actualité écologie

OPÉRATION

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Pesticides : l'alerte sur nos cours d'eau

Mise en ligne du 20/03/2018 au 07/07/2018

En France, il est interdit d'épandre des pesticides dans certaines zones, dites "de non traitement", en bordure de cours d'eau. Malheureusement, un arrêté ministériel passé en mai dernier introduit un flou dans la définition de ces zones. Résultat, certains départements en ont profité pour exclure près de la moitié des aires qui étaient jusqu'alors protégées. Avec France Nature Environnement, demandez à Stéphane Travert et à Nicolas Hulot de garder nos cours d'eau #LoinDesPesticides :

Bilan de la cyberaction :

4871 participants

Présentation de la cyberaction :

92 % des cours d'eau surveillés en 2013 contenaient des pesticides1. Vous trouvez le constat alarmant ? La situation risque malheureusement de s'aggraver à cause d'un arrêté ministériel fraîchement adopté.
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2017/5/4/AGRG1632554A/jo/texte  

En effet, depuis le 4 mai 2017, les préfets ont davantage de pouvoir pour définir les zones de non traitement (ZNT), bandes de 30 cm à 5 mètres en bordure d'un point d'eau sur lesquelles il est interdit d'épandre des pesticides. Contre toute logique, certains préfets en profitent pour être bien plus laxistes sur la protection de nos cours d'eau.
Auparavant, les préfets devaient a minima s'appuyer sur les données contenues dans les cartes au 1/25 000ème de l'IGN. Avec le nouvel arrêté, plusieurs préfets ont choisi des cartes encore moins précises, élaborées souvent sous la pression de certains syndicats agricoles. Résultat : elles excluent de nombreuses zones et cours d'eau jusqu'alors protégés des pesticides. Par exemple, dans le Tarn et Garonne, 30 % des aires préalablement protégées ont purement et simplement été exclues2. En Indre-et-Loire3, ce sont 43 % des zones de non traitement aux abords des cours d'eau qui ont désormais disparues. Dans le Gard 4, la comparaison des cartes est à elle seule éloquente. Malheureusement, France Nature Environnement pourrait multiplier les exemples de cette nature.

1Source :  « Les pesticides dans les cours d’eau français en 2013 » • Commissariat général au développement durable • Chiffres & statistiques • Numéro 697 • Novembre 2015
https://www.eauetbio.org/publications/pesticides-cours-deau-francais-2013-cgdd/  
2 Note de la DDT Tarn et Garonne
http//www.tarn-et-garonne.gouv.fr/content/download/12258/81564/file/note_20170523_ddt82_note-pref-points-eau-arret-phyto.odt
3Données de la SEPANT communiquées à la préfecture lors de la consultation du public
http://www.sepant.fr/  
4 http://carto.geo-ide.application.developpement-durable.gouv.fr/461/HR_police_eau_30.map   et http://carto.geo-ide.application.developpement-durable.gouv.fr/461/Reglementation_ZNT.map  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Ministre
92 % de nos cours d'eau contenaient des pesticides en 2013 et l'arrêté du 4 mai 2017 risque d'aggraver la situation. Sa rédaction a conduit certains préfets à se référer à des documents incomplets pour déterminer les points d’eau à protéger.

C'est pourquoi, en tant que citoyen.ne, je vous demande de réécrire cet arrêté pour harmoniser les protections et prévoir des zones de non traitement efficaces.
Il importe de protéger l’ensemble des écoulements (bassins d’eau, canaux, fossés, plans d’eau, lacs, étangs, mares, puits et forages….) mais également de prévoir des zones de non traitement suffisantes pour obtenir une législation efficace (5 mètres). Il est également nécessaire de protéger l’ensemble des cours d’eau répondant à la définition légale, indépendamment de leur identification sur une carte.

 

35 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Malgré le Grenelle de l'Environement (aha) qui prévoyaient une diminution de l'usage des produits "phytosanitaires", plusieurs centaines de tonnes supplémentaires sont déversées chaque année dans notre environnement donc dans les cours d'eau, les nappes phréatiques...
La FNSEA, vendue aux labos, fait du lobbying pour continuer ce scandale de santé publique et éluder les conséquences sanitaires de l'irresponsabilité de ces usages, notamment en fermant les yeux sur les effets cocktails.

jiB)-
Le 01/04/2018 à 08:59:20

URGENCE ZERO PESTICIDE ! A faire rentrer dans la cervelle des décideurs inconscients...et irresponsables...

AGNES ANCELOT
Le 29/03/2018 à 13:54:22

les gouvernements successifs qui n'ont pas le courage de s'attaquer aux loobies des pesticides et autres poisons qui mettent en perils la survie de l'humains ferait mieux de légiférer pour que les empoisoneurs, même si ils président les multinationnales tel que bayer ou mosanto, finissent en prison! mais au lieux de ça ils nous font pleurer quand un loup egorge une vieille brebie!

patrice BERNARD
Le 26/03/2018 à 08:42:39

de combien de morts les humains sont'ils responsables en employant des pesticides et autres poisons vendus par mosanto, bayer, et compagnie sans que ça fasse autant de scandale que lorsque un loup s'attaque à une brebie

patrice BERNARD
Le 26/03/2018 à 08:35:28

Ces messieurs les "technocrates" ne se rendent pas compte de leurs décisions ravageuses, il est temps qu'ils en prennent conscience. Il faut du courage messieurs les politiques, arrêtez de faire la politique de l'autruche, que fera-t-on quand toutes nos ressources d'eau seront impropres à la consommation ? Ce qui se passe est scandaleux !

Caignaert Jocelyne
Le 26/03/2018 à 01:45:45

Continuer à déverser des pesticides dans notre environnement est diabolique ou relève de la folie pure!

un anonyme
Le 25/03/2018 à 21:32:13

Il y a urgence à prendre le virage de la préservation de nos ressources naturelles.

Morvan
Le 23/03/2018 à 07:30:24

déjà signée avec France Nature Environnement !

CB
Le 22/03/2018 à 22:37:38

ben, c'est évident qu'il faut garder nos cours d'eau loin des pesticides. Non?

fanny
Le 22/03/2018 à 19:58:37

La complaisance envers les fabricants et utilisateurs de pesticides ne connaît décidément aucune limite... Quand le gouvernement aura-t'il enfin le courage politique de s'attaquer sérieusement et durablement à ce problème, quitte à perdre certains électeurs plutôt qu'assister sans agir véritablement à la mort programmée de tout le vivant ?

Françoise Carthieux
Le 22/03/2018 à 16:27:50

Si tous les cours d'eau devraient être d'avantage protégés, il devrait en être de même pour les grands périmètres entourant les points de captage d'eau potable.

marc
Le 22/03/2018 à 12:51:27

De toute manière les grandes entreprises régnent.
Mardi ils sera interdit d'écrire, de pensée, de critiquer les grandes entreprises européennes et s’imposera aux États Membres à compter du 25 mai 2018.
Bienvenue en Europe

Edmond Dobryk
Le 22/03/2018 à 12:20:42

Certes, l'espace rural des champs est un lieu de production de denrées alimentaires mais cela ne peut plus et ne doit plus se faire au détriment de l'état des terres, des rivières et des nappes phréatiques.
L'agriculture n'est pas la seule partie prenante dans cette problématique.
Disparition de 30% des espèces d'oiseaux en 15 ans !!! Et alors, on laisserait faire ?
C'est INSUPPORTABLE.

Jef
Le 22/03/2018 à 12:03:32

Faisant le comptage chaque année pour les populations d'oiseaux près de chez moi, je constate d'année et année la chute de la population des oiseaux communs il y a encore 30 ans. Que laisserons nous aux générations futures?

MORIN
Le 22/03/2018 à 11:45:47

Depuis 15 ans, les populations d'oiseaux des milieux agricoles connaissent un déclin très alarmant. En moyenne, les effectifs ont été réduits d'un tiers avec une
nette accélération de la tendance à la baisse ces deux dernières années.
http://www.mnhn.fr/fr/recherche-expertise/actualites/printemps-2018-s-annonce-silencieux-campagnes-francaises  

un anonyme
Le 22/03/2018 à 09:03:08

ZERO pesticide, il n'y a pas d'autre choix. Arrêtons de nous référer toujours aux règlements et lois technocratiques mortifères et débiles qui ne nous avance à rien......

Christian Colombet
Le 22/03/2018 à 07:45:02

De plus,il n'y a pas de mauvaises herbes,parfois,je suis tellement en rage que bien que j'ai deux filles que j'aime,je suis heureux de savoir que la nature,un jour va nous péter à la gueule.Patrick

patrick
Le 21/03/2018 à 23:42:04

ZÉRO PESTICIDE PARTOUT LA NATURE N’A PAS BESOIN DE L’HOMME POUR SE DÉFENDRE ELLE EST SUFFISAMENT INTELLIGENTE ZÉRO PESTICIDE PARTOUT

Danièle CARON_BRUNEL
Le 21/03/2018 à 22:22:00

Kristine a écrit
Bonjour
Dans le texte de la pétition de défense des zones (cours d'eau) contre les pesticides, vous oubliez "les canaux" les voies navigables, comme le canal du Midi par ex.(avec les vignes)
Merci de l'ajouter ;
Bonne journée

J'ai rajouté les canaux.
Amicalement
Alain

Alain Uguen
Le 21/03/2018 à 14:50:36

Bonjour
Ne pas oublier dans la liste des zones à protéger les canaux ou voies navigables comme le canal du Midi et ses vignes...
Merci

tourmente
Le 21/03/2018 à 14:44:57

Macron = polution

Dominique RANNOU
Le 21/03/2018 à 09:29:50

Pour résoudre le problème, il suffisait donc de prendre des cartes moins précises (la Terre vue de la Lune, par ex.) et de redéfinir ce qu'est un cours d'eau (en excluant la plupart des fossés et rigoles qui pourtant sont connectés au cours d'eau).
Sans doute celui qui a pondu cet arrêté ministériel se croit-il malin ?
Si sa vision du futur, c'est Soleil vert, il a tout juste. Je ne pense pas cependant que nos cadavres, bourrés de pesticides et autres joyeusetés, seront consommables...

Frawald
Le 21/03/2018 à 08:10:24

ZERO pesticides ou que ce soit!

Christian Perez-Gil
Le 21/03/2018 à 00:12:59

A l'heure où tout le monde connaît le désastre occasionné par les pesticides sur la santé, la faune, et la biodiversité, il serait intelligent de ne pas répéter en boucle les même erreur décennies après décennies.
Il faut apprendre de ses erreurs passées.

Catherine HUBAULT
Le 20/03/2018 à 23:02:10

Il parait évident de laisser des bandes pour protéger l'eau des projections et des ruisselements
Cela est visible dans les marais (de la sèvre Niortaise) où les terres agricoles sont autant que faire se peut séparées des fossés par des bandes non cultivées
Nous devons progresser et les règles imprécises doivent être recadrées pour la sauvegarde de l'eau et de tout ce qui en dépend (la faune et l'homme)

Le Vérinois

Le Vérinois
Le 20/03/2018 à 22:09:39

Et avec des propos stigmatisant toute la profession agricole, on n'est pas rendu ... sans compter que de nombreux agris en conventionnel sont conscients du soucis des pesticides même si ils ne soient pas (encore ?) changer de façon de travailler.

agriculteurs bios et c°
Le 20/03/2018 à 21:05:48

Honteux ! Quand aux agriculteurs ils peuvent bien pleurnicher après avoir contracté des maladies dues aux produits chimiques. Ils ne se sont pas préoccupés de savoir si ce qu'ils nous donnaient à manger n'était pas sans danger pour notre santé.

victor 24
Le 20/03/2018 à 20:53:48

A qui fera t'on croire que cet arrêté est flou par hasard ???

Flou immédiatement exploité par les préfets pour faire plaisir au lobby agricole.

Curieux que les préfets ce soit sentit de suite obligé de prendre des arrêtés pour restreindre les zones protégées ou auraient ils reçu des ordres en conséquence ???

Et naturellement notre hélicologiste de ministre de l’environnement,fait semblant de n'être au courant de rien...

Marsupilami
Le 20/03/2018 à 20:24:05

Quand donc seront punis les pollueurs et ceux qui les soutiennent,notamment un certain syndicat agricole.Les agriculteurs demandent du respect et de la considération qu'ils commencent pas donner l'exemple.

Jean-Yves BARBIER
Le 20/03/2018 à 19:57:45

C'est grave

anne noubel
Le 20/03/2018 à 18:54:50

c'est une urgence vitale

Emma
Le 20/03/2018 à 18:24:36

Les pesticides sont un fléau reconnu, alors pourquoi tergiverser, des fermes leur ont tourné le dos avec la réussite de ce "modèle vertueux", se référer à "carnets de campagne" d'aujourd'hui: "ferme écologique de Gorce" en Charente ou la "ferme de Bertheville" de Mr Benoît Biteau en Charente Maritime et auteur de "paysan résistant" un vrai combat contre les "instances agricoles officielles"! mais combat réussi.....

cactus
Le 20/03/2018 à 18:16:44

Pourquoi 5 m, il faut au minimum 100m

Jean-Paul
Le 20/03/2018 à 17:53:27

ZERO Pesticide dans nos rivières

Siegfried
Le 20/03/2018 à 17:31:11

Comme quoi que les agriculteurs se moquent aussi de la qualité des produits qu'ils nous vendent en nous empoisonnant, car au final, c'est eux qui les achètent ces poisons.

Christian
Le 20/03/2018 à 15:41:37

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !