actualité écologie

22 V'là les acteurs des transitions

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

AG Cyberacteurs

Les amis des 150

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

météo

Journal des Bonnes Nouvelles

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Focus sur les particules ultrafines

Mise en ligne du 14/12/2020 au 27/05/2022

Le collectif AIR-SANTE-CLIMAT composé de médecins, de chercheurs et de responsables associatifs a pour objectif d’alerter sur l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé et de proposer des solutions pour améliorer la qualité de l’air. Leur combat est celui de la vérité scientifique.

Bilan de la cyberaction :

2537 participants

Présentation de la cyberaction :

Tribune du collectif AIR-SANTE-CLIMAT

LES PARTICULES ULTRA-FINES ISSUES DU POT D'ÉCHAPPEMENT PLUS TOXIQUES QUE LES PM10 ET PM2.5

Le collectif AIR-SANTE-CLIMAT composé de médecins, de chercheurs et de responsables associatifs a pour objectif d’alerter sur l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé et de proposer des solutions pour améliorer la qualité de l’air. Leur combat est celui de la vérité scientifique.

Alors qu’une étude parue dans la revue Nature[1] et le rapport de l’OCDE[2] alertent sur la part croissante de l’usure des pneus et du freinage des véhicules dans les émissions de particules PM2.5 (2,5 µm de diamètre) et de PM10 (10 µm de diamètre), le Collectif Air-Santé-Climat rappelle qu’en dépit de l’importance de ces résultats il ne faut pas oublier de considérer les particules ultrafines qui représentent pourtant l’essentiel des particules issues du pot d’échappement du parc véhiculaire.

Les scientifiques du Collectif appellent donc à remettre en perspective les conclusions de ces deux travaux :

Une étude parue dans la revue Nature [1] ainsi que le rapport de l’OCDE [2] alertent sur la part croissante de l’usure des pneus et du freinage des véhicules dans les émissions de particules de « grosse taille » PM 10 et de particules fines PM2.5, mais elles omettent des éléments importants :

Premièrement il est normal que les émissions du pot d’échappement soient de moins en moins représentées au sein des PM10 et des PM2.5, en effet, à la différence des particules issues de l’usure des pneus ou du freinage qui sont émises directement sous forme de PM2.5 et de PM10, 90 % des particules émises par le trafic routier sont des particules ultrafines – de moins de 0.1 µm. Bien qu’une partie de ces particules ultrafines peut en s’agglomérant former des particules de plus grosse taille notamment des PM2.5, une grande partie d’entre elles restera dans l’air sous forme de particules ultrafines. Ces particules ultrafines représentent actuellement les particules les plus dangereuses en raison de leur taille – qui leur permet d’atteindre tous les organes notamment le système cardio-vasculaire, le fœtus et également le cerveau par le biais du passage de la barrière alvéolaire – mais également en raison de leur composition, ces particules étant composées majoritairement d’hydrocarbures aromatiques polycycliques. Se limiter aux aux PM10 et les PM2.5 revient donc à passer sous silence ces particules ultrafines qui posent et qui vont poser à l’avenir le plus de problème sanitaire comme le rappelait récemment l’ANSES[3] . Malheureusement, ni l’article de Nature ni le rapport de l’OCDE ne prennent en compte les émissions de particules ultrafines.

De plus, l’étude parue dans Nature s’est focalisée sur le stress oxydatif qui est un des mécanismes de toxicité des polluants. Néanmoins rappelons que de nombreuses molécules présentes sur les particules fines- telles que des métaux lourds ou des hydrocarbures aromatiques polycycliques – sont des perturbateurs endocriniens ou des cancérigènes avérés dont les mécanismes d’action ne passent pas forcément par un stress oxydatif. Il ne faut donc pas réduire les effets sanitaires de la pollution de l’air au seul stress oxydatif.

Encore une fois, l’objectif de ce communiqué n’est pas de minimiser l’impact des particules issues de l’usure des pneus et des particules de frein d’autant plus que des solutions existent : modifier la composition des gommes de pneus, diminuer la teneur en cuivre des particules de frein, installer des aspirateurs de particules de frein et surtout diminuer le poids des véhicules. Mais de rappeler et d’expliquer que les émissions du pot d’échappement restent un problème sanitaire majeur et largement sous-estimé car ces émissions restent malheureusement sous les radars, les particules ultrafines n’étant pas  toujours dénombrées dans l’air ambiant en routine, et ne font l’objet d’aucune norme européenne.

Professeur Isabella Annesi-Maesano, Directrice de recherche INSERM  / Directrice d’équipe labellisée INSERM et Sorbonne Université EPAR ; 
Docteur Mallory Guyon, Collectif Environnement Santé 74 ;
Docteur Thomas Bourdrel, Collectif Strasbourg Respire ; 
Docteur Gilles Dixsaut, Comité Francilien contre les maladies respiratoires ; 
Docteur Pierre Souvet, Association Santé Environnement France (ASEF) ;
Docteur Jean-Baptiste Renard, Directeur de recherche LPC2E-CNRS ; 
Guillaume Muller, association Val-de-Marne en Transition.

SOURCES
[1] https://www.nature.com/articles/s41586-020-2902-8  
[2] http://www.oecd.org/fr/environnement/non-exhaust-particulate-emissions-from-road-transport-4a4dc6ca-en.htm  
[3] https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2015SA0216Ra.pdf  

Cette tribune a été adressée à Madame la Ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili ainsi qu’à Monsieur le Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran.
https://www.asef-asso.fr/actualite/tribune-du-collectif-air-sante-climat-les-particules-ultra-fines-issues-du-pot-dechappement-plus-toxiques-que-les-pm10-et-pm2-5/  

Nous vous proposons de soutenir et prolonger cette tribune en interpellant votre député et vos euro-députés.


ÎLE-DE-FRANCE: AIRPARIF LANCE UNE VASTE CAMPAGNE POUR MESURER LES NIVEAUX DE PARTICULES ULTRAFINES
https://www.bfmtv.com/environnement/ile-de-france-airparif-lance-une-vaste-campagne-pour-mesurer-les-niveaux-de-particules-ultrafines_AN-202012010385.html  

Des millions de particules ultrafines toxiques découvertes dans les urines d’enfants à Strasbourg
https://www.20minutes.fr/sante/2906927-20201113-millions-particules-ultrafines-toxiques-decouvertes-urines-enfants-strasbourg  

Les nouvelles voitures diesel émettent jusqu'à plus de 1 000 fois plus de particules !
https://www.notre-planete.info/actualites/3473-diesel-emissions-particules  

L'amendement créant un malus sur le poids des véhicules a été adopté par l'Assemblée Nationale le 13 novembre pour 2022 et 2023.
Ce malus est prévu à partir de 1800 kg alors que la convention citoyennes sur le climat réclamait une taxation de 10 € par kilos au-delà de 1 400 kg.
https://www.ouest-france.fr/economie/automobile/le-gouvernement-va-instaurer-un-malus-au-poids-des-vehicules-7015671  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur
En plus de l’impact des particules issues de l’usure des pneus et des particules de frein, les émissions du pot d’échappement restent un problème sanitaire majeur et largement sous-estimé car ces émissions restent malheureusement sous les radars, les particules ultrafines n’étant pas toujours dénombrées dans l’air ambiant en routine, et ne font l’objet d’aucune norme européenne.
Je vous demande de faire évoluer la législation dans ce domaine : réduire les émissions, taxer le poids des véhicules...
Dans cette attente, veuillez agréer mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

7 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Je signe contre les particules fines. Mais quid des inconvénients des voitures électriques ?????

Karen Poisson
Le 16/12/2020 à 13:30:26

Bonjour,
je plussoie le commentaire d'Annie et Joel Frison !
De toute façon la prochaine guerre mondiale sera bactériologique ou nucléaire et là ....
Quant à la pétition, plus on recherchera les mauvais ingrédients et donner les études aux consommateurs mieux ce sera pour l'avenir.
Bonnes fêtes de fin d'année 2020

Yamina frecaut-martin
Le 16/12/2020 à 12:26:18

Et pourquoi ne pas installer des filtres adaptés aux véhicules en question plutôt que d'inciter les citoyens à acheter des véhicules électriques hors de prix qui de surcroît utilisent le nucléaire dont on ne veut pas ? Soyons cohérents ! De plus il serait plus honnête d'enregistrer les vrais taux de pollution aux moments opportuns plutôt qu'aux moments où les risques sont réduits! Décidément qu'il est difficile de se faire respecter en tant que simple citoyen ? Restons vigilant-e-s!

MARIE-PAULE PERRICHON
Le 15/12/2020 à 22:07:08

L'ANSES à la manœuvre, c'est maintenant qu'ils se rendent compté de cette pollution, comme par hasard!
Lorsque l'industrie automobile voulait refourguer du diésel, ça ne posait aucun problème voire le diésel était le moins polluant, mais aujourd'hui comme ils ont besoin d'écouler leurs voitures électriques, une petite manip et voilà!
Non! Je ne signe pas.

Christian Perez-Gil
Le 15/12/2020 à 12:32:48

il est urgent de fermer ces ignobles élevages intensifs qui sont cruels et polluants, et qui propagent le COVID via les lisiers répandus (ammoniac et autres émissions polluantes s'ne dégagent ).

jacqueline jacqueline PELERINS
Le 15/12/2020 à 11:48:08

Concernant l'étude des particules fines, cherchent-t'ils également les isotopes et autres saloperies issues du nucléaires et des ,industries...

Dominique Bergès
Le 14/12/2020 à 13:15:57

Il faudrait peut-être penser à l'activité militaire qui est responsable à plus de 20% de cette pollution due aux particules. Et si on cultivait la paix au lieu d'augmenter les dépenses militaires partout dans le monde et de faire progresser les guerres sur la planète. Le Costa Rica n'a pas d'armée et peut consacrer un budget pour lutter contre le réchauffement climatique.

Annie et Joel Frison
Le 14/12/2020 à 12:26:31

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !