actualité écologie

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Semaine intergalactique – 16 au 24 août - zad nddl

STOP EPR Manifestation à Saint Lô Samedi 30 septembre 2017 - 14h 30 Place de la Mairie

OPÉRATION

AG Cyberacteurs

Semaine des Semences Paysannes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : sauvegarder les dernières fermes maraichères périurbaines de Toulouse

Pour sauvegarder les dernières fermes maraichères périurbaines de Toulouse en particulier à Saint Jory (31) où le projet de révision du Plan Local d'Urbanisme place en zone urbanisable et industrielle et commerciale les parcelles agricoles d'une ferme en AMAP et en pleine activité nourricière.

Bilan de la pétition :

6659 participants

Nous venons d'être informées que lors de sa réunion du 19 décembre, la Communauté Urbaine du Grand Toulouse a décidé le maintien des terres d'Alain Gatti en zone agricole.

Nous remercions très vivement, d'abord vous mêmes, les militants de cyberacteurs pour la gentillesse de votre accueil et votre efficacité ; ensuite tous ceux qui par leur participation ont permis d'aboutir à ce résultat.

Nous avons ensemble montré qu'il est possible de sauvegarder des terres agricoles, même en zone péri-urbaine à forte pression de l'urbanisation.
Nous espérons que d'autres pourront s'appuyer sur ce résultat pour conserver à leur tour des terres nourricières.

Un grand merci encore.

Fabienne Lauffer, Annie Weidknnet
co fondatrices des AMAP en Midi-Pyrénées

bonjour,
nos terres sont en agricole, comment peut-on remercier toutes les personnes qui ont signé, je n'ai pas l'habitude de tout cela, je pensais etre seul, pour ma famille il est logique de préserver notre terre pour nos descendants et qu'elle puisse nourrir des humains.
merci du fond du coeur pour le travail que vous faites,merci de votre soutien
amicalement
camille,françoise,véronique , alain et nos enfants

Présentation de la pétition :

L'encre des bonnes résolutions en matière de sauvegarde des terres agricoles du Grand Toulouse n'est pas sèche, que nous apprenons que le le Plan Local d'Urbanisme (PLU) de St-Jory en cours de révision prévoit de classer désormais pour moitié en urbanisable et pour moitié en industriel et commercial, les parcelles d'une des rares fermes en AMAP de la communauté urbaine et la plus proche de ceux qu'elle nourrit... avec deux AMAP à Tournefeuille, une à Toulouse, une à Saint Jory, une ferme avec 4 emplois annuels plein temps dont deux créés depuis le passage en AMAP.

Et cela au prétexte de la lutte contre le « mitage » du territoire, dont on savait jusque là qu'était responsable l'urbanisation et non la survivance de quelques fermes ! renversement « renversant » !
La zone urbanisable projetée sera de l'habitat diffus, en contradiction avec les engagements de limiter la consommation de sols agricoles.
La partie zone d'activité ne répond à aucune nécessité, alors que la commune a acheté 10 hectares de sols de remblais en continuité des zones industrielles d'Euronor, reliées à l'autoroute et dont elle ne fait rien. Sans compter les friches industrielles qui parsèment la zone..

Et qu'on ne nous dise pas que ce sont les paysans qui demandent le passage de leurs terres en zone urbanisable, en prévision de la scandaleuse maigreur de leurs retraites.

Tout faux, ils s'accrochent les bougres, pour rester en zone agricole. Ils s'obstinent à vouloir transmettre à leurs enfants (ou d'autres) une exploitation pérenne, et les terres fertiles amoureusement bonifiées par des générations de leurs ancêtres. Ils luttent pour nourrir leurs concitoyens, pour que les paysans nourriciers ne soient pas contraints de fuir sur des terres de moindre qualité, loin des mangeurs. Les ingrats, dire que leur est offerte là l'opportunité d'un métier plus moderne, conduire des camions de légumes d'Espagne par exemple. Et la possibilité d'un jackpot financier en réalisant la plus-value engendrée par la conversion des terres agricoles en terrains à construire. Vraiment pas de leur temps, ces paysans, on vous le dit...

Tout faux aussi, car ils nourrissent 300 familles, 300 familles qui veulent que les générations qui vont les suivre, leurs enfants et ceux des autres puissent manger des produits locaux de qualité à leur tour. Et qui ont le soutien de beaucoup d'autres.

Et cette ferme pratique une agriculture agro-écologique, sans produits chimiques de synthèse, est un havre de biodiversité cultivée, un lieu de rencontre, de solidarité et de convivialité. Bref, un élément emblématique (comme les fermes en AMAP) de ce Développement Durable et de cette Économie Solidaire dont on nous parle sans cesse. Cette ferme devrait au contraire devenir un élément autour duquel se reconstitue une zone maraichère exemplaire, au service de la population, au plus près de ceux qui en ont besoin.

Alors, Mesdames et Messieurs NOS élus, un peu de cohérence et arrêtons le massacre.
Arrêtons de considérer les paysans en zone péri-urbaine comme une nuisance, surtout quand on y maintient des usines SEVESO.
Ne nous contentons pas de zones agricoles préservées ou protégées plus ou moins limitées aux zones inondables, ce qui ne mange pas de pain mais ne trompe personne. Commençons par garder précieusement les quelques dernières fermes de la zone nourricière de Toulouse, pour nous nourrir aujourd'hui. Elles sont des conservatoires de connaissances agronomiques, de semences, elles préservent ces inestimables sols fertiles non renouvelables, et surtout sont indispensables pour reconstruire, d'urgence, au moins un peu de la sécurité alimentaire que la crise climatique et énergétique en cours exigent de façon urgente.

Le dernier recensement agricole, relève encore une perte de 20% d'exploitations agricoles dans notre région en 10 ans, et de 10 000 emplois. Quand les derniers des mohicans auront disparu, il ne servira alors plus à rien de le déplorer, de dire je ne savais


Fabienne Lauffer-Neff, Annie Weidknnet, fondatrices des Associations pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne de Midi-Pyrénées (AMAP)

Texte de la pétition :


Pétition pour la préservation et la pérennité des dernières fermes nourricières du Grand Toulouse et le maintien en zone agricole des parcelles maraîchères d'Alain Gatti à Saint Jory (31790)



 

9 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Dear friends
Every day more and more people of all ages wake up and realize that the we have to unite and work hard for decent food, small scaled family agriculture with shared responsibilities of producers and consumers; We do not believe anymore in those waving the rules for their own interest and greed. We older people, (68) and millions of young people we will arrive to change unfortunately it has to go trough peaceful struggle supporting everyday by the simple but important act of eating food of the small scaled family farms in problems. Véronique et Alain du courage vous êtes depuis longtemps membre de cette grande famille et par l' action quotidien des milliers d'agriculteurs qui ont choisit de livrer des bons produits a leurs consommateurs vous êtes les pioneers ! Grâce a vous nous savons pourqoui lutter ! Certes sa sera un long chemin mais un chemin de dignité de partage et d'èspoir pour nos enfants ! Bonne chance aver cette action ! Pat

pat de buck
Le 11/11/2011 à 08:21:25

Pour que le président de la communauté urbaine et les représentants du Grand Toulouse ne rayent pas d'un trait de plume les ilots de biodiversités et prennent en compte dans le Plan Local d'Urbanisme le réseau de fermes AMAP comme partie intégrale de la Trame Verte et Bleu (TVB). Document qui doit figurer dans la rédaction du projet urbain. Secundo, qu'ils s'engagent avec la mise en oeuvre du PLU à réduire les émissions de gaz à effet notamment en privilégiant les circuits courts de fermes vivrières et Bio et en proposant notamment la mise en oeuvre d'autres AMAP sur les terres alluviales de la Garonne. Tertio, qu'ils complètent le réseaux de pistes cyclables afin de permettre aux habitants d'accéder à ces fermes sans nécessairement devoir utiliser un véhicule à moteur.

Pascal Duvert
Le 03/11/2011 à 22:37:59

l'amap de grisolles (http://amapcourtcircuit.free.fr)  
se bat contre la future graviére qui est envisagé à Verdun sur Garonne (http://graviere.verdun.free.fr/)et   qui sera à 100 m de leur producteur,l'enquête auprés du commissaire vient de se terminer,
il est fort possible que le gravier serve à la zone Nord de Toulouse...c'est le même combat.

yves
Le 30/10/2011 à 23:15:24

Moins de productions vivrières près de chez moi = plus de productions industrialisées ailleurs, souvent importées = plus de pression sur les pays émergents ou dits "du sud" = des liens locaux en désuétude = moins de mixité sociale = moins de contrôle sur le sanitaire = plus de semences appropriées à chaque terre = perte des identités locales... Par quelque bout qu'on la prenne cette histoire, on en arrive au soutien, inconditionnel, à Alain Gatti, aux siens et aux amapiens de Toulouse. Et comme il le dit lui-même "une terre fertile ça ne se déplace pas, il faut trente ans pour la faire !!

Patrice
Le 30/10/2011 à 06:22:35

bonjour,j' ai écouté ce matin à la radio mr Gatti racontant son parcours d' agriculteur;merci pour votre humanisme votre engagement ,je signe la pétition etje transmets autour de moi dans la region grenobloise ou le problème est le meme.longue vie à votre terre et à tous ces auxilliaires.

chrichri
Le 29/10/2011 à 14:49:28

Film à voir et à revoir : "Le Soleil Vert" avec Charlton Eston. C'est ce qui nous pend au nez.
Comment expliquerons-nous cela à nos petits enfants quand ils nous demanderont "mais pourquoi ne pas avoir réagit, on pourrait manger maintenant! .

Orane
Le 29/10/2011 à 01:58:18

Bonjour,

Directement en rapport avec la pétition, Terre de liens permet d'aller plus loin dans l'action .
Terre de liens a trois entités : une association + la Foncière qui émet des actions + le Fonds qui reçoit des dons .

Petites explications par l'image des objectifs de TERRE DE LIENS :

http://www.terredeliens.org/spip.php?article404  


http://www.netoyens.info/index.php/contrib/22/12/2009/A-la-rencontre-de%3A-Terre-de-liens-Une-richesse-%C3%A0-cultiver  

chriss
Le 19/10/2011 à 01:44:31

Biensûr, les plus riches, avec des biftons et des lingots, auront toujours (ou presque ...) de quoi banquer pour la nourriture !! Faudra beaucoup de biftons pour acheter son bifteck ...
Les autres n'auront qu'à crever, cela fera de la place ...

Quant à la qualité des alimùents ... idem ...finiront par bouffer les biftons par les racines .

chriss
Le 18/10/2011 à 23:59:12

Nos élus et tous ces financiers sont en train de mettre en place pour demain et pour nos enfants une famine qui sera d'autant plus difficile à résoudre qu'ils auront provoqué la mort de nombreux agriculteurs. Mais la science pouvant tout, ils nous proposeront des comprimés à défaut de salade verte croquante !

Pas de problème, cet avenir, je n'en veux pas, alors luttons...

sylvie Chevallereau
Le 12/10/2011 à 13:54:22

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !