image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Que l'ARS lève le doute sur le lien entre pesticides et cancers d'enfant

Mise en ligne du 08/10/2015 au 01/06/2016

Entre 1999 et 2012 quatre enfants de la commune de Preignac (33) ont développé des cancers pédiatriques, type leucémie, comme l'enfant de Pascale Mothes. Ces enfants avaient pour seule contrainte d'être scolarisés dans une école proche des vignes, et exposés aux traitements des pesticides. l'Agence Régionale de la Santé a demandé une étude restée insatisfaisante et incomplète d'après "Alerte des Médecins sur les Pesticides". Il est donc impératif, à partir du principe de précaution, que l'ARS poursuive son enquête.

Bilan de la cyberaction :

4384 participants

Présentation de la cyberaction :

Suspicion d’agrégat de cancers pédiatriques en région viticole :
"l’Agence Régionale de la Santé doit revoir sa copie" d'après l'association "Alerte des médecins sur les pesticides" (AMLP).

A la suite du signalement effectué par le Maire de Preignac, qui avait été informé de 4 cas de cancers pédiatriques dans sa commune entre 1999 et 2012, l’étude demandée par l’ARS et confiée à l’Institut de Veille Sanitaire (InVS), vient d’être publiée. Dans les conclusions, on peut lire que l’on a affaire à un excès de cancers « modéré ».

Modéré ? Quatre enfants ont déclaré un cancer, soit cinq fois plus que la moyenne nationale, qui se serait située – vu le nombre d’enfants sur la commune – à 0,8. Parmi ces quatre enfants est concerné celui de Pascale Mothes (photo ci-dessus), qui aujourd'hui âgé de 21 ans a développé une leucémie en 1999. Interrogée par le quotidien "Sud Ouest", elle confiait alors: "Les pesticides dont il est établi qu'ils sont dangereux pour la santé sont omniprésents dans la culture de la vigne (...). Combien de fois nous avons du renoncer à manger dans le jardin parce qu'un tracteur débarquait dans les parcelles voisines pour épandre (...). Or quand je vois comment cette affaire est traitée, j'ai l'impression que l'on nous ressort l'argument du nuage de Tchernobyl !".

Comme toujours en pareil cas la question qui se pose est de savoir si le hasard est seul responsable, ou s’il est nécessaire d’ouvrir une enquête plus approfondie. Pour en juger les autorités sanitaires devaient répondre à plusieurs questions :
Les données sanitaires suggèrent-elles un excès de cas ?
Même s’il n’est pas statistiquement possible de conclure, il est à ce stade impossible, comme le reconnaissent les auteurs de l’étude, d’écarter cette possibilité.
L’exposition environnementale sur la zone d’étude se distingue-t-elle de la norme ?
A l’évidence la réponse est oui. Toujours selon le rapport de l’InVS aucune source de pollution industrielle n’est mise en évidence et seule « une forte activité viticole avec proximité de l’école et des habitations par rapport aux vignes » est relevée.
Du point de vue épidémiologique le lien entre l’exposition suspectée et les cas de cancers authentifiés est-il plausible ?
Malheureusement c’est ce qu’affirme l’expertise Inserm (Institut nationale de la santé et de la recherche médicale) qui qualifie d’élevé, le niveau de preuve scientifique reliant exposition aux pesticides et certains cancers de l’enfant.

Curieusement, l’ARS sans contester ces réponses, ne juge pas utile de poursuivre son enquête. Si l’on ne retient que les cas d’hémopathies malignes et de tumeurs cérébrales l’ARS considère que 6 cas retrouvés pour 3,6 attendus sur l’ensemble des communes étudiées, ou 3 sur la seule commune de Preignac contre 0,5 attendu, ne constituent pas une preuve d’excès de cas. Certes, mais elle devrait ajouter, qu’une investigation portant sur une zone plus vaste, partageant les mêmes caractéristiques que ces 10 communes, à savoir une forte activité viticole, doit être entreprise pour lever le doute.

Est-il nécessaire de rappeler que la viticulture utilise pratiquement 20% des quantités de pesticides commercialisés sur 4% de la surface agricole utile ?

Preignac, ses vignobles, ses pesticides et ses enfants malades de cancer
http://www.bastamag.net/Des-cancers-d-enfants-dus-aux-pesticides  

Pesticides : les cancers d’enfants intriguent toujours le Sauternais
http://www.cyberacteurs.org/pdf/article-rue-89-par_80.pdf  

Pesticides et santé : l'inquiétude d'une mère
http://www.cyberacteurs.org/pdf/facebook-144433547_98.jpg  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur,

Je vous demande, comme le suggère l'association "Alerte des médecins sur les pesticides", une étude épidémiologique approfondie et étendue sur la zone viticole où se situe Preignac.

Je demande à connaître également les mesures de protection retenues, limitant le risque d’exposition à la dérive aérienne lors des épandages de pesticides, sur l’ensemble des communes relevant de la même problématique autour de Preignac.

Enfin je souhaite que soit portée à la connaissance de tous la nature des contrôles sous votre responsabilité.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations cordiales.

 


Notice: Undefined index: commentaire in /var/www/alternc/c/cyber/public_html/include/insertActionComBilan.inc.php on line 4

54 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Quand donc le politique prendra enfin ses responsabilités concernant la santé de ses administrés? Trop peu d engagement et trop de lobbys.

Polguer
Le 12/10/2016 à 16:57:19

Courriel reçu le lundi 2 mai.
Ils ont au moins la correction de répondre,maintenant il faut voir et continuer l'action.

Madame, Monsieur,



Je tiens à vous assurer du fait que l’ARS Aquitaine Limousin Poitou-Charentes a bien pris en compte vos interrogations sur l’impact potentiel sur la santé des enfants de l’exposition aux pesticides et souhaite vous apporter les éléments dont je dispose à l’heure actuelle.



Dans ce cadre, l’ARS a effectivement saisi l’InVS, par l’intermédiaire du Ministère de la santé (direction générale de la santé), pour étudier la pertinence de réaliser une étude épidémiologique sur les pesticides et la survenue de cancers pédiatriques en zones viticoles. Je ne manquerai pas de communiquer, dès que je disposerai d’informations sur les suites données à cette saisine.



La thématique « Pesticides et santé » fait partie des préoccupations et des axes de travail de l’ARS Aquitaine Limousin Poitou-Charentes(1). L’agence a développé en Aquitaine, en partenariat avec les acteurs régionaux concernés, un dispositif novateur de gestion des plaintes liées aux épandages de pesticides « Phytoplaintes ». Ainsi, l’ARS centralise et gère tous les signalements et demandes d’information en lien avec ce thème, en collaboration avec la Direction régionale de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt (DRAAF), qui peut contrôler les conditions d’utilisation de ces produits et la mise en œuvre de mesures de prévention.



Par ailleurs, pour répondre à votre interrogation concernant les mesures de protection mises en œuvre en Gironde pour limiter les risques d’exposition aux pesticides, un plan d’actions ciblé concernant les expositions à ces produits aux abords des établissements scolaires de la Gironde a bien été mis en œuvre depuis 2014 (arrêté préfectoral du 23 juin 2014). Il comprend des actions de sensibilisation des mairies et des viticulteurs et des mesures de prévention concernant les épandages à proximité des établissements scolaires (interdictions d’épandage dans un périmètre géographique établi autour des écoles ainsi que pendant les horaires de récréation et d’entrée et sortie d’école).



La question des effets des pesticides sur la santé est une priorité de santé publique, l’ARS Aquitaine Limousin Poitou-Charentes va donc poursuivre la mise en œuvre d’actions permettant d’intensifier et de partager les connaissances entre institutions régionales, experts et citoyens dans ce domaine, et d’identifier des priorités d’action adaptées au contexte régional.



Je vous prie de croire, Madame Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée



(1) notamment au travers du plan régional santé environnement

Michel LAFORCADE - Directeur Général
__________________________________________________________________

== Agence Régionale de Santé (ARS) Aquitaine Limousin Poitou-Charentes
103 bis rue Belleville - CS 91704 - 33063 Bordeaux Cedex
Tél. : 05.57.01.44.04 - Fax : 05.57.01.44.09
http://www.ars.aquitaine-limousin-poitou-charentes.sante.fr  




didier aufort
Le 02/05/2016 à 21:21:11

https://www.change.org/p/madame-s%C3%A9gol%C3%A8ne-royal-ministre-de-l-environnement-madame-marisol-touraine-ministre-de-la-sante-monsieur-alain-rousset-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9gion-aquitaine-poitou-charentes-limousin-monsieur-jos%C3%A9-bov-appliquez-le-principe-de-precaution-pour-les-pesti?recruiter=11591378&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink  
DEMANDONS L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PRECAUTION POUR LES PESTICIDES ! Nous ne pouvons plus faire semblant de ne pas savoir que les Pesticides nous font courir un risque énorme. En laissant faire, nous cautionnons un système qui n'hésite pas à mettre notre santé en danger,ainsi que tous les écosystèmes. Nous avons besoin d'hommes politiques courageux et honnêtes !

PASCALE MOTHES
Le 24/03/2016 à 17:22:37

Suite à la réponse donnée à Robin BETEAU,

Tout cela est du blabla administratif.
La preuve en est que le plan Ecophyto est un fiasco : l'ambition de vouloir réduire de 50% l'utilisation des pesticide d'ici 2017 ne sera pas atteint au contraire, la consommation a augmenté ! ce qui a donné lieu au plan Ecophyto2 (:))qui prévoit une réduction de 50% d'ici.....2025 !!!
Ensuite, en Gironde, les seules mesures de prévention mises en place suite à l'arrêté préfectoral sont, dans un ou deux cas, la plantation de haies, l'installation de filets pour "capter" les particules de pesticides en suspension !!!! cette action a été bien évidemment largement médiatisée et commentée pour montrer l'efficacité des services sanitaires dans la protection de la population, contrairement aux dires de certaines associations ou collectifs de riverains anti pesticides...Autant vous dire que les particules doivent bien se fendre la gueule !car elles n'ont pas attendu les haies et les filets pour monter à plus de 10 mètres et se faire la belle à des kms !!
"Ne pas épandre pendant les récréations, aux horaires de rentrée des classes et sortie" : cela revient à dire que 5 minutes avant l'heure de rentrée des classes, le viticulteur de la parcelle qui se trouve à 50 mètres de la cour de récré va pouvoir balancer son poison !! c'est donc ça les mesures de prévention ! on se fout de nous !!!
Phytoplaintes ! là aussi c'est du pipeau. L'ARS n'est même pas capable de répondre à nos 4175 cybers, ni même au courrier des médecins de l'AMLP ! croyez-vous qu'ils aient une attitude différente avec les citoyens qui osent (d'ailleurs peu le savent) se plaindre ??!! perso je n'y crois pas une seconde.
Pour terminer, ils disent "La question des effets des pesticides sur la santé est une priorité de santé publique, l’ARS Aquitaine Limousin Poitou-Charentes va donc poursuivre la mise en œuvre d’actions permettant d’intensifier et de partager les connaissances entre institutions régionales, experts et citoyens dans ce domaine, et d’identifier des priorités d’action adaptées au contexte régional" Là aussi, permettez-moi d'être perplexe car les médecins du Limousin ont été reçus récemment par la DGS au sujet qui nous préoccupe et sont repartis assez déçus. Donc, pas de quoi sauter au plafond tout ça.
Continuons !

PASCALE MOTHES
Le 28/02/2016 à 22:20:33

Il est certain que tous ces produits chimiques utilisés dans l'agriculture sont nocifs.
Il faut revenir à une agriculture naturel, respectant la vie.

un anonyme
Le 27/02/2016 à 08:58:22

Bonjour,
Suite à cette pétition, j'ai reçu la réponse suivante du Directeur Général de l'ARS :

““
Madame, Monsieur,

Je tiens à vous assurer du fait que l’ARS Aquitaine Limousin Poitou-Charentes a bien pris en compte vos interrogations sur l’impact potentiel sur la santé des enfants de l’exposition aux pesticides et souhaite vous apporter les éléments dont je dispose à l’heure actuelle.

Dans ce cadre, l’ARS a effectivement saisi l’InVS, par l’intermédiaire du Ministère de la santé (direction générale de la santé), pour étudier la pertinence de réaliser une étude épidémiologique sur les pesticides et la survenue de cancers pédiatriques en zones viticoles. Je ne manquerai pas de communiquer, dès que je disposerai d’informations sur les suites données à cette saisine.

La thématique « Pesticides et santé » fait partie des préoccupations et des axes de travail de l’ARS Aquitaine Limousin Poitou-Charentes(1). L’agence a développé en Aquitaine, en partenariat avec les acteurs régionaux concernés, un dispositif novateur de gestion des plaintes liées aux épandages de pesticides « Phytoplaintes ». Ainsi, l’ARS centralise et gère tous les signalements et demandes d’information en lien avec ce thème, en collaboration avec la Direction régionale de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt (DRAAF), qui peut contrôler les conditions d’utilisation de ces produits et la mise en œuvre de mesures de prévention.

Par ailleurs, pour répondre à votre interrogation concernant les mesures de protection mises en œuvre en Gironde pour limiter les risques d’exposition aux pesticides, un plan d’actions ciblé concernant les expositions à ces produits aux abords des établissements scolaires de la Gironde a bien été mis en œuvre depuis 2014 (arrêté préfectoral du 23 juin 2014). Il comprend des actions de sensibilisation des mairies et des viticulteurs et des mesures de prévention concernant les épandages à proximité des établissements scolaires (interdictions d’épandage dans un périmètre géographique établi autour des écoles ainsi que pendant les horaires de récréation et d’entrée et sortie d’école).

La question des effets des pesticides sur la santé est une priorité de santé publique, l’ARS Aquitaine Limousin Poitou-Charentes va donc poursuivre la mise en œuvre d’actions permettant d’intensifier et de partager les connaissances entre institutions régionales, experts et citoyens dans ce domaine, et d’identifier des priorités d’action adaptées au contexte régional.

Je vous prie de croire, Madame Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée

(1) notamment au travers du plan régional santé environnement

Michel LAFORCADE - Directeur Général

== Agence Régionale de Santé (ARS) Aquitaine Limousin Poitou-Charentes
103 bis rue Belleville - CS 91704 - 33063 Bordeaux Cedex
Tél. : 05.57.01.44.04 - Fax : 05.57.01.44.09
http://www.ars.aquitaine-limousin-poitou-charentes.sante.fr  
””

Bien fraternellement,

Robin BETEAU
Le 18/02/2016 à 09:31:42

je pense que le reportage cash investigation du 02 fevrier sur france 2 vous donne la reponse. ceux qui nient la toxicité des pesticides sur l'espece humaine sont des corrompus....

snake
Le 03/02/2016 à 19:05:56

Il n'y a plus de doutes possibles!
Les pesticides tuent, je peux le prouver. Qui me rendra mon gamin , parti à 41 ans d'un cancer de la vessie?
Il était passionné par la vigne et le cognac......

Jacky FERRAND
Le 31/01/2016 à 08:36:31

http://www.sudouest.fr/2016/01/18/epandage-de-pesticides-le-debat-s-ouvre-2245862-2932.php  
Je préfère de loin l'article paru ce matin dans sud ouest. J'en profite aussi pour préciser ici que Générations Futures n'est, à aucun moment, intervenu dans l'organisation de cette soirée. Ils ont simplement servi de couverture pour la mise à disposition de la salle par la ville de langon (assurance oblige). Donc ça, c'est dit.
Cette réunion n'est que le début d'une longue histoire ! J'ai été suivie toute la journée par une équipe de France 5 qui diffusera un reportage autour du sujet vers mars avril. France 2 (pour le 13h15) était présent aussi.
Certains viticulteurs présents à cette soirée ont sans aucun scrupules affiché le déni se plaignant même de subir nos attaques et passant pour des assassins ! Oui messieurs, vous contribuer à répandre cette mort invisible et silencieuse ! Vous faites honte à la profession ! Personne ne voudra plus de votre vin bientôt !
Je voulais rajouter que les médecins AMLP sont convoqués à la DGS début février ! Notre cyber aurait-elle dérangé ? Je crois qu'elle a bien fait sa part,comme le petit colibris ! Merci à David et toute l'équipe !

PASCALE MOTHES
Le 18/01/2016 à 12:11:38

Langon Pesticides : salle comble pour la conférence-débat aux Carmes
http://www.lerepublicain.net/pesticides-salle-comble-pour-la-conference-debat-aux-carmes_43107/  

cyberacteurs
Le 18/01/2016 à 07:14:41

C ' EST FOU !!!!!

Bien que le sujet ne s'y prête pas du tout, devant la difficulté à faire entendre la raison je suis désarmé et tenté d' ironiser : " Quelle idée folle d'habiter à la campagne !!!! De nos jours c'est beaucoup trop dangereux !!!! C'est la raison pour laquelle j'habite en ville là où résident les gouvernants. C'est sans doute la raison pour laquelle les campagnes se vident... "

J'ai bien conscience que les mamans des enfants malades des pesticides ne peuvent pas apprécier cet humour, mais qu'elles sachent que l'ironie c'est la politesse du désespoir !

Ce monde est délétère comment parvenir à faire admettre à l'industrie chimique qu'ils nous tuent ????????????????????????

Leur défense est toujours la même : prouvez le ! Ils ne sont responsables de rien (pas même à BOPAAL...). En attendant des enfants souffrent et meurent. Nos politiques et les juges se taisent, constatent et ça continue... jusqu'où ???????

GuyD
Le 12/01/2016 à 20:03:35

Ancien maire de Preignac (33) : « Les enfants développent des cancers à cause des pesticides ! »
http://www.francedimanche.fr/face-a-la-maladie/les-enfants-developpent-des-cancers-cause-des-pesticides%E2%80%89/  

L’affaire des pesticides de Villeneuve en Gironde est relancée avec l’ouverture d’une information judiciaire contre X
http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/cote-chateaux/2016/01/07/laffaire-des-pesticides-de-villeneuve-en-gironde-est-relancee-avec-louverture-dune-information-judiciaire-contre-x.htm  

Alain UGUEN
Le 11/01/2016 à 09:14:03

Cancer lié aux pesticides : le combat d'une mère
http://www.cyberacteurs.org/pdf/12391366-102057856_42.jpg  

David Derrien
Le 17/12/2015 à 06:49:46

À tous,

Prenez le temps de lire les témoignages ci-dessous... C'est édifiant !

Ppllnn
Le 21/11/2015 à 08:33:10

A Gwénaëlle Lagrange,
A propos de l'INSERM, à part des constats alarmants noyés dans des fatras accessibles qu'aux spécialistes, je crains qu'aucune étude épidémiologique d'envergure aboutissant à des conclusions synthétiques et vulgarisées ne soit entreprise.
Pris sur le site INSERM " En l’absence de données réelles d’incidence observées sur l’ensemble du territoire national, l’évolution du nombre de cas de cancers en France ne peut être qu’estimée " ...Il y a donc volonté d'obscurcir au niveau de l'Etat.
Est-ce un choix politique visant à ne pas informer le public ? ou bien, une volonté de ne pas donner aux divers instituts de recherche les moyens d'entreprendre et de conduire les études adéquates et consultables par tous ?

Voyez la résistance énorme faite aux associations de défense des victimes de l'amiante...
L'austérité en est-elle la condition jugée indépassable par les tenants du libéralisme ?
Est-ce là le corollaire dégât collatéral sacrifiant des pans de la population au veau d'or de l'argent-roi ?

yoyopolo
Le 18/11/2015 à 15:39:39

Suite au commentaire de Gwénaëlle Lagrange :
Vous pouvez me contacter si vous le désirez par le biais de Facebook, votre témoignage est très important, j'aimerais que l'on en parle.
Ma page FB se nomme pesticides et Cancers.
L'Union fait la force !

Pascale Mothes
Le 07/11/2015 à 10:46:06

Nous aussi on se pose des questions sur la Leucémie Aigüe Lymphoblastique de notre fille, développée à l'âge de 2 ans en 1998.
La différence c'est que l'on habitait à l'époque un charmant village du Loir et Cher, Orchaise,entre Vallée de la Cisse et le bas de la Beauce, où au moins 3 enfants, dont ma fille, ont été atteints par une leucémie à la fin des années 1996 à 1999.
Ma fille a pu être sauvée grâce à une greffe de moëlle osseuse de sa sœur, elle va bien aujourd'hui, malgré des séquelles de chimiothérapie... mais quel coût pour la Sécurité Sociale !!! (Merci d'ailleurs à notre système de soins, tant qu'il existe !)
Si je laisse un message, c'est que nous avons été interpellés à l'époque par une enquête INSERM, à laquelle nous avions répondu, et qui nous demandait, outre notre zone géographique précise, quelles sortes de cultures étaient faites aux alentours.
Et je me souviens aussi que 2 semaines avant que l'on nous annonce que ma fille avait cette leucémie, un article de la Nouvelle République nous informait que l'incinérateur de Blois rejetait une forte concentration de dioxine, supérieure à la norme...et que le lait maternel concentrait ces dioxines...et dire que j'avais eu grand bonheur à l'allaiter et à la promener sur le plateau agricole ! Quand ma fille a été conçue, nous étions à St-Laurent-des Eaux où j'ai vécu plusieurs années... Alors à laquelle de ces "saloperies" sont dues ces leucémies infantiles ???
Peut-être à un de ces "magnifiques" cocktail?!???!!!

Gwénaëlle Lagrange
Le 06/11/2015 à 22:19:53

Je suis aussi résident dans une zone viticole, à Orange, je déconseille régulièrement toute promenade dans les vignes en dehors de la saison hivernale. En été c'est une puanteur chimique.
Il en est de même dans toutes les régions viticoles.
Même les viticulteurs bio ont des difficultés en raison des vents (surtout en vallée du Rhône)
Il en est des pesticides comme des centrales nucléaires, autour des sites il y a deux fois plus de risque de leucémie de l'enfant.

Dominique Seydoux
Le 02/11/2015 à 13:31:07

Je n'accepte pas la collusion entre les services de l'état censés protéger les populations et les pollueurs !

jean-baptiste gamberi
Le 25/10/2015 à 10:48:41

Des lanceurs d'alerte existent et s'expriment...

C'est la population qui écoute ailleurs !

Roger LUCE
Le 22/10/2015 à 10:33:35

Cela fait des décennies que je me préoccupe et me 'bats ' contre l'utilisation des 'Insecticides er Pesticides " qui sont 'tous ' Toxiques ' en contactant des 'élus ' de tous bords .. y compris ' écologistes ' sans résultats !! apparemment ' ! ,je viens de perdre mon frère d'un cancer , il avait ' travaillé en milieu agricole et respiré ces produits dangereux ..
alors il est temps et même en 'retard ' que 'nos Gouvernants s'attaquent rapidement à ce problème 'urgent
MP Pierre MAURIT

Pierre Maurit
Le 19/10/2015 à 08:52:39

de moins en moins de bon sens dans ce pays, par conséquent de moins en moins d'élècteurs aussi.

un anonyme
Le 18/10/2015 à 18:40:08

Il est temps d'encourager les viticulteurs qui font du bio.

Françoise Boineau
Le 18/10/2015 à 10:54:39

N'y aurait-il pas collusion entre les services de l'état- en l'occurrence l'ARS - et ces multinationales qui se remplissent les poches en s'asseyant sur notre santé ?
Qui étouffent les affaires au sein de ces services ? On aurait besoin de lanceurs d'alertes mais pour cela il faudrait que ces derniers soient réellement protégés ...

françois berthet bondet
Le 15/10/2015 à 18:51:45

Que l'ARS ait le courage de la déontologie qui devrait l'habiter....

Joan-Miquèu ESPINASSE
Le 15/10/2015 à 08:03:26

Journal télévisé de France 2 du mardi 12 octobre.
Les pesticides utilisés autour des écoles sont-ils à l'origine de maladies graves ?
http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/les-pesticides-utilises-autour-des-ecoles-sont-ils-a-l-origine-de-maladies-graves_1127931.html  

David Derrien
Le 15/10/2015 à 05:37:47

Très solidaire...

un anonyme
Le 14/10/2015 à 18:01:56

Mondo
insatisfaisante dans sa réponse et incomplète dans sa méthode (plus large spectre territorial)

David pour Cyberacteurs

David Derrien
Le 14/10/2015 à 09:39:25

Mondo
insatisfaisante dans sa réponse et incomplète dans sa méthode (plus large spectre territorial)

David pour Cyberacteurs

David Derrien
Le 14/10/2015 à 09:38:55


merci à "alerte des mèdecins sur...."
renouvelons l'opposition à tous les pesticides!
que signifie l'incomplet résultat de l'étude de l'ARS?

Mondo
Le 13/10/2015 à 17:26:46

réponse à yoyopolo,
les larmes montent en lisant votre post. Cette vie pour ces enfants qui doivent supporter des soins parfois terriblement douloureux, sans compter la maladie elle-même qui amène sa part de douleurs. Puisse votre petit ange être soutenue par les forces bienveillantes de l'Univers et l'Amour de sa famille . Il faudrait que tous ces parents se manifestent . C'est ensemble que l'on peut avoir du poids, oui je pense que cette histoire s'apparente à l'amiante, c'est un nouveau scandale sanitaire que l'on doit dénoncer. Industrie pharmaco-agricole main dans la main pour faire du fric sur notre dos ! BAYER par exemple, mettent au point et vendent des médicaments, de la chimio et vendent des pesticides...mais où va le monde ?!

Pascale Mothes
Le 13/10/2015 à 16:46:34

Le pire ou le plus stupide ,c'est que la plupart des agriculteurs savent parfaitement que ces produits sont toxiques pour eux comme pour l’environnement.
Mais intoxiqués par la propagande des techniciens ,et incapables de remettre leurs habitudes en cause ils continuent à utiliser ces produits.

Comme les fumeurs qui continuent à fumer malgré tout ce qu'on peut dire.

Seule une loi peut arrêter le massacre mais comme les politiques sont vendus aux multinationales,sans une énorme mobilisation elle ne verra jamais le jour.

De plus avec le Tipp ,les lobbies des pesticides pourront imposer l'usage des pesticides en attaquant en justice toute loi qui iraient contre leurs bénéfices.Or le gouvernement actuel fait tout pour que ce texte soit voté contre l'intérêt et la santé des citoyens et dans la plus grande opacité.Mais pour le plus grand bénéfice de quelques multinationales dont 8 sur 10 sont américaines.

Marsupilami
Le 13/10/2015 à 16:28:07

Une solution et non des moindres: le boycott des vins issus de vignes traitées chimiquement.Il y a de très bons vins bio, pour une différence de prix minime.Le pouvoir est aux consommateurs.Ne rien attendre des pouvoirs publics ils sont aux mains des multinationales mortifères.

jacquet
Le 13/10/2015 à 14:50:02

Mon adorable petite-fille âgée de 10 ans et demeurant à St Herblain 44 est atteinte d'une leucémie à lymphoblastes T au pronostic aggravé comparativement à d'autres leucémies. Elle est traitée depuis 3 ans et est en voie de rémission aléatoire. Lors de son très dur passage en oncologie pédiatrique, ses parents furent en contact evec d'autres parents demeurant dans le viticole. Ils font des liens de causalité avec l'environnement mais sans être étayés par des études épidémiologiques approfondies, comme en d'autres temps le blackout entourant l'amiante fut institué par les ministères et les industriels. Ma sœur fut victime d'une asbestose foudroyante et incroyablement douloureuse. Tant que perdurera le système qui aggrave sciemment la situation, nous en seront victimes.
N.B. A noter que les ondes électromagnétiques émises sont très fortement suspectes d'êtres cancérigènes. Nous assistons à une recrudescence sans nom du développement des cancers sans que cela n'émeuve nos gouvernants qui s'estiment plus à l'abri en bénéficiant de conditions de vie plus saines et de moyens de soins privilégiés .

yoyopolo
Le 13/10/2015 à 12:26:43

LE PB : EXTENSION DE LA POPULATION
TOUT APPELLE ET TOUT EST FAIT pour ETRE PLUS NOMBREUX , DONC consommer , acheter , produire + et enrichir LES GROSSES SOCIETES INTERNATIONNALES AU DETRIMENT de la qualité , du bien etre ,de l'environnement ... etde la PAIX

ALBERT12
Le 13/10/2015 à 12:13:50

Il faut se battre contre les pesticides qui sont bien évidemment très dangereux pour tout le monde et encore plus pour les enfants !!!

Il faut faire tomber Monsanto, plus grand tueur de tous les temps !!

david barrillon
Le 12/10/2015 à 22:47:24

Il est temps que soient reconnus les désastres provoqués par les pesticides utilisés par les agriculteurs, liés par leurs emprunts à la mafia de la biochimie agricole. Cette reconnaissance permettra le développement de l'agriculture bio et contribuera à améliorer la santé de la population... et celle de l'Assurance maladie.

Roland Peccoud
Le 12/10/2015 à 19:18:16

PESTICIDES TUEURS D'abeilles, et d'hommes. Soutien à l'action de pascale.

un anonyme
Le 12/10/2015 à 19:06:54

Le fils d'un ami, âgé de 40 ans, est également décédé des suites de traitements dans les vignes. Il ne sera pas le dernier hélas !

un anonyme
Le 12/10/2015 à 18:40:17

tous a sivens le25 octobre d abord pour un hommage et puis pour faire savoir notre mecontentement sur tous ce qui porte atteinte a la vie la plus elementaire

christian despaux
Le 12/10/2015 à 17:59:40

Au service de qui sont donc les ARS ????

un anonyme
Le 12/10/2015 à 17:49:14

Ne faisons pas aux autres ce que nous ne voulons pas que l'on nous fasse.Ces épandeurs de pesticides accepteraient ils que leurs enfants soient exposés?

Colette Boudet
Le 12/10/2015 à 17:08:59

je suis consternée par ce qu'il vous arrive madame...
quand on arrive a condamner un viticulteur refusant de "traiter" ses vignes...quand plus on est gros plus on a de pouvoir prédomine ..quand nos politiques sont tenu par les couilles par ceux qui les financent....nous pauvres petits n'avons que peu de choix, peu de poids, peu d'espoir...
savez vous que dans l'hérault pas mal de garçon naissent avec des micro pénis....cela aidera peut être leurs péres a changer de chemin.....

colibriette
Le 12/10/2015 à 16:56:34

À l'attention de Paul Buisson,
Votre commentaire est pertinent quand vous dîtes que le vin n'est pas un produit de première nécessité. Je suis bien d'accord. Mais, comme vous le savez pour être venu dans notre région à corbeaux (ça c'est très vrai ! mais j'adore aussi les corbeaux :-) ) ce sont des baronnies séculaires ou bien des grands groupes comme AXA et Bordeaux, Sauternes, St Emilion, n'existent qu'à travers leurs vins...prestige obligé....

un anonyme
Le 12/10/2015 à 16:24:44

Etant apiculteur et voyant les carnages engendrés sur les colonies d'abeilles par les pesticides, je me doute bien des risques encourus par les utilisateurs et les consommateurs sur les risques liés aux applications. Quand est-ce que les pouvoirs publiques et les consommateurs vont-ils prendre la mesure de la chose et s'emparer à bras le corps de cet empoisonnement des populations de la flore et de la faune.

un anonyme
Le 12/10/2015 à 16:12:53

Heureux de n'acheter plus que du vin, des fruits et des légumes bio et bien triste pour ces petites victimes et tous ceux qui sont exposés à ces poisons.

Christian Taillard
Le 12/10/2015 à 15:36:16

c'est toujours la même question.
construire une convergences des luttes pour aller vers un changement radical de notre manière de nous organiser collectivement , pour une autre économie

jacqueline martin
Le 12/10/2015 à 15:25:38

a quand la fin de la complicité des l'état avec les lobbing de tout genre en ce qui concerne la présente pétition des industriels fabriquant les pesticides , genre Monsanto,
changer le système économique , rendre aux citoyens le pouvoir de gouverner . lutter pour un changement radical .

un anonyme
Le 12/10/2015 à 15:22:55

Les cancers chez les agriculteurs et vignerons devraient pourtant inquiéter ceux-ci… La MSA enquête-t-elle de façon indépendante sur les maladies professionnelles de ce milieu ? Les syndicats professionnels défendent-ils réellement la santé au long terme (loin des pressions de l'agro-chimique à outrance tentant d'écouler les produits dérivés de l'industrie d'armements) ?

un anonyme
Le 12/10/2015 à 15:10:56

L'humanité est à la croisée des chemins !!!
Gageons qu'elle prenne les bonnes décisions ; quoiqu'il advienne, le BIEN VAINCRA ! Alors hauts les cœurs et continuons à l'essaimer comme nos sœurs les abeilles.

un anonyme
Le 12/10/2015 à 14:32:32

A l'heure de la prise de conscience de la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique et son incidence sur notre alimentation qui sera de moins en moins carnée, il est absolument vital d'élargir les études d'impact des traitements phytosanitaires sur notre santé, sans limite d'âge, ni de type d'affection, et de rendre publiques les rapports et conclusions, et, en parallèle, de soutenir les initiatives qui préservent la diversification des espèces, telles que les semences paysannes.
Cette pétition va donc dans le bon sens.

Dan ARDUYNNA
Le 12/10/2015 à 14:20:32

Petit viticulteur moi même (dans le Mâconnais), je trouve désespérant que les vignes ne soient pas systématiquement cultivées en bio quand on sait que :
1) C'est une culture assez facile à suivre en bio sans surcoût prohibitif
2) que les acheteurs à l'international demandent de la qualité et sont prêts à y mettre le prix. le vin de qualité se vend bien.
3) que de toutes façon le vin n'est pas un produit de première nécessité et sa culture ne justifie pas qu'on prenne des risques de façon aussi grave.
Et puis aussi : il y a qq années, j'ai effectué un stage dans le sud ouest au milieu des vignobles. Pendant toute sa durée,je n'ai pas entendu un seul oiseau chanter, à l'exception de quelques corbeaux...

Paul Buisson
Le 12/10/2015 à 12:49:47

Un grand Merci à Cyberacteurs pour leur soutien dans cette cause. C'est précieux et ça réchauffe le coeur !
Et d'avance Merci aussi à tous !
Pascale M.

pascale mothes
Le 12/10/2015 à 11:58:32

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !