actualité écologie

La Terre vue depuis l’espace

OPÉRATION

Ne laissez pas vos appareils en veille

AG Cyberacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Défendons le massif « Svydovets » !

Mise en ligne du 26/11/2017 au 30/01/2018

14.000 hectares de forêt dans les Carpates ukrainiennes menacés par un mégaprojet touristique

Bilan de la cyberaction :

3831 participants

Présentation de la cyberaction :

Le massif « Svydovets » fait partie des Carpates en Transcarpatie dans l’ouest d’Ukraine. De
nombreuses forêts font de ce massif un des plus beaux, des plus riches en flore et en faune du
pays. Il est caractérisé par son aspect sauvage, ses trois lacs naturels et le fait qu’il serait au
centre de l’Europe géographique. Au coeur de Svydovets nait la rivière Tchorna Tisza - la source
de la Tisza, l'une des rivières les plus importantes de la région. Le massif est l’épicentre des principales pluviométries de la région (1400 mm/an).
Les pentes sont couvertes de forêts d'épicéas et de hêtres. C’est précisément ici que Guenady Moskal, le gouverneur de la Transcarpatie, compte créer un immense complexe touristique
« Svydovets » avec plus de 60 hôtels, 120 restaurants, 33 remonte-pentes qui mèneront aux pistes d’une longueur totale de 230 km, le tout financé par des investisseurs dont il n’a pas voulu publier les noms. ...La future station pourra accueillir jusqu’à 28.000 touristes à la fois.
Le scandale autour de la construction de cette nouvelle station de ski a commencé en 2016. Elle
serait plus grande et plus chic que « Bukovel », la station de ski la plus connue d’Ukraine. Le
gouverneur de la Transcarpatie explique dans la presse que 5000 places de travail seront créées.
Pour les locaux c’est comme un rêve que d’avoir du travail près de sa maison. Dans ces régions de
montagnes cela fait des siècles que les habitants sont des travailleurs saisonniers. Au début de
l’année des audiences publiques ont été organisées par les administrations des districts (sous-préfectures) de Tyatchiv et de Rakhiv pour obtenir un accord préalable à cette base
touristique dans les villages de Yassinya, de Tchorna Tissa et de Lopukhovo, les trois villages
concernés.
Or, selon Vassyl Fabritsy, un des activistes du village de Lopukhovo qui proteste contre toute
construction dans le massif, «nous avons appris que l’audience publique avait eu lieu à Lopukhovo,
quand elle était terminée. Il y avait une annonce dans le journal mais il n’y avait pas un mot sur des votes « pour » ou « contre » Svydovets. Ainsi seules vingt personnes ont voté pour la
construction de la station de ski. Ces 20 personnes, manipulées par la mairie et l’administration, ont décidé pour tout le village. »
Plusieurs citoyens de Lopukhovo - ils ne sont pas nombreux, mais très déterminés – se sont
regroupés pour porter plainte devant les tribunaux administratifs. Tous travaillent dans la filière bois, comme 70% des personnes dans ces villages. Ce n’est pas la première fois qu’ils contestent le
« système d’Etat ». Depuis plus de vingt ans ils protestent régulièrement contre la mauvaise
gestion des forêts et la corruption dans les services forestiers de l’Etat. Ils dénoncent
notamment les fausses coupes sanitaires. Ils ont demandé de l’aide à des juristes, à des
organisations écologiques, à des députés locaux et nationaux. Au début personne n’a voulu s’engager.
Puis une jeune étudiante en droit de l’environnement a décidé d’en faire son combat et a mobilisé autour d’elle plusieurs ONG dont Environment People Law, Zeleny Dossier et la Coopérative Européenne Longo maï. Nous avons donc créé le «Groupe d’Initiative Free Svydovets"
(GIFS) qui a commencé à contester le projet en juillet 2017.
D’après une écologiste connue en Transcarpatie, Oksana Stahkevitch-Volosyantchouk : « ce massif
est le territoire où se forment les affluents importants de la Tisza. On y trouve des lacs, des
marécages, des ruisseaux, des prairies marécageuses qui jouent un rôle très important
pour l’hydrogéologie des Carpates. Ces zones humides sont nourries par les eaux de la neige
fondue, les précipitations et les eaux de surface du bassin de captage. Elles jouent le rôle de réserve
d’eau pendant toute l’année. Ainsi, la probabilité de grandes crues catastrophiques baisse. Ces
vallées et ces zones humides sont des écosystèmes très fragiles. Une intervention
anthropique excessive dans ce système aurait des conséquences destructives. Tous ces écosystèmes
sont à la base des espèces endémiques des Carpates.
La création d’infrastructures touristiques sur ce territoire, la destruction de forêts, la construction
d’un réseau de routes, d’hôtels avec des prises d’eau et des canalisations provoquerait très
certainement des changements dans le régime hydrologique. Pour l’heure, ces écosystèmes
fragiles souffrent déjà de l’installation chaotique des campements au bord des lacs : la coupe du bois de chauffage par les campeurs, la pollution de l’eau par les détergents… Une telle construction
accroîtrait certainement les changements climatiques que nous ressentons déjà. Comment ces changements vont-ils se manifester ? Des crues catastrophiques, des érosions du sol, des glissements de terrain, la baisse de la nappe phréatique, la pollution de l’eau, la sécheresse. Ce sont les habitants de la vallée qui vont les ressentir et non pas les visiteurs ».
Des journaux ont commencé à parler du projet en pointant le revers de la médaille. A travers
plusieurs articles et les réseaux sociaux est née une polémique sur le nombre d’hectares de forêt
qu’il faudrait couper pour réaliser un tel complexe touristique. Dans les informations officielles de
l’administration données lors des audiences publiques et inscrites dans le protocole le chiffre
de 14.000 hectares de forêts a fait forte impression. Puis les services du gouverneur se sont rétractés et ont expliqué que cela avait été une faute de dactylographie, qu’il ne s’agissait que de 1400ha. Pour les activistes de Lopukhovo et les écologistes cette polémique sur les surfaces est
ridicule et ne sert qu’à embrouiller les esprits. De toute façon, il n’y a pas de plans architecturaux
précis qui permettraient de comprendre comment sera le futur complexe touristique. Pour eux, il est
clair que si une construction même petite est autorisée, c’est ensuite tout le site qui sera
morcelé et détruit.
La question des coupes de bois est très sensible dans la région ainsi que dans toute l’Ukraine.
Après la révolution de Maïdan en 2014, beaucoup ont cru que la corruption et la surexploitation des
forêts allaient diminuer. Valera Pavlouk, activiste, rappelle «nous avons déjà connu de grosses
inondations en 1998 et 2000 avec de grandes coulées de boue qui ont emporté plusieurs
maisons et couvert le village. Déjà à l’époque il était clair que c'étaient les conséquences de la
surexploitation forestière. Les dernières années ça n’a fait qu’empirer. Par exemple en 2005, dans la
forêt d’Etat de Lopukhovo on a coupé 50.000 m3 de bois et en 2016 sur la même surface c’était
240.000 m3. La situation est devenue catastrophique et désespérée ».
Les nombreuses coupes rases favorisent l’érosion. Quand on descend le bois par débardage, la
longueur du treuil influe directement sur le coût du bois à l’achat. C’est pourquoi les coupes se font
souvent le long des chemins forestiers parce qu’en période hivernale les camions ne peuvent pas
monter les côtes raides. Ce type de coupe mène au ravinement, diminue la biodiversité, provoque
des glissements de terrain.
Il existe en Ukraine un petit mouvement d’activistes qui s’appelle « La garde forestière » et
qui exerce un contrôle civique sur les coupes illégales. Les activistes font des photos et rédigent
des rapports documentés. Ils organisent des ateliers de travail pour apprendre à repérer les
coupes illégales. Mais en Transcarpatie le mouvement est peu actif. Il faut aussi dire que les
dénonciations de ces coupes illégales ne portent à aucune conséquence et que même les médias ne
veulent plus les signaler tant il y en a : c’est devenu banal.
Cette urbanisation en plein coeur de Svydovets, làhaut sur les alpages, est d’autant plus
incompréhensible qu’il n’existe pas d’infrastructures même basiques dans les villages
en bas. Il n’y a pas de routes, pas de canalisations ni de stations d’épuration, pas de système de tri
de déchets, pas d’hôtels, pas de supermarchés ou de restaurants de bon niveau, de banques ou de
centres médicaux.
Les forestiers d’Etat de Lopukhovo ont commencé à construire une nouvelle route à travers le massif pour aller au coeur de la future station de ski et pour réunir les deux districts de Tyatchiv et de Rakhiv. Nous avons invité des journalistes locaux, des télévisions et des écologistes pour dénoncer l'absurdité de ce projet en les emmenant au sommet du massif (cinq heures de tout-terrain), ce qui les a fortement impressionnés. Nous avons déposé un recours au tribunal pour
vice de forme de procédure. La première séance au tribunal a eu lieu le 14 novembre 2017. Les
deux sous-préfets concernés n’ont pas daigné se présenter et leurs avocats n’y ont pas assisté non
plus. Par contre, une vingtaine d’activistes étaient présents et la séance a été filmée par une chaîne
de télévision nationale. Le juge a écouté nos avis écologiques et il a décidé que le jugement sera
rendu par trois juges – un fait assez exceptionnel. La prochaine séance aura lieu le 4 décembre.
Nous avons également participé à la rencontre de la Convention-cadre sur la Protection et le
Développement Durable des Carpates à Lillafüred en Hongrie, où nous avons dénoncé le fait que
l’Ukraine viole ses obligations en ce qui concerne le « tourisme durable ». Nous avons demandé une commission d’enquête au ministère de l’écologie, pour l’heure sans réponse. De nombreuses
personnes ont manifesté leur soutien sur facebook.
Au point que le gouverneur s’est rabaissé à faire un communiqué officiel demandant de ne pas croire les activistes. Le lendemain du dépôt de la plainte au tribunal les trois principaux leaders de
Lopukhovo ont eu chacun un contrôle des services de l’inspection du travail. Ils reçoivent aussi
régulièrement des menaces par téléphone dans le but qu’ils se retirent de la lutte.
Pour l’instant la mobilisation est forte et le GIFS rassemble chaque jour de nouvelles personnes,
mais il reste clair qu’au niveau des populations locales nous restons minoritaires. Même si certains
sont d’accord avec nous, beaucoup ont peur d’aller contre le pouvoir ou sont sous l’influence de leurs employeurs, voire craignent la puissance de l’investisseur caché.
C’est pour toutes ces raisons que nous faisons appel aux citoyens de tous pays,
à toutes ONG, nationales et internationales, à soutenir notre action pour un massif « Svydovets » libre. Les demandes du GIFS : annuler les avis préfectoraux permettant la construction,
exiger du Cabinet des ministres de refuser l’autorisation de changer l’utilisation des terrains, protéger les sommets et les lacs naturels du massif Svidovets par un agrandissement de la zone de la réserve naturelle voisine, exiger une diminution des rendements de coupe de bois à l’hectare, un contrôle renforcé de l’exploitation forestière du massif par des organisations civiques comme la Garde Forestière ( « Lissova Varta »).
Qui sommes nous ? Des activistes du village de Lopukhovo, des organisations écologiques de la Transcarpatie, de Lviv et de Kiev, des juristes, la Coopérative Européenne Longo maï, des volontaires amoureux de la nature - tous réunis dans le Groupe d'Initiative Free Svydovets. Rejoignez-nous! Contact : free.svydovets@gmail.com.  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Je défend les demandes du GIFS
* annuler les avis préfectoraux permettant la construction,
* exiger du Cabinet des ministres de refuser l’autorisation de changer l’utilisation des terrains,
* protéger les sommets et les lacs naturels du massif Svidovets par un agrandissement de la zone de la réserve naturelle voisine,
* exiger une diminution des rendements de coupe de bois à l’hectare, un contrôle renforcé de l’exploitation forestière du massif par des organisations civiques comme la Garde Forestière ( « Lissova Varta »).
Dans cette attente, veuillez croire en ma mobilisation.

 

12 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

En France,il y a la surexploitation des ressources
hydriques pour permettre l'enneigement des champs
de neige de haute-montagne...

stoppeur
Le 15/12/2017 à 18:29:51

Pour un respect du vivant et de son avenir. Pour continuer à nourrir la foi que demain peut être autre que les erreurs dramatiques que nous avons du mal à ne pas répéter. Pour être ensemble.

Charlotte Magri
Le 05/12/2017 à 23:44:34

Qd l'homme aura tt détruit il sera content!

Christiane Huard
Le 04/12/2017 à 19:53:33

C'est un mégaprojet "à la Poutine", ce qui est le comble en Ukraine !
Amis ukrainiens, chers compagnons de jumelage (ici, nous sommes jumelés avec Zaporojie), soyez plus lucides que nous en France : protégez vos sites naturels. A terme, les pays qui s'en sortiront le mieux seront ceux qui auront su conserver des zones de nature et de biodiversité.

Frawald
Le 29/11/2017 à 10:29:20

Sauvons l'équilibre de la terre contre les monstres humains sans conscience, sans amour de la terre et de "ce qui est".
Ma signature est un message dans une bouteille dans "ce qui est".
Et aucun animal humain dont il (je) fait partie ne sais "ce qui est", bien au delà des mots et nos misérables connaissances scientistes.

Edmond Dobryk
Le 28/11/2017 à 20:20:20

En France on a Centre Parks qui sévit, avec Pierres et Vacances derrière...
Je me demande qui est derrière ce méga-projet...

Rob URIE
Le 27/11/2017 à 19:06:43

plus d'illusion et même (presque) plus d'espoir : appât du gain, tourisme vorace, une "masse" toujours prête à consommer à moindre coût, des humains en constant et dévorant accroissement
démographique, tout va y passer, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que.............. pour la suite à voir "Soleil Vert".
Je regrette d'être si pessimiste, mais décidément non, je ne peux plus croire en un monde qui n'a qu'un seul dieu, le profit, une seule déesse : la bourse.

Maryse moussaron
Le 27/11/2017 à 18:59:54

STOP Arrêtez de détruire les forêts ,sinon la Nature vous tuera.....

Pierre MAURIT
Le 27/11/2017 à 15:54:35

La forêt c'est la forêt, la même en Amazonie, à Bornéo, dans les Carpathes et ici en Provence ("chaudière solaire" de la France et "bronze-cul" de l'Europe) - le même ciel, le même air (+ Ru106 ), la même eau, et nous tous partout pareils expropriés de la Terre.
un clic sur Valider c'est pas cher pour affirmer une solidarité qui dépasse les frontières des communes, des régions, des Etats.
... et ça peut rapporter gros !

Fargadem
Le 27/11/2017 à 14:20:01

Décidément, tourisme, hypermarché, grand aéroport (NDL entre autre), la croissance continue à avoir ses soutiens qui tiennent aussi les cordons de la bourse et ceci a pour simple conséquence la destruction des milieux naturels, la chute vertigineuse de la biodiversité végétale, animale!....

Mais ça, les "investisseurs"(sic), n'ont pas ce souci! Pour eux ne comptent que les résultats financiers!

Le malheur est qu'il y a toujours des moutons dociles qui s'engouffrent là dedans au nom de la nouveauté!!!

Il en est de même pour les smartphones, les voyages dans arctique ou antarctique, ou encore les méga paquebots dont nous "Français sommes si fiers!" mais qui polluent à dose massive par le carburant qu'ils consomment à savoir du fuel lourd, mais pas seulement! Ces exemples peuvent apparaître comme incohérents, je crois en fait qu'ils sont ce que notre société tristement consumériste représente aujourd'hui!....

pas résigné!!!
Le 27/11/2017 à 13:40:40

Certains n'ont pas trop compris que nos ressources en eau diminuent inexorablement, suites au réchauffement climatique. Que tous ces bétonnages à outrance, ne vont pas arranger les choses. Bon, après tout enrichissons-nous maintenant et après nous le déluge, même si il n'y a plus assez de nuage pour ce déluge !

ROGER SAURET
Le 27/11/2017 à 10:56:29

Bien souvent, les touristes aiment se promener dans des forêts sauvegardées et le développement du tourisme responsable et écologique serait sans aucun doute envisageable.

ANNE TEURTROY
Le 27/11/2017 à 10:25:10

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !