actualité écologie

Ne laissez pas vos appareils en veille

Soutien permanent aux paysans de NDDL

AG Cyberacteurs

Electricité 100% renouvelable ?

OPÉRATION

Journal des Bonnes Nouvelles

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 1000 vaches : Non à toute extension de troupeau

Mise en ligne du 03/11/2015 au 22/12/2015

Michel Ramery et son salarié Michel Welter exploitent illégalement depuis plusieurs mois l’usine à vaches de Drucat Le Plessiel. Ils refusent de payer les amendes imposées par la Préfecture et ridiculisent l’Etat de droit en demandant aujourd’hui leur régularisation par une extension de troupeau de 500 à 880 vaches.

Bilan de la cyberaction :

4874 participants

Lille, 18 déc 2015 (AFP) - L'association Novissen, qui lutte depuis quatre ans contre la ferme dite des 1.000 vaches en Picardie, a rendu jeudi un avis défavorable au projet d'extension de l'exploitation à la fin de l'enquête publique.

« Tout avis favorable » à ce projet d'extension, « même avec des réserves, serait clairement pour Novissen et les milliers de personnes qui se sont exprimées lors de cette enquête publique ni plus ni moins qu'un encouragement à la délinquance économique et environnementale (...) », indique l'association dans un communiqué.

Dans son rapport remis aux commissaires-enquêteurs, l'association critique « l'illégalité reconnue et persistante » de la ferme « concernant le nombre de vaches », « le manque de maîtrise technique du promoteur concernant le respect de l'air, de l'eau, de la terre et de la condition animale » ou encore « le rejet massif de la population ».

Mi-octobre, la préfecture de la Somme s'est retrouvée sous les feux croisés des protestations des défenseurs et détracteurs de la ferme dite des 1.000 vaches pour avoir lancé une nouvelle enquête publique sur ce dossier. L'exploitant a en effet demandé de porter son troupeau à 880 vaches laitières. Fin août, la préfecture avait confirmé les sanctions administratives contre la ferme située à Drucat, près d'Abbeville. Ces mesures résultaient d'un dépassement très important du plafond de têtes de bétail par exploitation, fixé par arrêté préfectoral à 500. Des inspecteurs avaient constaté en juillet que cet élevage était constitué de 763 vaches.

Présentation de la cyberaction :

Nous disons fermement "NON A CE PROJET HORS LA LOI ET DANGEREUX", "NON A CET ELEVAGE CONCENTRATIONNAIRE QUI NIE LA CONDITION ANIMALE" et demandons à la Commission d’Enquête Publique d’émettre un avis défavorable clair et définitif pour manque de compétence technique, mise en danger de l’environnement, de la population et de l’animal et à Madame la Préfète Nicole Klein de refuser cette demande d’extension intolérable et scandaleuse.

Monsieur le Président de la Commission d'enquête,

Novissen, organisation citoyenne de près de 3000 membres, a l'honneur de vous écrire suite à un Projet d'arrêté de Madame Nicole Klein préfète de région lui-même consécutif à une demande d'extension de troupeau de l'usine des 1000 vaches par MM.Ramery et Welter.

Cette usine des 1000 vaches, vous le savez, est en pleine illégalité avec un dépassement de près de 300 vaches de la limite de cheptel autorisée à 500 vaches. Cette grave infraction relevée par la préfecture a donné lieu à des amendes dont le montant s'élève aujourd'hui à 57000€.

Les exploitants n'ont à ce jour toujours pas retiré leurs vaches illégales et les amendes ne sont pas payées. Cela montre un parfait mépris de la loi et de l'Etat de droit qui ne nous surprend pas. Rappelons ici que déjà lors de la construction de l'usine une zone archéologique interdite à la construction a été totalement détruite : « des faits particulièrement graves » selon la DRAC qui ont fait l'objet d'une plainte en justice.

Comment envisager une quelconque extension d'une exploitation « hors la loi » qui ignore avec arrogance arrêtés officiels et réglementations ?

Ce point est d'autant plus grave que les services de la préfecture reconnaissent ne pas avoir les moyens humains d'exercer une surveillance du site correcte : c'est ainsi que l'arrivée de 300 vaches illégales est passée « inaperçue »…jusqu'à ce que Novissendévoilela tricherie que les exploitants cherchent à maquiller depuis juin par des procédures judiciaires toujours plus nombreuses!

Face à un tel comportement, nous demandons avec force que le principe de précaution s'applique : dans les conditions actuelles, il est absolument inenvisageable qu'une extension de troupeau soit autorisée. Ce serait mettre en danger la santé de la population locale, l'environnement, la condition animale et l'économie de tout un territoire comme nous le montrerons dans nos prochaines lettres.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la Commission d'enquête, l'expression de nos sentiments les plus attentifs,

Pour Novissen,
Le président,
Francis Chastagner

Si certains d'entre vous ont le temps et souhaitent consulter le dossier complet de la préfecture, voici l'adresse où les documents sont consultables :
http://www.somme.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Installations-classees-pour-la-protection-de-l-environnement/Enquetes-publiques  

Rappel de nos précédentes actions sur le sujet
1000 vaches : stop à l'installation !
http://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=726  
Senoble compatible avec l'usine à vaches ?
http://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=746  
Des fermes pas des usines !
http://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=707  
Soutien aux paysans en grève de la faim pour le maintien des petites fermes !
http://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=768  
Non aux usines à animaux !
http://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=708  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président de la Commission d'enquête,

Cette usine des 1000 vaches est en pleine illégalité avec un dépassement de près de 300 vaches de la limite de cheptel autorisée à 500 vaches. Cette grave infraction relevée par la préfecture a donné lieu à des amendes dont le montant s'élève aujourd'hui à 57000€.

Les exploitants n'ont à ce jour toujours pas retiré leurs vaches illégales et les amendes ne sont pas payées. Cela montre un parfait mépris de la loi et de l'Etat de droit qui ne nous surprend pas.

Comment envisager une quelconque extension d'une exploitation « hors la loi » qui ignore avec arrogance arrêtés officiels et réglementations ?

Face à un tel comportement, je demande avec force que le principe de précaution s'applique : dans les conditions actuelles, il est absolument inenvisageable qu'une extension de troupeau soit autorisée.

 

85 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Agrandissement du troupeau La justice donne le feu vert à la ferme des « 1.000 vaches »
http://www.lavoixdunord.fr/184803/article/2017-06-29/la-justice-donne-le-feu-vert-la-ferme-des-1000-vaches  

un anonyme
Le 03/07/2017 à 09:40:21

Il faut absolument que les consommateurs que nous sommes réfléchissent à ce qu'ils achètent, c'est comme ça que va changer!

anet
Le 27/12/2015 à 22:32:38

@Hélène Gallis : je suis absolument d'accord, sauf que malheureusement beaucoup de familles avec peu de moyens vont acheter tout ce qu'ils peuvent à bas prix dans des supermarchés qui se moquent de l'éthique.
Les actions type Greenpeace qui montrent en grand et bien visibles , les mauvaises pratiques de certaines enseignes, peuvent nous aider..
et sinon, la Justice, mais c'est aléatoire..

Melba
Le 09/12/2015 à 10:40:55

Selon que vous serez puissant ou misérable....
L'Etat semble vouloir faire une nouvelle fois la part belle aux "voyous" ...
Attendre simplement la régularisation et se frotter les mains d'avoir réussi un tour de force...
Réaliser en partie avec des fonds publics pour des intérêts privés, des animaux qui deviennent des outils de production....
Pourquoi aucune saisie pour règlement de l'amende ??

Soizic
Le 09/12/2015 à 10:28:20

Ne plus consommer de viande issu de ces élevages intensifs et la première chose à faire déjà ! Car si tu n'achète pas ...rien, de cette merde là, ne se vendra !Le coupable est le consommateur qui ouvre la bouche en fermant les yeux !

Hélène Gallis
Le 09/12/2015 à 03:20:15

Que l'état ordonne la fermeture de cette saloperie de ferme et qu'elle la fasse détruire une bonne fois pour toute.

M'enfin !

Luc Kienzel
Le 08/12/2015 à 18:38:10

arrêtons de subventionner ces usines qui font mourrir nos enfants !

chance
Le 08/12/2015 à 17:59:42

C'est inadmissible ! de plus les amandes non payées doivent-être majorées, l'Etat doit faire appliquer les règles pour TOUT le monde sans exception !

NAT
Le 08/12/2015 à 16:05:46

Qui voudrait consommer de cette viande dégueulasse qui rend malade et fragilise la santé de façon irrémédiable ...


STOP à cette aberration
courrez voir le film " les Moissons du futur " si vous n'êtes pas convaincus ...

Chris
Le 08/12/2015 à 14:39:31

Décidément, pas de limite dans l' arrogance qu'ont tous ces exploitants/teurs qui veulent "vivre", comment ?, par la prédation extrême de la nature..

Tout est question de qualité, mais cupidité veut quantité.

clara
Le 08/12/2015 à 14:19:24


La préfète Nicole Klein a répondu ce mercredi par courrier à Francis Chastagner, président de Novissen, association d’opposants à la ferme dite des 1000 vaches. Une enquête publique est en cours pour permettre, ou interdire, à cette exploitation de passer de 500 à 880 vaches sur son site de Drucat, près d’Abbeville.
Novissen, dans une lettre ouverte à Nicole Klein, estimait que certaines des exploitations qui doivent permettre à Michel Ramery d’augmenter son cheptel par regroupement, sont tout simplement vides depuis des mois. L’association évoquait ainsi des expploitations fantômes, rendant ainsi la demande d’extension invalide.
« Des troupeaux fantômes viendraient donc en quelque sorte alimenter cette extension avec des documents officiels à l’appui dont nous demandons à la préfecture de vérifier la validité ! La question est simple : les citoyens qui consultent les dossiers de l’enquête publique sont-ils en présence de faux ? « , écrit Novissen.
En réponse à ce courrier pour le moins inamical, les services de la préfecture ont répondu que « deux principes président la conduite de ce dossier par les services de l’Etat : la transparence et le respect du droit ».
La préfète rappelle également que dans ce dossier, la tenue d’une enquête publique n’était pas obligatoire, précisant que celle-ci est prorogée jusqu’au 17 décembre : « Soutenir que le public ne disposerait pas des informations utiles relatives au projet de la SCEA côte de la justice est donc infondé. »

Alain UGUEN
Le 08/12/2015 à 08:50:57

@Claudette ROSE : 100% d'accord avec vous et la phrase "du bien être animal découle celui des humains ", est un parfait slogan qui pourrait être écrit partout, en titre, et même sur des banderoles...
c'est une vérité que nos décideurs politiques et industriels devraient se mettre dans le crâne, quitte à ..aider un peu.
+ de 600000 marcheurs pour le climat ...dans le monde, quand même. :)

Melba
Le 30/11/2015 à 19:32:56

Stop, cela met notre santé en danger et Stop à la maltraitance animale.

un anonyme
Le 30/11/2015 à 17:30:33

LA France ne doit pas imiter l'Allemagne en matière d'élevage d'animaux. Des fermes à l'ancienne, avec des troupeaux qui paissent à l'extérieur ! Voilà qui est nécessaire : du bien être animal découle celui des humains.
Ces projets d'extension sont insensés et vont à l'encontre de la santé de l'espèce animale et de l'espèce humaine.

Claudette ROSE
Le 26/11/2015 à 18:15:58

Non à l'extension ! OUI à la fermeture définitive !

CLAUDE ATTIA
Le 23/11/2015 à 08:43:05

Pour 500 euros d'impôts impayés, le Trésor public peut faire une saisie sur vos revenus. Et pour ces gens-là, il n'y a pas d'huissier ?

Jacqueline BONNEFOY-CLAUDET
Le 21/11/2015 à 23:03:08

C'est comme pour tout : la règle du profit maximum et la concurrence de pire en pire avec la mondialisation.
Mais se développent des réseaux "parallèles":
vente directe, en particulier de produits locaux, parfois bios, de plus en plus de gens préfèrent payer plus cher des bons produits, légumes ou volailles et autres, quitte à en acheter un peu moins et moins souvent ( pour la viande ), plutôt que d'acheter de la m......dans la grande distribution. Ceux-ci commencent à être "taquinés" par Greenpeace au sujet de la provenance de leurs produits, c'est une bonne chose. Par contre, il faudra du temps pour que ces changements bénéfiques deviennent la ( nouvelle ) règle .

Melba
Le 18/11/2015 à 12:55:51

avec le temps, on voit bien que dans cette affaire tout n'est que mercantilisme, prétexte à faire de l'argent ! ce Monsieur est hors la loi, il a une amende, ne la paie pas et nargue les politiques qu'il a bien eu. Ce ne serait que banalité dans ce monde pourri...mais voyez-vous, ce sont les vaches qui trinquent et ça...c'est intolérable et ça fait mal..!!!

isia
Le 18/11/2015 à 11:47:27

je suis opposée à toute exploitation industrielle

mettant en jeu tant notre santé que la maltraitance des

animaux.

D'autre part qu'en sera -t-il des petits éleveurs qui

o,t deja bine du mal à se maintenir sur leurs terres

lisa
Le 17/11/2015 à 13:14:04

contre l'industrialisation du vivant

Robert Kuhn
Le 15/11/2015 à 12:15:35

Moins de viande consommée, et respect de la vie animale
Pas d'usine Tréblinka

Dominique Prost
Le 11/11/2015 à 22:22:26

Soyons végétariens!

François de Reilhan
Le 11/11/2015 à 15:52:53

ce sont les gents qui changeront les choses et si elle ne bougent pas moi je ne consomme pas ce genre de viande !!!!!!!!!!!!!!

nico50
Le 10/11/2015 à 18:05:57

Ces gens là ne sont pas des agriculteurs ce sont des industriels qui ne cherchent que le profit aux dépens des pauvres vaches traitées comme des machines.
Ce n'est pas ce que nous voulons, nous les consommateurs. Nous voulons une agriculture de proximité, sans pesticides, sans antibiotiques et autres traitements pour les animaux, sans maltraitance pour des vaches qui sont des êtres sensibles. Ce qui se passe dans ces fermes usines est ignoble et révoltant.

Danièla Grellier
Le 10/11/2015 à 15:33:41

Pour justifier une agro-industrie débridée et des traditions archaïques, nous assistons à l'abandon de toutes les valeurs de relation de l'Homme avec son environnement.
Alors qu'individuellement, chacun d'entre nous prend conscience que l'animal est un être vivant et sensible, les industries et le gouvernement tentent de nous imposer un modèle dont nous ne voulons pas.
La première victime en est le monde paysan qui disparait peu à peu et nous qui devons passer entre les fourches caudines de multinationales toujours plus avides de profit.
Nous devons réagir.
Résistons

Alain
Le 10/11/2015 à 10:43:51

Ferme-usine des 1000 vaches: 70% des Français y sont hostiles
http://www.agirpourlenvironnement.org/communiques-presse/ferme-usine-des-1000vaches-70-des-francais-y-sont-hostiles-sondage-ifop-3930  

David Derrien
Le 10/11/2015 à 09:45:45

Avec ce genre d'agriculture, nous n'avons pas fini de manger n'importe quoi.
Le politique a perdu toute conscience et honnêteté.
Que reste-t-il à faire ?
Trouver des solutions hors système ?
Voir le film "En quête de sens".

Fred
Le 10/11/2015 à 00:03:15

C'est gros exploitants ne respectent rien ,ils ont de l'argent donc tous les droits!!!!!Comme au temps des seigneurs!

Cucurni
Le 09/11/2015 à 19:03:26

"Plaidoyer pour les animaux " de Mathieu Ricard nous invite à étendre notre à tous les etres sensibles .dans l interet des animaux mais aussi des hommes .
Arretons de nous gaver de la souffrance des soi disant "betes",tout le monde y perdra .

un anonyme
Le 09/11/2015 à 11:39:15

La caractéristique première de la production agricole, c'est d'être de dimension humaine et c'est cette dimension qui est le garant de sa qualité.

Pierre LETZ
Le 08/11/2015 à 18:24:02

nous somes gouvernés par dês menteurs , dês hypocrites qui nous mènent en bateau.. Bin sur, nous avons lá liberté d'expression... mais aucune liberté d'action pour défendre les droits dês humains et de lá planête...

un anonyme
Le 08/11/2015 à 17:18:37

déjà combien de vaches mortes prématurément??

Alain Marcu
Le 07/11/2015 à 07:04:11

La différence ? c'est que dans cet "Etat de droit", le droit est pour les politiques, lobbys, + copains, et la population, pour ne pas dire le bas-peuple, n'a aucun droit si ce n'est celui de subir la répression.
Y a du boulot, en France, si on veut retrouver une démocratie digne de ce nom !

Melba
Le 06/11/2015 à 20:34:26

La souris a du pouvoir mais nous l'avons aussi en tant que consommateur : nous avons (encore) le choix de nos achats. Achetons avec discernement, mangeons en privilégiant la qualité.
Quant à l'aspect purement juridique de cette arrogance, on reste juste sans mots...

Gisele LUBARDA
Le 06/11/2015 à 19:43:25

Il est curieux de constater que certaines personnes se permettent de violer les lois, sans problèmes et que, par contre, d'autres seraient vite punis, d'où vient cette différence ?

un anonyme
Le 06/11/2015 à 10:02:58

L'agriculture française devrait être une agriculture de qualité et de proximité respectant des normes environnementales et le bien-être animal.
De plus, les agriculteurs doivent être des gestionnaires d'une entreprise à taille humaine et non industrielle. Ils doivent aussi être payés à l'aune du travail fourni et non des misères.

Elsa
Le 06/11/2015 à 10:01:45

Tous les paramètres sont au rouge:
- toxicité de la viande rouge sur notre santé
- intensification de cette toxicité par des conditions d'élevage contraires aux règles de la vie.
- non respect des animaux
- augmentation de la production de gaz à effet de serre
- développement de la violence économique en dépit des lois et des engagements politiques
- effritement dès lors de la confiance citoyenne vis à vis du pouvoir démocratique et légal

Jean-Pierre LAFFORT
Le 06/11/2015 à 08:12:21

Les consommateurs ont le pouvoir de ne plus consommer toutes ces denrées de super et hyper marché!

un anonyme
Le 05/11/2015 à 21:00:56

Stop à la maltraitance des animaux dans ces usines
agricoles !!!!!!!!!!!!

Denis MARION
Le 05/11/2015 à 19:05:38

Mangeons moins de viande industrielle.
Buvons moins de lait et produits laitiers industriels.
Notre santé y gagnera, notre porte-monnaie aussi, et ces usines feront faillite.

g56
Le 05/11/2015 à 16:30:56

En plus, l'autorité de l'Etat, en l'occurence, c'est celle d'un état totalitaire : où est la démocratie quand les citoyens ne sont JAMAIS écoutés ( et même de grands personnages..), c'est le cas à NDdL.
Les agriculteurs "industriels", eux, font partie de lobbys qui peuvent, contrairement à la population, imposer ce qu'ils veulent au gouvernement. Je n'ose imaginer ce que sera la France d'ici quelques décennies, et même avant ! A moins qu'un pouvoir citoyen arrive à venir à bout de tous ces ignobles margoulins..

Melba
Le 05/11/2015 à 14:05:13

J'ai entendu un des responsables de cette ferme s'exprimer sur France Info, or il n'était question que de rentabilité et de profit (leur business plan a été calculé sur la base de 1000 vaches minimum pour être rentable).
Je déplore qu'à aucun moment il n'ait été évoqué les facteurs environnementaux, industriels, et la santé des bêtes ainsi que celle des hommes.
Ce genre de projet participe de l'ancien système, qui a vécu et n'est plus valable. Nous devons changer de paradygme et revenir à une agriculture plus "humaine" et qui ne mette pas en péril notre planète. Le modèle américain est l'anti-thèse de ce dont nous avons besoin !!!

Vincent Grondin
Le 05/11/2015 à 12:53:31

non à cette concentration préjudiciable aux vrais agriculteurs, à l'emploi, favorable aux grands groupes et aux capitaux, sans compter les risques sanitaires et environnementaux

Patrice GIRARD
Le 05/11/2015 à 12:45:07

M. Valls veut affirmer l'autorité de l'état en déclarant le démarrage prochain de l'aéroport de Notre Dame des Landes et montre les gros bras faces aux opposants au projet. Que fait-il face à ces pseudos agriculteurs qui bafouent l'état de droit et qui imposent une agriculture industrielle dépassée qui engendre des conséquences écologiques et économiques graves!!! Deux poids de mesures.
Comme disait Jean de La Fontaine :
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Fabienne
Le 05/11/2015 à 11:58:55

Non, non et non

sandrine fontaine
Le 05/11/2015 à 11:32:39

Et dire que 132 km/h sur une autoroute fait de nous des "dangereux délinquants routiers", voire des "criminels" !!!
Pauvre République...

un anonyme
Le 05/11/2015 à 11:15:36

Non à une extension et surtout non à ce genre d'industrie du lait. Nous n'en avons pas besoin car ce type d'installation concentre les terres, les bénéfices, la pollution et empoisonnent ceux qui y travaillent.
Ce n'est pas le modèle de Société que nous voulons, c'est juste inacceptable...

Jean-Paul ROBERT-ROMPILLON
Le 05/11/2015 à 10:56:31

que dit le code rural, sue dit lachambre regionaled'agriculture', que disent les syndicats agricoles concernés.nous souhaitons plus d,informations sur les réprrcussions engendrés sur installatioons de jeunes et les emplois créées et ceux supprimés par cette concentration de betes pour la santé animale et la santé humaine car mille vaches fussent 't-elles en bio est mieux?plus de profits? plusde salaires pour les salariés?

un anonyme
Le 05/11/2015 à 08:54:56

Les êtres vivants ont le droit à une vie adaptée à leurs besoins. Les vaches ne doivent pas vivre dans une usine. Toute violence que nous infligeons en génère d'autres. Cessons cette folie !

Pamela Denton
Le 05/11/2015 à 06:07:34

Bonjour,
Je ne peux pas signer un appel qui n'est qu'un rappel de la loi et non une condamnation du principe même de cette usine à lait.
Pour moi, qu'elle ait 300, 500 ou 800 vaches, cette ferme est une fin annoncée et voulue de l'agriculture avec des paysans et elle est déjà en chemin sur bien d'autres aspects.
Bien cordialement,

SYLVIE CHURIE
Le 05/11/2015 à 06:04:17

luttons pour défendre une agriculture bio a taille humaine. NON, A LA DÉMESURE ET A L'INDISTRALISATION

Roland Girod
Le 05/11/2015 à 01:22:32

peut etre faut il accepter de manger moins de viande , boire moins de lait , consommer moins de produits issus de lait et /ou acheter bio et local ; et se demander pourquoi les aliments "non bio" sont ils moins chers ....n' oublions pas que nous sommes des consom'ACTEURS

mireille grygiel
Le 04/11/2015 à 23:06:50

La solution?

- go vegan!

Coryn
Le 04/11/2015 à 21:46:30

Je viens d'écrire aux Commissaires Enquêteurs contre l'extension des 1000 vaches, A vous de jouer.
Luttons contre la bouffe de merde des promoteurs

Stéphoto
Le 04/11/2015 à 21:46:19

Pourquoi l'état ne saisit-il pas cette ferme pour se payer des amendes non versées ?
C'est de l'argent de la collectivité qu'il s'agit.

zz
Le 04/11/2015 à 19:27:34

On doit arrêter définitivement avec ce modèle économique monstrueux.

Roland COMTE
Le 04/11/2015 à 18:06:53

C'est quoi cette mascarade de justice.
Chacun fait ce qu'il veut, on ne respecte plus ni homme ni bête ni quoi que ce soit, l'argent a totalement pourri le monde et la justice ferme les yeux pourvu que ça rappporte du fric !!! c'est à vomir...

SYLVIE CAYLA
Le 04/11/2015 à 18:00:22

qu'elle honte et ceux là se disent éleveurs, ils ne veulent plus rien foutre

nico50
Le 04/11/2015 à 17:23:59

@Lionel Drouvin : oui, vous avez fait un message qui fait "coup de gueule", mais c'est fréquent dans ces actions d'oppositions, de cyber@ctions. Rt il en faut des centaines, des milliers et plus ( envoyés par cyber@cteurs aux personnes concernées .)
Montrer qu'on est de plus en plus de monde à condamner et refuser ceratins faits, certaines pratiques et le nombre devrait finir par donner des résultats, cela arrive....

Melba
Le 04/11/2015 à 17:03:44

Pauvres vaches!! Et pauvres de nous, la machine est lancée, çà ne s'arrêtera pas! Tant de fric à gagner sur le dos d'êtres vivants!La maltraitance des animaux est punie par la loi, il me semble. N'en est-il pas question lorsque l'on entasse des tant d'animaux dans un hangar? Qui seront traités aux antibiotiques, élevés aux OGM sans jamais sortir? Et qu'on vous revendra au supermarché sous forme de steacks hachés?
Si ce n'est pas de la maltraitance, c'est quoi???

Elise MOREAU
Le 04/11/2015 à 16:23:13

On n'en peut plus de ces mensonges de ces paradoxes ,un jour l'état fait une loi pour protéger le statut des animaux ,un autre jour il autorise "des camps de concentration pour animaux"et tout ça pour le fric!

Therese ROLIN
Le 04/11/2015 à 16:15:12

Pourtant que la Campagne est belle
Comment peut- on s' imaginer
En voyant l' aire des mille vaches
Que l' horreur là vient d' arriver.

yves day
Le 04/11/2015 à 16:05:24

Et voila ces 2 bonhommes vont s'il y arrivent se remplir les poches , avec ce gigantisme , "non "il faut les 'arrêter ' et laisser vivre tous les éleveurs hors de ces ' folies ' ..

PIERRE MAURIT
Le 04/11/2015 à 15:16:03

Indépendamment de la loi dont manifestement ces industriels et leur affidés se moquent, n'oublions pas que les bovins sont de beaux animaux qui ne sont pas faits pour vivre dans de telles conditions. Apparemment ces industriels et leur affidés n'ont donc pas beaucoup de cerveau ni de cœur pour ne pas comprendre cela! Il faut donc sévèrement les ponctionner à ce qui leur sert de cœur: leur portefeuille.

Marc Liaudon
Le 04/11/2015 à 15:00:15

non aux usines concentrationnaires pour les animaux

un anonyme
Le 04/11/2015 à 14:39:47

Pauvres vaches!! Et pauvres de nous, la machine est lancée, çà ne s'arrêtera pas! Tant de fric à gagner sur le dos d'êtres vivants!La maltraitance des animaux est punie par la loi, il me semble. N'en est-il pas question lorsque l'on entasse des tant d'animaux dans un hangar? Qui seront traités aux antibiotiques, élevés aux OGM sans jamais sortir? Et qu'on vous revendra au supermarché sous forme de steacks hachés?
Si ce n'est pas de la maltraitance, c'est quoi???

Elise MOREAU
Le 04/11/2015 à 14:30:17

Les vaches dans les prés et le lait sera de meilleure qualité. Mais aussi les vaches pour les paysans pas pour les agro-industriels.

Joël BELLENFANT
Le 04/11/2015 à 14:28:50

Pour une conclusion de refus!
Voici le texte (titre chang;e comme ci-dessus) envoyé de ma part:
Monsieur le Président de la Commission d'enquête,

Cette usine des 1000 vaches est en pleine illégalité avec un dépassement de près de 300 vaches de la limite de cheptel actuellement autorisée de 500 vaches. Cette grave infraction relevée par la préfecture a donné lieu à des amendes dont le montant s'élève aujourd'hui à 57000€.

Les exploitants n'ont à ce jour toujours pas retiré leurs vaches illégales et les amendes ne sont pas payées. Cela montre un parfait mépris de la loi et de l'État de droit qui ne nous surprend pas.

Comment envisager une quelconque extension d'une exploitation hors-la-loi qui ignore avec arrogance arrêtés officiels et réglementations, en attendant la simple "mise à niveau" de l'environnement réglementaire pour ne plus tomber sous le coup de la loi ?

Face à un tel comportement, je demande avec force que le principe de prévention s'applique : dans les conditions actuelles, il est absolument inenvisageable pour faire respecter l'État de droit qu'une extension de troupeau soit autorisée.

Je vous exhorte donc à tirer vos conclusions d'enquête en ce sens, incitant les représentants de l'État à enfin mettre fin à une zone de non-droit et à ne pas encourager le défi à la loi.

Sincères salutations,

Philippe LEBOURG
Le 04/11/2015 à 14:22:39

la Terre aux paysans, trop de nantis, d'industriels, de financiers acquièrent des terres pour spéculer.

Rejoindre aussi la lutte des agents de l'ONF avec le projet du ministère des finances de se défaire des petites forêts domaniales qui deviendront la proie de ces capitalistes, on brade le bien public aux intérêts privés.

oreeat
Le 04/11/2015 à 12:48:56

Il est temps ,grand temps que notre espèce apprenne à aimer et à respecter les animaux et leur environnement avant qu 'il ne soit trop tard ..

Giraudet
Le 04/11/2015 à 12:34:50

Outre la souffrance des animaux, nous savons maintenant que l'élevage est dans le monde le plus grand responsable des problématiques climatiques, environnementales, sociales et sociétales. Il est responsable à hauteur de 55 à 70 % des dérèglements du climat (loin devant tous les effets de tous les moyens de transports réunis : voiture, camion, bateau, avion, etc. ce qui ne nous exonère pas de faire ce qu'il faut pour agir sur ce dossier également) causés pas l'abattage des forêts primaires, endémiques, pour créer des zones d'élevage intensif, des pâturages pour les troupeaux, des champs pour nourrir les animaux (avec maïs OGM notamment), responsable de la pénurie d'eau potable dans certains endroits de la planète et de la pollution dans beaucoup d'autres, responsable de nombreux problèmes de santé des humains avec les antibiotiques que nous ingérons lorsque l'on mange la viande, sans parler des maladies comme la vache folle, grippe aviaire, etc. Et dire que les organismes qui se disent pour la sauvegarde de la planète et à qui nous faisons de dons en toute , le savent parfaitement bien. Il faut dire que les dons du lobbying de l'élevage dépassent les nôtres de beaucoup ! A leur décharge, la puissance de ces derniers et leurs méthodes de persuasions semblent expéditives (jusqu'au meurtre); la peur est un moyen, heureusement temporaire, de persuasion !
Donc, commençons par faire ce qu'il faut chez nous, en s'opposant à ces projets et réalisations de fermes inhumaines, en ne mangeant plus de viande (de plus en plus de personnalités s'affichent végétariennes ou végétaliennes), de faire savoir que nous savons !
Bon, je m'aperçois que mon message fait un peut coup de gueule. En fait, c'est tout à fait ce que je ressens : en colère et triste. Et à la fois, je suis plein d'espoir et l'enthousiaste... Belle journée et bon appétit.

Lionel DROUVIN
Le 04/11/2015 à 12:03:43

Il est temps ,grand temps que notre espèce apprenne à aimer et à respecter les animaux et leur environnement avant qu 'il ne soit trop tard ..

Giraudet
Le 04/11/2015 à 11:04:44

tiens donc! la loi ne serait pas la même pour les lobbys industriels et leurs comparses que pour le quidam de base, les écologistes et les tenants du développement durable, en cette belle période de concorde au sujet de l'avenir de la planète?
quelle surprise!

Dominique Maurice René ALLAIN
Le 04/11/2015 à 10:53:46

Deviendrait-on États-Uniens ? Quand on voit les élevages géants du Texas ou autres, surpeuplés de bovins bourrés aux hormones et aux antibiotiques ... Il y a de quoi avoir peur.
Vive la truite élevée "EN PLEIN AIR" dans les Landes !!!

Bruno Cappelle
Le 04/11/2015 à 10:47:05

Cette ferme géante , qu'elle soit de 500 ou pire 800 vaches , n'a qu'un sens financier , d'ailleurs vraisemblablement provisoire ,elle supprime des paysans et désertifie kle territoire , contribue à l'artificialisation d el'environnement et à la destruction de la biodiversité ,crée du chômage pour l'enrichissement de quelques uns , justifie financièrement le mépris des conditions animales et humaines , renvoie sur la collectivité les frais dus à l'impact sur l'environnement naturel et humain qu'elle fragilise , et j'en oublie ....

LECHAT
Le 04/11/2015 à 10:32:58

Il vaut mieux être une vache "sans papiers",donc n'existant pas dans cet etable géante,mais protégée par le pouvoir de l'argent et le pouvoir tout court,que réfugié humain sans papiers abandonné dans la rue par les mêmes pouvoirs!

jakez
Le 04/11/2015 à 10:28:59




l'application des lois concerne tous les citoyens de ce pays
il semblerait indispensable d'envisager de joindre conjointement le ministère de l'environnement, le ministère de l'agriculture , le ministère de la justice

Mondo
Le 04/11/2015 à 10:19:43

Stop à l'agriculture punitive, les alternatives existent.

Benoît Piel
Le 04/11/2015 à 10:15:11

et pourquoi pas 10000, 100000, un million? les techniques actuelles peuvent le permettre (voir les USA)il suffit d'y mettre le prix si c'est "rentable" à terme!
Mais les exploits techniques sont-ils l'alpha et l’oméga de l'existence, à quoi servent-elles in fine?

Michel Colocoloff
Le 04/11/2015 à 10:03:18

A quand une gestion participative de tant de questions qui regardent tous les français et pas seulement une clique de politicards qui décident de tout en fonction d'intérets privés ?
Non loin de moi, il y a un pays où tous les citoyens peuvent faire invalider des décisions qu'ils refusent, par votations qu'il est facile de mettre en oeuvre ( en Suisse ). 150 referendums en 10 ans contre 1 en France ( qui n'a même pas été respecté, en plus ( sarko ...) !

melba
Le 04/11/2015 à 09:59:58

L'Etat de Droit est sans cesse bafoué sans que les autorités concernées ne réagissent .

Le Laxisme à tout les niveaux semble être le dénominateur commun de ce Régime Social démocrate à la botte de Merkel .

claude de Jatteau
Le 04/11/2015 à 09:56:24

l'élevage industriel est nuisible pour les animaux, l'environnement, la santé humaine. je m'oppose fermement à tout agrandissement de cette usine à lait

alain persuy
Le 04/11/2015 à 09:41:21

Comme exprimé dans les commentaires précédents, je précise que ma signature exprime mon opposition à cette augmentation du nombre de bêtes sur l'exploitation dite des 1000 vaches et mon opposition à ce type de production industrielle.

HELIANE ROBERT-ROMPILLON
Le 04/11/2015 à 09:29:26

Je n'aimerais pas que ma signature pour dire non à l'extension du cheptel de la ferme des 500 vaches, soit considérée comme une validation du cheptel actuel. L'élevage intensif est à proscrire de quelque nombre qu'il se compose.

tess
Le 04/11/2015 à 09:00:22

Non à la légalisation d'une irrégularité
Non à la disparition de notre agriculture

Claude dubois
Le 03/11/2015 à 15:10:42

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !