actualité écologie

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Les 10 jours verts Transacteurs

OPÉRATION

victoire pour Gabriel Dufils

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

La Terre vue depuis l’espace

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Oeufs au fipronil : le droit à une totale transparence

Mise en ligne du 17/08/2017 au 04/11/2017

Œufs au fipronil : les demi-vérités du Ministère de l’Agriculture et les rétentions d'infos des supermarchés
Au lendemain des déclarations du Ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, qui promet de « donner la liste des produits » contaminés au fipronil, foodwatch juge cette communication encourageante mais encore insuffisante et dénonce les supermarchés qui avouent retirer les produits des rayons sans en informer les consommateurs,

Bilan de la cyberaction :

3111 participants

Présentation de la cyberaction :

Paris le 16 août 2017. Huit jours après le début de l’affaire des œufs contaminés en France, le Ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, s’est engagé dans les colonnes du Parisien à « donner la liste des produits » concernés. foodwatch, qui dénonce l’opacité depuis le début du scandale, salue la décision du Ministre d’informer les consommateurs. Toutefois, l’organisation réclame une transparence totale et non partielle, comme celle annoncée par M. Travert.

Dans l’interview accordée au quotidien, le Ministre de l’Agriculture reconnaît que les associations de consommateurs ont raison de revendiquer un droit à l’information. foodwatch déplore toutefois que M. Travert ne s’engage à communiquer que sur les « lots testés et identifiés comme contaminés au fipronil à des taux supérieurs à la limite  autorisée ». Pour Mégane Ghorbani, responsable de campagnes chez foodwatch : « Cette transparence de la part du Ministre est une très bonne chose. Mais rappelons que le fipronil est une substance interdite dans les aliments ! Le ministère doit donc communiquer sur l’ensemble des produits contaminés, même faiblement. Les consommateurs doivent disposer des informations sur TOUS les produits : noms, marques, dates de commercialisation mais aussi taux de contamination ».

Stephane Travert indique par ailleurs que les « enseignes qui le souhaitent pourront informer les clients ». Pour foodwatch, « C’est inacceptable. Les distributeurs et les fabricants doivent être contraints à la transparence. L’information sur les aliments contaminés ne doit pas être laissée à leur discrétion. Ils doivent communiquer les noms et marques concernés ainsi que les dates car nous avons peut-être chez nous des produits contaminés. Nous alertons sur le risque que les distributeurs et fabricants se dégagent complètement de leurs responsabilités. La question doit être posée s’ils ont commercialisé des aliments contenant une substance toxique interdite, le fipronil ».

Enfin, le Ministre n’évoque pas les contrôles qui auraient dû empêcher ce scandale qui touche désormais une vingtaine de pays dans le monde. En France, Le Canard enchaîné révèle par exemple aujourd’hui que sur les 57.680 œufs bio contaminés mis sur le marché par Leader Price en France, seuls 9.220 ont été retirés. foodwatch s’inquiète que le Ministre confirme qu’il est « probable » que des aliments fabriqués avec des œufs contaminés soient encore dans les rayons. Les consommateurs ont le droit de savoir où ont fini les 200 tonnes d’ovoproduits identifiés par les autorités.

Fipronil : les supermarchés avouent retirer les produits des rayons sans en informer les consommateurs, dénonce foodwatch

Les supermarchés retirent les produits contaminés au fipronil des rayons mais sans en informer les consommateurs. C’est ce qu’indique la directrice qualité de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD, qui représente les intérêts de grandes enseignes de la distribution) dans une interview. foodwatch dénonce cette opacité de la part de la grande distribution sur les aliments concernés par le scandale. Les consommateurs ignorent toujours s’ils ont acheté ou consommé ces aliments au fipronil. La FCD dit « attendre le feu vert » pour apposer des affiches alors que le Ministre de l’Agriculture a indiqué le 15 août dernier que les enseignes pouvaient communiquer « si elles le souhaitent ». Pour foodwatch, cette rétention d’information de la part de la grande distribution est inacceptable. 

Paris le 17 août 2017. Les supermarchés retirent les produits contaminés au fipronil des rayons mais sans en informer les consommateurs. La directrice qualité de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) elle-même, Emilie Tafournel, l’affirme dans une interview accordée le 16 août à franceinfo. foodwatch dénonce cette opacité de la part de la grande distribution sur les aliments concernés par le scandale.

Pour Mégane Ghorbani, responsable de campagnes chez foodwatch : « Il est inacceptable que les distributeurs qui savent exactement quels sont les produits contaminés ne diffusent pas immédiatement l’information auprès de leurs clients. Retirer les aliments au fipronil des rayons est insuffisant. Les supermarchés doivent rappeler ces produits. Car les consommateurs les ont peut-être encore dans leurs placards, leurs frigos. Il est urgent qu’ils soient informés en toute transparence. »

Dans l’interview, Madame Tafournel affirme que « les produits sont déjà retirés dès lors que nous avons eu un doute ou une confirmation d’une contamination faible en fipronil ». Ce qui laisse penser qu’un potentiel risque d’exposition des consommateurs n’a pas été écarté. Madame Tafournel évoque d’ailleurs le « principe de précaution ».

« Il est inadmissible que la Fédération du commerce et de la distribution dise ‘attendre le feu vert’ des autorités pour apposer des affiches dans les supermarchés alors que le Ministre de l’Agriculture a indiqué le 15 août dernier que les enseignes pouvaient communiquer ‘si elles le souhaitent’ », souligne foodwatch.

Alors que la FCD se pose en victime – « les enseignes subissent cette crise » – foodwatch soulève la question de la responsabilité des fabricants et distributeurs alors même qu’ils ont commercialisé des produits contenant une substance toxique interdite, le fipronil.
Contact presse
foodwatch France
 www.foodwatch.fr.  

Nous vous proposons d'interpeller à la fois le Ministre et la Fédération du Commerce et de la Distribution

Sources
Œufs contaminés : « Nous allons donner la liste des produits », promet le ministre dans Le Parisien (15/08/2017)
http://www.leparisien.fr/economie/oeufs-contamines-nous-allons-donner-la-liste-des-produits-promet-le-ministre-15-08-2017-7193301.php#xtor=AD-1481423553  

Alerte européenne RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed) au fipronil et liste de pays concernés depuis le 20 juillet
https://webgate.ec.europa.eu/rasff-window/portal/?event=notificationDetail&NOTIF_REFERENCE=2017.1065  

Note de la Commission européenne (DG Santé) à propos des seuils de contamination au fipronil
http://ec.europa.eu/newsroom/sante/newsletter-specific-archive-issue.cfm?newsletter_service_id=327&newsletter_issue_id=4774  

La Fédération du commerce et de la distribution (FCD) représente les intérêts de grandes enseignes de la distribution telles que : Aldi, Auchan, Carrefour, Casino, Leader Price, Lidl, etc. Liste complète en cliquant ici.
http://mailings.foodwatch.fr/c/23067625/8aafe152bcd6-outzig  

Œufs contaminés : la grande distribution a agi « selon le principe de précaution », interview de la directrice qualité de la FCD à franceinfo (16/08/2017)
http://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/oeufs-contamines/oeufs-contamines-la-grande-distribution-a-agi-selon-le-principe-de-precaution_2329111.html  

Affaire des œufs contaminés : le point sur l’enquête
http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/08/16/affaire-des-ufs-contamines-le-point-sur-l-enquete_5173091_3234.html  

Œufs contaminés : des gaufres contenant du fipronil retirées du marché
http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/oeufs-contamines-des-gaufres-contenant-du-fipronil-et-vendues-en-france-retirees-du-marche_2330917.html  

Œufs contaminés au fipronil: une première liste des produits infectés par l'insecticide
http://www.huffingtonpost.fr/2017/08/17/oeufs-contamines-au-fipronil-une-premiere-liste-des-produits-inf_a_23080516/  

le fipronil en shampoing antipoux est dangereux
http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20170816.OBS3445/uf-contamines-attention-le-fipronil-en-shampoing-anti-poux-est-dangereux.html  

Nouveau rebondissement dans l'affaire du fipronil
http://www.lecho.be/dossier/oeufsfipronil/Nouveau-rebondissement-dans-l-affaire-du-fipronil/9923662?ckc=1&ts=1502984623  

Fipronil : les premiers retraits rendus public
http://www.processalimentaire.com/A-la-une/Fipronil-les-premiers-retraits-rendus-public-31679  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Ministre, Madame, Monsieur
Le fipronil est une substance interdite dans les aliments !
*Le ministère doit donc communiquer sur l’ensemble des produits contaminés, même faiblement.
* L’information sur les aliments contaminés ne doit pas être laissée à la discrétion des distributeurs et fabricants. Au lieu de se contenter de retirer les produits contaminés, Ils doivent communiquer les noms et marques concernés ainsi que les dates car nous avons peut-être chez nous des produits contaminés
* Enfin nous avons le droit de savoir où ont fini les 200 tonnes d’ovoproduits identifiés par les autorités.
Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

35 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

le tout et n'importe quoi devient récurrent en France! Il convient de réagir face à ces situations incroyablement honteuses au regard des consommateurs qui découvrent l'ampleur des risques pour tous...et, trop souvent désormais. Combien sont-ils à ne pas respecter leurs congénères?

Dominique ROCHETEAU
Le 11/09/2017 à 14:13:49

Là où y'a de la gène,y'a pas de plaisir...!!

stoppeur
Le 09/09/2017 à 11:29:22

Le vrai problème : notre acceptation des conditions concentrationnaires des "élevages" d'animaux que nous faisons naître pour notre consommation. Consommation abusive et nuisible pour tout le vivant. Est-ce si difficile de redécouvrir soupes, lentilles, sarrasin, etc pour nous régaler aussi ? La façon dont la pub nous présente ces animaux suppliciés rigolards et rigolos est indigne. Quant au discours des industriels de la chair animale (Charal)basé sur l'affirmation que les consommateurs de ces chairs sont costauds et conviviaux, il est également répugnant. Mais notre responsabilité reste individuelle.

Colette Pince
Le 30/08/2017 à 14:53:26

Les actions croisées des différents additifs ne nous sont pas exposées. restons vigilants

elvire debutte
Le 22/08/2017 à 08:43:00

La DSV elle-même en France préconise l'usage d'ovoproduits pour des raisons (discutables ?) d'hygiène et pratiques. Comment mieux masquer l'origine des matières premières ??? Qui protège les consommateurs ?

Anneg
Le 21/08/2017 à 22:15:53

Pour la détox, il paraîtrait qu'entre autres l'huile de noix de coco serait efficace...

myriam
Le 21/08/2017 à 22:08:37

Quel paradoxe....des oeufs bio...mais industriels qui viennent de bien loin ! on a supprimé les vrais oeufs de la cuisine collective pour se retrouver avec ce nouveau scandale. la morale de l'histoire, c'est qu'il faut développer les petits élevages bio locaux et revenir à des valeurs sûres...Pour ma part, ça fait longtemps que je ne mange que les oeufs bio des poules de ma voisine et je me régale...
Mais cela n'empêche pas que la population doit savoir exactement quels sont les produits contaminés.

BOISSIN
Le 21/08/2017 à 19:24:56

La technique des services de contrôle est toujours la même : après l'alerte, les demi-vérités, et les rétractions. D'abord, les oeufs sont contaminés. Ensuite, c'est un lot sur dix. Et avant,les experts se contredisaient. Notre Association de Défense de l'Environnement vit ce pitoyable déni de vérité et de précision depuis près de deux décennies, s'agissant des métaux toxiques.
Denise Schneider.

Schneider
Le 21/08/2017 à 18:10:17

Il y a des décennies que les gouvernements successifs ont prouvé leur pouvoir de nuisance à travers le laxisme et la complaisance dont ils ont toujours fait preuve envers ceux qui nous empoisonnent (industries agro-alimentaire, pharmaceutique et chimique).
Nous devons nous attendre à d'autres scandales du même genre; toute notre nourriture n'ayant plus rien de naturel.
Notre santé les dirigeants s'en contrefichent, nous le prouvent régulièrement, mais il y a encore des gens qui seront assez aveugles pour accepter les vaccins de Buzyn !

claire
Le 21/08/2017 à 18:06:36

FIPRONIL ! Un insecticide dans les œufs bio .. selon le Canard.
scandale qui touche désormais une vingtaine de pays dans le monde. En France, Le Canard enchaîné révèle par exemple aujourd’hui que sur les 57.680 œufs bio contaminés mis sur le marché par Leader Price en France, seuls 9.220 ont été retirés. foodwatch s’inquiète que le Ministre confirme qu’il est « probable » que des aliments fabriqués avec des œufs contaminés soient encore dans les rayons. Les consommateurs ont le droit de savoir où ont fini les 200 tonnes d’ovoproduits identifiés par les autorités.

Andrée Battaglieri
Le 21/08/2017 à 17:38:22

C'est désespérant ce refus de voir, de reconnaître que de tous côtés nous sommes empoisonnés : l'eau que nous buvons, l'air que nous respirons, la terre qui nous nourrit, les aliments que nous consommons.
Il est vital d'agir, notre planète est en train de mourir, nous sommes en train de dégénérer.
Mais peut-être devons-nous devenir de purs ascètes ou bien disparaître.

Mireille LAFFORT
Le 21/08/2017 à 17:07:02

Non aux œufs au fipronil

Nicole CREMEL
Le 21/08/2017 à 16:32:42

la communication du gouvernement se fait par l'industrie agricole . que fait le ministre de la santé ? Il est absent du FIBRONIL.
Que la Ministère de l'Agriculture nous donne la liste des produits contaminés et les supermarchés avec qui les vendent! Nous sommes des "grands" t capables de comprendre et de choisir nos aliments.
Michel Durand Rueil-Malmaison

Michel DURAND
Le 21/08/2017 à 15:34:42

S ils ont envie de nous faire crevés , qu ils aient au moins le courage de nous le dire en face et non de faire n importe quoi , quand on est pas sur d un produit , on ne le mets pas en vente dans les pharmacies !

CHRISTELLA
Le 21/08/2017 à 14:55:39

Comme Tchernobyl, les hormones de croissance, le vaccin hépatite B etc... tout va bien ne soyez pas inquiets ! ! !

CYRIL DURDUX
Le 21/08/2017 à 14:07:12

La France est encore et toujours gouvernée par une caste d'autocrates stipendiés par les grands Intérêts.
Et cette nébuleuse "Europe" en est au même point.
Craignons qu'un jour il faille à nouveau dresser le gibet de Montfaucon!

Humus
Le 21/08/2017 à 12:14:50

DES salopards ! ces industriels de de la bouffe la preuve même le bio est pourri, revenons a une culture de saison !!!!!

jean
Le 21/08/2017 à 11:55:25

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Montreuil, le 21 août 2017

FIPRONIL : L’ANSES N’A PAS LE DROIT DE CONCLURE A L’ABSENCE DE RISQUE

Au moment où vont se tenir les Etats Généraux de l’Alimentation, l’affaire des œufs au fipronil illustre la nécessité d’avoir un nouveau regard sur les risques environnementaux et sur le rôle joué par l’alimentation dans ces risques.

Le rapport de l’ANSES publié le 11 août dernier conclut à un risque négligeable mais les autorités continuent néanmoins de retirer les œufs et les produits dérivés et de tuer les volailles contaminées. L’opinion est à juste titre en droit de se demander où est la vérité. Il serait plus cohérent de parler en fonction de la nature du risque, ce qui passe par la différentiation claire entre le risque aigu et le risque chronique, mais aussi devrait amener à pointer les insuffisances de connaissances pour répondre à la question du risque. Le risque aigu correspond à la probabilité d’observer un effet sanitaire à court terme. Pour le fipronil, il est faible si on extrapole à l’humain les effets observés chez l’animal et au regard des cas d’intoxication humaine décrits dans la littérature. Le risque chronique correspond à la probabilité d’effets survenant des années, voire des décennies plus tard, à la suite d’une exposition qui peut même être de courte durée, notamment si elle a lieu pendant la grossesse.

Pour juger de l’ampleur du risque chronique, il faut évaluer : - les différents effets possibles - les différentes sources d’exposition

Dans le cas du fipronil, les normes utilisées pour juger du risque reposent sur les études de toxicité chronique chez le rat et un effet (convulsions) dont l‘intensité augmente avec la dose. ll existe une dose à laquelle cet effet ne survient pas, ce qui permet de déduire une norme en appliquant des facteurs de sécurité.

Le discours des autorités repose sur cette norme. Mais est-ce bien l’effet le plus pertinent ? La perturbation des hormones thyroïdiennes est mise en évidence chez le rat, avec notamment la survenue de cancers de la thyroïde à la plus forte dose. C’est ce qui a conduit l’Agence de Protection de l’Environnement des Etats-Unis à classer le fipronil comme cancérogène possible. Cet effet n’a pas été retenu pour servir de base à la définition d’une norme au motif que le mécanisme serait spécifique au rat. Ce point est aujourd’hui remis en cause. Des données nouvelles font apparaître le fipronil comme perturbateur endocrinien notamment des hormones thyroïdiennes à partir d’un autre mécanisme. Dans ce cas, il faut juger du risque par rapport aux autres substances susceptibles d’avoir le même effet, voire évaluer l’effet cocktail (sur 28 pesticides testés, 15induisent cet effet). La question mérite d’être prise en compte sérieusement car le cancer de la thyroïde progresse partout dans le monde (doublement en 10 ans) et notamment en France (taux multiplié par 5 depuis 1980). Or on ne peut pas continuer d’expliquer cette progression par le simple effet du dépistage.

Quelles sont les autres sources d’exposition ?

Pour juger du risque lié au fipronil, il faut connaître toutes les sources d'exposition car l’organisme humain ne fait pas la différence entre ce qui vient des œufs et ce qui vient d’autres sources. Une source d’exposition potentielle importante est celle liée aux animaux domestiques. Il est paradoxal de continuer d’utiliser le fipronil comme antipuces chez les chiens et les chats sans s’interroger sur la contamination humaine, car, par principe, un animal domestique se caresse et la substance passe ainsi sur la peau, voire peut être ingérée chez l’enfant qui va se sucer les doigts. L’animal domestique va aussi transférer le fipronil dans l’habitation. Une étude américaine a montré une présence dans les poussières domestiques 15 fois plus élevée que dans celles de l’air extérieur. Avec quelles conséquences du point de vue exposition pour la famille, notamment pour les jeunes enfants ?

Il faut par ailleurs aujourd’hui connaître les différentes sources d’exposition notamment via les produits dérivés des œufs. Le fipronil s’accumule dans les graisses. Une exposition de courte durée peut ainsi contribuer à une exposition de longue durée car le fipronil va être relargué petit à petit à partir de la dose stockée dans les graisses.

En conclusion

Au vu des questions posées notamment celles concernant la perturbation endocrinienne ou les autres sources d’exposition, il n’est pas possible aujourd’hui de dire comme le fait le rapport de l’ANSES que le risque à long terme est négligeable sans apporter des réponses à ces questions.

De façon plus générale, cette affaire montre que si notre système de sécurité sanitaire est performant sur le plan du risque à court terme, principalement celui de type biologique, il n’est par contre pas suffisamment adapté à la lutte contre le risque chimique à long terme. Cela montre la nécessité d’une politique ambitieuse de Santé environnementale pour pouvoir répondre rapidement aux questions posées pour évaluer le risque chronique. Cette question doit être débattue à l’occasion des Etats Généraux de l’Alimentation pour penser un nouveau modèle alimentaire qui ne se soucie pas de produire toujours plus mais aussi de produire mieux c’est-à-dire en ne nuisant pas à la santé.

Contact presse : André Cicolella 06 35 57 16 82

Réseau Environnement Santé
Le 21/08/2017 à 11:05:37

La liste des produits contaminés au fipronil s'allonge
Fipronil: des gâteaux frangipane dans la liste actualisée
Fipronil: le gouvernement néerlandais ne veut plus formuler de …
Fipronil : l'ONG Foodwatch "pas du tout" rassurée par les premiers retraits
Œufs au fipronil: des produits «Lotus» aussi retirés en Belgique
Fipronil: les industriels "n'ont pas joué le jeu" Confédération paysanne
https://www.cyberacteurs.org/quotidien/equotidien.php?id=2278  

Alain Uguen
Le 21/08/2017 à 09:12:30

Le fipronil est un perturbateur endocrinien, il agit donc à très très petites doses, comme une hormone.

Arrêtons de penser que parce qu'il y en a peu de retrouvé dans les aliments, il est sans danger...
D'autant plus qu'il se surajoute à tous les autres résidus de produits chimiques et que les effets des cocktails des produits chimiques ne sont toujours pas recherchés officiellement. On sait pourtant par des laboratoires indépendants que c'est nocif pour la santé.

Vive le bio local

Joëlle Lachaud

joëlle lachaud
Le 20/08/2017 à 11:42:40

Plus que jamais, on voit bien qu'il faut éviter les produits industriels.
Acheter du bio, en circuit court.

Notre porte monnaie a du pouvoir : moins nous achèterons de "merde" moins l'agro-business en fabriquera et moins les distributeurs en vendront.

Favorisons les agriculteurs et les éleveurs locaux qui travaillent bien.

Joëlle Lachaud

joëlle lachaud
Le 20/08/2017 à 11:35:50

Je ne veux pas mourir, ni par les produits chimiques de l’agro-alimentaire, ni par la bêtise de ne pas être au courant de qui nous empoisonne. Des noms, je veux des noms, tous les noms !!

gedeon80
Le 19/08/2017 à 19:28:37

LE fipronil...Le fameux REGENT? Comme GLYPHOSATE et RONDUP ?

Comment voulez-vous avoir confiance en cette Europe qui laisse passer n'importe quoi avec des complicités, parce qu'il n'y a pas d'autres mots pour qualifier des irresponsables qui se taisent pour masquer des incompétences.En plus, certains de ces fournisseurs ont le droit à l'appellation ' BIO '... C'est pour le moins très suspect !
C'est bientôt la rentrée... Il faudrait que tout ce beau monde revoit ses copies, son comportement et surtout ses fournisseurs, une traçabilité efficace pour une transparence à la vue de tous et sans faille!!!
Autant que faire se peut, le circuit court avec la connaissance du producteur s'imposent eux mêmes
PLS

un anonyme
Le 19/08/2017 à 15:14:43

Cette fraude (une de plus) est certes parfaitement agaçante, critiquable et sanctionnable. Mais elle n'est guère dangereuse (le terme "contaminé" fait penser au sang contaminé, mais ici c'est beaucoup moins grave!), ce qui explique que les commerces grands ou petits ne sont pas obligés de rappeler les produits plus ou moins concernés et le font VOLONTAIREMENT, et discrètement pour éviter les psychoses des clients.
Alors être vigilant, oui, mais pas d'affolement et de grands cris pour ce qui n'en mérite pas. Nous en aurons bien l'occasion pour une prochaine alerte plus grave...

Hélène
Le 18/08/2017 à 21:44:25

Du côtév de Narbonne, les supermarché affichent des panneaux expliquant que le Filproniln'est pas dangereux. Ils n'expliquent pas en quoi il serait utile pour la santé... Ni pourquoi nous faire avaler des composants chimiques inutiles serait bon pour notre santé.

sylvère labis
Le 18/08/2017 à 21:02:09

ce manque d'information sur ces empoisonnements ressemble à l'obligation des 11 vaccins : éliminer les plus faibles pour nourrir les plus riches.

Jean-Pierre Reillon
Le 18/08/2017 à 18:37:30

Et si le Ministre de l'Agriculture encourageait l'élevage bio de poules pondeuses en France ?? Pourquoi faire venir les œufs de je ne sais où... et parlons des soit disant contrôles : le nombre des agents des services vétérinaires en France a été lamentablement réduit. Je n'ai plus les chiffres exact en tête mais l'Allemagne ont je crois 2 fois plus d'agents qu'en France. Vous vous étonnez de ce qui arrive !

marité
Le 18/08/2017 à 16:33:28

bonjour du fipronil il y en a dans les colliers pour chiens et chats FRONTLINE votre chien se roule sur le tapis votre enfant fait des "mamours" Au chien ! le fipronil Ca touche les reins le foie et la thyroide .lisez alternative sante monsieur IMBERT redacteur en chef . le regent insecticide tueur d'abeilles contient du fipronil les abeilles meurent pas grave . les semences COLZA MAIS sont enrobees de fipronil il y en a certainement ailleurs !

ROMARIN
Le 18/08/2017 à 15:51:54

Pour faire du pognon tout est bon y compris l'intoxication du bon peuple !!!
Il faut absolument revenir aux circuits locaux.

un anonyme
Le 18/08/2017 à 12:44:25

c'est encore un bon ce ministre de l'agriculture
qui favorise la culture intensive (type FNSEA), qui écrase le bio, qui ne favorisera pas les petites exploitations et ne fera rien pour empêcher ces poisons qui nous nourrissent

pierrot
Le 18/08/2017 à 12:44:03

Le Fipronil est interdit...
Mais, on peut en consommer, en retrouver dans les aliments...interdit ou pas?... l'information sur les produits mis en cause, elle doit venir de l’État, garant de notre santé et non des groupes marchands, qui n'ont comme vison que le profit...

Mettre en cause les acheteurs d’œufs ou d'ovo-produits infestés, c'est aussi remettre en cause les mesures de contrôle, et la traçabilité...

René HAMEL
Le 18/08/2017 à 11:01:58

Tiens, tiens, j'ignorais qu'il n'y avait pas de poules pondeuses en France ! Quand il s'agit exclusivement de faire des montagnes de sous, la santé de tous cela ne compte pas, logique.

Jean LE HENAFF
Le 18/08/2017 à 08:00:00

Je signe mais on peut aussi réduire puis finir par se passer d'oeufs quand on sait que MEME EN BIO, toutes les poules sont tuées chaque année dans les grands élevages (merci ma poule pour tes efforts !)les poussins males broyés vivants.... Les animaux ne sont pas las pour etre nos soufres-douleurs. jai viré les oeufs de tous mes gateaux, crepes, et bien c'est encore MEILLEUR !!!! protéines completes ? spiruline, klamath, moringa, soja, tournesol germé, chanvre, lupin, association céréales +légumineuses, fenugrec germé, alfalfa germé etc et mille autres a decouvrir

Nathalie WAIBEL
Le 18/08/2017 à 01:03:51

Quand l'agence de sureté alimentaire annonce, il n'y a pas contamination en dessous de 2 oeufs par jours, je lis les gens qui ne mangeant pas plus de 2 oeufs par jours ne s'apercevront pas qu'ils ont avalés des produits dangereux.
Le fipronil s'évacuerait par l'urine, boire beaucoup je suppose?
Vive les petits producteurs en vente directe!

marc
Le 17/08/2017 à 22:31:38

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !