actualité écologie

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

météo

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Pour le retour des paysans contre une agriculture sans culture.

Mise en ligne du 23/07/2020 au 26/08/2020

A Lamballe, porcs industriels, poules industrielles… et veaux industriels : HALTE AUX MAREES VERTES alerte et appelle à se mobiliser contre une caricature d’agriculture`

Bilan de la cyberaction :

2049 participants

Présentation de la cyberaction :

Le pays de Lamballe est bien connu pour ses élevages porcins hors-sol, avec une densité qui dépassent les 3 000 porcs au km2, et ceci dans un département dont la densité démographique ne dépasse pas les 87 habts au km2.

Voir en annexe la carte extraite du très officiel "Bilan du 5ème programme d'actions relatif à la protection des eaux contre les pollutions d'origine agricole", datant de juin 2018. On sait aussi que ce territoire supporte une concentration remarquable de poules pondeuses, comme le montre la 2ème carte en annexe.
https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/pdf/hamv-y-levage-veau_1.pdf  

Mais la frénésie de production industrielle d'animaux, sur un territoire saturé de pollutions agricoles, ne s'arrête pas là : elle touche également l'élevage de veaux.
C'est ainsi qu'à TREGOMAR (commune associée de Lamballe Armor), est soumis actuellement à la consultation publique un dossier emblématique de cette fuite en avant insensée. EMBLEMATIQUE à plusieurs titres :

?Changement de génération, changement d'échelle !
Alors que le père agriculteur se contentait d'un élevage de 82 veaux, le fils, formaté par l'enseignement agricole de par son Brevet Professionnel de Responsable d'Entreprise Agricole, entend s'installer en GAEC avec son père en augmentant la production par la construction d'un atelier de 600 places de veaux de boucherie. C’est le progrès !

?Veaux sur caillebotis. Ces veaux seront élevés sur caillebotis. Le sait-on assez ? Il n'y a pas que les porcs qui soient élevés sur des grilles au-dessus de leurs déjections.

?Elevage à 100 % hors sol
Pas un seul hectare de terre pour nourrir les animaux et pour épandre les déjections puisque l'éleveur doit avoir recours à un prêteur de terres, des terres situées en moyenne à 15 km de l'élevage mais qu'à cela ne tienne ! Terres d’épandage situées à proximité de la retenue d’eau de la Ville Hatte mais qu’à cela ne tienne.
Ainsi, plus aucun besoin de savoir cultiver la terre, un diplôme de gestion d’entreprise fait l’affaire.

?Impact environnemental
Dans ce dossier, épais de délayages et de répétitions, les informations en la matière sont toujours très laconiques. Ex. parmi d’autres : un des objectifs du SDAGE Loire Bretagne est de « Maîtriser et réduire les pollutions dues aux substances dangereuses ». Engagement de l’éleveur : « Limitation de l’utilisation des produits contenant des substances dangereuses ». Pas un mot de plus. C’est un peu court ! Et tout est à l’avenant. Se moquerait-on du lecteur ? Rien sur la pollution de l’eau douce, de l’air, des sols, des plages, de la mer et de notre nourriture, par les nitrates et les phosphates mais aussi l’ammoniac et les particules fines, l’hydrogène sulfuré, le mercaptan, le protoxyde d’azote, les herbicides, fongicides, et insecticides issus de l’aliment des veaux, les métaux lourds, les résidus médicamenteux et la pollution bactériologique…

?L'éleveur est pieds et poings liés à un industriel
La SVA (Société Vitréenne d'Abattage-Groupe Rozé - qui fournit Intermarché) lui livre les veaux deux fois par an, fournit les aliments, le technicien agricole, le vétérinaire, les "produits vétérinaires et les produits médicamenteux" et reprend les veaux à un prix fixé par lui.

?L'exploitant s'endette lourdement pour payer un bâtiment évalué à 872 000 €, avec un financement 100 % bancaire, si ce n'est le 96 000 € de financement par la SVA, dans un contexte, comme il est écrit dans le dossier, d'"instabilité des cours du veau".

?Et de surcroît ce projet polluant compte bien bénéficier d’aides publiques !
Aide du PCAEA (Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles), géré par le Conseil Régional et financé par le CR, l’Europe, l’Etat, l’Agence de l’eau et le département + Aide de Lamballe Terre & Mer. Le dossier reste muet sur le montant des ces cadeaux faits avec l’argent des contribuables. Un détail qui n’en est pourtant pas un !

MOBILISONS-NOUS ! Vendredi 24 JUILLET 2020 à 11 h, devant la mairie de LAMBALLE contre cette aberration agricole et environnementale d’une agri-culture sans culture, et appeler au retour des paysans.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet
Par delà les arguments développés par les associations mobilisées que je partage, la seule ambition qui doit prévaloir aujourd’hui est celle d’une amélioration constante de la qualité de l’eau. Les améliorations techniques ne doivent pas participer à augmenter la
concentration et l’intensification des élevages mais bien à réduire les flux de pollutions diffuses et leurs impacts sur le territoire.
Dans l'attente d'un avis négatif sur ce projet d’une agri-culture sans culture, je vous prie d'agréer mes salutations citoyennes

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

9 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


halte aux marées vertes

odile rey
Le 04/08/2020 à 20:48:07


Non aux industries de l'élevage.

Danièle Hennebert
Le 27/07/2020 à 19:11:35

Il faut bloquer tous projets d'élevages industriels, tant pour la nature que pour la santé humaine.

Alain KERJAN
Le 27/07/2020 à 14:11:42

Stop à la destruction des paysages bretons ! Stop aux personnes qui détruisent par leurs actions cupides l'héritage antique de la Bretagne : Sa Terre, sa Mer !

Alain Kernevez
Le 27/07/2020 à 13:30:04

Droit dans le mur en toute connaissance de cause. Des projets qui font froid dans le dos. Plus rien à voir avec l'élevage ni avec l'agriculture : il s'agit là de véritables usines à tuer, à détruire. C'est effarant à tous points de vue.

Carmen BERNHARDT
Le 26/07/2020 à 23:56:10

Une telle concentration d'élevages industriels: poules, veaux et porcs, sur un aussi petit territoire est une abération totale!!! Mais les agriculteurs piégés dans ce système hyper-intensif sont aussi des victimes....
La FNSEA et les pouvoirs publics ne font pas leur travail et continuent à privilégier cette filière à travers les autorisations qui sont délivrées pour créer ou agrandir!
On entretient aussi l'énorme business du soja importé du Brésil ou d'Argentine avec la déforestation de l'Amazonie et le si fameux Mercosour que Mr Macron ne veut pas dénoncer!!!!
Dans ce contexte les paysans (si on peut le nommer ainsi!!) sont en partie responsables (mais en partie seulement)
Ils sont souvent endettés lourdement, le CA empoche remboursements d'emprunts et agios, les fournisseurs d'aliments se gavent puisque les "paysans ne produisent plus la nourriture de leurs animaux!!!!

La boucle est bouclée!... Et les algues vertes prospèrent!

cactus
Le 25/07/2020 à 13:44:02

Lamballe : ils disent non à l’élevage de 600 veaux
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lamballe-armor/lamballe-ils-disent-non-a-l-elevage-de-600-veaux-24-07-2020-12588539.php  

Alain UGUEN
Le 25/07/2020 à 09:21:31

Honte à ces élevages industriels véritables mouroirs contre nature , cruels et polluants, qui sont contraires aux accords sur la transition écologique. 88% des Français sont contre ces types d'élevages, qui enrichissent la mafia agro alimentaire qui met notre santé et notre planète en miettes.

jacqueline jacqueline PELERINS
Le 24/07/2020 à 10:28:52

Et quid du bien-être animal?

noémi bloch
Le 23/07/2020 à 22:29:32

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !