actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Electricité 100% renouvelable ?

27 mai : Les cobayes lancent l'alerte

Ne laissez pas vos appareils en veille

Soutien permanent aux paysans de NDDL

OPÉRATION

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Non à la régulation du blaireau

Mise en ligne du 31/05/2017 au 04/06/2017

Le préfet de l’Oise envisage d’autoriser le piégeage aux terriers et le tir de nuit des blaireaux, sans limite d’effectifs et sans raison (si ce n’est... 76€ de dégâts agricoles invoqués par commune !). Ceci s’ajoute au déterrage déjà autorisé en période de reproduction.




Bilan de la cyberaction :

2812 participants

Présentation de la cyberaction :

Chacun peut y participer jusqu’au 3 juin en envoyant un message sur cette page de la préfecture : http://www.oise.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/La-chasse-et-la-faune-sauvage/Consultation-du-public-sur-la-chasse/Projet-d-arrete-relatif-a-la-regulation-du-blaireau  

Réponse de la SFEPM à la consultation publique relative au projet d’arrêté préfectoral de l’Oise « portant sur la régulation du blaireau »

Contexte : 
Le Blaireau d’Eurasie (Meles meles) est une espèce indigène en France, nocturne, vivant en groupes sociaux dans les milieux forestiers et ruraux, creusant des terriers élaborés et se nourrissant essentiellement de lombrics, d’autres petits animaux et de végétaux. 
Classé chassable au niveau national, il peut être tué par tir pendant la période d’ouverture générale de la chasse, de septembre à février, et par déterrage à partir de l’ouverture générale de la chasse et jusqu’au 15 janvier. Au niveau départemental, le déterrage peut aussi être autorisé du 15 mai à l’ouverture de la chasse en septembre. Cette autorisation est effective dans l’Oise (15 mai au 4 septembre 2017), par décision du Préfet.
Le projet (voir la note de présentation) prévoit qu’en plus de ces différentes autorisations cumulatives, des « battues et chasses administratives » soient organisées dans 125 communes de l’Oise, permettant de tuer des Blaireaux d’Eurasie : par piégeage autour des terriers (avec pièges-cages, collets et pièges à lacet) jusqu’au 31 octobre 2017 ; par tir de nuit (avec sources lumineuses et fusils ou carabines munies de silencieux) du 1er août au 31 décembre 2017.
Les arguments invoqués par le Préfet sont : « la présence importante de la population de blaireau sur le territoire au regard des observations de terrain ; les dégâts causés par les blaireaux aux cultures agricoles sur certains secteurs du département (les communes ayant plus de 76 € de dégâts déclarés par les agriculteurs ont été retenues) ; les risques sanitaires dus à la propagation de la tuberculose bovine par des animaux porteurs. »

Réponse de la SFEPM :
La SFEPM est opposée à ce projet d’arrêté car il encourage le tir et le piégeage massif de Blaireaux d’Eurasie en se basant sur des affirmations sans fondement écologique, agricole ou sanitaire.

En particulier, la SFEPM est opposée au projet pour les raisons suivantes :

- Les effectifs de Blaireaux d’Eurasie ne sont pas connus
Aucune étude, aucun élément chiffré, aucune donnée n’est avancé permettant de justifier une éventuelle « présence importante de la population de blaireau sur le territoire ». 
Quand bien même les effectifs seraient connus dans l’Oise, le jugement d’une éventuelle nécessité de tuer des Blaireaux d’Eurasie n’aurait de sens qu’au regard contextuel du biotope et de l’impact éventuel de l’espèce sur son environnement rural ou urbain, selon des critères qui resteraient à définir. En l’état actuel des connaissances dans l’Oise, rien ne permet donc d’affirmer que les effectifs de Blaireaux d’Eurasie seraient élevés au point qu’il soit nécessaire d’organiser des piégeages et des tirs, en plus des différentes modalités existantes de chasse.
Le projet d’arrêté ne donne pas de limite au nombre de Blaireaux d’Eurasie qui pourraient être tués. Ceci apparaît totalement irresponsable, au regard de l’absence de connaissance sur les effectifs présents et au regard de l’importance des moyens envisagés (tir nocturne et piégeage autour des terriers).

- les dommages invoqués sont dérisoires et pourraient être évités
La mise en œuvre de tirs nocturnes et de piégeages autour des terriers, en plus du déterrage déjà autorisé, est une mesure qui apparaît tout à fait disproportionné par rapport aux dégâts agricoles invoqués, chiffrés à « 76€ minimum par commune » (!). 
De plus, aucun élément n’est présenté permettant de confirmer la réalité de ces dégâts, particulièrement en comparaison avec ceux pouvant être causés par le Sanglier avec lesquels ils sont souvent confondus. 
Le Blaireau d’Eurasie est une espèce dont le régime alimentaire est connu depuis plusieurs décennies par des études montrant que la consommation de cultures agricoles est marginale dans son alimentation. Le projet n’évoque aucune mesure de protection des parcelles agricoles, alors que les dégâts causés localement par le Blaireau d’Eurasie peuvent être évités par une protection des parcelles concernées. Les dégâts au machinisme agricole, s’ils existent très ponctuellement par la présence de terriers dans lesquels certaines machines pourraient s’enfoncer, peuvent être facilement évités. 

- les arguments sanitaires sont infondés
Le Préfet invoque la tuberculose bovine (maladie d’origine agricole dont les Blaireaux d’Eurasie peuvent être porteurs dans certaines régions) alors que le département de l’Oise n’est pas concerné par la lutte contre cette maladie. En effet, l’Oise est classée par les autorités sanitaires en niveau 1 du programme surveillance Sylvatub, c’est-à-dire le niveau le plus faible de surveillance, pour lequel les autorités sanitaires n’encouragent aucune action de tir ou de piégeage des Blaireaux d’Eurasie.

- le projet est en contradiction avec la réglementation sur la protection des espèces
Le projet d’arrêté contrevient à la Convention de Berne qui interdit (annexe 4) l’usage du collet et des tirs de nuit avec sources lumineuses pour la destruction du Blaireau d’Eurasie et qui ne permet (article 9) des dérogations à cette interdiction que lorsqu’ « il n'existe pas une autre solution satisfaisante » : cette condition n’est pas remplie par le projet d’arrêté, dans la mesure où les dégâts aux cultures et aux infrastructures invoquées pourraient être évités sans mettre en place de destructions par usage du collet ou de tirs de nuit avec source lumineuse.
Le projet d’arrêté contrevient à l’article L. 424-10 du Code de l’environnement qui interdit de détruire « les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée ». En effet, le piégeage, qui serait mise en œuvre dès la prise de l’arrêté, se ferait à une période où les jeunes Blaireaux d’Eurasie sont encore dépendants de leurs parents : les jeunes ne sont pas sevrés en mai et ne sont pas émancipés en juin et juillet. 
Enfin, le projet d’arrêté ne tient pas compte de la protection réglementaire du Chat forestier (Felis silvestris). Cette espèce protégée en France, présente dans l’Oise et connue pour fréquenter les terriers de blaireaux, est sensible au piégeage non sélectif opéré autour des terriers de blaireaux.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet,

Comme la SFEPM je suis opposé-e à ce projet d’arrêté car il encourage le tir et le piégeage massif de Blaireaux d’Eurasie en se basant sur des affirmations sans fondement écologique, agricole ou sanitaire.
- Les effectifs de Blaireaux d’Eurasie ne sont pas connus.
- les dommages invoqués sont dérisoires et pourraient être évités
- les arguments sanitaires sont infondés
- le projet est en contradiction avec la réglementation sur la protection des espèces

 

99 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

la diversité des espèces est aussi indispensable
que l'eau et l'air pour notre survie continuons a lutter contre les porteurs de fusils

michel armagnat
Le 08/07/2017 à 00:05:47

Encore une stratégie de ces foutus chasseurs pour détruire une espèce de plus !! Les blaireaux ont toute leur place dans l'équilibre environnemental. Il s'agit en fait de s'incliner devant des pratiques de chasseurs qui se considèrent comme maîtres et possesseurs de la nature. (je reprends ce que dit un internaute plus bas).
Ras le bol de cette destruction systématique de la nature et du vivant. Marre de voir la terre perdre sa diversité à cause de crétins qui sortent des arguments de c... Rien ne tient debout dans les motifs avancés, surtout pour des dégâts dérisoires de 76 euros par commune. C'est l'absurde intégral où la lutte monstre déployée contre le blaireau outrepasse les couts des dégâts mentionnés !!!

D'autres citoyens, majoritaires, considèrent qu'ils ont le droit de faire entendre leur voix.

Jonquille
Le 06/07/2017 à 23:38:05

les dégâts sont peu important alors pourquoi vouloir
toujours décrire ses animaux

gerard lemercier
Le 06/07/2017 à 20:51:08

Respectons le vivant

marithe
Le 06/07/2017 à 18:32:45

Ca suffit toutes ces destructions sans fin.
Respectons le vivant et donnons toutes les chances à la nature et aux espèces sauvages de retrouver l'équilibre nécessaire à leur survie.

RIVIERE
Le 29/06/2017 à 10:12:58

La nature dérange, les animaux qui y vivent dérangent, mais arrêtons d'être égoïstes, il faut que tout le monde vive. Ils sont si jolis ces blaireaux, comment peut-on vouloir les supprimer ! ils ne font de mal à personne.
Il y en a marre de tous ces fâcheux qui veulent la planète pour eux seuls. Laissons vivre les blaireaux !

caignaert jocelyne
Le 23/06/2017 à 17:11:05

y'en a marre de supprimer toutes les espèces on va bientôt vivre dans un désert! sinistre!!!!

de brabander
Le 16/06/2017 à 16:27:56

A quoi servent les lois, les décrets, et tout ça, si quelques uns estiment qu'ils ont le droit de tout faire, n'importe quand, et n'importe comment ?
Les blaireaux ont leur utilité, et ils ne sont pas si nombreux qu'on veuille les occirent ! par contre on peut se poser la question concernant certains humains !

berthe
Le 16/06/2017 à 11:54:03

Bravo Sergio : je la retiendrai celle-là !

Geneviève TOURELLE
Le 15/06/2017 à 17:13:35

tout dans la douille , rien dans les couilles

sergio69
Le 15/06/2017 à 07:31:49

Les hommes n'on pas tous les droits sur cette planète....Partageons la avec les autres habitants avec respect savoir vivre et intelligence. Et posons nous la question" qui sont les plus nuisible à ce jour sur cette terre?"

Brigitte
Le 12/06/2017 à 15:44:53

Tirs, piégeage, en réponse à des dégâts dérisoires, j'y suis vigoureusement opposée.

Blanche Castelain
Le 10/06/2017 à 15:57:31

ne touchez pas à nos frères et sœurs blaireaux

Chourave007
Le 08/06/2017 à 21:23:07

Monsieur le Préfet,

Comme la SFEPM je suis opposé-e à ce projet d’arrêté car il encourage le tir et le piégeage massif de Blaireaux d’Eurasie en se basant sur des affirmations sans fondement écologique, agricole ou sanitaire.
- Les effectifs de Blaireaux d’Eurasie ne sont pas connus.
- les dommages invoqués sont dérisoires et pourraient être évités
- les arguments sanitaires sont infondés
- le projet est en contradiction avec la réglementation sur la protection des espèces
Les blaireaux ont toute leur place dans l'équilibre environnemental. Il s'agit en fait de s'incliner devant des pratiques de chasseurs qui se considèrent comme maîtres et possesseurs de la nature. D'autres citoyens, majoritaires, considèrent qu'ils ont le droit de faire entendre leur voix.

Clerc
Le 08/06/2017 à 16:13:45

Un peut de bon sens le blaireau n'a jamais été un nuisible, tous les arguments invoqués par les agriculteurs et les chasseurs sont infondés, quand allons changer de vision sur ces animaux que ce soit le blaireau ou le renard?

DEJOUX Pascal
Le 07/06/2017 à 15:44:34

STOP A CE MASSACRE ! HONTE A TOUS CES CHASSEURS ! QU ILS AILLENT FAIRE LA GUERRE A DAESH ! CE SONT DES MONSTRES ! c est sur que cela est plus facile de s en prendre a des animaux sans défenses. ils ont rien dans la cervelle. pauvres hommes ...

myrtille27
Le 07/06/2017 à 11:31:28

Foutez la paix aux chers blaireaux bon sens ;qui sont des

animaux extraordinaires apprenons de ces animaux là plutôt

ainsi que tous les autres animaux.

Laissez vivre les pauvres blaireaux par pitié qui n' ont rien

demandé mais juste le fait de LES LAISSER VIVRE MERCI !!!!

brandeau
Le 06/06/2017 à 23:42:08

Quelle bêtise! Quelle cruauté...

PATRICK WALDHART
Le 06/06/2017 à 18:51:59

Je suis farouchement opposé à la destruction des blaireaux!!!

Christian DUFFARD
Le 06/06/2017 à 14:44:35

totalement opposée à ces actions, le blaireau est utile au contraire car il consomme des animaux considéras comme nuisibles; c'est en plus une proie facile vu sa lenteur, aucun fondement à cette action cruelle

desprez
Le 06/06/2017 à 11:54:59

Il est intolérable de massacrer des animaux sauvages, il font partie de la nature de nos paysages, moi je les aime! Non a la régulation du blaireau, merci.

MERLIN FLORENCE
Le 06/06/2017 à 00:59:39

C'est à l'évidence l'humain qui semble le plus nuisible à la vie sur cette planète !

Michèle Turbin
Le 05/06/2017 à 23:19:31

Ce n'est pas croyable toutes les cruautés que l'on peut infliger aux animaux ! quant on croit voir le comble de l'horreur on apprend encore de nouveaux sévices plus terribles les uns que les autres infligés à ces êtres sans défense ! et cela ou par cupidité, ou par cruauté ou pour satisfaire aux différents lobbies et notamment celui des chasseurs !le blaireau est un exemple, comme tous les prétendus nuisibles, un animal exterminé avec une terrible cruauté !!! honte à tous ceux qui de loin ou de près participent à ce carnage !

bruna
Le 05/06/2017 à 20:08:11

le blaireau ne peut pas être considéré comme un nuisible si on le compare au sanglier, dont la prolifération est inquiétante. Le blaireau doit être protégé, il est un des deniers représentants de la biodiversité de notre nature française déjà tellement mise à mal par la chimie et peu respectée par la plupart des chasseurs

vincent Janine
Le 05/06/2017 à 17:59:45

Stop aux massacres imbéciles autorisés et perpétrés par des imbéciles...comme d'habitude!!!Ils ne voient pas pas plus loin que le bout de leur porte-monnaie ou de leur fusil, c'est notre espèce qu'ils contribuent également à éradiquer et ce sera tant mieux pour notre planète.

BRULE
Le 05/06/2017 à 13:45:22

Encore une fois, l'obscurantisme et la démagogie triomphent. A quand une campagne d'éradication de tous les c... ? Certains pays avancés protègent le blaireau et l'alibi de la tuberculose bovine dont l'animal serait le vecteur ne repose sur aucune étude sérieuse. C'est comme pour la rage en Lorraine dont on accusait les renards d'être les responsables alors que le vecteur principal était constitué par les chiens et chats importés illégalement de pays d'Asie ou du Maroc...
Quand on veut se débarrasser de son chien, dit le proverbe, on l'accuse de la rage...

Alain Gérard
Le 05/06/2017 à 11:25:24

Les blaireaux les plus dangereux sont en
politique , ne l'oublier pas aux prochaines
élections ..

Lambersens Yvette
Le 05/06/2017 à 03:29:23

Les commentaires qui précèdent sont tellement formidables que je n'ai rien à ajouter!

marie-danielle petit
Le 04/06/2017 à 22:35:41

autant j'adhere à certaines de vos positions,autant là je suis totalement contre la population de blaireaux dans ma region est tres importante et de mon point de vue totalement desequilibree;s'en suivent des degats inadmissibles là comme dans tant d'autres domaines il faut raison garder et faire la part des choses!!!

equilibre
Le 04/06/2017 à 22:02:57


Le projet d’arrêté contrevient à la Convention de Berne qui interdit (annexe 4) l’usage du collet et des tirs de nuit avec sources lumineuses pour la destruction du Blaireau d’Eurasie et qui ne permet (article 9) des dérogations à cette interdiction que lorsqu’ « il n'existe pas une autre solution satisfaisante » : cette condition n’est pas remplie par le projet d’arrêté, dans la mesure où les dégâts aux cultures et aux infrastructures invoquées pourraient être évités sans mettre en place de destructions par usage du collet ou de tirs de nuit avec source lumineuse

Domus
Le 04/06/2017 à 19:41:13

daech n'a rien à nous envier: aussi cons, aussi salauds, aussi con vaincus d'avoir raison.
ALORS NON à la psychopathie banalisée.

jo benchetrit
Le 04/06/2017 à 19:05:41

Pour que VIVE l' AMI BLAIREAU, charmant animal bien moins destructeur et beaucoup plus inoffensif que l' humain

anne
Le 04/06/2017 à 18:46:42

Marre de lire et de savoir que pour pour faire plaisir aux chasseurs qui sont TOUJOURS PRETS A TUER OU MASSACRER TOUT CE QUI BOUGE ON les autorise a tuer les blaireaux!LAISSEZ CES ANIMAUX TRANQUILLES !!!!!STOP A TOUS CES MASSACRES SANS RAISON !!!

un anonyme
Le 04/06/2017 à 17:55:17

quand on ne connais pas la nature , on ne peut pas prendre de décision aussi radicale. Aujourd'hui qui connais la nature.... surtout pas les chasseurs car leur intéret est de détruire les animaux qui leur font concurrence.

cath
Le 04/06/2017 à 15:57:10

pour l'humain ,il faut éradiquer ,piéger ,empoisonner faire des battues etc. nous vivons a la campagne et n'avons jamais été dérangés par les renards ,fouine ,blaireau que nous rencontrons de temps en temps . un blaireau a même habité dans notre hangar ou il avait creusé un trou en hiver et s'était installé .au printemps ,il est reparti .
Henri Tachan chantait dans les années 70 "la chasse ,c'est la gueguerre permise aux hommes en temps de paix " y a qu'a les voir équipés jusqu'aux dents avec flingue a lunette ...comme s'ils partaient en commando . la nuit ,en rentrant a fond sur les quads ,bourrés ,c'est qui les nuisibles ???

ladyfox
Le 04/06/2017 à 14:58:17

on fait un grand raout au sujet de la cop21 on demande à tout le monde de protéger la n'environnement pour avoir la conscience tranquille et en meme temps on s'attaque à des bestioles en l'occurrence les blaireaux qui n'ont rien demander à personne à part vivre tranquillement toujours la meme hypocrisie!il serait temps qu'au lieu de vouloir connecter tout le monde que l'on défende l'environnement lesblaireaux et tous autres aniamux de cette maladie à vouloir éradiquer ceux ci laisserons à nos générations futures un monde d'arbres dénudés sans flore ni faune et ou seuls les parcs animailiers subsisteraient?
Alors monsieur HULOT bougez vous ou si vous avez une conscience écolo et si on ne vous écoute pas démissionnez!il estvtemps qu'un ministère de l'environnement serve à quelque chose d'autre que de produire des éoliennes ds moteurs électriques et des panneaux solaires et vive les blaireaux!
Maintenant je suis soulagé j'ai pu m'éapncher...

fraternel
Le 04/06/2017 à 12:27:56

et si justement l'humanité c'était cette capacité à protéger toutes formes du vivants???

massein
Le 04/06/2017 à 11:04:43

Vu les dégâts commis par les hommes, comment est-il pensable que les blaireaux n'aient pas leur place eux aussi ?

Tesson M-F
Le 04/06/2017 à 11:04:00

Il y a blaireaux et blaireaux . S'est-on penché sur un chiffrage des préjudices causés par la bêtise des exploitants agricoles ou des commerciaux qui leur vendent n'importe quoi ?

magaly
Le 04/06/2017 à 09:17:28

Piégeage, gazage, empoisonnement et tir de nuit doivent être interdits sur tout le territoire.

un anonyme
Le 03/06/2017 à 14:28:02

Je continue dans le même sens que tous les commentaires. Le plus nuisible est l'humain qui détruit tout pour le pognon et l'orgueil ( le plus fort !) Mais surtout ils massacrent, ils ne tuent pas simplement. Mais comment font-ils ? si j'écrasais un chat j'en serais malade !
j'aime beaucoup les commentaires(Didier) qui signent car ils "pensaient" que c'était contre Le malade mental des USA. Un très bon exemple de nuisible d'ailleurs qui veut continuer à harceler et virer les indiens de chez eux !! Grrrr
Quant au préfet ( cf le commentaire de Réjane) qu'il continue à trop manger, trop boire et trop fumer, si c'est le cas, ça fera encore un nuisible en moins !
Sur ce, chouchoutez bien vos animaux ils sont bien plus intéressants que l'humain

Eliane
Le 03/06/2017 à 10:57:48

dans le Calvados, une enquête réalisée par la Fédération de Chasse montre qu'il n'a pas été trouvé de blaireaux contaminés. Ce sont les agriculteurs qui demandent cette éradication.

Michel Horn
Le 03/06/2017 à 10:12:38

C'est le manque d'éducation ecologique aux chasseurs qui provoque la tuerie des blaireaux incontrolée.
Les chasseurs que je rencontre ont un discourt qui n'a aucun sens écologique. Le blaireau et le renard et le pigeon sont vus comme des envahisseurs.
Le blaireau existe encore par miracle grace aux propriétés privées. Combien de temps encore ?
Tant qu'il n'y aura pas de cours d'écologie à l'école dés le primaire, l'adulte mal éclairé aura le mot de la fin.

Lili Badin
Le 03/06/2017 à 08:45:48

j'ai signé la pétition "Non à la régulation du blaireau" mais j'ai cru que c'était une pétition contre la décision de Trump pour sortir de l'accord de la COP21 sur le réchauffement climatique...

Didier HAUGUEL
Le 02/06/2017 à 21:03:19

Je possede un petit bois dans lequel se terrent des blaireaux. Ils sont craintifs,ne sortent que la nuit et je n'ai Absolument pas a me plaindre de leur presence. Ils mangent les vers qui proliferent dans les vieilles souches de bois. Pourquoi les chasser? Ce sont des animaux inoffensifs.

Annick LE FLOC'HMOAN
Le 02/06/2017 à 20:23:36

Il est consternant de constater qu'un préfet puisse prendre des décisions sans fondements. Soit il est NUL (et c'est très inquiétant)soit il est partisan (et c'est aussi très inquiétant) !... Heureusement que des associations compétentes restent vigilantes.

Etienne
Le 02/06/2017 à 19:55:11

Si la vie d'un blaireau est estimée à 76 euros, c'est faire peu de cas de la vie et de l'éco-système !

Michel Decollogne
Le 02/06/2017 à 19:54:20

Copie du commentaire laissé sur le site de la préfecture de L'Oise


76 € par commune soit moins d'un Euro par habitant... ça vaut l'extermination!

J'hallucine!

combien coute le ramassage des paquets de cigarettes vides, des mégots et des emballages de "fast food"?
.... on n'a pas encore d'arrêté préfectoral pour éliminer les fumeurs et autres fauteurs d'incivilité, mais ça pourrait venir...


Avant quand on voulait tuer son chien, on disait qu'il avait la rage.

Maintenant il suffit d'accuser un animal qui ne représente aucun danger pour l'homme de faire de menus dégâts pour que "tous ceux de sa race" y passent.

En 2016 l'office national de la chasse a relevé 146 accidents de chasse dont 10 mortels ...

Pourtant aucun projet d'arrêté préfectoral...

DASSONVILLE
Le 02/06/2017 à 19:12:51

Lorsque l'on supprime un étage dans la chaine alimentaire on s'expose a des catastrophes Mr le prefet ...à méditer

Jacky Perrier
Le 02/06/2017 à 18:25:52

Pour que VIVE l' AMI BLAIREAU, charmant animal bien moins destructeur et beaucoup plus inoffensif que l' humain

un anonyme
Le 02/06/2017 à 18:14:27

toujours pareil je ne trouve pas les mots pour m'exprimer,l'être humain ne changera jamais, ignoble

Marianne ARNAUD
Le 02/06/2017 à 18:11:49

Il y a des "blaireaux' en politiques certainement plus dangereux ceux de notre faune !

Raphaële
Le 02/06/2017 à 17:16:27

L'homme n'est pas en concurrence avec la faune sauvage, même s'il lui laisse de moins en moins de place pour exister. Chacun doit tolérer toutes les formes de vie.
Rien n'est plus désespérant qu'une forêt devenue déserte !
Bravo à tout ceux qui se battent chaque jour pour la survie et le respect de tous les animaux.

Geneviève TOURELLE
Le 02/06/2017 à 11:22:28

On peut cohabiter avec des blaireaux, mais il faut savoir s'en protéger : pour détourner ces jolis gourmands de vos cultures, il suffit de poser sur de petits pieux hauts de 30cm des boites de conserve vides retournées dans lesquelles on glisse un chiffon mouillé d'essence. L'odeur leur déplait, tout comme à nous.
Vous pouvez aussi passer un "deal" moral avec eux, leur rappeler qu'ils sont sauvages et doivent le rester, donc se procurer de la nourriture sauvage et non dans vos vergers, potagers et champs. Essayez, ça marche ;-)
Les animaux perçoivent nos messages.
Des co-habitants de moyenne montagne ;-)

Dany
Le 02/06/2017 à 11:16:07

Pour les raisons détaillées par la SFEPM , nous sommes opposés à ce projet d'arrêté sans fondement et en contradiction avec la réglementation sur la protection des espèces
Mais il est important d'accompagner les personnes lésées , de chercher avec elles les solutions adéquates pour la protection des parcelles aussi longtemps qu'il le faudra.
Si l'indemnisation est nécessaire, elle ´est pas suffisante, les grands projets de piégeage et de tirs non plus , il faut miser sur l'accompagnement individualisé

Descaves
Le 02/06/2017 à 11:06:46

j'espère que le nouveau ministre de l'écologie, Nicolas HULOT, aura à cœur de prendre soin de notre faune sauvage, massacrée avec la complicité de l'ex ministre royal

Leblond Jean-Michel
Le 02/06/2017 à 11:06:01

il y en a marre de certains qui se disent humains si nuisibles à la vie sur terre ! Il faudra qu'ils en rendent des comptes ! c'est eux les blaireaux ! Michèle

Michèle Goossens
Le 02/06/2017 à 11:01:26

Deux questions :
- Puis-je demander des comptes à ceux qui, dans mon secteur, ont détruit les terriers de blaireaux à la pelleteuse, pour les dégâts générés dans notre potager et notre verger par les insectes ravageurs dont les larves enterrées ont perdu leurs principaux prédateurs ?
- Puis-je demander le classement en nuisibles des Pragmatiques Gestionnaires de la Faune Sauvage, des Grands Connaisseurs de la Nature, des Vrais Représentants de la Ruralité qui éliminent tous les prédateurs et favorisent ainsi les pullulations régulières de rongeurs et insectes ravageurs ?
A votre avis ??? ;-)
Meilleures salutations naturalistes,
Francine

Frawald
Le 02/06/2017 à 10:51:27

L'homme ne peut pas s'empêcher de maltraiter la Terre Mère et toute la vie qu'elle porte. Attention au revers de la médaille ! Ouragans, tempêtes et autres phénomènes de plus en plus violents sont des avertissements. Quand l'homme prendra-t-il conscience que sa propre vie est impossible sans notre Mère nourricière ? Comme le dit très justement un anonyme, les vrais nuisibles sont dans l'espèce humaine...

Nanuk
Le 02/06/2017 à 10:41:33

Youpie ! Plus de blaireaux à la campagne ... Allez, hop, au zoo, histoire d'en garder quelques spécimens et de se donner bonne conscience !!!
Lamentable, où va-t-on ?

Gég78
Le 02/06/2017 à 10:40:34

Excusez la nature de vivre ! pardon !

palfab
Le 02/06/2017 à 10:35:21

Arrétons une fois pour toute la folie de ces élus politiciens (dont Laurent Wauquiez en Auvergne Rhones Alpes fait partie) qui ne connaissent rien à l'écologie ne défendent que des intérêts personnels et pas l'intérêt général
Sans pour la plupart aucune formation scientifique, ils se font berner par les lobbies du monde industriel

Alain Begon
Le 02/06/2017 à 10:33:28

Pour l'instant on s'entraîne sur les blaireaux. Par la suite ce sera nous les blaireaux.

roland guétat
Le 02/06/2017 à 10:33:13

Ah ! ça doit être jouissif de tuer ces animaux sans défense, voire même de les torturer ! Et tout ça avec la bénédiction des autorités... Cherchez qui est la bête dans l'affaire. J'aime mieux ne pas en dire plus.

Michèle DES
Le 02/06/2017 à 10:27:11

la gente humaine se prend pour la reine de la planète... Nous ne somme pas les seuls a occuper cette terre.

excellente réplique d'un anonyme !


Mambo42

André RAOULT
Le 02/06/2017 à 10:22:07

oui le blaireau doit être protégé et n'a aucune raison de subir la stupidité des hommes ignares, cet animal est exceptionnel et doit être considéré comme utile et non nuisible, détruire les blaireaux est une absurdité qui au xxi eme siècle devrait tomber dans les oubliettes des mauvaises pratiques des humains
41 % de ver de terre est le régime alimentaire du blaireau
il mange même de temps en temps des campagnols terrestres

le Blaireau doit être laissé tranquille pour l'équilibre de la biodiversité qui n'a besoin des bêtises de l'homme pour être mal en poing

un anonyme
Le 02/06/2017 à 09:39:49



pauvres de nous, égoïstement bêtes, à force de tirer sur tout ce qui bouge,en toute volonté et contrôle, nous resterons seuls sur notre planète face à nous-mêmes

un anonyme
Le 02/06/2017 à 09:34:05

il est vrai que dans la mémoire collective être traité de blaireau est injurieux pourquoi?
tout ce qui existe sur terre est parait-il l'oeuvre de Dieu
nous fêtons l'ascension et la pentecôte sans aucune gêne pour trouver des BA, tuons ,
je suis sans religion mais résistante sur terre
l'homme devient fou il disparaitra pas les animaux

un anonyme
Le 02/06/2017 à 08:44:06

A mon idée il y a beaucoup plus à faire chez la
race humaine ou il existe de vrais nuisibles, pourquoi vouloir tout contrôler, ces animaux étaient là avant nous !!!

un anonyme
Le 02/06/2017 à 07:31:31

Voilà le commentaire que j'ai posté sur le site  www.gouv.   de la 'régul' des blaireaux :
Je ne vois pas de raisons pour sacrifier des blaireaux qui dérangent si peu (ils auraient coûté 76,00€ à une commune) alors qu'il y en a qui dérangent beaucoup plus ailleurs et qui nous coûtent beaucoup plus cher.
Quand les hommes se calmeront sur la tuerie des animaux ce sera une bonne chose. Et sur la tuerie en général ce sera encore mieux.
C'est pas demain la veille, mais quand même on pourrait commencer à atterrir, à extirper sa tête du poste de télé, à entr'ouvrir les yeux et à regarder ce qu'il y a autour de nous ! À s’intéresser à la vie, depuis 5000 ans qu'on apprend à écrire et à compter !

un anonyme
Le 02/06/2017 à 01:02:35

Il est tout simplement lamentable, inimaginable d'autoriser la destruction d'un animal aussi doux et placide, dont les moeurs nocturnes ne gênent que quelques misérables!
On se croirait en plein camp de concentration, il ne manque plus que les chambres à gaz et les bourreaux !

MISTOUFLET
Le 01/06/2017 à 21:46:13

J'ai honte d'appartenir à l'espèce humaine. Sa vanité me désespère, cette espèce parasite qui se croit maître de la planète alors qu'elle la pille, la viole, la salit, la détruit. De quel droit? Pour des pauvres types qui se croient forts et intelligents en tuant des blaireaux et leurs petits et de façon si cruelle. ET les autres espèces aussi. Les animaux ne sont pas des ennemis. Comment vivrons nous quand vous aurez détruit la flore, la faune, les arbres, les rivières ? Vous pensez aux autres quelque fois, à l'avenir ? Cette décision macabre pour 76€ de surcroit est débile et complètement vide de sens. C'est une décision dangereuse pour l'avenir de la planète.

Corinne
Le 01/06/2017 à 20:22:19

Monsieur le Préfet , Peut- être fumer vous ou buvez vous ou mangez-vous trop gras ? Ce sont des actes fort dangereux pour la santé. Alors , de grâce , laissez ces pauvres blaireaux tranquilles ; ils ne vous rendront pas malade.
Je vous prie d' agréer , Monsieur le Préfet , mes salutations respectueuses.
Réjane Di Bianca

Réjane Di Bianca
Le 01/06/2017 à 19:48:58

à blaireaux, blaireaux et demi que sont ceux qui en ordonnent la chasse: ce sont eux les "nuisibles"...

un anonyme
Le 01/06/2017 à 19:28:14

Homo "sapiens" extermine certaines espèces animales et se lâche ensuite, ou en même temps, de la même manière contre d'autres groupes humains (où pourquoi les élégants paquebots évitent de fréquenter les coins de "passages" de la Méditerranée, ou pourquoi nos chers marchands de canons-saints Employeurs devant l'Eternel- gagnent des fortunes "optimisées fiscalement" sur le dos d'Homo Sapiens...)

contrits inbu-ables
Le 01/06/2017 à 19:22:32

Qui sont les nuisibles...qui sont les blaireaux ?

CHALOT
Le 01/06/2017 à 18:29:14

Un massacre de plus ? Quand il ne restera plus rien de vivant sur terre si ce n'est les massacreurs à 2 pattes, Ce sera un sacré problème pour vous !!!!!

Minable une fois de plus !!

annev
Le 01/06/2017 à 17:56:31

Marre des véritables gros blaireaux qui gouvernent sans discernement.
Il y en a des blaireaux qu'il serait temps d'éradiquer, mais ceux-là, pas touche !
Bien d'accord avec le témoignage de Maryse Bouche.
Pour Lansac, qui est sur le territoire de qui côté destruction, ne sommes-nous pas les 1er envahisseurs-empoisonneurs ?

PASGLOP
Le 01/06/2017 à 17:10:27

Une fois de plus l'irrespect des animaux voudrait l'emporter. Ne laissons pas faire !

Bernadette MORA
Le 01/06/2017 à 17:08:44

Quelle est la folie de destruction qui pousse des "responsables politiques" a tuer des animaux pour rien. Parce qu'ils coûteraient 76 euros ?
Incompréhensible !

un anonyme
Le 01/06/2017 à 16:50:18

Il y e à marre de voir disparaitre la faune sauvage déjà très rare. Qui sont les nuisibles ?

Marie Thérèse VIDIANI
Le 01/06/2017 à 07:58:23

Mais laissez donc ces pauvres animaux tranquilles ! On trouve toujours un prétexte pour tuer un animal, même injustifié. 76 € ? Mais ça ne fera pas un trou dans les caisses de la commune ! Candidate à Noisy-le-Grand -93) pour les Législatives pour la protection animale et la biodiversité.

Louise BEN MAMI
Le 31/05/2017 à 22:04:40

Monsieur le Préfet
Monsieur le Directeur de la DDT
Alerté par une association, je vous prie de noter ma surprise de ce que le projet prévoit de détruire des animaux au motif qu'ils commettent au minimum de 76 € de dégâts ... par commune !
Le bon sens paysan est hélas bien dépassé

P.S. : une étude vient de sortir (si il en était besoin) indiquant la coupure grandissante des enfants et de la populaution en général avec la nature. Il serait grand temps de se demander pourquoi, et quelle part de responsabilité porte une telle vision de la nature que véhicule votre projet.
Sincèrement
Pierre Moreau

Pedro moro del mundo
Le 31/05/2017 à 20:38:30

Je croyais pourtant que la chasse aux blaireaux était ouverte les 11 et 18 juin. Attention, de nouveaux blaireaux pourraient remplacer ceux chassés.

Bibi
Le 31/05/2017 à 19:49:00

DROITS DE VIVRE

isia
Le 31/05/2017 à 19:46:13

Quelle honte ! A l'époque où tant d'espèces disparaissent de la terre, que les humains se croient encore au-dessus la nature alors que la première chose qu'il font est de la salir en y abandonnant leur déchets quand ils s'y promènent, alors que les animaux sauvages qui y vivent toute l'année ne la salissent pas. C'est le mode de production agricole industriel qui est obsolète et qu'il faut changer pour s'adapter à la nature. J'ai honte d'être français !

P. LOEB
Le 31/05/2017 à 19:40:39

Sujet:
Dangereux arrêté préfectoral de destruction des blaireaux

Message:
Une battue administrative envers les blaireaux à partir du 1er juin sera peut-être ordonnée par le Préfet de l’Oise.
Ceci ne doit se faire qu’en cas de problème économique lourd ou de problème de sécurité publique ou sanitaire. Cet arrêté n'est pas du tout justifié. Le blaireau n'étant pas classé nuisible, un arrêté préfectoral doit être exceptionnel et ne doit pas être renouvelé tous les ans depuis plusieurs années.
Aux termes de l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, « il est interdit de détruire (…) les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée » ; pour autant, ce texte ne serait donc pas respecté puisque les jeunes blaireaux ne sont absolument pas sevrés et forcément ne sont pas émancipés au mois de mai, juin et juillet.
Une des raisons de la décision d’une battue serait les dégâts occasionnés dans les cultures. Les terriers des blaireaux sont plutôt situés en milieu forestier ou en lisière sur des pentes. Quelques solutions plus efficaces suffiraient comme l’utilisation de répulsifs et au remblaiement du terrier.De même, les communes mentionnées dans l’arrêté font état de dégâts extrêmement minimes. (76 euros minimum de dégâts). Les dégâts sont souvent avec ceux des sangliers, qui sont beaucoup importants
Il est entièrement faux d’affirmer que la population des blaireaux a énormément augmenté dans l’Oise alors qu’elle est restée stationnaire depuis 12 ans.
A propos de la tuberculose bovine il a été prouvé que les blaireaux ne la propagent pas. Ce sont plutôt les cadavres sur les routes des bovins en déplacement qui est un risque.
De même la maladie de la leptospirose, les blaireaux infectés sont excessivement rares. Cette maladie bactérienne est soignable via des antibiotiques.
Une remarque importante : selon le rapport de l’ONF (20/01/2008) : Le blaireau est une espèce patrimoniale fragile, avec un faible taux de reproduction (0,3 jeune/adulte/an),. Elle est très menacée par le trafic routier. Plusieurs régions considèrent la présence de blaireaux comme indicatrice de biodiversité et du bon fonctionnement de grands ensembles paysagers.
C’est pourquoi dans le département du Bas-Rhin, le blaireau a été retiré de la liste des espèces chassable depuis 2004. Pour quoi ne pas faire de même dans l’Oise.
En effet le blaireau est très utile, c'est un véritable auxiliaire pour l'agriculteur et le forestier, notamment dans la consommation des petits rongeurs, évitant ainsi leur prolifération et la propagation de diverses maladies, mais aussi dans la consommation des hannetons et de leurs larves qui sont très néfastes pour les plantations.
Je pense que la Préfecture et la DDT de l’Oise devraient revoir sérieusement ces arrêtés préfectoraux annuels qui rendent l'espèce fragile et qui sont fait uniquement pour satisfaire le lobby de la chasse -précisément en cette période de l’année où aucune chasse n’est autorisée- et non pour trouver des solutions pérennes. D'autant plus que des solutions de cohabitation existent.
Espérons qu’une décision sage et positive sera prise, dans le sens d’une protection de la biodiversité et de la nature, ce dont notre pays et ses habitants ont besoin

Catherine Derouet
Le 31/05/2017 à 19:31:27

Les seuls blaireaux qu'il faut détruire sont les politiques!

virginie troubat d'aubigny
Le 31/05/2017 à 16:43:09

On peut lire “Ont été retenues les communes ayant plus de 76€ de dégâts, seuil de référence avéré…”
Ah ! 76€, en effet, ces animaux sont la ruine d'un pays.

Qui sait combien l'utilisation de l'amiante a coûté à notre système de santé, et qu'a-t-on fait ? Rien, durant un siècle on a continué à l'utiliser, à s’enrichir avec et aujourd'hui, c'est fini, on compte les morts, et on reprend de l'argent à des survivants que l'on estime avoir trop indemnisé. Combien coûte aujourd'hui au système de santé la négligence sur les anciens sites miniers du Gard où les populations qui ont acheté ces terres en toute ignorance présentent des pathologies supérieurs à la moyenne et ont l'interdiction de faire le jardin, de risque de s’empoisonner avec les produits de la terre ? Les compagnies minières enrichies sur ces sites sont parties sans rien dépolluer, l’État regarde ailleurs. Combien coûte la pollution aux particules fines dues notamment au diesel, ou aux rejets des cheminées d’usines autour de l’Étang de Berre, cause d'insuffisances respiratoire, d'asthme, et autres pathologies qui provoquent des mortalités précoces ? Combien coûte la malbouffe trop chargée en sucre-gras-sel, et dont on fait des promotions à longueur de journées dans les médias, et qui font la fortune des labos (parfois les mêmes groupes que ceux de la malbouffe et des pesticides) qui vivent des rentes des antihypertenseurs-hypolipidémiants-antidiabétiques- ? Combien a coûté au travers du médiator et avec environ 2000 morts et d'autres en sursis, l'allégeance de certains (ir)-responsables au laboratoire Servier dont le directeur est mort sans même avoir été inquiété ? Avec cette liste non exhaustive, et loin s’en faut, nous avons probablement dépassé le milliard d’€, mais ces activité si coûteuses en prix de la sécu, si coûteuses en souffrance humaine, en morts, sont aussi tellement lucrative pour ceux, quelques individus qui en tirent profit ! Alors comment prendre au sérieux le reproche fait aux blaireaux ???

Alors que ces pauvres blaireaux ne font marcher aucune banque, ne provoquent pas des frissons au CAC40, n'enrichissent aucun paradis fiscal, ne fournissent leur contribution à aucune campagne électorale, alors 76€ de pertes, en regard des milliards de déficit et de souffrances humaines ailleurs, tant pis pour eux, 76€, le prix de la peine de mort, prix du massacre des blaireaux. L'espèce humaine fonctionne ainsi.
L'espèce la plus destructrice, la seule capable de s'auto-détruire dans des proportions qui n'existent chez aucune autre, la seule capable de détruire son environnement à un point tel, que certains se projettent dans d'autres planètes, espérant être les élus d'un monde usé, détruit par eux-mêmes, les plus nantis, et pouvoir reproduire la même chose sur une planète toute neuve. L'espèce la plus destructrice, qui ravage l’air, les rivières, les forêts, les océans, l’espèce qui est la cause de la plus rapide destruction irréversible des espèces, l'espèce homo sapiens, le si mal nommé, s'octroie de surcroît le droit de juger, de nommer en toute subjectivité, certaines espèces “nuisibles”. On croit halluciner. Un cauchemar pour les victimes désignées, qui pourraient, ne l’oublions pas, un jour, être nous.

Réfléchissez bien, la chose est grave. On peut même s’autoriser quelque opportuniste instinct de survie en songeant à ce qui suit :
Comme de plus en plus de chercheurs le pressentent, d'autres vies dans l'univers sont tout à fait plausibles, même si on n'en connaît pas la ou les formes éventuelles.

Imaginez des êtres au fonctionnement par certains points semblable au nôtre, qui atterrissent sur la terre. Eux, à la différence de nous, vont se mettre à considérer toutes les espèces sans discrimination, en mesurant uniquement les impacts plus ou moins négatifs de chacun sur la beauté de la terre, et la richesse des ressources. Ils considèreraient, en toute logique, et suivant nos valeurs actuelles, qu'une espèce parmi toutes, est seule responsable des dégâts irréversibles dont nous-même mesurons chaque jour davantage l’ampleur. Ils décideront selon toute logique, de l’urgence d’éradiquer, ou au moins, de réguler notre espèce la considérant seule nuisible.
Il faut préciser que pour ces êtres nouveaux venus, la notion d'intelligence sera essentiellement dans la capacité d’adaptation à l’environnement dans le respect de ce qui fait vivre chacun. Tandis que l’intelligence dont nous nous arguons aujourd’hui, ne sera pas visible, même pas existante à leurs yeux.

Alors, à ce moment-là, mes chers amis, je ne donne pas cher de ce pauvre et présomptueux homo sapiens, notre heure aura sonné, si toutefois elle n'a pas sonné avant, de par nos propres exploits délétères.
Réfléchissez-bien. Il y aura des comptes à rendre. Un procès d’écocide est à la réflexion. Un peu de sagesse, que diable ! Cessons de regretter tous les 50 ans ce qui a été fait avant car, soi-disant, “on ne savait pas”.
Aujourd’hui on sait qu’il est temps de devenir responsable.
Merci pour votre attention, si j’ai été motivée pour prendre du temps pour ce courrier, c’est parce que je suis guidée par encore un peu d'espoir en l'humain, ce qui me donne la ressource, l'énergie d'écrire ces mots. Ainsi, je ne me reprocherai pas de ne l'avoir pas fait. En même temps je me fais peu d'illusion sur la façon dont ce message sera reçu, sur son écho. Je me trompe ? C’est avec plaisir que j’en recevrai la ou les preuves.
Allez, un peu de sérieux, on s’occupe de notre survie dans des conditions plus intelligentes que ce qui se fait, et on fiche la paix à ces braves blaireaux, qui un jour, pourraient être nous.

Jacqueline
Le 31/05/2017 à 16:27:50

Merci François Verret (31/05/2017 - 11:45:15)

Je me suis permis de copier coller votre message à la préfecture, message avec lequel j'étais d'accord, en retirant un truc que je ne comprenais pas vraiment et en ajoutant un titre et une conclusion...

Le sujet : Régulation des blaireaux ou meurtres prémédités

La somme retenue de 76€ de dégâts par commune pour justifier la destruction d'animaux montre bien le peu de valeur accordée à la faune sauvage et à la biodiversité en général.
Pour que la consultation publique ait du sens, il faudrait connaître le montant réel des dégâts par commune et mettre un seuil décent pour justifier d'une action à engager.

Quant à l'action elle-même, elle doit être envisagée avec des écologues indépendants, avec comme souci de rétablir un équilibre naturel plutôt que de massacrer, comme seule réponse à tous les problèmes.

La peine de mort, telle que mise en place dans un tel projet doit être abolie au même titre qu'elle l'est pour l'espèce humaine.

Il est temps de sortir des solutions moyenâgeuses sitôt qu'on traite des problèmes relatifs à le biodiversité et plus généralement à la planète.

Merci de vous prendre conscience de la sensibilité des animaux.

Une citoyenne, parmi beaucoup d'autres, outrée de ce massacre permis par les autorités de mon pays

Hélène Bureau
Le 31/05/2017 à 15:55:00

La question est de savoir qui sont les blaireaux?
76€ de dégâts et c'est la peine de mort, ils veulent une terre peuplée uniquement d'êtres humains et d'animaux d’abattage, ou on montrera aux enfants les animaux qui peuplaient la terre sur écran 3D. Que les nantis aillent se faire construire des îles sur les détritus de l'ocean pacifique. Ne touchez plus à la biodiversité.

Christian Perez-Gil
Le 31/05/2017 à 15:28:59

Dans le bois qui avoisine ma maison vit un couple de blaireaux.A part quelques terrassements par ci-par là,il ne me cause aucune nuisance.
Par contre les renards ont fait des ravages parmi les poules en pleine après-midi.Je pense avoir trouvé la protection avec trois chèvres,dont un bouc assez vindicatif.Depuis, Mr Goupil est allé voir ailleurs !
Il faut bien dire aussi que le manque de gibier,surmulots, lapins de garenne,alouettes,pousse les renards et autres prédateurs à puiser leur nourriture dans les poulaillers.Reste à savoir pourquoi ce gibier disparait petit à petit.Ce n'est peut-être pas uniquement la faute des chasseurs, ils se plaignent eux aussi de la disparition des espèces sauvages.Alors? Epandages,herbicides,glyphosates, saletés chimiques répandues dans les terres ?????? Maryse Bouche

Maryse Bouche
Le 31/05/2017 à 15:20:41

Que le piegeage se fasse de jour ou de nuit, tuer les blaireaux est une aberration: lorsqu'il ne restera plus un seul représentant de notre faune sauvage, les mêmes qui l'auront éradiquée pleureront. Larme de crocodiles! Le blaireau fait de dégâts. Ce sont surtout les belettes qui, par exemple, attaquent, "saignent" les poules. Il suffit de vivre ou d'avoir vécu en milieu rural pour le savoir. Sinon, le blaireau chasse les mustélidés qui font eux beaucoup de dégâts dans les cultures, les fenils...et les maisons. Le blaireau peut creuser pour faire son nid et mettre bas. Mais il a le droit de vivre. La manière dont certains les tuent relève davantage du sadisme que d'une nécessité.

mireille
Le 31/05/2017 à 15:15:26

"Cette chasse ne répond à aucune nécessité, puisque le blaireau est une espèce peu prolifique, qui est incapable de pulluler." s'indigne FNE.
Les chasseurs prétendent qu'il s'agit de régulation. "la vérité est plus simple : le déterrage des blaireaux est un loisir"

Dominique RANNOU
Le 31/05/2017 à 15:03:48

J'ai des blaireaux chez moi 45500 ( bois + cultures) , aucun, aucun dégat si ce n'est une fois la visite du poulailler pour manger des oeufs, mais aucun dégat sur les poules.

B Lafitte.

Bla
Le 31/05/2017 à 13:34:05

Je ne signe pas ayant été récemment "victime" de "destructions" opérées par des blaireaux

lansac
Le 31/05/2017 à 12:14:46

candidate d'"Une force pour le Vivant " aux législatives dans l'Oise
https://www.cyberacteurs.org/pdf/oisehebdo_57.jpeg  

Odette Chauve
Le 31/05/2017 à 11:56:53

Mis ce jour sur le site de la Préfecture :

La somme retenue de 76€ de dégâts par commune pour justifier la destruction d'animaux montre bien le peu de valeur accordée à la faune sauvage et à la biodiversité en général.
Pour que la consultation publique ait du sens, il faudrait connaître le montant réel des dégâts par commune et mettre un seuil décent pour justifier d'une action à engager.

Quant à l'action elle-même, elle doit être envisagée avec des écologues indépendants, avec comme souci de rétablir un équilibre naturel plutôt que de massacrer, comme seule réponse à tous les problèmes.

La peine de mort, telle que mise en place dans un tel projet (on ne parle bien sûr pas de la prédation naturelle des chaînes alimentaires qui régit la vie sauvage), doit être abolie au même titre qu'elle l'est pour l'espèce humaine.
il est temps de sortir des solutions moyen-âgeuses sitôt qu'on traite des problèmes relatifs à le biodiversité et plus généralement à la planète.

François VERRET
Le 31/05/2017 à 11:45:15

Laissons sa place à la Nature et à ses créatures.
De quoi nous protégeons-nous?

Calypso
Le 31/05/2017 à 11:27:53

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !