actualité écologie

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Ne laissez pas vos appareils en veille

Rando Plogoff dimanche 25 aout

Journal des Bonnes Nouvelles

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

La Terre vue depuis l’espace

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

victoire pour Gabriel Dufils

OPÉRATION

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Les 10 jours verts Transacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : STOP FUKUCHINON

Mise en ligne du 09/04/2014 au 18/05/2016

Centrale nucléaire de Chinon : EDF met en danger les riverains et les travailleurs
Le Réseau "Sortir du nucléaire" porte plainte pour une longue série d'infractions.

Intervenants mal protégés, organisation chaotique des opérations de maintenance, stockage de produits chimiques en dépit du bon sens… Voici quelques-uns des problèmes évoqués dans une discrète note d’inspection de l’Autorité de sûreté nucléaire concernant la centrale nucléaire de Chinon, et pour lesquels le Réseau “Sortir du nucléaire“ vient de porter plainte. Aux côtés du collectif Sortir du nucléaire Touraine, organisateur du rassemblement « FukuChiNon », l’association rappelle la nécessité urgente de fermer cette centrale vieillissante !

Bilan de la cyberaction :

4916 participants

Présentation de la cyberaction :

Dépôt de plainte pour de graves négligences

En 2013, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a effectué neuf inspections inopinées pour contrôler les travaux de maintenance effectués sur le réacteur Chinon B1. Publiée fin décembre, la synthèse de ces inspections révèle de graves négligences aux impacts lourds sur la sûreté.

Une dalle en béton en train de s’effondrer située au-dessus d’équipements cruciaux, des bidons de produits chimiques stockés en dépit des règles sans que les intervenants puissent en identifier le contenu, des procédures de consignations non respectées, des précautions insuffisantes pour prévenir l’introduction d’objets non répertoriés dans les équipements… la liste est longue ! Surtout, l’ASN témoigne d’une désorganisation manifeste du travail : des dossiers d’interventions remplis dans le désordre, conduisant à oublier certaines phases, des équipes mutées d’un chantier à l’autre sans continuité… Enfin, il est fait état des conditions déplorables dans lesquelles opèrent certains travailleurs, soumis à une irradiation élevée sans qu’une protection adéquate ne leur soit fournie.

Au vu de ces négligences inacceptables (voir le résumé ci-dessous), le Réseau “Sortir du nucléaire“ vient de porter plainte contre EDF pour une quinzaine d’infractions à la réglementation des installations nucléaires de base et au Code du travail. En soutien, le collectif Sortir du nucléaire Touraine organise le 3 avril à 18 h une action devant le Tribunal de grande instance de Tours.
La centrale de Chinon doit fermer !

Les « écarts » relevés par l’ASN constituent autant de symptômes d’une sûreté dangereusement dégradée. Surtout, ils révèlent un véritable mépris des conditions de travail des intervenants, sous-informés et parfois placés dans des situations absurdes. Outre le risque accru d’accident lié à une maintenance défectueuse, on assiste là à une mise en danger des travailleurs !

Ces inspections avaient lieu dans le cadre de la visite décennale du réacteur B1, dans la perspective de prolonger le fonctionnement de la centrale au-delà des trente ans pour lesquels elle avait été conçue. EDF compte en effet étendre la durée de vie des centrales au-delà de 40 ans, jusqu’à 50 voire 60 ans. Au vu de l’état de désorganisation actuel des travaux de maintenance, une telle prolongation ne pourrait promettre qu’une dégradation catastrophique de la sûreté et des risques inacceptables pour les riverains et les travailleurs de la centrale.

Le rassemblement « FukuChiNon », qui se tiendra le 12 avril à Chinon, sera l’occasion de rappeler la nécessité impérative d’arrêter cette centrale vieillissante, sans attendre la venue de problèmes graves !


Voir le rapport d’inspection de l’Autorité de Sûreté nucléaire :
http://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/Lettre_inspection_Chinon.pdf  

Voir le dossier de plainte :
http://www.sortirdunucleaire.org/Chinon-inspections  

BUS AU DÉPART D'ANGERS : Rendez-vous : place la Rochefoucault Départ: 11 h00 Retour vers 23 h 30 Réservation : bus.angers.fukuchinon@gmail.com.   06 85 04 92 31 Prix : 9 € (tarif réduit 5€) Infos: Sortir du nucléaire49
http://sdn49.hautetfort.com/  

Depuis ROUEN : car au départ de la Place de l'Hotel de Ville - SOTTEVILLE lés ROUEN (Parking, bus,tramway) RdV 8h Départ 8h30 Retour à 22h30 Participation: 30€ (Tarif solidaire : 10€) Renseignement: 02 35 75 36 52 06 7090 37 88 simon-fra@hotmail.fr.  

Depuis NANTES: car au départ du Cardo (arrêt de tram ligne 2) Départ en milieu de matinée, retour à 20h30 au Cardo. Participation: 20€ (Tarif solidaire : 10€) Renseignements et réservation (obligatoire) : 02 40 75 24 66 ou coordarn@laposte.net.  

Depuis LE MANS Un car partira et passera à la Flèche (rendez-vous gare routière) * Départ du Mans à 9 h 30 place Henri Vaillant (Pontlieue, marché du dimanche), retour vers 19 h * Passage par La Flèche à 10h30, gare routière Prix 15 € et 5 € pour les revenus faibles, chèque à l'ordre de SDN72 Adresse : Sortir du nucléaire 72, maison des associations, 4 rue d'Arcole 72000 Le Mans (on peut évidemment payer dans le car, mais pour la réservation de l’autocariste c’est mieux avant) Réservations : carpourchinon@gmail.com.   Ou G : 02 43 88 08 30 06 52 55 04 33 Ou D : 02 43 89 27 16 06 32 88 04 99

Pour les autres cars voir dans les commentaires.

Résumé des « écarts » recensés par l’Autorité de sûreté nucléaire, dont certains ont fait l’objet d’un dépôt de plainte pour violation de la réglementation relative aux installations nucléaires de base, du Code du travail et du Code de l’environnement :


- Risque réel de chute d’objets non répertoriés dans les équipements et canalisations, pouvant amener à de graves problèmes (p.2)
- Sur certains chantiers, les intervenants n’ont pas communication de l’analyse de risques ; dans d’autres cas, ce document ne mentionne pas certains risques comme la présence de plomb (p.3) !

- Non-respect du processus de consignation des équipements et non-connaissance des procédures (p.4)

- De nombreux intervenants ne portent pas leurs équipements de protection individuelle (sur-tenue, cagoule) dont le port est pourtant prescrit (p.5) !

- Des intervenants sont confrontés sur certaines opérations à un débit de doses de radioactivité plus important que prévu, sans que des précautions supplémentaires ne soient mises en place. Devant opérer sur une vanne présentant un débit de dose très important (en une heure, on y recevrait les ¾ de la dose annuelle autorisée pour un travailleur du nucléaire), un intervenant demande à pouvoir travailler avec un tablier de plomb… qui lui est refusé par EDF (p.5-6).

- Stockage aberrant et dangereux de produits chimiques dans l’atelier chaud (p.7) « [Les inspecteurs] ont constaté : o que les quantités de certains produits (…) étaient supérieures aux quantités indiquées sur la fiche d’identification (…), o que les acides et les bases, produits incompatibles, étaient stockés dans une même rétention, o la présence de produits périmés que les intervenants en charge du local de stockage ne savaient pas gérer, o la présence de bidons avec des étiquettes déchirées ne permettant pas l’identification des produits qu’ils contiennent, o que la notice d’utilisation des armoires de stockage est écrite en allemand, ne permettant pas aux intervenants en charge du local de stockage de connaître la charge calorifique maximale admissible par armoire »

- Présence d’importantes quantités d’eau dans le sous-sol du bâtiment réacteur, dans l’indifférence générale et sans qu’aucune analyse attestant l’absence de contamination n’ait été effectuée. La zone a ensuite été balisée… sans vérifier l’absence d’intervenants dans la zone du balisage, si bien que plusieurs d’entre eux, dont les inspecteurs, se sont retrouvés piégés à l’intérieur (p.7).

- Remplissage désordonné ou lacunaire des dossiers d’interventions, conduisant à plusieurs reprises à l’oubli de certaines phases de maintenance (p.8).

- Des ordres d’interventions où manquent certains éléments capitaux : « …les phases de relevé des côtes initiales et les réparations éventuelles n’étaient pas indiquées. Seul le professionnalisme des intervenants permettait de garantir la réalisation de ces phases, sans qu’aucune ligne de défense ne permette de s’affranchir d’un oubli éventuel » (p.9).

- Découverte dans le bâtiment réacteur, à deux mètres de hauteur, d’une dalle de béton, « en train de s’effondrer », située au-dessus de « matériel important pour la sûreté » (p.11).

- Équipes permutées en dépit du bon sens, sans continuité et avec un risque de mauvaise circulation de l’information : « … le chargé de travaux a indiqué ne pas avoir participé à la réunion de levée des préalables du chantier. (…) les agents ayant réalisé la préparation de l’activité et participé à cette réunion n’étaient plus disponibles pour poursuivre l’intervention (…). Par conséquent, une nouvelle équipe, n’ayant participé ni à la préparation de l’activité ni à la réunion de levée des préalables du chantier, avait repris l’activité pour achever la réalisation de cette intervention ».

- Conditions d’interventions « particulièrement difficiles » sur deux chantiers : « à même le sol, dans un espace très réduit dans lequel se déroulaient par ailleurs plusieurs autres activités de maintenance, avec une ambiance radiologique importante » ; « avec une très importante coactivité, un manque de place pour les intervenants ainsi qu’un manque d’éclairage » (p.13).

- Appareils de mesure non étalonnés (p.14).

- Zone contaminée non délimitée (p.14).

En savoir plus
Quand Manuel Valls prônait la sortie du nucléaire
http://lemonde.fr/planete/article/2014/04/02/quand-manuel-valls-pronait-la-sortie-du-nucleaire_4394035_3244.html  

Nucléaire, gaz de schiste, taxe carbone… les positions de Ségolène Royal
http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/04/02/nucleaire-gaz-de-schiste-taxe-carbone-les-positions-de-segolene-royal_4394413_3244.html  

La lettre qui a été envoyée :


Madame La Ministre

Intervenants mal protégés, organisation chaotique des opérations de maintenance, stockage de produits chimiques en dépit du bon sens… Voici quelques-uns des problèmes évoqués dans une discrète note d’inspection de l’Autorité de sûreté nucléaire concernant la centrale nucléaire de Chinon, et pour lesquels le Réseau “Sortir du nucléaire“ vient de porter plainte. Aux côtés du collectif Sortir du nucléaire Touraine, organisateur du rassemblement « FukuChiNon », je tiens à rappeler la nécessité urgente de fermer cette centrale vieillissante !

Dans cette attente, veuillez croire, Madame la Ministre en mon soutien pour vous aider à fermer cette centrale.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

24 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

N'est il pas possible de mettre cette centrale aux normes ? Car si je suis tout à fait favorable à la sortie du nucléaire, il me semble qu'il n'y ait pas actuellement de solution de remplacement propre et efficace; en tous cas pas le développement des énergies fossiles, que ce soit pétrole, charbon ou gaz de schiste, responsables en grande partie du réchauffement climatique.

un anonyme
Le 14/04/2014 à 17:25:58

je suis atteinte d une leucemie a trichloleucocytes depuis 1992, j ai travaille sur la centrale nucleaire de chinon 10 ans ( de 1977 a 1987) a la naissance de mon 3eme enfants j ai appris mon triste sort, pourquoi souffir moralement et phisiquement actuellement je perds encore mes dents...
(2 traitements chimio interferon 500 injectiions 2 ans apres chimio en intra vaineux 6 mois tous les 15 j ) il y a 20 ans , je ne peux plus travailler apres avoir travaille 15 ans 22 ans malade je n aurais pas de retraite , et si je suis encore de ce monde , je suis consciente que l ona besoin d electricite , mais ; a 3j prêt je n ai pas été pris en charge maladie professionnelle juste en AAh ( meme pas recoonnue quoi, ) injustice !!!!! il a fallu fukuchima pour qu il y ait un article nr en 1969 probleme a st laurent des eaux j habitais a 10 kms a vol d oiseau un pylone dans notre cour pratiquement j avais alors 14 ans je saignais toujours du nez a l ecole anemies etc .....

un anonyme
Le 12/04/2014 à 14:44:02

Indre-et-Loire - Chinon - Dans l'actu
La ville coupée en deux en prévision de Fukuchinon
http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/04/11/La-ville-coupee-en-deux-en-prevision-de-Fukuchinon-1868177  

Alain Uguen
Le 11/04/2014 à 10:50:00

Je comprends que les écologistes aient quitté le gouvernement quand on voit la politique menée par le PS sur le nucléaire. Il faut en finir définitivement avec cette source d'énergie. Fuck u Chinon et les autres !!!!

Carolus
Le 10/04/2014 à 23:25:19

En 1973, étant étudiant à Angers, nous avons été invités à visiter la centrale, et durant cette visite, en sortant du rang, nous avons découvert un salarié entrain de remonter d'un puits, à l'aide d'une sorte de canne à pêche, des tubes inox ayant contenu du combustible, l'un d'eux étant encore plein!!!!
Le manque de sérieux de cette centrale ne date pas d'hier!

LETZ Pierre
Le 10/04/2014 à 19:20:28

La montée des océans, conséquence de la course à l'énérgie sous toutes ses formes nous conduira aux environ de l'an 2100 à une montée des océans de 1,70 m à 3 m selon les différents chercheurs et plus pour le pape du réchauffement climatique -5m-.
Voir les différents sites.

Nous avons en métropole des centrales nucléaires qui sont concernées, Blaye et Gravelines, et d'autres sites par tempêtes, quand est ce que notre état prendra conscience qu'il faudra déjà en prévoir l'arrêt en vue du démantellement à compter de 2030 au plus tard, 40 ans pour démanteller et éviter la pollution marine et terrestre par la radioactivité, Fukushima.
J'éspère qu'il y a des hommes politiques avec assez de courage pour nous éviter ces catastrophes.
Inactif aujourd'hui, radioactif demain.

réchauffement climatique
Le 10/04/2014 à 15:41:20

les dessous dessus
la nappe
eau lourde ,choux rouges et vers luisants ,

geraud andre
Le 10/04/2014 à 13:44:11

Qui prendrait le risque de prolonger l'utilisation d'un instrument vital (même uniquement à titre personnel) au delà de sa période de garantie, seul les politiques le font et peuvent le faire car ils ne sont pas responsable après leur mandat, et trop souvent même pendant leur mandat.
La seule solution c'est d'arrêter de voter pour cette caste de politiciens irrémédiablement irresponsable et inculte scientifiquement et coupé des réalités. Un acte COURAGEUX pourrait seul pourtant leur ouvrir la postérité....qu'il recherche avec leur ambition démesuré

Begon
Le 10/04/2014 à 10:29:17

Je me demande parfois si le budget de remises aux normes des centrales, ne va pas allieurs que là ou il devrait aller ?.

lecrala
Le 10/04/2014 à 09:40:19

Ancien agent EDF je peux vous dire que la politique de la boite est uniquement le RENDEMENT !!!

David
Le 10/04/2014 à 08:00:02

RAS écurité

Didier
Le 09/04/2014 à 20:45:48

Je suis un vilain écologiste qui croît aux énergies alternatives et surtout à la sobriété énergétique mais ce dont je suis certain c'est qu'EDF est incapable de démanteler une centrale. C'est ça que je trouve dingue.

laurentgé
Le 09/04/2014 à 20:08:08

J'espère que cette action aura valeur participative à ce pays où nos politiques viennent tous du même moule et ne tiennent compte de cette nouvelle approche des choses. Oui la parole du peuple est importante, oui un monde où l'être humain et biodiversité soit au coeur de nos pensées pour avancer est vitale...

Pakasse
Le 09/04/2014 à 19:47:59

Le comble-pour fermer une centrale-c'est que c'est à l'exploitant de le demander... En GB,les "autorités" ont estimé qu'une centrale de + de 30 an n'est plus rentable... L'autre côté de la médaille,c'est que + le réacteur est prolongé à une maintenance "sauve-qui-peut" au-delà de 30 ans,plus les défections surviennent...
C'est comme quand un plombier met une pièce neuve sur un réseau ancien:les pièces non remplacées se fatiguent plus vite,jusqu'au jour où c'est le "sinistre majeur"... Et comme EDF n'a pas les moyens de démanteler les vieilles centrales,il les maintient en activité le + longtemps possible,en dépit des risques encourus...

stoppeur
Le 09/04/2014 à 17:11:06

Quand au démantèlement... on peut toujours rêver : dans 40 ans, le manque de moyens financiers liés au réchauffement climatique et à la fin des énergies fossiles justifiera de ne pas les réaliser. Nos gosses se débrouilleront à gérer toutes ces m... qu'on leur laissera!

Brisavion
Le 09/04/2014 à 17:06:50

Le problème n'est pas la centrale mais l'absence de contre-pouvoir i.e. de transparence qui eut permis d’empêcher ce genre de choses d'advenir.
Exemple si on jugeait tous les gens qui ont promu l'amiante (Comité amiante, etc ...) en fonction des effets connus et attendus - des milliers de morts - pour assassinats multiples en bande organisée -
il n'y aurait pas de pb dans aucune centrale nucléaire !!

le pb est donc le (non-)fonctionnement d'un système judiciaire.

Il serait temps de poser les responsabilités des personnes.

à EdF tout le monde sait (reconnu par son ancien patron) que la sous-traitance est à la fois dangereuse et criminelle.
dangereuse : les personnes ouvriers et chaine de commandement sont 'irresponsables'
criminelle : les ouvriers sont de la "viande à rayonnements", en sursis de crever rapidement.

anonymous
Le 09/04/2014 à 16:40:59

BUS AU DÉPART D'ANGERS :
Rendez-vous : place la Rochefoucault Départ: 11 h00 Retour vers 23 h 30
Réservation : bus.angers.fukuchinon@gmail.com.   06 85 04 92 31
Prix : 9 € (tarif réduit 5€) Infos: Sortir du nucléaire49 http://sdn49.hautetfort.com/  

Papy Mouton
Le 09/04/2014 à 15:36:06

Tout à fait d'accord avec Melba, en plus comme je suis fan de son cépage, des bequerels dans mon Chinon, non!

jpwels
Le 09/04/2014 à 14:07:43

Ce qui infernal chez nous, c'est la position de la majorité des politiques qui occultent les problèmes et la plupart de l'opinion qui écoute les dires de ces derniers et en sont toujours à considérer le nucléaire comme une énergie "propre"et râlent contre les écologistes considérés comme des gêneurs et des arriérés ! Les accidents nucléaires ailleurs leur fait voir le danger trop lointain, avec l'idée imbécile que çà ne peut pas arriver en France !

Melba
Le 09/04/2014 à 13:20:45

Il serait temps que les Français,et surtout ceux qui nous dirigent,prennent conscience que le nucléaire est dépassé,dangereux,pas une énergie du futur;nous ne sommes pas fichus de gérer les déchets,ni de démanteler correctement les vieilles centrales(et il y en a !)...

un anonyme
Le 09/04/2014 à 12:36:11

Depuis ROUEN : car au départ de la Place de l'Hotel de Ville - SOTTEVILLE lés ROUEN (Parking, bus,tramway)

RdV 8h
Départ 8h30
Retour à 22h30
Participation: 30€ (Tarif solidaire : 10€)

Renseignement:
02 35 75 36 52
06 7090 37 88
simon-fra@hotmail.fr.  

SROP EPR NI A PENLY NI AILLEURS
Le 09/04/2014 à 11:47:53

Depuis Nantes : car au départ du Cardo (arrêt de tram ligne 2)

Départ en milieu de matinée, retour à 20h30 au Cardo.
Participation: 20€ (Tarif solidaire : 10€)

Renseignements et réservation (obligatoire) : 02 40 75 24 66 ou coordarn@laposte.net.  

Alain Uguen
Le 09/04/2014 à 11:34:35


Un car partira du Mans et passera à la Flèche (rendez-vous gare routière)

* Départ du Mans à 9 h 30 place Henri Vaillant (Pontlieue, marché du dimanche), retour vers 19 h

* Passage par La Flèche à 10h30, gare routière

Prix 15 € et 5 € pour les revenus faibles, chèque à l'ordre de SDN72

Adresse : Sortir du nucléaire 72, maison des associations, 4 rue d'Arcole 72000 Le Mans
(on peut évidemment payer dans le car, mais pour la réservation de l’autocariste c’est mieux avant)

Réservations : carpourchinon@gmail.com.  
Ou G : 02 43 88 08 30 06 52 55 04 33
Ou D : 02 43 89 27 16 06 32 88 04 99

Alain Uguen
Le 09/04/2014 à 11:32:55

Chinon, plaque tournante des convois radioactifs
Les révélations s'accumulent, il est urgent de fermer le site nucléaire !

À quelques jours du rassemblement « FukuChiNon », le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle, documents officiels allemands à l’appui, l’existence de nombreux convois nucléaires entre la Suède, l’Allemagne et la centrale nucléaire de Chinon, située sur la commune d’Avoine. Abritant un magasin de combustible, Chinon constitue une plaque tournante des transports radioactifs. Le Réseau "Sortir du nucléaire" et le collectif Sortir du nucléaire Touraine dénoncent l’opacité de ces transports tenus secrets, ainsi que les risques pour les cheminots et les riverains.
Des documents officiels allemands dévoilent l’existence de nombreux convois nucléaires internationaux vers Chinon

Grâce à un travail d’enquête, le Réseau "Sortir du nucléaire" a pu se procurer des documents qui attestent d’un important trafic de matières nucléaires depuis la Suède et l’Allemagne vers plusieurs centrales du Val de Loire, et en particulier Chinon. Ainsi, depuis mai 2008, au moins 35 convois, représentant 198 tonnes de combustible neuf, sont arrivés à Chinon depuis l’usine Westinghouse Electric Sweden (située à Västeras, non loin de Stockholm), en transitant par les ports de Hambourg et Rostock. La centrale a aussi été destinataire d’une quantité non déterminée de combustible fabriqué à l’usine ANF Lingen, dans le nord de l’Allemagne.

La France impose donc d’innombrables convois radioactifs aux pays voisins. Uranium importé, combustible fabriqué en grande partie à l’étranger : le mythe de l’indépendance énergétique française grâce à l’atome ne tient pas la route !
La Touraine, plaque tournante des transports radioactifs

Ces informations confirment que la Touraine constitue une véritable plaque tournante des matières radioactives. En effet, tout le combustible acheminé à Chinon via ces convois internationaux n’est pas nécessairement utilisé à la centrale. Le site de Chinon abrite un « Magasin Inter Régional » (MIR), installation d’entreposage mise en service en 1978 et à nouveau exploitée depuis avril 2011 après un arrêt d’activité, où est stocké de l’uranium enrichi sous forme de barres de combustibles neufs. Ce combustible est destiné à d’autres centrales françaises, occasionnant de nombreux transports dangereux par camion.

En Touraine, la gare de Saint-Pierre-des-Corps est également directement concernée par les convois nucléaires. Selon les investigations du Réseau “Sortir du nucléaire“, il s’agit de l’un des principaux triages de France, par lequel passe la plupart des déchets des centrales du Sud-Ouest et du centre de la France pour rejoindre l’usine Areva de La Hague. Elle a également été traversée par au moins un transport international de combustible usé, en provenance d’Italie [1].
Transports nucléaires : le culte du secret

En Allemagne, l’Agence Fédérale pour la Protection contre les Radiations (Bundesamt für Strahlenschutz) publie rétrospectivement les autorisations de tous les convois nucléaires. Il suffit également qu’un élu adresse une demande au gouvernement d’un Land pour connaître le nombre et la nature des convois nucléaires qui en traversent le territoire. Mais en France, ces informations ne sont même pas accessibles aux élus locaux, pourtant en charge de la sécurité de leurs administrés !

Le journal destiné au public édité par la centrale de Chinon [2] ne dit pas un mot de ces trafics nationaux et internationaux de combustible neuf. Quant aux membres de la Commission Locale d’Information de Chinon (CLI), qui devraient être les premiers informés de ce qui se passe sur le site, ils n’ont jamais reçu aucune information sur ces transports ni sur l’installation MIR. « Commission Locale d’Information »… ou « d’Intoxication », comme l’évoque un des membres de la CLI ?

Des transports à haut risque tenus secrets, une CLI inopérante au service d’EDF, un exploitant délinquant, une centrale vieillissante située en zone inondable et sismique, le site de Chinon cumule décidément toutes les tares et devrait être fermé. Dans le cadre des 50 jours d’action contre la prolongation du risque nucléaire, le rassemblement « FukuChiNon » du 12 avril sera l’occasion d’exiger l’arrêt immédiat de la centrale !


Pour plus d'informations :

Récapitulatif des transports connus arrivés à Chinon depuis mai 2008 : https://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/Arrive_es_de_convois_a_Chinon.pdf  

Un exemple parmi les documents attestant de convois internationaux vers Chinon : http://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/20_5752.pdf   Il s'agit ici d'une liste des transports transitant via le port de Hambourg entre le 21 août 2012 et le 6 novembre 2012. À 5 reprises, Chinon apparaît comme destinataire de convois arrivant de l’usine Westinghouse Electric Sweden, située à Västeras, en Suède. "Unbestrahlte Brennelemente" signifie "éléments de combustible neuf". On voit que les convois ont circulé par camion (LKW).

Une conférence sur les transports nucléaires se tiendra le 12 avril à Chinon et permettra de présenter plus en détail ces informations. Voir le programme de la manifestation.

Retrouver le dossier "Centrale de Chinon : un grand cru du risque nucléaire" sur notre site : http://www.sortirdunucleaire.org/Chinon,600  

Contacts presse :

Pour le Réseau “Sortir du nucléaire“ :

Laura Hameaux (chargée de campagne) – 06 85 23 05 11

Martial Château (administrateur) – 02 43 94 72 88

Pour le collectif Sortir du nucléaire Touraine :

Dominique Boutin (membre de la CLI) – 06 86 71 59 31

Chargée de communication :

Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Notes

[1] http://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/Nevers_Valognes_15et16janvier2013.pdf  

[2] http://energie.edf.com/fichiers/fckeditor/Commun/En_Direct_Centrales/Nucleaire/Centrales/Chinon/Publications/documents/Contactchinon128janvier2014.pdf  

Chargée de communication :
Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Retrouvez ce communiqué sur le site du Réseau "Sortir du nucléaire" : http://www.sortirdunucleaire.org/transports-internationaux-chinon  

Alain Uguen
Le 09/04/2014 à 11:27:25

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !