actualité écologie

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Semaine des Semences Paysannes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

OPÉRATION

STOP EPR Manifestation à Saint Lô Samedi 30 septembre 2017 - 14h 30 Place de la Mairie

Semaine intergalactique – 16 au 24 août - zad nddl

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Stop au béton sur les terres agricoles du plateau de Saclay

Mise en ligne du 14/12/2016 au 07/08/2017

Au sud de Paris, les terres fertiles du plateau de Saclay cultivées depuis des millénaires subissent les ravages de l’urbanisation : ces 20 dernières années, plus de 1000 hectares de terres agricoles y ont déjà été bétonnées et pourtant près de 400 ha devraient encore l’être, sur les 2700 actuellement cultivés. Les habitants et les associations ont multiplié les actions de protestations et engagé des recours aux niveaux français et européen.
Mais pendant ce temps, le projet continue d’avancer.
Nous avons besoin de votre soutien pour demander au premier ministre l’arrêt des aménagements en cours sur le plateau de Saclay tant que les procédures juridiques engagées ne sont pas achevées.

Bilan de la cyberaction :

5768 participants

Présentation de la cyberaction :

Les media en parlent enfin, se faisant le relais des scientifiques, des agriculteurs, des habitants : les terres agricoles disparaissent en France au rythme effréné de 70 000 hectares chaque année. C’est ce qui menace le plateau de Saclay, où les travaux ont déjà commencé.


Quelles raisons avancées pour l’urbanisation du plateau de Saclay ?
Depuis 2010, l’Etat a imposé aux habitants, dans le cadre d’une opération dite « d’intérêt national », l’installation d’un « cluster », regroupement en un même lieu d’établissements d’enseignement supérieur, d’instituts de recherche et d‘entreprises. Opération imposée aussi aux salariés et aux étudiants déplacés qui seront contraints à des trajets quotidiens supplémentaires, synonymes de fatigue, de stress, mais aussi d’une explosion des transports et des pollutions.

Et pourtant !
Ce modèle de concentration de la recherche est jugé obsolète par de nombreux experts pour lesquels le regroupement des chercheurs sur un même lieu crée non pas de la coopération mais des phénomènes de concurrence directe, nuisibles à la recherche. Sans compter que l’effectif optimum pour les universités de recherche est de l’ordre de 10 000 à 15 000 étudiants alors que le cluster compte accueillir quelque 70 000 étudiants !
Le plus grand paradoxe étant le projet de transfert à Saclay, d’AgroParisTech, actuellement installé sur le site historique de Grignon, où les chercheurs disposent de 200 hectares de terres expérimentales. En venant à Saclay, il faudra que les chercheurs trouvent des terrains d’expérimentation non prévus sur le plateau mais… à plusieurs kilomètres de leurs futurs laboratoires. Et simultanément les chercheurs des laboratoires associés à l’INRA déjà positionnés sur le plateau de Saclay, vont perdre les 2/3 de leurs terrains expérimentaux, qui passent de 75 à 25 ha du fait de l’urbanisation liée au projet de campus.

Sous couvert d’améliorer la recherche, c’est en fait une gigantesque opération immobilière, où seuls les grands groupes de promoteurs et de constructeurs seront gagnants.
Tout cela sans respecter les procédures obligatoires d’information du public, et en bafouant huit directives et une convention européennes.

Il est encore temps d’arrêter le transfert d’AgroParisTech, les projets d’urbanisation massive et de métro aérien saccageant les terres et les paysages du plateau.

Vous pouvez agir :
Vous aussi, vous considérez que l’agriculture nourricière aux portes des villes est un trésor à préserver, pour nous, pour nos enfants. Alors soutenez notre demande de moratoire sur la poursuite des opérations d’aménagement sur le plateau de Saclay dans l’attente des résultats des procédures engagées aux niveaux français et européen, en écrivant au nouveau Premier Ministre.

Davantage d’info sur notre site http://saclaycitoyen.jimdo.com/  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Premier Ministre

Des procédures juridiques ont été engagées aux plans français et européen par des habitants et des associations du plateau de Saclay qui refusent que les terres agricoles de ce territoire, parmi les plus fertiles d’Europe, continuent d'être urbanisées et que la viabilité économique de l’agriculture soit ainsi mise en péril.
Je demande que l’Etat français respecte les délais des procédures engagées, qu'il suspende les projets tant que ces actions juridiques ne seront pas achevées et établisse donc un moratoire sur la poursuite des opérations d’aménagement sur le plateau de Saclay.

Espérant que vous saurez faire prévaloir cette idée de bon sens qu'on ne continue pas un projet qui risque d'être arrêté sur le plan juridique, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, en l’assurance de ma considération citoyenne.

 

133 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Le Plan DELOUVRIER POUR L'AMÉNAGEMENT DE LA RÉGION PARISIENNE, adopté sous la présidence De gaulle vers 1965 prévoyait que sur la surface totale du Plateau de Sclay, plus de 4000 ha conservent leur caractère rural et leur vocation naturelle de terres agricoles. La Surface aménagée inférieure à 20 % du total étant strictement réservée à la construction d'établissement d'enseignements supérieur et de recherche dont certains ont été effectivement implantés tles l'X, Supelec, ou l'extension de la Fac d'orsay. Cette ZPNAF est certes un acquis considérable mais elle ne représente que la moitié de la surface préservée prévue ans l'ancien plan d'aménagement...Espérons que ce la ne fasse pas comme la loi littoral prévoyan de garder 1/3 suavage, puis au fil des dérogatopn on arrive à 1/3 du tiers etc...

François Ramade, Professeur émérite d'Ecologie à la Faculté des Sciences d'Orsay, Président d'honneur de la Société française d'Ecologie et de la Société Nationale de Protection e la Nature

Ramade François
Le 05/07/2017 à 07:15:17

Et le plus grave à venir est le projet de construction de la ligne de transport 18 qui traversera le plateau reliant Orly à Versailles via St Quentin en Yvelines, ligne dont l'utilité est fortement contesté, mais dont la conséquence à terme sera de faire monter le prix du foncier prémices d'une urbanisation totale du Plateau, les héritiers des cultivateurs auront plus intérêt à vendre leurs terres plutôt que de les cultiver......A méditer ????

GRANDE
Le 30/06/2017 à 10:21:09

Il est inadmissible que des terres agricoles soient supprimées pour bétonner nos villes, qui le sont beaucoup trop déjà. Il faut de la végétation, c'est le poumon de notre planète.

Béateuse
Le 11/06/2017 à 22:50:21

Il est surtout complètement aberrant de penser qu'en créant un mastodonte de 70000 étudiants, la recherche française va se mettre à truster les premières places des classements internationaux. C'est un non sens car toutes les meilleurs universités du monde sont justement des structures de petites tailles. Max 20000 étudiants. "Big is beautiful" ne veut absolument rien dire en matière de recherche.

Rochester
Le 11/06/2017 à 09:33:09

stop au bétonnage à outrance !!
stop à la disparition des terres agricoles!!
Nous ne souhaitons pas cet environnement de pollutions visuelles,chimiques,sonores....

michelle
Le 08/06/2017 à 12:14:49

Des terres agricoles près d'une grosse agglomération urbaine, Paris et la région, doivent rester pour une culture au plus près de la population. Constatation est faite que beaucoup trop de terres ont été bétonnées.

Hemmer annick
Le 30/05/2017 à 18:29:45

je deplore le betonnage des terres du plateau et la pression immobilière mis par les promoteurs .Expropriations abusives pour des projets couteux sans etude approfondie et sans tenir vraiment compte de l'avis des résidents.

malaret
Le 30/05/2017 à 13:50:44

Simplement et dramatiquement aberrant.

Pierre
Le 30/05/2017 à 08:52:38

Arrêtez de faire de Paris le seul pôle de toutes choses. La centralisation à outrance génère bien des problèmes.

djfc91470
Le 12/05/2017 à 15:58:20

Comme des milliers d'autres étudiants, chercheurs, techniciens etc, je me rends tous les jours sur le plateau de Saclay. Nous sommes aux premières loges pour subir son urbanisation :
- A chaque nouvelle ouverture d'un établissement sur le Plateau, nous sommes toujours plus nombreux, entassés, sur la N118 ou dans les bus.
- Chaque trajet piéton est une gageure, voire un danger, par l'incohérence des cheminements balisés (et encore, quand ils le sont !) au milieu des chantiers boueux et plein de détritus ou en bordure non sécurisée des routes.
- Nous voyons disparaitre sous le béton des forêts et autres espaces naturels qui soutenaient un vrai confort de vie au travail.

Et contrairement à ce que promet ce projet, la proximité forcée des nouveaux établissements voisins, qu'ils soient écoles, laboratoires ou industries, n'apporte aucun nouveau partenariat, aucune opportunité. Les relations ne se forcent pas et chacun soit reste dans son coin, soit continue de travailler avec ses partenaires de toujours, ce qui est logique.

Camille
Le 19/02/2017 à 15:30:07

La Cour des comptes épingle le projet « Paris-Saclay »
https://www.sciencesetavenir.fr/politique/la-cour-des-comptes-reclame-une-gouvernance-globale-pour-l-universite-paris-saclay_110441  

Dans son rapport annuel, la Cour des comptes se demande s’il y a bien un pilote à la tête du projet de création d’un pôle scientifique et technologique de rang mondial sur le campus de Saclay. L’institution craint la dilution d’une grande ambition.

Dominique Beaucé
Le 13/02/2017 à 16:09:28

Non seulement le petit pourcentage des agriculteurs qui nourrissent la majorité des Français est traité indignement, en plus il faudrait supprimer les bonnes terres pour plus de béton !
Mais on est tombé sur la tête !
Pourquoi importer des tonnes de légumes pollués, mauvais, alors qu'on pourrait les cultiver en France...
Etonnez vous qu'il y ait si peu d'agriculteurs ! (je parles des vrais, pas des industriels céréaliers, laitiers au autres ...)

poussy
Le 13/02/2017 à 14:08:58

Le projet OIN de Saclay, ça n'est pas un projet humain; pour que cette mascarade politico-financière apparaisse au grand jour, je signe!

POTTIER Martine
Le 13/02/2017 à 11:16:39

Pour que les derniers paysans maraîchers puissent continuer leur activité!

guenet
Le 12/02/2017 à 19:19:53

STOP. On n'en peut plus de ces décisions à fric !

Mag.
Le 12/02/2017 à 15:43:29

Il n'y a pas urgence à stériliser des terres agricoles, attendre les décisions juridiques

Jean Claude GUILLEMET
Le 12/02/2017 à 13:13:38

nous mangeons ce qui résulte des cultures,nous ne mangeons pas de béton ...

lepaïen
Le 12/02/2017 à 11:24:27

stop au bétonnage des terres agricoles !
pourrait-on comprendre enfin que la terre sous le béton est inerte, que la vie est ainsi contrainte et que la mort s'ensuit ! pas compliqué à comprendre, suffit d'être attentif à ce qui nous fait vivre

Jean-Claude BIDAUX
Le 12/02/2017 à 00:22:04

Ce projet ne justifie pas qu'on supprime les meilleures terres arables de la région. C'est un crime qui ne s'explique que par l'appât du gain. Stop !

Danièle Dugelay
Le 11/02/2017 à 22:49:51

Un minimum de respect envers la Loi !!!
Il faut absolument faire arrêter les travaux en cours sur le plateau de Saclay dans l'attente d'une réponse juridique !!!
Stop au béton sur des terres AGRICOLES!!! Quelle honte !

Agnès Falgoux
Le 11/02/2017 à 19:58:46

On s' étonne que les inondations sont de plus en plus nombreuses !!!

Evelyne Watel
Le 11/02/2017 à 16:34:51

"la Terre ne nous appartient pas nous l'empruntons aux générations futures"
proverbe amérindien

jarreau
Le 11/02/2017 à 16:30:48

Préservons nos terres agricoles. Il y a assez de zones commerciales en France.

Sylve
Le 11/02/2017 à 14:20:30

Que d'argent dépensé au détriment de l'environnement et de l'agriculture, sans certitude ni de l'intérêt du regroupement envisagé ni des moyens de transport dispendieux associés !
Si toutes les grandes écoles et facultés sont réunies sur la plateau de Saclay qui acceptera d'aller faire ses études en province : c'est la fin des université hors Ile de France

droniou
Le 11/02/2017 à 14:11:33

arrêtons ces mégas métropoles dangereuses pour la santé. Mettons des agriculteurs instructeurs bio sur les potagers avec les migrants et tous ceux qui souhaitent une vie plus simple. Il faut commencer à spolier les spoliateurs, il en va de notre survie!

lutopien
Le 11/02/2017 à 12:11:48

Les bonnes terres sont utiles, gardons-les

Hemmer annick
Le 11/02/2017 à 11:28:37

Natif de cette région qui a vu l'implantation du CEA décrié à l'époque, j'ai pu connaitre et apprécier ce magnifique plateau de Saclay avec sa ferme de Viltain entre autre, un cadre et un terroir si proche de Paris et que l'on a massacré et l'on s'entête à continuer cette folie!!!!Il faut résister à cette "loi" du fric qui fait crever les hommes et la planète.
Jean-Claude

jicé
Le 11/02/2017 à 10:56:40

c'est une lèpre qui s'etend vertigineusement,lotissements
galopants,nous faisant perdre des terres arables qui bientôt
nous manqueront gravement !dans mon département c'est hallucinant ! les investisseurs achètent partout des terres arables,car ils savent que ce sera juteux dans un avenir proche...Lotissements campagne est aussi un désastre écologique ! les acheteurs coupent les arbres,
tondent les marguerites et les coquelicots (c'est sale??????)ne supportent ni les oiseaux,ni les chauve-souris,ne les taupes etc etc ! ajoutons l'utilisation massive de produits chimiques etc !
idem escargots broyés par les tondeuses ,la disparition des papillons,des chardons ,la liste est longue-longue ! pourquoi venir à la campagne si c'est pour la détruire ?? ces maniaques sont nocifs puissance 13 ,il faut que le jardin ressemble à la moquette du salon !! alors qu'ils restent en ville !!!!!

deanna martin
Le 11/02/2017 à 09:23:50

comment nourrir les populations de plus en plus importantes avec de moins en moins de "bonnes" terres? Saclay n'est qu'un exemple parmi d'autres, hélas!
Blanche

blanche
Le 11/02/2017 à 09:21:05

Nous avons besoin de terres agricoles, pas de béton et commerces supplémentaires!

M A Soudan
Le 10/02/2017 à 21:58:07

Vous savez qu'à Détroit (USA) on plante des légumes dans des friches urbaines. A quand cela chez nous ?

daniele auscaler
Le 10/02/2017 à 21:14:48

Ce serait bien que de temps en temps on laisse un peu d'espace à nos amis qui veulent nous nourrir de façon intelligente.

daniele auscaler
Le 10/02/2017 à 21:11:39

La Cour des comptes appelle à sortir de l'impasse à Saclay
http://www.lemonde.fr/campus/article/2017/02/08/la-cour-des-comptes-appelle-a-sortir-de-l-impasse-a-saclay_5076291_4401467.html  

Alain Uguen
Le 10/02/2017 à 09:51:17

Oui à la terre non aux hyper!!!

Cèdr
Le 09/02/2017 à 07:38:07

Pour un solde migratoire d'à peine 50 000 Hab./an pour l'ensemble de la Région Parisienne, c'est à dire quasiment rien, le grand Paris c'est toujours plus d'étalement urbain, la densité et la sobriété ils ne savent pas ce que cela veut dire, toujours du neuf dans plus d'espace, rien n'a changer depuis 1950, le pays ne peut plus trainé de tels tocard aux commandes.

PL-URBA
Le 30/01/2017 à 23:18:16

Encore un projet très néfaste et surtout has been : l'heure est au circuit court, au bio ou à tout le moins à l'agriculture raisonnée. Nonobstant l'Etat poursuit ses projets mortifères pour l'avenir de nos enfants et oublie très vite la cop 21 qui n'était donc qu'un vaste coup de comm. N'oublions pas certains projets d'hyper grand centre commercial en RP, toujours la même fuite en avant pour créer de la "richesse, des emplois, booster le PIB" ; le court-termisme encore et toujours à l'oeuvre. Notre pouvoir de consommateur et cyberacteur est malheureusement plus réel que celui de notre bulletin de vote, de plus en plus bafoué.Alors votons avec notre porte monnaie; nos boycotts et notre souris !

Marie-Françoise
Le 25/01/2017 à 09:39:08

Tout cela c'est les technocrates qui décident ....

un anonyme
Le 21/01/2017 à 21:06:00

Mais bon sang, les terres agricoles Françaises sont à préserver à tout prix !!!

Combien de nouveaux agriculteurs cherchent à s'installer ?
IL EST INDISPENSABLE DE SE MOBILISER POUR PRÉSERVER LES TERRES AGRICOLES ET LES ZONES NATURELLES........ !!!

Vincent Compain
Le 19/01/2017 à 15:58:36

Bonjour,
Très engagé pour la valorisation des patrimoines, me remémorant une réunion à St Rémy lès Chevreuse en 2010, en présence de Mr le Préfet de région, Mme Valérie Pécresse Ministre, Mr pierre Veltz président de l'EPPS, il fut affirmé, juré, que le projet sera d'excellence, sinon les auteurs et décideurs en porteraient l'outrage à perpétuité. Prévu: que des établissements d'enseignement et de recherche et leurs commodités. Dans un décor exceptionnel. Pas d'habitations, ni centres commerciaux.

Où en sommes nous en janvier 2017? Les mêmes éléments, plus logements, (10 000 résidents/an pendant 15 ans) commerces, hôpital géant (fermant 6 hôpitaux en Essonne), métro (jugé non souhaitable par Louis Schweitzer président la commission des investissements), portant la population du plateau à 300 000 personnes. Malgré avis négatif d'une enquête publique, le projet 2014-23015 continue.

De l'avis de certaines personnes dignes d'intérêt rencontrées dans des colloques, il existe des projets partiels, spécifiquement bien établis par eux mêmes, MAIS IL N'EXISTE PAS DE PROJET GLOBAL FONCTIONNEL. Dont avis d'un chercheur qui travaille actuellement chez EDF sur le plateau, et un ingénieur qui travaille au Grand Paris Express.

Je réïtère ce que j'ai déposé en diverses antérieures conclusions: Pour réaliser cette excellente idée qui se veut de qualité exceptionnelle, il faut attribuer des surfaces optima à chaque secteur participant (L'existant:espaces naturels, faune, flore, biodiversité agriculture, patrimoine bâti, systèmes hydrauliques. Et projeté: Enseignement, recherche, fab-labs, services documentaires et informatiques, lieux de réunion conférence et expositions, etc). Et que chaque secteur occupe une situation hamonieuse vis à vis dezs autres. Exactement comme dans une œuvre musicale ou pictuale, où chaque note, chaque couleur est à sa place. Ce qui s'appelle l'HARMONIE. Ce qu'on à su faire depuis la plus haute antiquité, mais qu'on délaisse volontairement aujourd'hui, pour raisons de compétitivité partielles, personnelles. Or cette loi de l'harmonie est à portée de tous, puisque dans la nature (branches d'arbre ou de l'éclair, volutes en spirale d'escargots, rapport du corps humain). Je me permets ces propos, pour avoir eu pour professeur en mes études supérieures un allemand, Albert Mentzel (Albert Flocon en France) grand intellectuel du XX° siècle membre du Bauhaus de Weimar/Dessau, qui a professé le nombre d'or.

Or ce qui est en cours sur le plateau ressemble à un terrain de camping, où passé le paiement de l'entrée, on vous dit"installez vous où vous pouvez". Quand il n'y a plus assez de place, on en trouve quand même, on se serre, ou dans le bâti, on croît en hauteur.

La sagesse veut que pour se respecter et respecter l'idée d'excellence, en ajoutant à l'existant une réalisation exceptionnelle, une fois la surface totale affectée utilisée, on poursuit le projet ailleurs. Il faut réaliser un projet, non ajouter sans arrêt des éléments qui à terme, le défigurent.

A telle enseigne que le système hydraulique existant autant unique au monde que le château de Versailles et son parc en sont indissociables, est totalement ignoré quant à sa restauration fonctionnelle alors qu'utilisé jusqu'en 1950, le classement du château et du parc au patrimoine mondial par l'UNESCO en ont été amputés. Tandis que les Nation-Unies et l'Union Européenne ont émis des directives pour une gestion rationnelle de l'eau, et que toute construction doit prévoir des bassins de rétention. De surcroît, associer ce patrimoine comme identité au projet d'excellence, cela donnerait une image autrement valorisante à l'échelle mondiale que la juxtaposition de cubes de béton. Quant au métro, 2 lignes existent (dont l'une sous exploitée), et creuser le prolongement au delà de Sceaux-Robinson sur 6,5 km, permettrait de joindre directement et rapidement Roissy CDG depuis Bièvres.

Que restera-t-il du plateau, quand on voit l'apect actuel du début du chantier? Un projet. Oui. Mais à des années lumières de ce que l'on peut faire encore, si au lieu de faire un patchwork de spécifiques intérêts, on collaborait, unis malgré les diversités de compétences et d'objectifs, dans un projet global où les usagers comme les visiteurs pourraient admirer tant les divers aspects des composants que la qualité de vie et les commodités pour des productions intellectuelles et matérielles exceptionnelles.

Masselin Pierre
Le 18/01/2017 à 15:01:51

Pourquoi tout ce béton! Le plateau est saccagé. Protégeons les terres agricoles du plateau.

NRP
Le 17/01/2017 à 00:37:13

Des friches industrielles, des horreurs urbanistiques un peu partout qui défigurent nos banlieues et a réhabiliter en priorité mais on préfère bétonner un endroit encore préservé de la Region Parisienne...

Franck
Le 17/01/2017 à 00:18:51

Les arbres et espaces verts sont des poumons ... laissez nous respirer !!!

Yodalyne
Le 16/01/2017 à 23:28:02

Je vois le plateau changé à une vitesse incroyable des pavillons à gogos aux mépris de la culture et de la forêt qui diminue comme peaux de chagrins

un anonyme
Le 15/01/2017 à 21:34:46

Trop de monde en idf. Trop de pollution et pourtant on bétonne encore à la gloire du Grand Paris...
Un peu de bon sens svp...

jmnavarro
Le 15/01/2017 à 18:14:48

Sans l'agriculture l'humanité ne pourra pas survivre. Le maintien des terres fertiles est donc une priorité !

isabelle desportes
Le 14/01/2017 à 09:48:51

Je suis concerné directement par cette pétition, puisque j'habite et Palaiseau et connais bien l'endroit concerné par ce bétonnage ! Halte au massacre des terres agricoles encore en état de produire en Ile-de-France. C'est scandaleux de s'incliner devant le lobby des grandes multinationales qui ne sont présentes ici, comme ailleurs, pour engranger des profits sur le dos des populations, quitte à les empoisonner et à les réduire au silence.

Jean-Pierre LACHAUSSEE
Le 13/01/2017 à 17:07:32

Quand nos politique vont obliger les (rares usines ) je veux dire les commerces d'importation de construire leurs locaux superposés.
Cela tiendrai déjà 2 ou 3 fois moins de surface.

un anonyme
Le 12/01/2017 à 15:46:08

il s'agit bien d'un projet injustifié: l'école normale supérieure était à Cachan (métro RER B à deux pas),le centre de recherche à Clamart (les promoteurs lorgnent certainement sur le terrain), l'école centrale à Paris (mais on préfère y loger les riches étrangers), l'INRA était à l'aise à Grignon (mais le Qatar a besoin d'un terrain d'entraînement), etc, etc ...
on a affaire à un rouleau compresseur qui avance quoiqu'il arrive, quels que soient les contre arguments proposés

un anonyme
Le 11/01/2017 à 23:14:20

Halte aux constructios sauvage.Preservons les terres fertile.

Mostaph
Le 11/01/2017 à 10:57:15

On arrivera au même résultat que l'île de Pâques, mais sans les statues. Il faut juste un peu de patience!! Karin

Karin
Le 09/01/2017 à 23:20:58

Il est encore temps d’arrêter le transfert d’AgroParisTech et le projet de métro ligne 18, préalable à l’urbanisation massive du plateau de Saclay

CATHERINE
Le 09/01/2017 à 18:27:21

que dire ? tout a été dit dans les messages précédents : appartenant à une association (l'ACAT) qui travaille sur la crise climatique et son influence sur le respect des droits de l'homme, je suis scandalisée de voir que les COP qui se succèdent (en particulier la n° 21)ne font que des annonces médiatiques mais autorisent de tels saccages qui empêchent d'inverser la vapeur !
Christine L.

un anonyme
Le 09/01/2017 à 16:42:19

Et que mangerons-ils à l'avenir?

Agnès
Le 09/01/2017 à 16:10:40

Comment se fait-il que les chercheurs (CEA, Saclay...) ne soient pas au courant qu'on les aide ? en versant des millions dans des infrastructures et rien pour la recherche...
La recherche est précieuse, les terres agricoles aussi, et tout particulièrement celles de Saclay. L'OIN ne vise pas l'excellence, les alternatives innovantes des chercheurs et paysans si !
Et laissez donc AgroParisTech à Grignon, les terres ne sont pas interchangeables, alors que vos bâtiments le sont, dispensables même.

un anonyme
Le 09/01/2017 à 11:31:07

La destruction irréversible de terres agricoles est une très grave atteinte à l'avenir. C'est la destruction d'un capital de vie impossible à reconstituer.

Robert MEUNIER
Le 09/01/2017 à 09:26:54

La destruction de ces terres exceptionnellement fertiles sera irréversible: cela n'a jamais été pris en compte dans les réflexions et les décisions. Seuls un sursaut citoyen peut encore sauver ce qu'il reste du plateau de Saclay.

Luc
Le 09/01/2017 à 08:21:55

Tout a été dit. Les terres humides fertiles, les forêts disparaissent petit à petit.Le sort de l'île de Pâques nous attend!

un anonyme
Le 09/01/2017 à 00:58:09

En autres, le transfert de Paris Agrotech de Grignon à Saclay me semble une aberration totale ( perte du château, du verger, pour un déménagement de quelques kilomètres) .
Nos politiques sont ils vendus aux multi nationales et aux intérêts privés?

CORNEFERT
Le 07/01/2017 à 20:00:36

Comment peut-on maintenir une agriculture de proximité en Ile de France si l'on détruit petit à petit toutes nos terres agricoles?

La totalité des terres agricoles du plateau de Saclay doivent rester à vocation agricole.
Comment lutter contre le réchauffement climatique si l'on détruit l'agriculture locale et les circuits courts?

un anonyme
Le 07/01/2017 à 15:27:14

L'idéologie du "cluster scientifique" d'il y a quelques années est devenu bien comme, come d'habitude, une extension de l'urbain qui profite beaucoup plus aux grands groupes qui sont arrivés à nous gouverner.

Ceci va à l'inverse de ce qui est préconisé par tous les politiques œuvrant soit disant pour la protection de l'environnement : valorisation des circuits courts, réduction du CO2, protection des zones agricoles.
L'intérêt général est piétiné, la vie dans la région parisienne et autres grandes agglomérations est devenue irrespirable, étouffante, intolérable. Sous prétexte d'un mieux être et d'un confort, des "élus" responsables nous entrainent uns un cercle infernal qui ne correspond plus au mode de vie de l'humain.
Aucune politique agricole n'est respectée; bien sur nous nourrir est beaucoup moins rentable et profite seulement à quelques uns. Nos agriculteurs se suicident, la population manifeste son désaccord, la démocratie est bafouée qu'importe...

En tout cas nous sommes au pied du mur et le béton nous envahie

M2
Le 05/01/2017 à 13:23:29

Stop aux saccages des terres agricoles excellentes. On dilapide le patrimoine agricole.

un anonyme
Le 05/01/2017 à 11:48:08

Simulacre de démocratie

Popeye
Le 29/12/2016 à 22:17:58

je connais le plateau de saclay depuis longtemps les gouvernement précédents on fait le lieux des tête pensantes (sociétés) désormais stop !priorité aux terres agricole .

jean
Le 29/12/2016 à 09:03:40

Je me bats depuis maintenant près de quarante ans contre cette urbanisation criminelle (j'habitais Palaiseau au moment du transfert de Polytechnique dans cette ville et de HEC à Jouy-en Josas.) Je suis adhérente de l'association Terres fertiles. Alors que la démographie explose, on stérilise des terres parmi les meilleures du monde pour y implanter contre l'avis des populations des équipements sans intérêt, parfois dangereux, ou bien inappropriés (nous nous battons en ce moment pour empêcher la suppression des hôpitaux locaux et leur remplacement par une énorme structure (futur bouillon de culture pour germes nosocomiaux) sur le plateau. But inavoué: libérer de la place pour les promoteurs immobiliers.

Mialane
Le 28/12/2016 à 20:41:49

Il faut arrêter le bétonnage, la destruction des terres agricoles et des paysages de France sans en mesurer les conséquences...

un anonyme
Le 28/12/2016 à 19:20:44

Depuis plusieurs années, le projet de cluster techno-scientifique de Paris Saclay avance à marche forcée. Mais dans ce projet, ce qui avance surtout irrémédiablement, c'est la destruction de terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe, ceinture nourricière de la région parisienne.

Dans cette opération, on vide et on brade des sites patrimoniaux inestimables comme le domaine de Grignon, ou des bâtiments de recherche refaits à neuf comme à l'ENS Cachan. Tandis que les universités et les laboratoires continuent d'être notoirement asphyxiés par la contraction de leurs moyens d'enseignement et de recherche, les déménagements forcés d'établissements multiplient d'un coté les friches académiques ou industrielles vendues à l'encan, et de l'autre les dépenses architecturales somptuaires.

Ajoutons à cela l'incapacité des institutions publiques et privées ainsi réunies, mais aussi des autorités et ministères dont ils relèvent, à définir une stratégie commune qui donnerait à ce soi-disant cluster une quelquonque valeur ajoutée par rapport à la situation qui prévalait antérieurement. Nous tournons sans fin dans la guerre mortifère entre grandes écoles et universités, exacerbée par des discours managériaux fumeux sur la "compétitivité" et l"excellence" (voir feuille de route ministérielle sur Paris Saclay). Excellence qui consiste principalement à adopter massivement des terminologies anglo-saxonnes (une "school" étant comme chacun sait beaucoup plus proche de l'excellence qu'une "faculté") et à rajouter des couches au mille-feuilles institutionnel afin de préserver en toutes circonstances le périmètre de chaque petit cercle de pouvoir. Il n'y a clairement aucune volonté politique de mettre fin à cette exception française, pour donner enfin au-dit cluster des chances réelles de succès.

Je suis donc convaincue que la constitution annoncée d'un pole d'excellence scientifique à Paris Saclay n'est qu'un prétexte à une vaste opération avant tout de spéculation foncière (terres agricoles : moins d'1€ le m2, terrain constructible : 500€ le m2), immobilière (chantiers pharaoniques grassement financés par la dette à venir de l'Etat, via les partenariats public-privé), et très certainement financière (les bénéfices engrangés ou les rentes à venir, et les capitaux immobilisés pour ces opérations font probablement l'objet d'opérations de placement ou de titrisation juteuses).

Pendant ce temps, jamais les habitants, sommés d'applaudir à un projet qui conditionnerait, leur dit-on, le rayonnement de la science française, n'ont été réellement consultés sur la nature et l'étendue de l'opération. Maintenant, avec le projet de ligne 18 du Métro (outrageusement surdimensionné si l'on considère le seul projet de cluster), et la candidature de la CAPS à l'accueil de l'Exposition Universelle, il devient clair qu'on vise à terme la création d'une ville nouvelle sur l'ensemble des terres de Paris Saclay. Mais ceci ne sera jamais présenté comme tel et soumis à l'avis des populations, du moins pas avant que le processus ne soit engagé sans retour possible.

L’Etat français doit respecter les procédures démocratiques et suspendre ses projets, tant que la population n'a pas été dûment informée et consultée sur l'ensemble des objectifs d'aménagement. Un statut clair et fort doit être en particulier proposé pour la zone de protection naturelle, agricole et forestière (ZPNAF), assorti d'un règlement opposable, afin de soustraire définitivement cette zone à l'artificialisation (et non pas seulement à l"urbanisation"), qu'il s'agisse de béton, de "bassins de compensation", d'espaces verts urbains ou de complexes sportifs...

C'est l'agriculture nourricière de ce plateau qu'il faut d'abord et avant tout préserver d'une destruction irréversible. Au temps du réchauffement climatique, de la demande croissante en circuits courts, en convivialité et en qualité de vie, ce projet d'un autre temps va congestionner irrémédiablement toute une région.

bizamero
Le 28/12/2016 à 17:01:02

Stop au massacre des terres agricoles en vue d'une urbanisation massive .
Des terres agricoles bio seraient souhaitables à Saclay.

un anonyme
Le 28/12/2016 à 11:21:45

Pourquoi bétonner des terres fertiles ? C'est vraiment n'importe quoi ! Pour faire un "pôle scientifique d'excellence".... Le plateau de Saclay a toujours attiré beaucoup de "projets"..... Il y a quelques années c'était Fillon et son circuit auto....
Ne serait-il pas plus utile en culture bio pour nourrir la région ? C'est bien le but de la terre nourricière, non ?

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
Le 27/12/2016 à 22:50:47

En France les politiciens parlent beaucoup d'écologie et de la préservation des espèces animales et végétales. Dans les faits c'est l'inverse qui se produit malheureusement.

Gauffri
Le 27/12/2016 à 19:47:56

Regardez le film "Soleil vert" de Richar.d Fleisher en streaming et vous verrez, ça n'est plus de la fiction.

un anonyme
Le 27/12/2016 à 00:51:19

en d'autres temps il était un plaisir de voir passer les grues dans le ciel (celles qui volent ) aujourd'hui les grues sont posées a tout bout de champs mais elles ne volent plus elles bétonnent le plateau au bénéfice de quelques groupes financiers sous prétexte de rassembler la science alors que partout ailleurs on remet en cause ces mêmes centralisations.

malaret
Le 24/12/2016 à 08:42:25

Respect à la Terre, aux terres!

un anonyme
Le 23/12/2016 à 10:22:21

plus il y aura de béton plus les inondations des vallées seront actives , entre autre , certains n'y voient que leurs intérets ....Triste mais battons nous

vandame stéphane
Le 23/12/2016 à 06:58:38

Quitte à entretenir une digression, je me dois de contester la conclusion du commentaire anonyme du 21/12 :
certes l'explosion démographique mondiale est un vrai problème, mais c'est faux de lui attribuer la "bombe" potentielle du régime de retraite par répartition, dans des pays où justement la natalité est faible.

La cause réelle en est que l'assiette du financement de ces retraites repose encore uniquement sur la rémunération du travail, alors que deux facteurs entraînent la diminution du nombre de cotisants : l'automatisation et la délocalisation de l'activité industrielle.

Il y aurait équilibre et justice si le capital, qui investit dans ces deux facteurs pour en tirer un plus grand profit, était amené à participer à l'effort de solidarité.
Mais la doctrine néo-libérale préfère lorgner sur la manne des fonds de pension. Avec toute la confiance qu'on peut accorder, bien sûr, à ces financiers qui ont mis à la rue des milliers de gens ces dernières années !

Je ferme la parenthèse pour revenir au sujet de cette cyber@ction : la spéculation et le mythe de la croissance "à l'ancienne" ruinent aussi cet héritage que nous souhaiterions laisser : une agriculture paysanne saine et respectueuse de l'environnement.

dominno
Le 23/12/2016 à 00:15:18

Comme c'est facile de prendre des espaces restant libres
Pour bétonner à tout va sans se poser les questions, est ce vital ......
C'est vrai que la nourriture viendra des fermes usines
Donc à quoi sert toutes ces terres vierges !
( humour !)


Le 22/12/2016 à 14:15:28

Ne jamais baisser les bras devant la courte de vue des élus.
Arrêtons le gaspillage, ce n'est pas la recherche qui a besoin d'une telle concentration, ce sont les irresponsables qui se succèdent aux commandes.
SVP Arrêtons de détruire les terres fertiles.

CT
Le 22/12/2016 à 06:24:35

Sur le plateau de Saclay comme sur le Triangle de Gonesse arrêtons de bétonner les dernières terres agricoles à proximité de Paris, parmi les plus fertiles d’Europe.

Claude LOUP
Le 22/12/2016 à 01:03:29

Soyons nombreux pour essayer d'être efficace!! pour arrêter ce massacre à la bêtonneuse

CHRISTIANE LATRACE
Le 21/12/2016 à 22:57:49

Bonsoir,
je désire rebondir sur la pertinente observation de Thierry ROYER (19.12).
Nos "politiques", toujours obsédé par une croissance de plus en plus improbable, cachent un problème gravissime: l'explosion démographique.
Les savants et chercheurs de toutes origines et disciplines, sont arrivés à la, conclusion que pour pouvoir exister durablement, comme il le fait aujourd'hui dans les pays ''avancés'', chaque homme a besoin d'une superficie de 2,5 km². Cette superficie se partage entre les terres émergées, les mers,les océans...Elle est nécessaire pour que l'homme puisse y puiser de manière pérenne sa subsistance, l'énergie, les minéraux et autres matières dont il a besoin. Si on fait un calcul en partant de la superficie de la terre (510 101 000 km²), cette dernière ne pourrait donc accueillir durablement que 204 millions d'individus. Or nous sommes déjà plus de 7 milliards et on nous en promet 12!
Nos dirigeants -dont le secrétaire de l'ONU, M. Ban Ki-Moon- sont conscients du problème mais l’immédiat (Croissance) et la bombe des retraites par répartition les font reculer.
Pourtant, les Suédois, conscients, ont sagement mis fin au régime des retraites par répartition après un long débat avec toutes les parties... Il était au début qu Quinquennat qui s'achève de s'inspirer de ce modèle, mais les théoriciens de la croissance et de l'infinie natalité l'ont sans doute emporté. Qu'ils soient maudits, car nous n'échapperons pas à l'enfer si le problème démographique n'est pas pris à bras le corps avec honnêteté et courage.
L'enfant unique doit devenir sans tarder la règle!

un anonyme
Le 21/12/2016 à 18:31:23

Merci à tous de vos messages qui nous apportent votre soutien ainsi que des arguments supplémentaires ; nous conserverons sous une forme à déterminer (et anonymisée) ce recueil de commentaires qui s'alimente chaque jour.
pour Saclay Citoyen
Claudine Parayre

Claudine Parayre
Le 21/12/2016 à 16:00:18

Au début des années 70 ( 1971 je crois), Philippe St MARC a écrit " SOCIALISATION DE LA NATURE "
Il expliquait que les terres agricoles n'ont pas beaucoup de valeur [faible valeur ajoutée dans le système idiot du PIB pourtant elles satisfont un besoin essentiel vital : manger ], qu'elles en prenait beaucoup [de la valeur] dès qu'elles étaient déclarées "constructibles" et plus lorsqu'elles faisaient partie d'un projet immobilier. [Forte valeur ajoutée ].
Il ne suffit pas de dénoncer le profit. C'est le système "valeur ajoutée/ PIB" qui est en cause.

Roger LUCE
Le 21/12/2016 à 13:36:19

pathétique! de pire en pire. par chez moi c'est entre 2OO et 3OO h de terres qui vont disparaitre sous un soit disant pôle BTP qui va récupérer toutes les boites les plus polluantes de l'agglo.
sans parler du doublement de l'A154 en 2 X 2 voies avec mise en concession autoroutière pour une route qui à déjà été payée avec l'argent publique.un vrai scandale.
Le plus énervant ce sont les prétextes de nos chers élus bâtisseurs qui vantes comme toujours "l'intérêt général" de ses projets pharaoniques aux bénéfices plus que contestables sur le plan économique et environnementale.L'état en donnant plus de pouvoir aux agglos et aux régions à fabriqué de petites baronnies où les élus se croient tout permis et qui bien sûr ne seront pas redevables devant la justice pour leur mauvaises gestions en cas de problèmes.

inconnu
Le 20/12/2016 à 19:39:32

J'ai signé, mais n'est-il pas déjà trop tard ?... La vie sur le plateau est déjà devenue un enfer de laideur et de bétonnage frénétique. En outre, y circuler est devenu très pénible (feux rouges tous les 10 mètres, déviations, embouteillages monstres à certaines heures...). Les nuisances en termes de circulation s'étendent d'ailleurs aux quartiers limitrophes, comme dans le haut d'Orsay et de Palaiseau, où de plus en plus d'automobiles — quand ce ne sont pas des camions qui s'y fourvoient — empruntent les toutes petites rues tortueuses qui montent sur le plateau, pas du tout adaptées à cette affluence de trafic.

Pourquoi se créer ainsi des cadres de vie aussi pourris ? Pourquoi massacrer ces terres fertiles ? On nous dit que le Plateau deviendra "un pôle scientifique d'excellence", certes, mais il aurait pu devenir aussi un pôle agricole d'excellence, compte tenu de la nature de son sol. Quel gâchis.

Jym
Le 20/12/2016 à 18:44:57

stop au bétonnage de notre terre nourriciere qui joue aussi la fonction de reins de la planette,car elle filtre notre eau !Le bé ton est le cancer des reins de notre planète.......

un anonyme
Le 20/12/2016 à 13:44:50

En réponse à l’argumentation de M.Bové du 18/12, concernant le métro Ligne 18 :

C’est vrai que ce « métro des champs » serait une vraie nuisance en aérien, mais il ne faut pas se leurrer car même en souterrain, il serait préjudiciable à la préservation des terres agricoles.
Vu son coût de réalisation, et avec un énorme déficit d’exploitation prévisible, la tentation sera forte de le rentabiliser par une urbanisation massive adjacente. Combien de temps la Zone de Protection Naturelle, Agricole et Forestière pourra t’elle résister à la pression ? Ce qu’une loi a fait, une autre loi peut le défaire …
Si l’on veut conserver le caractère du territoire, il ne faut pas de métro du tout, les besoins en transport sur cet axe rural ne le justifient pas.

dominno
Le 20/12/2016 à 12:10:38

l'Etat a procédé sans aucune concertation, contrairement à ses engagements, et mis en place des procédures institutionnelles d'exception pour arriver à ses fins
jlz
MCF-HDR en aménagement

un anonyme
Le 20/12/2016 à 11:29:27

Mais que faut-il faire pour que cette folie cesse ? Dire que les terres du Plateau pourraient nourrir des milliers d'habitants aux alentours, en réduisant les émissions de CO2 (proximité). Pas besoins d'avoir fait Polytechnique pour copprendre ça !

Isabelle
Le 20/12/2016 à 00:22:37

Agir vite et fort

PETER jean-Pierre_
Le 20/12/2016 à 00:18:00

Si proches de Paris, ces terres agricoles devraient être protégées et constituer l'amorce d'une ceinture verte de la capitale. Ou sont les bonnes poires de Montreuil et le vin de Suresne?
Il n'y a presque plus de producteurs sur les marchés d'Ile de France: tout vient d'ailleurs et plutôt de loin!

Stéphane WAROT
Le 19/12/2016 à 21:49:55

Comment fera t on pour faire pousser du blé sur le beton ?

Jacky Perrier
Le 19/12/2016 à 20:35:54

Non à la suppression des terres agricoles et au transfert des étudiants dans des "zones"

Didier HAUGUEL
Le 19/12/2016 à 20:32:45

Pourquoi vouloir construire et construire du neuf alors même que des immeubles sont inoccupés.
Mais où va t on ? droit dans le mur....

dumollet
Le 19/12/2016 à 20:32:45

Le développement ne se résume pas qu'à l'extension de l'urbain. Le développement c'est aussi et surtout le mieux vivre, et cela passe notamment par le maintien de l connexion avec la nature, même ordinaire !

un anonyme
Le 19/12/2016 à 20:08:48

Ni nos politiques, ni les vautours de banquiers et autres pseudo "hommes d'affaires" n'ont de visions à long terme. Tout ce qui compte malheureusement c'est le profit facile et rapide, quitte à laisser un environnement dévasté à leurs descendants.
Il y a tant de zones déjà saccagées laissées à l'abandon, pourquoi ne pas les valoriser?

Christophe ROMAGNA
Le 19/12/2016 à 19:02:46

Il serait peut-être temps de réfléchir à l'augmentation insensée de la population humaine ??
Qui en prend conscience ? Quel "responsable" politique osera aborder ce sujet tabou, pourtant gouverner c'est prévoir ! Les grands décideurs n'ont ils pas prévus que la planète n'est pas extensible ou gonflable, que les ressources ne sont pas infinies. Certains inconscients prétendent que la Terre pourrait supporter 15 Milliards d'humains......si ils vivaient tous comme des intouchables Indiens; cherchez l'erreur !

Thierry ROYER
Le 19/12/2016 à 18:57:32

Les ceintures vertes de l'IDF sont nos greniers maraîchers ; les terres fertiles bétonnées un non-sens absolu à l'opposé des engagements des Cop 21 et 22 !

anne dupuis
Le 19/12/2016 à 18:05:04

Que pouvons-nous faire si ce n'est que de nous mobiliser.
Reconnu d'utilité publique ,on prend les terres , vos terres, on exproprie, on vous emmène au tribunal , comme dans les petites communes.Le plateau de Saclay est au même rang.Lorsque la machine est marche ,comment l'arrêter ,nous subissons la mondialisation .Pauvre France ,ou vas-tu ? .Pauvre sont ceux qui nous gouvernent

Cecel 45
Le 19/12/2016 à 17:46:51

Dans une région passablement affectée par la pollution cette extension envahissante ajoutera du béton au béton et le sable vient déjà à manquer, jusqu'où iront les apprentis sorciers ?

MICHARD Pierre
Le 19/12/2016 à 17:35:30

l'agglomération parisienne souffre de pollution due à la concentration, la démonstration devrait conduire à réfléchir à la nécessité de préserver les espaces ruraux, sources d'atmosphère plus saine.

maguy
Le 19/12/2016 à 17:21:22

Quand les politiques vont-ils comprendre que les terres agricoles servent à nourrir le monde et non à faire du pognon pour une minorité de capitalistes ?
Quand vont-ils avoir du respect pour ce sol, pour ceux qui travaillent cette terre, pour le citoyen qui se nourrit du produit qui pousse sur ce sol, pour le citoyen qui a besoin de ces lieux pour se changer les idées, ( plateau de Saclay, Notre Dame des Landes, A45, Parc OL...)?
A croire que votre cerveau a oublié de se développer au berceau .
Claude Villard

villard
Le 19/12/2016 à 17:05:05

C'est malheureusement le cas dans le 93 à Neuilly sur Marne et Neuilly Plaisance

gola0
Le 19/12/2016 à 16:57:43


Ne faut-il pas une autre forme de développement moins gourmande en terre cultivables?

un anonyme
Le 19/12/2016 à 16:22:29

Un projet démesuré qui fait abstraction de l'environnement et de la pollution qui seront engendrés dans le parc naturelle de la vallée de Chevreuse.

mic91
Le 19/12/2016 à 16:21:18

Je suis de l'avis de papa Joseph.Ou trouverons nous la terre pour nourir tous les urbains....

Asphodele
Le 19/12/2016 à 16:00:23

l'interet général est perdu de vue dans tous les domaines
il est grand temps de prendre
conscience de notre désinvolture, des vues à court terme et des conséquences de toute cette attitude irresponsable
le béton a déjà fait des dégats
il faut en tirer des leçons

un anonyme
Le 19/12/2016 à 15:58:36

c'est à constater partout, on bétonne, on creuse, on inonde (gros barrages), une folie qui ne se préoccupe de rien d'autre sinon de profits.... les bulldozers avancent .... vers quoi, quel avenir ?
de plus en plus vers ce terrifiant "Soleil Vert" si prémonitoire , c'est d'une tristesse sans fin mais je crois que oui, c'est fichu : la puissance financière domine le monde.

Maryse moussaron
Le 19/12/2016 à 15:26:20

Il faut stopper le massacre. A qui profite le soi-disant "intérêt général" comme à NDL aux populations ou aux spéculateurs
Christian Moretto journaliste engagé sur Radio Occitanie

Christian Moretto
Le 19/12/2016 à 15:17:10

actuellement la pollution ne fait circulerles voitures, jours pairs ou impers selon!!!!! la futur ligne de métro ne desservira aucun village environnant le plateau de saclay, les constructions semblables à des champignons prennent vie rapidement sauf les transports,les routes trop étroites etc.......si on compte 2 voitures par habitation nous serons amenés très vite à rouler en alternance 1 semaine sur 2 (pollution oblige) c'est le moment de voter utilement et de résister "pourquoi pasles brigades vertes?"
je vous envoie un peu d'argent pour continuer

un anonyme
Le 19/12/2016 à 15:16:51

Chaque parcelle de terre agricole perdue contribue à la faillite de notre économie. Comprenez bien que les légumes ou céréales qu'elle ne produira plus il faudra les importer des pays voisins. Conclusion : la balance financière du Pays-France sera déficitaire éternellement et nos enfants et petits enfants mourrons de faim car ils n'auront plus de travail agricole, plus de salaire et aide sociale avec la mise en place du tout informatique et la robotisation. C'est maintenant, plus que jamais qu'il faut agir et halte à la mondialisation qui ne sert qu'à enrichir quelques multinationales qui font et ferons de nos enfants des ESCLAVES MOURANTS !.....Quel élu politique aura le courage de prendre à bras le corps ce combat ?
J'attends et nous attendons une annonce suivie par des ACTES .....................Papa Joseph

Papa Joseph
Le 19/12/2016 à 15:11:41

Même combat qu'EuropaCity !!!!!!!!!!! des terres pas du beton

Michel BRUNETON
Le 19/12/2016 à 15:05:48

Et ils nous ont bassiné avec la Cop 21 !!!!!! Bande de sinistres minables aveugles !!!

VERTADIER
Le 19/12/2016 à 14:31:23

Je crois qu'ici nous sommes bien d'accord, la vraie solution passe par l'agroécologie, et les terres cultivables surtout autour des grandes agglomérations sont d'autant plus précieuses à cet égard.
Chacune sait désormais également que les intrants chimiques entrent pour un part non négligeable dans les pollutions aux particules fines qui ont plombé la région parisienne jusqu'à ces jours ci... Chacun le sait, sauf sans doute quelques politiques aveugles et sourds et quelques grosses marques prêtes à tout pour "maximiser les profits".

Baussay
Le 19/12/2016 à 13:43:35

La boulimie de certains pour les terres agricoles est sans limite!!! Plateau de Saclay, patte d'oie de Gonesse et en province ce n'est pas mieux.... Ne serait-ce qu'à Pézenas et ses environs les projets de "grandes surfaces" *fleurissent*; c'est la lèpre des territoires que nous servent élus et investisseurs pour leur plus grand profit?... Rien qu'en cette "belle ville" de Pézenas: cinq grandes surfaces!!!! Huit mille habitants et un maire qui en souhaite encore....

cactus en colére
Le 19/12/2016 à 13:33:07

OUI à la ceinture maraichère BIO de Paris, pour préparer l'après pétrole !!!
NON à la réduction de la France à Paris, au bétonnage des champs, à la concentration urbaine démentielle, annonciatrice de conflits d'usage majeurs dans la société de plus faible intensité énergétique qui est devant nous !!!

BikePower
Le 19/12/2016 à 13:21:58

Encore un GP2i de plus (soupir).
"De grâce, de grâce Monsieur le Promoteur..." chantait Dutronc il y a longtemps. Hélas c'est toujours d'actualité et de nos jours, le Promoteur n'attend même plus le dénouement des recours juridiques pour bétonner. Voilà où nous en sommes en matière de respect de l'environnement et d'écoute des citoyens dans ce pays !

Frawald
Le 19/12/2016 à 13:21:48

Les lobbies sont derrière de nombreux projets qui ne servent à rien et qui leur permet de gagner beaucoup de fric...

mambo42

André RAOULT
Le 19/12/2016 à 12:58:33

L'actuel aspect « campagnard » du plateau de Saclay à malheureusement tendance à s'amenuiser avec le nombre de constructions en cours et à venir. Actuellement le Plateau de Saclay est une véritable forêt de grues ! Et on sera bientôt plus proche de la zone industrielle que du petit village pittoresque.

Cet article aurait aussi pu parler du métro du Grand Paris (la ligne18), qui doit également venir défigurer cette nature / ce poumon vert aux portes de Paris.
Ce métro, également imposé par l'Etat sans aucune écoute des "locaux", sera une véritable balafre de 14 Km de béton armé en pleine nature.
Une balafre vouée aux tags et dont le bruit du métro (roues en fer sur rails en fer) passant toutes les 2 minutes va porter sur plusieurs kilomètres (c'est le principe d'un plateau sans végétation pour retenir les bruits).
Un métro qui doit passer à quelques mètres seulement des futures chambres d'étudiants, en plein milieu d'une zone pavillonnaire (Quartier de Corbeville à Orsay) et à moins de 100 mètres de plusieurs villages le long de la RD36 ; là où le métro sera en vitesse de pointe à plus de 100 Km/heure ! Bien entendu il n'est même pas prévu d'installer des arrêts pour desservir ces petits villages, alors même que nos jeunes et nos actifs iront inévitablement travailler dans les environs proches de ce nouveau campus et aimeraient bien se rendre facilement sur Paris ... et bien non, on leur impose une barre de béton, sans aucun bénéfice !

Rappelons tout de même que cette ligne18 devait initialement être souterraine. Tout le monde a signé sans hésitation ... mais quelques années plus tard, faute de budget, l'Etat n'a plus eu les moyens de l'enterrer et décide donc unilatéralement de transformer 14 Km de cette ligne en un viaduc perché sur des piliers en béton armé de 10-12 mètres de haut ! Mais qui produit encore ce genre de projets et de design en 2016 ? C'est une aberration écologique et environnementale sans précédent, juste pour faire plaisir à quelques milliers d'étudiants (futurs ingénieurs haut de gamme, qui finiront par aller bosser aux USA ou en Asie) et un très beau cadeau fiscal pour les centres de recherche Renault, Edf, Thalès, Air Liquide, Danone, Alcatel, Kraft Food, Dassault Systèmes, etc. qui ne souhaitent pas mettre la main à la patte pour maintenir le projet d'un métro souterrain et écologiquement responsable !

Le respect du cadre de vie, du paysage et de l'écologie ne semble malheureusement pas faire partie des priorités de nos élus locaux et nationaux. Mais sous couvert d'améliorer la recherche, c'est en fait une gigantesque opération immobilière, où seuls les grands groupes de promoteurs et de constructeurs seront gagnants. Il y a quelques jours, a eu lieu la vente de lots d'un programme immobilier sur le Plateau de Saclay ... au dire des présents, c'était une véritable criée, où tous les lots ont trouvé acheteurs en seulement 5 minutes !!! Bien entendu dans 15 à 20 ans la valeur de ces lots aura été multipliée par 30.

Arrêtons le bétonnage et au contraire entretenons écologiquement la nature qu'offre le Plateau de Saclay, pour nos enfants et pour les générations futures.
La Plateau de Saclay n'est pas un jeu de Monopoly. Enterrons ce fichu métro, plantons des arbres, ne doublons pas ou triplons pas les routes d'accès à ce Plateau, favorisons les transports propres (bus électriques, vélos, téléphériques urbains, etc.).

Dans la même veine, on peu aussi parler du l'hôpital d'Orsay et de l'université d'Orsay qui seront transférés sur le Plateau de Saclay, libérant ainsi des terrains magnifiques – au coeur de la Vallée de Chevreuse – que les promoteurs s'arracheront à prix d'or pour construire, construire, construire.
Et ça les médias n'en parlent pas ... étrange, car la vente de ses terrains rapporterait des centaines de millions d'euros à l'Etat. Etat qui rappelons-le n'a pas d'argent pour faire un métro souterrain ... ha, ha, ha

M. BOVE
Le 19/12/2016 à 12:58:15

arrêtons de supprimer les terres agricoles quand on peut faire autrement pensons à nos enfants !!!!!!!
J'espère que les politiques qu'on élit vont être intelligents ......

liliane
Le 19/12/2016 à 12:55:10

Trop de précipitation pour trop de béton, trop d'urbanisation, trop de terres fertiles qui disparaissent chaque année, puis trop de pollution... Et tout ça va encore coûter bien trop cher aux contribuables !

Anne-Marie LOUIS
Le 19/12/2016 à 12:45:25

Heureusement que nos vertueux politiques, fort préoccupés par le problème d'accaparement des précieuses terres agricoles, nous répètent à l'envi que "on" va mettre fin à l'étalement urbain...
Il est vrai que si nous voulons rester "le plus grand pays agricole en Europe", il va falloir que nous gardions encore quelques terres...
Chez nos voisins allemands, villes et villages sont cernés par une "ceinture verte" infranchissable sauf cas grave, longuement instruit et débattu dès la première heure avec les associations environnementales...

Humus
Le 19/12/2016 à 12:44:13

Ancien habitant de la région (IGNY), je me suis enfui (CANTAL) de ce béton étouffant et criminogène!
Un salut fraternel aux AVB et toutes les assoces qui luttent pour que la vie reste vivable pour les générations futures.
Courage à vous tous ("la lutte vers les sommets suffit à remplir un coeur d'homme" AC).
Amitié sincère.
DB

babasse
Le 19/12/2016 à 12:36:13

il serait temps que les "hommes" reviennent sur terre et remettent leurs têtes sur les épaules mais, dans le bon sens!!

un anonyme
Le 19/12/2016 à 12:30:04

Toute violence faite à l’homme et son environnement est un saut dans la barbarie, elle est une régression dans l’histoire.

BALSEIRO Franck
Le 19/12/2016 à 12:21:45

Comment peut -on encore soutenir de tels projets complètement mégalos et qui ruinent l'agriculture sous couvert de développer la recherche, notamment agricole ! En commençant par bétonner ....

Groseille
Le 19/12/2016 à 12:09:54

Ras-le-bol de traverser de plus en plus de béton quand on sort de Paris.....et de chercher la campagne et la nature de plus en plus loin......et puis ces terres et les exploitants agricoles contribuent à l'alimentation des citadins...ne pas l'oublier. Et le regroupement veut-il dire encore quelque chose quand l'on peut travailler en réseaux.
M.Clarac

CLARAC
Le 19/12/2016 à 12:07:50

Règle à défendre: la compensation à 100%. Pour 1 Ha artificialisé, 1 Ha renaturé ou rendu à l'agriculture .

Jollivet Jan-louis
Le 19/12/2016 à 11:59:23

nous rencontrons les mêmes problèmes dans notre villages de Verrières le Buisson et nous recherchons toutes aides pour empêcher ce massacre.
Merci d'avance

Raymond de Cagny
Le 19/12/2016 à 11:54:27

malheureusement, rien d'original, ces pratiques sont courantes partout...

renaud Bellefon (de)
Le 19/12/2016 à 11:54:07

Déjà à l'époque du lancement de ce grand projet inutile (genre Notre-Dame des Landes), les communications par internet, E-mails, téléconférences et autres rendaient ce projet totalement aberrant. Sauf pour les bétonneurs, créateurs de voiries, etc !
Il n'y a strictement rien à attendre de ce projet du point de vue amélioration de la recherche nationale : on ne fait que déplacer des chercheurs, des étudiants, des thésards.Il eut mieux valu utiliser les 10 de ME à rénover nos universités et nos centres de recherche et les doter de moyens dignes de ce nom !

Olivier PICCIN
Le 19/12/2016 à 11:50:45

Est-ce quand cela sera trop tard que l'on se rendra compte que le béton et le bitume ne se mangent pas ?

Claude Pédestarrès
Le 19/12/2016 à 11:43:52

" Lorsque le dernier arbre sera coupé , la dernière goutte d'eau polluée , la dernière parcelle de terre bétonnée .... , ils se rendront compte que l'argent ne se mange pas "

Caroline Bremard
Le 19/12/2016 à 11:32:07

Il est inadmissible de sacrifier tant de terres agricoles. Le béton n'a jamais nourri personne !

Bernadette MORA
Le 19/12/2016 à 11:30:06

Des années que l'on se bat contre ce projet technocratique débile qui prétend transformer le plateau en silicon valley à la française et faire grimper notre recherche dans le classement de Shanghai par la simple juxtaposition de grandes écoles et de l'université de Paris XI contre toute logique. Malheureusement le ridicule ne tue plus, sinon nous serions débarrassés de pas mal de monde dans cette triste affaire. En attendant, nous regardons les champs se couvrir de béton...

Laurent PAGANI
Le 19/12/2016 à 11:10:21

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !