actualité écologie

OPÉRATION

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Semaine des Semences Paysannes

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

STOP EPR Manifestation à Saint Lô Samedi 30 septembre 2017 - 14h 30 Place de la Mairie

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Pour la vidéosurveillance dans les abattoirs !

Mise en ligne du 06/01/2017 au 13/01/2017

10 organismes de protection animale s'associent pour instaurer par la loi la vidéosurveillance dans les abattoirs. Vous aussi, mobilisez-vous, interpellez votre député pour obtenir cette mesure indispensable.

Bilan de la cyberaction :

3560 participants

Caméras dans les abattoirs: feu vert surprise de l'Assemblée

http://www.lavoixdunord.fr/102521/article/2017-01-12/cameras-dans-les-abattoirs-feu-vert-surprise-de-l-assemblee
 
L'Assemblée nationale a voté de façon inattendue jeudi soir l'obligation d'installer des caméras de surveillance dans les abattoirs à partir de 2018, souhaitée par les radicaux de gauche et les associations de protection animale.
Bêtes mal étourdies, accrochées vivantes... Les images chocs diffusées début 2016 par l'association L214 avaient suscité beaucoup d'émotion et entraîné un plan gouvernemental en faveur du bien-être animal.

Et les députés avaient mis cette question au coeur d'une commission d'enquête, dont a découlé une proposition de loi portée par Olivier Falorni (DVG) et son groupe des radicaux de gauche, comprenant cette mesure phare sur les caméras dans les abattoirs.
À partir du 1er janvier 2018, et à l'issue d'une expérimentation, "des caméras (seront) installées dans tous les lieux d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage et de mise à mort des animaux", stipule la disposition adoptée, à laquelle se sont finalement ralliés les socialistes et le gouvernement.
L'expérimentation devra permettre "d’évaluer l’opportunité et les conditions de la mise en place" des caméras, ont fait préciser les socialistes via un amendement à ce texte examiné en première lecture.
Il est cependant loin d'être certain que la proposition de loi puisse être définitivement adoptée d'ici à la fin de la législature dans six semaines.
"Nous sommes déjà dans des discussions pour des expérimentations (...) Actons le fait que ça va se généraliser", a plaidé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll après une interruption de séance, alors qu'il s'était montré prudent jusqu'alors, invoquant "la crise de l'élevage" et le "respect des travailleurs" dans les abattoirs.
Les directions des abattoirs ne pourront par avoir accès aux images enregistrées, à la différence des responsables de protection animale désignés dans les établissements ainsi que des services de l'Etat de contrôle vétérinaire.
- menace sur les "petits abattoirs" -
Malgré l'opposition de quelques députés de droite et du centre, qui pronostiquent déjà que "les petits abattoirs disparaîtront" compte tenu de cette nouvelle charge, l'obligation d'installer des caméras a été adoptée par 28 voix contre 4, dans un hémicycle peu garni à l'heure du débat télévisé de la primaire organisée par le PS.
Les radicaux de gauche se sont félicités de ce vote alors que l'affaire partait "mal engagée" après un examen difficile en commission en décembre.
Unanimes dans la dénonciation des actes de cruauté envers les animaux, les élus s'étaient divisés sur la question de la vidéo dans les abattoirs, déjà mise en oeuvre notamment en Grande-Bretagne.
L'opinion publique y est massivement favorable, à hauteur de 85% selon un sondage d'octobre.
Dans un courrier commun, dix ONG de protection animale, dont les fondations 30 millions d'amis et Brigitte Bardot, CIWF et L214, avaient mis la pression sur les députés pour qu'ils soutiennent le contrôle vidéo obligatoire afin que la proposition de loi ne soit pas vidée de "toute substance".
Le syndicat des abatteurs et découpeurs industriels, Culture viande (70 adhérents, 35.000 salariés), avait objecté en vain que "la protection animale à l'abattoir n'est pas une affaire de caméras", mais "avant tout une question d’hommes, de formation et de bon sens".
"Je crois plus à la pertinence de lanceurs d'alerte formés et protégés qu'à un système de vidéosurveillance", avait aussi déclaré à l'AFP Dominique Langlois, patron d'INTERBEV, l'Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes, pas hostile cependant à une expérimentation.
Les députés ont par ailleurs supprimé une disposition du texte initial qui prévoyait, dans les abattoirs de boucherie de plus de 50 salariés, la présence permanente d'un agent des services vétérinaires aux postes d’étourdissement et de mise à mort.
"Si on va vers la vidéosurveillance, on ne peut pas en même temps demander à l'Etat de mettre un vétérinaire par chaîne d'abattage", a estimé M. Le Foll.
Un comité national d'éthique des abattoirs sera créé au sein du Conseil national de l'alimentation. Les députés ont aussi voté pour un rapport sur les modalités d’une possible interdiction de l’abattage des femelles en gestation.
Les parlementaires ont longuement débattu de l'abattage rituel. "Nous sommes en train de travailler avec les cultes", a noté le ministre.

Présentation de la cyberaction :

La mesure figurait dans les recommandations formulées, en septembre, par la commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage. Créée après une énième vidéo choc tournée dans un établissement, cette commission présidée par le député Olivier Falorni a mené pendant plusieurs mois des observations et visites inopinées dans des abattoirs.
L'installation de caméras de vidéosurveillance préconisée dans les abattoirs
Le rapport d'enquête concluait à «trois avantages indiscutables» de la vidéosurveillance qui «favoriserait la prévention des actes de maltraitance, permettrait un contrôle objectif permanent et donc des sanctions plus justes et plus efficaces et, enfin, serait un outil d'aide à la formation des salariés et des responsables». Olivier Falorni, également rapporteur de la proposition de loi, était lui-même un fervent militant de la mesure: «J'y suis favorable à titre personnel. C'est un moyen d'éviter les dérives individuelles», expliquait-il au Figaro.
La commission proposait de «rendre obligatoire l'installation de caméras dans toutes les zones des abattoirs dans lesquelles des animaux vivants sont manipulés»: à la sortie des véhicules de transport, lors de l'amenée vers l'abattage et au poste d'abattage.
Trop intrusif
Un avis que ne partagent pas les députés de la commission des Affaires économiques. Ces derniers ont choisi de supprimer «les dispositions introduisant le contrôle-vidéo des postes d'abattage» malgré l'avis du rapporteur. ...
Écartant les critiques du coût de la mesure - «entre 800 et 1000 euros» pour une caméra, «je ne suis pas sûr que ça remette en cause l'existence d'un abattoir»-, le député Olivier Falorni a insisté sur l'intérêt d'encadrer ce genre de surveillance par la loi. «Je préfère des vidéos officielles à la main des services vétérinaires, plutôt que des vidéos clandestines qui circulent», a plaidé le rapporteur, soulignant que «si ces images sont détournées pour un autre but que la maltraitance animale», la peine encourue est de 5 ans de prison et 300.000 euros d'amende.
Pour soutenir cette initiative, chacun est invité à solliciter son député pour qu’il tienne compte de la volonté du peuple. Interpellez-le directement - avant le 12 janvier 2017 - pour lui demander de soutenir cet amendement.


abattoir de Limoges la video choc de L214
http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/limoges/  

Des caméras dans les abattoirs, pour lutter contre les maltraitances animales
http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/09/20/abattoirs-pour-lutter-contre-la-maltraitance-les-deputes-veulent-imposer-le-controle-video_5000435_3244.html  

courrier commun des associations
http://www.30millionsdamis.fr/fileadmin/user_upload/actu/01-2017/Deputes_Proposition_Loi_abattoirs.pdf  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale
Madame la Députée/Monsieur le Député

Comme une majorité de Français, j’ai été choqué(e) par les mauvais traitements dont sont victimes les animaux en abattoirs. Le 12 janvier, vous avez la possibilité d’agir lors de la discussion, en séance publique, de la proposition de loi n°4312.

Je vous demande de soutenir l'amendement concernant l'installation de caméras de contrôle vidéo qui permettra de pallier, en partie, l’insuffisance des contrôles vétérinaires sur la manipulation et la mise à mort des animaux.

Je compte sur vous et vous transmets mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année riche en échéances électorales.

Bien cordialement,

 

76 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

depuis le temps qu'on signe des pétitions nos politiques sont ils sourds et aveugles, ras le bol, faites votre boulot...

Turc
Le 09/02/2017 à 18:16:09

Je suis pour l' installation

des caméras... Même si je ne mange plus de viande.

Evelyne Watel
Le 18/01/2017 à 17:50:57

"Un avis que ne partagent pas les députés de la commission des Affaires économiques. Ces derniers ont choisi de supprimer «les dispositions introduisant le contrôle-vidéo des postes d'abattage» malgré l'avis du rapporteur. .." qu'est-ce que cela veut dire ?? Qu'on ne surveillera pas l'abattage ? Mais il est justement essentiel de surveiller ce poste-la puisque c'est là que sont les problèmes !! Veut-on continuer à abattre les animaux sans étourdissements et sans vidéos ? L'abattage rituel avec toutes ses horreurs aura donc gagné ?

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
Le 13/01/2017 à 22:28:41

Il y a assez de preuves concernant les mauvais traitements exécutés en abattoir sur tous ces animaux de grande sensibilité et qui sentent venir la mort.....
Pourquoi attendre 2018 ,c'est trés vague : début ou fin d'année ? ? Pourquoi faire trainer les choses ? ?
Que tous les responsables se bougent ,Qu'ils surveillent : Qu'ils condamnent sévérement les patrons
et les bourreaux : Sanctions et amendes énormes
Réserver aux animaux une mort douce ,il y a des moyens

PACHA 210
Le 13/01/2017 à 21:14:06

Pourquoi une vidéo surveillance .
Ne serait-il pas plus simple d'adopter un protocole pour l'abattage des animaux dans les abbatoire avant leur mort ,pendant et après . Il doit bien exister des méthodes douces. Faire des contrôles inopinés , employer des services de contrôle , avec de forte sanction et amendes ,cela ne coûterait pas plus cher et cela permettrait aussi de créer des emplois .

cecel45
Le 13/01/2017 à 17:29:55

Laissons les animaux vivrent,ils y a d'autre alternativent,ce sont des etres vivant,la question se posera plus, pour installée des caméras dans les abattoirs.

coucke
Le 13/01/2017 à 16:17:06

Qu'est-ce qu'on attend pour arrêter ces horreurs dans les abattoirs? On ne devrait meme pas avoir besoin de discuter de cette video surveillance. Il faut les installer dans tous les abattoirs. D'un côté on reconnaît que les animaux sont des êtres sensibles doués de sentiments et d'empathie, et d'un autre côté on n'intervient pas pour empêcher leur souffrance. Soyons cohérents.

Patricia Beaussart
Le 13/01/2017 à 14:34:50

Cette question des caméras ne devrait même pas être discutée , vu les abominations enfin mises à jour

fabre
Le 13/01/2017 à 12:10:02

Comme plusieurs chercheurs scientifiques, il m'est arrivé d'aller prélever des organes sur des animaux après leur abattage (cela évite de les faire souffrir en animalerie). Cet abattoir n'a jamais eu aucun problème avec notre présence. Par contre effectivement tous les abattoirs n'acceptent pas notre présence, ce sont probablement ceux la qui ne veulent pas non plus des videosurveillance.

alain
Le 13/01/2017 à 11:08:58

le plus triste est que l’État porte une lourde responsabilité de cette situation en ayant agréé les trois quarts des abattoirs pour le rituel religieux.
si la haute autorité autorise ces atrocités alors pourquoi se priver ?
nos députés devraient se regarder dans les yeux de ces animaux.

Jean-Pierre Reillon
Le 13/01/2017 à 10:12:11


A l'heure où nous savons que les animaux sont des êtres sensibles doués de sentiments et d'empathie, qu'ils connaissent le sentiment d'injustice et qu'ils ressentent intensément la souffrance et la peur de la mort, il devient urgent que l'humanité cesse d'en faire des meubles-objets et des souffre-douleurs. Une telle abjection plonge les humanistes dans la honte face à tant de mépris spéciste ( spécisme qui ne vaut pas mieux que le racisme ).

Quillet Michel
Le 13/01/2017 à 09:38:42

stop

theriau
Le 13/01/2017 à 09:00:06

Pourquoi toutes ces hésitations ?
Les caissières sont surveillées depuis fort longtemps et l'enjeu est d'une toute autre portée.

fruitine
Le 13/01/2017 à 08:25:44

Arrêtons de faire souffrir les bêtes dans les élevages , les abattoirs,......3

gege70
Le 12/01/2017 à 19:08:09

Monsieur le Députée ou Madame la Députée,

On juge une société aux souffrances qu'elle fait subir aux animaux comme aux humains !

Pitié et empathie pour les animaux s'il vous plait, ils n'ont rien demandé à personne.

Merci de votre attention.

Michelle 31
Le 12/01/2017 à 18:40:14

Amis Végans avez vous pensé a la souffrance végétale? quand vous mangez une salade qui a été arrachée trop jeune,ou tous ces pauvres légumes transportés depuis des contrées lointaines dans des conditions terribles; mangez donc des cailloux!!!!
Donc je ne signe pas; car vous faites d'une exception une généralité,comme d'habitude.

Mandrin31
Le 12/01/2017 à 18:34:22

Il est INDISPENSABLE que soient installées des vidéos dans les abattoirs. L'être humain est ainsi fait que, comme sur les routes la peur du gendarme fonctionne, le fait que le personnel soit surveillé ATTENTIVEMENT permettra que des êtres vivants soient un peu plus respectés quant au sacrifice de leur vie pour nous nourrir.
La vision des tueries dans ces abattoirs est insoutenable, comment peut-on, en se disant civilisés, se comporter ainsi avec le vivant ?

johanne
Le 12/01/2017 à 17:53:54

il faut qu'une video soit installée dans tous les abattoirs de France.

négraud
Le 12/01/2017 à 17:28:04

videosurveillance obligatoire dans les abattoirs

noulez
Le 12/01/2017 à 16:42:25

Ce n'est pas qu'une question de condition animale (qui est catastrophique en France et dans le monde entier). C'est une question de dignité de l'homme, de notre civilisation, de la France. Si les députés ne mettent pas fin aujourd'hui à ces pratiques barbares, ce qui reste de la crédibilité de la classe politique va s'effondrer et les électeurs vont se tourner vers l'abstention ou le premier qui dira améliorer la condition animale. La filière viande va continuer à s'effondrer et elle ne pourra s'en prendre qu'à elle-même. Les syndicats qui sont contre la surveillance vidéo ont choisi leur camp : la défense à tout prix d'intérêts corporatistes au mépris de la justice, de la raison, de la souffrance animale.

Daniel
Le 12/01/2017 à 15:53:40

Monsieur le député,

Vous êtes soucieux de préserver "la compétitivité de nos abattoirs" or plus les abattoirs sont compétitifs, plus ils suppriment de postes. Plus ils suppriment de postes, plus la pression au travail s'exerce sur les employés. Plus ceux ci sont stressés par leur conditions de travail, plus ils reportent leur aigreur sur les animaux.
C'est bien l'industrialisation et son corollaire la compétitivité qui engendre cette maltraitance mais cela jamais vous n'accepterez de la reconnaître.
Vous persistez à défendre un système indéfendable.

GuyD
Le 12/01/2017 à 15:46:59

S'il vous plait accepter la vidéosurveillance dans les abattoirs, pour ces pauvres animaux qui ont subie énormément de maltraitance avant d'arriver dans les couloirs de la mort. Merci

Gaudry Patricia
Le 12/01/2017 à 15:46:40

je demande qu'une video soit installée dans tous les abattoirs de France

brigtuf78
Le 12/01/2017 à 14:54:38

Il faut absolument faire avancer les choses dans ce domaine

chrisfou
Le 12/01/2017 à 14:53:44

Il serait temps d'éviter des souffrances inutiles (et dégradantes pour ceux qui les provoquent) à ces animaux que l'on élève pour notre nourriture. Un peu de commisération serait nécessaire. Je regrette qu'il n'y ait pas déjà des vidéosurveillances dans les abattoirs.

Renée NONDEDEU
Le 12/01/2017 à 14:39:56

Arrêtons nous les humains de nous croire les maîtres de la planète

BAROTIN
Le 12/01/2017 à 14:31:20


Madame,

Vous avez souhaité me saisir sur la proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir qui sera examinée jeudi 12 janvier prochain en séance publique et je vous en remercie.

Comme vous le précisez dans votre courriel, l’examen de cette proposition de loi fait suite aux travaux de la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français, commission à laquelle participaient nombre de députés du groupe SER. Ses travaux ont abouti à 65 propositions inscrites dans le rapport de Jean-Yves Caullet pour l’amélioration du bien-être animal et des conditions de travail des salariés des abattoirs.

Les débats en commission ont été l’occasion de mettre en commun les différents points de vue, à l’issue des nouvelles auditions qu’Olivier Falorni a menées en tant que rapporteur de cette proposition de loi. Ainsi que nous l’avons indiqué à cette occasion, les députés socialistes sont particulièrement attentifs à prévenir autant que possible les actes de maltraitance animale. Nous sommes également attachés à préserver à la fois les conditions de travail des salariés et la compétitivité de nos abattoirs, qui permet de préserver de nombreux emplois sur notre territoire.

C’est pourquoi, nous nous sommes engagés à présenter en séance publique un amendement à la proposition de loi qui met en place une expérimentation de la vidéosurveillance. Ce dispositif, qui durera un an à compter du 1er juillet 2017, permettra de mettre en œuvre un mécanisme de protection des animaux par vidéo, en préservant les conditions de travail et la dignité des salariés des abattoirs. Nous ne souhaitons pas brader l’une ou l’autre de ces deux grandes priorités.

Nous soutiendrons donc cette proposition de loi en faveur du bien-être animal, complétée d’un dispositif concret et efficace. Nous porterons haut et fort la double exigence de l’éthique et du respect dû à ces salariés dont les conditions de travail doivent être garanties.

Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes sentiments distingués

jm Villaume député
Le 12/01/2017 à 13:47:37

On ne peut pas fermer les abattoirs mais nous pouvons, grâce à la vidéo surveillance, éviter la souffrance des bêtes en rappelant aux personnels qui font un travail extrêmement difficile que ce sont des êtres vivants qui souffrent et qui sont dignes car ils nous nourrissent.

L'erat doit également prendre ses responsabilités en interdisant certains abattages obsolètes à notre époque.

Nous pouvons agir également en adoptant un nouveau mode de nourriture, manger moins de viande.

M2
Le 12/01/2017 à 12:45:03

L'étourdissement des animaux est obligatoire, mais pas appliqué, au nom d'une certaine religion.... L'animal doit être conscient et donc souffrir au moment où on le saigne.... Les 3/4 des abattoirs abattent les animaux de cette façon. C'est révoltant ! Il faut absolument des caméras de vidéo surveillance et vraiment interdire cet abattage.
À ceux qui s'offusquent des vidéos surveillance, ils feraient mieux de s'offusquer par rapport à cet abattage religieux !

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
Le 11/01/2017 à 12:23:33

ce qui se passe dans les abattoirs est terriblement choquant et les vidéos insoutenables...Personnellement ,je ne peux plus les regarder ....
Il faut absolument que la cruauté de certains individus soit dénoncée et que ceux-ci ne puissent plus exercer leur sadisme sur des innocentes victimes....faute de pouvoir le faire,peut-être (??) sur des êtres humains..!!.On est en droit de se poser des questions ,non ??

Nicole ITZKOVITZ
Le 10/01/2017 à 15:02:31

Ce manque de respect et de sensibilité est tellement indigne de la race humaine! ce qui se passe dans les abattoirs est REVOLTANT

Monique Chaumont
Le 09/01/2017 à 17:28:56

que les hommes cessent d'être des barbares

Marie-Claire Laurier
Le 09/01/2017 à 12:00:52

Les gens qui avaient au départ pris un poste dans un abattoir l'avaient fait seulement pour pouvoir "croûter". Mais c'est un sale boulot qui rends les gens à moitié fou à force de tuer à la chaîne. Prisonnier de leur salaire, les gens restent mais se déshumanise et reporte la violence de leurs frustrations sur ces bêtes qu'ils ne "peuvent plus voir", de se métier qui, à mon avis, ne "peuvent plus voir". Qui voudrait faire ça? Et je dis que ces gens sont aussi des victimes.

Fabrice Wursteisen
Le 09/01/2017 à 10:54:59

La maltraitance des animaux doit être connue de tous. Visiter un abattoir avant de manger de la viande rend responsable et réfléchi.
>Il faut se conduire en êtres humains en 2017 et cesser la barbarie.

anny
Le 08/01/2017 à 19:08:02

à tous ceux qui sont contre la vidéo-surveillance sous prétexte que c'est une atteinte à la liberté de travailler cruellement, réfléchissez....
dans les magasins, les gares, les aéroports, les commissariats, les banques et bien d'autres endroits, des travailleurs sont en permanence filmés sans qu'ils se sentent agressés, bien au contraire, cela les protège bien souvent des agressions ou du harcèlement.
alors les caméras dans les abattoirs protègeraient certes les animaux, mais aussi les travailleurs faisant honnêtement leur travail contre des associations comme L214 qui utilise de vielles vidéo faites en Roumanie pour accuser le gavage en France.
il suffit de rechercher dans les archives de TF1 pour en avoir la preuve.

Jean-Pierre Reillon
Le 08/01/2017 à 10:24:45

Il est temps que l'homme se montre digne de sa soi disant Humanité et cesse de traiter les animaux comme des objets indignes de compassion et de respect .

un anonyme
Le 07/01/2017 à 19:27:40

La vidéo surveillance est indispensable dans ces lieux ou règne l’horreur. La maltraitance des animaux est connu depuis des années. Les services de l'état ont reçu de nombreux rapports sur le sujet sans jamais rien faire.

DIDIER
Le 07/01/2017 à 19:11:23

Aller plus loin :réduire la consommation de viande.

Jocelyne Curtil
Le 07/01/2017 à 18:35:48

Bonjour,
Est-ce bien la meilleure solution de mettre de la vidéo surveillance partout et notamment dans les abattoirs ?
Sans doute pouvons-nous être individuellement et collectivement plus imaginatif pour trouver et mettre en place des solutions plus "intelligentes" ?

Bruno
Le 07/01/2017 à 18:29:33

Fermons les abattoirs.
Stop à l'exploitation animale.

un anonyme
Le 07/01/2017 à 18:15:52

Bonjour à tous . Ok la vidéo surveillance , mais il faudrait le faire partout. Il vaudrait bien mieux faire très attention à qui on donne le boulot ! Bonne année ...

jean marin
Le 07/01/2017 à 17:03:05

qui veut travailler sous VIDEOSURVEILLANCE? c'est tout ce qui vous est venu à l'esprit? vous voulez "protéger" les animaux mais faire travailler les humains dans des conditions encore pires que ce qu'elles sont déjà?!

nessa
Le 07/01/2017 à 15:26:45

Des hommes sont encore et toujours capables de cruauté vis à vis de tous les êtres vivants ; la vidéosurveillance n'est pas un problème quand elle s'exerce dans le cadre professionnel ou public pour protéger les animaux, les humains... Après avoir réduit ma consommation animale je suis devenue végétarienne, à cause de la souffrance insupportable infligée aux animaux terrestres et marins. Je pense que la vidéosurveillance peut soulager aussi la souffrance des salariés qui vivent mal ces situations cruelles et/ou qui ont besoin d'un cadre pour rester humains dans un travail qui menace cette humanité. Ne soyons ni utopistes, ni paranoïaques, les caméras ne sont que des garde-fous, pas des agressions. Oui aux caméras "protectrices" de tous, humains et animaux, j'accepte personnellement d'être filmée dans cet objectif. Belle année à tous dans un monde moins cruel... On peut rêver...

Miaoumine
Le 07/01/2017 à 12:18:37

Libre à qui veut de ne pas manger de viande!
Mais vous accepteriez, vous, de faire un métier difficile, filmé en permanence sur votre temps de travail!?
l'inspection aléatoire de services spécialisés doit suffir à circoncir les abus, autant que les enquêtes largement médiatisées
mais filmé en permanence sur son lieu de travail!?
L'homme aussi à des besoins (en particulier de dignité!) et des droits (à ne pas se sentir épié en permanence par exemple)
çà fait pas un peu totalitaire?

Dominique CHAZELLE
Le 07/01/2017 à 12:15:10

Je suis contre les cadences infernales de cette mort industrielle et je suis touchée par le sort réservé à ces pauvres cochons abattus tout jeunes ados que je croisent par centaine de camions sur les rocades bretonnes. Mettre des caméras sur les chaines d'abattage n'est pas un luxe, afin de contrôler que l’animal soit bien rendu inconscient préalablement à la saignée et que cette perte de conscience soit maintenue jusqu’à la mort de l’animal. Je suis contre également le transport des animaux à l'étranger. Une pensée pour les canards bien portants qui se font massacrer par millions à cause de la grippe aviaire, ils passent par la chaine d'abattage alors qu'ils pourraient être euthanasiés.

un anonyme
Le 07/01/2017 à 12:13:02

J'ai signé mais j'ai lu ensuite le commentaire de Catherine. Je suis d'accord avec elle,il faudrait mettre des caméras partout! Mais pourquoi? Le respect des uns et des autres est la solution pour une société meilleure. Mais je suis utopique!... Commençons par soi-même. Je suis végétarienne depuis 59 ans, et je me porte bien!...

un anonyme
Le 07/01/2017 à 09:47:04

Il s'agit de la souffrance d'êtres sensibles et intelligents, de vie et de mort alors je n'ai aucun état d'âme à réclamer la vidéosurveillance dans les abattoirs.
La vidéosurveillance ou plus de moyens et de personnes pour les contrôles vétérinaires. Il faut trouver une solution pour que cesse cette horreur.
Agissez dans la logique du vote parlementaire du 28/01/15!

Frawald
Le 07/01/2017 à 05:10:43

c'est triste de devoir mettre des caméras de surveillance pour "espérer" que les gens qui gagnent leur vie en donnant la mort,n'en profitent pas pour laisser libre cours à leur cruauté.
Faut-il être lâche!!!

Vivala
Le 07/01/2017 à 00:02:54

Dans les abattoirs la vidéo est indispensable pour éviter l’excès de cruauté à l'égard des animaux soumis à la mort! les respecter c'est se respecter et là il y a un problème récurent qu'il faut contrôler dans un contexte d'industrialisation sans aucune humanité à l'égard du vivant!

un anonyme
Le 06/01/2017 à 23:10:48

Pour une fois je ne signerai pas. La vidéosurveillance n'est pas la solution. A vouloir défendre la cause animale certains en oublient le sort des salariés. En toute logique il faudrait aussi mettre des caméras partout où il y a risque de maltraitance envers des personnes (crèches, maisons de retraite...) ! Une surveillance généralisée de la société...

catherine
Le 06/01/2017 à 21:53:44

aimer manger de la viande est une chose liée à l'histoire personnelle de chacun et ses gouts culinaires et quoi qu'en pense les végans l'homme est fondamentalement omnivore; Ceci dit la souffrance inutile est insupportable aussi bien pour l'homme que pour l'animal elle ne peu être justifiée par un quelconque désir de rentabilité ou de profit maximum; on se doit de respecter l'animal qui nous offre sa vie. Pour cela il doit être dès sa naissance et même après sa mort respecté à l'aune de la valeur de son sacrifice;
Il est donc nécessaire et pas seulement suffisant de surveiller ceux qui pensent pouvoir se défouler de leur frustrations habituelles en martyrisant des êtres sensibles qui ne peuvent ni protester ni se défendre.
L'être humain est ainsi fait :le brimé a besoin de brimer quelqu'un d'autre et l'animal n'est pas protégé :il est un bien au même titre qu'un objet, la loi a encore un long parcourt devant elle pour imposer la réalité de la sensibilité animale.

Georges CORMONT
Le 06/01/2017 à 20:59:05

Je suis cent fois pour!!! Je mange le moins de viande possible!!! (Je voudrais être végétarienne à 100% mais je n'y arrive pas!).
Mais je pense aussi qu' il faut aider les gens qui y travaillent (même si j'ai du mal à concevoir comment on peut tuer un animal, surtout dans ces conditions...) à être mieux formés,informés et exiger qu'ils travaillent sans doute à des cadences plus humaines... Ceci dit, il y a aussi des sadiques, des "malades" etc...
Il faudrait, si vraiment il faut manger de la viande, promouvoir l'abattage à la ferme. Cela se fait pour le cochon à la ferme, et dans certains pays...

un anonyme
Le 06/01/2017 à 20:38:31

en appeler a la dignité humaine en respectant tout être vivant ...

un anonyme
Le 06/01/2017 à 20:07:37

Stop à la barbarie commis dans les abattoirs par des gens

incompétents et embauchés sans même être qualifiés pour tuer

de pauvres animaux qui la plupart du temps ont mené une vie

de souffrance aussi avant l' abattage; pour ma part la

question est simple et ne se pose plus vu que je suis

végétarienne à présent par éthique

brandeau
Le 06/01/2017 à 19:04:23

Végétarien depuis 47 ans, j'ai passé la majorité de ma vie à désespérer de voir les consciences si peu évoluer à l'encontre de nos compagnons de route, de nos semblables sur cette planête. L'humain ne sait rien faire mieux que trussider tout ce qui bouge. C'est affligeant ! On se demande à quoi lui aura servi sa dite intelligence, en tout cas pas à sortir de la barbarie. Allons-y pour cette fraction de pas en avant, comme disent d'autres : c'est un moindre mal... Mais à cette allure là.... Et nos chers députés ne pourraient-ils pas instituer quelques jours sans viande dans les cantines d'écoles ??? Ou sont-ils totalement et désespérément inféodés à tous les lobbies de la planête ???

Patrick AUDOUX
Le 06/01/2017 à 18:59:33

Il y a bien longtemps que l'étourdissement avant de tuer un animal est obligatoire, et c'est scandaleux de voir que ça n'est pas appliqué. C'est inadmissible que ce soit une association qui a dû mettre ce problème en évidence, des contrôles auraient dû le dénoncer depuis longtemps. Dans ces conditions pourquoi refuser l'installation de caméras, puisque les personnes chargées des contrôles ( inopinés évidemment ! )ne le font pas ? Que craignent les abattoirs si le travail est fait normalement ?

Sylviane Lesaffre
Le 06/01/2017 à 18:42:39

#AbattageSEREENITY obligatoire tranquillisation phytothérapique avant abattage "TIVAPA" TM de plantes déstressantes TIlleulVAlérianePAssiflore cf page facebook : d'ici la fermeture du dernier abattoir: ObjectifZéroStress

vetholistic
Le 06/01/2017 à 18:29:51

Tous ces dérapages viennent de l'industrialisation. Les paysans évitaient de maltraiter leurs animaux tout simplement parce ceux ci leur assuraient des revenus. Par ailleurs ils étaient dans des villages ou tout se savaient. Avec les abattoirs industriels l'employé n'a pas élevé l'animal, il n'est là que pour une monotâche répétitive sous payée. Traité comme une bête de somme, il se venge bêtement sur les animaux des frustrations personnelles qu'il endure lui même. C'est honteux mais c'est la conséquence d'un système hyperspécialisé. Donc introduire une surveillance à l'intérieur c'est un moindre mal mais ça ne change rien à un mode d'élevage qui est honteux d'un bout à l'autre de la chaîne. C'est un peu comme si la croix rouge avait cherché à introduire des caméras dans un camp d'extermination.
De toute façon les lobbys vont expliquer à nos "irresponsables" que cela va coûter cher ! Il suffirait juste de rogner sur les bénéfices ! Pour cela faudrait un pouvoir politique qui sache imposer les mesures que la morale réclame, mais la morale ils ne veulent pas en entendre parler... Ils ne veulent pas comprendre ce que la majorité attend d'eux, ils préfèrent leurs intérêts personnels.

GuyD
Le 06/01/2017 à 18:27:08

Non à la souffrance animale.
Elle est indigne et de plus elle fait se dégager des toxines qui altèrent la qualité de la viande. (le stresse fait se dégager de l'acide lactique)

Claire Munier
Le 06/01/2017 à 18:26:02

Ils sont le monde comme nous le sommes. Les respecter, c'est se respecter et se respecter c'est agir pour la paix.

Claude MELKONIAN
Le 06/01/2017 à 18:14:51

de nombreuses cameras de video surveillance existent sur des lieux de travail ou ils sont contestables
mais dans les abattoirs ,au vu des videos de L214
c'est necessaire

andre vinel
Le 06/01/2017 à 18:13:27


J’accuse réception de votre courriel du vendredi 6 janvier 2017, voici les éléments de réponse que je puis vous apporter aujourd’hui à votre interpellation.

Je suis membre du groupe d’études sur la protection des animaux à l’Assemblée nationale et naturellement sensible à cette problématique des conditions inacceptables d’abattage des animaux de boucherie dans certains abattoirs français.

Concernant l’installation de contrôle vidéo dans les abattoirs, j’ai cosigné durant l’été la proposition de loi de Monsieur Jacques LAMBLIN visant à éviter toute souffrance aux animaux lors de leur abattage. Cette proposition de loi visait dans un premier temps à assurer que l’animal soit rendu inconscient préalablement à la saignée et que cette perte de conscience soit maintenue jusqu’à la mort de l’animal ; dans un second temps, cette proposition de loi visait à ce que le contrôle du poste de saignée et de mise à mort de l’animal soit renforcé par des procédés de vidéosurveillance.

Vous pouvez par ailleurs retrouver mes actions en matière de protection des animaux sur le site www.politique-animaux.fr.   de l’association L214 ainsi que sur mon site internet.

Tels sont les éléments que je souhaitais d’ores et déjà porter à votre connaissance.

Je vous prie d’agréer, Monsieur mes respectueuses salutations.

Arlette GROSSKOST
Député du Haut-Rhin
Secrétaire de l’Assemblée nationale
Membre de la Commission des Finances

Arlette GROSSKOST Député
Le 06/01/2017 à 18:10:15

Pour éviter tous les "aléas" de l'élevage industr
iel et les souffrances de l'abattage,il faudrait
interdire que les animaux élevés dans une région
soient transportés vivants et sacrifiés ensuite
dans une autre...Ce qui empêcherait beaucoup d'ex
cès,de méthodes empiriques et permettrait aussi
de lutter de manière efficace contre la propaga
tion de virus dévastateurs par la mise en place de mesures prophylactiques,sanitaires rigoureuses
,accompagnées de mesures de traçabilité incontes
tables...ce que ne manqueraient les éleveurs d'a
dopter...avec enthousiasme...!


stoppeur
Le 06/01/2017 à 18:07:38

Pourquoi tant de réticences de la part des élus en faveur de la vidéo-surveillance ?
Les lobbies sont-ils les maîtres à l'assemblée nationale ? Alors pourquoi votons-nous ?

Dominique Roussy
Le 06/01/2017 à 17:57:10

Toute action qui respecte la dignité de l'animal ne doit pas être négligée en particulier la souffrance!

christianbos
Le 06/01/2017 à 17:52:42

Non aux abattoirs...... contre l’élevage et la consommation d'animaux.....

JEAN LAPORTE
Le 06/01/2017 à 17:45:29

Je signe car je suis convaincu que le respect dû à notre alimentation débute dans le pré et finit dans l'assiette.
Manger de la viande plus qu'il en faut n'est pas bien, gâcher cette viande sous prétexte qu'elle n'est à notre goût n'est pas bien non plus.
Avoir, devant notre assiette, une pensée de remerciement envers l'animal qui souffre pour nous nourrir est juste. C'est ça le respect.
Mais,chercher une alternative à cet apport de protéines est encore bien mieux.

mic91
Le 06/01/2017 à 17:29:16

La cruauté doit être bannie absolument !

Raphaele
Le 06/01/2017 à 17:17:05

quand on cessera de considerer les animaux vivants comme de la viande déjà, on aura fait du progrès
Patricia

patricia Sequier
Le 06/01/2017 à 17:06:49

Contre la souffrance et la torture de tout être vivant.
Droit des animaux, êtes sensibles .. et plus encore.

pek
Le 06/01/2017 à 17:01:36

je signe cette pétition pour que plus un seul animal se soit tué sans être étourdit. il est inadmissible de voir encore au 21 ième siècle des êtres vivants égorgés dans une souffrance atroce. ceux qui pratiquent ainsi devraient subir le même sort.

Jean-Pierre Reillon
Le 06/01/2017 à 16:55:06

Nous serions plus pour manger moins de viande et de meilleurs qualités .... MERCI

Jacques
Le 06/01/2017 à 16:41:47

Je ne signerai pas cette cyberaction étant opposé à tout système de videosurveillance pour animaux humains ou non-humains.

Ecolojojo
Le 06/01/2017 à 16:28:31

Je viens de signer pour les caméras dans les abattoirs bien que je sois contre les abattoirs en général et plutôt pour une alimentation végane... Mais mieux vaut encore un abattement correcte qu'un abattement sous la torture... De toute manière, la manière à laquelle nous, les humains, traitons les animaux nous revient en pleine figure. Qui peut encore croire que des bêtes torturés, mal nourris, coincées dans des mini-cages, bourrés d'antibiotiques et autres saletés puissent donner une bonne viande?

Enfin, je ne referai pas le monde, je ne peux qu'y participer, tout comme vous... Et pour la bonne année, voici une petite vidéo animation qui parle d'elle-même: https://www.youtube.com/watch?v=WfGMYdalClU  

Ursula Pezeu
Le 06/01/2017 à 16:18:52

Bon, ce sera un moindre mal mais pourquoi les abattoirs!!! à quand une prise de conscience de la souffrance animale dans l'élevage industriel?

muriel constant
Le 06/01/2017 à 16:07:13

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !