escaliers, etc.).

Rodolphe ANDRÉ
Le 06/12/2012 à 17:03:06


Mettre le projecteur sur le vivant est sûrement pertinent; il me semble cependant qu'il serait prématuré de mettre la physique aux oubliettes.

Claude HENRY
Le 05/12/2012 à 16:41:15

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !