actualité écologie

Annoncez la couleur !

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

Les 10 jours verts Transacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Faites cesser la répression au Nicaragua !

Mise en ligne du 21/11/2019 au 12/03/2020

Ce jeudi 14 novembre, la police a arrêté au moins 13 activistes alors qu’ils donnaient de l’eau à des grévistes de la faim qui demandaient la libération de leurs proches détenus pour avoir participé aux manifestations du 18 avril 2018.

Bilan de la cyberaction :

2540 participants

Amaya Coppens est lauréate du prix international des femmes de courage 2020 aux États-Unis
https://www.rtl.be/info/monde/international/amaya-coppens-est-laureate-du-prix-international-des-femmes-de-courage-2020-aux-etats-unis-1201041.aspx  

Présentation de la cyberaction :

UNE CRISE DES DROITS HUMAINS

Parmi ces activistes figure Amaya Coppens, étudiante belge-nicaraguayenne qui avait déjà été arrêtée en septembre 2018 pour être descendue dans la rue et libérée en juin dernier grâce à une large mobilisation.

Le Nicaragua traverse l'une des plus graves crises des droits humains de ces dernières décennies. La stratégie de répression mise en ½uvre par le gouvernement du président Daniel Ortega après les manifestations qui ont commencé le 18 avril 2018 a fait 328 morts et plus de 2 000 blessés.

La situation de la liberté d'expression est très préoccupante. Cent journalistes et professionnels des médias ont été forcés à l'exil et plus de 100 personnes sont en détention pour avoir participé aux manifestations. Des journalistes et des ONG ont été persécutés pour avoir critiqué le gouvernement et des dizaines de milliers de personnes ont été obligées de fuir le pays.

DES DÉFENSEURS RÉPRIMÉS AU NICARAGUA

Parmi les défenseurs des droits humains qui ont fui le Nicaragua figurent Francisca Ramírez, dirigeante paysanne qui a reçu des menaces de mort de hauts représentants du gouvernement après avoir participé aux manifestations, et Lucía Pineda Ubau, journaliste de Noticias qui est arrivée au Costa Rica après avoir passé plus de six mois en détention pour avoir exercé son droit à la liberté d'expression. Pendant ce temps, les défenseur·e·s des droits humains qui sont restés au Nicaragua, comme Vilma Núñez, présidente du Centre nicaraguayen des droits humains (CENIDH), continuent à travailler dans un environnement de répression. En décembre 2018, le CENIDH a vu son enregistrement révoqué et ses avoirs confisqués. Les défenseur·e·s des droits humains et les journalistes jouent un rôle essentiel pour demander au gouvernement du Nicaragua de respecter les droits humains de la population.

Vous pouvez faire bouger les choses.

2020 commence avec une bonne nouvelle au Nicaragua !
Nous avons appris que le 30 décembre dernier les autorités nicaraguayennes ont libéré 91 personnes arrêtées pour avoir manifesté pacifiquement. Parmi elles, on compte la belgo-nicaraguayenne Amaya Coppens et les 13 autres activistes incarcérés le 14 novembre 2019 pour avoir apporté de l’eau à des manifestants en grève de la faim. Cette libération a eu lieu grâce à une forte pression internationale et donc grâce à vous !

Cependant, la situation au Nicaragua est loin d’être réglée, 65 personnes sont toujours en détention suite aux manifestations d’avril 2018. Il est nécessaire de maintenir la pression sur le président Daniel Ortega et son gouvernement. Malgré la vague de libération, les charges pèsent toujours sur Amaya et les autres activistes dont le procès est prévu le 30 janvier prochain.

Le président Ortega doit absolument cesser la politique répressive qu’il mène actuellement et qui a conduit à la mort de 328 personnes et blessé 2000 manifestants depuis avril 2018.

Demandez aux autorités nicaraguayennes d’abandonner complètement les charges contre les activistes libérés et ceux qui sont encore en détention. Exigez que la stratégie de répression cesse totalement et que les droits humains soient respectés.

Ambassade du Nicaragua à Paris, France

34 Avenue Bugeaud
75116 Paris
France

Nicaragua: Amaya Coppens dénonce des intimidations incessantes depuis sa libération
https://www.rtbf.be/info/monde/detail_nicaragua-amaya-coppens-denonce-des-intimidations-incessantes-depuis-sa-liberation?id=10399602  

L'Union européenne condamne le Nicaragua pour le siège d'une église occupée par des manifestants
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/20/l-union-europeenne-condamne-le-nicaragua-pour-le-siege-d-une-eglise-occupee-par-des-manifestants_6019929_3210.html  

Crise politique au Nicaragua: l'Union européenne dénonce la détention d'Amaya Coppens et d'autres opposants
https://www.lesoir.be/261652/article/2019-11-20/crise-politique-au-nicaragua-lunion-europeenne-denonce-la-detention-damaya  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président

Je vous demande d’abandonner complètement les charges contre les activistes libérés et ceux qui sont encore en détention et de faire cesser la répression de la société civile, notamment les mesures prévoyant la fermeture d'organisations de la société civile et des médias ainsi que des descentes dans leurs locaux.

Dans cette attente, veuillez agréer mes sincères salutations.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

11 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Et dire que tant de "citoyens" français s'arrogent le "droit" de ne pas voter...

stoppeur
Le 11/03/2020 à 18:54:12

Crise politique au Nicaragua - Report du procès contre l'opposante belgo-nicaraguayenne Amaya Coppens
https://www.rtl.be/info/monde/international/crise-politique-au-nicaragua-report-du-proces-contre-l-opposante-belgo-nicaraguayenne-amaya-coppens-1192576.aspx  

Alain UGUEN
Le 18/02/2020 à 16:13:42

Il est vrai que nous ne saurons pas tout concernant la politique en Amérique du Sud, pas plus que nous ne sommes au courant de la politique dans notre propre pays....C'est en effet un peu délicat de se mêler de se qu'il se passe ailleurs surtout en ces temps de difficultés. Je ne pense pas, en l’occurrence, que nos votes influenceront ou pas les décisions des hauts dirigeants mondiaux....mais ça fait du bien de réagir!!!!

Katie SIMONETTI
Le 20/12/2019 à 14:32:23

Et bientot en France, pays anti-démocratique.

Edmond Dobryk
Le 10/12/2019 à 18:31:33

En réponse à Daniel, le plus grand ennemi d'Ortega ce sont Trump et les Etats-Unis. Donc le fascisme sera de retour au Nicaragua, comme au Brésil et en Bolivie, quand les Etats-Unis seront parvenus à leurs fins.
Donc je ne signe pas et je partage les avis de Michel, Odile et Jean-Pierre.

Raquel Zamorano
Le 27/11/2019 à 16:21:04

Les fascismes, aidés par l'Amérique de Trump, sont de retour en Amérique latine. Et comme d'habitude, l'UE regarde ailleurs !!!

Daniel FORMENTIN
Le 22/11/2019 à 12:41:33

D'accord avec Odile et Jean Pierre. Personnellement c'est l'actualite bolivienne qui m'effraye et que je vois comme un nouveau palier dans la montee d'un autre fascisme. Le non respect de la constitution pour gerer l'interim, des propos et actes racistes, accompagnes de fanatisme catholique, et surtout un soutien quasi explicite de la communaute internationale sous l'egide des Etats Unis.
Et des medias chez nous qui enchainent le pas sans broncher.

Michel B
Le 21/11/2019 à 23:37:05

Quand je pense qu'en 1987 je suis allé trois mois au Nicaragua comme brigadiste pacifiste pour défendre ce sinistre individu, notamment en écrivant au retour un long article pour un quotidien allemand...

Didier
Le 21/11/2019 à 16:12:27

La dictature n'a pas d'avenir !

Mario Mulé
Le 21/11/2019 à 14:43:25

J'ai du mal à signer ça parce que en ce moment, l'Amérique latine est de nouveau la proie des USA avec une violence inouïe et les gouvernements non conformes au modèle néolibéral asservi aux pouvoirs financiers gérés depuis les USA sont accusés de tant de crimes qu'ils ne commettent pas que je ne peux pas signer ça, je ne sais pas d'où viennent ces tirs-là, et Amnesty, n'a pas fait de pétition pour défendre Lula accusé injustement et empêché de contrer Bolsonaro aux élections, ne trouve pas que Piñera exagère un peu, ne dit pas qu'en Bolivie il y a eu un coup d'Etat, etc.

Odile Bouchet
Le 21/11/2019 à 12:22:36

Je ne signe pas car il est très difficile de connaitre vraiment la situation dans les pays latino-américains, à cause de la désinformation, orchestrée par les USA, comme pour le Vénézuela, la Bolivie avec le récent coup d'été,..
Il faudrait donc mieux se renseigner avant de lancer de telles pétitions. Je conseille de consulter le site investig'action de Michel Collon, qui est très bien informé sur la situation en Amérique du Sud :
https://www.investigaction.net/fr  

Jean-Pierre Grenier
Le 21/11/2019 à 11:29:14

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !