actualité écologie

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Metz Film Festival de la Transition Ecologique

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Ne laissez pas vos appareils en veille

AG Cyberacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Pyrénées Atlantique : consultation publique vénerie sous terre du blaireau

Mise en ligne du 31/03/2021 au 09/04/2021

Le projet d’arrêté soumis à consultation du public concerne l’ouverture et la clôture de la chasse pour la saison 2021-2022. Il prévoir dans son article 7 une période complémentaire de déterrage du blaireau du 15 mai au 14 septembre 2022.
La préfecture n’a pas publié de note de présentation.
AVES France vous invite à vous opposer à ce projet d’arrêté, avant le 8 avril 2021.

Bilan de la cyberaction :

2116 participants

consultation terminée

Présentation de la cyberaction :

Rappelez-vous que même si vos réponses ne vous semblent pas prises en compte, votre participation donne du poids aux actions lorsque nos partenaires déposent des recours devant les tribunaux administratifs !

Monsieur le Préfet,
Je tiens à m’opposer à vos projets d’Arrêtés préfectoraux réglementant la campagne cynégétique 2021 – 2022 pour les raisons suivantes :
SUR LA FORME :
Alors que la période de chasse à tir est ouverte du 12 septembre 2021 à 8 heures au 28 février 2022 inclus, la vénerie sous terre du blaireau pourra être pratiquée du 15 septembre 2021 au 15 janvier 2022, y compris par temps de neige, mais aussi du 15 mai au 14 septembre 2022, pour une période complémentaire.
Le projet d’arrêté n’est pas accompagné d’une note de présentation et ne présente aucune donnée exhaustive sur le blaireau permettant au contributeur de se positionner en fonction des documents présentés. Il n’y a en particulier aucun chiffrage des dégâts imputés à cette espèce. Or, l’article 7 de la Charte de l’Environnement précise que : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »
Je me permets de vous rappeler qu’au moment de la publication de l’arrêté final, l’article L 123-19-1 du code de l’environnement stipule qu’ « au plus tard à la date de la publication de la décision et pendant une durée minimale de trois mois, l’autorité administrative qui a pris la décision rend publics, par voie électronique, la synthèse des observations et propositions du public avec l’indication de celles dont il a été tenu compte, les observations et propositions déposées par voie électronique ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision. » Je vous remercie donc de bien prévoir la publication d’une synthèse des avis qui vous ont été envoyés.
SUR LE FOND :
De plus en plus de départements n’autorisent plus la période complémentaire du blaireau, et notamment les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, de l’Aude, des Bouches-du-Rhône (depuis 2016), de la Côte d’Or (depuis 2015), de l’Hérault (depuis 2014), du Var, du Vaucluse, des Vosges, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.
L’article 9 de la Convention de Berne n’autorise les dérogations à l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées qu’« à condition qu’il n’existe pas une autre solution satisfaisante et que la dérogation ne nuise pas à la survie de la population concernée pour prévenir des dommages importants aux cultures, au bétail, aux forêts, aux pêcheries, aux eaux et aux autres formes de propriété ». Pour être légales, les dérogations à l’interdiction de porter atteinte aux blaireaux doivent être justifiées par trois conditions, devant être cumulativement vérifiées : la démonstration de dommages importants aux cultures notamment ; l’absence de solution alternative ; l’absence d’impact d’une telle mesure sur la survie de la population concernée. Ces trois conditions ont-elles été discutées lors de la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage ?
Cette pratique, appelée « vénerie sous terre », est particulièrement barbare et cruelle. Elle inflige de profondes souffrances aux animaux puisqu’elle consiste à acculer les blaireaux dans leur terrier à l’aide de chiens, puis, pendant plusieurs heures, à creuser afin de les saisir avec des pinces. Les animaux, dans un état de stress très important, sont ensuite achevés à la dague.
Lorsque la vénerie est pratiquée à partir du 15 mai, les jeunes blaireaux de l’année ne sont pas entièrement sevrés et dépendent encore des adultes. En effet, les périodes choisies pour ces abattages — tout comme les périodes complémentaires de chasse du blaireau — sont en contradiction avec l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, selon lequel « il est interdit de détruire (…) les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée ».
Les jeunes blaireaux ne sont absolument pas sevrés et forcément ne sont pas émancipés au moment des périodes complémentaires de chasse du blaireau comme l’a démontré l’étude « Contribution à l’étude de la reproduction des Blaireaux Eurasiens (Meles meles) et de la période de dépendance des blaireautins en France » réalisée par Virginie Boyaval, éthologue sur le blaireau : « […] au mois de mai, juin, juillet, les blaireaux juvéniles ne peuvent pas survivre sans leur mère. Ils sont sevrés à l’âge de 4 mois et commencent progressivement leur émancipation pour une durée de plusieurs mois s’étalant de 1 à 4 mois et ne peuvent donc être considérés comme étant émancipés qu’à partir de l’âge de 6 à 8 mois minimum. La destruction des blaireaux, débutant généralement à partir de la mi-mai, compromet le succès de reproduction de l’espèce. La destruction des mères allaitantes, laisse de nombreux orphelins incapables de survivre seul ». Par conséquent pour épargner la nouvelle génération, il faut prendre en considération non pas la période de sevrage mais la période de dépendance des jeunes qui va jusqu’à fin juillet ; il convient donc de préserver la vie des mères jusqu’à la fin de la période de dépendance des jeunes afin que ceux-ci puissent survivre.
La période d’allaitement des blaireautins s’étale au-delà du 15 mai, et les jeunes restent dépendants jusqu’à l’automne. Ils sont donc présents dans les terriers pendant la période de déterrage. Il est donc nécessaire de prendre en considération la période dépendance des jeunes comme référence et non pas le sevrage lui-même si l’on veut respecter la survie des jeunes.
La vénerie sous terre n’est pas sans conséquences pour d’autres espèces sauvages. En effet, une fois l’opération terminée, les terriers se trouvent fortement dégradés. Or ces derniers sont régulièrement utilisés par d’autres espèces, dont certaines sont réglementairement protégées par arrêté ministériel et directive européenne, comme le Chat forestier (Felis silvestris) pour les départements concernés ou des chiroptères lorsque certaines espèces sont en phase d’hibernation pendant la période de septembre/octobre à fin avril : «Le Petit rhinolophe hiberne dans des gîtes souterrains (mines, caves, sous-sols ou même terriers de Renard ou de Blaireau)» source Atlas des Mammifères de Bretagne éd. 2015.
Le Conseil de l’Europe recommande d’interdire le déterrage : « Le creusage des terriers, à structure souvent très complexe et ancienne, a non seulement des effets néfastes pour les blaireaux, mais aussi pour diverses espèces cohabitantes, et doit être interdit. »
Il faut obligatoirement que la totalité de la période de chasse du blaireau, qu’elle soit assortie d’une période complémentaire ou non, fasse l’objet de déclaration d’intervention auprès de la DDT et d’un compte-rendu de cette intervention. La fédération doit également être capable de fournir, lors de la commission, des éléments pertinents et exhaustifs sur les bilans annuels de tirs et de déterrage et non des données approximatives qui ne permettent pas d’avoir une idée de ce que cela représente par rapport aux populations départementales. Ces éléments chiffrés doivent être rendus publics. Or, ce projet d’arrêté n’est accompagné d’aucune note de présentation pouvant justifier cette période complémentaire.
La période de tir, lorsqu’elle est autorisée jusqu’au 22 février, provoque potentiellement la mort des mères gestantes et ne doit en aucun être autorisé, en application de l’article L424.10 du Code de l’environnement visant à préserver la future génération.
À PROPOS DU BLAIREAU :
Les populations de blaireaux sont fragiles et souffrent de la disparition de leurs habitats (haies, lisières, prairies, …) et sont fortement impactées par le trafic routier.
Inscrit à l’annexe III de la Convention de Berne, le Blaireau d’Europe, Meles meles, est une espèce protégée (cf. art. 7). A titre dérogatoire, la Convention de Berne encadre strictement la pratique de la chasse et la destruction administrative de cette espèce (cf. art. 8 et 9). Le ministère de l’écologie doit soumettre « au Comité permanent un rapport biennal sur les dérogations faites ».
Aux termes de l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, « il est interdit de détruire (…) les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée ». Or, l’article R424-5 du même code précise toutefois que le préfet peut autoriser l’exercice de la vénerie du blaireau pour une période complémentaire à partir du 15 mai, cet article contrevient donc au précédent.
La dynamique des populations de blaireaux est extrêmement faible (moyenne de 2,3 jeunes par an).
Cette espèce n’est jamais abondante (mortalité juvénile très importante (de l’ordre de 50% la 1ère année).
Les opérations de vénerie peuvent affecter considérablement les effectifs de blaireaux et peuvent entraîner une disparition locale de cette espèce. Elles s’ajoutent en effet aux collisions routières dont l’impact est également important sur les populations de blaireaux.
Par ailleurs, ces prélèvements ne permettent pas de régler de manière satisfaisante et pérenne des problèmes liés à des raisons sanitaires ou économiques (dégâts agricoles) car les terriers ou les territoires seront colonisés par d’autres individus à moyen terme. Le principe de régulation des veneurs consiste donc à mener un plan d’éradication à long terme des individus sur un territoire ciblé, ce qui participe grandement à fragiliser les effectifs.
Les dégâts que le blaireau peut occasionner dans les cultures de céréales sont peu importants et très localisés, essentiellement en lisière de forêt. Selon l’Office National de la Chasse ONC bulletin mensuel n° 104 : « Les dégâts que peut faire le blaireau dans les cultures ne sont gênants que très localement (…) Et il suffit de tendre une cordelette enduite de répulsif à 15 cm du sol pour le dissuader de goûter aux cultures humaines. »
En ce qui concerne les éventuels dégâts causés sur les digues, routes ou ouvrages hydrauliques par le creusement des terriers, la régulation du blaireau a montré son inefficacité, voire même un effet contre-productif du fait de la place libérée par l’animal éliminé qui est très vite occupée par un autre individu.
Une méthode simple et pérenne consiste à utiliser des produits répulsifs olfactifs sur les terriers posant problème, ceci accompagné de la mise à disposition à proximité de terriers artificiels. Les avantages de cette solution sont que les animaux continueront d’occuper un territoire sur le même secteur et ne permettront pas l’intrusion d’un nouveau clan. (source : LPO Alsace)

AUTRES ESPECES :
Je suis favorable à votre projet d’arrêté qui prévoit qu’aucun lagopède alpin ne pourra être prélevé pour la saison 2021-2022.
Je m’oppose farouchement au projet d’arrêté qui prévoit la chasse du grand tétras (Tetrao urogallus aquitanicus). Aucun document présenté dans votre projet d’arrêté ne permet de justifier la chasse de cette espèce dont les effectifs sont faibles.
Je m’oppose à la chasse de la bécasse des bois, car votre projet d’arrêté n’est pas motivé et ne me permet pas d’évaluer l’impact de la chasse sur les effectifs de cette espèce fragile.
Je m’oppose aux lâchers de faisans, de perdrix et de lièvres. Le lâcher d’animaux issus d’élevages dans le milieu naturel est responsable de nombreux problèmes, comme le dénonce l’OFB sur son site internet :« Plus que génétique ou sanitaire, et qu’il s’agisse d’animaux d’importation ou d’élevage, le problème lié aux lâchers de lièvres vient surtout de leur extrêmement mauvais rapport efficacité / coût, pour ne pas dire de leur totale inefficacité tels qu’ils sont généralement pratiqués. »

Les arguments que nous vous proposons de mentionner dans votre avis sont valables pour les modalités relatives à la période complémentaire de vénerie sous terre du blaireau. Vous pouvez bien entendu si vous le souhaitez, vous exprimer sur les autres articles de ce projet d’arrêté.
AVES France

Nous vous proposons une base minimale pour que le message ne parte pas vide et nous vous invitons à compléter à partir de l'argumentaire fourni par AVES.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet,
Je tiens à m’opposer à votre projet d’arrêté sur l’ouverture et la clôture de la chasse pour la saison 2021/2022 car vous n’apportez aucun élément pour justifier ces deux périodes de chasse complémentaires

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

17 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


stop aux massacres sur les animaux sauvages !!

martine
Le 03/04/2021 à 11:35:49

Madame, Monsieur,

Je vous invite à vous promener la nuit pour voir combien le blaireau est inoffensif. Le blanc sur le côté du mufle est réflectorisant, vous le suivez comme une lampe torche et il vous emmène faire un tour de forêt encore arborée et c'est merveilleux.
Il ne faut pas tuer le blaireau parce qu'il saperait les talus des voies ferrées, à Marseille il y a bien eu des effondrements d'immeubles et Meles meles n'est pas dans le coup.
Éloignez-le des cultures s'ils sont trop naïfs pour aller manger du phytosanitaire, en imbibant du répulsif sur des ficelles autour du champ, déposez des boules puantes confectionnées aux extraits de sueurs de pratiquants de vénerie, vous les verrez fuir.
Les terriers des blaireaux seront squattés par d'autres animaux qui craignent les gêneurs sur deux pattes. A quoi bon exproprier l'un et pas l'autre, c'est infini. Il n'y a que les idiots, j'aurais pu écrire "mules" mais je les aime trop, qui s’entêtent.
On va faire court: ne prolongez pas les périodes d'épuration ethnique et préoccupez-vous du climat qui a besoin de soin.
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
Le 02/04/2021 à 19:50:14

on arrete ce carnage et on réfléchi un peu à l'avenir de l'environnement...

kathrine Fogarty
Le 02/04/2021 à 19:44:11

Se défouler sur les animaux et en l'occurence le Blaireau est scandaleux,,il faut retirer les armes à ces malades qui n'ont de cesse de tuer!

Christiane Huard
Le 02/04/2021 à 18:58:22

Et dans les autres régions ? En côte d'or, par exemple ?
Et pour les renards et autres fouines, c'est pareil, il me semble.
Est-ce que ces actes barbares ne sont pas faits pour utiliser la barbarie de certains, la canaliser, au dépend des animaux ?

Valérie iak
Le 02/04/2021 à 15:23:27

Chassons les vrais blaireaux! ceux qui sortent de l'ENA (merveilleux palindrome !)et font leur trou dans les ministères....et dont on voit la folle et incommensurable nuisance en ce moment!

Erick LECONTE
Le 02/04/2021 à 11:39:09

Et c'est reparti, on va faire le tour du pays. Le Tour de France de la vénerie sous terre.
Quel acharnement sur le Blaireau européen !
Pourtant l'espèce n'est jamais abondante sachant, comme le rappelle le texte de la cyberaction, que la mortalité juvénile est de 50% la première année et que seuls 0,7% des individus atteindront l’âge de cinq ans.
Or en France, cet animal inoffensif est chassé neuf mois et demi par an. Lors des activités de vénerie sous terre, il est déterré, extirpé de son terrier à l’aide de pinces après y avoir été acculé par les chiens, mordu, abattu à l’arme blanche ou jeté agonisant…
Quelle nation dite civilisée pourrait s'honorer de telles pratiques ?!
Pourquoi ai-je en tête la mise à mort atroce d'Eugène Varlin quand je tape ce commentaire ?
Peut-être parce que je me dis que faute de communards à massacrer en 2021, on extermine de pauvres animaux. Les bourreaux auraient-ils peur de perdre la main ?

Frawald
Le 02/04/2021 à 09:32:03

Laissez-les vivre ! Il y a au gouvernement des parasites autrement plus dangereux qui ne sont jamais inquiétés !

Jean Paul MAïS
Le 02/04/2021 à 09:11:52

Ces pratiques d'un autre age donnent envoie de vomir ; n'y a-t'il pas assez de souffrances pour en rajouter d'ignobles ( et s'en réjouir )

christine malfay-regnier
Le 01/04/2021 à 20:58:57

Stop à la chasse, non aux armes à feu !

tuttlebrazil
Le 01/04/2021 à 19:38:45

Stop à ces barbaries, les blaireaux autant que les renards sont utiles et ne doivent pas servir de victimes à des chasseurs aimant la cruauté gratuite

Leblond Jean-Michel
Le 01/04/2021 à 17:38:28

il ne restera rien, que des hhumains ....

NOEL HOLZER
Le 01/04/2021 à 17:27:24

S'il vous plaît ,laissez les blaireaux tranquilles , ils ont leur place aussi dans la nature ! La vénerie est une pratique cruelle et inutile ! Laissons faire la nature et les animaux qui ont tous leur utilité sur terre !

Marie Coremans
Le 01/04/2021 à 16:12:38

QUAND CES ATROCITÉS VONT-ELLES S’ARRÊTER?

NOUS VIVONS DES MOMENTS TRÈS DIFFICILES AVEC CETTE PANDÉMIE ET CERTAINS N’ONT D’AUTRES DISTRACTIONS QUE CETTE IGNOBLE ACTIVITÉ AVEC L’AVAL D’UN PRÉFET , QUI LE DOIGT SUR LA COUTURE PROROGE CETTE PÉRIODE DE CARNAGES ?

HONTE À LA FRANCE !!






TIMICHAT
Le 01/04/2021 à 15:54:24

La vénerie sous terre est une abomination. Les "chasseurs" qui la pratiquent sont de pauvres types infréquentables. Mais, lorsque j'ai lu les "pistes" de l'OMS disant que le virus de la COVID pourrait provenir de la chauve-souris qui l'aurait transmis au blaireau puis à l'homme, j'ai tremblé pour les blaireaux que je défends depuis des lustres. Tout comme j'ai défendu et continue à le faire, de défendre les renards qui pourraient être porteurs de la rage, etc, etc...

Mireille
Le 01/04/2021 à 15:18:00

La vènerie sous terre est la pire des pratiques de chasse qui puisse exister. Elle doit disparaitre.

Alain Maire
Le 01/04/2021 à 11:32:04

Qui est le plus nuisible? Celui qui donne l'ordre de torturer et exterminer un animal pacifique et qui a sa place autant que les autres? Ceux qui exécutent aveuglément ces ordres et prennent même du plaisir à le faire? où ce magnifique animal, protégé depuis 16 ans en Alsace, dont le seul reproche serait de déranger par un terrier trop près de culture? Là faut bien réfléchir!!

Béatrice
Le 01/04/2021 à 11:15:03

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !