actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

OPÉRATION

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Pas d'argent pour les gaz de couche

Mise en ligne du 20/04/2017 au 11/11/2017

A l'initiative du collectif régional contre les gaz de couche, une action est prévue le samedi 22 avril 2017 à 10h30 devant le Crédit Mutuel (qui finance la Française de l'Energie, ex Gazonor) à Arras au 10 rue Delansorne (derrière la mairie).

Bilan de la cyberaction :

3475 participants

Présentation de la cyberaction :

Le CREDIT MUTUEL NORD EUROPE
investit dans le gaz de couche
dans cette ENERGIE SALE …
Avec votre PROPRE ARGENT ! C’est HONTEUX !!!

LE SAVEZ-VOUS ?


Communes concernées
A voir sur le site
http://houille-ouille-ouille-5962.com  

Ecrivez au directeur du Crédit Mutuel Nord-Europe pour lui faire connaitre votre refus de financer ces énergies sales !

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur,

Je suis fort contrarié du projet d’exploitation du gaz de couche dans votre région où le nombre de sites pollués est déjà très importants.

Cette exploitation, loin de rétablir une justice sociale, va continuer de nous mettre à contribution pour enrichir des actionnaires peu scrupuleux (après moi le déluge).

Je vous demande de ne pas être complice, de ne pas cautionner ce projet qui va encore dévaloriser votre région. Refusez de financer ces énergies sales.

Recevez, Monsieur, mes salutations les plus cordiales.

 

16 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

plusieurs ONG dénoncent une autorisation d'exploitation du gaz de couche

A l'occasion de l'examen du projet de loi Hulot en nouvelle lecture, les députés ont adopté une disposition controversée qui, selon plusieurs ONG, pourrait laisser la porte ouverte aux hydrocarbures non conventionnels.
Energie | 01 décembre 2017 | Laurent RadissonRéduire la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer cette pageEnvoyer par e-mail
Loi hydrocarbures : plusieurs ONG dénoncent une autorisation d'exploitation du gaz de couche
© LotharingiaAncienne mine en Lorraine
L'Assemblée nationale a adopté ce vendredi 1er décembre en nouvelle lecture le projet de loi de Nicolas Hulot visant à mettre fin à la production d'hydrocarbures sur le territoire national d'ici 2040. Cette adoption fait suite au détricotage du texte par le Sénat et à l'échec de la commission mixte paritaire qui s'en est suivie.

L'enjeu de la discussion a surtout tourné autour d'une disposition controversée portant sur l'interdiction des hydrocarbures non conventionnels. Les députés ont adopté un amendement présenté par le rapporteur LREM Jean-Charles Colas-Roy qui, selon le Gouvernement et les députés de la majorité, vise à améliorer la rédaction de l'interdiction des techniques non conventionnelles.

Une sécurisation de l'interdiction ou sa violation ?

Le député LREM Matthieu Orphelin, proche du ministre de la Transition écologique, se félicite de l'adoption de cette nouvelle définition qui permet de "sécuriser l'interdiction des méthodes non conventionnelles".

Mais le son de cloche est totalement différent du côté de certaines ONG dont les arguments ont été vainement relayés dans l'hémicycle par des députés de l'opposition de gauche. "Cet amendement très technique masque surtout un choix politique, le fait que l'exploration et l'exploitation des gaz de couche pourront continuer", alerte Juliette Renaud des Amis de la Terre. Avec cet amendement, le Gouvernement et Nicolas Hulot "valident donc l'exploration et l'exploitation d'hydrocarbures non conventionnels", réagit Maximes Combes d'Attac qui juge cette disposition "inacceptable".

"Le lobbying de la spéculatrice Française de l'énergie a bien marché, au détriment du climat, de l'environnement et des populations", s'indigne la chargée de campagne sur les industries extractives des Amis de la Terre.

"Aucune justification scientifique"

Les deux ONG, associées au collectif du Pays Fertois "Non au pétrole de schiste", 350.org et Apel 57, avaient adressé la veille un courrier aux députés pour les interpeller sur le risque de voter une telle disposition. Les signataires y rappelaient que les gaz de couche étaient les seuls hydrocarbures non conventionnels qui faisaient actuellement l'objet de forages exploratoires. La Française de l'énergie détient en effet plusieurs permis d'exploration en Lorraine.

Cette exception "n'a aucune justification scientifique", estiment les associations, s'agissant d'hydrocarbures non conventionnels dont l'exploitation présente des risques "même plus importants [NDLR : que le gaz de schiste], en termes de contamination des nappes phréatiques (…) et de fuites de méthane".

Elle pourrait en revanche avoir une explication financière liée aux risques de compensation susceptible d'être réclamée par la Française de l'énergie. Si une telle compensation était demandée, elle ne serait "a priori pas exorbitante" selon les associations pour lesquelles tous les forages réalisés par la société "n'ont pas permis de prouver la possibilité d'extraire ces gaz de couche sans recours à la fracturation hydraulique".

Le gaz de couche traité comme le conventionnel

Pourquoi le Gouvernement et le groupe LREM ne reconnaissent-ils pas publiquement le choix de protéger les intérêts industriels en Lorraine ?, demandaient les ONG. Sur ce point, l'exécutif aura au moins répondu à leurs attentes. Avec cet amendement, réagit Maxime Combes, le Gouvernement et Nicolas Hulot reconnaissent souhaiter que "l'exploitation du gaz de couche se poursuive en Lorraine et dans le Nord de la France".

"Le Gouvernement a souhaité que le gaz de couche soit traité comme le conventionnel, c'est-à-dire que les permis existants pourront se poursuivre avec une technique conventionnelle mais ne pourront avoir recours à la fracturation", a clarifié Nicolas Hulot devant le représentation nationale. Un plaidoyer dont Delphine Batho a reconnu la bonne foi mais qui n'apporte pas toutes les garanties pour l'avenir selon l'ancienne ministre de l'Environnement, dont un amendement proposant une rédaction jugée plus sûre a été repoussé.

Le texte de loi doit maintenant faire un dernier détour au Sénat avant d'être adopté définitivement par l'Assemblée nationale le 19 décembre.

Laurent Radisson: Rédacteur en Chef délégué aux marchés HSE
Laurent Radisson, journaliste
Rédacteur en Chef délégué aux marchés HSE

Alain UGUEN
Le 02/12/2017 à 09:47:19

La croissance: "En marche" comme les lemmings, nous sommes au bord du gouffre, faisons un pas en avant.
C'est l'avènement des imbéciles... C'est à leur tour de diriger. Aïe, mes pauvres enfants, quelle terre va-t-on vous laisser? l'hommotélévicus à voté, ce sont les désagréments de la démocratie...

Christian Perez-Gil
Le 08/05/2017 à 11:40:38

Ce Mr Macron ressemble étrangement à ce Mr Trump ils n'en n'ont rien à faire de la Planète,de la faune ,de la flore etc...du bien être des animaux(chasse etc...)que va devenir notre pays avec de tels gouvernants .

Christiane Huard
Le 27/04/2017 à 15:13:13

Pour répondre à l'anonyme du 20/04 2058.
J'ai répondu dans le message de 18 h 58.
Gaz de couche ressemble au gaz de schiste, sauf que l'on va chercher le méthane dans le charbon.
Pour en savoir plus :
http://houille-ouille-ouille-5962.com/  
Il ne faut pas baisser les bras même si les deux candidats restants pour l'élection à venir sont favorables à l'exploitation du gaz du schiste et de couche.
La première "expérience" concernera très sûrement le gaz de couche. Si cela marche, cela sera le tour du gaz de schiste.
Pour empêcher cette succession de nuisances, prochaine dates le week end prochain à Pontpierre (Moselle). Notamment la marche prévue le 30 avril à partir de 15 H. Il ne faut pas rater ce rassemblement et ces fêtes autour.

Pierre ROSE
Le 24/04/2017 à 06:42:20

Je me joins au commentaire d'Olivia sur Emmanuel Macron qui, bien qu'il ait des côtés sympathiques, n'en demeure pas moins favorable aux explorations et exploitations minières.
Le message de ce candidat est clair : l'écologie oui, tant qu'elle ne freine pas l'économie et le développement.
Ce qui peut se traduire ainsi : "Nous allons droit dans le mur, accélérons !"
Donc pour moi, c'est :
- Non à l'exploitation du gaz de couche !
- Non aux banques qui la financent !
- Non aux candidats qui y sont favorables !
Bon week-end à tous.
Francine
PS : Quels que soient les résultats de ce premier tour, continuons à lutter pour sauver ce qui peut l'être encore.

Frawald
Le 22/04/2017 à 08:19:36



en effet, la position de Macron est connue sur l'environnement, le nucléaire, les extractions diverses
alors,le vote toujours aussi important, l'est d'autant plus, qu'il ne s'agirait pas d'aider le candidat qui dessert cette cause
enfin, si on n'est pas d'accord, le vote permet démocratiquement de le faire savoir

un anonyme
Le 21/04/2017 à 20:37:22


Ne nous gazer pas les houilles

philippe
Le 21/04/2017 à 11:53:27

Qu'est-ce exactement que les gaz de couche? Est-ce la même chose que les gaz de schiste? Je ne suis pas de ces gens qui savent tout, ont un avis sur tout. J'essaie de m'informer avant de signer.
Autre chose: J'ai cru en la politique mais c'est un art difficile. J'irai quand même voter car c'est important.Dès que je le pourrai je vous ferai un don.
Amicalement. ES

un anonyme
Le 20/04/2017 à 20:58:02

Tous ceux qui ont de l'argent au crédit mutuel devraient faire du chantage et retirer leur compte chez ces pollueurs .

un anonyme
Le 20/04/2017 à 19:51:51

pour répondre à GuyD, il faudrait aller sur le site houille-ouille-ouille-5962.com.
En résumé : le gaz de couche est comme le gaz de schiste, sauf que l'on va chercher le méthane dans les couches de charbon.
Avec toutes les nuisances pour l'air, l'eau et les terrains.
Cela devrait -si cela se fait- la Lorraine et le Nord/pas-de-Calais principalement.
La position succinte du collectif : n'allons pas extraire cette énergie fossile. C'est aussi simple que cela.

Pierre ROSE
Le 20/04/2017 à 18:58:47

Sujet : Pas d'argent pour les gaz de couche
•Message : Monsieur,

Je suis fort contrarié du projet d’exploitation du gaz de couche dans votre région où le nombre de sites pollués est déjà très importants.

Cette exploitation, loin de rétablir une justice sociale, va continuer de nous mettre à contribution pour enrichir des actionnaires peu scrupuleux (après moi le déluge).

Je vous demande de ne pas être complice, de ne pas cautionner ce projet qui va encore dévaloriser votre région. Refusez de financer ces énergies sales.

Recevez, Monsieur, mes salutations les plus cordiales.

MICHARD Pierre
Le 20/04/2017 à 18:31:02

Je découvre le gaz de couche que je ne connaissais pas.
Qu'est ce au juste ? J'irai voir sur le net après...

Je regrette que vous ne nous donniez pas une explication ce serait bien le moins puisque vous sollicitez notre signature.

Surtout ne faites pas comme les journalistes du système qui disent "Tout le monde savait que... " eux oui, nous pas. Ainsi je n'ai su que bien plus tard après son élection que Mitterand était l'ami de Bousquet... etc

En attendant je ne signe pas ! Désolé

GuyD
Le 20/04/2017 à 15:39:57

Le Crédit Mutuel, la banque qui appartient à ses clients???
Ceux'-ci disent non aux gaz que ce soit de schiste ou de couche; c'est la même chose, la même m.... !!!

cactus
Le 20/04/2017 à 15:02:05

C'est le moment ou jamais de ne pas oublier que le candidat MACRON est très favorable aux exploitations et explorations minières !!! S'il passait ce serait la destruction de bien des paysages de notre pays, sans état d'âme et de manière irrémédiable ! Songez-y tant qu'il est encore temps !

Olivia
Le 20/04/2017 à 14:15:14

Si y'a bien un truc qui me les mets sous pression en ce moment, c'est bien les gaz de couches et les français de souche sans parler du prix des couches.

Crédit Mutuel, Je les croyais bien.

Alain Jégo
Le 20/04/2017 à 13:08:03

la société industrielle semble reposer sur un principe :
on exploite d'abord, on réfléchit ensuite sur les dégâts
occasionnés !! commençons par penser avec le respect et l'amour pour la Terre et la Vie et sortons (VITE) des énergies fossiles. NO GAZARAN Ni ICI ni AILLEURS.

juliette schweitzer
Le 20/04/2017 à 12:56:31

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !