actualité écologie

météo

Journal des Bonnes Nouvelles

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

22 V'là les acteurs des transitions

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Les amis des 150

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Arbres courts, circuits longs et covid 19

Mise en ligne du 27/05/2020 au 27/05/2022

S'il faut retenir deux images de l'épreuve collective dont nous ne sortons qu'à pas comptés, ce sont d'abord celle de ces soignants qui se donnent corps et âmes pour tous ces patients frappés d'un mal dont on ne connait pas le remède. Et celle de la nature si lointaine à travers la vitre derrière laquelle nous sommes confinés, et qui défile sous nos yeux dans les rues désertes à quatre pattes et à tire d'ailes. C'est le retour à l'essentiel, l'existence de chacun et de ses proches, et tout ce qui permet à ces existences de s'épanouir.

Bilan de la cyberaction :

1859 participants

Présentation de la cyberaction :

Face à cette épreuve complètement inédite, comment ne pas attendre d'élus en charge des affaires publiques que ces besoins essentiels soient pris en compte et que soient dissipés les mirages d'une consommation à tout va ? Quelles leçons en tirer alors ? La première consiste à porter tous les efforts sur un appareil de soins malmenés par des coupes budgétaires importantes en particulier à l'Hôpital de Lannion. Pour remplir sa mission, le personnel soignant attend des collectivités plus de masques et de combinaisons médicales, de lits médicalisés, d'appareils de soins, et une revalorisation des métiers que de félicitations peu suivies d'effets concrets. La deuxième leçon, faire revenir la nature en ville plutôt que de la chasser à coups de tronçonnneuses et de béton. C'est aussi privilégier le naturel dans l'alimention en favorisant les circuits courts respectueux des éco-sytèmes.

Concrètement cela implique de s'engager résolument dans la production agricole proche économe en énergie et en ressources naturelles, de financer une usine de fabrication de masques et de blouses chirurgicales certainement plus utile aux Trégorroises et Trégorrois, à plus forte raison dans le contexte actuel, qu'une usine à soucoupes flottantes exportées vers des pays lointains à la solvabilité incertaine. Et comme il faut aussi réinventer la convivialité bien mise à mal par l'isolement des uns et des autres, la puissance publique doit s'en donner les moyens et y apporter toute sa part. Cela passe par une redéfinition du programme d'aides au commerce et à l'artisanat par ilôts d'habitation, sans négliger les centres villes et en particuliers le centre de Lannion. Enfin la culture sous toutes ses formes doit être dynamisée, réinventée pour être une alternative à la frénésie de consommation.

Or, nous ne voyons pas que vous ayez retiré la moindre leçon de cette épreuve collective que nous traversons. N'avez-vous pas manifesté médiatiquement l'impatience à reprendre les chemins de l'ancien monde ? Ne reprenez-vous pas vos projets d'avant épidémie : école de musique, fabrication de soucoupes flottantes, viaduc comme si cette épidémie n'avait été qu'un entracte qu'il fallait vite refermer pour faire comme avant, faire comme dans les années soixante-dix quatre-vingt, promouvoir l'économie du béton et du goudron à tout va et inciter à la consommation de biens secondaires en négligeant ceux qui sont essentiels, bien révélés par cette crise sans précédent ?

A l'opposé les associations et les citoyennes et citoyens signataires, jugeant que plus rien ne doit être comme avant, vous demandent de sursoir à vos décisions qui ne correspondent plus à la situation actuelle. A quoi servirait une usine de construction de soucoupes flottantes, un viaduc flambant neuf, une tour bancale en guise d'école de musique plutôt que le réemploi du centre Savidan, face à un hôpital délabré et un centre-ville vidé de ses commerçants et de ses artisans, en voie de désertification culturelle et naturelle ? Les habitants et contribuables du Trégor ne comprendraient pas que des élus responsables s'obstinent à investir l'argent public dans des projets de très grande ampleur de plusieurs millions d'euros dont la priorité ne peut plus et en aucune façon être avancée. Face à cette épidémie, ni les élus, ni les associations environnementales ne répondront seuls aux grands défis qui nous attendent toutes et tous. La menace est encore devant nous. L'épidémie n'est pas finie et elle peut en cacher une autre.

C'est pourquoi, nous vous demandons d'instaurer au plus vite sur ces thèmes essentiels un débat public sous des formes nouvelles respectant les régles sanitaires et démocratiques. Cela commence par surseoir à tous les projets en cours et par réorienter le budget de Lannion Trégor Communauté vers de nouveaux impératifs qui répondent au mieux à ces deux biens essentiels qui sont la santé et la convivialité entre êtres humains et avec la nature.


Pour les associations, leur président(e) : Brigitte Debreu-Milon, Yves-Marie Le Lay, Etienne de Saint-Laurent

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur
jugeant que plus rien ne doit être comme avant, je vous demande de sursoir à vos décisions qui ne correspondent plus à la situation actuelle et d'instaurer au plus vite sur ces thèmes essentiels un débat public sous des formes nouvelles respectant les règles sanitaires et démocratiques. Cela commence par surseoir à tous les projets en cours et par réorienter le budget de Lannion Trégor Communauté vers de nouveaux impératifs qui répondent au mieux à ces deux biens essentiels qui sont la santé et la convivialité entre êtres humains et avec la nature.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

13 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Dans le jardin du tribunal à Lannion, inquiétude suite à l’élagage de tilleuls
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/dans-le-jardin-du-tribunal-a-lannion-inquietude-suite-a-l-elagage-de-tilleuls-03-07-2020-12576814.php  

Alain UGUEN
Le 14/08/2020 à 10:22:57

Invitation au parc du Tribunal de Lannion jeudi prochain 20 août à 12 h 15
https://www.cyberacteurs.org/pdf/invitation-20-aoy-_57.pdf  

Madame, monsieur, chèr(es ami(e)s,

rien n'y fait, pas même une pandémie sans précédent. Les furies bétonnières continuent. Une municipalité écologiste et solidaire s'en prend à un espace naturel exceptionnel au centre de Lannion, le parc du Tribunal. Poussée par le président de l'agglomération Lannion Trégor Communauté, elle érige une tour auditorium pour une école de musique qui aurait pu se faire dans d'anciens locaux communaux aujourd'hui en déshérence à une centaine de mètres de là. Une fois encore c'est la nature en ville, celle qui a tant manqué aux citadins confinés qui trinque. Et qu'importe pour ces aménageurs furieux si un ruisseau coule à côté avec une végétation de zone humide, qu'un chêne vert remarquable classé tout près soient affectés par le chantier et les ouvrages. Quatre arbres centenaires y sont déjà passés. Un magnolia en bordure de palissades du chantier est déjà bien mal en point.

Contre ce projet deux associations mènent le combat, bien seules contre les accusations du président de l'agglomération qui vocifèrent contre celles et ceux qui n'expriment pour lui qu'une volonté de nuire. Comme réponse nous avons dressé un inventaire botanique des lieux pour témoigner de la biodiversité de ce parc déjà amputé et bien menacé. C'est notre façon de servir la nature et de tout faire pour entraver ceux qui la détruisent.

Alors jeudi prochain 20 août à 12 h 15 venez découvrir cet îlot de verdure de presqu'une centaine d'espèces d'arbres, d'herbes, de plantes, de fleurs en pleine ville avec tout son cortège d'insectes et d'oiseaux. Ce sera l'occasion d'un pique-nique si vous le souhaitez pour mieux apprécier ce partage de quelques instants avec ce coin de nature.

Nous vous y attendons.

Sauvons les Arbres du Parc du Tribunal de Lannion Sauvegarde du Trégor Goëlo Penthièvre

Alain UGUEN
Le 14/08/2020 à 10:16:47

Relire L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono, œuvre stupidement (ou intentionnellement ?) classée en littérature pour la jeunesse. Pour une "politique de l'arbre". Les solutions sont connues depuis longtemps ... Il reste aux hommes et femmes "politiques" à faire l'effort de le lire, de le comprendre et à avoir le courage de privilégier l’intérêt du plus grand nombre et à long terme, plutôt que les intérêts lucratifs de quelques uns ...

JJ
Le 06/07/2020 à 17:01:40

A nous de reconsidérer et respecter - enfin ! - la nature.

Colette Pince
Le 18/06/2020 à 17:27:12

Je note de vous envoyer un chèque de complément. Je ne veux pas de transactions par Internet.

Colette Pince
Le 18/06/2020 à 17:26:18

Il est certain que doivent cesser les élevages massifs d'animaux en priorité. Qu'on doive aussi consacrer les budgets de l'état à l'amélioration des conditions de vie et en particulier à la médecine que l'on pourrait d'ailleurs étendre au-delà des directives de l'OMS qui est aux ordres de l'AIEA. Mais les raisons en sont la sensibilité animale, la souffrance que génèrent nos modes de production en général et l'intérêt individuel et collectif des personnes.
Il est, je trouve, assez hypocrite de se servir de ce covid 19, soi-disant dramatique, qui a mis à mal l'humanité si l'on écoute la presse en général (et pas que hélas).
La grippe a décimé à peu près autant qu'en 2017 où nous n'avons pas bronché faute d'être informé-es. Aujourd'hui elle devient utile à une gestion nouvelle et qui se veut plus précise et intense de l'humanité. Nous ne savons quasi rien du nombre des victimes puisqu'il a été largement suggéré d'interpréter les décès 'ressemblants' comme des faits dus au covid. Il a même été conseillé lamentablement 'd'abréger les souffrances des plus anciens dans les Éhpad quand il n'y avait plus de place en hôpital.. Voir vidéos diverses dont celle du dr Charbonnier.
Donc au final on ne sait pas grand chose de cette 'épidémie' ni le nombre réel de victimes qu'elle a causées, ni par suite l'intérêt réel des mesures imposées, confinement et masques. les masques ayant été considérés comme inutile par le gouvernement lorsque ceux-ci étaient absents.. et jugés indispensables quand on en a eu des stocks à vendre.
Que ceux et celles qui trouvent normal qu'on se foutent d'eux mettent des masques et se confinent (là c'est fini, mais bon, il y en a qui se confinent encore, vu que du jour au lendemain tout change et que c'est bien légitime d'y voir un manque total de cohérence). Les enfants à l'école etc.
Je suis assez déçue de constater qu'ici aussi on va nous prendre la tête avec le covid 19 ! Et surtout qu'on va se servir de ça pour défendre les droits fondamentaux animaux et humains, qui sont à défendre indépendamment de tout covid.
C'est un peu comme ces 'militants' aisés qui n'arrêtent pas d'invoquer la pauvreté et la misère -qu'ils ne connaissent que par définition- pour faire briller leurs programmes électoraux.. En tous cas je ne signe pas et je ne voterai pas non plus.

Andrée Battaglieri
Le 04/06/2020 à 23:12:45

Pourquoi rien que la Bretagne ?!

Marie CLAUX
Le 02/06/2020 à 17:18:41

A Dominique B. en particulier : ton idée de haie et de plantations "antivirales" pour ainsi dire me semble très intéressante. Cela demandera toutefois une étude préalable approfondie pour éviter d'autres méfaits : l'eucalyptus, en l'occurrence, siphonne littéralement le sol de toute son eau/humidité et ne laisse point de chance à une autre végétation alentour.
Malheureusement, les campings cars et les tondeuses ont retrouvé toute leur place, donc le changement ne semble toujours pas d'actualité... Essayons d'agir en faisant, chacun et chacune, notre part de colibri afin de ne pas chavirer dans la revendication juste sonore et non-constructive. La radicalité n'a jamais engendré la durabilité.

Gisele LUBARDA
Le 31/05/2020 à 10:53:39

Pour celles et ceux, qui comme moi à la première lecture (d'ailleurs j'avais lu "soucoupes volantes"), pourraient se demander ce que sont ces "soucoupes flottantes" :
https://actu.fr/bretagne/lannion_22113/lannion-soucoupes-flottantes-lusine-d-anthenea-livree-juillet_30892259.html  
Ce sont des hébergements touristiques insolites et flottants. Bref, à Lannion, on va produire des ronds dans l'eau, comme dans la chanson de Françoise Hardy.

Frawald
Le 30/05/2020 à 09:43:59

Le confinement apportera peut-être quelques changements bienvenus et durables dans une partie de la population, comme favoriser les circuits courts. Mais nos "très chers" dirigeants qui sont "crochet et maillette" avec les multinationales ne changeront pas demain la veille. Des initiatives il y en a plein venant des associations, bien sûr, mais aussi parfois de particuliers que rien ne préparaient à affronter la crise qui ont découvert ce qu'elle engendrait et se sont engagés autant qu'ils le pouvaient pour faire bouger les lignes. En bref, la solution, le véritable changement ne peut venir que de la base, des citoyens lambdas, pas des "décideurs" en place dont l'objectif premier est de maintenir les choses en l'état ou même d'aggraver leurs conséquences. Tout en maniant la langue de bois et en affirmant le contraire, les promesses ont toujours rendu les enfants joyeux.

Mireille
Le 28/05/2020 à 12:16:34

je signe par solidarité avec celles et ceux qui ont appris de la période actuelle combien il est nécessaire de ne plus faire-dire-être comme "avant".
Du coup il me semble que demander, pétitionner, voir même exiger de ces gens là qui nous ignorent depuis trop longtemps pour nous ,enfin, prendre en considération, est voué encore une fois à l'échec.
Nous allons devoir passer à d'autres formes de luttes où nous ne demanderons plus mais imposerons toujours avec le moins de violence possible (mais possiblement proportionnelle à leur brutalité ). Première manifestation de cette nouvelle lutte le 17 juin partout.

Franc tireur
Le 28/05/2020 à 12:11:52

"L'épreuve collective" a été volontairement assénée à la population ; c'est un moyen, un moyen de parvenir à des fins spécifiques, pour ceux qui n'auraient pas encore compris... La nature qui sombre avec le reste, c'était prévu.

Tiphaine
Le 28/05/2020 à 00:13:25

Je souhaite lancer une pétition pour inciter les communes rurales à encourager la replantation de haies autour des champs et le long des chemins.
Ces haies en plus de remplir des fonction de biodiversité et de retour de la vie de la faune et de la flore pourraient remplir un rôle de barrière antivirale en choisissant des essences ad hoc : laurier noble, eucalyptus, etc. Des plantations d'arbres et de plantes en jardinières pourraient être prise en charge d'arrosage par les voisins en recyclant des eaux grises non polluées par des lessives chimiques.
De plus, pour contrer les effets des pesticides, il faudrait une grande épaisseur d'arbres et de 10m de hauteur.

Dominique Baudouin
Le 27/05/2020 à 20:16:10

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !