actualité écologie

OPÉRATION

Soutien permanent aux paysans de NDDL

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : Je soutiens les Faucheurs Volontaires de COLMAR

Mise en ligne du 14/09/2011 au 25/09/2013

Pourquoi nous avons fauché les vignes OGM de L’INRA...
Le 15 Aout 2010, 60 faucheuses et faucheurs volontaires, venus de toute la France, ont procédé à l’arrachage de 70 pieds de vigne OGM à l’INRA de Colmar. Cet essai de vigne OGM pratiqué en plein air avait pour but de tester une variété prétendument résistante au court-noué.

Bilan de la pétition :

7384 participants


FRANCE – Relaxe pour les Faucheurs volontaires en Appel à Colmar
http://www.infogm.org/spip.php?article5634
 

Les Faucheurs volontaires, un collectif né en 2003 pour « neutraliser »
les disséminations de plantes génétiquement modifiées (PGM) dans
l’environnement, avaient, en août 2010, détruit un essai de vignes avec
porte-greffes transgéniques de l’Institut national de la recherche
agronomique (Inra). Condamnés en première instance, ils avaient
immédiatement payé les 57 000 euros de dommages et intérêts que le
tribunal avait établi pour l’Inra... mais refusaient leur condamnation
au pénal. La Cour d’Appel de Colmar a décidé de les relaxer. Récit d’un
procès qui dure depuis presque quatre ans.

Lire l'ensemble de ce procès :
http://www.infogm.org/spip.php?article5634  


Christophe Noisette
Inf'OGM

Présentation de la pétition :

Nous avons posé et revendiqué cet acte en conscience. Il s’inscrit dans la continuité
de notre lutte contre les OGM dans l’environnement, les champs et les assiettes.
Nous sommes convoqués au tribunal de Colmar les 28, 29, 30 septembre 2011. Ce procès est pour nous celui des dérives de l’INRA, aux ordres de tutelles (ministères,...) sous la constante pression de firmes dont l’unique objectif est le profit.
Quels devraient être les buts d’un institut public, financé par nos deniers, sinon de répondre aux aspirations grandissantes des citoyens vers une agriculture et une alimentation saines ? Ainsi, la recherche agronomique devrait porter ses eff orts vers une recherche alternative, pour le développement d’une agriculture biologique, sans intrant chimique, sans OGM. Or la part du budget qui lui est allouée reste symbolique

Nous dénonçons cet essai de vignes OGM car :

• La mutation génétique contient un gène du virus de la mosaïque du chou-fleur, 2 portions de gènes du virus du court-noué, un gène de bactérie (agrobactéruim
tuméfaciens) et 1 gène d’Echérichia Coli résistant à un antibiotique, la Kanamycine .
• Cet essai préalablement stoppé en Champagne à la demande de vignerons locaux, puis
proposé et refusé dans l’Hérault, a finalement été imposé aux alsaciens, au coeur d’un vignoble où le court-noué ne pose pas de problème.
• Cet essai effectué en plein air disposait d’une bâche enfouie pour éviter la contamination
du sol, « bâche qui risque certes d’être abîmée au cours du temps... » selon les dires du HCB, organisme gouvernemental qui a précisément donné un avis favorable au renouvellement de l’essai !!!
• Le premier essai a eu un coût exorbitant : après un million d’euros investis, les conclusions de l’INRA stipulaient que cette vigne OGM ne résistait pas au court-noué. Malgré cela, un second essai a été mis en place avec de nouveaux budgets démesurés et cela dans un contexte de surproduction viticole et de primes à l’arrachage !
• L’INRA de Montpellier a mis au point un porte-greff e (Némadex) obtenu par sélection
classique et ayant une bonne résistance au court-noué.

Quelle utilité pour cet essai OGM de Colmar ?

Nous affirmons que cet essai délibérément réalisé en milieu non confiné était en réalité un test sociologique visant à faire accepter les OGM par les français, un vrai simulacre de démocratie avec la constitution d’un comité local de suivi et la caution des autorités gouvernementales obsédées par la compétitivité en matière de biotechnologies. Nous invitons donc l’INRA et ses organismes de tutelle à remettre en question les orientations de la recherche, à révolutionner ses pratiques, à mettre en place des recherches pour une agronomie tournée vers une agriculture enfin pérenne, non polluante, et donc respectueuse de l’environnement. Quant à nous, Faucheurs Volontaires, nous continuerons à exercer une vigilance citoyenne sur la recherche publique, à
nous opposer à la propagation des OGM en plein champ (transgénèse, mutagénèse, etc...).
Lorsque tous les moyens légaux pour nous faire entendre auront été mis en oeuvre, nous
n’hésiterons pas à entrer à nouveau en désobéissance civile non-violente.

adresse du site du comité de soutien :
http://www.soutiencolmar.onlc.fr  

Texte de la pétition :


Je soutiens les Faucheurs Volontaires de COLMAR:

 

10 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

COMMUNIQUÉ DES FAUCHEURS VOLONTAIRES

A l’INRA de Colmar, c’est la direction qui organise les manifs !

La Direction Générale de l’INRA orchestre une action « spontanée » des chercheurs pour le prononcé du jugement des 60 Faucheurs Volontaires qui sera rendu vendredi 14 octobre à 8h30 à la salle n° 6 du Tribunal de Grande Instance de Colmar.

Lors du procès de Colmar, nous avons vu deux facettes de la recherche scientifique (cf. communiqué de la Confédération Paysanne Alsace)

celle de l'INRA qui a voulu pousser au bout son essai sans tenir compte ni des citoyens, ni des paysans, en ignorant les retombées environnementales et économiques, faisant le jeu des lobbies agro-industriels.
celle des chercheurs ayant témoigné pour les faucheurs en faveur d'une recherche partagée entre scientifiques, savoir-faire paysan et citoyens. Le représentant du Syndicat SUD Recherche, directeur de recherche à l'INRA, indique que: «sans les fauchages d'OGM, depuis plus de 10 ans, rien n'aurait arrêté la mise en place, subrepticement, de ces biotechnologies».
En demandant à ses salariés de se mobiliser vendredi devant le tribunal, « en s’affichant clairement en blouse blanche », la direction de l’INRA leur demande surtout de s’afficher en soutien de la 1ère facette. Sous le prétexte de « défendre la liberté des chercheurs », elle exerce sur eux une pression. La « défense de l’outil de travail » n’est pas opposable à la liberté d’opinion.

A cet égard, la direction fait preuve d’une incroyable malhonnêteté intellectuelle en faisant l’amalgame entre notre engagement contre les OGM en plein champ et les dérives d’une certaine recherche et son texte : « …/ intenté à la liberté de faire de la recherche dans un organisme de recherche publique …/…la destruction de leur outil de travail… » Alors que nous sommes convaincus de l’utilité de la recherche à la condition qu’elle réponde à une attente des citoyens et qu’elle soit au service de l’intérêt général.

Au cours du procès de Colmar, nous avons pu démontrer que l’essai de vigne transgénique n’était qu’une mise en scène pour faire accepter les OGM par la population. Le texte des consignes données à ses personnels par la direction le confirme clairement. De plus il indique sans équivoque l’objectif de travaux sur des plantes OGM destinées à la consommation, donc à la commercialisation !

L’orchestration prévue vendredi par la direction de l’INRA, la « mobilisation spontanée» des personnels, les messages dictés par le service communication, les banderoles confectionnées se font-ils sur les heures de travail et avec quel budget ?

Cette mascarade ne trompera personne, ni les Chercheurs, ni les Paysans, ni les Citoyens et surtout pas les Faucheurs Volontaires qui maintiendront leur engagement pour qu’il n’y ait pas d’OGM, ni dans les champs, ni dans les assiettes, ni dans les verres.

Le 13 octobre 2011

Contact Presse pour la région :

- Mica : 06 73 63 04 96

- Jean-Luc : 06 38 85 43 38

Alain Uguen
Le 14/10/2011 à 09:15:57

Si je lis bien, les scientifiques de l'INRA, et les autres non anti-OGM "manquent de recul". Ils n'ont pas "l'éthique du coeur et la compréhension de la vie". Merci aux anti-OGM qui, eux, possèdent ces qualités, c'est vrai, car ils l'affirment, et, en outre, ils SAVENT, et agissent pour le bien des autres, même contre leur gré, et de force par action violente s'il le faut. Moi j'appelle çà être anti-démocrate. Mais oui, bien sûr ! je n'ai pas réfléchi, je suis manipulé par les multinationales !!

Etienne
Le 13/10/2011 à 16:30:01

hoo c'est un troll? Que de testostérone dans les commentaires.
Je ne peux pas me prononcer sur un complot mondial et l'indépendance des chercheurs de l'INRA (ça fait du monde), mais je trouve qu'un meilleure répartition des richesses serait la meilleure idée du monde, et vraiment bio pour le coup. MAIS toutefois attention a ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain car
1) sans OGM (c'est pas que des plantes hein), pas de vaccin, pas d'insuline, pas d'hormone de croissance, pas d'antibio... Tous les jours depuis des décennies nous mangeons et sommes dépendants des dérivés des OGMs. Le problème de monsento c'est un problème économique de prise à la gorge des agriculteurs dans le monde, pas un problème sanitaire. Ne mélangeons pas les combats.
2) plus spécifiquement à colmar, qu'est ce que les faucheurs ont gagnés?
Ils ont gagné que l'iNRA ne touchera plus à la vigne (même si l’essai de Colmar c'était aussi l'occasion pour les associations écologistes partenaires de mettre enfin leur nez dans ces expériences là), mais ils ont aussi gagné qu'il y a fort à parier que des manips similaires se feront désormait dans un pays ou il n'y a pas de recherche publique, pas de protection sanitaire et pas de concertation avec des écologistes. Ces manips seront faites par des boites privées qui auront tout loisir hors de tout contrôle de rajouter un petit gène de résistance à votre défoliant préféré dans la vigne. Puis ils vendront ça aux producteurs Français qui pris à la gorge n'auront plus le choix que d'accepter ou de mettre la clef sous la porte.
Alors in fine y avons nous gagné?
pas si sur, a mon sens on a surtout déplacé le problème vers les pays pauvres.

Actine
Le 13/10/2011 à 16:08:20

Les OGM sont des aberrations génétiques généralisées. On surproduit, on surpèche, on surchasse, on surpollue... On jette de la nourriture par tonnes ! On n'a aucun besoin d'OGM. Si l'humanité savait partager sans compter, et s'organiser en tant qu'humains sur la même planète, on ne pourrait faire croire à personne que les OGM sont un progrès. C'est une illusion, une manipulation des multinationales qui tirent les ficelles des choix politico-économiques des USA et du monde spéculatif. Ne croyons rien, reprenons notre prise de conscience à zéro. Les scientifiques de l'INRA ou autres sont des humains ayant les mêmes faiblesses que tous les autres. Il leur manque le recul de la neutralité et ceux qui pratiquent des vivisections ou tout essai clinique sur des animaux vivants peuvent toujours justifier leur travail. Rappelez-vous la bombe H puis toutes les autres. C'est grisant de travailler à la pointe du progrès technologique. Mais l'éthique du coeur et la compréhension de la vie que nous paratgeons sur cette planète extraordinaire n'emplissent pas nos esprits saturés par la multitudes de préoccupations et d'informations, par la fatigue et le stress.

stéph
Le 13/10/2011 à 08:27:54

Encore une fois un grand merci au chercheur a la botte de l'industrie agro-alimentaire dont le seul but est de nous empoisonner pour assouvir ses projets mercantiles .

Feyt
Le 12/10/2011 à 23:35:03

L'indépendance de l'INRA vis à vis des multinationales de l'agroalimentaire n'est plus à prouver....Celui qui me démentirait ne serait qu'un dangereux terroriste.

sarrasin
Le 12/10/2011 à 21:08:54

A l'évidence, pour les faucheurs, les scientifiques sont des crétins qui ne savent pas ce qu'ils font. Et grâce aux faucheurs qui, eux, ont la science infuse, l'humanité est sauvée des OGM.Je recommanderais bien le livre de PH. Joudrier "OGM, pas de quoi avoir peur" mais, catastrophe, c'est un éminent chercheur de l'INRA qui l' a écrit ! Il est à l'évidence, soit fou, soit vendu au grand capital !!

Etienne
Le 12/10/2011 à 19:59:18

Excusez moi, mais je ne vois nulle part l'implication de la direction de quoi que ce soit dans ce mail. Le chef de centre est d'ailleurs cité à la troisième personne ce qui l'exonère.
Perso j'ai plutôt tendance à y voir un message de l'équipe de chercheurs et d'étudiants qui ont perdu leur boulot à cause de l'arrachage.
Après vérification, la direction générale de l'INRA c'est en effet fendue d'un message visible sur son site (google...) qui explique sa position.
On peut être d'accord ou pas, mais c'est un autre débat

actine
Le 12/10/2011 à 18:23:20

En quoi la direction peut-elle demander (légalement) à son personnel de réagir ?
Il me semble que l'OPINION de chacun se doit d'être totalement libre et privée, donc cette demande est à mon avis anti-démocratique.
Voir illégale.
A cause du lien de dépendance, de subordination, entre employé et hiérarchie.

un anonyme
Le 12/10/2011 à 15:55:00

important
A lire avec attention

Je viens de recevoir une info dont la source est sûre mais ne peut être révélée.

Les personnels du centre INRA de Colmar ont reçu, de la direction, les consignes suivantes pour la journée de vendredi :


Bonjour à tous
Le procès des faucheurs qui ont sévit en 2010 en détruisant un essai de vignes OGM sur le Centre INRA de Colmar a eu lieu les 28, 29, 30 septembre. Le tribunal prononcera son délibéré vendredi prochain, le 14 octobre.
A cette occasion, la direction générale nous demande la plus grande mobilisation pour défendre notre liberté de chercheur en nous affichant clairement en blouse blanche.

En effet,

1. Le centre de Colmar a été le centre pilote sur ce débat de société qu'est la possibilité de réaliser des expérimentations hors confinement d'OGM. Ce projet a été porté avec rigueur, dans le respect de la réglementation en vigueur, par l'équipe Vive et par Jean Masson en qualité de Président de Centre. Par leur action, les faucheurs ont non seulement détruit cette expérimentation, mais ont intenté à la liberté de faire de la recherche dans un organisme de recherche publique;
2. La décision qui sera prise vendredi fera date car elle va conditionner toutes les sanctions résultant de destructions d'expérimentations OGM hors confinement mais celles futures qui pourraient concerner des essais en confinement ou des lignées de tilling de plantes destinées à la consommation;
3. Enfin, le sentiment qui doit prévaloir est celui de la solidarité avec nos collègues affectés dans leurs recherches par la destruction de l'essai, mais aussi solidarité avec tous nos collègues de l'INRA qui peuvent être un jour ou l'autre affectés par la destruction de leur outil de travail.

Aussi, pour mercredi matin je vous demande de me donner votre décision à participer ou non à la mobilisation de vendredi matin (c'est à partir de 8h30, car compte tenu du fait que la procédure prévoit qu’on demande aux 62 faucheurs s’ils ont quelque chose à ajouter à l’issue du prononcé des peines, amendes et condamnations aux dommages et intérêts, il est difficile de préjuger de la durée de l’audience).

Pour ceux qui seront prêts à se mobiliser, une réunion est prévue avec Jean François Launay, Directeur de la communication de l'INRA, jeudi après midi afin de préparer les messages que les uns et les autres seraient éventuellement amenés à diffuser en réponse à des questions de faucheurs ou de journalistes.

Des banderoles avec des slogans clairs sont en préparation et seront à notre disposition.

Merci de vos réponses.

Alain Uguen
Le 12/10/2011 à 14:05:06

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !