actualité écologie

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Journal des Bonnes Nouvelles

Annoncez la couleur !

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

AG Cyberacteurs

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : BEI : Byebye fossiles ?

Mise en ligne du 02/08/2019 au 05/02/2020

La BEI songe à cesser d'ici fin 2020 le financement d'énergies fossiles, dans un plan dévoilé vendredi dernier, et salué par les ONG. une démarche «conforme aux engagements pris par l'Europe lors de l'accord de Paris sur le climat» selon l'institution. La proposition doit encore être approuvée par les 28.

Bilan de la cyberaction :

1838 participants

Le climat concentre 47 % des prêts de la BEI en France en 2019
Un première pour l'institution financière de l'UE, qui poursuit son ambition de porter cette part à 50 % de l'ensemble de ses investissements d'ici à 2025.
https://www.touteleurope.eu/actualite/le-climat-concentre-47-des-prets-de-la-bei-en-france-en-2019.html  

Présentation de la cyberaction :

Ce virage vert proposé par la BEI survient dix jours après une promesse faite par la future présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen, devant le Parlement européen, de transformer la BEI en une «banque du climat» afin de soutenir une politique plus verte.

Pour les Amis de la terre France La banque européenne d'investissement (BEI), la plus grande banque multilatérale mondiale, a publié une première version de sa nouvelle politique de prêt dans le domaine de l'énergie, qui doit être discutée avec les Etats actionnaires début septembre. [1] Dans sa version actuelle, la banque propose notamment de mettre un terme à ses soutiens aux énergies fossiles d'ici fin 2020. Entre 2015 et 2018, cela représentait 7,9 milliards d'euros. La France, dont la position est ambiguë sur la question, soutiendra-t-elle ce texte ou se rangera-t-elle du côté des lobbys gaziers?

En plein épisode caniculaire en Europe, le bras armé financier de l'Union Européenne a publié une proposition pour sa nouvelle politique énergie en cours de révision. La banque propose de mettre la priorité sur l'efficacité énergétique et la décarbonation de l'approvisionnement énergétique en Europe, en mettant fin au financement de tout projet d'énergie fossile d'ici fin 2020. Il s'agirait d'un grand pas en avant, nécessaire pour aligner les activités de la banque avec les objectifs de l'Accord de Paris, comme elle s'y est engagée. Un rapport publié par les Amis de la Terre, Oxfam et le Réseau Action Climat démontre en effet que la banque publique est aujourd'hui encore loin d'avoir mis en oeuvre cet engagement.[2] Entre 2015 et 2018, la BEI a consacré 21% de ses prêts dans le secteur de l'énergie aux fossiles, soit 7,9 milliards d'euros, principalement dans le développement de nouvelles infrastructures gazières en Europe. Elle avait notamment été sévèrement critiquée dernièrement pour avoir aidé le financement du gazoduc transadriatique à hauteur de 1,5 milliard d'euros.
Depuis des années, la société civile fait pression pour que la banque désinvestisse des énergies fossiles. [3] Le 6 juin, plus de 70 personnes venues de toute l'Europe avaient occupé l'entrée de l'établissement pour relayer ces demandes. [4] Pour Clémence Dubois, porte-parole pour 350.org: “Cette proposition est le résultat de la pression croissante des citoyens européens qui se sont mobilisés pour exiger que la BEI ne se serve plus de notre argent pour financer le développement de projets d'énergie fossile en Europe et ailleurs dans le monde. Cette nouvelle redouble notre détermination. Des actions s'organisent en France et à travers l'Europe pour que les ministres des Finances des États membres prennent des décisions conformes aux objectifs nationaux et internationaux.
Si le texte est une bonne base de négociation, certaines failles méritent d'être corrigées pour s'assurer que la BEI ne continue pas à financer l'industrie fossile de manière détournée, notamment à travers les financements indirects et le soutien à différentes formes de “gaz décarboné”. Par ailleurs, le texte risque fortement d'être détricoté par les Etats membres de l'Union européenne en Conseil d'administration. La France jouera un rôle clé dans ces négociations. Or, la position initiale de la France transmise à la BEI lors de la phase de consultation restait très floue sur la question du gaz fossile.[5] «Ce gouvernement est-il sincère lorsqu'il dit vouloir transformer la BEI en banque européenne du climat? Si oui, il doit soutenir publiquement la fin du soutien aux énergies fossiles de la banque publique. Ce sera le crash test. Nous attendons des réponses claires de la part de Bruno Le Maire sur cette question.» déclare Cécile Marchand, chargée de campagne climat et acteurs publics aux Amis de la Terre.
"Ce nouvel été expose toujours plus de populations à travers la planète aux conséquences de la crise climatique. Nous nous élevons pour dénoncer le principal coupable, l'industrie fossile en perturbant ses soutiens financiers et politiques. Nous sommes plein d'espoir et de détermination et nous ne laisserons pas Bruno Le Maire et nos décideurs s'opposer aux solutions concrètes qui peuvent nous permettre de construire un futur possible et juste" ajoute Pierrick Jalby du mouvement Zéro Fossile.

[1]https://twitter.com/EIB/status/1154762026725629953?s=20  
[2]https://www.amisdelaterre.org/Cachez-ces-fossiles-que-l-on-ne-saurait-voir.html  
[3]http://fossilfree-eib.eu  
[4]https://www.dazeddigital.com/life-culture/article/44765/1/climate-activists-eib-bank-luxembourg-fossil-fuels-protest  
[5]https://www.eib.org/en/about/partners/cso/consultations/item/public-consultation-energy-lending-policy.htm  

Nous vous proposons d'interpeller Bruno Le Maire Ministre de l'Economie avec copie à la BEI

Précédente cyberaction en 2013: contre les subventions publiques aux gaz de schiste !
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=631  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Ministre, Madame, Monsieur,
Je me réjouis de voir la BEI proposer de mettre un terme à ses soutiens aux énergies fossiles. Si ce gouvernement est sincère lorsqu'il dit vouloir transformer la BEI en banque européenne du climat, il doit soutenir publiquement la fin du soutien aux énergies fossiles de la banque publique.
Dans l'attente des réponses claires sur cette question, je vous prie d'agréer mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

13 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Ce sont des projets gaziers qu'il s'agit car la BEI ne finançait déjà plus le pétrole et le charbon depuis 2013.
Elle maintient le soutien aux gaz "verts" en fixant pour fin 2021 la norme d'éligibilité à moins de 250g de CO2 par kWh.

Relançons cette cyber@ction en en modifiant le texte : félicitations tout en attirant l'attention sur les risques de dérive :
- production industrielle de biogaz par les fermes-usine,
- seuil accessible par des filières gazières conventionnelles performantes,
- prime au nucléaire.

Appelons la à progresser encore dans deux ans quand elle révisera sa politique de prêt à l'énergie.
Et appelons aussi le ministre à agir auprès des banques françaises très engagées dans le charbon.

dominno
Le 21/01/2020 à 10:51:08

La BEI va mettre fin aux energies fossiles. Suivez l'actu. Cette petition n'a plus de raison d'être !!

Abdel
Le 20/11/2019 à 15:04:59

Rapport : Bruxelles et Paris sous l’emprise des lobbies fossiles
https://www.amisdelaterre.org/Rapport-Bruxelles-et-Paris-sous-l-emprise-des-lobbies-fossiles.html  

Alain UGUEN
Le 31/10/2019 à 14:11:12

les instances qui nous dirigent sont-elles enfin conscientes de la gravité de la situation?

floquet
Le 08/10/2019 à 19:00:47

Moins de pognon pour le charbon
S’il est suivi d’effets, l’engagement du 2 juillet de la place financière de Paris fera date et figure d’exemple sur la scène internationale.
https://www.politis.fr/articles/2019/09/moins-de-pognon-pour-le-charbon-40856/  

Alain UGUEN
Le 28/09/2019 à 09:02:42

La politique du "en même temps" ne fonctionne pas avec le réchauffement global.

Parlez du "en même temps" à l'ouragan Dorian, parlez du "en même temps" à la mer de glace dans nos Alpes, parlez du "en même temps" à nos campagnes déshydratées, aux rivières à sec, aux prairies et aux vignes brûlées, aux forêts vosgiennes, etc.

N'allez pas nous faire croire que le GNL sibérien, le diésel à l'huile de palme (qui nous rend complice de la déforestation en Indonésie), sont des solutions "écologiques".

N'encouragez pas les projets qui nous mettent en danger et "en même temps" se la jouer "écologie souriante". Qui croyez-vous réellement convaincre avec ces sourires ? Ça me rend verte, ce genre de postures électoralistes. VERTE ! Jusque dans les urnes, Monsieur Le Maire !

LNA
Le 04/09/2019 à 13:16:44

28 vous dites à dire OUI, wait and see.

Edmond Dobryk
Le 19/08/2019 à 11:18:28

Je me suis permis d'ajouter à ce courrier en cyberaction, que l'eau étant responsable de 70% de l'effet de serre naturel, toute importation d'énergie dans la biosphère contribue à l'élévation anthropique de son niveau d'énergie, qui se traduit par une légère augmentation anthropique ( LAA ) de la température, qui provoque une LAA de l'eau restant dissoute dans la troposphère, qui se joint aux autres GES, provoquant une LAA de l'effet de serre, qui ferme la boucle amplificatrice sur l'eau de la biosphère.
A ce titre le nucléaire est aussi climaticide, et il ne faut pas compter sur la géothermie pour satisfaire nos besoins, mais ajuster nos besoins aux ressources renouvelables non climaticides issues de la biosphère.

Daniel LAMBEAUX
Le 07/08/2019 à 12:12:02

Moins de bagnole, plus de marche, plus de vélo, c'est en plus, bon pour la santé ! Par ailleurs, moins de viande, moins de consommation d'eau, tout est bon pour notre boule commune !

PREISS
Le 05/08/2019 à 15:55:37

Les promesses rendent les enfants joyeux. Nous savons que les grands groupes capitalistes font passer leurs intérêts financiers avant la santé des populations et la sauvegarde du climat et de l'environnement et qu'ils connaissent à la perfection l'art de l'esquive et de la contre-vérité. Observons et, si les promesses sont mises en oeuvre avec efficacité, nous pourrons applaudir.

Mireille
Le 05/08/2019 à 14:43:38

Méfiez-vous: bye bye fossile = vive le nucléaire....
les industriels ont plus d'un tour dans leur sac....
n'oubliez pas qu'en France le CEA s'appelle: commissariat à l'énergie atomique ET aux énergies alternatives: tout un programme!!!
j'en vois qui se frottent déjà les mains...

Chris
Le 05/08/2019 à 13:53:22

Si c'était vrai

marie madeleine mestre
Le 05/08/2019 à 11:51:19

Si c'était vrai ? J'attends de voir

Bruno Cappelle
Le 05/08/2019 à 10:58:17

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !